Posts Tagged ‘présidents africains’

La vie des anciens présidents africains

août 26, 2019

L’ex-président congolais Joseph Kabila s’est toujours senti plus à son aise dans cette arche de Noé privée que dans l’anarchique Kinshasa. © Colin Delfosse pour JA

D’Amadou Toumani Touré à Joseph Kabila, en passant par Blaise Compaoré, José Eduardo dos Santos, Abdoulaye Wade et Olusegun Obasanjo, JA a voulu savoir ce qu’étaient devenus ces présidents emblématiques, une fois libérés de leurs responsabilités. Une série déclinée en six épisodes.

Le pouvoir, dit-on, est comme une drogue : quand on y a goûté, il est terriblement dur de s’en passer. Les six anciens chefs d’État dont nous évoquons la retraite forcée ont pourtant dû entamer, bon gré mal gré, une cure de sevrage. Les uns chassés par la rue, les autres congédiés via les urnes ou au terme de tractations avec leur successeur qui se sont parfois avérées un marché de dupes, ces « dinosaures » de la vie politique africaine ont dû s’inventer une vie après le pouvoir.

Le Malien Amadou Toumani Touré ou le Burkinabè Blaise Compaoré rongent leur frein en exil, observant le silence depuis leur congédiement brutal. L’Angolais Eduardo dos Santos, dont la progéniture se retrouve au cœur d’affaires judiciaires retentissantes, orchestrées par son successeur, médite sur le fait qu’on n’est jamais mieux trahi que par ses proches. Le Sénégalais Abdoulaye Wade, tel un boxeur qui se relève avant le KO, a préféré retourner à l’opposition plutôt que de couler une retraite pourtant méritée…

Le Nigérian Olusegun Obasanjo, lui, a su conserver de l’influence dans la classe politique et sur la scène internationale, tout en développant des affaires florissantes. Quant à Joseph Kabila, dont l’emprise reste forte sur la scène politique congolaise, qu’il a finalement consenti à quitter, il s’affiche en gentleman-farmer tropical, à la tête d’un vaste domaine peuplé d’animaux sauvages.

Dans cette série parue en six épisodes depuis juillet, Jeune Afrique dévoile les quotidiens de ces figures emblématiques qui, lorsqu’ils étaient au pouvoir, avaient semblé tout contrôler. Tout, sauf une chose : ce qu’il adviendrait le jour où ils quitteraient leur trône.

• Amadou Toumani Touré, la retraite forcée

Résidant au Sénégal depuis le putsch de 2012, l’ancien chef de l’État malien vit un exil paisible, entouré des siens. Mais les menaces qui pèsent sur son pays d’origine ne le laissent pas indifférent, loin de là.

Amadou Toumani Touré lors de son premier retour à Bamako, le 24 décembre 2017. © Michele Cattani/AFP

• Blaise Compaoré, le mal du pays

Exilé en Côte d’Ivoire depuis 2014, l’ancien chef d’État vit confortablement mais rêve du jour où il pourra enfin rentrer chez lui, au Burkina Faso.

L’ancien président burkinabè, Blaise Compaoré. © Francois Mori/AP/SIPA

• José Eduardo dos Santos, l’exil amer

Attaqué de toutes parts par son successeur, l’ancien chef de l’État angolais vit mal la chute de son empire familial. Mais ses héritiers ne s’avouent pas vaincus.

L’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, en décembre 2007 à Lisbonne. © Paulo Duarte/AP/SIPA

• Abdoulaye Wade, la politique dans le sang

À 90 ans passés, l’ancien chef de l’État sénégalais aurait pu goûter les joies d’une retraite bien méritée. Penser cela serait mal connaître Abdoulaye Wade, lui qui ne s’est jamais senti aussi vivant que sur le ring.

L’ex-président Abdoulaye Wade en allant rejoindre le comité directeur du PDS à Dakar, le 13 février 2019. © Sylvain Cherkaoui pour JA

• Olusegun Obasanjo, la retraite dorée

Médiateur reconnu des crises du continent, l’ancien chef de l’État nigérian, Olusegun Obasanjo, est aussi un infatigable homme d’affaires.

Olusegun Obasanjo à Durban, en Afrique du Sud, le 26 mars 2019. © Darren Stewart/Gallo Images via Getty Images

• Joseph Kabila, le gentleman-farmer

Joseph Kabila est loin d’avoir quitté la politique. Mais c’est désormais depuis son immense domaine de Kingakati, son autre passion, que l’ancien chef de l’État congolais tire les ficelles. Visite guidée.

Par Jeuneafrique.com

Sondage : Gallup mesure la popularité de 26 chefs d’État africains

août 6, 2014
Huit chefs d'État africains du sondage. © AFP/Montage JA

Huit chefs d’État africains du sondage. © AFP/Montage JA

Qui sont les chefs d’État africains les plus populaires dans leur pays ? Le site Gallup.com a tenté de répondre à la question en réalisant un sondage auprès d’échantillons de plus de 1 000 personnes dans 26 États du continent. Résultats : certains s’en sortent très bien, tandis que d’autres ont franchement du souci à se faire.

À en croire les chiffres du sondage réalisé par le site Gallup.com sur la popularité des présidents africains, beaucoup d’entre eux n’ont aucun souci à se faire. Ainsi, les Maliens approuveraient à 86% l’action d’Ibrahim Boubacar Keïta à la tête de l’État, quand le Botswanais Ian Khama et le Kényan Uhuru Kenyatta seraient plébiscités par, respectivement, 81 et 78% de leurs administrés.

Plus étonnant, et ce qui pousse sans doute à relativiser le sondage, réalisé en 2013 sur des échantillons d’au moins 1 000 personnes dans 26 pays du continent, la popularité de Paul Biya. Le président camerounais caracole à la quatrième place du classement avec 70% d’opinions favorables, réalisant son meilleur score (72%) chez la tranche des 15-24 ans, nés après son accession au pouvoir. Un chiffre que l’on peine à trouver en adéquation avec les critiques entendues depuis de longues années à Yaoundé ou Douala.

En revanche, d’autres chefs d’État s’en sortent (beaucoup) moins bien. Si Macky Sall (63%), Alassane Ouattara (57%) ou Ali Bongo Ondimba (57%) réalisent des scores honorables, Alpha Condé passe ainsi sous la barre des 50% en Guinée (49ù), quand Idriss Déby reste bloqué à 44%, juste devant Goodluck Jonathan, sans doute sanctionné pour la situation sécuritaire catastrophique du Nigeria (43%). Le trio de queue de ce classement est composé de la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf (42%), du Sud-Africain Jacob Zuma (41%) et enfin, bon dernier et loin derrière, de Joseph Kabila (24%), président de RDC.

Jeuneafrique.com par Mathieu OLIVIER