Posts Tagged ‘Portrait’

RDC-Allemagne: Portrait : Dr Irène Kalubi, la dynamique entrepreneure

octobre 18, 2021

De nationalité allemande et originaire de la République démocratique du Congo, Dr Irène Kalubi est nominée aux German Diversity Awards dans la catégorie « Prix du public ». La remise des prix se déroulera le 25 novembre prochain. Depuis septembre, Irène Kalubi est également « Expert Advisor » pour la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH, l’agence de coopération internationale allemande pour le développement.

Arrivée en Allemagne avec ses parents en 1989, à l’âge de 4 ans, Dr Irène Y. Kilubi a dû surmonter de nombreux obstacles au cours de sa carrière, mais ne s’est jamais laissé intimider. Après avoir travaillé pour de grandes entreprises en Allemagne, où elle a occupé de hautes fonctions, l’entrepreneure de 36 ans conseille aujourd’hui des entreprises et des marques sur leur développement. En effet, Dr Irène Kilubi est fondatrice et directrice générale de brandPreneurs & brandFluencers. Elle soutient les pionniers, les visionnaires et les faiseurs de changement dans les trois domaines de la création de communautés, de l’influence des entreprises et de la connexion de la génération XYZ. Elle est également l’initiatrice et la responsable de l’innovation de « Joint générations », dont l’objectif est de réunir des personnes d’âges différents pour façonner l’avenir avec elle de manière intergénérationnelle et durable. Pour l’entrepreneure, « ceux qui partagent le savoir ne peuvent que gagner ». C’est pourquoi, elle encourage le dialogue ainsi que l’engagement communautaire et voit une valeur particulière dans la mise en réseau des différentes générations.

Dr Irène Kalubi est l’une des finalistes du Digital Female Leader Award 2021 de GDW Global Digital Women GmbH dans le domaine du « New Work ». Elle s’intéresse à l’avenir du travail et à la mise en relation des jeunes et des moins jeunes dans les professions libérales. Pour elle, la compétence est indépendante de l’âge et le contexte dans lequel nous sommes socialisés rend le traitement d’un sujet plus facile ou plus difficile.

Start-up et scène en ligne

Depuis quatre ans, le Dr Irène Kilubi est ancrée dans le milieu des start-up et de la scène en ligne, où elle met en œuvre des activités de vente sociale et des stratégies de mise sur le marché et d’image de marque axées sur les groupes cibles. Elle est également conseillère experte auprès de l’accélérateur du Conseil européen de l’innovation de la Commission européenne. Elle soutient la scène mondiale des start-up dans ses activités de mentor et de coach auprès de Techstars, de l’Institut européen d’innovation et de technologie (IET) Santé, de l’Insurtech Hub, et en tant que juré à BayStartup, à l’African Leadership Award et à la bataille des licornes.

Dans son vidéocast <How to Community?>, le Dr Irène Kilubi offre à son public un aperçu compact de la création de communautés. Il y reçoit des conseils utiles et peut ensuite commencer immédiatement à construire sa communauté. Dans son vidéocast <GenZ meets GenY>, elle s’entretient avec des personnalités inspirantes de la génération Z et traite de leurs valeurs personnelles.

De grandes responsabilités au sein de grandes entreprises

Irène Kilubi est titulaire d’un doctorat en sciences économiques et sociales (Ph. D.), ingénierie commerciale, économie de la production et gestion industrielle, Summa cum laude (Remarquable) de l’université de Brême (2016). Elle est également docteur en philosophie (Ph.D.), gestion de la chaîne d’approvisionnement, achats et logistique (2014), de l’université d’Erlangen-Nuremberg, la deuxième plus grande université de Bavière, en Allemagne.

Elle est aussi titulaire d’un master en gestion de la chaîne d’approvisionnement et logistique (Distinction), de l’université de Warwick et d’un master of business administration (MBA), spécialisation en entrepreneuriat et innovation (extra-professionnel), de l’université de Londres (2019 – 2021). Elle est également titulaire d’un diplôme en gestion stratégique et leadership de l’université de Londres – Global MBA, entrepreneuriat et innovation. Dr Irène Kalubi a passé plusieurs années dans des entreprises telles que BMW, en tant que responsable des achats internationaux ; Siemens, en tant que consultante senior, développement de l’entreprise, technologie de l’entreprise (transformation numérique) et Deloitte, en tant que responsable des opérations stratégiques. Alors qu’elle travaillait pour Siemens, elle a développé avec succès une stratégie pour les achats de l’entreprise, y compris une feuille de route pour la transformation et l’exécution, en rédigeant des politiques et des directives connexes pour les activités d’approvisionnement. Pour BMW, elle s’est occupée de l’approvisionnement en roues dynamiques (stratégique et opérationnel) avec un volume d’approvisionnement de 300 millions d’euros par an. Elle a également collaboré avec succès avec toutes les parties transversales concernées pour proposer des solutions à des problèmes d’approvisionnement complexes tout en servant d' »Acheteur principal » de la grande ligne de produits en Europe, aux États-Unis et en Chine.

Communauté locale LinkedIn à Munich

Irène Kilubi est responsable de la communauté locale LinkedIn de Munich et a créé le format de débat en ligne OnPoint sur LinkedIn, qui connaît un grand succès, afin de faciliter un dialogue orienté vers les solutions sur des sujets économiques, mais aussi sociopolitiques. Elle fait partie des Xing Top Minds 2020 et est co-auteur du best-seller du Spiegel « Zukunftsrepublik » publié en 2021.

Maîtresse de conférences

Depuis 2017, le Dr Irène Kilubi est maîtresse de conférences dans diverses universités en Allemagne, au Royaume-Uni et en Autriche. Les conférences portent notamment sur l’entrepreneuriat et le marketing numérique dans des universités telles que l’université de Salzbourg, la Hochschule München, l’université de Warwick, l’université de Fribourg, l’université de Stuttgart, la professional school of business & technology Kempten. Irène Kalubi est également une oratrice très demandée lors de conférences et d’événements où elle partage avec enthousiasme ses connaissances sur l’entrepreneuriat et les médias sociaux. Elle croit en la diversité unique et incomparable qui réside en chacun de nous. Irène Kalubi est également co-pilote de la transformation numérique (gestion des générations, intrapreneuriat, community building) de New Mittelstand, qui combine le meilleur des deux mondes, les startups et les petites et moyennes entreprises, pour défendre en collaboration le bon futur.

Avec Adiac-Congo par Patrick Ndungidi

Avec ce portrait vendu 92,2 millions de dollars, Botticelli devient le deuxième maître ancien le plus cher derrière Vinci

janvier 28, 2021

Le Portrait de jeune homme tenant un médaillon a été emporté jeudi chez Sotheby’s à New York pour l’équivalent de 76,2 millions d’euros, frais compris, au terme d’une vente finalement peu disputée.

Portrait d'une jeune homme tenant un Médaillon par Sandro Botticelli, 16" x 24"

Conclusion d’une opération médiatique parfaitement orchestrée, Sotheby’s a vendu un portrait attribué à Botticelli pour 92,2 millions de dollars, frais compris. Jeudi vers 10h40, heure de New York, Le portrait du jeune homme tenant un médaillon a ainsi changé de mains sous le marteau de l’habile Oliver Barker. Le suspense aura été bref, cinq minutes tout au plus, pour une adjudication à un acheteur par téléphone venant de Londres. On ignore encore son identité.

Estimé 80 millions de dollars par la maison de vente, le tableau a vraisemblablement été cédé au prix de la réserve, sans beaucoup d’excitation. Mais cette somme suffit à faire du maître italien le deuxième peintre de cette époque le plus cher au monde. Il se rapproche de Claude Monet, dont les Meules, tableau de la série mythique du père de l’impressionnisme, ont été vendues 110,7 millions de dollars, chez Sotheby’s, à New York. Loin devant Le Massacre des Innocents de Rubens vendu 49,6 millions de livres (77 millions d’euros) en 2002 à Londres. Mais pour la Renaissance, ce portrait se hisse à la deuxième place, derrière le Salvator Mundi que Christie’s avait vendu, contre toute attente, à 450,3 millions de dollars (383 millions d’euros) en 2017, malgré une attribution à Léonard de Vinci toujours autant contestée.

Pour ce Botticelli, il en fut de même quand le milliardaire américain feu Sheldon Solow l’a acquis pour 1,3 million de dollars en 1982, chez Christie’s, à Londres. Mais depuis, ce panneau de bois, très proche de celui peint en 1474 et conservé aux Offices de Florence, a été exposé dans de nombreux musées à l’étranger. Sa mise en dépôt pendant près de cinquante ans à la National Gallery de Londres et au Met de New York a conforté son authenticité .

D’où sa forte estimation appuyée par Christopher Apostle, directeur du département des tableaux anciens de Sotheby’s. En publiant un catalogue de 96 pages richement illustré, avec des analyses scientifiques à l’appui, celui-ci a pris toutes les précautions nécessaires, même si pour une poignée de grands connaisseurs, le doute subsiste. Peu importe ! Le marché montre une fois de plus qu’il veut de belles icônes avec de grandes signatures. Et ce Botticelli, au même titre que le Salvator Mundi présumé de la main de Leonard de Vinci, coche toutes les cases pour plaire à un de ces nouveaux richissimes acheteurs d’Amérique, d’Asie ou du Moyen-Orient.

Avec Le Figaro par Béatrice de Rochebouet

L’université d’Oxford retire un portrait de Aung San Suu Kyi

septembre 30, 2017

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, le 20 juin 2012 à l’Université d’Oxford, en Angleterre / © AFP/Archives / BEN STANSALL

La prestigieuse université britannique d’Oxford a décidé de retirer de ses murs un portrait de la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, ancienne étudiante de l’établissement, dont le pays est accusé par l’ONU de se livrer à une épuration ethnique.

« Nous avons reçu au début du mois de septembre un nouveau tableau que nous avons décidé d’exposer. Le tableau d’Aung San Suu Kyi a quant à lui été mis en lieu sûr », a indiqué l’université dans un communiqué refusant de lier cette décision à la situation actuelle en Birmanie.

Le portrait d’Aung San Suu Kyi avait été peint en 1997 par l’artiste chinois Chen Yanning. Il est remplacé par un tableau du peintre japonais Yoshihiro Takada intitulé « Morning Glory ».

Aung San Suu Kyi avait étudié entre 1964 et 1967 la politique, l’économie et la philosophie au sein de la prestigieuse université.

Récompensée par le Prix Nobel de la paix en 1991 pour sa résistance pro-démocratique face à la junte militaire, la frêle « Dame de Rangoun » avait, en 2012, reçu un doctorat honoris causa en droit de la part d’Oxford.

Les Rohingyas, plus grande population apatride au monde, sont traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste. Victimes de discriminations, ils ne peuvent ni voyager ni se marier sans autorisation, et n’ont accès ni au marché du travail ni aux services publics comme les écoles et les hôpitaux.

L’ONU considère que l’armée birmane et les milices bouddhistes se livrent à une épuration ethnique contre cette communauté musulmane dans l’Etat Rakhine (ouest), région historiquement troublée.

Romandie.com avec(©AFP / 30 septembre 2017 12h26)