Posts Tagged ‘Première dame’

Gambie : première épouse, première dame…

janvier 24, 2017

L’œil de Glez © Glez / J.A.

Dans un palais présidentiel gambien qui se réorganise, les responsables de l’ordre protocolaire avaient besoin de savoir quelle épouse du polygame Adama Barrow devait être qualifiée de “first lady”. L’élu a tranché sur une chaîne de télévision sénégalaise…

Un homme, une voix ; un président, une première dame. Telles sont les règles de la démocratie à l’occidentale, même tropicalisée. Polygame, le président péniblement investi de la République de Gambie imposait un casse-tête aux chambellans de la présidence et aux ordonnateurs de certains futurs voyages présidentiels auxquels une first lady sera immanquables invitée.

Un casse-tête qui ne saurait, même en Europe, prendre la forme d’un jugement moral, les présidents occidentaux ayant habitué leurs administrés à la gestion plus ou moins conjointe de plusieurs « amoureuses ». Si François Hollande n’a installé officiellement à l’Elysée qu’un de ses trois coups de cœurs connus – Valérie Trierweiler –, la précédente présidence française avait promu deux first ladies – Cécilia Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy.

La bigamie d’Adama Barrow a le mérite d’être claire

Quant à François Mitterrand, c’est bien deux compagnes qu’il entretenait simultanément – Danielle Mitterrand et Anne Pingeot –, même si la seconde était cachée. La bigamie d’Adama Barrow a donc le mérite d’être claire…

De surcroît, le prédécesseur du nouvel élu gambien, le fantasque Yahya Jammeh, avait la réputation d’être tiraillé entre plusieurs amours, même si l’officielle first lady, Zineb Jammeh, tentée par le divorce en 2012, aura exprimé un soutien infaillible à son époux, jusqu’à la chute de celui-ci. En outre, Adama Barrow n’est pas le premier président à être officiellement polygame, même si le Nigérien Mamadou Tandja avait fait jouer la carte de la discrétion à Fati Tandja et à Laraba Tandja.

Il suffisait donc que le nouveau locataire de la présidence gambienne tranche, pour que s’estompe le malaise protocolaire. Comme il est musulman, il n’avait pas à suivre le principe biblique qui indique que « les derniers seront les premiers ». Première arrivée, première « servie » : Adama Barrow, dans un entretien sur la chaîne de télévision TFM, a indiqué que sa première épouse serait aussi sa première dame. Dont acte.

Jeuneafrique.com par Damien Glez, dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

Côte d’Ivoire: l’ex-Première dame Simone Gbagbo condamnée à 20 ans de prison

mars 9, 2015

Abidjan – L’ex-Première dame Simone Gbagbo a été condamnée mardi matin à 20 ans de prison par la justice ivoirienne pour son rôle durant la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire.

La Cour, après avoir délibéré, condamne à l’unanimité Simone Gbagbo à vingt ans de prison pour attentat contre l’autorité de l’Etat, participation à un mouvement insurrectionnel et trouble à l’ordre public, a énoncé le juge Tahirou Dembelé, après plus de 9 heures de délibération du jury.

Le parquet général avait requis une peine moitié moindre, soit dix ans d’emprisonnement, contre l’ex-Première dame.

Surnommée la Dame de fer ivoirienne au temps où son mari Laurent était au pouvoir, Simone Gbagbo, vêtue d’une robe bleu clair, a accusé le coup à l’énoncé du verdict, son visage se durcissant.

Elle est un peu affectée, a déclaré à l’AFP Me Rodrigue Dadjé.

78 personnes étaient jugées à ses côtés pour leur rôle dans la crise post-électorale de 2010-2011, causée par le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire de l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010. Les violences entre les deux camps ont fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Simone Gbagbo, 65 ans, est un personnage politique très clivant en Côte d’Ivoire. Elle a été autant respectée pour son parcours dans l’opposition que redoutée dans son rôle de présidente à poigne, souvent accusée d’être liée aux escadrons de la mort contre les partisans d’Alassane Ouattara, qu’elle a toujours honni.

Lundi après-midi, invitée à livrer ses derniers mots à la barre, la très dévote ancienne Première dame, faisant plusieurs références à la Bible, avait déclaré pardonner à la partie adverse ses injures.

J’ai trouvé les avocats de la partie civile outranciers. J’ai subi humiliation sur humiliation durant ce procès. Mais je suis prête à pardonner. Je pardonne les injures, je pardonne les outrances. Car si on ne pardonne pas, ce pays connaîtra une crise pire que ce que nous avons vécu, avait-elle dit.

Pascal Affi N’Guessan, le patron contesté du parti pro-Gbagbo, qui souhaite représenter le Front populaire ivoirien (FPI) à la présidentielle d’octobre, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Cette peine est couverte par les deux ans de détention provisoire qu’il a effectués.

Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président Gbagbo, issu d’un premier mariage avec une Française, a écopé de 5 ans d’emprisonnement.

La Cour d’assises d’Abidjan avait été vidée de son public dans la soirée pour des raisons de sécurité, selon le procureur général.

Romandie.com avec(©AFP / 10 mars 2015 02h36)

Valé­rie Trier­wei­ler: de plus en plus seule?

octobre 28, 2014

 

Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler

Rien ne va plus pour la jour­na­liste de Paris Match

Après son livre vengeur, l’ancienne première dame voit son image ternie. Le malaise s’accroît après un nouvel inci­dent. Par Caro­line Derrien

Elle ne nie pas, mais rela­ti­vise. Au Canard enchaîné, l’an­cienne première dame concède une « simple dispute ». Les soubre­sauts média­tiques de la nouvelle « affaire Trier­wei­ler » n’en finissent pas : « On ne me parle que de ça, alors que c’était mon anni­ver­saire, une fête privée en plus ! », confie Jean-Luc Romero à Gala, las « d’être l’otage » de cette sombre histoire. Le 28 septembre dernier, l’élu socia­liste pari­sien fêtait sa première année de mariage avec son compa­gnon dans un lieu gay mythique, le Banana Café. Plumes, paillettes et bonne humeur… Les jeunes mariés ne seront pas les témoins directs du coup d’éclat : Valé­rie Trier­wei­ler a agressé verba­le­ment et physique­ment une ex-intime, Valé­rie de Senne­ville, jour­na­liste aux Echos – elle lui a notam­ment « griffé le bras », selon l’heb­do­ma­daire. Elle a aussi insulté une connais­sance de longue date, Natha­lie Mercier, char­gée de mission durant la campagne de François Hollande. Des faits confir­més à Gala par un témoin. Fragi­li­sée par les allé­ga­tions du Canard, en une pirouette humo­ris­tique, l’an­cienne première dame fustige sur Twit­ter « Ces rumeurs calom­nieuses ».

Valé­rie de Senne­ville, mariée en 2011 au (futur) ministre Michel Sapin, l’avait pour­tant épau­lée en pleine tour­mente, jusqu’à l’ac­com­pa­gner aux côtés de Saïda Jawad – toujours proche – pour une semaine de décom­pres­sion à l’île Maurice. Hospi­ta­li­sa­tion, semaine « au vert » à La Lanterne… la consœur et la comé­dienne tentent alors de sutu­rer les plaies ouvertes d’une grande bles­sée. « Je sais ce que je leur dois. […] Je connais la force de l’ami­tié fémi­nine et elle m’a sauvée », écrit l’an­cienne compagne du Président dans Merci pour ce moment. Mais le livre rava­geur, d’une folle impu­deur – discré­di­tant un chef d’Etat présumé socia­liste et sapant la dignité prési­den­tielle, a défi­ni­ti­ve­ment brisé la confiance de fidèles telle Valé­rie de Senne­ville. Ou encore trou­blé son amie jour­na­liste Cons­tance Vergara, conviée elle aussi au Banana Café.

La femme trom­pée, humi­liée devant la France entière ne suppor­te­rait-elle plus le moindre rejet, le moindre juge­ment ? Elle déplore dans ses confes­sions avoir été « trai­tée comme une paria […] à peine quelques jours après la révé­la­tion de Closer ». D’au­cuns, il est vrai, ont eu vite fait de se détour­ner, sitôt la première dame déchue. D’autres, comme Brigitte Jouyet, l’épouse du Secré­taire géné­ral de l’Ely­sée, ami de toujours du chef de l’Etat, lui enver­rait encore des sms. Mais Valé­rie Trier­wei­ler semble n’avoir guère appré­cié le dégoût de certains, ni la moindre critique sur son brûlot. Tous « traîtres » à ses yeux ou presque. Et de vouloir venger l’af­front. « Elle ne supporte pas la contes­ta­tion ; soit on est d’ac­cord avec elle, soit on est contre elle, insiste un ancien proche. Mais elle voit bien que beau­coup commencent à lui tour­ner le dos, or il lui faut conti­nuer d’exis­ter ». Même son ancien conseiller élyséen, Patrice Bian­cone, en charge des ONG auprès de François Hollande ne veut rien commen­ter. Bien sûr, il y a ces 567 413 exem­plaires vendus à ce jour, selon Les Arènes, ces  mots doux d’une autre ancienne première dame – Carla Bruni – « émue » par le livre. De quoi la rassé­ré­ner, après ce fâcheux sondage du Pari­sien, où seul un quart des Français la juge « sympa­thique », publié… le jour même de son coup de sang ?

« Elle est persua­dée d’in­car­ner la vraie gauche, d’être la vox populi, celle des femmes trom­pées », décrypte une rela­tion. N’a-t-elle pas évoqué à Angers, le 10 octobre dernier, devant des lecteurs conquis son « histoire parti­cu­lière », « au bout du compte une histoire univer­selle »? Elle devait, ces derniers jours, fêter chez elle son triomphe litté­raire, avant de nouvelles dédi­caces, peut-être. Reprendre le dessus sur la rumeur de la ville, après le canu­lar très singu­lier de Nico­las Bedos, les raille­ries de Laurent Ruquier, les soupçons d’écri­ture à quatre mains avec l’écri­vain Laurent Binet … Et embras­ser encore la cause des jeunes Nigé­rianes enle­vées par Boko Haram ou quelque mission auprès du Secours Popu­laire, pour les plus dému­nis. Ceux-là dont elle se dit proche.

Gala.fr

Valérie Trierweiler est sortie de l’hôpital

janvier 18, 2014

Valérie Trierweiler est – enfin – sortie de l’hôpital. D’après nos informations, la journaliste a quitté l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ce samedi 18 janvier, vers 15h30, escortée comme le serait une Première dame, par un service de sécurité et des motards de l’Elysée, un convoi présidentiel en quelque sorte. Son véhicule a pris la route vers La Lanterne, comme il était convenu.

Hospitalisée depuis vendredi 10 janvier dans le service du docteur Olivier Lyon-Caen, professeur de neurologie dans le célèbre établissement, Valérie Trierweiler devrait passer quelques jours dans la résidence officielle de la présidence située à Versailles. Hier, nos confrères de Paris-Match, magazine pour lequel Valérie Trierweiler est journaliste depuis 1989, nous ont appris que la sortie était imminente et confirmaient que la Première dame devait rejoindre La Lanterne pour y passer quelques jours au calme et continuer sa convalescence loin du tumulte parisien.

Sous la surveillance du personnel médical, Valérie Trierweiler a suivi une cure de sommeil pour remonter la pente après le GayetGate qui monopolise l’attention politico-médiatique depuis le 10 janvier dernier. L’hebdomadaire people Closer a ainsi révélé l’idylle supposée du président de la république avec l’actrice Julie Gayet. Une information que le locataire de l’Elysée n’a d’ailleurs pas démentie et sur laquelle il devrait s’exprimer avant son départ aux USA le 11 février prochain, pour clarifier la situation aux yeux des Français.

Alors que François Hollande est aujourd’hui dans son fief de Corrèze, à Tulle, pour y présenter ses vœux (il est accompagné de quelque 90 journalistes), Valérie Trierweiler est arrivée à Versailles. Le président la rejoindra-t-il dès demain ?

rappelons que le fils de Valérie Trierweiler, Léonard, comme il en a témoigné sur son compte Twitter hier soir avant d’effacer son tweet, n’a pas pu rendre visite à sa mère hier, vendredi 17 janvier, toute visite ayant été suspendue, provoquant ainsi l’inquiétude de ses proches.

Interrogé par nos confrères de Paris-Match afin de savoir si Valérie Trierweiler allait séjourner à la Lanterne « en qualité de Première dame », l’entourage de François Hollande aurait répondu : « Pourquoi ne pas parler d’elle en utilisant simplement son nom et son prénom? ».

Purepeople.com

Carla Bruni : son cadeau de Noël à Giulia

novembre 17, 2011

Un Noël en musique

Carla Bruni a enregistré une chanson pour un compil de Noël. Découvrez un premier extrait de Jolis sapins.

Elle avait expliqué qu’elle éviterait de se retrouver derrière un micro tant que Nicolas-monmari serait en poste, Carla Bruni a cédé. En même temps, il est toujours difficile de dire non à un vieux monsieur. À 79 ans, Michel Legrand a réussi à convaincre la première dame de reprendre le titre Jolis sapins de Michel Fugain. Un extrait d’une minute a été mis en ligne aujourd’hui par Universal Music, disponible ici.

Pour son album Noël ! Noël !! Noël !!!, le célèbre chef d’orchestre a arrangé douze des plus grands classiques de chansons de Noël (Vive le vent, Douce nuit, Let it snow) et s’est entouré d’une pléiade d’interprètes. Outre la maman de la petite Giulia, Michel Legrand s’est entouré d’artistes internationaux, comme Rufus Wainwright, Iggy Pop ou Jamie Cullum et francophones tels Renan Luce, Cœur de Pirate ou Olivia Ruiz. Jusqu’à la sortie de l’album le 21 novembre prochain, vous pourrez découvrir quatre extraits des derniers titres interprétés par Iggy Pop, Ayo, Olivia Ruiz et M. Une jolie chanson pour le premier Noël de Giulia, ça c’est un chouette cadeau.

Voici.fr par M-A.K.

Mais où est passée Carla Bruni-Sarkozy ?

octobre 5, 2011

Perdue de vue

Alors que le terme de sa grossesse approche à grands pas, Carla Bruni-Sarkozy semble avoir disparu de la circulation.

Le dernier étage de la clinique de la Muette ? Elle n’y est pas, nous a appris le journal people L’Express ce matin. Son appartement du XVIe arrondissement ? Elle n’y a pas été aperçue depuis jeudi (et il y a du monde qui guette, faites-nous confiance). À l’Élysée ? Non plus. Le couple présidentiel n’a pas été aperçu du tout ce week-end.

Depuis quelques jours, ce n’est même plus, selon nos informations, Carla Bruni-Sarkozy qui va chercher son fils Aurélien à l’école, mais la mère de la première dame, Marisa Bruni-Tedeschi. Comme si Carla n’était plus en état de s’occuper de son fils. La mannequin devenue chanteuse avant d’épouser le président de la République a tout bonnement disparu, comme si de rien n’était…

Volontiers mystérieuse, Carla a déjà indiqué qu’elle souhaite tenir son enfant à naître à l’écart des médias. La rumeur d’ une privatisation d’un étage entier de la clinique de la Muette semblait d’autant plus crédible. Mais l’accouchement tant attendu n’a finalement pas eu lieu et Carla se fait plus vaporeuse que jamais. S’est-elle réfugiée chez sa mère pour être choyée au calme en attendant de mettre au monde son enfant ? Fort probable, mais impossible d’en être absolument certain.

Si l’enfant de Nicolas Sarkozy doit naître cette semaine, il devrait se dépêcher de sortir : d’après son agenda officiel, mercredi midi, son père doit rencontrer « des personnalités de la société civile sur la question de la petite enfance ». Quelle coïncidence…

Voici.fr par J.M.

Carla Bruni raconte comme Nicolas Sarkozy l’a draguée

septembre 27, 2011

« Il est président et il connaît tout des fleurs »

Carla Bruni très enceinte dans Vivement Dimanche Carla Bruni doit accoucher très bientôt : la Première dame est revenue sur sa grossesse « inespérée » et son coup de cœur pour Nicolas Sarkozy.

Qu’on se le dise, Carla Bruni est une femme très secrète. Tellement même que la Première dame de France a mis beaucoup, beaucoup de temps avant de se confier sur l’heureux événement qui se prépare : son bébé doit naître très prochainement, courant octobre. Mais à quelques jours de la naissance, on ne l’arrête plus : Carla a accordé deux interviews, la première à Michel Drucker dans Vivement Dimanche sur France 2, la seconde à Christine Ockrent (en anglais) pour la BBC World Service, diffusée demain. C’est ça, la discrétion à la française.

« Je me sens un peu grosse et très heureuse comme toutes les femmes. C’est un grand bonheur, mais c’est un peu banal », explique l’ex-top model à Mimi. Quant au papa, il « se porte très bien ». « On n’est pas les jeunes mariés de l’année quand même dans le sens où on a déjà eu des enfants avant. Mais oui, on est inquiets, bien sûr. Et puis on va rester inquiets pendant trente, quarante ans », ajoute-t-elle jurant que les interviews sont désormais terminées : « C’est un moment où on a envie de se cacher. C’est un moment un peu privé au fond ». Mais qu’elle souhaite quand même partager avec la terre entière.

Car pour sa dernière interview d’avant-accouchement, Carla Bruni a accordé un long entretien à Christine Ockrent, qui sera diffusé demain sur la BBC World Service. « Je suis superstitieuse et donc, j’ai été très prudente… C’est pourquoi je n’en parlais pas, mais il n’y a pas grand-chose à en dire. Il y a des tas de femmes qui attendent un enfant, ce n’est pas très intéressant pour les Français », juge-t-elle. C’est mal nous connaître.

Au cours de cette longue interview, Carla Bruni est revenue sur son coup de cœur pour Nicolas Sarkozy. Ce qui l’a fait craquer, ce sont les connaissances en botanique du chef de l’État. « Quand je l’ai revu, marchant dans les jardins du Palais de l’Élysée, il m’a donné tous les noms des fleurs. Il connaît tous les noms en latin, tous les détails à propos des roses et des tulipes. Je me suis dit : “Mon Dieu, je dois épouser cet homme. Il est le président et il connaît tout des fleurs aussi. C’est incroyable” », s’est-elle extasiée à l’époque. Le plus surprenant pour tous ceux qui la connaissent, à commencer par elle-même, a été son mariage avec Nicolas Sarkozy : « Me marier avec lui a été quelque chose de très rock’n’roll pour quelqu’un comme moi. Être capable de changer votre style de vie du jour au lendemain, c’est très rock’n’roll. Beaucoup de gens n’auraient pas accepté ce genre de transformation ». Pour l’amour d’un homme (et des fleurs), Carla est prête à tout.

Voici.fr par M-A.K.

Carla Bruni « n’en peut plus », elle a hâte d’accoucher

septembre 21, 2011

Très envie d’une clope et d’un verre

Carla Bruni « n’en peut plus », elle a hâte d’accoucher Carla Bruni est impatiente d’accueillir son deuxième enfant. Du coup, elle se dit qu’avec un peu de chance, il arrivera un peu en avance, comme Aurélien l’a fait il y a dix ans.

Carla Bruni est une femme comme les autres : une grossesse c’est ce qu’il y a de plus formidable dans la vie, sentir ce petit être grandir à l’intérieur de soi, c’est magique. Sauf qu’il met neuf mois pour arriver ce bébé et neuf mois de privation, c’est long. Plus d’alcool ni de cigarettes, une mobilité réduite et ce corps qui grossit chaque jour un peu plus, il arrive un moment où l’on a qu’une envie : le voir sortir et le sentir tout contre soi. Carla Bruni en est là.

Alors qu’elle rencontrait des élèves boursiers de sa fondation il y a quelques jours, la première dame de France leur a fait quelques révélations, reprises par le Parisien : « Franchement, je n’en peux plus : je dois rester assise ou allongée la plupart du temps. Ne plus fumer ni boire. J’ai hâte que ça se termine. À partir du 1er octobre, ça peut arriver n’importe quand. D’ailleurs, mon premier enfant, Aurélien, est arrivé avant terme. C’est long. Mais j’en avais tellement envie ».

Mais à 43 ans, il est normal de redoubler de précautions. Alors pour passer le temps, « Carla continue de jouer de la musique, de composer. Elle lit, regarde des films, téléphone longuement à ses amis », a précisé un proche de l’épouse de Nicolas Sarkozy, ajoutant que « normalement, elle doit accoucher autour du 30 octobre ». Inutile d’attendre quelques mots de l’Elysée pour annoncer la grande nouvelle : « C’est un événement d’ordre privé », assure un conseiller du chef de l’État. Comme Carla qui a annoncé qu’aucune photo du bébé ne filtrerait, « la naissance ne sera d’ailleurs pas annoncée officiellement, aucun communiqué n’est prévu ». Mais les bruits de couloir seront assez forts pour être entendus et faire la Une.

Voici.fr par M-A.K.

Carla Bruni-Sarkozy élue femme la mieux habillée au monde

août 4, 2011

Son style primé

Carla Bruni-Sarkozy élue femme la mieux habillée au monde Son goût avisé pour la mode a été salué par le magazine Vanity Fair. Carla Bruni a été élue femme la mieux habillée du monde.

Le chic à la Française, vous connaissez ? Eh bien pour faire simple, il se résume en trois mots : Carla-Bruni-Sarkozy. La première dame de France, qui a provisoirement troqué ses tailleurs Dior et ses Louboutin pour ses maillots de bain et une paire de tongs (elle est en vacances au cap Nègre après avoir passé plusieurs jours au Fort de Brégançon), a été élue « Femme la mieux habillée au monde » par le magazine américain Vanity Fair. Une pointure en matière de mode.

Enceinte, comme au G8 où elle avait affiché ses premières rondeurs dans une petite robe blanche, ou longiligne dans de longues robes du soir mettant parfaitement en valeur sa silhouette d’ex-top model, Carla Bruni a toujours su marier charme et élégance. C’est donc pour la quatrième année consécutive que la chanteuse apparaît dans ce classement. En 2010, elle faisait partie des premières dames les mieux habillées et devançait Michelle Obama. Cette année, l’épouse du président des Etats-Unis est d’ailleurs éjectée du top ten.

Une autre Française est parvenue à tirer son épingle du jeu en figurant elle aussi dans le classement des femmes les mieux habillées. Il s’agit d’une politicienne. Rachida Dati ? Non, c’est Christine Lagarde. L’ex-ministre de l’Economie, actuelle directrice du FMI depuis le 28 juin dernier, occupe la sixième place, devant la princesse Charlène Wittstock.

Découvrez le TOP 10 des femmes les mieux habillées du monde ci-dessous et en images dans notre diaporama :

1. Carla Bruni-Sarkozy, ex-top model, chanteuse, actrice et première dame de France
2. Sheika Moza Bint Nasser of Qatar, l’épouse de l’Emir du Qatar
3. Kate Middleton, Duchesse de Cambridge, épouse du Prince William
4. Andrea Dellal, fashionista et ancien top model
5. Carey Mulligan, actrice
6. Christine Lagarde, directrice du FMI
7. Tilda Swinton, actrice
8. Lizzie Tisch, entrepreneur
9. Charlène Wittstock, princesse de Monaco et épouse d’Albert II
10. Jane Lauder Warsh, présidente d’Origins and Ojon

Voici.fr par M-A.K.