Posts Tagged ‘possession’

En réponse à Israël, le Hezbollah dit avoir des « missiles de haute précision »

septembre 20, 2018

Capture d’écran montrant le chef du mouvement chiite libanais Hassan Nasrallah, lors d’un discours diffusé sur la chaîne TV al-Manar, le 20 septembre 2018 / © AL-MANAR TV/AFP / –

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a assuré jeudi que son mouvement, engagé dans le conflit syrien, avait réussi à se doter de « missiles de haute précision », malgré les tentatives d’Israël de l’en empêcher avec ses frappes en Syrie.

Le Hezbollah, ennemi juré de l’Etat hébreu, qu’il a combattu par le passé, soutient militairement le régime syrien de Bachar al-Assad au côté de son parrain iranien. Damas et ses alliés sont régulièrement la cible de raids israéliens.

Ces opérations ont notamment pour objectif d’empêcher « le « transfert d’armes sophistiquées » au Hezbollah par l’Iran, de l’aveu même des responsables israéliens.

Evoquant jeudi « les missiles de haute précision » et les « tentatives » d’Israël en Syrie, Hassan Nasrallah a semblé mettre au défi l’Etat hébreu dans une allocution à l’occasion des célébrations religieuses d’Achoura.

« C’est chose faite. La résistance possède (elle-même) des missiles de haute précision (…) et des capacités en matière d’armement. Si Israël veut imposer une guerre au Liban, il sera confronté à un destin qu’il n’aurait jamais pu prédire », a-t-il clamé.

Selon les militaires israéliens, le Hezbollah disposerait de 100.000 à 120.000 roquettes et missiles de courte portée, et de plusieurs centaines de missiles de longue portée.

Lundi soir, dans la foulée d’ incursion aérienne israélienne en Syrie, un avion de la Russie, allié du régime, a été abattu par erreur par l’armée syrienne, dans le nord-ouest du pays.

L’armée israélienne a affirmé que ses appareils avaient attaqué un site du régime où des systèmes entrant dans la fabrication d’armes de précision allaient être livrés au Hezbollah.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souligné le lendemain que son pays était « déterminé à arrêter l’enracinement de l’armée iranienne en Syrie, ainsi que les tentatives par l’Iran » de transférer au Hezbollah des armes destinées à « être utilisées contre Israël ».

Le chef du Hezbollah a encore accusé jeudi les Israéliens de « chercher jour et nuit à le tuer », alors qu’il vit dans un lieu secret depuis une décennie et fait très rarement des apparitions publiques.

Il avait confié en 2014 qu’il changeait souvent de lieu de résidence, dans le secret le plus total.

Romandie.com avec(©AFP / (20 septembre 2018 12h56)

Somalie: 5 employés de l’ONU, dont 3 étrangers, tués dans une attaque à Mogadiscio

juin 19, 2013

MOGADISCIO – Cinq employés de l’ONU, trois étrangers et deux gardes somaliens, ont été tués mercredi lors d’une attaque spectaculaire menée par des insurgés islamistes shebab contre le principal complexe des Nations-Unies à Mogadiscio, ont annoncé à l’AFP des sources onusiennes ayant requis l’anonymat.

Selon un employé local de l’ONU à Mogadiscio et une source onusienne à Nairobi, les trois étrangers sont un salarié de l’ONU et deux contractants. Leurs nationalités n’ont pu être confirmée dans l’immédiat.

L’ONU à Mogadiscio n’a pu être jointe pour confirmer officiellement ce bilan.

Au moins trois civils somaliens ont également été tués dans les rues alentour, pris dans les échanges de tirs entre les forces somaliennes et de l’Union africaine (Amisom) et les assaillants, a indiqué à l’AFP Abdulahi Osman, un responsable de la police somalienne.

L’attaque, au cours de laquelle un nombre indéterminé d’assaillants sont parvenus à pénétrer dans l’enceinte onusienne, a pris fin vers 13H15 (10H15 GMT) après environ une heure et demi de combats.

La situation est désormais sous contrôle et les forces de sécurité somaliennes, épaulées par les troupes de l’Amisom (Mission de l’Union africaine en Somalie) ont pris possession des bâtiments (onusiens) et éliminé les assaillants, a déclaré à l’AFP le responsable de la police.

Aucun tir n’était plus entendu dans la zone du complexe des Nations unies depuis environ 13H15, selon un journaliste de l’AFP.

Une source onusienne à Nairobi a confirmé sous le couvert de l’anonymat la fin de l’attaque: c’est terminé, il n’y a plus de combats (…) La fouille du complexe est terminée mais tout le personnel reste pour l’instant dans les pièces sécurisées.

Selon cette même source, vers 11H40 (08H40 GMT) une voiture piégée a explosé devant la porte d’entrée du complexe, puis un kamikaze a déclenché sa ceinture d’explosif.

Les insurgés islamistes shebab ont revendiqué cette attaque menée selon eux par la Brigade du Martyr.

Nos commandos ont attaqué le complexe de l’ONU (…) nous avons déclenché une explosion et sommes entrés dans le complexe, où nous affrontons actuellement les forces infidèles, avait déclaré à la mi-journée à l’AFP par téléphone un haut responsable shebab, ayant requis l’anonymat.

La Mission de l’ONU en Somalie (Unisom) a confirmé sur Tweeter que sa principale enceinte faisait l’objet d’une attaque complexe.

Le terme attaque complexe est employé pour désigner des actions, souvent suicides, menées par des insurgés impliquant l’utilisation combinée de fantassins, de kamikazes et de véhicules piégés.

Romandie.com avec (©AFP / 19 juin 2013 14h07)

La Maison Blanche accuse Damas d’avoir utilisé des armes chimiques

juin 13, 2013

WASHINGTON – La Maison Blanche a pour la première fois reconnu jeudi que le régime syrien avait eu recours à son stock d’armes chimiques à de multiples reprises dans des attaques qui ont fait jusqu’à 150 morts.

Ce franchissement de la ligne rouge édictée par Washington a conduit la présidence américaine à décider d’accorder une aide militaire aux rebelles. La Maison Blanche n’a toutefois pas précisé dans l’immédiat si cette aide englobait la livraison d’armes, alors que les Etats-Unis ont refusé jusqu’à maintenant de franchir ce pas.

Après un examen approfondi, la communauté du renseignement (américaine) estime que le régime Assad a utilisé des armes chimiques, dont du gaz sarin, à échelle réduite contre l’opposition à de multiples reprises dans l’année écoulée, a déclaré le conseiller adjoint de sécurité nationale du président Barack Obama, Ben Rhodes.

Notre communauté du renseignement a une confiance élevée dans cette évaluation, étant donné les sources d’information multiples et indépendantes à ce sujet, a ajouté M. Rhodes, moins de 10 jours après que la France fut parvenue aux mêmes conclusions et eut communiqué les éléments en sa possession à ses alliés de Washington.

Le renseignement américain estime que 100 à 150 personnes sont mortes à la suite d’attaques aux armes chimiques en Syrie jusqu’ici. Cela dit, les données sur les victimes sont sans doute incomplètes, a remarqué M. Rhodes.

Même si le nombre de victimes dans ces attaques ne représente qu’une petite fraction des pertes en vies humaines catastrophiques en Syrie, qui dépassent désormais plus de 90.000 morts, le recours à des armes chimiques viole les règles internationales et franchit clairement des lignes rouges qui existent depuis des décennies au sein de la communauté internationale, a-t-il dit.

Le président Obama, depuis l’été 2012, avait mis en garde de nombreuses fois le régime de M. Assad contre le recours aux stocks d’armes chimiques qu’il a reconnu posséder. Il avait dit que cela reviendrait à franchir une ligne rouge et changerait les règles du jeu.

Barack Obama a affirmé que le recours à des armes chimiques changerait son équation, et c’est le cas, a assuré M. Rhodes, en révélant que le président américain avait décidé de fournir un soutien militaire aux rebelles syriens.

Le conseiller n’est pas allé jusqu’à parler de livraisons d’armes. Mais cette aide sera différente tant en nature qu’en échelle, de ce que nous avons fourni jusqu’ici, a-t-il dit.

M. Rhodes a par ailleurs affirmé que la Maison Blanche n’était pas encore parvenue à une décision sur l’imposition ou pas d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie, alors que le Wall Street Journal a assuré jeudi soir que le Pentagone avait présenté un tel plan à la tête de l’exécutif.

Attendu en Irlande du Nord en début de semaine prochaine pour le sommet du G8, M. Obama y consultera ses partenaires au sujet de la Syrie, a souligné M. Rhodes, en évoquant aussi la Russie, soutien jusqu’ici indéfectible du régime Assad qui a bloqué à l’ONU toutes les résolutions contraignantes contre Damas.

Nous avons communiqué les informations sur les armes chimiques aux Russes (…) et nous pensons que la Russie et tous les membres de la communauté internationale devraient être préoccupés par un recours à de tels armements, a remarqué M. Rhodes.

Il a répété la position américaine selon laquelle une transition politique en Syrie devrait inclure une démission de Bachar al-Assad. Mais les Russes ne l’ont pas encore accepté, a-t-il concédé.

Romandie.com avec (©AFP / 14 juin 2013 02h04)

L’Egypte dit avoir déjoué un projet d’attaque contre une ambassade occidentale

mai 11, 2013
L'Egypte dit avoir déjoué un projet d'attaque contre une ambassade occidentale L’Egypte dit avoir déjoué un projet d’attaque contre une ambassade occidentale © AFP

La police égyptienne a arrêté des membres d’une cellule liée à Al-Qaïda qui préparait une attaque suicide contre une ambassade occidentale et d’autres cibles dans le pays, a annoncé samedi le ministre de l’Intérieur, Mohamed Ibrahim.

La police « a mené un coup de filet contre une cellule terroriste qui préparait des attaques suicide », dont l’une était quasiment finalisée et visait une ambassade occidentale, a affirmé M. Ibrahim lors d’une conférence de presse, sans préciser quelle ambassade étaient concernée.

Le ministre a donné les noms de membres du groupe arrêtés, affirmant qu’ils avaient été interpellés en possession de 10 kg de produits chimiques pouvant être utilisés pour fabriquer des explosifs et d’un ordinateur contenant des consignes sur la fabrication de bombes.

Les membres de cette cellule ont été en lien avec un dirigeant d’Al-Qaïda hors d’Egypte, a affirmé M. Ibrahim, ajoutant qu’ils avaient également suivi un entraînement au Pakistan et en Iran.

L’Egypte a annoncé à plusieurs reprises avoir arrêté des personnes liées à Al-Qaïda, en particulier un groupe dont le procès se tient actuellement au Caire.

Jeuneafrique.com  avec AFP

Un slip d’Elvis Presley déjà utilisé bientôt vendu aux enchères

août 30, 2012

Qui veut son slip ?

 
  • Un slip d’Elvis Presley déjà utilisé bientôt vendu aux enchèresUn slip d’Elvis Presley déjà utilisé bientôt vendu aux enchèresUn slip d’Elvis Presley déjà utilisé bientôt vendu aux enchères

Un slip porté par Elvis Presley en 1977 sera bientôt vendu aux enchères par Omega Auctions. Les estimations prévoient que le sous-vêtement devrait partir aux alentours de 12 500 euros le 8 septembre prochain.

Qui n’a jamais rêvé d’avoir en sa possession un slip ayant appartenu à son idole ? Peu d’entre nous, certes, mais les fans les plus extrêmes d’Elvis Presley– et les plus fortunés d’entre eux – devront se battre pour obtenir une pièce très convoitée : un slip porté par le King il y a 35 ans. Plus vraiment très blanc, un peu jauni par l’usure, le sous-vêtement n’a pas bougé depuis 1977, année où il a soutenu le royal paquet de l’interprète de Love me tender. La BBC a annoncé dimanche dernier que le slip serait mis aux enchères au Royaume-Uni le 8 septembre, avec d’autres objets ayant appartenu à Elvis.

Omega Auctions, la société qui assurera la vente, peut se frotter les mains, à défaut de frotter le slip avec beaucoup de lessive : les acheteurs seront au rendez-vous. D’après les premières estimations, l’objet devrait être vendu aux alentours de 12 500 euros, ce qui fait cher le centimètre carré de tissu. Ce prix ne s’explique pas seulement grâce aux qualités du produit, « invisible sous un pantalon blanc », comme l’indique la BBC. Le sous-vêtement a une histoire bien glauque à raconter, qui séduira à coup sûr les admirateurs du King : véritable relique, il est un des derniers sous-vêtements portés par la star, décédée la même année.

Voici.fr par M.A.

Un étudiant canadien arrêté dans le Sinaï

août 8, 2012
La police égyptienne a arrêté dans la péninsule du Sinaï un ressortissant canadien soupçonné d’être impliqué dans une attaque qui a causé la mort de seize gardes-frontières égyptiens, ont indiqué des responsables des services de sécurité. Ils ont indiqué que l’homme, identifié sous le nom de David Edward, était en possession d’une carte d’identité égyptienne appartenant à quelqu’un d’autre et avait pris des photos de véhicules blindés.

Contactée, l’ambassade du Canada a indiqué qu’elle ne pouvait confirmer ni démentir l’information. Selon les responsables des services de sécurité, M. Edward, qui étudie dans une université canadienne, est entré en Egypte le 5 août, le jour où des hommes armés ont tué seize soldats égyptiens près de la frontière avec Israël.

L’armée et la police égyptiennes mènent actuellement une vaste opération contre les militants islamistes soupçonnés d’avoir mené l’attaque contre les gardes-frontières. Les services de sécurité égyptiens, qui se méfient des étrangers, ont arrêté à plusieurs reprises par le passé des ressortissants de pays tiers soupçonnés d’espionnage ou d’impliquation dans des troubles, avant de les relâcher.

Lefigaro.fr avec AFP