Posts Tagged ‘Portugal’

L’Europe occidentale brûle toujours sous les effets de la canicule

juillet 16, 2022
L'Europe occidentale brule toujours sous les effets de la canicule
L’Europe occidentale brûle toujours sous les effets de la canicule© AFP/PATRICIA DE MELO MOREIRA

Une partie de l’Europe occidentale continuait de lutter samedi contre des feux de forêt dévastateurs, conséquence d’une vague de chaleur, selon les prévisionnistes, qui pourrait faire tomber plusieurs records de température au début de la semaine prochaine.

Dans le sud-ouest de la France, la mobilisation des pompiers ne faiblissait pas samedi pour fixer les incendies, particulièrement en Gironde où près de 10.000 hectares de forêt sont partis en fumée depuis mardi, dans un contexte de canicule généralisée où les températures pourraient atteindre 40°C localement, selon Météo-France.

Dans le touristique bassin d’Arcachon, en bord d’océan atlantique, les efforts déployés ont permis de ralentir la progression du feu. « Nous sommes toujours, et c’est une satisfaction, à 3.150 hectares brûlés, mais le feu n’est toujours pas maîtrisé », a déclaré à la presse un représentant de l’Etat, en saluant « l’énorme intensité et mobilisation » des pompiers.

Des reprises ont eu lieu ces dernières heures du côté de plages proches.

Plus dans les terres, le feu continue de progresser dans deux petites communes, avec désormais « plus de 7.000 hectares » brûlés, selon les autorités.

Ces feux, qui mobilisent plus d’un millier de pompiers, ont entraîné depuis mardi l’évacuation de plus de 12.000 personnes.

Accalmie en péninsule ibérique

Le Portugal connaissait une relative accalmie, avec un seul incendie important encore actif samedi, dans le nord du pays.

« Nous prévoyons de circonscrire ce feu dans la journée », a déclaré le commandant de la protection civile André Fernandes.

Ce feu semblait perdre en intensité en début d’après-midi, ont témoigné sur place des journalistes de l’AFP. Si la colline boisée d’où s’échappait de la fumée blanche était inaccessible aux pompiers, l’action d’un hélicoptère anti-incendie parvenait à ce stade à limiter la progression des flammes.

La veille, un avion bombardier d’eau qui combattait un feu de forêt dans la région de Guarda (nord) s’est écrasé, provoquant la mort du pilote, son unique occupant.

Selon un bilan de la protection civile portugaise, les incendies de la dernière semaine ont fait deux morts et une soixantaine de blessés. D’après ses estimations, ces feux ont ravagé, depuis le début de la canicule, entre 12.000 et 15.000 hectares de forêt et de broussailles.

En Espagne, des dizaines d’incendies faisaient toujours rage du nord au sud du pays. Dans la région d’Estrémadure, limitrophe du Portugal, un tronçon de l’autoroute A5, reliant Madrid à la frontière portugaise, a pu être rouvert à la circulation après avoir été fermé pendant plus de douze heures en raison d’un brasier.

A l’extrême sud, en Andalousie, un feu près de Malaga a obligé à l’évacuation préventive de plus de 3.000 personnes, selon les services de secours andalous.

En Grèce, les pompiers continuaient de combattre un foyer qui s’était déclaré vendredi matin, provoquant l’évacuation préventive de sept villages dans une zone rurale de la préfecture de Rethymno, sur l’île de Crête.

L’Agence météorologique espagnole a maintenu pratiquement tout le pays sous différents niveaux d’alerte aux températures élevées samedi, avec des valeurs supérieures à 40ºC dans de nombreuses régions et jusqu’à 44ºC par endroits.

Au Portugal, seule la région de l’Algarve au sud ne se trouvait pas en alerte à la chaleur. Dans le reste du pays, l’Institut météo prévoit samedi des températures pouvant atteindre les 42°C par endroits.

Alerte rouge au Royaume-Uni

Plus au nord de l’Europe, au Royaume-Uni, un comité de crise composé de ministres du gouvernement britannique devait se réunir dans la journée de samedi après que l’agence météorologique nationale a émis la toute première alerte « rouge » pour chaleur extrême, mettant en garde contre un « risque pour la vie ».

Le Met Office a déclaré que dans le sud de l’Angleterre, les températures pourraient dépasser les 40°C pour la première fois lundi ou mardi, pouvant ainsi battre le record de 38,7°C datant de 2019.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a conseillé aux Londoniens de n’utiliser les transports publics ces jours-là qu’en cas de « nécessité absolue ». Les compagnies ferroviaires ont également invité les passagers à éviter de voyager.

Certaines écoles du sud de l’Angleterre ont annoncé aux parents qu’elles resteraient fermées en début de semaine prochaine.

Cette vague de chaleur est la deuxième en à peine un mois en Europe. La multiplication de ces phénomènes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Par Le Point avec AFP

Les flammes et la désolation s’emparent à nouveau du Portugal

juillet 13, 2022
Les flammes et la desolation s'emparent a nouveau du Portugal
Les flammes et la désolation s’emparent à nouveau du Portugal© AFP/PEDRO ROCHA

« On aurait dit la fin du monde », souffle Adelino Rodrigues, en évoquant les flammes qui se sont emparées de son village du centre du Portugal, pays où les incendies meurtriers de 2017 sont dans toutes les mémoires.

Dans sa commune de Leiria, « tout a brûlé hier sauf les maisons, car les gens sont très courageux et les ont défendues eux-mêmes. Les pompiers sont arrivés bien plus tard », dit à l’AFP cet agriculteur de 77 ans.

Casquette sur le front et chemise à carreaux, il s’inquiète désormais pour ses cinq hectares de vigne plantée à flanc de colline.

« C’est très triste… une vie entière à travailler pour ça. C’est désolant, je ne trouve pas les mots », confie-t-il, en observant une colonne de fumée épaisse qui se dégage d’un massif d’eucalyptus.

L’incendie qui fait rage depuis la fin de la semaine dernière dans cette partie du district de Santarém a repris mardi, favorisé par les températures exceptionnellement élevées, après avoir été provisoirement circonscrit lundi.

La région de Santarém devait enregistrer mercredi des températures de 46 degrés, les plus élevées du pays.

Dans le ciel enfumé, deux avions bombardiers d’eau et un hélicoptère poursuivent leur va et vient pour déverser de l’eau sur les points les plus chauds.

Au sol, des pompiers analysent la situation, talkies-walkies vissés sur l’oreille. Quelques mots échangés discrètement suggèrent que les véhicules à leur disposition manquent d’eau pour s’attaquer au brasier.

Risques de feu multipliés par six

Les images de pompiers et de villageois luttant contre les incendies sont devenues récurrentes au Portugal, un pays traumatisé par les feux de 2017, qui ont fait plus d’une centaine de morts.

Le pays compte un massif forestier étendu, représentant 36 % de son territoire selon la Banque Mondiale, et planté pour un quart d’eucalyptus, un essence rentable pour la puissante industrie papetière du pays mais régulièrement pointée du doigt car elle est très inflammable.

« Nous vivons dans une région du monde où le changement climatique va systématiquement aggraver les conditions au cours des prochaines années », a insisté mardi le Premier ministre Antonio Costa.

« Les études indiquent que même si le monde arrivait à respecter les objectifs de l’accord de Paris », prévoyant une limitation du réchauffement planétaire à moins de 2°C au-dessus du niveau pré-industriel, et dans l’idéal à 1,5°C, « le risque de feux de forêt au Portugal serait quand même multiplié par six », a-t-il souligné.

Afin de renforcer la mobilisation des services de secours, qui peuvent compter au total sur un effectif de 13.000 personnes, le gouvernement portugais a décrété entre lundi et vendredi l' »état de contingence » qui accroît leurs pouvoirs.

Un autre incendie actif dans la région d’Aveiro, dans le nord du Portugal, a fait un mort, a-t-on appris mercredi auprès des services de secours.

« Les pompiers ont trouvé une victime carbonisée au milieu de la zone qui a brûlé » dans la nuit de mardi à mercredi dans la commune de Murtosa, a indiqué à l’AFP le commandant José Miranda, de l’Autorité nationale de protection civile, sans donner plus de détails.

D’après le journal Correio da Manha, il s’agirait d’une femme d’une cinquantaine d’années. L’incendie s’était déclaré dans un champ de maïs avant d’être rapidement maîtrisé.

Dans le centre, les incendies ravageant le district de Santarém, notamment dans les communes d’Ourém ou de Leiria, mobilisaient au total quelque 1.200 pompiers. Ces feux ont entraîné mardi soir l’évacuation de quelque 600 personnes à Ourém.

Interrompue jusqu’à l’aube à cause des flammes, la circulation a pu reprendre sur plusieurs axes routiers, dont l’autoroute A1 qui relie Lisbonne au nord du Portugal.

Depuis jeudi, les services de secours ont recensé une trentaine de blessés légers et au moins une douzaine de maisons endommagées par les flammes, selon un bilan provisoire fourni par la protection civile.

Deux autres brasiers se sont déclarés mercredi dans le sud du pays, notamment dans la très touristique région de l’Algarve

Par Le Point avec AFP

Le Portugal rend un dernier hommage à l’ancien président Jorge Sampaio

septembre 12, 2021

Le Portugal a rendu dimanche un dernier hommage à l’ancien président socialiste Jorge Sampaio décédé vendredi à 81 ans, salué comme l’un des hommes politiques ayant marqué l’histoire démocratique du pays, avant d’être inhumé dans un cimetière de la capitale.

Les funérailles de l'ancien président socialiste portugais Jorge Sampaio, le 12 septembre 2021 à Lisbonne

© PATRICIA DE MELO MOREIRA Les funérailles de l’ancien président socialiste portugais Jorge Sampaio, le 12 septembre 2021 à Lisbonne

Les funérailles de l'ancien président socialiste portugais Jorge Sampaio au monastère des Hiéronymites, le 12 septembre 2021 à Lisbonne

© PATRICIA DE MELO MOREIRA Les funérailles de l’ancien président socialiste portugais Jorge Sampaio au monastère des Hiéronymites, le 12 septembre 2021 à Lisbonne

Jorge Sampaio « a contribué de manière importante à la dignité de notre démocratie et au prestige du Portugal », a souligné le Premier ministre socialiste Antonio Costa lors d’une cérémonie solennelle.

De son côté, l’actuel président de la République, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, a loué la carrière d’un homme qui a aimé le Portugal sans « chercher à devenir un héros ».

Secrétaire général du Parti socialiste, maire de Lisbonne puis chef de l’État entre 1996 et 2006, Jorge Sampaio a marqué la vie politique portugaise dans la période qui a suivi l’avènement de la démocratie en 1974.

Plusieurs personnalités internationales, dont le roi d’Espagne Felipe VI et le secrétaire général de l’Onu, le Portugais Antonio Guterres, ont participé à ce dernier hommage organisée au monastère des Hiéronymites à Lisbonne.

A l’issue de cette cérémonie, le cercueil de l’ancien président, recouvert du drapeau national rouge et vert, a été applaudi dans les rues de la capitale par de nombreux Lisboètes.

L’ancien président a ensuite inhumé dans le cimetière Alto Sao Joao, sur les hauteurs de Lisbonne.

Avec AFP par lf/mr 

Covid-19 : au Portugal, 45 communes soumises à un nouveau couvre-feu

juillet 1, 2021

Le variant Delta du coronavirus a provoqué un rebond épidémique dans le pays. La nouvelle mesure entrera en vigueur à partir de vendredi

Le Portugal contraint de resserrer la vis. Confronté à une recrudescence de l’épidémie de coronavirus due au variant Delta, le pays a décidé de rétablir un couvre-feu nocturne à partir du vendredi 2 juillet 2021 dans 45 communes. Lisbonne, la capitale, en fait partie, a annoncé, ce jeudi, le gouvernement. « Nous constatons que la semaine dernière, la situation s’est à nouveau détériorée », a déclaré la ministre de la Présidence, Mariana Vieira da Silva, lors d’une conférence de presse, ajoutant que « les conditions ne sont pas remplies pour dire que la pandémie est sous contrôle ».

Cette « interdiction de circuler sur la voie publique » s’appliquera aux municipalités les plus touchées en taux d’incidence au Covid-19, parmi lesquelles la capitale portugaise et Porto, tous les jours de 23 heures à 5 heures du matin. La réduction des horaires des cafés et des restaurants, déjà en place à Lisbonne et dans deux autres communes, va également être élargie à 16 nouvelles villes. Ces établissements devront fermer leurs portes à 22 h 30 en semaine et 15 h 30 le week-end.

Le variant Delta prédominant sur le territoire

Le Portugal a franchi mercredi la barre des 2 000 nouveaux cas en 24 heures, selon le bilan des autorités sanitaires. Il s’agit du plus haut niveau enregistré depuis la mi-février, quand le pays de 10 millions d’habitants se trouvait soumis à un confinement général. Le variant Delta du coronavirus, qui a provoqué un rebond des contagions au Portugal ces dernières semaines, est devenu prédominant dans le pays, selon les données rendues publiques par la Direction générale de santé (DGS). Au Portugal, plus de 50 % de la population a déjà reçu une première injection et 32 % est complètement vaccinée, d’après les dernières données de la DGS. Depuis le début de la pandémie, le Portugal a enregistré 17 101 morts et 882 002 cas d’après les autorités sanitaires.

Par Le Point avec AFP

Le Portugal lève la suspension des vols avec le Royaume-Uni et le Brésil

avril 16, 2021

Le Portugal a décidé de lever la suspension des vols avec le Royaume-Uni et le Brésil qui était en vigueur depuis la fin janvier, mais les voyages touristiques restent interdits, a annoncé vendredi le gouvernement de Lisbonne.

La suspension des vols en provenance ou à destination du Brésil ou du Royaume-Uni est levée, uniquement pour les voyages essentiels«, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Sont considérés comme voyages essentiels les déplacements réalisés »pour motifs professionnels, d’études, de réunion familiale, pour des raisons de santé ou pour des raisons humanitaires », a-t-il précisé.

Après avoir été frappé par une violente vague de l’épidémie de coronavirus en début d’année, le Portugal entrera lundi dans la troisième étape d’un plan de déconfinement graduel, a confirmé jeudi soir le Premier ministre Antonio Costa.

Une quarantaine de 14 jours pour les Français

Le rétablissement des contrôles à la frontière espagnole sera maintenu pour au moins 15 jours supplémentaires, de même que l’obligation pour les voyageurs arrivant au Portugal de présenter un test négatif, voire d’observer une quarantaine, avait-il déjà expliqué.

Le Portugal continuera donc à exiger aux voyageurs en provenance des pays présentant un taux d’incidence du coronavirus supérieur à 500 cas pour 100.000 habitants qu’ils observent une quarantaine de 14 jours. Parmi ces pays se trouvent le Brésil et l’Afrique du Sud, mais aussi la France ou les Pays-Bas.

Les voyages en provenance de pays avec une incidence supérieure à 150 cas pour 100.000 habitants – tels que l’Espagne, l’Allemagne ou l’Italie – sont également limités aux déplacements jugés essentiels, a détaillé vendredi le ministère de l’Intérieur.

Par ailleurs, tous les passagers arrivant au Portugal par avion, devront toujours présenter un test PCR négatif au coronavirus. A l’exception d’une dizaine de municipalités, le Portugal poursuivra son plan de déconfinement comme prévu, avec la réouverture lundi des restaurants, des centres commerciaux, des salles de spectacle, des lycées et des universités.

Il s’agit de la troisième étape sur quatre d’une levée progressive des restrictions sanitaires entamée à la mi-mars, après deux mois de confinement général pour endiguer la troisième vague de l’épidémie. Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 détectés chaque jour au Portugal s’est stabilisé autour des 500 contagions quotidiennes, contre un pic de près de 13.000 à la fin janvier, et le nombre de personnes hospitalisées pour cause de Covid est retombé sous les 500 patients pour la première fois depuis septembre.

Par Le Figaro avec AFP

Coronavirus : le Portugal recense un record de nouveaux cas en six mois

octobre 9, 2020

Le Portugal a fait état vendredi 9 octobre du plus important nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus des six derniers mois, les deux tiers des contaminations ayant eu lieu au cours de réunions familiales.

Selon le bilan officiel publié vendredi, ce pays de 10 millions d’habitants a enregistré en 24 heures 1394 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus, le chiffre quotidien le plus élevé après les 1516 cas signalés le 10 avril. Le Portugal compte ainsi un total cumulé de 83.928 cas confirmés et 936 personnes hospitalisées, dont 125 dans des unités de soins intensifs. Avec les 12 décès recensés vendredi, la pandémie a déjà tué 2062 personnes au total.

«Les réunions familiales comme les mariages ou les baptêmes sont à l’origine de 67% des cas recensés au Portugal ces derniers jours», a déclaré devant la presse la directrice générale de la Santé, Graça Freitas. Dans ce contexte, le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa a affirmé qu’il fallait «réévaluer Noël en famille», appelant les Portugais à ne pas organiser des rassemblements trop importants à cette occasion.

Le chef de l’Etat a également suggéré que le gouvernement rende obligatoire le port du masque à l’air libre, mais la ministre de la Santé Marta Temido a réagi en rappelant simplement que cela était déjà recommandé lorsqu’il n’est pas possible de maintenir une distance d’au moins deux mètres entre chaque personne. L’exécutif portugais avait toutefois reconnu jeudi qu’il se penchera la semaine prochaine sur la nécessité ou pas de prendre de nouvelles mesures pour freiner la recrudescence de l’épidémie. Dans l’Espagne voisine, le gouvernement a décrété vendredi un «état d’alerte» à Madrid et dans plusieurs villes proches de la capitale.

Par Le Figaro avec AFP

                                                  

Dons et stratégies autour du coronavirus

avril 10, 2020

Amazon crée un laboratoire pour dépister ses employés

Le géant du commerce en ligne Amazon affirme avoir créé son propre laboratoire pour tester ses employés américains au nouveau coronavirus, sur fond d’inquiétudes croissantes sur leur santé. Le groupe, qui employait 750.000 personnes au début de l’année dans le monde entier avant de gonfler ses effectifs pour répondre à la flambée de la demande, a affirmé avoir renforcé ses moyens pour réaliser des dépistages.

«Des employés d’Amazon avec différents savoir-faire — chercheurs scientifiques, chefs de programme, spécialistes en approvisionnement, ingénieurs en informatique — ont mis en suspens leur emploi quotidien pour rejoindre une équipe consacrée à cette initiative», a indiqué le groupe dans un post de blog jeudi soir.

Les Petits Chanteurs à la Croix de bois offrent leur album aux résident des EHPAD

La célèbre chorale des Petits Chanteurs à la Croix de bois a souhaité apporter, elle aussi, sa contribution en ces temps de crise sanitaire. Un exemplaire digital de leur album Comme un chant d’espérance va ainsi être offert aux résidents de tous les EHPAD de France, qui pourront aussi demander à recevoir à titre gratuit un exemplaire physique du CD.

Malgré le virus, des milliers de saisonniers roumains en partance vers l’Allemagne

Des milliers de saisonniers roumains attendaient vendredi de monter dans des avions pour l’Allemagne en pleine pandémie de coronavirus, malgré la fermeture des frontières en Europe et après un renforcement des normes sanitaires. Début avril, l’Allemagne a décidé de permettre l’entrée sur son territoire aux étrangers désireux de participer aux récoltes, après avoir initialement interdit leur arrivée pour tenter d’endiguer la propagation du Covid-19.

«Trois charters avec près de 600 passagers (au total) à leur bord attendent le feu vert du ministère des Transports pour pouvoir décoller vers l’Allemagne», a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’aéroport international de Bucarest, Valentin Iordache.

Entré avec un casque blanc dans l’édifice toujours en travaux, Mgr Aupetit a pu se coiffer de sa calotte violette pour diriger la prière, accompagné par le recteur de la cathédrale Mgr Patrick Chauvet et de Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris,

Le Portugal va prolonger l’état d’urgence jusqu’au 1er mai

Le Portugal ne doit pas «baisser la garde» face à la pandémie de coronavirus, a affirmé vendredi le président Marcelo Rebelo de Sousa en annonçant son intention de prolonger l’état d’urgence jusqu’au 1er mai. Le premier ministre Antonio Costa a lui aussi défendu le maintien des mesures de confinement car «la levée de l’état d’urgence enverrait un message erroné au pays».

«Je prendrai l’initiative de renouveler l’état d’urgence jusqu’au 1er mai», a déclaré le chef de l’État. «En ce moment décisif, nous ne pouvons pas baisser la garde», a souligné Marcelo Rebelo de Sousa. En vigueur depuis le 19 mars et jusqu’au 17 avril inclus, l’état d’urgence sera formellement prolongé en fin de semaine prochaine pour deux semaines de plus, a-t-il précisé.

Les Nord-Irlandais appelés à dénoncer les violations du confinement

La police nord-irlandaise a annoncé vendredi avoir lancé un formulaire en ligne où les citoyens peuvent dénoncer les personnes enfreignant les consignes officielles de distanciation sociale en pleine pandémie de nouveau coronavirus.

Ce formulaire permet de signaler des personnes effectuant des déplacements «non essentiels», des réunions publiques ou privées de personnes n’appartenant pas au même ménage ou des bars restant ouverts malgré les interdictions en vigueur depuis le 28 mars dans la province britannique, a précisé la police dans un communiqué.

«Nous voulons résoudre les situations où ces restrictions ont été violées sans avoir à recourir aux pouvoirs de police ou infliger des amendes», a expliqué un responsable de la police, Alan Todd. «Cependant, en cas de violation, nous voulons que les membres du public puissent nous le dire aussi facilement que possible», a-t-il ajouté.

La première usine de cercueils d’Europe augmente la cadence

La France compte ses morts et les commandes affluent. Pour répondre à la demande, l’usine haute-saônoise du groupe OGF, numéro un français des services funéraires, s’est réorganisée pour fabriquer 410 cercueils par semaine contre 370 en temps normal. Pour suivre le rythme, les 120 salariés du site sont passés de 35 à 39,5 heures de travail hebdomadaire. «Il faut faire tenir les équipes. Mais si besoin, elles sont prévenues et sont d’accord pour venir travailler aussi le samedi», abonde Didier Pidancet, chef d’équipe au pré-triage du bois.

Créée en 1910, l’usine de Jussey produisait du charbon de bois et du parquet avant de se spécialiser dans la fabrication de cercueils à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. C’est désormais l’une des deux usines du groupe OGF qui détient un quart du marché français du secteur et fournit les professionnels PFG, Roblot et Dignité Funéraire, soit plus de 1000 points de vente dans l’hexagone.

Quelque 8000 cercueils sortent chaque année de ce site de 10 hectares où sont écorcés et tranchés les billots de chêne, séchées et découpées les plaques de bois, puis assemblés et vernis les cercueils. Le bois, du chêne essentiellement, provient des vastes forêts alentour. «On est serein, on a trois mois de stocks de bois, de colle, de clous et de vernis devant nous», note Emmanuel Garret, directeur du site. «On nous demande un peu plus de grandes tailles», note le directeur qui se refuse à y voir un effet de l’épidémie de Covid-19 qui tue d’avantage les personnes en surpoids.

Rungis : l’opérateur funéraire prendra les frais à sa charge

L’opérateur funéraire OGF, en charge de la gestion de l’accueil des cercueils à Rungis et visé par une polémique sur les tarifs pratiqués, a annoncé qu’il prendrait «à sa charge tous les frais». «Le groupe OGF ne veut pas ajouter à la douleur des familles et annonce qu’il prendra à sa charge tous les frais relatifs à ce funérarium temporaire, à compter de ce jour et jusqu’à sa fermeture», écrit-il dans un communiqué, dénonçant «une polémique tout à fait injustifiée et déplacée».

Et de préciser : «En conséquence, aucune entreprise de Pompes Funèbres ne peut facturer des frais pour l’utilisation de ce dépositoire et les services qui y sont rendus».

Amélie, médecin: «Je porte une blouse de peintre, un masque de soudeur, et des gants d’entretien»

Ils sont ceux que l’on applaudit. Le Figaro fait chaque jour le portrait des héros ordinaires de cette période extraordinaire de crise du coronavirus.
Ce vendredi, nous rencontrons Amélie, jeune médecin de 30 ans, diplômée depuis quelques semaines à peine. Elle n’imaginait pas débuter sa carrière dans ces conditions.

Avec Le Figaro par Aude Bariéty, Margaux d’Adhémar et Luc Lenoir

Angola : la justice portugaise gèle les avoirs d’Isabel dos Santos

février 11, 2020

 Isabel dos Santos

Isabel dos Santos © AP Photo/Paulo Duarte/SIPA

 

La décision a été prise à la demande de la justice angolaise dans le cadre d’une enquête pour mauvaise gestion et détournement de fonds durant le mandat d’Isabel dos Santos à la tête de la société pétrolière publique Sonangol.

Nouveau coup dur pour la fille de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos. La justice portugaise a gelé les avoirs d’Isabel dos Santos, selon des informations publiées mardi 11 février par le quotidien portugais Expresso.

La mesure a été prise à la demande de la justice angolaise, qui a mis en examen, fin janvier, la femme d’affaires angolaise pour mauvaise gestion et détournement de fonds lors de son temps à la tête de la compagnie nationale pétrolière Sonangol, de juin 2016 à novembre 2017.

La justice angolaise enquête notamment sur des transferts d’un montant de 115 millions de dollars qui seraient partis des comptes de Sonangol pour aller vers une société à Dubaï contrôlée par Isabel dos Santos. Cette dernière, qui peut contester le gel, n’a pas officiellement réagi dans l’immédiat.

« Luanda Leaks »

Cette décision est la dernière étape de derniers mois très difficiles pour Isabel dos Santos. Fin décembre 2019, la justice angolaise avait annoncé le gel préventif de ses avoirs, une mesure  – contestée par la fille de l’ex-président angolais – visant à obtenir le paiement à l’État d’un préjudice estimé à 1,1 milliard de dollars.

Quelques jours après, le Portugal avait annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire pour faire la lumière sur les fonds angolais investis dans le pays. Enfin, mi-janvier, les révélations des « Luanda Leaks », levant le voile sur les dessous de l’empire financier d’Isabel dos Santos et de son mari Sindika Dokolo, avaient fini d’écorner l’image de femme d’affaires à succès de la milliardaire angolaise.

Le gel de ses avoirs au Portugal intervient alors qu’Isabel dos Santos a annoncé sa sortie de deux de ses importantes positions dans le pays, la banque Eurobic et le groupe énergétique Efacec.

Avec Jeuneafrique.com par Estelle Maussion

La naissance d’un bébé sans visage bouleverse le Portugal

octobre 23, 2019

 

Sous pression de l’opinion publique, l’Ordre des médecins du Portugal a suspendu un obstétricien soupçonné de négligence pour n’avoir pas détecté les malformations d’un bébé dont la naissance sans visage bouleverse le Portugal.

Le médecin, suspendu pour six mois mardi soir à l’unanimité par le conseil de discipline de l’Ordre des médecins, était déjà visé par six autres plaintes dont la plus ancienne remonte à 2013. Le conseil de discipline a décidé d’ouvrir une enquête après que cette naissance a fait la une des journaux. La justice enquête également sur cette affaire suite à une plainte déposée par les parents contre le médecin. «Il y a de forts indices» de négligence de la part du docteur Artur Carvalho, qui «pourront conduire à une sanction disciplinaire», a déclaré mercredi Alexandre Valentim Lourenço, président du conseil de l’Ordre des médecins pour la région Sud.

Face à l’impact de cette affaire qui «a des répercussions sur la réputation des médecins» et «pour rassurer les femmes enceintes» cette suspension était nécessaire pour évaluer les plaintes dont certaines «sont longues car très complexes», a-t-il expliqué à la télévision publique RTP. Le 7 octobre dernier, les parents de Rodrigo, un bébé né sans nez, sans yeux et à qui il manque une partie du crâne, découvrent les malformations de leur enfant lors de l’accouchement à l’hôpital Sao Bernardo à Setubal, à une quarantaine de kilomètres au sud de Lisbonne.

Le docteur Artur Caravalho avait suivi la grossesse de la maman du petit Rodrigo dans une clinique privée à Setubal où il a réalisé les trois échographies obligatoires sans déceler le moindre problème. Alerté une première fois sur une possible anomalie du fœtus au sixième mois de la grossesse lors d’une échographie plus poussée, réalisée à l’initiative des parents, l’obstétricien les rassure.

«Il a expliqué que parfois certaines parties du visage ne sont pas visibles» lors des échographies «lorsque le bébé a le visage collé contre le ventre de la mère», a raconté Joana Simao, soeur de la mère, à la chaîne de télévision TVI 24. Le petit Rodrigo est toujours hospitalisé à Setubal dans le service de pédiatrie de l’hôpital où il est né.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Un réseau de prostitution roumain démantelé au Portugal

juin 4, 2019

 

Les autorités portugaises ont démantelé un réseau de prostitution actif dans plusieurs pays européens, arrêtant mardi dans le nord du pays huit Roumains dans le cadre d’une enquête menée depuis décembre en coopération avec Europol.

«Ce groupe qui opérait au Portugal et dans d’autres pays de l’Union européenne profitait de la vulnérabilité des victimes», a indiqué la police des frontières (SEF). L’opération a permis de libérer une vingtaine de femmes de nationalité roumaine qui ont reçu une assistance psychologique d’une équipe spécialisée dans l’aide aux victimes. Ce coup de filet a été lancé par plus d’une centaine d’inspecteurs de cette police et de ses collègues européens. Les suspects ont été mis en examen pour des crimes de trafic d’être humain, association criminelle, proxénétisme aggravé et blanchiment de capitaux.

Par Le Figaro.fr avec AFP