Posts Tagged ‘province du katanga’

RDC : 129 morts dans un naufrage sur le lac Tanganyika

décembre 14, 2014

Lubumbashi (RD Congo) – Cent vingt-neuf personnes au moins ont péri dans le naufrage d’un bateau surchargé sur le lac Tanganyika, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, selon un nouveau bilan officiel communiqué dimanche.

Les équipes de secours ont repêché au total 129 corps de noyés, hommes, femmes et enfants, a déclaré à l’AFP Laurent Kahozi Sumba, ministre des Transports de la province du Katanga.

Il avait indiqué samedi que le drame, qui s’est produit jeudi, avait fait au moins 26 morts.

Pour l’heure, on compte 232 rescapés, essentiellement des hommes, a ajouté le ministre, expliquant que les secours avaient récupéré encore dans les dernières heures des gens très faibles, qui avaient réussi à s’accrocher à des bidons ou à d’autres objets flottants.

Les recherches pour secourir des personnes vivantes ou repêcher d’autres morts continuent, a précisé M. Kahozi Sumba.

Le drame s’est produit jeudi soir dans le nord de la province du Katanga, au large de Tembwe, entre les villes de Moba et Kalemie, que ralliait le bateau avant de rejoindre Uvira, plus au nord, dans la province du Sud-Kivu.

Le M/V Mutambala, qui transportait des passagers et des marchandises, a chaviré parce qu’il était surchargé et à cause de vents violents, a indiqué M. Kahozi Sumba.

La navigation sur les grands lacs d’Afrique centrale peut s’avérer aussi périlleuse qu’en haute mer lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises.

Les naufrages sont fréquents et meurtriers en RDC, tant sur les lacs que sur les fleuves ou les rivières, et les accidents se soldent souvent par des bilans très lourds, en raison de la surcharge et de la vétusté des embarcations, de l’absence de gilets de sauvetage à bord, et du fait qu’une grande proportion de la population ne sait pas nager.

Fin mars, le naufrage d’un bateau sur le lac Albert, entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo, avait fait 210 morts ou disparus. Le navire ramenait des Congolais réfugiés en Ouganda, qui avaient décidé de rentrer d’eux-mêmes et par leurs propres moyens dans l’est du Congo.

Romandie.com avec(©AFP / 14 décembre 2014 16h00)

RDC: environ 300 morts dans la répression des attaques du 30 décembre

mai 22, 2014

KINSHASA – Environ 300 personnes, surtout civiles, ont été tuées dans la répression des attaques survenues le 30 décembre dans de grandes villes de la République démocratique du Congo, indique le rapport d’une ONG locale réalisé avec le soutien de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH).

Autour de 250 civils et 6 militaires ont été tués dans la province du Katanga (sud-est) et autour de 71 civils sont morts à Kinshasa, a déclaré jeudi Me Sylvain Lumu, secrétaire exécutif de la Ligue des électeurs (LE), une ONG de défense des droits de l’Homme membre de la FIDH.

Le bilan est toujours provisoire parce qu’il y a eu des personnes, selon certains témoignages que nous sommes en train de confronter, (…) qui ont été jetées dans la rivière du Katanga. Il y a [par ailleurs] des personnes qui sont dans les fosses communes, a-t-il ajouté.

Le 30 décembre à Kinshasa, après une prise d’otages à la télévision publique, des tirs ont résonné à l’aéroport international de Ndjili et à l’état-major général. A Lubumbashi et Kolwezi, dans le Katanga, (sud-est), des tirs ont aussi été entendus. A Kindu, dans le Maniema (est), l’aéroport a été ciblé.

Selon le gouvernement, le bilan définitif de cette offensive terroriste était de 103 morts, dont 95 terroristes assaillants et 8 soldats. Officiellement, aucune victime civile n’était mentionnée parmi les victimes recensées.

Des assaillants se sont clairement revendiqués comme étant des adeptes du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo, qui se surnomme prophète de l’Eternel et qui a été candidat à la présidentielle de 2006 remportée par l’actuel chef de l’Etat, Joseph Kabila.

Chef du Ministère de la restauration à partir de l’Afrique noire (MRAN) et très hostile à M. Kabila, il est actuellement en exil en Afrique du Sud.

Le 15 mai, les autorités sud-africaines l’ont détenu pendant quelques heures dans le cadre d’un mandat d’arrêt délivré par Interpol après une plainte du gouvernement congolais, avait expliqué à l’AFP ajouté l’avocat du pasteur.

M. Mukungubila est accusé de meurtre, agression intentionnelle avec circonstances aggravantes, destruction volontaire, détention arbitraire et illégale, sans précision ou rappel des faits auxquels se rattachent ces poursuites, a indiqué l’avocat.

Il a de nouveau rendez-vous avec le juge le 15 juillet.

Romandie.com avec(©AFP / 22 mai 2014 15h14)

RDC : les Nations Unies craignent une catastrophe humanitaire au Katanga

janvier 29, 2014

La situation tourne à la « catastrophe humanitaire » dans la province du Katanga, au sud-est de la République démocratique du Congo, a estimé un représentant de l’ONU, mercredi, à Kinshasa.

« C’est une catastrophe humanitaire. J’ai mauvaise conscience en pensant au Katanga car nous avons concentré nos activités militaires sur les Kivus, alors qu’il est important de ne pas négliger le Katanga », a déclaré à la presse Martin Kobler, le chef de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco).

Le responsable onusien fait allusion au basculement de l’essentiel des effectifs militaires de la Monusco sur les provinces du Nord et du Sud-Kivu, dans l’est de la RDC, qui a eu pour effet de diminuer la présence des Casques bleus dans les autres régions du pays.

La vaste province du Katanga, région la plus riche du pays du fait de ses immenses ressources minières, en particulier en cuivre, est traversée depuis l’indépendance du Congo-Kinshasa, en 1960, par des mouvements sécessionnistes qui alimentent une instabilité chronique.

« Triangle de la mort »

Depuis plus d’un an, des milices indépendantistes maï-maï Bakata Katanga, multiplient les exactions et font régner un climat de terreur dans une zone de plusieurs milliers de kilomètres carrés baptisée « le triangle de la mort » dans le nord de la province. Selon l’ONU la situation dans cette région, comprise entre les diocèses de Manono, Pweto et Mitwaba, reste particulièrement critique. Plusieurs dizaines de villages y ont encore été incendiés ces dernières semaines pour punir les populations restées fidèles à l’armée congolaise, a indiqué le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, porte-parole militaire de la Monusco.

>> Lire aussi : les civils oubliés du « triangle de la mort » katangais

L’année 2013 a vu des groupes armés se réclamant des Bakata Katanga mener des actions d’éclat jusqu’à Lubumbashi, la deuxième ville du pays et capitale du Katanga. Ces attaques, en mars et en novembre, ont fait plusieurs dizaines de morts.

Au début du mois, après l’apparente tentative de coup de force du 30 décembre contre plusieurs objectifs stratégiques à Kinshasa, les Bakata Katanga ont redoublé leurs attaques autour de Lubumbashi, forçant de nombreux civils à fuir. Au moins 30 000 personnes dans la région ont été déplacées par les violents affrontements entre les miliciens et les forces armées de la RDC.

Jeuneafrique.com avec AFP

RDC: Katanga : plus de 400000 personnes déplacées à cause de l’ insécurité

juin 26, 2013

La province du Katanga, entité située au Sud-est de la RDC et considérée comme le poumon économique du pays en raison de ses ressources minières compte plus de 400.000 personnes déplacées à cause d’une insécurité généralisée qui règne dans sa partie Nord où les miliciens Mai Mai du ‘’Seigneur de guerre’’, Kyungu Mutanga Gédéon, sèment la désolation parmi les populations.

Déplorant cette situation, Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur de la province du Katanga, a adressé mercredi un message de réconfort aux populations du Katanga, sous forme d’une intervention devant les députés provinciaux réunis en séance plénière.

Le gouverneur du Katanga a, par ailleurs, indiqué qu’à cause de cette insécurité des enfants n’étudient pas, les hommes, femmes et enfants meurent chaque jour sans soins médicaux, les cultivateurs ne travaillent plus, les villages vidés de leurs habitants sont pillés et incendiés.

Les personnes déplacées sont prises en charge par le gouvernement provincial du Katanga avec le concours des organisations humanitaires. Mais l’assistance prodiguée ne suffit pas face aux besoins des personnes déplacées dont le nombre croit chaque jour.

Cette situation est à la base d’une certaine catastrophe humanitaire que la province ne peut pas gérer seule avec ses propres ressources, a souligné le gouverneur avant de rendre hommage aux forces armées de la RDC et aux services de sécurité qui ont réussi à repousser des attaques armées des forces négatives de la milice Bakata Katanga (Couper le Katanga) à deux reprises dans la périphérie de la ville de Lubumbashi et ont mis la mis sur des miliciens de ce mouvement rebelle.

A l’approche de la date du 30 juin qui marque la commémoration du 53-ème anniversaire de l’Indépendance de la RDC, le gouverneur du Katanga a lancé un appel à la vigilance à toutes les couches de la population pour contrer un appel à troubler l’ordre public lancé via des tracts diffusés dans la ville.

Selon lui, des auteurs de la mise en circulation de ses tracts et leurs complices sont aux arrêts grâce à l’efficacité des services de sécurité et des forces armées.

APA-Lubumbashi (RD Congo)