Posts Tagged ‘place saint pierre’

L’Argentin François 1er, nouveau pape – EN DIRECT

mars 13, 2013

 Photo Par Filippo Monteforte - L'Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu pape par les 115 cardinaux électeurs réunis depuis mardi soir en conclave, et succéde à Benoît XVI sous le nom de François 1er

  • AFP/AFP – Photo Par Filippo Monteforte – L’Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu pape par les 115 cardinaux électeurs réunis depuis mardi soir en conclave, et succéde à Benoît XVI sous le nom de François …plus  1er  moins 

Photo Par Vincenzo Pinto - La fumée blanche s'est échappée à 18H05 GMT de la cheminée de la chapelle Sixtine au Vatican, signalant l'élection d'un nouveau pape par les 115 cardinaux électeurs pour succéder à Benoît XVI, un peu plus de 24 après l'ouverture du conclave mardi après-midi
  • Photo Par Vincenzo Pinto – La fumée blanche s’est échappée à 18H05 GMT de la cheminée de la chapelle Sixtine au Vatican, signalant l’élection d’un nouveau pape par les 115 cardinaux électeurs pour succéder à Benoît XVI, un peu plus de 24 après l’ouverture du conclave mardi après-midi
  • Photo Par Tiziana Fabi - La foule grossit à vue d'?il sur la place Saint-Pierre, où accourent des fidèles ayant appris l'élection du nouveau pape et voulant assister à sa première apparition publiquePhoto Par Tiziana Fabi – La foule grossit à vue d’?il sur la place Saint-Pierre, où accourent des fidèles ayant appris l’élection du nouveau pape et voulant assister à sa première apparition publique

19H44 GMT – Réaction – L’Union européenne félicite le nouveau pape, en lui souhaitant un pontificat « long et béni » afin qu’il puisse « défendre et promouvoir les valeurs fondamentales de paix, de solidarité et de dignité humaine ».

19H42 GMT – Joie – L’élection de François 1er est accueillie par un tonnerre d’applaudissements à la cathédrale de Buenos Aires, dans son pays de naissance.

19H40 GMT – Liesse – Les cloches retentissent de nouveau place Saint-Pierre. Dans la foule, certains crient, chantent ou prient. « Un pape argentin, je n?arrive pas à y croire ! », s?exclame Silvie, une Argentine de 50 ans. « C?est le commencement d?une Eglise plus moderne, plus heureuse », lance Marie, venue d?Irlande.

19H35 GMT – Souriant – Le nouveau pape va « prier la Sainte-Vierge » demain « pour qu’elle bénisse la ville de Rome », conclut-il, avant de quitter le balcon dans un grand sourire.

19H30 GMT – Prière – « Priez pour moi », demande le nouveau souverain pontife à la foule.

19H26 GMT – Premiers mots – Pour sa première intervention, le nouveau pape appelle à la fraternité au sein de l’Eglise. « Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde », a-t-il plaisanté, sous les clameurs de la foule, avant de prier pour son prédécesseur Benoît XVI.

19H22 GMT – PREMIERE APPARITION DU PAPE AU BALCON DE LA BASILIQUE SAINT-PIERRE, IL BENIT LA FOULE

19H22 GMT – Identité – Jorge Mario Bergoglio, né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires en Argentine, est un cardinal argentin, jésuite et archevêque de Buenos Aires depuis 1998. Il est le premier jésuite et premier américain élu au trône de Saint Pierre.

19H14 GMT – LE NOUVEAU PAPE S’APPELLERA FRANCOIS 1ER

19H13 GMT – L’ARGENTIN JORGE MARIO BERGOGLIO ELU PAPE

19H12 GMT – « HABEMUS PAPAM! », PRONONCE LE PROTODIACRE AU BALCON DE LA LOGGIA

19H11 GMT – Virtuel – Sur le compte twitter du Saint-Siège, VaticanCommunication, est apparu le message « Habemus papam », accompagné d’émoticônes d’applaudissements.

19H07 GMT – Et la lumière fut – Les lumières se sont allumées aux fenêtres de la loggia centrale de la basilique, là où doit apparaître le futur pape, sous les vivats de la foule.

19H06 GMT – Effervescence – La foule frémit d’impatience, continuant d’applaudir et d’acclamer le futur pape. Les personnes présentes parient entre eux sur l’identité du pape.

19H04 GMT – Supporters – Sur la place Saint-Pierre, des « Go Brazil ! » répondent à des « Allez le Canada! », venant de partisans du cardinal canadien Marc Ouellet et de son confrère brésilien Odilo Pedro Scherer, observe Eleanor Ide, journaliste de l’AFP.

18H58 GMT – Siège vacant – L’élection du nouveau pape met fin à 13 jours de période de siège vacant, pendant laquelle l’Eglise catholique romaine n’avait pas de chef.

18H53 GMT – Rapide – Le nouveau pape a été élu un peu plus de 24H après le début du conclave mardi après-midi. Pendant cette durée, les 115 cardinaux électeurs (de moins de 80 ans) avaient interdiction de communiquer avec l’extérieur.

18H50 GMT – Ferveur italienne – L’hymne italien est repris par une grande partie de la foule, témoignant de l’espoir de certains d’avoir enfin un pape italien, le dernier ayant été Jean Paul 1er il y a 35 ans. Le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, figure parmi les favoris pour succèder à Benoît XVI.

18H45 GMT – Sécurité – Peu à peu, l’esplanade située devant la basilique et sous la loggia centrale s’emplit de toutes les forces armées chargées de la défense du Vatican.

18H43 GMT – Numéro 266 – Quand il aura accepté son mandat, le pape nouvellement élu sera le 266e à monter sur le trône pétrinien.

18H39 GMT – Défilé – La fanfare de la gendarmerie vaticane, en grande tenue, arrive place Saint-Pierre, pour un concert. Elle précède le cortège des gardes suisses en uniformes d’apparat.

18H37 GMT – Flashes – La place, encadrée par la célèbre colonnade en arc de cercle du Bernin, crépite de flashes, de nombreux fidèles voulant immortaliser ce moment, indique Gildas Le Roux, journaliste de l’AFP sur place.

18H35 GMT – Foule – La foule grossit à vue d’?il sur la place Saint-Pierre, où accourent des fidèles ayant appris l’élection du nouveau pape et voulant assister à sa première apparition publique.

18H33 GMT – Loggia – Les caméras de CTV, la télévision du Vatican, sont déjà braquées sur la loggia centrale de la basilique Saint-Pierre. La foule scrute également, sous les parapluies et les banderoles.

18H31 GMT – Chauvins – La nationalité du nouveau pape n’est pas encore connue, mais des drapeaux de divers pays flottent déjà au-dessus de la foule place Saint-Pierre: russe, américain, italien, vénézuélien, argentin, brésilien?

18H29 GMT – Klaxon – Outre celles de Saint-Pierre, les cloches des églises de Rome sonnent également pour célébrer l’élection. Comme pour un mariage, les rues de Rome retentissent de coups de klaxon fêtant l’élection du nouveau pape.

18H08 GMT – Ambiance de stade – « Vive le pape! Vive le pape! », crient les fidèles en délire sur la place Saint-Pierre, dans une ambiance de stade sur la place Saint-Pierre: les fidèles applaudissent, brandissent des drapeaux blancs et or aux couleurs du Saint-Siège. Dans la foule place Saint-Pierre, un gamin tous sourires, juché sur les épaules de son père, brandit un crucifix.

18H07 GMT – Cloches – Les cloches de la basilique Saint-Pierre sonnent à toute volée pour confirmer l’élection du nouveau pape.

EN DIRECT – La fumée blanche s’est échappée à 18H05 GMT de la cheminée de la chapelle Sixtine au Vatican, signalant l’élection d’un nouveau pape par les 115 cardinaux électeurs pour succéder à Benoît XVI, un peu plus de 24 après l’ouverture du conclave mardi après-midi.

Pour connaître son nom, il faudra attendre que le nouveau chef de l’Eglise catholique accepte sa charge, se choisisse un prénom avant que le protodiacre, le cardinal français Jean-Louis Tauran, ne fasse l’annonce officielle: « habemus papam ». Le nouveau pape fera ensuite sa première apparition publique au balcon de la Basilique Saint-Pierre.

AFPPar Jean-Philippe Chognot et les correspondants de l’AFP

Conclave catholique au Vatican: fumée noire, pas de nouveau pape

mars 12, 2013

La première réunion du conclave de l’Eglise catholique au Vatican n’a pas permis de désigner un nouveau pape mardi après environ deux heures de discussions. Le premier tour de scrutin des 115 cardinaux s’est achevé par une fumée noire au-dessus de la cheminée de chapelle Sixtine.

L’épaisse fumée noire a été accueillie par des « bouh » et des huées de déception sur la place Saint-Pierre où des milliers de curieux s’étaient retrouvés dans l’attente de la fin du scrutin après le début du conclave secret dans l’après-midi. Pour les fidèles, la désignation d’un souverain pontife est annoncée par une fumée blanche.

Les prélats resteront cloîtrés dans la cité sainte jusqu’à ce qu’ils s’accordent sur le nom d’un successeur à Benoît XVI, qui a quitté ses fonctions le 28 février, à l’âge de 85 ans.

Quatre ou cinq jours de conclave

Le conclave, dont rien ne doit filtrer, pourrait durer plusieurs jours, aucun favori ne se dessinant clairement. Selon les observateurs, l’Italien Angelo Scola, archevêque de Milan, et le Brésilien Odilo Scherer, archevêque de Sao Paulo, l’abordent toutefois en position favorable.

Certains cardinaux estimaient cette semaine qu’il faudrait sans doute quatre ou cinq jours pour trouver un successeur à Benoît XVI. Aucun conclave, dans l’histoire contemporaine, n’a élu le pape dès le premier tour de scrutin.

Mercredi, quatre scrutins pourront avoir lieu, deux le matin, deux l’après-midi.

Manifestation des Femen

Mardi à 17h34, les portes de la chapelle Sixtine se sont refermées sur les 115 cardinaux électeurs chargés d’élire le 266e souverain pontife. Les « princes de l’Eglise », tous âgés de moins de 80 ans, avaient auparavant pénétré en procession et en entonnant des chants sacrés dans la chapelle Sixtine.

Ils sont tenus au secret et ne peuvent sortir de l’édifice que pour un sommeil à la Maison Sainte-Marthe voisine.

Deux féministes, se réclamant du mouvement Femen, ont brièvement manifesté mardi soir les seins nus à l’entrée de la place Saint-Pierre. Elles avaient écrit sur leur corps « Pope no more » (« Plus de pape ») et « Paedophilia no more » (« Plus de pédophilie »).

Romandie.com

Vatican: Benoît XVI sera appelé « Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite »

février 26, 2013

Après sa démission jeudi, Benoît XVI se fera appeler « Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite » ou « Sa Sainteté Benoît XVI, pontife romain émérite », a annoncé mardi le Saint-Siège. Le futur retraité portera une tenue blanche toute simple, différente de celle des papes.

Le pape doit mettre fin à ses fonctions jeudi à 20h00 sans cérémonie, après avoir salué les cardinaux présents à Rome dans la matinée. Il se rendra en hélicoptère à 17h00 à Castel Gandolfo, à 25 km au sud de Rome, pour habiter deux mois dans la résidence d’été des papes.

Le doyen du Sacré collège, le cardinal Angelo Sodano, enverra les invitations aux cardinaux pour les « congrégations » qui précèdent le conclave dès le vendredi suivant la démission. Mais celles-ci ne devraient pas commencer avant lundi, a précisé le porte-parole du Vatican.

Prières et tri

Il a ajouté que le « Saint Père se préparait à la dernière audience générale de mercredi dans la prière » et effectuait aussi un tri de ses papiers dans les appartements qu’il va quitter.

« Il doit faire la distinction entre les documents qui regardent le gouvernement de l’Eglise et ses fonctions passées » (de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi) qui iront aux archives et « les notes de caractère plus personnel qui le suivront dans sa nouvelle résidence », a-t-il dit.

Quelque 50’000 billets ont été réservés pour participer à l’ultime audience du pape sur la place Saint-Pierre, sans compter les dizaines de milliers qui se trouveront en dehors, sans billets sur la place et sur la via della Conciliazione, la grande avenue qui mène au Vatican.
Romandie.com (ats / 26.02.2013 14h04)

Qui pour succéder à Benoît XVI ?

février 12, 2013
Benoît XVI lors d'une rencontre avec de jeunes catholiques, place Saint-Pierre, à Rome, le 6 avril 2006.
Benoît XVI lors d’une rencontre avec de jeunes catholiques, place Saint-Pierre, à Rome, le 6 avril 2006. Crédits photo : ALBERTO PIZZOLI/AFP 
 
 

INFOGRAPHIES – Un Canadien, deux Italiens, un Autrichien et un Guinéen sont les cinq «papabili» le plus souvent cités.

La succession d’un pape est vraiment une affaire d’hommes. Une culture existe, elle est tissée de discrétion – ne jamais aborder ce sujet publiquement -, mais aussi de prévision, car cette institution bimillénaire n’aime pas l’imprévu. Ces hommes que sont les cardinaux pensent donc depuis longtemps à celui qui, parmi eux, pourrait remplacer Benoît XVI – ils entreront en conclave avant le 31 mars, date de Pâques -. Mais l’œuvre de prévision est périlleuse en cette matière. Certes, des noms circulent depuis longtemps, mais ces listes de papabili sont en réalité établies par les journalistes spécialisés. Elles reflètent l’état de ceux dont on parle le plus à Rome. Elles sont donc aléatoires, fluctuantes… et consultées avec curiosité par les intéressés.

 

Le plus en vue aujourd’hui est le cardinal Marc Ouellet (68 ans, le 21 octobre 2012). Ce Canadien est un «Américain» au sens large, puisqu’il connaît autant l’Amérique du Nord que l’Amérique du Sud, où il a été missionnaire pendant une dizaine d’années, en Colombie. Né au Québec, il est francophone, mais aussi anglophone, hispanophone et italophone, et parle également l’allemand et le portugais. Il a une expérience pastorale d’évêque à Acropolis, puis à Québec. Mais il a aussi une double expérience de la curie. Jean-Paul II lui avait confié la responsabilité du secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens, où Mgr Ouellet a été en charge du dialogue, pour le compte du Vatican, avec les protestants et les orthodoxes, mais aussi avec les juifs. Et, seconde expérience en curie, voulue par Benoît XVI, qui l’a rappelé à Rome en 2010 pour lui confier la troisième plus importante responsabilité du Vatican après la secrétairerie d’État et la congrégation pour la Doctrine de la foi: celle de la congrégation pour les Évêques. Le pape démissionnaire lui avait également confié la présidence de la puissante commission pour l’Amérique latine.

Recteur de l’université pontificale du Latran

Presque aussi en vue, le cardinal Angelo Scola (71 ans, le 7 novembre 2012), nommé archevêque de Milan en 2012 par Benoît XVI, ce qui fut interprété comme une grande marque de confiance, alors que le cardinal Scola était déjà patriarche de Venise. En général, on ne quitte pas ce poste vénitien, à moins de devenir pape, comme le fit Jean XXIII. Angelo Scola n’a pas une aussi riche expérience que Marc Ouellet, mais c’est un patron, grand organisateur, doublé d’un intellectuel qui fut recteur de l’université pontificale du Latran, l’une des plus prestigieuses de l’Église. Il s’est notamment fait remarquer en renouant à Venise avec la grande tradition de cette ville tournée vers l’Orient et le monde arabe, en créant une fondation internationale de recherche, Oasis. C’est le candidat italien, même s’il ne fait pas l’unanimité chez les cardinaux de son pays en raison de sa filiation spirituelle avec le mouvement Communion et Libération.

Sur ce même plan, italien, on parle également du cardinal Mauro Piacenza (68 ans, le 15 septembre prochain), un Génois qui a un profil plutôt conservateur et qui connaît très bien la curie de l’intérieur pour avoir été – ce qui n’arrive jamais ou presque, mais ce fut la volonté de Benoît XVI, dont il est proche – secrétaire, puis préfet de la congrégation pour le Clergé, qui gère dans l’Église, la question des prêtres (formation, discipline). C’est, pour le coup, un profil de grand serviteur de l’État finalement peu connu mais d’une grande orthodoxie sur le rôle central du prêtre dans l’Église catholique. Et dans la filiation du cardinal Siri, qui l’ordonna prêtre, l’ancienne tête de file des «conservateurs» lors du conclave de 1978.

Pas de figure cardinalice pour l’Asie et l’Amérique latine

Toujours très en vue également, le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne (68 ans, le 22 janvier 2013), est un disciple direct de Jean-Paul II, qui le nomma à ce poste et qui confia aussi à ce dominicain, la coordination de la rédaction du catéchisme de l’Église catholique. Il est aussi un très proche de Benoît XVI, dont il fut l’étudiant, mais aussi l’un des fils spirituels. Très charismatique, il est aussi très controversé dans la curie romaine, parce qu’il a été le seul cardinal à avoir osé contester la politique du silence sur les affaires de pédophilie. Ce qui lui a valu beaucoup d’ennemis à Rome, mais beaucoup de reconnaissance à l’extérieur. Sans être un progressiste – il est d’une théologie très classique -, il est aussi celui qui, pour des raisons pastorales, a poussé le plus loin le débat sur la question des divorcés remariés.

L’Asie n’a pas à l’heure actuelle de figure cardinalice qui serait susceptible d’être un jour élue pape. De même l’Amérique latine, où aucun cardinal ne ferait l’unanimité. Pour l’Afrique, on parle en revanche du cardinal Robert Sarah (67 ans, le 15 juin 2012), ancien archevêque de Conakry en Guinée, où Jean-Paul II le remarqua. Il fut nommé en 2001 secrétaire, donc numéro deux, de la congrégation pour l’Évangélisation des peuples. À Rome, c’est un État dans l’État, puisque cet organisme gère toutes les Églises encore en mission (quasi la moitié du globe). Pasteur dans l’âme, très orthodoxe, il a été choisi par Benoît XVI en 2010 pour présider le conseil pontifical Cor unum, chargé de coordonner toute l’action humanitaire de l’Église.

pape cardinaux électeurs

Lefigaro.fr par Jean-Marie Guénois,

Benoît XVI tente de désamorcer la crise au Vatican

mai 31, 2012

<!–

.

–>

Benoît XVI a notamment critiqué les «insinuations gratuites» de certains médias.
Benoît XVI a notamment critiqué les «insinuations gratuites» de certains médias. Crédits photo : Riccardo De Luca/AP

Le Pape s’est exprimé pour la première fois sur l’affaire des fuites de documents qui secoue le Saint-Siège.

Benoît XVI est descendu dans l’arène. Mercredi, place Saint-Pierre, il a prolongé de façon imprévue l’audience hebdomadaire par une mise au point au sujet de la crise que traverse le Vatican. Il a tout d’abord renouvelé la confiance en ses plus proches collaborateurs: «Je désire renouveler ma confiance et mon encouragement à mes plus proches collaborateurs et à tous ceux qui, quotidiennement et dans la fidélité, l’esprit de sacrifice et le silence, m’aident dans l’accomplissement de mon ministère.» Il a ensuite aussi critiqué la couverture médiatique de ces événements: «Des insinuations totalement gratuites, amplifiées par certains médias, sont allées bien au-delà des faits, a déploré le Pape, offrant une image du Saint-Siège qui ne correspond pas à la réalité.»

Contre-attaque

Le visage beaucoup plus détendu que dimanche dernier le Pape a aussi témoigné de sa «tristesse» après les fuites de lettres confidentielles – publiées la semaine dernière dans l’ouvrage du journaliste Gianluigi Nuzzi – et qui ont conduit à l’arrestation du majordome pontifical, Paolo Gabriele.

Cherchant à retourner la situation, il a fait part de sa «ferme certitude que, malgré la faiblesse de l’homme, les difficultés et les épreuves, l’Église était guidée par l’Esprit-Saint». «Le Seigneur, a-t-il insisté, ne lui fera jamais manquer de son aide pour la soutenir sur son chemin.»

Ce message faisait suite à une longue méditation, délivrée pendant l’audience générale, sur le même thème: les «tribulations» vécues par l’apôtre Paul. Ce dernier n’a «jamais cédé au découragement», malgré les «infidélités» et les «reniements» des hommes. «Notre vie, a alors montré le Pape devant plus de 150 000 fidèles, et notre cheminement chrétien sont souvent marqués par des difficultés, des incompréhensions, des souffrances.»

Cette contre-attaque de Benoît XVI intervient après une semaine de trouble profond. Car la fuite a été ressentie à Rome comme un véritable «vol». Si l’enquête bat son plein pour continuer de démasquer les complices du majordome, le titre de «une» de l’Osservatore Romano de mercredi – «les papiers volés du Pape» – témoigne de cet état d’esprit.

Le n° 3 du Saint-Siège, Mgr Angelo Becciu, y explique que «les papiers volés dans la maison du Pape ne sont pas simplement des correspondances privées mais des informations» qu’il avait reçues «uniquement en raison de son ministère particulier». Si le Pape est donc «aussi touché» c’est «pour la violence subie par les auteurs de ces lettres» qui lui ont écrit en toute confiance. «Je considère, prévient Mgr Becciu, que la publication de ces lettres volées est un acte immoral d’une gravité inouïe.»

Lefigaro.fr par Jean-Marie Guénois

Un miracle attribué à Jean Paul II pourrait accélerer sa canonisation

mars 8, 2012

Un miracle attribué à Jean Paul II, survenu depuis sa béatification le 1er mai dernier, pourrait permettre de le faire saint rapidement, assure jeudi le magazine italien Panorama, affirmant s’appuyer sur une documentation parvenue au Vatican.

Interrogé, le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, s’est refusé à tout commentaire et à toute confirmation, soulignant que seule la signature d’un décret par la Congrégation pour la cause des saints peut faire foi en la matière.

Selon Panorama, une guérison miraculeuse est survenue quelques semaines seulement après la béatification triomphale du pape polonais sur la place Saint-Pierre.

Ce miracle présumé, sur lequel Panorama ne divulgue aucun détail, a été signalé au postulateur (défenseur) de la cause de canonisation de Karol Wojtyla, le prélat Slowomir Oder, et a été choisi avec soin parmi quatre signalements de guérison, selon l’hebdomadaire.

D’après lui, le dossier est déjà à l’étude des experts de la Congrégation pour la cause des saints, et devrait, une fois l’instruction terminée, passer devant ses commissions médicale et théologique.

Trois critères sont essentiels pour reconnaître un miracle: la guérison doit avoir été instantanée, être durable et ne pas être explicable scientifiquement.

S’il n’y avait pas d’obstacles, la canonisation pourrait même intervenir dans l’espace d’un an, estime le magazine.

Le processus de béatification (étape ultime avant la canonisation) de Karol Wojtyla avait été mené de façon accélérée, seulement six ans après sa mort.

Beaucoup de fidèles catholiques voudraient que ce pape très médiatique et populaire soit proclamé saint au plus vite.

AFP par Patrick Hertzog