Posts Tagged ‘Pluies’

Congo-Climat : les pluies causent d’importants dégâts à Brazzaville

décembre 15, 2020

La pluie qui s’est abattue dans la nuit du 12 au 13 décembre dans la ville capitale a laissé des traces dans plusieurs quartiers à cause des inondations, des éboulements de terrains et l’ensablement des habitations.

L’avenue Jean-Dominique Okemba après la pluie ;

Comme à chaque période pluvieuse, des dégâts majeurs ont été enregistrés dans les arrondissements 9 Djiri et 6 Talangaï. C’est le cas de l’avenue Jean Dominique-Okemba qui a été, pour la première fois, engloutie par le sable provenant des versants de montagne des quartiers Ngamakosso et Maman-Mboualé. Les riverains de la Tsiémé n’ont pas été épargnés d’autant plus que l’eau est sortie de son lit, rendant ainsi difficile la traversée sur le pont reliant les quartiers Mikalou et Texaco.

Selon des témoignages, un jeune d’environ 18 ans a également trouvé la mort dans le sixième arrondissement. Disparu dans un collecteur sous la pluie au quartier Domaine, la victime serait un contrôleur d’un bus faisant la liaison Terminus Mikalou-Domaine. Il serait descendu du véhicule et tombé directement dans le gros collecteur qui se jette dans la rivière Kélé Kélé, débordé par les eaux de pluie dans la nuit.

La société SGEC indexée

Dans le 9e arrondissement Djiri, notamment au quartier Massengo-Ibalicko, la situation a été empirée par les travaux inachevés sinon mal exécutés par l’entreprise SGEC, bénéficiaire du Projet d’extension en zones périphériques et renforcement du service d’eau potable à Brazzaville (PEPS) dans cette zone. Destiné à renforcer le service d’eau potable au profit de La Congolaise des eaux, ce projet dont le ministère de l’Aménagement, de l’Equipement du territoire et des Grands travaux est le maître d’ouvrage est financé par l’Agence française de développement. La mission de contrôle est assurée par la société SCET Tunisie.

Accueilli comme un ouf de soulagement par les habitants de ce quartier dès son démarrage en août dernier, le PEPS est devenu au fil du temps un véritable casse-tête au regard de nombreux dégâts qu’il cause après l’installation des conduites d’eau. En effet, certaines avenues et rues sont devenues impraticables suite aux éboulements de sol.

Selon des témoins, deux maisons se sont déjà écroulées à cause des travaux mal réalisés à certains endroits. La dernière en date est la maison qui a perdu sa fondation le 13 décembre au croisement de l’avenue Sénateur Odziki-rue Ello.  Les riverains accusent l’entreprise SGEC et ses sous-traitants d’être à l’origine de ce malheur. « Après avoir fait passer les tuyaux, ils ont commencé à ériger les digues ici depuis le 28 novembre mais les travaux n’avancent pas. Nous doutons également de la qualité de ces ouvrages parce que deux digues ont cédé car il ne s’agit pas des bétons armés comme les ouvriers nous rassuraient », s’est plaint un riverain.

En effet, la société adjudicatrice du marché et les sous-traitants ne semblent pas être sur la même lancée d’autant plus que les instructions données sont souvent foulées aux pieds. « Nous venons de virer le sous-traitant », nous a confié une source proche de la SGEC.

L’occupation anarchique, principale cause du malheur

Ces travaux sont, en effet, venus augmenter les peines des habitants de cette zone qui sont confrontés aux difficultés de circulation à cause des mauvaises pratiques des propriétaires. « Nous sommes dans une zone où les eaux ont du mal à ruisseler parce que les avenues Sénateurs Odziki et Bikoutas ainsi que la rue Hello qui nous entourent sont des impasses », a dénoncé un habitant du quartier.

Avec adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama

Australie: la pluie tombe enfin sur les incendies

janvier 15, 2020

La pluie est tombée jeudi sur les régions d’Australie affectées par les gigantesques incendies qui font rage depuis septembre, offrant notamment une amélioration de la qualité de l’air. «De bonnes chutes» de pluie ont eu lieu jeudi matin dans l’Etat de Nouvelle-Galles-du-Sud (sud-est de l’Australie), où sont localisés les brasiers les plus importants, a indiqué le bureau local de météorologie.

Dans l’Etat voisin de Victoria, les orages qui ont éclaté mercredi soir ont contribué à dissiper le nuage de fumées toxiques dégagées par les incendies sous lequel suffoquait Melbourne depuis le début de la semaine et qui a perturbé l’Open de tennis. «Les orages ont amélioré la qualité de l’air dans la majeure partie de l’Etat», a annoncé l’Agence pour la protection de l’environnement de l’Etat de Victoria (EPA).

Les services de météo prévoient d’autres précipitations d’ici le week-end. Si elles se confirment, il s’agirait de la période de temps pluvieux la plus longue depuis le début de la crise des incendies en septembre dernier. Ces pluies seront «nos cadeaux de Noël, d’anniversaire, de fiançailles, d’anniversaire, de mariage, de remise de diplômes réunis. On croise les doigts», avait déclaré plus tôt dans la semaine le service rural de lutte contre les incendies de Nouvelle-Galles-du-Sud.

Depuis le début des feux dévastateurs en septembre, au moins 28 personnes sont mortes, environ 1 milliard d’animaux pourraient avoir péri, plus de 2.000 habitations ont été détruites et une zone de 100.000 kilomètres carrés (10 millions d’hectares) – plus grande que la superficie de la Corée du Sud – est partie en fumée.

Quelque 30 incendies restaient cependant hors de contrôle jeudi en Nouvelle-Galles-du-Sud, selon le service rural de lutte contre les incendies. Liés à une sécheresse particulièrement grave en Australie, ces incendies sont aggravés par le réchauffement climatique, alors que les scientifiques prédisent de longue date que la récurrence de ces événements météorologiques extrêmes ne fera que s’aggraver.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Mélodie et frénésie des pluies

janvier 9, 2020

 

Présentes sous tous les toits

Dans leur mélodie et leur frénésie

Les pluies qui ont pris rendez-vous

Infligent une sévère sanction debout

 

Emportant sans pitié une crue de boue

Dans les parcelles et maisons partout

De certains quartiers de la ville inondée

Où les populations sont désemparées

 

Les pluies de ces derniers jours

Sont au réveil de mauvais bonjours

Que reçoivent les habitants fatigués

Abandonnés par des dirigeants usés

 

Bernard NKOUNKOU

 

RDC: au moins quatre morts dans de nouvelles pluies

novembre 29, 2019

 

Au moins quatre personnes sont mortes victimes des fortes pluies dans la province du Sud-Kivu, en République démocratique du Congo, pays qui connaît ses plus importantes inondations depuis 25 ans en plusieurs endroits de son territoire.

«Il y a eu quatre morts et un disparu, 10 blessés et plus ou moins 70 maisons endommagés», a déclaré Aimé Kawaya, l’administrateur du territoire de Fizi, à un correspondant de l’AFP.

«L’incident a eu lieu dans la soirée de mercredi 27 après des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la majeure partie du territoire de Fizi et qui ont causé des débordements d’une rivière», a-t-il ajouté.

«Parmi les personnes mortes figurent deux enfants d’une même famille qui ont été emportés par les eaux et dont les corps ont été enterrés le jeudi 28 Novembre», a précisé la Croix-Rouge du territoire de Fizi Kabandilwa. Sept morts avaient été rapportés dans la même province du Nord-Kivu en début de semaine.

Et une quarantaines de personnes sont mortes dans la capitale Kinshasa, des conséquences des fortes pluies dans la nuit de lundi à mardi (inondations, glissements de terrain, électrocution).

Dans le nord-ouest de la RDC, sept provinces ont été inondées en raison des débordements du fleuve Congo ou de ses affluents comme la rivière Oubangui. Ce sont les plus fortes inondations qui frappent la RDC depuis 25 ans, selon plusieurs autorités provinciales.

«Le gouvernement et les acteurs humanitaires ont préparé un plan de réponse spécifique pour un montant s’élevant à 39,9 millions de dollars t ciblant près de 227.800 personnes», avait indiqué mercredi la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

Par Le Fiagro.fr avec AFP

Une partie de la France frappée par des orages et de fortes pluies

août 9, 2018

Paris – La canicule du début de semaine a laissé la place à des orages et des fortes pluies qui frappaient jeudi le Centre-Est et le Sud-Est de l’Hexagone, entraînant des coupures d’électricité et nécessitant des évacuations dans le Gard.

Vingt-deux départements, répartis entre le Nord-Est et le Sud-Est, restaient en vigilance orange « orages » (et pour certains également « pluie-inondation ») dans le dernier point de Météo-France à 14H30: les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-de-Haute Provence, les Hautes-Alpes, l’Ardèche, les Bouches-du-Rhône, la Côte-d’Or, le Doubs, la Drôme, le Gard, le Jura, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, le Var, le Vaucluse, les Vosges et le Territoire-de-Belfort.

La vigilance orange a en revanche été levée pour l’Allier, le Cantal, la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme.

Dans le Gard, une vingtaine de personnes étaient en difficulté dans deux campings du nord du département, à Aiguèze et Saint-Julien-de-Peyrolas, après de violents orages qui ont provoqué des ruissellements menaçants, selon les pompiers. « On essaie de les sortir mais la météo est très compliquée sur le secteur et les hélicoptères ont du mal à survoler la zone », a indiqué à l’AFP le commandant Jérôme Tallaron, responsable du Codis 30.

En Dordogne et dans le Lot-et-Garonne, 7.500 foyers étaient privés d’électricité à la mi-journée, a indiqué le distributeur de courant Enedis via Twitter.

Plus de 1.200 foyers étaient aussi privés d’électricité en milieu de journée dans la Nièvre, conséquence d’une « forte activité orageuse » qui a touché le département la nuit précédente, a annoncé la préfecture.

Une première ligne orageuse active a traversé rapidement la Bourgogne et se situe maintenant de la Lorraine à l’Alsace, indique Météo-France dans son dernier bulletin. Un épisode qui s’accompagne de vents forts — entre 80 et 90 km/h, plus localement jusqu’à 110 km/h — et d’un risque de grêle sur le plateau lorrain, selon l’organisme.

– Pluies importantes en Ardèche –

A Strasbourg, la ville a fermé par précaution jeudi après-midi les parcs, les cimetières municipaux, ainsi que les « Docks d’été », la plage urbaine éphémère de la ville. Mêmes mesures de sécurité préventives à Metz et à Nancy.

A Auxerre, un violent orage s’est abattu dans la nuit, « inondant 80 m2, essentiellement des locaux techniques du service d’urgence de l’hôpital d’Auxerre de 3 à 10 cm d’eau », ont indiqué à l’AFP les pompiers. Tout était rentré dans l’ordre à 7H00, sans impact sur le fonctionnement du service d’urgence, ont précisé les secours.

D’autres orages « particulièrement actifs » concernent « le nord du Gard et du Vaucluse , l’Ardèche et la Drôme », avec de fortes précipitations. En trois heures seulement, sont ainsi tombés plus de 200 mm à Sauze et 105 mm à Vallon-Pont-d’Arc, en Ardèche, selon Météo-France.

Dans la Drôme, plusieurs routes du département étaient interdites à la circulation, dont la nationale 7 entre Donzère et Pierrelatte.

Plus aucun département de l’Hexagone n’est en vigilance orange à cause de la canicule. L’extrême sud de la Corse était toutefois en vigilance orange incendie à partir de 11H00.

Ces orages ont entraîné un rafraîchissement bienvenu après cette longue vague de chaleur, toutefois pas comparable à celle particulièrement meurtrière de 2003, qui avait provoqué un excès de mortalité estimé à 15.000 personnes. Les chiffres de surmortalité pour la canicule de ces derniers jours seront connus en septembre.

Au-delà des questions de santé, l’incidence de la canicule et de la sécheresse se ressent dans l’économie et l’agriculture. Jeudi, 45 départements étaient concernés par des restrictions d’eau allant du seuil d’alerte à celui de crise, ce qui se traduit par des réductions ou des arrêts de prélèvement d’eau pour l’agriculture, pour arroser des espaces verts ou encore laver des voitures.

Romandie.com avec(©AFP / 09 août 2018 12h59)                                                        

Rép. dominicaine: vents et fortes pluies alors qu’Irma s’approche

septembre 7, 2017

Image satellite de l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique montrant l’ouragan Irma s’approchant de la Floride, le 7 septembre 2017 / © NOAA/RAMMB/AFP / HO

Des vents de 285 km/h et de fortes pluies touchaient jeudi la République dominicaine alors que l’ouragan Irma approchait, obligeant à évacuer environ 5.500 habitants.

Le cyclone, de catégorie cinq, a fait déjà au moins dix morts sur son passage et dévasté avec une violence inouïe un chapelet d’îles caribéennes.

Jeudi soir, il se trouvait à 155 kilomètres au nord de la station balnéaire de Punta Cana, selon l’Office national de météorologie (Onamet).

« Actuellement le pays reçoit les pluies, les vents, les vagues sur la côte nord. Même si le centre (du cyclone) reste dans les eaux de l’Atlantique, les nuages persistent sur le territoire national », a indiqué le météorologue Francisco Holguin, du Centre des urgences (COE), précisant qu’il est tombé 100 millimètres d’eau.

Selon l’Onamet, l’oeil du cyclone ne devrait pas toucher directement le territoire dominicain. Haïti, Cuba et la Floride sont ensuite menacés par son passage.

Le directeur du COE, Juan Manuel Méndez, a appelé la population à rester à l’abri car « le pire n’est pas encore passé », tandis que 5.582 personnes ont été relogées dans des hébergements de l’Etat ou chez des proches.

Au total, 1.116 logements ont déjà été affectés par les inondations, des chutes d’arbres et les rafales de vent et les autorités ont effectué des coupures électriques préventives.

Une douzaine de communes étaient isolées par la crue des fleuves et dans l’est plusieurs routes ont été bloquées par des arbres tombés à terre.

Une centaine de vols prévus jeudi et vendredi ont été annulés dans les aéroports de l’île et l’activité dans les entreprises était à l’arrêt.

Selon l’Onamet, les pluies et vents forts continueront pendant la nuit sur toute la zone côtière, surtout à Monte Cristi et Puerto Plata, qui restent en alerte rouge.

« Nous pouvons nous attendre à plus de 200 millimètres, nous allons avoir beaucoup de pluie dans cette zone. Saint-Domingue ne recevra peut-être pas de rafales de vent mais des précipitations, si », a prévenu M. Holguin.

Romandie.com avec(©AFP / 08 septembre 2017 01h54

États-Unis: après le Texas, Harvey menace de semer le chaos en Louisiane

août 30, 2017

Pluies sur New Orleans en Louisiane, le 29 août 2017 / © AFP / Shawn FINK

Après avoir plongé dans la désolation des régions entières du Texas, la tempête dévastatrice Harvey a commencé à frapper mercredi la Louisiane, où ses bourrasques de pluie menaçaient également de semer le chaos.

Sur des milliers de kilomètres de ces vastes étendues du Sud de l’Amérique, les secouristes restaient engagés dans une course contre la montre pour retrouver des rescapés.

Signe de la nervosité des autorités, la plus grande métropole texane au coeur de la catastrophe, Houston, a été soumise à un couvre-feu nocturne pour éviter les pillages dans les milliers d’habitations abandonnées dans l’urgence.

A Houston, « il est probable que les inondations catastrophiques vont se poursuivre pendant des jours après l’arrêt de la pluie », a averti la ministre de la Sécurité intérieure par intérim, Elaine Duke.

En Louisiane, un Etat encore profondément meurtri par le passage de l’ouragan Katrina en 2005, des « pluies torrentielles » ont commencé à s’abattre dans le sud-ouest, a annoncé le Centre national des ouragans.

Harvey, un ouragan de catégorie 4 désormais classé tempête tropicale, a retouché terre vers 05H00 du matin à l’ouest de la ville de Cameron et devrait se rapprocher durant la journée de la Nouvelle-Orléans.

Pour l’instant seuls quelques décès directement liés au désastre ont pu être confirmés, mais les médias américains indiquaient que le bilan pourrait dépasser à 30 morts, tandis que des centaines d’autres personnes restaient injoignables.

Cinq jours après avoir commencé à frapper Houston, Harvey a transformé en lacs et rivières les rues de la quatrième métropole des Etats-Unis, comptant 2,3 millions d’habitants.

Selon les autorités, environ 30% du comté de Harris, qui inclut Houston, serait inondé. De 30.000 à 40.000 habitations seraient endommagées, selon un bilan provisoire.

– Couvre-feu –

« Nous avons plus de 230 refuges ouverts au Texas, hébergeant plus de 30.000 personnes », a détaillé mercredi Brock Long, directeur de l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA).

Durant la nuit les zones de Beaumont et de Port Arthur, à l’est de Houston, ont reçu 50 cm de précipitations, a-t-il poursuivi.

« Tandis que nous concentrons une bonne partie de nos efforts sur Houston, il faut bien comprendre qu’il y a de nombreux (autres) comtés touchés, plus de 50 », a-t-il insisté.

Des sauveteurs improvisés sont venus de tout le Texas et d’au-delà pour aider les habitants.

Sylvester Turner, le maire de Houston, dont l’agglomération compte plus de six millions d’âmes, y a décrété un couvre-feu de minuit (05H00 GMT mercredi) à 05H00 (10H00 GMT), pour éviter les pillages.

« Nous avons eu à faire à des voleurs armés qui faisaient le tour hier pour dévaliser notre communauté », a expliqué le chef de la police, Art Acevedo.

A la Nouvelle-Orléans, on se préparait à la pluie, dans une émotion palpable, en collectant de la nourriture pour les victimes plus à l’Ouest. « Cela me fend le coeur. On souffre pour tous ces gens », confiait à l’AFP Debra Werner, une serveuse de restaurant. La femme de 65 ans, qui a survécu à Katrina il y a 12 ans, est venue apporter des denrées alimentaires à des secouristes bénévoles.

– Risque d’incendie chimique –

Dans le comté d’Harris une évacuation a été ordonnée pour les personnes vivant dans un rayon de 2,4 kilomètres autour d’une usine chimique du groupe français Arkema, une « mesure de précaution » en raison des produits chimiques sur le site.

De nombreuses industries pétrochimiques sont implantées dans cette partie du Texas, où les raffineries situées sur le passage d’Harvey étaient à l’arrêt. Selon une étude de la banque Barclays, 40% de la capacité de raffinage américaine était arrêtée ou sur le point de l’être, mardi.

Le Texas représente environ 9% du Produit intérieur brut américain, et la banque d’affaires Goldman Sachs a estimé lundi que Harvey pourrait ôter 0,2 point de pourcentage au taux de croissance de l’économie américaine au 3e trimestre.

Les dégâts provoqués par la tempête pourraient atteindre les 42 milliards de dollars, selon des modélisations, faisant figurer Harvey sur la liste des cinq tempêtes les plus coûteuses jamais enregistrées aux Etats-Unis.

– Trump en rassembleur –

Le président Donald Trump s’est rendu mardi dans les régions du Texas sinistrées où, drapeau de l’Etat en main, il s’est posé en rassembleur face à cette catastrophe d’une ampleur historique et mis en avant la coopération entre autorités fédérales et locales.

« Toutes mes pensées et bien davantage accompagnent les formidables habitants du Texas! », a encore tweeté mercredi M. Trump. Il doit y revenir samedi et pourrait également se rendre en Louisiane.

Donald Trump devrait alors rencontrer des personnes évacuées, ce qu’il n’a pas fait mardi.

A Winnie, au sud-ouest de Houston, Sheryl Kunai, une femme de 57 ans, se désespérait de ne pouvoir rentrer chez elle, coincée dans une chambre d’hôtel avec son fils et sa belle-fille. Après avoir subi le traumatisme d’être ballottée dans les inondations au volant de sa voiture.

« Ce que je redoute le plus est de rouler dans l’eau », assurait-elle. « Je préfère attendre encore un jour de plus que de tenter le diable ».

Romandie.com avec(©AFP / 30 août 2017 18h55)

Crues massives dans le sud du Japon: six morts, 20 disparus

juillet 6, 2017

Une rue d’Asakura au Japon, ravagée par des crues gigantesques, le 6 juillet 2017 / © AFP / Kazuhiro NOGI

Les pluies d’une ampleur sans précédent ont provoqué des crues gigantesques jeudi dans le sud-ouest du Japon, où au moins six personnes ont péri et 20 sont portées disparues.

Les cours d’eau en furie ont emporté des routes et maisons et détruit des écoles. Des milliers de soldats et sauveteurs ont bataillé toute la journée de jeudi pour parvenir jusqu’aux personnes bloquées par les torrents ou menacées par des glissements de terrain, selon le gouvernement.

« Nous nous trouvons dans une situation très grave », a déclaré le vice-Premier ministre, Taro Aso, en mettant en garde contre de nouveaux glissements de terrain.

Les provinces de Fukuoka et Oita, sur Kyushu, la plus méridionale des quatre îles principales de l’archipel nippon, à quelque 900 km de Tokyo, ont reçu 540 mm de pluie en 24 heures par endroits. Ces précipitations sont une fois et demie ce qui y est habituellement constaté au mois de juillet, en pleine saison des pluies, et elles ont de plus trouvé un sol déjà gorgé d’eau par le passage d’un typhon en début de semaine.

Des pluies abondantes devraient continuer de s’abattre sur la région dans la nuit et sur la journée de vendredi, selon l’Agence japonaise de météorologie.

Les autorités ont néanmoins pu dans la journée de jeudi lever les avertissements dits « spéciaux » de fortes précipitations tout en maintenant des niveaux d’alerte plus faibles.

Selon Kyodo, quatre personnes sont mortes dans la ville d’Asakura dans la préfecture de Fukuoka et deux autres à Hita, dans la préfecture d’Oita.

« Une vingtaine de personnes sont portées disparues », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, précisant que quelque 7.800 policiers, sauveteurs et soldats avaient été déployés dans les zones affectées.

– ‘Accroche-toi!’ –

Parmi les disparus, un enfant a été vu emporté par une rivière en crue et on était sans nouvelles d’un couple dont la maison a été balayée par les flots.

Des images de la télévision montraient des cours d’eaux gonflés de grosses vagues envahissant des zones résidentielles, saccageant les routes et inondant les terres agricoles.

Ryoichi Nishioka, qui cultive des fleurs à Asakura, a tenté en vain de sauver ses plantations de la montée des eaux. « J’ai essayé de les couvrir mais n’y suis pas parvenu », a-t-il raconté à l’AFP. « Puis les tourbillons d’eau ont inondé la zone et emporté les serres ».

M. Nishioka, 67 ans, a aussi raconté comment il avait pendant une partie de la nuit soutenu le moral d’un homme accroché à un poteau pour échapper au déferlement d’eau boueuse. « Il n’y avait plus d’électricité alors je l’ai éclairé depuis l’étage avec une lampe torche et lui ai crié des encouragements pendant trois heures de 21H00 à minuit ». « Je lui disais +Accroche-toi ! Accroche-toi ! ». Il a été finalement secouru, s’est félicité M. Nishioka.

Un vieil homme du quartier de Haki à Asakura a vu ses meubles flotter çà et là dans sa maison inondée. « Je les ai évités et suis sorti, poussé par le courant », a-t-il raconté à la NHK.

Ailleurs, un pont ferroviaire a été détruit par la rivière Kagetsu en crue, interrompant la circulation des trains, a indiqué un porte-parole de la compagnie de chemin de fer.

De nombreuses autres lignes de la région ont connu des retards ou ont cessé de fonctionner en raison des fortes pluies, tandis que les établissements scolaires étaient fermés, selon les responsables locaux et les médias.

Romandie.com avec(©AFP / 06 juillet 2017 21h06)                

Kenya/Un immeuble s’effondre à Nairobi: au moins dix-neuf morts

avril 30, 2016

Au moins 12 personnes ont péri dans l’effondrement d’un immeuble à Nairobi. Des averses torrentielles et des plus violentes y ont fait 19 victimes au total depuis vendredi matin.

Le président kényan Uhuru Kenyatta a visité le site samedi pour encourager les équipes de secours, toujours à la recherche d’éventuels rescapés dans l’immeuble de six étages qui s’est affaissé sur lui-même.

« Jusqu’à présent, la mort de 12 personnes a été confirmée dans la tragédie », a annoncé samedi le gouvernement kényan dans un communiqué.

Un peu plus tôt, le ministre de l’Intérieur Joseph Nkaissery avait fait état de 10 victimes, ajoutant que plus de 120 rescapés avaient été hospitalisés depuis vendredi soir. Quelque 80 d’entre eux ont pu regagner leur domicile depuis.

Arrêt de démolition
L’immeuble de six étages s’est écroulé vendredi vers 21h30 (20h30 en Suisse) dans le quartier populaire de Huruma, dans le nord-est de la capitale kényane, frappée par les averses extrêmement violentes.

Le bâtiment, livré il y a deux ans, avait été construit près d’une rivière et avait été frappé d’un arrêté de démolition, précise le gouvernement. Mais cette décision n’avait été ni respectée, ni mise en application par le comté de Nairobi.

Le président Kenyatta a ordonné à la police « d’agir immédiatement pour identifier et arrêter les propriétaires de l’immeuble qui n’ont pas tenu compte des directives de l’Autorité nationale de la construction », a rapporté la présidence dans un communiqué.

« Le propriétaire de l’immeuble, l’architecte et les ingénieurs impliqués dans la construction devront être arrêtés et inculpés. Ils doivent être jugés pour cela », a renchéri le ministre de l’Intérieur.

Cent cinquante foyers touchés
Plusieurs dizaines de survivants ont été extraits des décombres jusqu’au petit matin. Un rescapé a ainsi été retrouvé samedi à l’aube, plus de dix heures après la catastrophe.

D’après la Croix-Rouge kényane, 150 foyers ont été touchés par cet effondrement. Deux immeubles du voisinage ont été déclarés « dangereux » samedi et leurs occupants évacués.

Les pluies torrentielles vendredi ont provoqué des inondations dans de nombreux quartiers de la capitale et causé la mort de sept autres personnes.

Deux sont mortes noyées quand leur véhicule a été emporté par les eaux dans la zone industrielle de la capitale, une autre a péri dans les inondations et quatre ont été tuées par la chute d’un mur qui délimitait une propriété, a précisé le chef de la police Japheth Koome.

Romandie.com