Posts Tagged ‘Prêtre’

France : L’évêque d’Evreux «choqué» par un ex-prêtre entonnant un chant anti-Macron

juin 3, 2019

 

L’évêque d’Évreux, Mgr Christian Nourrichard, s’est dit «choqué» lundi par les images diffusées sur les réseaux sociaux où l’on voit un prêtre de son diocèse, déjà suspendu de ses fonctions, entonner un chant hostile à Emmanuel Macron lors d’une messe.

«J’ai été choqué par cette vidéo car c’est dénaturer la mission de l’Église et ce qu’est un lieu de culte», a dit à l’AFP le prélat au sujet de cette scène filmée dans une église du Planquay (Eure). Dans une vidéo qui défraye la chronique sur twitter, on voit un prêtre en soutane, l’abbé Francis Michel, chanter à peine voix: «Emmanuel Macron, grosse tête de con, on vient te chercher chez toi…», devant l’autel où une vingtaine de personnes portant des gilets jaunes sont présentes.

En novembre 2016, l’évêque d’Évreux avait publié un décret de suspense de l’abbé Michel, ordonné prêtre en 1975, lui interdisant notamment de célébrer des sacrements ou d’entendre les confessions. «Qu’est ce que je peux faire concrètement? Je dois y aller manu militari pour en découdre avec lui? Je n’ai pas de force de police ou de gendarmerie! », a ironisé Mgr Nourrichard, soulignant que l’Église «n’avait pas besoin de cela» et rappelant que le père Michel s’était déjà retrouvé devant les tribunaux.

Le père Michel avait été condamné en 2015 à 15.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel d’Évreux pour avoir détourné plus de 100.000 euros sur l’argent de la quête. Les faits s’étaient produits entre 2006 et 2008. Après une plainte de l’évêché, les enquêteurs avaient retrouvé 116.000 euros sur les onze comptes bancaires du prêtre qui ne touchait en principe que 900 euros par mois.

«C’est comme un médecin qui continuerait à exercer alors qu’il n’est plus reconnu par l’ordre des médecins», a souligné Mgr Nourrichard, qui dit avoir alerté le Vatican et la préfecture après avoir visionné la vidéo. Contacté par l’AFP, l’abbé Michel n’était pas joignable.

Par Le Figaro.fr avec AFP

France: Un évêque sommé de communiquer le dossier d’un prêtre pédophile à une victime

mai 28, 2019

 

La justice a ordonné mardi pour la première fois à un évêque de communiquer le dossier religieux d’un prêtre condamné pour pédophilie à une victime qui le réclamait, dans le cadre d’une action engagée au civil à Bourg-en-Bresse contre l’Église.

Statuant en référé, le tribunal de Bourg-en-Bresse a ordonné à l’évêque du diocèse de Belley-Ars (Ain), Mgr Pascal Roland, de communiquer, dans un délai de 15 jours, à Jean-Yves Schmitt, un retraité de 67 ans, «l’intégralité du dossier concernant Félix Hutin détenu par l’évêché».

Cet ancien prêtre de 86 ans avait été condamné au civil, en juillet 2015, par le juge de proximité de Nantua qui l’avait reconnu responsable des agressions sexuelles subies par M. Schmitt durant son enfance dans un lycée de Bourg-en-Bresse, où le religieux officiait comme aumônier dans les années 60. Les faits sont prescrits depuis longtemps sur un plan pénal. La victime, elle-même condamnée pour pédophilie par la suite, a engagé des poursuites judiciaires en France contre le Vatican, qu’il accuse d’avoir exfiltré le prêtre en Suisse dans les années 70 quand ses agissements ont fait scandale dans l’Ain.

A cette fin, il avait demandé une première fois au diocèse, à l’amiable, de lui communiquer le dossier du prêtre. Face au refus de l’évêque, il l’avait assigné devant le tribunal il y a quinze jours.

«C’est une première qui va faciliter le combat des victimes de prêtres pédophiles en leur donnant accès aux éléments de preuves qui sont souvent dissimulés par les évêchés», s’est félicité l’avocat du demandeur, Me Emmanuel Ludot. «On vient d’avancer d’un grand pas, c’est le signe que les mentalités changent et qu’on a désormais une politique judiciaire de transparence totale», a-t-il ajouté.

Par Le Figaro.fr avec AFP

France/Nord: un prêtre soupçonné de viol placé sous contrôle judiciaire et suspendu

mai 4, 2019

 

Un prêtre du Nord, accusé de viol par une paroissienne de 18 ans, a été placé sous contrôle judiciaire, en attendant son procès, a-t-on appris samedi auprès du parquet, tandis que le diocèse de Lille l’a suspendu de ses fonctions. A la suite de sa garde à vue, le prêtre âgé de 53 ans a été «déféré au palais de justice de Dunkerque et placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de son jugement, qui aura lieu le 7 octobre», a indiqué à l’AFP le parquet de Dunkerque. Il est poursuivi pour agression sexuelle et non pour viol.

La jeune femme avait porté plainte après les faits, qui se sont déroulés lundi matin au presbytère de Wormhout, selon la même source. «Conformément à notre pratique diocésaine, en attente du procès à venir et de sanctions canoniques ultérieures, je suspends» ce religieux «de ses fonctions d’administrateur et de l’exercice du ministère sacerdotal», a annoncé dans un communiqué l’archevêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich, exprimant sa «compassion à l’égard de la plaignante et de ses proches». «Je redis avec fermeté ma volonté de lutter contre toute forme d’abus dans l’Eglise», a-t-il ajouté, deux jours après un Conseil diocésain de pastorale qui a réuni 250 responsables religieux et laïcs sur ce sujet.

Après des études de philosophie et de théologie, Raymond Mbele vient à Paris en 1992 pour suivre une formation en communication à l’association de la catéchèse nationale de l’audiovisuel. Il est ordonné diacre à Paris XIIIe en 1994 puis rejoint Owando (Congo), son diocèse d’origine. Successivement vicaire de paroisse (sous les ordres du père Daniel Dupuy, originaire d’Hazebrouck), puis curé et vicaire général dans le diocèse voisin d’Ouesso, il a demandé « à bénéficier d’une autre expérience. Je voulais me ressourcer. J’ai une sorte de lien historique avec le diocèse de Lille : l’évêque d’Owando était originaire de Lille, l’abbé Daniel Dupuy, d’Hazebrouck. Tous deux ont beaucoup donné pour notre diocèse au Congo. Je veux donner en retour. »

Raymond Mbele, qui vient d’arriver en Flandre, note dans un large sourire : « Quand on vient du soleil, la température ici surprend ! » Il poursuit : « Je viens ici à l’écoute et au service des paroissiens. Je solliciterai leur indulgence car dans les premiers temps, je risque d’avoir du mal avec la prononciation des noms des Flandres… J’exercerai mon ministère avec les prêtres et les laïcs qui sont déjà sur le terrain et qui le connaissent parfaitement. Sans leur aide, ma mission serait vouée à l’échec. »

Selon le parquet, ce prêtre originaire du Congo, qui était depuis 2015 administrateur de la paroisse Saint-Winoc Saint Folquin de l’Houtland, «reconnaît le rapport sexuel mais sur le consentement, il considère qu’il n’a pas agi par contrainte».

En février 2018, un autre prêtre du Nord avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, soupçonné de viols et d’agressions sexuelles aggravés sur une jeune paroissienne. L’instruction est toujours en cours.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Lavoixdunord.fr

Cameroun: un prêtre assassiné en zone anglophone

juillet 21, 2018

Yaoundé – Le curé de la paroisse catholique de Bomaka, un quartier de Buea, la capitale de la région anglophone du Sud-Ouest, au Cameroun, a été tué vendredi par des individus non identifiés, a annoncé samedi le diocèse de Buea.

« C’est avec le cœur gros et la plus grande tristesse que nous annonçons le décès de notre cher prêtre, le révérend Fr. Alexander N. Sob (…) abattu près de Muyuka (à 25 km au nord-est de Buea) hier 20 juillet 2018 », indique un communiqué du diocèse.

« Nous avons reçu des photographies du corps du prêtre décédé », a indiqué un chargé de communication de l’Église catholique à Yaoundé, précisant que les auteurs du meurtre restent inconnus et que le corps est mutilé.

Ni les autorités camerounaises ni la hiérarchie catholique ne se sont exprimées sur les circonstances de la mort du curé.

Les déplacements sont difficiles en zone anglophone du Cameroun, selon plusieurs religieux catholiques interrogés par l’AFP.

La sécurité dans les deux régions anglophones du Cameroun, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, s’est considérablement dégradée.

Les combats y sont devenus quotidiens entre les forces de sécurité et des séparatistes armés réclamant la création d’un État anglophone indépendant.

L’Église catholique est le seul acteur à même de « promouvoir le dialogue » entre les insurgés et le gouvernement, estimait en avril le centre de recherche International Crisis Group (ICG).

Elle représente près d’un tiers de la population camerounaise, selon l’ICG, qui déplorait les « positions divergentes » de l’Église catholique sur la question anglophone et l’invitait à « surmonter ses divisions et afficher sa neutralité ».

Ce conflit armé de plus en plus violent en zone anglophone, ainsi que celui contre le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord du pays, pourraient perturber le scrutin présidentiel prévu le 7 octobre, selon les analystes.

Le président Paul Biya, 85 ans dont 35 au pouvoir, s’est déclaré candidat la semaine dernière à un septième mandat consécutif.

Ses partisans estiment qu’il est le mieux à même de répondre à la crise anglophone, ses opposants l’accusant d’en être responsable.

Romandie.com avec(©AFP / 21 juillet 2018 17h07)                                                        

Pédopornographie: un prêtre italien condamné à 5 ans de prison

juin 23, 2018

Cité du Vatican – Un prêtre italien et ex-diplomate du Saint-Siège a été condamné samedi à cinq ans de prison pour détention et transmission de matériel pédopornographique, a annoncé le tribunal de la Cité du Vatican.

Interrogé la veille, au premier jour d’un procès exceptionnellement rapide pour le Vatican, Mgr Carlo Alberto Capella avait admis sa culpabilité en expliquant avoir traversé « une crise personnelle » alors qu’il se sentait « inutile » dans sa fonction de conseiller de la nonciature auprès des Etats-Unis.

Arrivé en costume sombre et col clérical devant les trois juges laïcs italiens du petit tribunal de la Cité du Vatican, le prêtre de 51 ans a raconté qu’il avait commencé à consulter des images pédopornographiques en juillet 2016.

Auparavant il avait utilisé pendant plusieurs mois le réseau social « Tumblr », à la recherche d’informations insolites comme des photos d’animaux avec des expressions amusantes.

C’est au contact d’autre utilisateurs de ce réseau qu’il a commencé à échanger des images de pornographie infantile, a précisé le prêtre.

La gendarmerie vaticane a indiqué avoir retrouvé plus de 40 photographies et vidéos pédopornographiques sur le téléphone portable du prêtre italien. Certaines montraient des relations sexuelles entre des adultes et des enfants.

Le prêtre italien originaire de l’île de Capri avait été rappelé en septembre dernier au Saint-Siège où une enquête avait été ouverte, puis il avait été incarcéré en avril dans une cellule de la caserne de la gendarmerie du Vatican.

Le 21 août 2017, le département d’Etat américain avait fait état, par voie diplomatique, d’une possible violation des lois sur les images pédopornographiques de la part d’un membre du corps diplomatique du Saint-Siège accrédité à Washington.

Le Vatican avait rappelé le prêtre sans donner suite à une demande de levée d’immunité diplomatique réclamée par les Etats-Unis, avait indiqué une source du département d’Etat.

Un mandat d’arrêt avait également été émis l’an dernier au Canada à l’encontre de Mgr Capella pour les mêmes motifs, le prêtre étant soupçonné d’avoir effectué des téléchargements de pornographie infantile depuis l’intérieur d’une église de la ville de Windsor (Ontario).

En 2013, le pape François a mis en vigueur une nouvelle législation concernant les abus sexuels sur mineurs et également la pornographie. Un prêtre reconnu coupable encourt jusqu’à 12 ans de prison.

Le procès du prêtre italien est le premier du genre au Vatican.

Josef Wesolowski, un nonce (ambassadeur) polonais accusé de pédophilie avait été rappelé d’urgence de République dominicaine en 2013 par le Vatican, après des informations de presse qui l’accusaient d’avoir eu des relations sexuelles tarifées avec des mineurs.

Le Vatican avait refusé de l’extrader vers la Pologne. Il avait été jugé et sanctionné en juin 2014 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui l’avait réduit à l’état laïque, la peine maximale pour un prélat.

Le pape François avait également ordonné des poursuites pénales pour abus sexuels sur mineurs, une première historique au Vatican. Le prélat avait été arrêté et assigné à résidence, mais était décédé à 67 ans, en août 2015, à la veille de l’ouverture de son procès pénal devant le tribunal du Vatican.

Romandie.com avec(©AFP / 23 juin 2018 13h16)                                                        

Canada/Québec: le père Pierre-Olivier Tremblay, nouvel évêque auxiliaire de Trois-Rivières

mai 21, 2018

 

TREMBLAY Pierre-Olivier-web

Père Pierre-Olivier Tremblay

 

(CECC – Ottawa)… Aujourd’hui, Sa Sainteté le pape François a nommé le père Pierre-Olivier Tremblay, O.M.I., évêque auxiliaire au diocèse de Trois-Rivières. Au moment de sa nomination, il était recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap à Trois-Rivières. L’évêque élu assistera Mgr Luc Bouchard, évêque de Trois-Rivières.

Le père Pierre-Olivier Tremblay, O.M.I., est né le 22 novembre 1970 à Montpellier, en France. Après ses études secondaires au Collège St-Alexandre à Gatineau, il poursuit ses études collégiales au Séminaire St-Augustin à Québec et, par la suite, a complété un baccalauréat en théologie à l’Université Laval en 1993 et une maîtrise en sciences de la mission à l’Université Saint-Paul en 1997. En 2010 il a terminé un doctorat en théologie pratique à l’Université Laval sur l’émergence d’une communauté chrétienne missionnaire. Il a été ordonné prêtre dans la communauté des Oblats de Marie Immaculée le 22 mai 1999 à Ottawa par Mgr Reynald Rouleau, O.M.I. D’abord vicaire à la paroisse de Chibougamau de 1999 à 2003, il travaille en mission auprès des jeunes à Québec jusqu’en 2010 où il fonde avec quelques jeunes le groupe Le Tisonnier de Québec. Il a été curé de la paroisse Sacré-Cœur d’Ottawa de 2010 à 2016. Enfin, il était recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap depuis le 1er février 2016.

Selon l’Annuaire 2018 de la CECC, le diocèse de Trois-Rivières compte 67 paroisses et missions, avec une population de 232 985 catholiques, desservies par 69 prêtres diocésains, 48 prêtres d’instituts de vie consacrée, 34 diacres permanents, de même que 293 religieuses et 51 frères membres d’instituts religieux, en plus de 17 agentes et agents de pastorale laïcs.

Fait surprenant, pendant la messe de 11h00 qu’il célébrait le 21 mai 2018, au petit sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap, devant un parterre d’autres pères, debout au premier rang, à côté de l’autel, il a annonçait avec simplicité et humilité, durant la prière eucharistique de consécration, à la communauté chrétienne venue très nombreuse, en ce lundi de Pentecôte, jour de fête de la Saint Eugène de Mazenod, le patron des Oblats, de prier pour le nouvel évêque auxiliaire que le pape François venait de nommer pour le diocèse de Trois-Rivières.

Car s’il avait dit aux fidèles qu’il venait d’être nommé évêque auxiliaire, je pense que des applaudissements auraient retenti comme d’habitude pour accueillir la nouvelle. Mais tel n’était pas le cas, il a préféré effacer sa personne en prenant une posture de profil bas.

Avec cccb.ca

 

NB: Eugène de Mazenod, évêque de Marseille, fondateur des missionnaires oblats de Marie Immaculée, 1782 – 1861, fut canonisé par le pape Saint Jean-Paul II, le 3 décembre 1995.

Congo: un prêtre contre l’esprit obtus du ministre Thierry Moungala

mai 14, 2018

Oui! Thierry Moungala il est de ceux qui croient que pour avoir la confiance du chef de l’État, il faut nécessairement qu’il défende même  l’indéfendable.

L’esprit intellectuel voudrait que face l’objectivité et à l’évidence qu’on se taise, en signe de sagesse et de bon sens.

En effet, le porte parole du gouvernement congolais, monsieur Thierry Moungala, depuis un certain temps il fait montre d’un homme qui a perdu ce bon sens, car il reste obtus et aveugle face à toute évidence.

Pour preuve, il ignore le rôle des Évêques et partant, celui de L’Église qui consiste entre autre à s’exprimer, à faire entendre sa voix, lorsque les droits de l’homme sont menacés ou bafoués. J’estime que la dignité du peuple congolais est en train d’être traînée dans la boue lorsque dans un pays de quatre millions d’habitants et avec tout ce que nous avons comme potentiel économique, qu’on remarque que les retraités ne sont pas payés, que les étudiants sont abandonnés à leur triste sort et que le traitement sanitaire dans nos hôpitaux laisse à désirer.

A côté d’un tel décor ignoble nous sommes sans ignorer qu’il y a des congolais qui ont amassé et qui gardent des fonds inimaginables dans des paradis fiscaux. Avoir dénoncé celà, les Évêques n’ont pas touché un domaine qui ne soit pas de leur compétence. Car tout ce qui concerne la gestion de la reste publica n’est pas étrange à la philosophie de L’Église.

Monsieur Thierry Moungala du fait qu’il soit aveuglé par la défense d’un régime et des personnes précises, il ignore peut-être qu’il y a  au sein de L’Église Catholique ce que nous appelons la Doctrine Sociale de L’Église: un instrument ou un espace d’expression dont l’Église se sert pour faire entendre sa voix, dans des moments précis, suivant les contextes de l’heure. C’est au nom de cette Doctrine Sociale de L’Église que les Papes peuvent et doivent intervenir devant les institutions internationales telles que l’ONU ou le parlement Européen.

Lorsque les Papes interviennent devant ces organes ils ne  se trompent pas de rôle dans l’exercice de leur mission. Au contraire, malheur à eux s’ils ne le font pas. Malheur aux Évêques congolais s’ils se taisent, s’ils ferment les yeux devant la misère de leur peuple.

Lorsque les Évêques interviennent dans une circonstance comme celle-ci où le peuple est prostré dans une misère injustifiée, ils n’entendent pas défendre un régime ou un individu comme le fait monsieur Moungala. Ce que les Évêques défendent c’est la dignité du peuple congolais tout entière.

Avec les interventions biscornues et dénuées de fondement argumentaire, monsieur Thierry Moungala a démontré à suffisance qu’il est l’un de ceux qui travaillent à renforcer l’instinct dictatorial dont le Chef de l’État est accusé à tort ou à raison.   En effet, la force et l’obstination d’un dictateur sont dues souvent à l’approbation aveuglée des ses proches qui sont prêts à encenser mêmes les actions abjectes les plus ostentatoires.

Peuple congolais, soutenez vos Évêques dans leur action qui consiste à lutter contre le mal qui est en train de se cristalliser, au point de vouloir devenir une culture au Congo.

A monsieur Thierry Moungala je voudrais m’adresser en définitive pour dire ce qui suit:

1/lorsque tu prends la parole pour défendre un régime ou un individu contre tout un peuple, c’est toi qui es perdant. Devant le peuple congolais ta faute est plus grave que celle de celui que tu prétends défendre. Tous les mannes congolais qui ont fait leur plongeon dans l’éternité après avoir versé leur sang pour ce pays n’auront jamais un sentiment de bénédiction vis-à-vis de toi.

2/ Il ne suffit pas d’aligner des concepts en bon français pour construire un raisonnement rationnel et convainquant.

3/Dans certaines circonstances, il faut savoir se taire et écouteurs la voix de la conscience.

Large diffusion

Auteur: prêtre congolais vivant au Congo.

Congo-diaspora: Droit de réponse un ministre Thierry Moungala par un prêtre congolais en France

mai 13, 2018

 

Suite à la lettre pastorale des Évêques du Congo sur la situation actuelle du Congo Brazza, le Ministre à la communication à réagi en martelant que « l’Eglise se trompe de rôle » !

C’est avec beaucoup de déception que j’ai suivi ce Ministre sur RFI. Aussi, je ne vous laisserai sans réaction de ma part en tant que prêtre Congolais.

Mr Moungala, pensez vous qu’être porte-parole du gouvernement signifie blanchir, par les arguments tortueux, les zones d’ombres émanant d’un gouvernement ?

Croyez-vous que pour se faire apprécier par le chef du gouvernement, vous êtes obligé de répondre à tous les sujets du pays ?

Je suis aussi Congolais comme vous ! Jusques à quand, Mr Moungala continuerez-vous à vous ridiculiser comme intellectuel ( de l’époque, parce qu’actuellement je doute que vous le mériter encore) en voulant intervenir sur tout, même sur certaines évidences ?

Avez-vous contesté le FMI qui a déclaré la mauvaise gouvernance à laquelle vous êtes aussi impliqué ? Mr Moungala, certainement, croyez-vous » réfléchir plus et mieux que tous les évêques d’un pays réunis en l’Assemblée?
L’Eglise n’est pas une opposition politique. Elle est le peuple de baptisés et de sauvés. Dès lors, tout ce qui peut retarder ce salut et compromettre cet épanouissement dudit peuple, il est du devoir de l’Eglise d’alerter. Ce n’est pas une usurpation de rôle, bien au contraire! mais nous sommes plutôt dans une configuration où l’Eglise et le Gouvernement agissent envers un même et seul peuple. Il n’y a pas 2 peuples, sachez-le!

C’est le même que l’État et l’Eglise ont à guider et à paître. Certainement, c’est cela qui échappe au « Mr Micro » du gouvernement. Ce peuple Congolais, dont vous êtes aussi Ministre politique veut avancer vers le bien, la prospérité et l’émergence. Cela n’est possible que dans l’objectivité des faits et des situations, et non dans la distraction et la démagogie politicienne. Personnellement, je crois en ce Congo qui pourra se relever dans le choix du chemin de la vérité, la réconciliation, la réparation et la justice en vue d’une nouvelle aube qui se lèvera.

Mr Moungala Thierry, apprenez, svp, à être honnête devant ceux qui vous écoutent ou simplement pour l’honneur de votre famille biologique, parce que vous n’êtes pas né politicien dans votre enfance au quartier bacongo (2e arrondissement de Brazzaville) !

L’honnêteté est une valeur civique qui nous fait grandir, nous valorise et nous honore. Est-ce que, aujourd’hui, Mr Moungala croyez-vous être honnête en voulant faire passer le mal pour le bien ou défendre l’indéfendable?

Quel pays voulez-vous construire dans un subjectivisme dérapant et vicieux de vos discours? Cela vous ouvre, somme toute, au ridicule à tout moment que vous prennez la parole ? Pensez- vous gagner de l’estime du Président de la République en faisant des déclarations mensongères, irrespectueuses et injurieuses à tout moment que RFI vous interroge? Apprendre à savoir se taire, je dirai savoir fermer sa bouche, est quelquefois plus honorant dans la vie d’un homme qui veut être sérieux. C’est la leçon de choses en cette Journée Chrétienne de la Communication.

Nous voulons tous avancer et réparer ce pays. Personne, soit-il un Ministre du gouvernement, n’a le monopole d’empêcher ceux qui veulent réfléchir et chercher à construire notre beau pays. Et les Évêques sont dans cette dynamique. Ce n’est pas se tromper de rôle, comme vous osez le dire.

Enfin, que les allergies liées à votre appartenance religieuse perverse ne soient pas une raison de manquer du respect à toute une Institution comme l’Eglise catholique qui vous a beaucoup donné moralement, et que vous gérez mal. C’est la mégestion comportementale et professionnelle qui vous habitent. C’est regrettable !
Je vous accorde le pardon en espérant que vous changerez votre agir et je prierai pour votre conversion

Prêtre Congolais en France

RDC: un prêtre catholique assassiné après la messe par de présumés miliciens

avril 9, 2018

 

Des soldats des FARDC, à Beni, dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC, en janvier 2014. © Joseph Kay/AP/SIPA

Dans l’est de la République démocratique du Congo, des présumés miliciens ont assassiné dimanche un prêtre catholique, qui venait de célébrer la messe à Kitchanga. Il était âgé de 38 ans.

« L’abbé Étienne Sengiyumva, curé de la paroisse de Kitchanga, a été tué ce dimanche par les ‘Maï-Maï Nyatura’, à Kyahemba où il a célébré la grande messe de baptême et un mariage », a déclaré à l’AFP l’abbé Louis de Gonzague Nzabanita, vicaire général du diocèse de Goma dans la province du Nord-Kivu.

Les « Maï Maï » (groupe d’auto-défense) Nyatura sont supposés défendre les Hutus rwandophones du Nord-Kivu.

« Une balle dans la tête »

D’après le vicaire général, l’abbé Sengiyumva avait « partagé un repas avec les chrétiens et c’est juste après qu’on lui a logé une balle dans la tête », alors qu’il se préparait à retourner à Goma. La dépouille du religieux se trouve encore à Kitchanga, selon la même source.

Kyahemba est une localité du territoire de Masisi située à 87 km au sud-ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu. En l’absence de toute présence policière et de l’armée congolaise, la zone est contrôlée par les miliciens Nyatura.

En proie à la guerre, puis à l’activité des groupes armés depuis 23 ans, le Nord-Kivu enregistre une reprise des violences depuis fin 2016-début 2017

Enlèvement d’un autre prêtre

L’assassinat du prêtre intervient après l’enlèvement vendredi d’un autre religieux, l’abbé Célestin Ngango, enlevé par des hommes armés non identifiés, avant d’être libéré contre rançon dans le territoire voisin de Rutshuru. Dans cette zone, trois autres civils enlevés ont été exécutés par leurs ravisseurs.

Une équipe de Médecins sans frontières (MSF) affirme traiter une moyenne de 57 cas de violences sexuelles par mois dans le territoire de Masisi, contre 23 en 2017.

Pour les deux Kivus, 106 meurtres, 80 enlèvements et 52 accrochages entre belligérants ont été enregistrés en février d’après le « Baromètre sécuritaire » tenu par les experts du Groupe d’études sur le Congo (GEC) de l’Université de New York.

Jeuneafrique.com avec AFP

Pédophile: arrestation au Vatican d’un prêtre ex-diplomate à Washington

avril 7, 2018

Cité du Vatican – Le Vatican a annoncé samedi l’arrestation, sur son territoire, de Carlo Alberto Capella, ex-conseiller de l’ambassade du Saint-Siège à Washington, soupçonné d’avoir consulté des images pédopornographiques.

Ce prêtre, en poste jusqu’à l’an dernier auprès de la nonciature (ambassade) du Vatican, avait été rappelé en septembre au Saint-Siège où une enquête avait alors été ouverte.

Les autorités judiciaires du petit Etat ont émis un mandat d’arrêt contre cet ecclésiastique, aussitôt mis en oeuvre par la gendarmerie vaticane, selon un communiqué du Saint-Siège. Mgr Capella a été incarcéré dans une cellule de la caserne de la gendarmerie du Vatican.

Le 21 août, le département d’Etat américain avait fait état, par voie diplomatique, d’une possible violation des lois sur les images pédopornographiques de la part d’un membre du corps diplomatique du Saint-Siège accrédité à Washington, avait indiqué en septembre le service de presse du Vatican.

Le Saint-Siège a par conséquent rappelé ce prêtre, sans donner suite à une demande de levée d’immunité diplomatique, avait alors indiqué une source du département d’Etat.

« Les Etats-Unis ont adressé une demande officielle à la nonciature pour que l’immunité diplomatique de cette personne soit levée, mais la nonciature a refusé de le faire », avait déclaré ce responsable sous couvert d’anonymat.

« Les Etats-Unis encouragent le Saint-Siège à faire en sorte que ses réformes et sa politique de protection des mineurs soient pleinement mises en oeuvre, et que justice soit rendue concernant ces accusations », avait ajouté cette source.

Les informations fournies par les Etats-Unis avaient été transmises au procureur du tribunal du Vatican, qui avait alors ouvert une enquête et entamé une collaboration internationale pour obtenir des éléments sur cette affaire.

Un mandat d’arrêt avait également été émis l’an dernier au Canada à l’encontre de Mgr Castella, un Italien âgé de plus de 50 ans, pour consultation, possession et distribution de pornographie juvénile.

Le prélat aurait effectué fin décembre 2016 des téléchargements de pornographie infantile depuis l’intérieur d’une église de la ville de Windsor (Ontario).

En 2013, le pape François a mis en vigueur une nouvelle législation concernant les abus sexuels sur mineurs et également la pornographie. Un prêtre reconnu coupable encourt 12 ans de prison.

Si un procès pour ces chefs d’accusation devait s’ouvrir au Vatican, ce serait le premier du genre, après le décès de Josef Wesolowski. Ce nonce polonais accusé de pédophilie avait été rappelé d’urgence de République dominicaine en 2013 par le Vatican, après des informations de presse qui l’accusaient d’avoir eu des relations sexuelles tarifées avec des mineurs.

Le Vatican avait refusé de l’extrader vers la Pologne. Il avait été jugé et sanctionné en juin 2014 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui l’avait réduit à l’état laïque, la peine maximale pour un prélat.

Le pape François avait également ordonné des poursuites pénales pour abus sexuels sur mineurs, une première historique au Vatican. Le prélat avait été arrêté et assigné à résidence, mais était décédé à 67 ans, en août 2015, à la veille de l’ouverture de son procès pénal.

Romandie.com avec(©AFP / 07 avril 2018 16h08)