Posts Tagged ‘Prince Harry’

Le prince Albert II de Monaco n’a pas apprécié l’interview de Harry et Meghan

mars 26, 2021

L’homme fort du Rocher aurait préféré que le prince Harry et son épouse Meghan Markle lavent leur linge sale royal en privé, rapporte la BBC.

Le prince Albert II de Monaco.
Le prince Albert II de Monaco.© DON EMMERT / AFP

Un prince en juge un autre. Et sévèrement. Albert II de Monaco en effet vertement critiqué la décision du prince Harry et de son épouse Meghan Markle de s’afficher dans une interview-fleuve aux côtés de la présentatrice vedette Oprah Winfrey. Un entretien au cours duquel ils ont notamment fait part du racisme supposé d’un des membres de la famille royale.

« Cela m’a un peu dérangé », a reconnu le Monégasque, selon des propos rapportés par la BBC, vendredi 26 mars 2021. « Je peux me mettre à leur place, mais je pense que ce n’était pas le canal le plus approprié pour pouvoir avoir ce genre de discussion », a développé l’homme fort du Rocher, pour qui le linge sale royal aurait dû être lavé en privé. Interrogé par la journaliste Yalda Hakim, Albert II a toutefois confié comprendre la « pression » à laquelle était soumis le couple.

Entretien-choc

Albert II est l’une des dernières personnalités à avoir réagi à cette interview, qui a fait couler une mer d’encre. Dans cet entretien diffusé le 7 mars, une Meghan Markle parfois émue aux larmes avait confié avoir été tourmentée par des pensées suicidaires sans pouvoir compter sur le soutien psychologique qu’elle demandait.

L’Américaine avait aussi fait état de conversations au sein de la famille royale sur la couleur de peau de son fils avant sa naissance. Les époux, désormais installés à Montecito, en Californie, ont expliqué leur mise en retrait et leur départ pour les États-Unis par la conjonction d’une pression médiatique intenable et du manque de soutien de la famille royale. Ils ne pourront pas non plus compter sur celui d’Albert II, membre très éloigné de la famille, comme le rappelle le site britannique Royal Central.

Avec Le Point

États-Unis: Trump ne veut pas payer pour la protection de Harry et Meghan en Californie

mars 30, 2020

Donald Trump a un message pour le prince Harry et son épouse Meghan, qui viennent de s’installer en Californie: il ne veut pas que les États-Unis payent pour leur protection.

«Je suis un grand ami et un grand admirateur de la reine et du Royaume-Uni», a tweeté le locataire de la Maison Blanche deux heures avant son point de presse quotidien sur le coronavirus. Évoquant la décision de Harry et Meghan de renoncer à s’installer de manière permanente au Canada et de déménager en Californie, il a ajouté: «Les États-Unis ne paieront pas pour leur protection». «Ils doivent payer!», a-t-il conclu, sans donner les raisons de cet emportement soudain.

Le couple a, selon le tabloïd The Sun, pris un jet privé pour Los Angeles la semaine dernière, au moment où le Canada et les États-Unis s’apprêtaient à fermer leur frontière pour lutter contre la propagation du Covid-19. Meghan, ancienne actrice américaine, compte de nombreux amis en Californie, où vit aussi sa mère Doria.

Buckingham Palace n’a pas souhaité commenter les informations du Sun.

Par Le Figaro avec AFP

Coronavirus: Harry et Meghan fuient le Canada

mars 27, 2020
Coronavirus: Harry et Meghan fuient le Canada
© Buzznews Coronavirus: Harry et Meghan fuient le Canada
Le Prince Harry, son épouse Meghan Markle et leur fils Archie ont quitté le Canada pour fuir le coronavirus.

Selon ce qu’a appris le New York Post, le couple s’est envolé secrètement à bord d’un jet privé en direction de la Californie.

Depuis le «Megxit», le Duc et la Duchesse de Sussex vivaient à l’abri des regards sur l’île de Vancouver en Colombie-Britannique.

Harry et Meghan en profiteront pour installer leurs pénates dans une nouvelle résidence de Beverly Hills, en banlieue de Los Angeles.

Il semble que la pandémie de COVID-19 n’a fait qu’accélérer la décision du couple de s’installer sur la côte ouest-américaine.

« Ce déménagement était planifié depuis un certain temps. Ils ont réalisé que le Canada ne pourrait fonctionner pour eux pour diverses raisons et ils désiraient s’installer dans la région de Los Angeles », révèle la source du journal.

« Ils ont un grand réseau de contacts là-bas. Leur nouvelle équipe de relations publiques, de relations de presse et leurs conseillers d’affaires sont basés là. Meghan a de nombreux amis dans cette région, et bien sûr, sa mère Dorta s’y trouve aussi », ajoute l’informateur.

Les États-Unis sont devenus dans les dernières heures le pays ayant le plus de personnes infectées à la COVID-19, dépassant la Chine. On y recense, à ce jour, plus de 85 000 cas, surtout concentré à New York, sur la côte est.

La Californie est le troisième État le plus touché du pays, avec plus de 4 000 cas, soit le même nombre que le Canada entier.

Avec Buzznews

Meghan Markle et Harry rappelés à Londres par la reine: ils doivent lui obéir

février 9, 2020
Meghan Markle et Harry rappelés à Londres par la reine : ils doivent lui obéir
© Bestimages Meghan Markle et Harry rappelés à Londres par la reine : ils doivent lui obéir

Le répit aura été de courte durée. Le prince Harry et Meghan Markle sont sommés de revenir à Londres, début mars, pour assister à un événement de premier ordre. Pour le couple, pas moyen d’y couper, l’ordre vient de la reine Elizabeth en personne.

Le prince Harry et Meghan ont beau avoir mis des milliers de kilomètres entre eux et la Couronne britannique, la famille royale est toujours prompte à se rappeler à leur bon souvenir. Entre les deux camps, le deal était clair : malgré l’abandon de leurs fonctions royales, le duc et la duchesse de Sussex se sont engagés à assister aux événements déjà inscrits à leur calendrier avant la rupture. Ce que n’a pas manqué de leur rappeler la reine Elizabeth, selon les informations du Sunday Times. Un des derniers tours de piste du couple, à l’occasion de la journée du Commonwealth, célébrée à l’abbaye de Westminster le 9 mars prochain.

Après leur séjour sous le soleil de Miami, au cours duquel Harry et Meghan ont participé à un sommet organisé par la banque JP Morgan, le changement de décor risque d’être quelque peu brutal. Pas de dîner glamour avec Jennifer Lopez cette fois, le duc et la duchesse de Sussex vont côtoyer le marbre et les icônes de Westminster aux côtés des autres membres de la famille royale. Et impossible pour le couple d’y échapper, même siles relations tendues qu’entretiennent William et Harry depuis le départ de ce dernier, laissent craindre des retrouvailles glaciales.

Harry a cependant toujours joué la carte de l’apaisement, après avoir annoncé sur Instagram sa décision difficile. Au cours d’un gala de charité, l’un des derniers événements auxquels il a assisté, le prince a déclaré aux invités que « l’Angleterre était sa maison et qu’elle le resterait », rapporte le Sunday Times. « Je continuerai à être le même homme, qui chérit son pays et dédie sa vie à soutenir les bonnes œuvres, les associations humanitaires et les communautés de militaires, qui sont si importantes pour moi », a-t-il poursuivi. Gageons que cet état d’esprit positif saura apaiser le possible ressentiment de la famille royale à leur égard.

Par Gala.fr avec Agence 6 Media

Le prince Harry part pour retrouver Meghan au Canada

janvier 20, 2020

Le prince Harry a quitté lundi soir le Royaume-Uni, selon plusieurs médias britanniques, pour s’envoler vers le Canada, afin de retrouver son épouse Meghan et son fils Archie, qu’il n’a pas revus depuis l’annonce de sa mise en retrait de la famille royale. «Le duc de Sussex aurait quitté le Royaume-Uni pour le Canada lundi soir, après l’un de ses derniers engagements officiels en tant que membre de la famille royale», affirme le quotidien britannique Daily Telegraph. «Le prince Harry embarque finalement pour Vancouver», écrit le Daily Mail.

Le prince, sixième dans l’ordre de succession au trône, a «pris un vol à 17H30 à partir de (l’aéroport) d’Heathrow», a détaillé le Sun, et «devrait retrouver (son épouse) Meghan et (son fils) Archie tôt mardi matin», eux qui se trouvent sur l’île de Vancouver.

Moins de deux semaines après la révélation choc du duc et de la duchesse de Sussex, qui souhaitaient se mettre en retrait de la famille royale, la rupture est consommée. Elle sera plus franche qu’ils ne l’espéraient, eux qui voulaient garder un pied dans la monarchie britannique. Harry, 35 ans, et Meghan, 38 ans, ne seront plus des «membres actifs» de la famille royale, et ne pourront plus se prévaloir de leur titre d’altesse royale ni représenter officiellement la souveraine de 93 ans.

«Son départ pour le Canada est symbolique, deux jours seulement après que le Palais de Buckingham eut annoncé qu’il rompait tout lien officiel avec les Sussex», a jugé le Telegraph. Le duc de Sussex a quitté son pays après une journée bien remplie en derniers devoirs royaux. Harry a fait une longue apparition au sommet Royaume-Uni/Afrique sur l’investissement à Londres, où il a rencontré plusieurs chefs d’état africains et s’est entretenu en privé avec le Premier ministre britannique Boris Johnson. Il n’est en revanche pas apparu à la réception tenue lundi soir par son frère aîné le prince William, à Buckingham Palace.

Dimanche il avait confié, dans un discours émouvant aux accents de confession, avoir pris la décision de se mettre en retrait de la monarchie britannique avec «une grande tristesse», mais ne pas avoir eu d’«autre choix». Selon le Sun, «on ne sait pas quand il reviendra, mais une source proche des Sussex a déclaré que le prince aurait d’autres engagements à venir au Royaume-Uni avant le printemps».

Par Le Figaro avec AFP

Harry, Meghan et le petit Archie : futurs citoyens royaux du Canada?

janvier 10, 2020

 

© POOL New
Quels coûts incomberaient à Ottawa advenant que le prince Harry et sa femme s’installent au Canada?

Un mal de tête royal. Selon CNN, c’est ce dont a hérité la reine Élisabeth ll après que son petit-fils Harry, duc de Sussex, et son épouse américaine eurent annoncé leur intention d’acquérir une forme d’indépendance financière, et une indépendance tout court, de la vie de palais.

Le couple princier entend désormais passer une partie de son temps en Amérique du Nord. Même que Meghan Markle aurait déjà plié bagages, fuyant Londres pour se réfugier en sol canadien, d’après la BBC qui cite des sources au palais de Buckingham.

La décision du prince Harry et de sa femme, annoncée mercredi, a eu l’effet d’une bombe, selon le Daily Mail.

Ce tabloïd britannique fondé il y a 124 ans rapporte que la souveraine a tenu, jeudi, des pourparlers de crise avec les princes Charles, William et le principal intéressé, Harry. Dans un chassé-croisé de téléconférences, Sa Majesté a intimé aux parties de présenter des options et de trouver une solution viable à la crise en quelques jours, et non semaines.

Dans une déclaration faite peu après le communiqué sismique publié par le couple princier, le palais de Buckingham s’est dit désappointé. Un terme assez fort dans le registre royal, selon le correspondant de la BBC au palais.

Reste à voir comment tout ceci se déroulera, a de son côté déclaré la Ligue monarchiste du Canada sur Twitter.

De leur dessein, Harry et Meghan n’avaient soufflé mot. La famille royale n’en aurait été avisée qu’une semaine avant l’annonce. D’être ainsi tenus à l’écart a rendu les princes Charles et William incandescents de rage, selon le Daily Mail.

La reine Élisabeth ll aurait réclamé de Meghan et de Harry qu’ils attendent pour rendre leur projet public. Manifestement, Harry n’a pas écouté sa grand-mère et a annoncé tout de go, mercredi, la direction qu’il entendait donner à sa vie familiale et professionnelle.

Ce mercredi 8 janvier 2020 était déjà pourtant très fertile en nouvelles internationales : la nuit précédente, des frappes de missiles par l’Iran s’étaient abattues sur deux bases en Irak. Quelques heures plus tard, le monde stupéfié apprenait l’écrasement en sol iranien d’un Boeing transportant 176 passagers et membres d’équipage. Tous ont péri.

Qu’à cela ne tienne. Le choc causé par la nouvelle de Harry désertant les siens a été tel que, selon l’Agence France-Presse, il a relégué au second plan le vote historique des députés britanniques qui ont donné le feu vert, jeudi, à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

C’est donc dire que les Britanniques, déjà déchirés depuis plus de trois ans par le Brexit, doivent maintenant composer avec le Megxit, amalgame entre le prénom de la duchesse, Meghan et exit.

Sur Twitter, la chaîne info française LCI a titré : « Harry et Meghan filent à l’anglaise : le « #Megxit » expliqué en vidéo  ».

La « royauté » de Toronto

Au-delà de l’apparente frivolité de cette bombe royale, des questions se posent quant au projet de Harry, sixième aspirant au trône britannique, et de Meghan Markle, actrice née à Los Angeles, d’accéder à une indépendance financière. Une indépendance très relative, puisque le couple pourra conserver la plus grande partie de ses revenus et de ses avantages, tout en capitalisant sur son image.

Des questions se posent aussi quant à l’ intention du prince et de son épouse d’équilibrer leur temps entre le Royaume-Uni et l’Amérique du Nord.

Le Royaume-Uni, c’est son royaume à lui : né en septembre 1984, le fils cadet de lady Diana Spencer et de Charles, prince de Galles, avait été décrit par Paris Match comme le trublion de la famille avant de s’assagir et d’être pilote d’hélicoptère dans l’armée, allant jusqu’à combattre deux fois en Afghanistan.

L’Amérique du Nord, c’est son terrain de jeu à elle. Née en 1981 d’un père technicien en éclairage à Hollywood et d’une mère travailleuse sociale et professeur de yoga, Meghan Markle a travaillé quelques années à Toronto comme actrice.

L’actrice, divorcée, s’était implantée dans la ville reine au point de s’y faire des amis et, même, d’appartenir à la royauté de Toronto, titrait la BBC à la veille du mariage princier, le 18 mai 2018.

À preuve : lorsqu’elle a uni sa destinée à Harry dans le faste et le blanc, Meghan comptait parmi ses pages et demoiselles d’honneur les jumeaux de sept ans de Ben Mulroney et de sa femme, Jessica Brownstein. Lui, fils de l’ancien premier ministre Brian Mulroney et personnalité de la télévision. Elle, Montréalaise issue de la famille à la tête des magasins de chaussures Browns et styliste pour Sophie Grégoire Trudeau.

Les Mulroney et les Trudeau sont proches et Mme Markle connaît les Trudeau par l’entremise de son travail humanitaire, a écrit la BBC.

Le couple Mulroney était devenu grand ami de Meghan Markle avant même que cette dernière ne rencontre le prince Harry, toujours selon la BBC.

Une grosse surprise et un tas de questions

Mais qu’est-ce que ça peut vouloir dire de s’affranchir financièrement lorsqu’on compte, par exemple, conserver l’usage de sa maison, le cottage de Frogmore sis sur les terres du château de Windsor, à l’ouest de Londres, et rénové à grands frais à même les fonds publics?

Une grosse surprise et un tas de questions : Pourquoi la nouvelle vie de Harry et Meghan est tout sauf claire. Tel est le titre d’un texte d’analyse publié jeudi sur le site Internet de CBC et dans lequel la journaliste, Janet Davison, se questionne : qu’est-ce que cela signifie; est-ce qu’un couple royal peut simplement partir et aller vivre ailleurs?

À supposer que Harry et sa petite famille s’établissent au Canada − une monarchie constitutionnelle − deviendraient-ils alors citoyens canadiens?  demande encore Janet Davison.

La reine, qui personnifie l’État, n’a pas besoin de passeport pour voyager et, en tant que reine du Canada, elle est Canadienne dans ce contexte, affirme l’auteure et historienne Carolyn Harris, une Torontoise experte de la famille royale citée par CBC.

Mais cet état de fait ne s’applique pas à la famille élargie d’Élisabeth ll, selon Carolyn Harris. Les autres membres de la famille royale n’ont pas automatiquement la citoyenneté dans tout le Commonwealth, dit-elle en substance.

Harry ne va pas « coucher sous les ponts »

Pour Harry, duc de Sussex, devenir indépendant financièrement nécessite qu’il renonce à la contribution de la famille royale, a expliqué en entrevue sur RDI l’historien et spécialiste de la monarchie, James Jackson. L’allocation royale que reçoivent Meghan et Harry représente 5 % de leurs dépenses officielles. Le reste est financé par les revenus privés du prince Charles, héritier du trône.

Écoutez, a affirmé M. Jackson dans un soupir, tous les membres de la famille royale sont riches. Il [Harry] a hérité de la reine-mère, il a hérité de sa propre mère et va hériter de la reine. […] Alors c’est un peu hypocrite, comme disent les journaux britanniques.

Et, dès qu’il [Harry] quitte l’Angleterre, qui va payer pour sa sécurité? demande James Jackson. S’il s’installe au Canada, qui va payer? Est-ce que c’est le gouvernement canadien?

Pour l’historien, la possibilité que le couple princier élise domicile dans l’une ou l’autre des provinces canadiennes est réelle : S’il fallait parier, je dirais qu’ils vont s’installer au Canada.

Harry, successeur de Julie Payette?

Le quotidien canadien The National Post titrait jeudi qu’une majorité de Canadiens veulent le prince Harry comme gouverneur général. Selon un sondage Postmedia, mené par la firme Dart and Maru/Blue Voice Canada, plus de 60 % des Canadiens disent être en faveur de la nomination de Harry comme gouverneur général.

Le National Post cite John Wright, partenaire de la firme Dart, qui s’étonne que 47 % des Québécois soient en accord avec l’idée que le prince Harry succède à la gouverneure générale Julie Payette.

Le sondage de Postmedia avait un échantillon de 1515 Canadiens et est considéré comme exact dans une proportion de +/- 2.9 points de pourcentage. Il a été mené le 6 janvier dernier, soit deux jours avant que le prince Harry et Meghan Markle annoncent leur intention de se distancier de la famille royale.

Noël sur l’île de Vancouver

C’est au Canada que le duc et la duchesse de Sussex avaient choisi de passer la période des Fêtes, en compagnie de leur petit Archie, né en mai dernier.

Après son séjour en Colombie-Britannique, il [Harry] est allé voir le haut-commissaire du Canada pour le remercier, rapporte James Jackson. Il a dit :  »L’accueil était merveilleux au Canada, les gens étaient tellement gentils ». Après des louanges pareilles, comment peut-il s’installer aux États-Unis?

M. Jackson affirme aussi que Harry a davantage confiance en la presse canadienne qu’en celle, à sensation, des États-Unis.

L’ombre de Lady Di

La presse à sensation britannique a peut-être poussé Harry et Meghan à se retirer de la famille royale, selon l’hypothèse avancée par Michael Jackson, ancien chef du protocole de la Saskatchewan.

Les médias sont difficiles en Angleterre et ils rendent la vie pénible pour ces jeunes couples et leurs enfants, affirme Michael Jackson.

En octobre, le prince Harry a intenté des poursuites judiciaires contre le tabloïd Mail on Sunday pour avoir publié une lettre de Meghan adressée à son père.

L’acharnement de la presse à sensation britannique rappelle de douloureux souvenirs au plus jeune fils de Lady Di. Harry n’avait que 13 ans lorsque sa mère a péri dans un accident, en tentant d’échapper à des paparazzi.

Ma plus grande peur est que l’histoire se répète, a-t-il déclaré dans une lettre. J’ai perdu ma mère, et maintenant je vois ma femme devenir la victime des mêmes forces puissantes.

Loin de Buckingham

D’autres membres de la famille royale ont déjà poursuivi l’ambition de se créer une vie en dehors du palais de Buckingham. L’ancien chef du protocole en Saskatchewan rappelle le cas du prince Edward, qui s’est impliqué dans le domaine du théâtre pendant plusieurs années.

Paris Match rappelle lui l’histoire du roi Edouard Vlll qui avait abdiqué en décembre 1936 : Moi, Edward le Huitième, Roi de Grande-Bretagne, d’Irlande, et des Dominions Britanniques au-delà des Mers, Empereur des Indes, déclare ici Ma détermination irrévocable à renoncer au Trône, pour Moi-même et pour Mes descendants.

Edward VIII ne voulait pas être roi sans le soutien de sa chère Wallis, écrivait Paris Match. Wallis Simpson était une Américaine, deux fois divorcée, et c’est pour l’épouser qu’il a renoncé au trône.

À quelques détails près, l’histoire semble se répéter. Au lendemain de la parution du communiqué du duc et de la duchesse du Sussex, Paris Match a titré : Meghan ou Wallis, les Américaines ne réussissent pas à la royauté britannique.

Par Radio-Canada.ca avec Anne Marie Lecomte

Archie Harrison Mountbatten-Windsor: Prénom de l’enfant de Meghan et Harry

mai 8, 2019

Les premières images du royal baby de Meghan Markle et du prince Harry 

Meghan Markle et le prince Harry présentent leur royal baby. (Windsor, le 8 mai 2019.) Dominic Lipinski / AFP

Fiche d’identité

Date de naissance : 6 mai 2019
Nationalité : Royaume-Uni et États-Unis
Signe astrologique : Taureau
Signe chinois : Cochon de Terre
Père : le prince Harry, duc de Sussex
Mère : Meghan Markle, duchesse de Sussex

Biographie de Archie Harrison Mountbatten-Windsor

Archie Harrison Mountbatten-Windsor est le premier enfant du prince Harry et de Meghan Markle. Il est septième dans l’ordre de succession au trône du Royaume-Uni, après son grand-père, le prince Charles, son oncle, le prince William, ses cousins George, Charlotte et Louis de Cambridge, et son père, le prince Harry. Sa naissance, pratiquement un an jour pour jour après le mariage de ses parents au château de Windsor, le 19 mai 2018, a été annoncée sur le compte Instagram de ses parents, @sussexroyal. C’est une première dans la stratégie de communication de la famille royale. Le prince Harry a partagé ses premières impressions lors d’une conférence de presse donnée quelques heures après l’accouchement. Contrairement à son souhait, Meghan Markle n’aurait pas accouché à domicile mais à l’hôpital Portland de Londres, où elle aurait été escortée par des membres de Scotland Yard et le prince Harry. La reine Elizabeth II a été prévenue en premier de l’heureux événement et le prince William a souhaité la « bienvenue dans le club des parents privés de sommeil » à son frère. L’enfant a été présenté aux médias et au monde entier lors d’une séance photo officielle qui s’est déroulée dans le château de Windsor.

baby

Indiscrétions

Archie Harrison Mountbatten-Windsor est né à 5h26 du matin le 6 mai 2019, soit à l’heure exacte du lever du soleil à Londres. Il est également né 25 ans jour pour jour après l’inauguration du tunnel sous la manche.

Par Madame.lefigaro.fr

<

Harry et Meghan, unis à Windsor entre tradition et culture afro-américaine

mai 19, 2018

Le prince Harry et Meghan Markle quittent la chapelle St George de Windsor, le 19 mai 2018 / © POOL/AFP / Ben Birchall

Le prince Harry a épousé l’ex-actrice américaine Meghan Markle samedi à la chapelle St George du château de Windsor, lors d’une cérémonie alliant le faste de la monarchie britannique aux accents de la culture afro-américaine, devant une pléiade de stars.

Meghan Markle, une jeune divorcée de 36 ans, est devenue le premier membre de la famille royale britannique ayant un père blanc et une mère noire, en s’unissant au fils cadet de la princesse Diana, 33 ans, dans la liesse populaire.

Ses origines ont marqué la cérémonie, assouplissant la rigidité traditionnelle des mariages royaux britanniques, avec parmi les invités une pléiade de stars, dont la joueuse de tennis Serena Williams, l’acteur américain George Clooney ou encore le chanteur pop Elton John.

Le sermon a été prononcé par le révérend Michael Curry, premier afro-américain à diriger l’église anglicane aux Etats-Unis, qui a pris des accents enflammés peu habituels dans une royale cérémonie en vantant le pouvoir de l’amour, citant Martin Luther King, le défenseur des libertés civiques, et faisant référence à l’esclavage.

« Nous devons trouver le pouvoir de l’amour, le pouvoir rédempteur de l’amour. De cette façon, nous pourrons faire du vieux monde un monde nouveau. L’amour est le seul moyen », a-t-il lancé à l’adresse des 600 invités, parmi lesquels la reine Elizabeth II et la mère de Meghan Markle, Doria Ragland, descendante d’esclaves des plantations de coton en Géorgie du Sud.

Le sermon a été suivi par la version de Ben E. King de la chanson « Stand By Me » entonnée par une chorale gospel.

– Barrières brisées –

Karen Long, une Américaine noire venue du Texas se mêler à la foule de fans dans Windsor, était ravie que le prince ait jeté son dévolu sur une de ses compatriote, métisse de surcroît. « Nous avons toutes voulu être une princesse, nous pensions que nous ne pourrions pas y arriver, et là voilà! Elle a brisé toutes les barrières », a-t-elle dit, tiare de pacotille sur la tête.

« C’est une union de différentes cultures, vous avez l’Amérique et l’Angleterre et la fusion de deux personnes qui aiment les gens et la vie », se félicitait Leslie Owusu, professeure d’anglais.

Plus de 100.000 personnes avaient fait le déplacement à Windsor dès l’aube samedi, quand elles n’ont pas campé sur place, pour assister au spectacle sur écrans géants ou tenter d’apercevoir les vedettes du jour, dans une ambiance détendue et joyeuse, entre nappes de pique-nique et bouteilles de prosecco.

Autre accent nouveau pour une cérémonie royale: Meghan Markle a fait seule son entrée dans la chapelle suivie de ses enfants d’honneur, et a remonté la nef, attendant d’être proche de l’autel pour accepter le bras offert par le prince Charles, son beau-père. Une décision dictée par l’absence de son père malade mais aussi une illustration de ses convictions de femme indépendante et féministe.

Thomas Markle a exprimé sa fierté et ses regrets de n’avoir pu assister au mariage. « Ma chérie est magnifique, elle a l’air très heureuse », a déclaré le septuagénaire au site d’informations people TMZ.

Le prince Harry en uniforme et son épouse ont échangé leurs voeux puis les alliances, avant d’être déclarés mariés par l’archevêque de Canterbury Justin Welby, chef spirituel de l’Eglise anglicane d’Angleterre. Puis les jeunes gens ont échangé un baiser sur les marches de la chapelle décorée de centaines de fleurs avant d’effectuer un tour en calèche dans la ville, salués par un public exultant.

« C’était charmant. Toute cette pompe et cette cérémonie dont seuls les Britanniques sont capables », s’est émerveillée Jo Stevens, une Britannique de 54 ans.

– Robe Givenchy –

La robe blanche de la mariée, simple et élégante, créée par Clare Waight Keller pour la maison de couture française Givenchy a fait l’admiration du public. « Cela fait vintage et elle est magnifique. C’est une robe intemporelle », admirait la Britannique Denise Show, 46 ans.

Le couple, devenu duc et duchesse de Sussex, a ensuite rejoint les quelque 600 invités à un déjeuner offert par la reine au château. Le chanteur britannique Elton John, qui avait réécrit son tube « Candle in the Wind » en l’hommage de la princesse Diana en 1997, a chanté en leur honneur.

Au menu, une sélection de mets et canapés aux accents britannique avec pour clou de la réception un gâteau au citron et à la fleur de sureau, spécialement conçu pour le couple par la cheffe pâtissière américaine Claire Ptak.

Le cercle des convives sera restreint à 200 dans la soirée lors d’une réception organisée par le prince Charles au manoir de Frogmore House, proche du château. Meghan y prononcera un discours, se démarquant ainsi encore une fois aussi de la tradition.

Le mariage offre un répit bienvenu pour les Britanniques, divisés par le Brexit mais unis autour de la famille royale: des fêtes étaient organisées un peu partout dans le pays pour suivre la cérémonie.

« C’est vraiment une belle occasion de se réunir, et nous le faisons habituellement pour les mariages royaux, mais cette fois c’est différent, avec le climat actuel, le Brexit, les gens sont inquiets, c’est important de saisir ce moment », estime Tom Gavighan, propriétaire d’un pub à Londres.

Romandie.com avec(©AFP / 19 mai 2018 19h11)                  

Le mariage royal, « belle occasion de se réunir » pour les Britanniques

mai 19, 2018

Des fans assistent au mariage du prince Harry et de Meghan Markle sur un écran géant à Windsor, le 19 mai 2018 / © AFP / DANIEL LEAL-OLIVAS

Dans les rues, au pub ou à la maison, les Britanniques ont célébré samedi avec ferveur le mariage du prince Harry et de Meghan Markle, une « belle occasion de se réunir » dans un climat de division autour du Brexit.

Dans les jardins de l’Orangerie, à l’intérieur du parc du palais de Kensington, résidence officielle des mariés, près de 1.500 personnes ont suivi la cérémonie sur un écran géant installé pour l’occasion.

Sur la nappe étendue sur la pelouse, Sam Wilson dépose des fraises et de la chantilly. « Typiquement britannique », sourit-il. Cet ingénieur de 26 ans, en short et chemisette, est venu avec trois amis.

« Ça représente quelque chose de particulier d’être ici, là ou ils habitent. Cela rend l’événement plus réel, vous sentez un lien tangible avec ce qui se passe. Être au milieu de ce palais, ce n’est pas la même chose que de le voir à la télévision », se réjouit-il.

Un peu plus loin, Zoe O’Bryan, une londonienne de 28 ans, vêtue aux couleurs de l’Union Jack, le drapeau britannique, partage avec son amie un verre de pimm’s, une boisson à base de gin et d’épices mélangés avec de la limonade. « Vous ne pouvez pas célébrer un mariage royal sans un verre de pimm’s », plaisante-t-elle.

En 2011, « j’avais fait l’erreur de ne rien faire pour le mariage de William et Kate, alors cette fois-ci, je voulais vraiment en profiter », explique-t-elle. « L’atmosphère fait toute la différence. C’est bien de le regarder chez soi mais je préfère voir le palais et avoir l’impression de participer à l’événement ».

– ‘Sentiment patriotique’ –

Au Duc de Sussex, un pub londonien qui porte le nom du titre que le prince Harry s’est vu décerner par la reine dans la matinée, les chaises en face du grand écran sont toutes occupées. « C’est une belle manière de rassembler les gens… au moins pour une journée », se réjouit Maha Khan, une étudiante de 22 ans.

Alors que les premières images des mariés sont diffusées, toute l’assemblée se lève.

« Je pense que le sentiment patriotique est vraiment répandu à Londres », remarque Sam Smith, l’organisateur de l’événement.

Dans le quartier de Hammersmith, dans l’ouest de la capitale, le pub The Thatched House a organisé une fête en l’honneur du mariage.

Tom Gavighan, le propriétaire irlandais de l’établissement, voulait donner l’occasion aux habitants de se rassembler autour d’un motif joyeux dans une période qu’il juge « précaire ».

« C’est vraiment une belle occasion de se réunir et de partager un moment tous ensemble. Nous le faisons habituellement pour les mariages royaux mais cette fois c’est différent, avec le climat actuel, le Brexit, les gens sont inquiets, c’est important de saisir ce moment et de se détendre », estime-t-il.

Ailleurs dans la capitale comme dans le reste du pays, des fêtes de rues rassemblent les habitants, le plus souvent autour d’un verre de prosecco et de gâteaux faits maison, posés sur les tables installées sur le trottoir.

« La plupart des voisins qui sont venus sont étrangers », souligne Kate Eberwein, une Américaine de 39 ans, à l’origine d’un rassemblement dans le quartier londonien d’East End. « C’est l’occasion d’exprimer notre attachement au lieu ».

– ‘Beau moment d’histoire’ –

Pour prolonger les festivités, le gouvernement a autorisé les pubs à fermer deux heures plus tard vendredi et samedi, soit à 01H00, heure locale.

Dans la capitale écossaise Édimbourg, le pub The Pear Tree a fait le plein. « Je trouve qu’on se sent ainsi appartenir à un beau moment d’histoire », estime Clare Jevons, âgée de 51 ans, et originaire du Somerset.

« C’est vraiment une belle journée, qui unit tous les Britanniques », juge Alison Lemaire, une australienne de 48 ans originaire de Sydney, mais résidente britannique depuis 17 ans.

« J’aime beaucoup la façon dont le pays se rassemble en ces occasions, met les affaires courantes de côté juste pour passer un bon moment ».

Romandie.com avec (©AFP / 19 mai 2018 18h40)                

Le mariage royal suivi dans le monde entier dans une ambiance de fête

mai 19, 2018

 

Des fans regardent le mariage du Prince Harry et de Meghan Markle, retransmis sur écran géant à Hong Kong le 19 mai 2018 / © AFP / Philip FONG

De Sydney à Los Angeles, réunis devant des écrans dans des pubs, des théâtres ou des écoles, des fans ont suivi dans une atmosphère festive, parfois déguisés, le majestueux mariage samedi du Prince Harry et de Megan Markle.

– Australie –

L’ensemble du pays a suivi le mariage aux allures de conte de fées, des milliers de personnes participant à des banquets à l’anglaise ou des fêtes costumées dans des pubs, des hôtels ou chez les particuliers.

« J’adore la famille royale, j’adore me déguiser, j’adore les paillettes, les princesses, les fées. Et c’est un mariage de conte de fées, donc c’est important », s’enthousiasme Claire, 38 ans, dans un pub de Sydney.

Des cinémas ont retransmis le mariage dans les principales villes de l’île-continent, dont la Reine Elizabeth II est chef d’Etat.

Des foules ont bravé la fraîcheur nocturne pour se rendre au Federation Square, à Melbourne, pour suivre les noces sur écran géant.

Quatre des cinq chaînes gratuites du pays ont diffusé le mariage suivi par des millions de personnes devant leur télévision.

– Hong Kong –

Quelque 200 personnes se sont réunies dans un pub de Graham Sreet au centre-ville de l’ex-colonie britannique, deux heures avant la cérémonie pour suivre le mariage en direct.

Vêtues pour l’occasion de robes de soirée, de diadèmes, et munies de sceptres, couronnes en plastiques et d’Union Jack, elles poussaient des cris lorsque des membres de la famille royale apparaissaient à l’écran. Un homme était déguisé en Freddie Mercury, chanteur du groupe Queen.

– Etats-Unis –

Des millions d’Américains ont mis leur réveil avant l’aube pour suivre en direct les noces retranmises par les chaînes d’infos de la côte Est à la côte Ouest.

A Los Angeles, une soixantaine de fans de Meghan Markle se sont rassemblés dans son ancien lycée, le Coeur Immaculé, certaines encore en pyjama au milieu de la nuit. Le gymnase a retenti de cris de joie lors de l’échange des consentements retransmis sur écran géant.

A Washington, des foules se sont rassemblées dans des soirées spéciales, notamment dans un bar ou les fans portaient des bibis et buvaient du thé.

A Toronto, au Canada, pays dont Elizabeth II est aussi la reine, 1.500 fans se sont réunis dans le théâtre Prince de Galles pour regarder ensemble l’événement.

Romandie.com avec(©AFP / 19 mai 2018 18h45)