Posts Tagged ‘Pointe-Noire’

Congo-P/Noire : un Libanais au nom de Abdil Tarek bien tapé par deux lesbiennes pour mauvais payeur

juin 12, 2021

Il avait contacté les deux filles pour un trio afin de réaliser ses fantasmes avec deux filles noires. Un baptême pour ses premiers pas à Pointe-Noire au Congo où il est venu chercher la vie. Mais comme la majorité des Libanais, il a peu d’estime pour les Noirs et s’est cru en terrain conquis en refusant de payer la somme accordée au départ. La lesbienne qui joue le rôle de l’époux a appliqué ses qualités d’homme et a bien tapé le pauvre Libanais qui a dû débourser finalement le double du montant accordé.

Il s’appelle Abdil Tarek Fayoud, migrant Libanais venu se chercher au Congo en provenance du Liban, un pays en faillite, à la merci du Hezbollah et de la mafia. Habitué au Liban à mépriser la race noire comme 99 % des Libanais, il a néanmoins voulu réaliser ses fantasmes de coucher avec deux lesbiennes africaines.

C’est un travailleur Congolais, employé par les Libanais qui lui a servi de commissionnaire auprès de ce couple des lesbiennes habitant le quartier Mouyondzi. Les deux filles n’ont pas hésité à accepter très alléchant transmis par le commissionnaire Congolais, du reste de la même ethnie qu’elles.

La rencontre a été fixé dans un hôtel discret à la base, les filles ayant refusé de se rendre au domicile du Libanais à cause des précédents. Après plus de 4 heures d’échanges de plaisir mutuel, le sujet Libanais qui s’est dit insatisfait a voulu revoir à la baisse le tarif accordé. Ce qui a énervé les lesbiennes : «  Je t’ai laissé baisé ma femme et tu veux tergiverser, fais attention à toi et ne me pousse pas à devenir folle » lui a averti celle qui joue le rôle du mari.

De l’incompréhension et la tête dure du Libanais s’en sont suivis les coups de tête et points de la lesbienne. Le pauvre Libanais a été pris en sandwich par les deux filles qui ont une force inexplicable.

Finalement le migrant Libanais a voulu calmer le jeu pour éviter de subir le pire en acceptant le diktat des lesbiennes soutenues par le réceptionniste de l’hôtel. Il a payé le double du montant accordé pour avoir tenté de jouer au malin.

Avec Sacer-Infos par Stany Frank

Congo/Pointe-Noire: Une bagarre entre lycéens après les épreuves du bac blanc

juin 7, 2021

avec Lewis Brown Promo242

Congo/Disparition : des adieux à Christian Barros

juin 1, 2021

Les autorités ont fait le 1er juin à Pointe-Noire leurs adieux à Christian Barros, président de l’Union patronale et interprofessionnelle du Congo (UniCongo), décédé le 25 mai à l’âge de 74 ans dans le département du Kouilou.

Les trois ministres au sortir de l’église crédit photo: « Adiac »

Les membres du gouvernement en tête desquels le ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Firmin Ayessa, le ministre du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé, Antoine Nicéphore Thomas Fylla Saint-Eude, le ministre des Zones économiques spéciales et de la Diversification économique, Emile Ouosso, les chefs d’entreprises, ainsi que d’autres hautes personnalités du pays ont rendu un dernier hommage au regretté président de l’UniCongo.

En effet,  Christian Barros était également président du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale. Homme d’affaire aguerri, il a construit en République du Congo dans les années 1993, Codisco, l’une des plus grandes entreprises privées du pays, présente dans plusieurs domaines.

Spécialisée dans un premier temps dans la vente et distribution des produits de quincaillerie, bâtiment et construction, Codisco s’est agrandie et a ouvert, en 2000, le département froid et climatisation avec la vente, l’installation, la maintenance de toutes puissances en conditionnement d’air.      

Une année après, la société met en place une équipe entièrement dédiée à la désinsectisation, dératisation et la désinfection.  En 2013, le département technique de la société diversifie son activité à travers le développement de l’activité de plomberie. « Le destin a été trop cruel. Il avait encore beaucoup à faire, les Congolais avaient encore besoin de lui.  Nous ne t’oublierons jamais », ont dit ses collaborateurs rencontrés après la messe de requiem offficiée par Mgr Miguel en l’église Notre-Dame de la ville océane. La dépouille de Christian Barros quitte Pointe-Noire ce 2 juin pour être inhumée en France.

Avec Adiac-Congo par Hugues Prosper Mabonzo

Congo/Vers les 60 ans du petit Séminaire de Loango : Que les jeunes prennent le temps de discerner la place qui est la leur dans l’Eglise

mai 29, 2021
VERS LES 60 ANS DU PETIT SEMINAIRE DE LOANGO : Que les jeunes prennent le temps de discerner  la place qui est la leur dans l’Eglise

Le Petit séminaire de Loango s’apprête à fêter ses 60 ans d’existence. Il s’agit d’une vénérable maison de formation qui a vu défiler dans ses murs des centaines de jeunes animés du désir de servir Dieu dans l’Eglise de Pointe-Noire. En prélude à ce jubilé, l’abbé Raphaël Nzaou, le directeur de ce Petit séminaire a répondu à nos questions.

*Père, de manière brève, comment décririez-vous les grands traits de l’histoire de ce séminaire?
**De manière brève, nous pouvons dire que le village de Loango abritait dans les années 1887-1897 un séminaire fondé par Mgr Hippolyte Marie Carrie. Ce séminaire fermera ses portes pour être transféré à Mayoumba, au Gabon, parce que Loango devenait de plus en plus bruyante et ne permettait plus aux séminaristes de suivre leur formation dans la quiétude. En 1923, l’administration coloniale française quitte Loango et s’installe à Pointe-Noire. C’est ainsi que la population de Loango se déplace à Pointe-Noire. Il faudra attendre 1955 pour que les pères spiritains reconstruisent les nouveaux bâtiments qui abriteront le nouveau séminaire qui ouvrira ses portes le 15 septembre 1961 en accueillant, dans un premier temps, 39 jeunes.

*Quelle est la vocation de ce séminaire? Par cette question, je voudrais savoir si tous les jeunes internés ici seront prêtres à l’avenir.
**La vocation de ce séminaire comme tout séminaire c’est d’accompagner et de former les jeunes qui portent dans leurs cœurs le désir de servir Dieu comme prêtre. On y entre et on y est accueilli pour discerner l’appel de Dieu. Il va sans dire que tous les jeunes qui sont accueillis au séminaire y sont pour savoir où le Seigneur les veut pour le servir, est ce dans le sacerdoce ministériel ou dans le sacerdoce baptismal?

*Depuis quelques mois, le diocèse de Pointe-Noire est devenu archidiocèse. Je suppose que cela implique plus de travail en termes de vocations pour l’archevêque et ses collaborateurs. Comment pensez-vous, avec les autres formateurs de ce séminaire, vous y prendre pour répondre à ce défi?
**Le diocèse est passé à l’archidiocèse depuis le 30 mai 2020 et vous comprenez que cela fait exactement une année. Comment pensons-nous nous y prendre avec les autres formateurs pour accompagner les jeunes qui viennent au séminaire pour discerner l’appel de Dieu? Mais nous poursuivons le travail comme il s’est toujours déroulé jusqu’ici puisque les diocèses suffragants, Dolisie et Nkayi, restent et demeurent autonomes, avec la possibilité chacun de gérer sa maison de formation. Nous travaillons en parfaite harmonie avec le recteur du séminaire Saint Gabriel de Dolisie. Cela n’implique aucun travail supplémentaire. On fonctionne selon les orientations de notre archevêque, Mgr Miguel Angel Olaverri.

*Quels sont les défis actuels de ce séminaire?
**Les défis actuels du séminaire Notre-Dame de Loango restent dans le ratio fondamental assigné à tous les séminaires. L’objectif du Petit séminaire est d’aider la maturation humaine et chrétienne des adolescents en qui se manifestent les premiers signes de la vocation au sacerdoce ministériel, afin de faire grandir en eux une liberté intérieure propre à leur âge. Cela dit, nous accompagnons les jeunes dans leur processus de maturation vocationnelle dans une plus grande liberté intérieure. Notre défi est d’aider le jeune frère à discerner où le Seigneur le veut dans sa vie. Et, surtout, qu’il soit épanoui dans son choix discerné avec les accompagnateurs. Comme dit saint François de Sales: Nous devons fleurir où le Seigneur nous a plantés.

*Quel message adresseriez-vous aujourd’hui à la jeunesse catholique de l’archidiocèse?
**La vie est un don de Dieu, et l’homme est la seule créature que Dieu a voulu à son image et à sa ressemblance en lui confiant la mission de prendre soin de sa création. Donc, prendre du temps pour discerner quelle mission le Seigneur me confie dans sa vigne, permettra à chacun de nous de prendre soin de ‘’la maison commune’’ en exerçant notre devoir comme des serviteurs quelconques. Dans l’Église, chacun de nous a une mission à remplir. D’ailleurs, nous sommes un corps à plusieurs membres ; chaque membre joue son rôle pour permettre au corps de se mouvoir et de se développer. Que le jeune prenne le temps de discerner quel est son rôle dans la vie de l’Église, de la société congolaise et dans sa famille. C’est à ce titre que chacun portera du fruit là où le Seigneur l’aura planté.

Avec La Semaineafricaine Propos recueillis par Madocie Déogratias MONGO

Congo/Pointe-Noire: Décès de Christian Barros, président de UNICONGO, Patron de CODISCO et PCA de la CNSS

mai 26, 2021
Photo de BrazzaNews.

D’après certaines indiscrétions, Monsieur Barros est mort à MABINDOU. Mais avant qu’il se donne la mort, ce dernier a laissé un mot à son gardien en lui demandant de le remettre à son ami Alexandre.

Monsieur BAROS s’est ensuite rendu à Loango où il s’est suicidé à l’aide d’un fusil de 14 mm ( Diana fabriqué pour la chasse des oiseaux ).

Le Patron de UNICONGO avait insisté de remettre cette lettre qu’à 15 h, c’est ce qui fût fait, le destinataire a rapidement signalé ses amis et la famille qui se sont tous mobilisés pour le retrouver en commençant par solliciter l’aide de son réseau mobile qui est Airtel.

La compagnie Airtel a localisé son téléphone à Diosso. Une fois à DIOSSO, après d’intenses recherches avec l’aide de la population, un chef du quartier s’est souvenu avoir vu un véhicule resté longtemps depuis 9 h immobilisé dans un coin, et la population a témoigné avoir entendu un coup de feu dans cette zone, mais tout le monde pensait comme d’habitude que c’était quelqu’un qui chassait, et c’est là qu’on retrouve le corps sans vie de M. Barros en fin d’après midi, l’homme aurait semble-t-il des dettes qu’il n’arrive pas à éponger, et le poids des travailleurs qu’il n’arrive pas à payer, il était le patron de CODISCO, travaillait aussi à ENI .

Avec Brazzanews

Congo/Enseignement supérieur : l’université de Pointe-Noire, un des défis d’Edith Delphine Emmanuel Adouki

mai 24, 2021

La nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique qui a officiellement pris ses fonctions, le 21 mai, entend apporter la touche féminine dans ce sous-secteur qu’elle connaît depuis près de 33 ans.  

Bruno Jean Richard Itoua cédant le témoin à Edith Delphine Emmanuel Adouki/DR

Cheffe de département de master et de formation doctorale à la faculté de droit de l’Université Marien-Ngouabi, Edith Delphine Emmanuel Adouki succède à Bruno Jean Richard Itoua qui a passé cinq ans à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur. Parmi la trentaine de dossiers transmis à la nouvelle ministre figure le chantier de l’université interdépartementale qui sera érigée dans le Kouilou. « C’est un engagement que le chef de l’Etat a pris et que nous en tant que ministre de l’Enseignement supérieur avons le devoir de réaliser. Nous allons donc nous y atteler, Ainsi que l’a dit le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, nous serons jugés aux résultats », a déclaré Edith Delphine Emmanuel Adouki.

L’autre dossier concerne l’université Denis-Sassou-N’Guesso de Kintelé qui a ouvert ses portes cette année. « C’est un enfant que nous allons accompagner, que nous allons aider à grandir parce que les premières années sont les plus difficiles. Mais lorsque vous donnez à l’enfant tout dont il a besoin, vous pouvez être sûr que l’enfant grandit pour devenir un adolescent et ensuite un adulte », a-t-elle poursuivi.

Elle aura aussi la charge de poursuivre la numérisation et la modernisation de l’Université Marien-Ngouabi. « La tâche est lourde, je pense que si les défis existent, c’est pour être relevés et les défis ne peuvent pas être relevés par les hommes mais aussi par des femmes. Je m’inscris dans le combat qui était celui de nos mères, nos aînées, nos sœurs dont certaines ont disparu, qui ont pu affirmer que les femmes avaient leur place dans le processus de développement de notre pays. Je suis consciente de ma charge, de mes devoirs… », a ajouté Edith Delphine Emmanuel Adouki.

Bruno Jean Richard Itoua s’est, de son côté, félicité de la qualité du dialogue social qui existe désormais au sein du sous-secteur. Selon lui, le protocole d’accord signé avec les partenaires sociaux a permis de régler les remous dus, entre autres, au non-paiement des arriérés de salaires et des heures supplémentaires.

« Ce protocole d’accord appliqué rigoureusement par le ministère des Finances jusqu’au mois de janvier est probablement le dernier maillon de ce que nous puissions fonctionner de façon apaisée… Depuis janvier, devant les tensions, quelques problèmes ont pu apparaitre mais je sais que le Premier ministre, chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso, connaît le problème. Si ce protocole est respecté, nous pouvons continuer à préserver la paix sociale dans le sous-secteur », a conseillé celui qui s’occupera désormais du ministère des Hydrocarbures.

Bruno Jean Richard Itoua est, en effet, conscient qu’il laisse le département dans les bonnes mains.

Avec Adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama

Congo-P/Noire : un avocat escroque ces clients pour s’acheter des parcelles et des voitures

avril 9, 2021

La justice au Congo-Brazzaville, souffre de graves dysfonctionnements depuis plusieurs décennies. On ne peut quasiment plus parler, de justice, tant le droit n’est plus appliqué, dans la plupart des cas. Celui qui paiera le plus, aura gain de cause. Ainsi dans les bureaux des juges et des procureurs, on parle argent et non pas de droit. Tous, veulent construire, de grosses villas, sur le dos des justiciables. On peut ainsi entendre, dans les diverses chambres du parquet: «j’ai besoin de sable pour mon chantier», «j’ai besoin d’un écran plat pour ma maison»; «j’ai besoin de ciment» etc. Nous n’avons plus affaire à des professionnels du droit, mais à des ingénieurs en bâtiments. Et si l’on rajoute, à cela toutes les maîtresses, qu’ils entretiennent, on pourra parler d’infatigables géniteurs.

Pour illustrer, ce propos, on peut prendre l’un des symboles, de la décadence, de la justice au Congo-Brazzaville: Doctrové Nzikou. Un nom qui revient souvent, lorsque l’on parle de la corruption et de l’absence totale de moralité, dans la justice.

L’une des affaires qui a rendu célèbre, cet individu, et qui lui a valu, le surnom : d’avocat des chinois, un jeune ouvrier, ayant perdu son bras, sur un chantier, tenu, par une entreprise chinoise. Le malheureux ouvrier, a fait l’erreur de sa vie, en s’adressant à Nzikou pour le paiement des indemnités, suite à la perte de son bras. En effet, l’entreprise chinoise, qui avait embauché , ce jeune homme, était responsable , de l’accident de travail , dont ce pauvre ouvrier ,avait été victime. Vous ne serez pas surpris, d’apprendre que le dossier, est « perdu » ou « en attente au parquet ». Le jeune n’a vu que du feu, et n’a à ce jour, rien perçu, même pas cinq francs. Nzikou lui, c’est fait construire, une somptueuse villa et aurait perçu la coquette somme de 200 millions de francs CFA des chinois. Il ne reste plus à ce jeune, que son seul et unique bras pour essuyer, ces larmes. Un grand ingénieur en bâtiment, ce Nzikou…

Affaire suivante, qui est déjà connue, de tous quasiment, ce jeune bailleur qui avait loué, une villa à des mafieux chinois à ex-trésor et qui c’est retrouvé en prison, tabassé, avec ces biens saisies, après avoir fait appel à Nzikou.

Bref rappel des faits : Le bailleur découvre que ces locataires chinois, en plus de ne payer : ni l’ eau, ni l’électricité, ni le loyer, sont des proxénètes, et des trafiquants de drogue. Lorsque ce bailleur, lui aussi fait l’erreur, de demander à Nzikou, de l’assister dans l’expulsion de ces derniers, et dans le recouvrement des sommes dues : Vous ne serez pas surpris, d’apprendre que le dossier, est « perdu » ou « en attente au parquet ». Il faut rajouter, que peu de temps après, on a vu Nzikou, rouler dans un Toyota Prado tout neuf…

Le même bailleur, par la suite s’est retrouvé, en prison, tabassé par la garde républicaine, et une saisie totalement illégale, a été prononcée contre lui par le président du Tribunal de commerce Venceslas Bossouba. Venceslas Bossouba, est un nom, qui a fait couler, beaucoup d’encre, pour ces jugements scandaleux. Bossouba, s’est fait construire une luxueuse villa à Kintélé, avec tout le confort moderne. Un grand ingénieur, en bâtiment, ce Venceslas Bossouba.

Affaire suivante, moins connu, mais toute aussi illustrative du comportement de Nzikou, un ouest africain, ayant été chassé, de son local par son bailleur, sans que le montant des travaux qu’il avait effectué dans ce même local, ne lui aient été remboursé. Notre wara, va également, faire l’erreur de s’adresser à Nzikou, pour l’assister au parquet. Vous connaissez déjà la suite : Vous ne serez pas surpris, d’apprendre que le dossier, est « perdu » ou « en attente au parquet ». Sans surprise, le dossier a été traité, par le plus grand ingénieur en bâtiment, du tribunal de commerce, j’ai nommé : Venceslas Bossouba.

Tous ceci, au nez et à la barbe, du très peu autoritaire, procureur général près la cour d’appel : Michel Oniangue. Aux dernières nouvelles, lui aussi serait, en train, de construire une villa. Un grand ingénieur en bâtiment, ce Michel Oniangue.

Et Christian Eric Locko, dans tout cela, notre très cher et tendre bâtonnier des avocats, que va-t-il en penser? La réponse est déjà connue : «Nzikou, Il n’a fait que son travail d’avocat », bien sûr. Christian Eric Locko serait il, également, un grand ingénieur en bâtiment ? Grande question existentielle de notre époque. Comme disait Shakespeare, « that is the question ».

Je vous laisse méditer, sur les agissements, de ces grands ingénieurs en bâtiments, ces infatigables bâtisseurs, et géniteurs que sont devenus, nos professionnels du droit au Congo Brazzaville. Je vous parie, qu’ils connaissent : mieux le dosage du ciment, et le cycle de la femme, que le droit… Le niveau des immeubles, qu’ils construisent est de plus en plus haut, mais le niveau de la justice de plus en plus bas… Il fut un temps ,où les magistrats, vivaient dans des maisons de plain-pied, et la justice était bien rendue ; aujourd’hui, ils vivent dans des immeubles, de plusieurs étages, et nous avons, une justice de merde !!!!

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Diplomatie: la République de Saint-Marin a désormais une représentation au Congo

avril 5, 2021

L’installation de Marcello Della Corte, consul honoraire de la République de Saint-Marin en République du Congo, a été faite le 1er avril par Alexandre Honoré Paka, préfet du département de Pointe-Noire, en présence de Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique.

Le préfet de Pointe-Noire remettant le drapeau de Saint-Marin à Marcello Della Corte Crédit photo »Adiac »

Depuis près de cinq ans, le Congo et la République de Saint-Marin se sont engagés à travailler ensemble dans divers domaines. Une collaboration ponctuée par les accords diplomatiques signés le 28 septembre 2018 au Palais des Nations unies à New York scellant la coopération Congo et Saint-Marin.

L’intronisation du consul honoraire de la République de Saint-Marin en République du Congo de Marcello Della Corte traduit la cordialité des relations entre les deux pays renforcée par cette représentation diplomatique qui a pour siège Pointe-Noire. Une collaboration qui sera étroite avec toutes les institutions de la République a rassuré le préfet de Pointe-Noire en remettant les attributs de pouvoir au nouveau Consul.

Saint-Marin est l’un des plus petits Etats du monde mais aussi une ancienne République créée en l’an 300 après Jésus Christ, a dit le consul honoraire avant de réaffirmer son engagement à œuvrer auprès du Congo dans la recherche scientifique appliquée à la protection de l’environnement et à l’agriculture biologique dont l’expertise en la matière ne se dément plus. «  En collaboration avec le ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, cette coopération s’est traduite par l’implantation dans le district de Tchiamba Nzassi du premier centre  biologique pour le traitement des déchets pétroliers, le premier de la sous-région certifié Iso 9001. La recherche scientifique et l’innovation technologique sont à la base des intérêts réciproques de nos deux Etats. La mise en place de ces relations diplomatiques ne fait que renforcer les échanges », a-t-il ajouté.

Avec Adiac-Congo par Hervé Brice Mampouya

Le Port de Pointe-Noire, l’invention de l’application de Rose Goyeli et la Tunisie avec son premier satellite

mars 26, 2021

Avec France24

Congo/Pointe-Noire: Meeting du candidat Guy Brice Parfait Kolelas à l’Institut Thomas Sankara

mars 12, 2021

Peuple de Pointe -Noire, le meeting de votre candidat – initialement prévu au rond-point Lumumba, se tiendra finalement à l’institut THOMAS SANKARA ce samedi 13 Mars a 10 h .

Venez massivement écouter le candidat du changement GUY BRICE PARFAIT KOLELAS!

La peur a changé de camps .

Avec Brazzanews Large diffusion !!!