Posts Tagged ‘Publication’

Publication de photos seins nus de Kate: le couple princier réclame 1,5 M euros

mai 2, 2017

Nanterre – Kate et son époux le prince William réclament 1,5 million d’euros de dommages-intérêts au magazine people Closer, qui avait publié en 2012 des photos de la duchesse de Cambridge seins nus, a déclaré mardi l’un des avocats de la publication lors du procès.

Ces photos volées lors de vacances dans le sud de la France montrent pourtant « une image valorisante du couple », a soutenu Me Paul-Albert Iweins, dénonçant « un raisonnement anglo-saxon de dommages et intérêts punitifs ».

Le procureur du tribunal de Nanterre (région parisienne), où se tient le procès, avait lui requis un peu plus tôt des « amendes très significatives ».

Le magazine Closer, qui appartient à l’éditeur Mondadori France, filiale du groupe italien Arnoldo Mondadori Editore (holding Fininvest de Silvio Berlusconi), est jugé pour atteinte à l’intimité de la vie privée.

L’affaire remonte à 2012 avec la publication le 14 septembre de photos volées de la duchesse de Cambridge en maillot de bain et seins nus.

Sur les images prises au téléobjectif, le couple princier – parent depuis de deux jeunes enfants – apparaissait en train de prendre un bain de soleil sur la terrasse d’un luxueux domaine du Lubéron (sud), le château d’Autet, propriété du vicomte Linley, neveu de la reine d’Angleterre.

Ces images volées avaient suscité la colère du palais de Buckingham et une vive indignation en Grande-Bretagne.

Les clichés avaient ensuite été publiés dans d’autres journaux européens, mais pas en Grande-Bretagne, où la presse, qui ménage la famille royale depuis la mort de Diana, a fermement défendu Kate et réclamé à cor et à cri l’identité du paparazzi.

Pour Kate et William, « profondément peinés » par cette « atteinte à la vie privée » à la fois « grotesque et totalement injustifiable », selon leurs services, l’incident avait en outre ravivé le souvenir de la mort en 1997 de la princesse Diana, mère de William, après une course-poursuite avec des paparazzi dans les rues de Paris.

Le couple avait obtenu rapidement de la justice civile française l’interdiction de la cession et de toute nouvelle diffusion des photos litigieuses; et avait parallèlement porté plainte.

Kate et William, deuxième dans l’ordre de succession à la couronne britannique, n’assistent pas au procès.

Le quotidien régional La Provence, également jugé pour avoir publié une photo de la duchesse en maillot de bain le 7 septembre 2012, s’est vu lui réclamer la somme de 50.000 euros par le couple princier, selon l’avocate du journal.

Romandie.com avec(©AFP / 02 mai 2017 19h02)                                            

Les éditions Fayard décrochent les Obama

mars 14, 2017

© Fournis par Metrotime (fr)
Les deux livres signés par l’ancien président des Etats-Unis Barack Obama et l’ancienne Première dame Michelle Obama seront publiés en français chez Fayard, a annoncé l’éditeur.

 

« Sophie de Closets, PDG des éditions Fayard, a le plaisir d’annoncer que Fayard sera l’éditeur en langue française de deux livres, l’un écrit par le président Barack Obama et l’autre par Mme Michelle Obama« , a indiqué l’éditeur.

« C’est un grand honneur pour les éditions Fayard d’accueillir le président Barack Obama et Mme Michelle Obama dans leur catalogue, aux côtés notamment d’Hillary Clinton, Nelson Mandela ou Henry Kissinger« , a ajouté l’éditeur.

Au début du mois l’éditeur américain Penguin Random House, premier éditeur mondial, avait annoncé qu’il publierait les livres de M. et Mme Obama.

Un lucratif contrat

L’éditeur n’avait pas révélé le prix de ce double contrat, mais le Financial Times avait indiqué qu’il aurait accepté d’avancer la somme record de 60 millions $ (57 millions €) pour s’assurer les droits des deux ouvrages.

Il s’agirait alors d’un des contrats les plus lucratifs de l’édition dépassant celui de ses prédécesseurs George W. Bush (10 millions $) et Bill Clinton (15 millions $).

En plus de ses discours et textes politiques publiés tout au long de ses deux mandats, Barack Obama, président de janvier 2009 à janvier 2017 et prix Nobel de la paix, a déjà écrit deux livres -« Les Rêves de mon père » (1995) et « L’Audace d’espérer » (2006), tous deux parus en France en 2007 aux Presses de la cité -et un livre pour les enfants, « Lettre à mes filles », publié en français par La Martinière jeunesse en 2011.

Le détail du contenu des livres, leur titre et la date de publication de chacun d’eux seront annoncés ultérieurement, a précisé Fayard.

 

Avec Metrotime.

Ce que vraiment écrit Tristane Banon sur DSK

juillet 1, 2011

La version actualisée du livre de Michel Taubmann sur DSK, dans laquelle le journaliste revient sur le cas de Tristane Banon, sort ce jeudi en librairie. De quoi attiser la polémique.

L’affaire du Sofitel et les déboires judiciaires de DSK ont chamboulé le calendrier des éditeurs. Si certains livres ont été reportés sine die, d’autres ressortent en version « actualisée », comme ce matin le Roman vrai de Dominique Strauss-Kahn (Editions du Moment), la biographie autorisée de Michel Taubmann et l’ultime ouvrage avant le coup de tonnerre du Sofitel décrivant le futur présidentiable sous un jour favorable. Ses dernières pages revenaient sur ce que les amis socialistes de DSK ont longtemps appelé son « insoutenable légèreté », pour dessiner le portrait d’un « séducteur invétéré », victime de son sex-appeal, qui aimait les femmes et que les femmes aimaient. Le Roman vrai de Dominique Strauss-Kahn bis, dont LEXPRESS.fr publie ici des extraits, rallonge l’argumentation en défense du dragueur impénitent, l’auteur attestant, pour cela, avoir « rencontré plusieurs femmes ayant connu DSK dans un cadre professionnel, politique, voire intime », certaines parlementaires, d’autres collaboratrices, d’autres encore opposantes politiques. « L’une d’elles, députée socialiste réputée pour sa franchise, son intégrité morale et son intransigeance à l’égard des droits des femmes, clôt le débat, écrit-il:  » Dominique, violent? C’est totalement impossible ».

Lire l’intégralité du chapitre d’Erreurs avouées de Tristane Banon consacré à DSK. Reste le cas épineux de Tristane Banon, la seule femme pour l’heure nommément connue en France qui dit avoir été victime des assauts sexuels de DSK. Dans Le Roman vrai , Michel Taubmann passait au hachoir la version de cette jeune romancière, bombardée sur la scène médiatique en février 2007 à la faveur d’une émission de divertissement, chez Thierry Ardisson, entre bulles de champagne et commentaires légers. « A un moment où dans la presse, personne n’avait encore fait d’enquête sérieuse sur cette affaire – pour une raison que l’on peut comprendre, à savoir que Tristane Banon n’a jamais porté plainte -, j’ai enquêté et en suis arrivé à mettre en doute, dans la première version de mon livre, la crédibilité de ses propos », dit-il à LEXPRESS.fr.

La jeune femme avait rencontré DSK deux fois à la faveur d’un livre, Erreurs avouées (Anne Carrière), publié en 2003, pour lequel elle avait demandé à une dizaine de personnalités de confesser leur plus grande erreur. C’est au cours de cette deuxième rencontre, dans un appartement à peine meublé du VIIe arrondissement de Paris, que DSK lui aurait sauté dessus « comme un chimpanzé en rut ».

Dans son livre, elle consacre donc un chapitre à DSK, lequel finit au panier, car un conseiller de l’ex patron du FMI intervient à temps pour demander à l’éditeur Alain Carrière de le retirer. Pourquoi? « L’entourage de DSK estimait que ce chapitre le ridiculisait », explique Michel Taubmann.

Aujourd’hui, dans la nouvelle version de son livre, Taubmann livre des extraits de ce fameux chapitre jamais publié qui soulignent encore selon lui les contradictions de Tristane Banon, puisqu’en réalité, ce texte ne décrit qu’une longue interview vide, certes nimbée de séduction et de travaux d’approche, mais sans plus. « A aucun moment, Tristane Banon n’évoque la moindre violence ni même un geste déplacé de la part de Dominique Strauss-Kahn », écrit l’auteur. Conclusion tacite: DSK n’a pas violé Banon.

Existait-il une version initiale du chapitre évoquant l’agression que Banon dit avoir subie? « Michel Taubmann écrit que Tristane Banon a dit lors d’une interview à AgoraVox en 2008 que la maison d’édition Anne Carrière aurait supprimé le chapitre parce qu’y évait évoquée une telle agression, déclare l’avocat de la jeune femme, Me David Koubbi. C’est archifaux! Dans cette interview, elle ne le dit tout simplement pas. Et je déplore, compte tenu des événements de New-York, que le livre de Michel Taubmann qui était un livre de déminage en vue de la présidentielle se soit commué en prospectus publicitaire, en un livre de sauvetage de DSK au détriment de ma cliente. » Le cas Banon promet encore de sérieux accrochages.

L’Express.fr par Delphine Saubaber