Posts Tagged ‘Policier’

France/Paris: un policier retrouvé pendu dans le bois de Vincennes

novembre 11, 2017

Paris : un policier retrouvé pendu dans le bois de Vincennes

L’homme avait déjà tenté de se suicider au même endroit il y a quelques semaines mais avait été sauvé de justesse. (Illustration)@ DENIS CHARLET / AFP
L’homme avait déjà tenté de se suicider au même endroit avec son arme de service et avait été sauvé de justesse.

Un fonctionnaire de police a été retrouvé pendu à un arbre dans le bois de Vincennes, tôt samedi matin, rapporte Le Parisien. L’homme avait déjà tenté de se suicider au même endroit il y a quelques semaines mais avait été sauvé de justesse.

L’homme était capitaine de police.

C’est l’épouse du policier, également fonctionnaire de police, qui avait donné l’alerte et une recherche avait été lancée en pleine nuit. Le téléphone portable du policier a permis de le géo-localiser. Ses collègues et ses proches ont ratissé tout le secteur et ont découvert son corps. Ils ont tenté de lui prodiguer les premiers soins et même les sapeurs-pompiers n’ont pas réussi à le ranimer. L’homme était capitaine de police à Maison-Alfort, dans le Val de Marne. L’IGPN, la police des police, et le magistrat de permanence se sont rendus sur place.

Le Parisien rappelle qu’un gardien de la paix a récemment mis fin à ses jours à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, un gendarme à Méru, dans l’Oise ainsi qu’un autre à Vans, dans l’Ardèche.

Europe1.fr

Publicités

Congo/Mort de Zulu bad: grande joie à Pointe-Noire, inquiétude dans les rangs des policiers

novembre 10, 2017

Rodrigue Amboulou  dit Zulu bad « le dur et le méchant »


A Mpaka, Marius Malonga a offert cinq casiers de bière malgré la rupture à ses proches pour célébrer la disparition de l’un des plus grands assassins du pays. On pouvait entendre par exemple à Mvoumvou «  un Mbochis de moins », alors que les jeunes de Mbota s’échangeaient des sourires et téléphonaient à leurs amis de Voungou pour annoncer la bonne nouvelle. Eh oui ! Le diable s’en est allé enfin pour toujours. «  Ebembé ya sosso matanga té » «  Feti na féti » «  Ya ba colère vé » «  Zulu Bad na Nzambi ya yandi » pouvait-on entendre.

Le vieux Béembé qui a eu raison du carnassier Zulu Bad est sans doute un Héros à Pointe-Noire où les populations fêtent sa mort comme si le Congo venait de remporter la coupe d’Afrique des nations de football.

Quelques mois plus tôt Zulu Bad avait assassiné avec son arme de service un jeune Béembé vendeur ambulant au grand marché ( Payé payé) sans raison apparent. Très remonté et impuissant face au rang social de l’assassin, le père de la victime avait donné rendez-vous à Zulu Bad à Mouyondzi.

Une promesse qui avait fait rire en son temps Zulu Bad et la bande des Mbochis qui l’entourent. Mais quand une maladie suspecte a commencé à le décimer, le soi-disant courageux et intouchable Zulu Bad a pris le chemin de Mouyondzi pour tenter de trouver une guérison.

C’est à Mouyondzi que Zulu Bad a appris son inévitable décès de la bouche de son guérisseur qui lui a rappelé l’épisode triste de Pointe-Noire. Abattu, Zulu bad a tenté en vain d’obtenir la clémence du vieux Béembé dont il a assassiné le fils.

Il est certain que Zulu bad ira en enfer, mais avant tout, il croisera ses nombreuses victimes au croisement séparant l’enfer du paradis qui l’attendront pour lui chanter «  Aurevoir, aurevoir…aurevoir Zulu bad Mboté ya suka ».

Policier de métier et artiste musicien à ses heures perdues, Zulu-Bad, « l’enfant terrible » de la brigade spéciale d’intervention rapide (BISR) de Pointe-Noire est décédé jeudi.

La nouvelle a fait l’effet d’un coup de tonnerre à Pointe-Noire : Zulu-Bad est mort ! Et pour cause, Rodrigue Amboulou a toujours alimenté la controverse, à travers les missions de police qu’il conduisait, notamment les interventions pour le maintien de l’ordre menés à Pointe-Noire.

Si son surnom Zulu-Bad est synonyme de terreur, c’est que l’homme s’est de par ses fonctions, tissé une réputation de « dur », ne faisant pas de quartiers dans la confrontation, y allant parfois sans ménagement.

 

Si Zulu-Bad était la terreur des malfrats et autres bandits qui redoutaient ses descentes musclées, c’est surtout auprès des élèves et autres jeunes, avec lesquels il a de tout temps été confronté, qu’il avait mauvaise presse.

La seule évocation du nom Zulu-Bad suffisait à créer la panique, voire un sentiment de révolte chez les lycéens ou collégiens qui voulaient en découvre avec lui et son équipe.

Ses tirs de sommation régulièrement lâchés au jugé et de façon bien souvent inopportune avec parfois des incidents de tirs lui ont donné une réputation d’homme à la gâchette facile. Lui s’en défendait, en se définissant en homme de la loi, avec pour seule mission, de rétablir l’ordre.

Pourtant, Zulu-Bad, c’est aussi cet artiste musicien dont les concerts ont toujours drainé des foules à Pointe-Noire, même si de ce coté aussi, la polémique fait état de ce que sa réputation de dur obligeait certains à y aller plutôt par curiosité que par adhésion, pour cerner l’ambivalence du personnage.

Il n’en demeure pas moins que la danse « tramadol », création de son orchestre a cependant eu un réel effet d’entraînement auprès de nombreux mélomanes à Pointe-Noire.

Ses passages réguliers sur les plateaux de télévisions, dans les émissions culturelles où il commençait ses interventions en rendant grâce à Dieu n’ont pu gommer dans l’opinion une image qui lui collait à la peau, celle d’un homme peu fréquentable, le « bad », « le mauvais ».

Ainsi sa mort est vécue à Pointe-Noire avec des sentiments controversés.

Sacer-infos.com par Stany Franck et Lesechos-congobrazza.com par Bertrand Boukaka

Attaque au couteau dans le Caucase russe, un policier tué (autorités)

août 28, 2017

Moscou – Deux hommes ont poignardé lundi à une station service des policiers, en tuant un et en blessant un second, avant d’être abattus au Daguestan, république instable du Caucase russe, ont annoncé les autorités locales.

Cette attaque contre des policiers intervient dix jours après qu’un jeune homme ayant prêté allégeance à l’organisation Etat islamique a poignardé sept personnes en pleine rue à Sourgout, en Sibérie occidentale.

« Vers 09H00 (06H00 GMT), deux hommes non identifiés ont poignardé deux policiers à une station essence », a annoncé dans un communiqué l’antenne locale du Comité d’enquête, institution chargée des principales affaires criminelles en Russie.

« Un policier est décédé de ses blessures » et « les assaillants ont été éliminés », a ajouté le comité, précisant avoir ouvert une enquête pour « tentative de meurtre sur un représentant de l’ordre ».

Selon la chaîne de télévision russe d’informations en continu Rossiïa 24, les deux hommes ont été tués par un troisième policier.

Les assaillants étaient « très jeunes », a indiqué la chaîne de télévision, montrant des traces de sang maculant le sol d’une rue de Kaspiisk, ville de 100.000 habitants située au bord de la mer Caspienne, à 20 km au sud de la capitale du Daguestan, Makhatchkala.

Parallèlement, un membre des forces de l’ordre a été tué et un autre blessé lors d’une opération « pour neutraliser des hors-la-loi armés » à Khassaviourt, une zone montagneuse située à 115 km de Kaspiisk, a annoncé le Comité national antiterroriste (NAK) dans un communiqué.

Les autorités ne font pas de lien entre Kaspiisk et Khassaviourt.

République du Caucase russe où une rébellion armée islamiste est active, le Daguestan est régulièrement secoué par des incidents et attaques, notamment de l’Etat islamique, visant les forces de l’ordre.

La Russie a été menacée à plusieurs reprises par le groupe Etat islamique et par la branche syrienne d’Al-Qaïda depuis le début de son intervention militaire en Syrie le 30 septembre 2015.

Le 19 août, un jeune homme a poignardé sept personnes en pleine rue à Sourgout, en Sibérie occidentale. Cette attaque au couteau avait été revendiquée par l’organisation Etat islamique. Une enquête pour « tentative d’homicide » et non pour « terrorisme », avait été ouverte par le Comité d’enquête, comme pour l’attaque au couteau à Kaspiisk.

Le 3 avril, un attentat à la bombe avait fait 16 morts et des dizaines de blessés dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Romandie.com avec(©AFP / 28 août 2017 13h40)                                            

USA: un policier poignardé dans un aéroport, possible « acte terroriste » (médias)

juin 21, 2017

Chicago – Un policier a été poignardé mercredi à l’aéroport américain de Flint, dans le Michigan (nord), ont indiqué des sources officielles, les médias évoquant une possible piste « terroriste ».

Le policier a été poignardé à plusieurs reprises par un homme qui a crié « Allah Akbar » (« Dieu est le plus grand »), selon la chaîne américaine NBC News, qui a également indiqué que l’incident était traité comme « un acte de terrorisme ».

La police fédérale FBI a indiqué dans un communiqué qu’il était « encore trop tôt pour déterminer la nature des supposés propos (rapportés par les médias, ndlr) et s’il s’agit ou non d’un acte de terrorisme ».

« D’après les informations dont nous disposons à ce stade, nous pensons qu’il s’agit d’un incident isolé », a poursuivi le FBI.

Le policier blessé se trouve dans un état stable et l’aéroport Bishop International a été évacué, selon la police locale.

« Le suspect a été interpellé et est actuellement interrogé », ont précisé les responsables de l’aéroport dans un communiqué.

Selon des responsables policiers cités par NBC, le suspect est originaire du Québec et possède un passeport canadien.

L’aéroport de Flint a rapporté l’incident à 9H00 (13H00 GMT).

Romandie.com avec(©AFP / 21 juin 2017 20h22)

France: un policier agressé devant Notre-Dame à Paris, l’assaillant blessé par balle

juin 6, 2017

Paris – Un homme a agressé un policier avec un marteau sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame et a été blessé par balle par un tir de riposte, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

Le corps de l’assaillant était au sol, devant le parvis de la cathédrale, un des monuments les plus visités de la capitale française, autour duquel un périmètre de sécurité a été installé, selon des sources sur place.

Un témoin a rapporté à l’AFP avoir entendu « crier très fort », puis vu « un mouvement de foule ». « Les gens ont paniqué, j’ai entendu deux coups de feu, vu un homme étendu par terre, du sang partout », a-t-il ajouté.

Le policier agressé a été légèrement blessé, a-t-on appris de source policière.

Les autorités ont demandé au public d’éviter le secteur. Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête.

L’attaque intervient trois jours après un attentat perpétré samedi soir au coeur de Londres, revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), et qui a fait sept morts.

La France a connu depuis janvier 2015 une vague inédite d’attentats sur son sol qui ont fait au total 239 morts et des centaines de blessés. Plusieurs de ces attaques ou tentatives ont visé des militaires ou des policiers.

Le 20 avril, sur la célèbre artère parisienne des Champs Elysées, un Français de 39 ans avait tué un policier de 37 ans de deux balles dans la tête et blessé deux autres agents et une passante allemande, avant d’être abattu. L’attaque avait eu lieu à trois jours de l’élection présidentielle française.

La France est placée sous le régime exceptionnel de l’état d’urgence depuis les attentats de novembre 2015 (130 morts) à Paris, du jamais vu depuis la guerre d’indépendance d’avec l’Algérie il y a soixante ans. Le dispositif sécuritaire a été drastiquement renforcé. Signe le plus visible : le déploiement de 7.000 militaires dans les rues, gares et lieux touristiques.

Le groupe EI, qui perd du terrain en Irak et en Syrie où il a proclamé un califat en 2014, menace régulièrement la France de représailles pour sa participation à la coalition militaire internationale dans ces deux pays.

L’EI a appelé en outre à frapper les « mécréants » partout où cela est possible et le groupe cherche à s’exporter en Europe grâce aux jihadistes qui reviennent de Syrie avec pour mandat de mener des opérations sur le sol européen.

Romandie.com avec(©AFP / 06 juin 2017 17h18)                                            

France: fusillade sur les Champs-Élysées, un policier tué, l’assaillant « abattu »

avril 20, 2017

Paris – Un policier a été tué et deux autres blessés jeudi soir lors d’une fusillade sur la célèbre avenue des Champs-Elysées à Paris, dont l’auteur a été abattu, a-t-on appris de sources concordantes, à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle.

« Peu avant 21h00 (19h00 GMT), une voiture est arrivée à hauteur d’un car de police (..), un homme est sorti du véhicule, a ouvert le feu a priori à l’arme automatique sur le car de police, a tué un policier et ensuite a tente dé partir en courant en essayant de prendre pour cible d’autres policiers », a indiqué sur la chaîne BFM TV le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet.

« Il a réussi à en blesser deux autres et il a été abattu par les forces de l’ordre », a-t-il ajouté, soulignant que ces policiers avaient « délibérément été pris pour cible ».

Cette prestigieuse artère très prisée des touristes, en plein coeur de Paris, a été bouclée et d’importantes forces de police ont été déployées dans le quartier. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.

La préfecture de police a souligné que les circonstances de l’attaque n’étaient « pas déterminées ».

Cette fusillade survient à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, alors que la France a été confrontée depuis 2015 à une vague d’attentats jihadistes sans précédent ayant fait 238 morts.

Choukri Chouanine, gérant d’un restaurant rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté à l’AFP avoir entendu une « fusillade brève » mais avec « beaucoup de tirs ». « On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols », a-t-il ajouté.

Romandie.com avec(©AFP / 20 avril 2017 22h15)

Fusillade en France: « Il semble que ce soit une attaque terroriste » (Trump)

avril 20, 2017

Washington – La fusillade qui a éclaté à Paris jeudi soir sur l’avenue des Champs-Elysées, lors de laquelle un policier a été tué, ressemble à « une attaque terroriste », a indiqué le président américain Donald Trump, présentant ses « condoléances au peuple de France ».

« C’est une chose vraiment, vraiment terrible qui se passe dans le monde aujourd’hui. Mais il semble que ce soit une attaque terroriste », a affirmé le président républicain, interrogé sur ces tirs survenus à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle en France, lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni à la Maison Blanche.

Cela « ne s’arrête tout simplement jamais », a ajouté Donald Trump. « Nous devons être forts et vigilants, et je répète cela depuis longtemps ».

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête sur la fusillade au cours de laquelle un policier a été tué et deux autres ont été blessés, a annoncé le parquet de Paris.

L’agresseur, a précisé le ministère de l’Intérieur, a été abattu.

Romandie.com avec(©AFP / 20 avril 2017 22h43)

Royaume-Uni: un policier poignardé, un assaillant touché par balles

mars 22, 2017

Des officiers de police britanniques devant le Parlement à Londres, le 22 mars 2017 / © AFP / Daniel LEAL-OLIVAS

Un policier a été poignardé et un assaillant présumé touché par balles par la police mercredi en début d’après-midi devant le parlement de Westminster à Londres où le quartier a été bouclé, a annoncé le responsable de la Chambre des Communes, David Lidington.

Un porte-parole de la Chambre des Communes a indiqué à l’AFP que les députés avaient été confinés à l’intérieur du Parlement en raison d’un « incident de sécurité ».

Scotland Yard a annoncé avoir été appelé à environ 14h40 locales (et GMT) pour un « incident à Westminster Bridge lié à des armes à feu ».

Un hélicoptère de secours a atterri peu après l’incident sur place.

Selon les médias britanniques, deux personnes étaient étendues par terre devant le Parlement, en plein cœur de Londres.

« J’ai clairement entendu des coups de feu. J’ai vu tomber quelqu’un habillé de noir. Je pense que c’était un policier », a déclaré un employé du Parlement à l’AFP.

Localisation du Parlement de Westminster à Londres, où un policier a été poignardé et un assaillant abattu par la police / © AFP / Jean-Michel CORNU, Simon MALFATTO

La personne, qui n’a pas voulu donner son identité, a dit avoir vu la scène depuis son bureau.

Par ailleurs au moins deux ambulances étaient stationnées près du pont de Westminster, près du parlement, a constaté une journaliste de l’AFP.

La police a dégagé la foule sur le pont, indiquant que le lieu « n’était pas sûr ».

Un porte-parole de Downing Street a confirmé que la Première ministre Theresa May était saine et sauve et en sécurité.

Romandie.com avec(©AFP / 22 mars 2017 16h37)

RD Congo: un policier et un milicien tués lors d’affrontements dans le centre du pays

janvier 5, 2017

Kinshasa – Un policier et un milicien ont été tués dans l’attaque d’une ville de la province du Kasaï central, dans le centre de la République démocratique du Congo, par des partisans d’un chef traditionnel tué en août, a appris jeudi l’AFP de sources concordantes.

Mercredi matin, près de 200 partisans du chef Kamwina Nsapu ont investi et pris le contrôle de la cité de Tshimbulu, après avoir tué un policier, a déclaré jeudi matin à l’AFP une religieuse catholique témoin de l’incident, interrogée par téléphone.

Le corps d’un milicien a été retrouvé près du commandement de la police de Tshimbulu, a-t-elle ajouté jeudi en fin de journée, indiquant que des tirs à l’arme lourde sont entendus dans la partie sud de la ville. Ces informations ont été confirmées à l’AFP par des habitants.

Les assaillants ont quitté la ville (mercredi, ndlr) vers 19H00 (18H00 GMT) après avoir créé une grande panique. L’armée a repris le contrôle de Tshimbulu vers 23H00, a rapporté un journaliste d’une radio locale, joint par l’AFP depuis Kinshasa.

De son côté, le ministre des Médias et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a déclaré que l’armée mène des opérations dans cette zone contre des inciviques, qui se réclament du chef coutumier Kamwina Nsapu.

Quasiment tous les jeunes ont fui la cité, craignant d’être arrêtés par l’armée. Il y a un gros risque qu’ils aillent grossir les rangs de ce groupe, s’est pour sa part inquiétée auprès de l’AFP une source ecclésiastique.

Ville agricole et administrative de plus de 150.000 habitants, Tshimbulu est située dans le territoire de Dibaya, à 120 km au sud de Kananga, capitale du Kasaï central, au centre de la RDC.

Fin septembre, au moins 47 personnes ont été tuées dans des affrontements entre les forces de sécurité et des partisans se réclamant de ce chef pour le contrôle de l’aéroport de Kananga.

Médecin âgé d’une trentaine d’années, Kamwina Nsapu a été tué dans une opération de police le 12 août 2016.

Il était rentré en RDC en avril 2016 après un séjour en Afrique du Sud, et avait peu après lancé des appels à l’insurrection et à la libération du Congo, dans un appel audio qui circule sur les réseaux sociaux.

Romandie.com avec(©AFP / 05 janvier 2017 18h09)

Côte d’Ivoire/Fusillades à Adjamé Liberté: Ce qui s’est passé, ce dimanche soir !

août 15, 2016

 

 
 Fusillades à Adjamé Liberté: Ce qui s'est passé, ce dimanche soir !

Une situation anodine a causé la mort d’un chauffeur de Gbaka et d’un policier ce dimanche 14 août 2016, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. En effet, un policier en tenue civile a tiré à bout portant sur un chauffeur de Gbaka à la suite d’un malentendu sur la monnaie. En représailles, les chauffeurs de Gkaba l’ont lynché à mort.

Des fusillades entendus, ce dimanche soir, à Adjamé-Liberté ont créé une panique générale, perturbant la circulation dans le quartier populaire d’Abidjan.

Après les investigations, nous apprenons qu’un chauffeur de mini-car, communément appelé Gbaka  et un passager ont trouvé la mort à la suite d’un malentendu.

Selon les témoins, pour une simple affaire de monnaie mal négociée, le chauffeur et son apprenti se sont mis à invectiver le passager, ignorant que ce dernier était un agent de la police nationale. 

Se sentant en danger au milieu de jeunes badauds, l’agent de la police nationale a sorti son arme de dotation avant de tirer à bout portant sur le chauffeur de Gbaka. Malheureusement, ce dernier a trouvé la mort à la suite de ses blessures. Croyant pouvoir disperser la foule après avoir émis ce coup de feu, le policier est surpris par la réaction des chauffeurs.

Devant la mort de leur confrère, les autres chauffeurs, apprentis, et badauds se sont rués sur le policier avant de le lyncher à mort. 

Rappelons que cet événement est survenu entre 18h30 et 21 heures (Gmt et locale), au rond-point d’Adjamé-liberté.

Imatin.net par K.O.