Posts Tagged ‘police fédérale’

Canada: un homme radicalisé arrêté pour terrorisme

janvier 12, 2015

Ottawa – Un homme originaire d’Ottawa, radicalisé, a été interpellé lundi et accusé de participation à une activité terroriste dont la nature exacte n’a pas été précisée, selon la Gendarmerie canadienne.

L’interpellation de Suliman Mohammed, 21 ans, est liée à celles vendredi de deux frères jumeaux, Ashton et Carlos Larmond. Ceux-ci sont poursuivis de plusieurs chefs d’inculpation liés au terrorisme, a précisé la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Ces arrestations rappellent que la réalité est qu’il y a des individus en Ontario (province du centre, NDLR) et au Canada qui se sont radicalisés à une idéologie violente et qui veulent passer à l’acte, a fait valoir la police fédérale dans un communiqué.

Ces dossiers étant en cours d’instruction par la justice, la GRC a fait savoir qu’aucun autre détail ne serait fourni dans cette affaire.

Selon la télévision publique Radio-Canada, les jumeaux Larmond arrêtés vendredi doivent comparaître devant un juge le 14 février.

Tous deux âgés de 24 ans, Ashton Carleton Larmond et Carlos Larmond avaient été interpellés, le premier à Ottawa, et le second à l’aéroport de Montréal alors qu’il était en partance pour l’étranger afin de participer à des activités terroristes.

Cette arrestation avait été annoncée quelques heures après l’épilogue tragique de la traque des trois jihadistes en France qui ont tué 17 personnes, dont 12 dans l’attaque mercredi de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

La Gendarmerie royale du Canada n’a pas précisé si ces trois hommes figuraient sur la liste de quelque 130 personnes susceptibles de se livrer à des attaques sur le sol canadien comme celles qui ont coûté la vie à deux militaires à l’automne.

Mi-octobre, à deux jours d’intervalle, deux jeunes radicalisés avaient, pour l’un écrasé un militaire au Québec avec son véhicule, pour l’autre tué froidement un soldat dans le dos au monument aux morts d’Ottawa, à quelques mètres du Parlement. Les deux attaquants, qui avaient été abattus par la police, avaient auparavant été empêchés par la police de s’envoler pour des pays du Moyen-Orient.

Romandie.com avec(©AFP / 12 janvier 2015 21h22)

Mexique: arrestation du maire soupçonné dans la disparition de 43 étudiants

novembre 4, 2014

Mexico – La police fédérale mexicaine a arrêté mardi le maire d’Iguala (sud), José Luis Abarca, et son épouse, soupçonnés d’être les instigateurs des attaques qui ont fait six morts et 43 étudiants disparus le 26 septembre, a annoncé la Commission nationale de sécurité (CNS).

Abarca et son épouse ont été arrêtés par des éléments de la police fédérale dans la ville de Mexico, a indiqué un porte-parole de la CNS à l’AFP.

L’opération a été menée sans violence. Ils ont été mis à disposition du ministère pubic fédéral dans les installations des autorités judiciaires chargées du crime organisé (SEIDO) pour que continue l’enquête et qu’on retrouve ces jeunes, a ajouté la source.

José Luis Abarca et son épouse, Maria de los Angeles Pineda, étaient les fugitifs les plus recherchés du Mexique depuis les événements d’Iguala (Etat de Guerrero) qui ont bouleversé le Mexique et le monde.

Des policiers municipaux et des membres du groupe criminel des Guerreros Unidos avaient attaqué avec des armes à feu des dizaines d’étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa venus à Iguala, faisant 6 morts et 25 blessés.

Selon des déclarations de certaines des 56 personnes arrêtées dans cette affaires – policiers, fonctionnaires, présumés criminels – les 43 diparus auraient été ensuite assassinés et enterrés.

Les autorités judiciaires ont accusé Abarca et Pineda, dont plusieurs frères étaient des narcotrafiquants notoires, d’avoir organisé cette attaque. Le couple avait pris la fuite plusieurs jours après les faits, avant qu’un mandat d’arrêt soit lancé contre eux le 22 octobre.

Romandie.com avec(©AFP / 04 novembre 2014 13h53)

Canada: le tueur d’Ottawa a agi par idéologie, affirme la police

octobre 26, 2014

Le Canadien de 32 ans, qui a tué un militaire avant d’être abattu mercredi dans le Parlement à Ottawa, a agi pour « des motifs idéologiques et politiques ». La police affirme dimanche soir avoir « trouvé des éléments de preuve convaincants », démontrant une « attaque terroriste ».

Le tueur a tourné une vidéo « tout juste avant de commettre cette attaque », a expliqué un commissaire de la gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) dans un communiqué.

« La GRC procède à une analyse approfondie de cet enregistrement aux fins d’établissement d’éléments de preuve et de renseignement », a ajouté le commissaire sans en révéler la teneur.

Le policier répond directement à la mère du tueur qui a écrit que son fils souffrait de troubles psychiques importants. Cet acte était lié à la folie et non au terrorisme, a-t-elle écrit, sans dédouaner l’action de son fils pour qui « la seule issue était la mort ».

La mère avait aussi mentionné que la police avait par erreur annoncé que son fils voulait aller en Syrie. La police fédérale a reconnu, dans les médias, cette erreur, mais la police n’a pas jugé nécessaire de la rectifier puisque, selon lui, les candidats au jihad en Syrie passent souvent par l’Arabie saoudite ou la Turquie.

« Somme d’argent considérable »
La GRC a également révélé que l’agresseur portait un couteau qui « provenait de la propriété de sa tante » à Mont-Tremblant (Québec), à 150 km au nord-est d’Ottawa, là où il a passé sa dernière nuit mardi. Selon la police, le suspect aurait caché le couteau il y a plusieurs années dans cette propriété québécoise.

Pour la police, la carabine Winchester, avec laquelle il a abattu mercredi un caporal devant le monument aux morts d’Ottawa, « pourrait avoir également été cachée » dans la même propriété.

Toujours selon la police, le tueur a financé « ses activités qui ont précédé l’attaque » en travaillant dans des entreprises pétrolières dans l’Alberta (ouest). « Il avait accès à une somme d’argent considérable », a-t-elle indiqué. Elle enquête sur les dépenses et « les interactions (…) avec de nombreuses personnes dans les jours qui ont précédé l’attaque ».

Romandie.com

Etudiants disparus au Mexique: la ville d’Iguala bouclée

octobre 7, 2014
 Un membre de la police fédérale mexicaine à Iguala, le 6 octobre 2014.REUTERS/Henry Romero


Un membre de la police fédérale mexicaine à Iguala, le 6 octobre 2014.REUTERS/Henry Romero

Au Mexique, le président Pena Nieto a décidé, lundi 6 octobre, d’envoyer à Iguala la police fédérale et l’armée pour contrôler la sécurité de cette ville de l’Etat de Guerrero où, depuis dix jours, 43 étudiants d’une école normale rurale sont toujours portés disparus. L’une des premières mesures prises par les forces fédérales a été de désarmer la police municipale impliquée dans ces événements.

Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

L’objectif prioritaire du président Enrique Pena Nieto est de localiser au plus vite la quarantaine d’étudiants disparus, séquestrés par des agents de la police municipale d’Iguala et des membres d’un cartel local de la drogue. Certains « pistoleros » déjà détenus auraient avoué avoir assassiné 17 étudiants.

Ce déploiement de forces fédérales à Iguala vise également à arrêter tous les responsables de ces faits violents qui ont indigné les Mexicains. Surtout depuis la découverte macabre dans des fosses clandestines de 28 corps torturés et calcinés qui pourraient bien être ceux des étudiants disparus.

Si cette hypothèse se confirmait, il s’agirait là de l’un des pires massacres au Mexique depuis le début de la guerre lancée en 2006 contre les narcotrafiquants. Une guerre sourde qui a fait plus de 80 000 morts.

Ces actes de pure barbarie ont obligé le président Pena Nieto à réagir – de manière tardive il est vrai – en envoyant à Iguala la police fédérale, la gendarmerie nationale et l’armée. Car ces événements tragiques risquent de ternir l’image du chef de l’Etat mexicain qui se targue d’avoir fait diminuer la violence au Mexique depuis le début de son mandat.

Rfi.fr

Brésil/Mondial: augmentation des salaires de la police fédérale pour éviter la grève

juin 3, 2014

Brasilia – La police fédérale de Brasilia a annoncé avoir accepté un accord avec le gouvernement par lequel elle s’engage à ne pas faire grève pendant le Mondial de football qui commence le 12 juin, en échange d’une augmentation de salaire de 15,8%.

Les policiers ont également obtenu dans l’accord passé lundi soir une amnistie pour leur grève de 2012.

Mardi soir, ce sont les professeurs des écoles municipales de Sao Paulo qui ont mis fin à 42 jours de grève. Selon les syndicats, la mairie a accepté une augmentation de 15,38% des salaires, payable en trois fois à partir de mai 2015.

La fin du mouvement des agents fédéraux dans tout le pays dépend maintenant d’assemblées des policiers dans chacun des États, prévues au cours des prochains jours, selon le syndicat de la police fédérale.

La PF est notamment en charge de la sécurité des frontières et des aéroports.

Le 7 mai, les agents de la Police fédérale brésilienne (PF) avaient cessé pour 24 heures leurs activités dans plusieurs États du pays pour réclamer de meilleurs salaires et plans de carrière. Ils menaçaient de croiser les bras pendant la compétition ce qui était une source d’inquiétude pour Brasilia.

Vendredi, le ministre de la Justice, José Eduardo Cardozo, avait déclaré que même en cas de grève de la PF, le plan de sécurité de la Coupe du monde ne serait pas affecté, car le gouvernement a des alternatives.

Le 20 mai, la police civile avait aussi appelé à la grève avant le Mondial et le 17 avril une grève de la police militaire à Salvador de Bahia (nord-est), l’une des 12 villes hôtes du Mondial, avait pris fin après une vague de pillages et 39 meurtres en moins de 48 heures.

Le principal dirigeant de la grève, Marco Prisco, président de l’Association des policiers et pompiers de Bahia mais aussi conseiller municipal du Parti de la sociale démocratie (PSDB), formation d’opposition au gouvernement local du Parti des travailleurs (PT-au pouvoir), a été arrêté.

Quelque 157.000 policiers et militaires assureront la sécurité lors du Mondial (du 12 juin au 13 juillet).

Les Forces armées vont déployer 57.000 hommes dont 21.000 seront placés en alerte pour des opérations urgentes.

Romandie.com avec(©AFP / 04 juin 2014 00h31)

Boston: le FBI lance un appel au public pour identifier deux suspects

avril 18, 2013
FBI releases images, video of Boston Marathon suspects
  • Photo Par Darren Mccollester – La police fédérale américaine a diffusé jeudi des photos et des vidéos de deux suspects dans les attentats commis en marge du marathon de Boston lundi, lançant un appel au public pour recueillir des informations sur ces deux hommes

Les deux hommes sont considérés comme « armés et extrêmement dangereux », a prévenu l’agent Rick DesLauriers lors d’une conférence de presse. Les images des deux hommes ont été immédiatement diffusées sur le site internet du FBI.

« Aujourd’hui nous faisons appel à l’aide du public pour identifier ces deux suspects. Après une analyse très précise des photos, des vidéos et d’autres indices, nous publions leurs photos », a-t-il expliqué.

Les deux hommes, baptisés « suspect n°1 » et « suspect n°2 » et portant l’un une casquette noire et l’autre une casquette blanche, « semblent coopérer », a ajouté M. DesLauriers.

Sur les images, a-t-il décrit, les deux hommes « semblent marcher ensemble vers la ligne d’arrivée » du marathon, à proximité de laquelle les deux bombes ont explosé lundi, a-t-il décrit, ajoutant que les autorités allaient travailler pour améliorer encore la qualité des images diffusées.

Sur les images, le suspect portant une casquette blanche « est vu en train de déposer ce que nous pensons être une des bombes », a précisé M. DesLauriers, soulignant que cela avait eu lieu « quelques minutes » avant les explosions.

« Depuis plus de 100 ans, le FBI a fait appel au public pour qu’il soit ses yeux et ses oreilles. Grâce à l’aide des médias, dans un instant, ces images seront diffusées directement auprès de millions de personnes dans le monde entier », a poursuivi M. DesLauriers: « Quelqu’un connaît ces personnes, ce sont des amis, des voisins, des collègues, ou des membres de la famille ».

« Toute information, aussi insignifiante puisse-t-elle paraître, présente un intérêt pour nous », a insisté Rick DesLauriers: « Chaque élément nous rapproche de la justice ».

AFP