Posts Tagged ‘Port autonome d’Abidjan’

Côte d’Ivoire: Plus de 10 milliards FCFA de bénéfice net pour le Port autonome d’Abidjan en 2015

janvier 9, 2016

      

Le Port autonome d’Abidjan (PAA) a réalisé, pour l’exercice 2015, un bénéfice net de 10 milliards FCFA pour un trafic global en hausse de 3%, a appris, APA, vendredi, de source officielle, dans la capitale économique ivoirienne.

Un bilan dont s’est félicitée la Direction générale du PAA qui a donné ces chiffres avec l’engagement de faire davantage cette année pour  »construire ce troisième hub port de la côte Atlantique » du continent afin d’assurer l’émergence du pays à l’horizon 2020.

En dépit de ces excellents résultats, le DG du PAA, Hien Yacouba Sié a relevé que son institution accuse les conséquences du  »trafic de transbordement au profit des ports de Lomé au Togo et de Conakry (Guinée) faute d’infrastructures pouvant accueillir de grands navires ».

Pour 2016, M. Hien a précisé les objectifs de son institution qui se résument entre autres à la  »poursuite des travaux d’agrandissement/approfondissement du canal de Vridi et de la construction du deuxième terminal à conteneurs » ainsi que  »la finalisation du projet de création de terrains pour remblai de la baie lagunaire Vridi-Biétry », au sud d’Abidjan.

Au plan managérial, il est prévu la mise en oeuvre de dispositions en vue de l’obtention de la certification globale à la norme 14001 version 2004 du PAA.

Apanews.net

 

Côte d’Ivoire : les (contre) vérités de Marcel Gossio

mai 30, 2014
Marcel Gossio, l'ancien directeur du Port autonome d'Abidjan. © Frédérique Jouval pour J.A.

Marcel Gossio, l’ancien directeur du Port autonome d’Abidjan. © Frédérique Jouval pour J.A.

Dans deux articles de presse publiés le 28 mai, l’ancien directeur du port autonome d’Abidjan, Marcel Gossio, accuse « Jeune Afrique » de manipulation à la suite de notre enquête sur le malaise des anciens exilés du Front populaire ivoirien (FPI). La rédaction lui répond.

Dans les colonnes des quotidiens Notre Voie et Le Nouveau Courrier, datés du 28 mai, Marcel Gossio réagit à la publication de notre enquête sur le malaise des anciens exilés du FPI [Jeune Afrique n°2784]. L’ancien directeur du port autonome d’Abidjan nie avoir refusé de nous accorder une interview parce que son parti ne souhaitait pas qu’il s’exprime. « C’est une manipulation de Jeune Afrique qui n’a pas pu avoir son entretien qu’il a sollicité avec moi », dit-il dans Le Nouveau Courrier.

Ceci est, bien évidemment, inexact.

Marcel Gossio a bien indiqué le lundi 5 mai dans la matinée au téléphone à notre envoyé spécial Vincent Duhem que son parti (le FPI) ne souhaitait pas qu’il s’exprime. Quelques jours plutôt, il s’était pourtant montré enclin à le recevoir. Nous lui avions alors expliqué que nous souhations qu’il raconte son quotidien d’exilé, les conditions de son retour et fasse part de ses nouvelles ambitions.

Que Marcel Gossio refuse de s’exprimer est une chose. Qu’il mette en cause la crédibilité de Jeune Afrique en est une autre. En n’assumant pas ses propos, en adoptant une posture victimaire et en préférant réagir dans la presse proche de son parti plutôt que dans nos colonnes, M. Gossio se livre aux pratiques de manipulation qu’il dénonce pourtant abusivement.

Jeuneafrique.com