Posts Tagged ‘PK5’

Centrafrique : à Bangui, les habitants du PK5 dans la crainte de violences électorales

décembre 1, 2020
Au rond-point Koudoukou, à l'entrée du PK5, à Bangui, le 26 décembre 2019.

À un mois du premier tour des élections législatives et présidentielle prévues le 27 décembre, le quartier musulman du PK5, épicentre des dernières violences politiques en Centrafrique, retient son souffle.

Chemise bleue et chapeau noir vissé sur la tête, Abdouramane Yaya s’exprime à coup de grands gestes de la main face à une dizaine de jeunes réunis au siège du Mouvement cœurs unis (MCU, au pouvoir) du quartier musulman du PK5. En cette matinée du 26 novembre, le coordinateur local du parti du président Faustin-Archange Touadéra les forme à une opération de sensibilisation « à la paix » organisée dans ce quartier en proie à des violences régulières. « Notre arrondissement a trop souffert des violences. C’est à vous, à nous, d’expliquer à chaque habitant l’importance de ce calme, car cette fois, nous devons voter dans la paix », martèle Abdouramane Yaya.

Les artères du troisième arrondissement ont beau être très fréquentées, l’agitation commerçante peine à cacher une inquiétude bien palpable : celle de voir surgir de nouvelles violences préélectorales comme lors des élections de 2015-2016, quand des miliciens avaient ouvert le feu sur des électeurs. En 2013 déjà, le quartier était devenu l’épicentre des violences dans la capitale après la chute de l’ancien président François Bozizé, aujourd’hui candidat. Les miliciens de la Séléka, à majorité musulmane, s’y étaient alors repliés pour échapper aux attaques de la milice antibalaka, à dominante chrétienne.

Prêcher la réconciliation

Sous une chaleur avoisinant les 35 degrés alors que le soleil se lève à peine, Shérif et Yacoub Youssouf, deux frères membres de la représentation locale du MCU, discutent avec une famille. « Il s’agit de chrétiens qui ont toujours habité le PK5 : le mari a connu mon père à l’école primaire. Nous leur expliquons l’importance de la réconciliation », détaille Shérif Youssouf sous le regard bienveillant et fier d’Abdouramane Yaya.

Auteur de plusieurs négociations entre les groupes d’autodéfense musulmans et les autorités centrafricaines, Abdouramane Yaya est aussi à l’origine de plusieurs actions sociales pour le compte du parti de Faustin-Archange Touadéra. Dons aux mosquées, appuis aux écoles… Pour ce trentenaire, les occasions ne manquent pas de prêcher en faveur de la réconciliation, mais aussi et surtout du président centrafricain, candidat à sa succession.

Au PK5, les jeunes militants du MCU ne tarissent d’ailleurs pas d’éloges sur Hamza Mohammed, candidat du parti aux législatives dans la circonscription. Si sa candidature venait à être validée, ce dernier devra toutefois affronter un adversaire de taille : l’ancien président de l’Assemblée nationale et député sortant, Abdou Karim Meckassoua, du parti du Chemin de l’espérance. « Nous n’avons pas peur de lui. Si on a réussi à s’imposer ici et à rallier au MCU plusieurs militants de son parti, rien ne peut nous empêcher de le battre », estime Abdouramane Yaya.

« Les politiciens veulent nous manipuler »

Les partisans de Karim Meckassoua ne comptent pas leur laisser le champ libre. À quelques rues de là, Moussa Hassabarassoul réunit des jeunes à qui il parle « depuis des années » de paix et de cohésion entre communautés. « Je n’ai pas attendu cette période électorale pour sensibiliser sur la paix, fait valoir ce farouche opposant au président Faustin-Archange Touadéra. Je ne le fais pas pour des raisons politiques mais parce que nous devons rester vigilants et éviter les troubles ».

NOUS VOULONS PROUVER AU MONDE QU’IL N’EST PLUS QUESTION DE VIOLENCES ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS

Très influent au PK5, Moussa Hassabarassoul, à la tête d’un comité de paix, fait également office de médiateur entre les milices et les habitants, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. Il est aussi un interlocuteur privilégié du gouvernement et de la mission de l’ONU en Centrafrique, la Minusca, dont il se sert pour passer des messages de paix et d’union.

Signe de sa popularité, plusieurs jeunes semblent en cette fin novembre captivés par son discours. Parmi eux, Abderamane Abdel, 23 ans. Ce jeune électeur, qui va voter pour la deuxième fois de sa vie, demande à être photographié à ses côtés. « Moussa Hassabarassoul, c’est mon frère musulman. Lors de la dernière présidentielle, on nous avait tiré dessus avec des roquettes, mais ça ne nous avait pas empêché de voter. Aujourd’hui, nous voulons prouver au monde que nous sommes matures et qu’il n’est plus question de violences entre chrétiens et musulmans, veut croire le jeune homme, tout sourire. Les politiciens veulent nous manipuler. Ils veulent encore créer des tensions au PK5, comme la dernière fois. Mais ça ne prendra pas. »

Peur des violences

Dans les rues de l’arrondissement, des patrouilles de la gendarmerie et des casques bleus de l’ONU effectuent des rondes chaque demi-heure. Pourtant, les tensions politiques sont déjà bien palpables. Le quartier, très convoité par différents partis politiques, reste l’épicentre des violences qui secouent la capitale à intervalles réguliers. Début novembre, lors d’un meeting de l’ancien président François Bozizé, plusieurs coups de feu y avaient été tirés.

CETTE FOIS, LES VIOLENCES NE PARTIRONT PAS DU PK5

Sans surprise, la campagne devrait donc en grande partie se jouer sur des thèmes sécuritaires dans le troisième arrondissement. Car si des miliciens ont bien rendu quelques armes au gouvernement, les habitants restent apeurés de voir ressurgir les violences. Derrière sa petite étale d’oranges dans le marché du PK5, Clotilde se souvient de ces longs mois passés à vivre dans un site de déplacés. « Je veux tourner la page des violences, je suis fatiguée de courir, soupire-t-elle. Ce quartier était un quartier de paix. Il faut qu’on prouve à tout le monde que que cette fois, les violences ne partiront pas d’ici ».

Avec Jeune Afrique par Pacôme Pabandji – à Bangui

Centrafrique : affrontements à Bangui entre des soldats français et des individus armés

août 20, 2014

Un soldat de l'Eurofor patrouille à Bangui. © AFP

Un soldat de l’Eurofor patrouille à Bangui. © AFP

Des combats ont opposé mardi soir et mercredi matin à Bangui des soldats français de la force européenne Eufor et des individus armés.

Des heurts ont éclaté à Bangui entre soldats français de la force européenne Eufor et des individus armés. Selon une source proche de l’Eufor, des soldats ont été attaqués verbalement, mardi 19 août au soir, avant d’essuyer des tirs alors qu’ils patrouillaient au PK5 (quartier musulman du 3e arrondissement de la capitale centrafricaine).

Selon un notable musulman du PK5, ce sont les soldats français qui ont attaqué une concession, tuant une personne et en blessant quatre autres. « Nous avons été attaqués cette nuit par des éléments français de l’Eufor qui ont pénétré dans notre concession et ont tué notre petit frère, ils ont blessé quatre personnes », a-t-il affirmé. Cependant ce bilan n’a été confirmé par aucune autre source.

Les heurs se sont poursuivis mercredi matin et des grenades ont été tirés sur des soldats alors qu’ils repoussaient un groupe d’une centaine de personnes qui se dirigeaient vers le siège de la Minusca (la représentation de l’ONU à Bangui). Des tirs d’armes automatiques et d’armes lourdes ont également été entendus dans la matinée et des tirs sporadiques étaient encore audibles à la mi-journée en provenance de ce secteur, survolé en permanence par deux hélicoptères.

« Ce matin nous avons marché jusqu’au siège de la Minusca pour prendre à témoin l’opinion nationale et internationale. Nous ne voulons plus des Français » au PK5, a encore expliqué le même notable musulman, tandis que la radio publique a rapporté que « des véhicules des forces internationales et de la gendarmerie ainsi que de la police ont été attaqués par des musulmans qui ont aussi attaqué un site des déplacés au quartier Castors ».

Les habitants des quartiers environnants ont fui le secteur par vagues successives vers les quartiers voisins et des sites des déplacés. « Les soldats européens encerclent en ce moment le PK5. Ils disent qu’il y a des bandits qu’il faut à tout prix neutraliser. Les tirs sont très forts, c’est pourquoi nous sommes partis », a raconté une habitante de Yakité, un bagage à la main et portant son bébé.

Jeuneafrique.com avec AFP