Posts Tagged ‘premier mariage’

George Lucas, papa à 69 ans et Mellody Hobson ont eu un bébé

août 13, 2013
Georges Lucas, papa très souriant à 69 ans !

George Lucas, papa très souriant à 69 ans !

Au sommet du bonheur avec Everest

Alors que l’on n’était même pas au courant qu’ils attendaient un enfant, voilà que George Lucas et sa compagne, Mellody Hobson, deviennent les parents d’Everest, leur première fille biologique.

A 69 ans, difficile d’imaginer que George Lucas redeviendrait papa et pourtant, il peut dire fièrement au bébé qui vient de naître : « Je suis ton père » (sans bruit de respirateur). Comme l’annonce le Huffington Post américain le vendredi 9 août, le réalisateur de Star Wars et son épouse Mellody Hobson ont accueilli leur quatrième enfant, une fille prénommée Everest. Une première pour Madame, mais certainement pas pour Monsieur, qui avait déjà goûté à la paternité il y a bien longtemps, et à trois reprises. Lors de son premier mariage avec Marcia Lou Griffin, entre 1969 et 1983, il avait adopté sa première fille, Amanda, aujourd’hui âgée de 32 ans. Après le divorce, c’est seul qu’il en avait adopté deux autres, Katie et Jett, âgés respectivement de 25 et 20 ans.

Vendredi, c’est une mère porteuse qui a donné naissance à Everest, ce qui explique l’absence de baby bump chez Mellody Hobson lors de son mariage avec le réalisateur en juin dernier. Troisième fille, quatrième enfant de la famille Lucas, Everest est un bébé particulier pour les deux parents, qui n’avaient jusqu’ici jamais eu d’enfant biologique.

Voici.fr

Côte d’Ivoire: la détenue Simone Gbagbo de retour dans le nord

mai 8, 2013
Côte d'Ivoire: la détenue Simone Gbagbo de retour dans le nord Côte d’Ivoire: la détenue Simone Gbagbo de retour dans le nord © AFP

L’ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo, transférée la semaine dernière à Abidjan pour raisons médicales, a été reconduite mercredi à Odienné (nord-ouest), où elle est détenue pour son implication présumée dans la crise de 2010-2011, a-t-on appris de sources concordantes.

« Elle est arrivée à 16H00 (locales et GMT). Elle a été escortée par du personnel de l’ONU et des militaires ivoiriens jusqu’à la résidence où elle était auparavant », a déclaré à l’AFP une source militaire ivoirienne.

« Elle est retournée aujourd’hui (mercredi) à Odienné », a confirmé une source proche du dossier.

Plus tôt, l’un des avocats de Mme Gbagbo, Me Rodrigue Dadjé, avait fait état du départ de l’ex-Première dame de la clinique d’Abidjan où elle était internée depuis le 2 mai. « Ni les avocats ni la famille ne savent l’endroit où elle a été emmenée », a-t-il dit.

Dans un communiqué, une autre avocate de Mme Gbagbo, Me Habiba Touré, a dénoncé un « transfert effectué dans la précipitation » et fustigé de « graves violations » des droits de l’Homme.

Détenu comme Simone Gbagbo depuis la fin de la crise postélectorale de 2010-2011, le Franco-Ivoirien Michel Gbagbo, fils d’un premier mariage de l’ancien président Laurent Gbagbo, est interné dans la même clinique d’Abidjan depuis l’an dernier.

Il n’avait pas été possible d’obtenir mercredi soir une réaction des autorités.

L’ex-Première dame avait été transférée dans la capitale économique à la demande de ses avocats. Le ministre de la Justice, Gnénéma Coulibaly, avait indiqué qu’elle avait besoin de « soins médicaux », tandis que le président Alassane Ouattara a évoqué un « bilan de santé ».

Née en 1949, Simone Gbagbo est poursuivie par la justice ivoirienne pour génocide et crimes de sang, atteinte à la sûreté de l’Etat et infractions économiques commis lors de la crise qui a fait quelque 3. 000 morts après le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l’élection de novembre 2010.

Elle est aussi sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), qui la soupçonne de crimes contre l’humanité.

Les autorités ivoiriennes n’ont pas encore donné leur réponse à la Cour mais ne cachent pas leur préférence pour la tenue en Côte d’Ivoire des procès des détenus et inculpés proches de l’ex-chef de l’Etat, incarcéré depuis fin 2011 à La Haye par la CPI, qui le soupçonne aussi de crimes contre l’humanité.

Jeuneafrique.com avec AFP