Posts Tagged ‘quelle’

Michel Gbagbo serait-il malade et hospitalisé ?

mars 19, 2012

Michel Gbagbo, le fils ainé de l’ex-président de la République, Laurent Gbagbo, est actuellement interné à la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (PISAM) d’Abidjan. Mais le mystère qui s’est créé autour de son hospitalisation dans ce centre médical interpelle nombre d’observateurs.

Ainsi, dans le but d’en savoir davantage sur cette présence du prisonnier de Bouna, nous nous sommes rendus le samedi 17 mars 2012 à la PISAM. Il est 14h30 quand nous arrivons sur le parking de l’hôpital. Et la première chose qui nous frappe, c’est la présence inhabituelle de policiers de la Brigade anti-émeute (BAE), installés dans un coin de la cour. Ils y ont établi une sorte de camp. A l’entrée de l’édifice, il y a au moins trois vigiles assis, les autres faisant des rondes principalement dans la grande cour de la PISAM.

Sur place, nous nous avançons vers un homme, un employé de l’hôpital pour discuter, dans l’espoir d’en savoir un peu plus sur la présence remarquable des éléments des forces de l’ordre dans l’enceinte d’un hôpital. L’homme, la trentaine révolue, est de taille moyenne. Il nous informe que cela arrive souvent quand des gradés de l’armée ou de la police sont internés à la PISAM. A l’en croire, plusieurs policiers et militaires sont actuellement hospitalisés dans cette polyclinique pour, on ne sait quelle raison. Mais une autre source nous fait savoir que la raison de l’installation de ce détachement d’agents de l’ordre dans cet hôpital est liée à la présence depuis une semaine de Michel Gbagbo, qui serait très malade.

En tout cas, selon notre interlocuteur, l’arrivée du fils de l’ex-chef de l’Etat ivoirien en ces lieux coïncide parfaitement avec la présence des hommes en armes à la PISAM. Après un petit tour sur l’esplanade de l’établissement hospitalier, nous nous asseyons sur un banc pour observer les entrées et les sorties. Plusieurs véhicules, notamment des taxis, se suivent pour débarquer ou rechercher d’éventuels clients à l’entrée du bâtiment. Mais en même temps, nous apercevons la venue d’un véhicule avec une plaque d’immatriculation militaire. Un homme noir, de grande taille et habillé en civil, rentre à la PISAM. Après lui, d’autres personnes, certainement des militaires, descendent des véhicules du même genre. Ils entrent et sortent de l’établissement. Tout est calme comme d’habitude.
Michel Gbagbo pourrait être évacué en France
Selon des informations en notre possession, le fils de Laurent Gbagbo serait mal en point et son état de santé qui s’est fortement dégradé ces derniers jours du fait de son long séjour dans la prison de Bouna, au nord de la Côte d’Ivoire, depuis la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, pourrait nécessiter une évacuation sur la France.

Hier dimanche 18 mars 2012, nous rentrons en contact avec Me Habiba Touré à Paris avocate franco-ivoirienne du fils de l’ex-président écroué à la prison de Scheveningen, à la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye. Me Touré nous informe qu’effectivement, une évacuation de Michel Gbagbo sur la France n’est pas à écarter. « Les tractations sont en cours pour son évacuation », a-t-elle indiqué.

En Côte d’Ivoire, d’autres sources proches du dossier confirment les tractations pour le voyage de Michel Gbagbo. Pour l’heure, rien n’est évident, mais une chose est sûre : Michel Gbagbo est gravement malade et les médecins de la PISAM semblent dépassés par l’ampleur du mal qui le ronge. En attendant une probable évacuation, le fils de Laurent Gbagbo est toujours interné à la PISAM, sous une surveillance militaire.

L’Inter par Hervé KPODION

Explosion d’une voiture piégée à Mogadiscio: le conducteur tué

mars 3, 2012

Une voiture piégée a explosé samedi à Mogadiscio, près d’une  base des soldats burundais de la force de la mission de l’Union africaine en  Somalie (Amisom), le conducteur a été tué, a indiqué un responsable de la  police, qui ne pouvait spécifier s’il s’agissait d’un kamikaze.

« La voiture a explosé alors qu’elle approchait de la base des soldats  burundais.  Le conducteur a été tué et deux passants ont été légèrement  blessés », a déclaré à l’AFP Mohamed Duale, un responsable de la police  somalienne.

« Nous enquêtons pour connaître quelle était la cible de cette attaque, qui  heureusement n’en a atteint aucune », a-t-il ajouté.

Il n’a pu confirmer que le conducteur était un kamikaze, ni même s’il savait  que le véhicule était piégé.

La voiture entrait en ville à vitesse réduite quand elle a explosé, près de  la façade arrière de la base des soldats burundais, selon des témoins.

« Il n’y avait pas beaucoup de gens autour quand la voiture a explosé », a  rapporté à l’AFP l’un des témoins, Ibrahim Ali.

Les insurgés islamistes shebab ont multiplié les attaques suicide ou à la  grenade à Mogadiscio, depuis qu’ils y ont abandonné leurs positions en août,  sous la pression des forces du gouvernement somalien de transition (TFG) et de  l’Amisom.

Egalement sous pression des forces kényanes et éthiopiennes dans le sud et  l’ouest, ils avaient menacé mi-février d’intensifier leur campagne d’attentats à  Mogadiscio.  Début février un kamikaze avait tué au moins 15 personnes dans un  bar près des locaux de la présidence.

Les shebab ont récemment connu leur plus grave revers depuis août, en étant  contraint le 22 février d’abandonner sans combattre un de leurs principaux  bastions, Baïdoa, aux troupes éthiopiennes.

S’ils semblent en difficulté sur le terrain militaire, les experts  avertissent qu’ils sont loin d’être défaits et pourraient désormais privilégier  les actions de guérilla et les attentats.

Jeuneafrique.com avec AFP

La pente de l’éducation

février 21, 2012

L’éducation perd ses bretelles

Et tombe en petites dentelles

Comme un oiseau sans ailes

Qui pleure au coin des prunelles

 

L’éducation court le grand danger

Comme le papillon dans le verger

Qui veut goûter à toutes les fleurs

Même aux fruits pourris du malheur

 

L’éducation titube dans nos sociétés

Avec cigarettes, alcool, portables et gadgets

Fauchant parfois la maîtresse en classe

Mais aussi brûlant à la maison la politesse

 

Quelle voie tortueuse emprunte l’éducation

Dans une tenue de mauvaise fréquentation

Car la peur évidente d’une éducation ratée

Est une preuve d’un héritage mal préparé

 

La morale tangue dans les eaux troubles

Comme un matelot ivre sans contrôle

Qui va heurter à tort un rocher au passage

Dans la bêtise mortelle du grand naufrage

 

Donnez maintenant des canots de sauvetage

Aux enfants au creux de la vague peu sages

Qui se noient dans la tourmente sans repères

Car ils doivent devenir demain de bons pères.

Bernard NKOUNKOU

A chacun son tour

février 19, 2012

Chacun à son tour dans le cercueil

Après l’heure de l’éternel sommeil

Quand les lampes de la conscience

S’éteignent vite sans la réminiscence

 

Quelle que soit la couleur de ta peau

Tu finiras comme le dernier corbeau

Les pattes raides et allongées sans vie

Désormais loin du luxe de ton beau lit

 

Ô toi qui caressais les beaux billets de banque

Tu descends dans la fosse en saltimbanque

Sans ta mallette d’or, ni voiture, ni château

Dans la pleine vanité des soins de ta peau.

Bernard NKOUNKOU