Posts Tagged ‘Pointe-Noire’

Festival soul power Kongo : le film documentaire « Aimée wa bolingo » lance les activités

novembre 18, 2022

Réalisé par Sylvie Mavoungou Bayonne, directrice du Festival soul power Kongo, le film documentaire « Aimée wa bolingo » a ouvert, le 17 novembre à Canal Olympia Mpita, à Pointe-Noire, la huitième édition.  

Aimée Gnali Mambou / DR

Le film documentaire de 40 mn brosse le portrait d’Aimée Gnali Mambou, femme de culture, militante engagée dont la carrière est tout aussi liée à l’histoire du Congo d’avant et après indépendance. Sans détour ni langue de bois, elle s’exprime sur sa vie, sa carrière et donne son appréciation sur la vie socio-politique du moment. 

Selon Sylvie Mavoungou Bayonne, la réalisatrice, les entretiens avec Aimée Gnali Mambou ont toujours été enrichissants car ponctués de nouvelles connaissances et de précieux enseignements. C’est ainsi qu’elle a voulu partager ces moments uniques avec le public en réalisant cette conversation qui explore presque tous les domaines de la vie d’une des icônes de la culture congolaise : l’enfance, l’adolescence, son engagement, la politique, l’éducation, la musique …, autant de thèmes explorés lors de cet entretien. 

A la fin de la projection, un échange a été organisé d’un côté avec le public et, del’autre, entre Sylvie Mavoungou Bayonne et Aimée Gnali Mambou. Un partage qui a permis d’éclairer la lanterne de plusieurs personnes sur ce qu’est réellement cette femme atypique qui refusa d’intégrer le gouvernement de l’époque et devenir la première femme ministre au Congo. En 40 mn, la tâche était quasiment impossible de cerner toutes les facettes de la vie de cette femme que les autres compatriotes pourront explorer éventuellement à l’avenir, a suggéré la réalisatrice. 

Première bachelière du Congo dans les années 1950, Aimée Gnali Mambou obtient une bourse d’études qui lui permet de s’inscrire à la Sorbonne pour étudier les lettres. Elle milite à cette époque à la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France où elle va rencontrer Lazare Matsocota, brillant intellectuel, qui sera plus tard son modèle dans l’engagement politique.  Enseignante au Lycée Victor- Augagneur et à l’Université de Brazzaville, elle va ensuite poursuivre sa carrrière professionnelle à l’Unesco, à Paris, l’institution onusienne qu’elle quittera seulement à la retraite et rentrer définitivement au Congo, au lendemain des événements de 1997. Nommée ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, elle assumera ses fonctions jusqu’à sa démission du gouvernement en 2002. Femme militante, elle fut aussi secrétaire générale du Parti pour l’alternance politique . Elle est cofondatrice, avec le Pr Delphin Louembé et Servet Biyoko, de l’Institut supérieur de technologie le Littoral, à Pointe-Noire. 

Aimée Gnali Mambou est auteure des ouvrages « Beto na beto le poids de la tribu », publié chez Gallimard et  » L’or des femmes » qui est une revisitation de la tradition vili avec le Tchikumbi.

Le Festival soul power Kongo se poursuit avec le concert sur les musiques traditionnelles du Nord au Sud du pays, le 18 novembre, avant celui des musiques de la diaspora africaine de Pointe-Noire prévu le 19 novembre à Canal Olympia Mpita. La présentation de l’ouvrage « Histoire et usages du nom Kongo » de Joseph Zidi et les ateliers de ngomvi ont également lieu en marge des spectacles.  

Avec Adiac-Congo par Hervé Brice Mampouya

Congo/Pointe-Noire : un médecin dénonce un trafic d’organes à l’hôpital A Cissé

novembre 14, 2022

 Pointe-Noire : un médecin dénonce un trafic d’organes à l’hôpital A Cissé

Un réseau international de trafic d’organes opère au sein de l’hôpital Adolphe Cissé de Pointe-Noire selon un médecin qui a requis l’anonymat et qui affirme être témoin oculaire de certaines transactions entre ses collègues et les membres du dit réseau. Des malades encore en vie sont achevés et leurs organes retirés pour être vendus dans le Moyen-Orient.

Au cœur de ce réseau, on retrouve des Congolais, Libanais, Ouest-Africains qui bénéficient d’une couverture politico-militaire les mettant à l’abri de toutes poursuites judiciaires. Dans la ville de Pointe-Noire existerait une chambre froide spéciale pour le stockage et conservation des organes avant leur expédition par des vols privés spéciaux à partir de l’aéroport Agostinho Neto.

Les organes les plus demandés sont les reins bien que les cœurs aussi rentrent dans ce juteux trafic dont se sucrent les membres du réseau. Par exemple le vendredi 28 octobre, un jet privé avec à son bord 66 reins et 22 cœurs a décollé de Pointe-Noire à destination de Dubaï via Nairobi au Kenya.

Le mardi 1er Novembre, jour de la Toussaint, ironie du sort, un autre jet privé chargé cette fois-ci de 48 reins , 18 cœurs et une importante quantité d’Or brut a quitté Pointe-Noire aux alentours de 22 heures pour Abu Dhabi.

Ces rotations aériennes entre Pointe-Noire et le Moyen-Orient sont permanentes avec une fréquence de deux vols le mois. A ce jour, malgré les dénonciations internes comme externes, la direction de l’hôpital A Cissé, ni les autorités compétentes de Pointe-Noire n’ont jamais diligenté d’enquête du fait qu’elles sont complices.

Dans cet hôpital de Pointe-Noire on enregistre quelques 25 décès par semaine dont nombreux par négligence médicale. Une indiscrétion étale que la femme d’une autorité politique du Kouilou lors d’une dispute lui aurait reproché de s’enrichir sur les cadavres des Congolais.

Avec Le Congolais.fr

Congo: Ancien maire de Pointe-Noire, Jean François Kando se serait vu retirer son passeport

novembre 14, 2022

Le CID départemental du Kouilou aurait retiré le passeport de l’ancien maire de Pointe-Noire suite à l’interdiction de sortie du territoire qui pèserait sur lui. Joint au téléphone, un proche de Jean François Kando a refusé de se prononcer sur ce, affirmant que l’intéressé serait serein et ne se reprocherait de rien.

Jean François Kando, ancien maire de Pointe-Noire serait-il devenu subitement de la peste pour ses anciens protégés du PCT ? On apprend que les services de sécurité lui aurait retiré son passeport afin de l’empêcher de quitter le pays. Depuis des semaines des rumeurs sur une enquête diligentée par le CID pour malversations financières sur lui circulent.

A la tête du conseil municipal de Pointe-Noire pendant cinq ans, Jean François Kando a été défenestré de la façon la plus cruelle par son propre parti le PCT. Lui-même croyait à sa reconduction à la mairie de la ville jusqu’au dernier moment.

Ce qui l’appelle comme humiliation et ingratitude de son parti lui ont fait tenir des propos discourtois envers ses parrains d’hier. Ses proches non plus ne se sont retenus pour traiter de tous les noms d’oiseau les Mbochis du pouvoir. Par ailleurs, sa gestion à la tête du conseil municipal est l’objet d’une enquête au vu des nombreux cas de détournements des fonds dénoncés par les employés de la mairie de Pointe-Noire.

Après son interdiction de quitter le pays, des indiscrétions évoquaient un plan de fuite via le Cabinda ou le Gabon pour se soustraire à la justice, d’où ce retrait préventif de son passeport par les services de sécurité qui le surveilleraient aussi 24h/24h.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-Mpaka : un oncle sauvagement tabassé par ses neveux pour une affaire d’héritage parcellaire

novembre 13, 2022
 Mpaka : un oncle sauvagement tabassé par ses neveux pour une affaire d’héritage parcellaire

Un oncle fainéant encore incrusté dans l’héritage des biens d’autrui vient de subir la colère des enfants laissés par son défunt frère en voulant les déshériter de leur parcelle. Une décision qui irrité les orphelins, qui se sont battus seuls, pendant la maladie de leur père, abandonné par sa propre famille. L’oncle, a été sévèrement tabassé à la grande joie du voisinage qui ne cessait de les encourager avant que le police n’intervienne.

Même en 2022, il y a encore de ces congolais qui rêvent de la mort d’un des leurs pour hériter de leurs biens au détriment de leur progéniture. A Mpaka, un quartier de Pointe-Noire, capitale économique du Congo, une famille a vécu une histoire similaire.

Après le décès de leur père qui a lutté pendant une année avec la maladie, les quatre enfants n’ont pas du tout digéré que leur oncle paternel soit animé par l’esprit d’héritage. Cet oncle ne s’est presque pas présenté au chevet de son frère lors de sa maladie comme le reste de la famille d’ailleurs, mais n’avait que des yeux pour les biens matériels laissé par le défunt.

Deux jours après les obsèques, la famille a organisé une réunion comme il en est de coutume au Congo. Les enfants et la veuve ont été surpris d’apprendre de leur oncle improvisé en chef de famille, qu’ils devraient libérer la maison et aussi remettre le titre foncier de la deuxième parcelle de Ngoyo, les papiers des deux bus en circulation.

En quelque sorte la famille paternelle annonçait récupérer tous les biens laissés par leur père et qu’eux n’hériteraient de rien. Une décision vivement contestée par les enfants qui ont défié leur oncle qui a été prié d’aller se faire voir et de ne même pas rêver hériter ni d’une simple fourchette.

Les échanges de parole qui s’en ont suivi ont abouti à la bastonnade de l’oncle devant toute la famille. Soutenus par le voisinage, les enfants ont bien corrigé leur oncle malgré ses menaces de sorcellerie. La police qui a débarqué s’est juste contentée de mettre à l’abri l’agressé en invitant à la famille de trouver une solution au problème. Mais pour les enfants, aucune solution visant le partage des biens laissés par leur père ne serait envisageable.

Avec Le Congolais.fr

Pointe-Noire/Quartier Km14 : des habitations englouties dans un ravin

novembre 8, 2022

Suite aux deux grandes pluies qui se sont abattues vendredi et dimanche derniers à Pointe-Noire, les habitants du quartier Km14 n’ont que leurs yeux pour pleurer leurs maisons qui s’écroulent une à une, sous la pression des eaux débordantes causées par la digue mal érigée de la société KMK.

 

Le ravin 1

Un SOS est lancé aux autorités préfectorales et nationales pour voler au secours des sinistrés du quarier Km 14, qui se disent  abandonnés à eux-mêmes après leur malheur venu accentuer ce qu’ils vivent depuis près d’une année. Plus d’une trentaine de familles se trouvent aujourd’hui sans abris, errant ici et là à la recherche des lieux d’accueil tout en lançant un cri d’alarme au gouvernement afin que très rapidement une solution leur soit trouvée.

Interrogées par la presse, ces familles sinistrées ont déclaré: « Le chef de bloc a pu joindre 

Le ravin2

les responsables de la société KMK, qui au départ ont voulu parler de catastrophe naturelle et quand ils sont descendus sur le site, ils ont reconnu que c’est aussi en partie cette digue qui a causé cela et ont promis des aides à ces familles ».

Pour ces familles, si cette société avait procédé à l’ouverture d’un caniveau digne de ce nom, les eaux des pluies devraient se déverser dans la rivière Patra sans provoquer ces dégâts dont elles sont victimes aujourd’hui.  

Notons que parmi ces nombreuses familles qui assistent impuissamment aux écroulements de leurs habitations, il y a des retraités, des sans-emplois, des travailleurs aux faibles revenus et autres. Pour eux, ce problème allait déjà depuis longtemps trouver une solution s’ils étaient écoutés lors de l’érection de cette digue.

Avec La Rédaction

Congo: Des ossements humains découverts au domicile de l’ancien maire de Pointe-Noire Jean François Kando

novembre 5, 2022

Encore un scandale de plus impliquant l’ancien maire de la ville de Pointe-Noire, Jean François Kando, qualifié du plus pire jamais passé à la tête de la mairie. Des témoignages parlent d’une découverte macabre dans sa résidence privée suite aux dénonciations anonymes. Des ossements humains enterrés dans sa cour et ont été retrouvés.

On soupçonne son féticheur d’avoir vendu la mèche juste après la chute de son client de la tête du conseil municipal de la ville de Pointe-Noire. Ce féticheur reprocherait à Jean François Kando d’être un mauvais payeur et de n’avoir jamais considéré son travail.

Ces ossements humains proviendraient des cadavres abandonnés à la morgue de Pointe-Noire et qui ont servi au féticheur de fortifier le pouvoir mystique de Jean François Kando, qui se croyait éternel à la mairie de la ville.

Depuis toujours un trafic des ossements humains a été dénoncé par les employés de la morgue de Pointe-Noire. Le sort de l’ancien maire de Pointe-Noire a été scellé depuis Brazzaville à cause de son incompétence et surtout son enrichissement illicite a une vitesse irréversible. Jean François Kando, adoubé par ses fétiches chantait partout être le protégé des Mbochis d’Oyo.

Sa chute a créé un choc dans l’entourage de Jean François Kando et le dit féticheur a été traité de tous les noms d’où la colère l’ayant poussé à faire ces révélations contre son ancien client. Tous ces ossements n’ont pas empêché son départ néanmoins et Dieu reste l’unique protection sur terre.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-P/Noire : il vole le sac d’une vieille maman de Sibiti et trouve 2 poules noires assis dans son lit

octobre 31, 2022
 P/Noire : il vole le sac d’une vieille maman de Sibiti et trouve 2 poules noires assis dans son lit

C’est le voleur le plus triste de la ville de Pointe-Noire ! Après avoir arraché le sac à main d’une vieille maman au Grand Marché de la ville, il a cru faire une bonne affaire quand il y a trouvé la somme de 15.000 frs et un téléphone dit Anti complexe. Malgré que la vieille le suppliait de tout prendre, mais de lui remettre son livret, le voleur s’en est allé.

En arrivant chez lui au quartier KM4, le voleur s’est rendu d’être tombé sur une mauvaise personne. Il a trouvé deux poules de couleur noire assises dans son lit avec la photo de la vieille maman qu’il venait de voler. Pris de panique, le voleur s’est mis à crier seul, attirant l’attention de ses voisins.

Après avoir expliqué son histoire à ces voisins, il lui a été conseillé de ne pas jeter la carte sim dans le téléphone volé et de contacter la vieille maman. L’un des voisins a appelé le numéro de la fille de la vieille pris dans le répertoire du téléphone.

Le voleur, accompagné de deux amis s’est rendu remettre le sac de la vieille maman au quartier Mouyondzi. Implorant sa miséricorde, le voleur a regretté son acte et s’est dit disposé à payer toute amende qui lui sera taxé. La vieille maman qui a retrouvé son sac avec tout son contenu a juste conseillé au jeune voleur d’abandonner ce métier et de craindre Dieu et les ancêtres.

Elle a fait savoir au jeune voleur que le monde est tellement devenu mauvais que ce n’est pas tout le monde qu’on vole. « Si j’étais vraiment méchante, je t’aurais envoyé dans l’autre monde, mais je t’ai juste donné une leçon pour que tu prennes conscience que t’as encore une vie devant toi à ne pas gâcher ! »

Au Grand Marché et Fond Tié Tié, les deux marchés les plus fréquentés de la ville de Pointe-Noire, des jeunes prennent du plaisir à voler des personnes de sexe féminin. Plusieurs femmes ont perdu leur téléphone et autres objets de valeur devant l’indifférence des riverains.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Voleur Volé : l’une des petites de l’ancien maire inutile de Pointe-Noire, Jean François Kando lui vole 58 millions

octobre 22, 2022

Un malheur n’arrive jamais seul dans la vie et l’ancien maire de Pointe-Noire, Jean François Kando peut le témoigner. Après avoir été évincé à la tête de la mairie pour incompétence notoire, il vient de se faire voler la bagatelle de 58 millions Cfa qu’il faisait garder chez l’une de ses petites.

Trop sûr de se reconduction à la tête de la mairie de Pointe-Noire, Jean François Kando avait déjà préparé une grande fête à sa résidence, un service traiteur renommé de la ville avait même cuisiné la viande de brousse que les invités devraient déguster pour célébrer sa victoire. Hélas ! Tout dans l’eau en apprenant sa défaite bien organisée par son propre parti le PCT.

La déception était grande à la proclamation des résultats donnant perdant le maire sortant à sa résidence où ont convergé ses invités. Jean François Kando s’est même évanoui deux fois d’émotion et on a craint pour sa vie.

Soupçonné de détournements massifs au conseil municipal, Jean François Kando aurait été interdit de sortie du territoire selon certaines sources. Il ferait l’objet d’une enquête du CID qui souhaiterait clarifier la destination des fonds alloués à la mairie de Pointe-Noire.

Comme tout bon congolais qui se voit confier une responsabilité, Jean François Kando a commencé à attirer les petites filles de la ville à l’instar de celle qui vient de lui voler 58 millions Cfa. L’ancien maire a fait cet argent dans l’espoir de le mettre à l’abri ayant toute confiance à sa petite.

Mais la perte du pouvoir le plus souvent vous éloigne de ces personnes qui ne vivent que comme le poisson au rythme du courant d’eau. Consciente que son Suggar Dady Kando avait perdu son autorité et par ricochet une source d’enrichissement, la petite âgée de 26 ans a cru bon hériter par le vol les 58 millions Cfa qu’on lui a confié.

Jean François Kando serait dans tous ses états ne réalisant pas ce que lui arrive avec les personnes auxquelles il faisait totalement confiance. Un voleur volé qui pleurniche !

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo/Pointe-Noire : un Pasteur devient fou juste après avoir délivré un fou

octobre 11, 2022
 Pointe-Noire : un Pasteur  devient fou juste après avoir délivré un fou

Il y a pasteur et pasteur dans cette Afrique où la religion semble être devenue l’opium des peuples. Plus rien ne se passe dans des familles sans que ces personnes qui se sont autoproclamées pasteurs agissent. Un fou a passé sa folie à un pasteur qui s’est porté volontaire pour le délivrer de sa maladie.

Tout était fin prêt pour que le pasteur Henri K vive ses moments de gloire à Voungou. Pour la circonstance, il a convié toute son église et la famille du fou. Pour affronter ce grand défi pastoral, Henri K a passé une semaine sur une montagne enchaînant des journées de jeûnes et prières. Selon le pasteur, ce n’est qu’après avoir reçu la confirmation de Dieu qu’il a descendu de la montagne et prouver sa grandeur.

Dans cette parcelle située près de banque de vie,à Voungou II, un quartier de Pointe-Noire,le fou a été attaché à un arbre depuis une semaine par la famille pour éviter que les esprits malsains ne l’envoûtent davantage et qu’il s’échappe.

Quand le pasteur Henri K est apparu avec son équipe, l’ambiance est monté d’un cran. Les louanges et adorations envers le Seigneur se sont suivies, soutenues par des prières collectives. Grosse Bible à la main, le pasteur est entré en action invoquant l’esprit divin à qui, il exigeait d’agir.

Le fou a été secoué plusieurs fois pour chasser les mauvais esprits qui hantaient sa vie, le tout, accompagné des prières.

Après une heure de séance intense, le fou s’est levé, et s’est mis à accompagner la prie re suscitant la joie de l’assistance. Il a demandé à boire à sa mère et de l’eau pour se laver sous les cris d’allégresse de la famille et fidèles de l’église. La joie était totale, vu que l’objectif avait été atteint. Dieu a agi et le fou était redevenu un personne normale.

Alors que le fou sortait de la douche, le pasteur Henri K qui recevait les félicitations de la famille a piqué une crise et s’est retrouvé par terre. Paniqué, tout le monde a tenté de le secourir avant de se remarquer, qu’il y a eu une passation de folie entre lui et le fou. Il a été ramené dans son église pour des prières intenses de délivrance, et attaché avec des chaînes comme l’était le fou pour ne pas s’échapper.

Avec Le Congolais

Congo-Pointe-Noire : Evelyne Tchichelle élue maire de la ville

septembre 24, 2022

Première femme maire de la ville océane, Tchichelle née Evelyne Moe Poaty a été élue à 94 % présidente du nouveau bureau exécutif du Conseil départemental et municipal de Pointe-Noire, le 23 septembre au cours de la session inaugurale dudit Conseil. Le scrutin s’est déroulé sous le regard vigilant de Jean-Jacques Bouya, ministre de l’Aménagement du territoire, des Infrastructures et de l’Entretien routier, représentant l’Etat.

1-Evelyne Tchichelle lors de son intronisation par Jean Jacques Bouya/ Adiac

Louis Gabriel Missatou du club 2002 Pur, ancien premier secrétaire du Conseil, occupe maintenant le poste de premier vice-maire (94%) et Germain Bemba Batsimba du Mouvement  action et le renouveau conserve son poste de deuxième vice-maire (88%). Hugues Anicet Balou Macaya, du Rassemblement pour la démocratie et le progrès social, élu premier secrétaire, et Geoffroy Michel Dibakala du Parti pour la concorde et l’action politique, deuxième secrétaire, ont fait leur entrée dans le bureau du Conseil.  Elue conseillère municipale pour le compte du Parti congolais du travail (PCT) lors des élections locales du 10 juillet dernier, Evelyne Tchichelle succède à Jean-François Kando, un autre candidat du PCT, devenant la première femme à occuper le poste de présidente du Conseil départemental et municipal, maire de la ville de Pointe-Noire.

Cette accession obtenue avec 79 voix sur les 84 votants (soit 94%) a été saluée par de nombreux citoyens qui ont pris d’assaut l’esplanade de la mairie centrale où a règné une ambiance de fête au terme de la cérémonie d’intronisation de la nouvelle maire. Celle-ci a reçu de Jean-Jacques Bouya l’écharpe, la clé ainsi que le maillet, symboles du commandement, en présence de Jean-Claude Etoumbakoundou, délégué du ministère de la Décentralisation, et d’Alexandre Honoré Paka, préfet du département de Pointe-Noire ainsi que du Premier ministre, Anatole collinet Makosso, et du ministre des Transports, de l’Aviation civile et de la Marine marchande, Jean Marc Tchysthère Tchicaya, tous deux élus locaux de Pointe-Noire.

Le scrutin à bulletin secret, dirigé par un bureau d’âges de trois membres présidé par Pierre Albert Victor Bayonne, s’est déroulé d’une manière assez spéciale car la maire de la ville, comme les autres membres du bureau exécutif du Conseil,  n’a pas eu d’adversaires en face d’elle. En effet, les conseillers de la majorité présidentielle, les indépendants ainsi que ceux d’autres partis, constitués en collectif, ont porté leur choix et proposé les cinq candidats aux cinq postes à pouvoir. Ceux-ci ont tous été élus à la majorité absolue.

Bien avant d’être portée à la tête du Conseil, Evelyne Tchichelle, trentième maire de Pointe-Noire, a présenté son programme de développement de cette ville qui se décline en sept axes, notamment l’habitat, l’aménagement du territoire, le développement économique, la participation citoyenne, la coopération, la gouvernance et la communication.  «Mon ambition et mon engagement pour Pointe-Noire seront inscrits dans une trajectoire de consultation et d’implication permanentes des citoyens et acteurs de notre ville, auxquels nous daignerons  joindre les partenaires techniques et financiers. Ce sera à l’image du Projet développement urbain et restructuration des quartiers précaires (Durquap, fruit d’une coopération qui inclut ces partenaires, l’Etat, la ville et les citoyens », a-t-elle indiqué.

Secrétaire générale de la Chambre de commerce de Pointe-Noire, Evelyne Tchichelle, qui va dorénavant présider aux destinées de cette ville et du Conseil départemental et municipal (constitué de quatre-vingt-cinq conseillers) entend œuvrer «pour que cette ville soit un lieu d’habitat, de culture et de travail ».

2-Jean Jacques Bouya, au centre en veste bleu, avec les membres du bureau exécutif du Conseil/ Adiac

Avec Adiac-Congo par Lucie Prisca Condhet N’Zinga