Posts Tagged ‘Réanimation’

France (Covid-19) : plus de 1 700 malades hospitalisés en réanimation

août 10, 2021

Les hospitalisations pour cause de Covid-19 continuent d’augmenter. Les cas critiques aussi. Il y a eu 211 nouvelles admissions en réanimation en 24 heures.

Entre les nouvelles entrees en reanimation et les sorties, il y a desormais 1 712 malades du Covid-19 pris en charge par les services de soins critiques dans les hopitaux francais. (Photo d'illustration)
Entre les nouvelles entrées en réanimation et les sorties, il y a désormais 1 712 malades du Covid-19 pris en charge par les services de soins critiques dans les hôpitaux français. (Photo d’illustration)© BERTRAND GUAY / AFP

Le nombre de patients malades du Covid-19 et hospitalisés en réanimation continue d’augmenter. Les services de soins critiques, qui accueillent les cas les plus graves, comptaient mardi 10 août 1 712 malades du Covid-19, soit 45 de plus par rapport à la veille, alors que ce chiffre était encore en dessous de 1 000 fin juillet. Le nombre de nouvelles admissions s’est monté à 211 en 24 heures. Plus globalement, le nombre d’hospitalisations continue également de progresser rapidement, passant au-dessus des 9 100. Selon les données de Santé publique France, 9 153 personnes étaient hospitalisées mardi, contre 9 022 la veille. Le nombre de nouvelles admissions en 24 heures est de 944.

La situation sanitaire s’est particulièrement dégradée en Martinique, soumise à un confinement strict, et en Guadeloupe, où de nouvelles restrictions risquent d’être mises en place après la visite du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. De nouvelles mesures pourraient ainsi être prises dès ce jour pour lutter contre la propagation du virus, et en particulier le variant Delta, qui fait des dégâts dans les Antilles.

En métropole, le plan blanc a été déclenché mardi dans tous les établissements de santé de Nouvelle-Aquitaine. C’est la quatrième région à appliquer cette mesure après la Corse, Paca et l’Occitanie.

Par Le Point avec AFP

Jacob Desvarieux (Kassav’) placé en réanimation à cause de la Covid-19, le chanteur est dans le coma

juillet 19, 2021

Jacob Desvarieux (Kassav’) placé en réanimation à cause de la Covid-19, le chanteur est dans le comaVOICI : Jacob Desvarieux (Kassav’) placé en réanimation à cause de la Covid-19, le chanteur est dans le coma

Co-fondateur du groupe antillais Kassav’, Jacob Desvarieux a été testé positif à la Covid-19 et plongé dans un coma artificiel. L’artiste de 65 ans, diabétique et affaibli par la greffe d’un rein, est dans un état stable mais reste surveillé de près.

Ce devait être un simple « examen médical de routine », comme l’avait annoncé son équipe sur Facebook le lundi 12 juillet. Mais Jacob Desvarieux, 65 ans, co-fondateur du groupe Kassav’, n’est toujours pas sorti de l’hôpital de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). « Jacob a été testé positif au Covid ! En conséquence de quoi il reste en observation. Tous les concerts prévus sont donc annulés sur la période de quarantaine imposée », avaient annoncé ses proches dès la semaine dernière. L’inquiétude était de mise : diabétique et greffé d’un rein en 2008, le chanteur fait partie des personnes les plus à risque. Lorsqu’il a été testé positif au coronavirus lors d’un contrôle périodique pour sa greffe, les médecins l’ont placé en réanimation. « Jacob Desvarieux a reçu les deux doses de vaccin. Cependant, comme il prend des immunosuppresseurs, son immunité est très amoindrie. C’est donc ce qui lui vaut aujourd’hui d’être en réanimation au CHUG », explique La 1ère. L’information a été confirmée par Los Production et Kassav Management dans un communiqué publié ce dimanche 18 juillet.

Jacob Desvarieux est dans un état stable

« Jacob Desvarieux a été plongé dans un coma artificiel pour lui donner les soins nécessaires. Il s’agit d’un protocole médical classique, précise le communiqué. Son état est jugé stable par ses médecins, et nous aurons plus d’informations sous 48 heures. » De son côté, La 1ère précise que « Jacob Desvarieux bénéficie de soins constants et d’une surveillance permanente, comme tous les malades qui sont pris en charge en réanimation » : « Tous espèrent maintenant que cela suffira pour renforcer sa résistance et le tirer d’affaire. »

Sur les réseaux sociaux, l’hospitalisation de Jacob Desvarieux n’en finit pas de susciter l’inquiétude… et de malheureusement donner naissance à des rumeurs sur une aggravation de son état de santé. « Nous vous remercions de ne pas faire circuler de fausses informations sur Whatsapp afin de laisser travailler sereinement l’équipe du CHU de Pointe-à-Pitre et de ménager ses proches, ont demandé Los Production et Kassav Management dans leur communiqué. Merci de faire circuler ce message. » Les nouvelles, en espérant qu’elles soient bonnes, devraient très prochainement arriver.

Avec Voici par La Rédaction

France/Covid: le nombre de malades en réanimation toujours en hausse

octobre 10, 2020

Au total 1456 personnes étaient en réanimation, soit 17 de plus que la veille, au plus haut depuis mai.

La hausse du nombre de malades en réanimation s’est poursuivie samedi, selon des chiffres publiés par Santé Publique France, qui n’a toutefois pas immédiatement donné le nombre des nouvelles contaminations en 24 heures.

En raison d’un «incident technique», SPF n’avait pas publié en début de soirée le nombre de nouveaux cas confirmés depuis vendredi, le taux de positivité des tests effectués ou le nouveau bilan des décès. L’incident était «en cours de résolution» et les chiffres devaient être actualisés dès que possible, selon une porte-parole.

D’autres indicateurs étaient à jour dans la base de données en ligne de SPF, notamment ceux concernant les malades du Covid-19 en réanimation, qui a de nouveau légèrement augmenté. Au total 1456 personnes étaient en réanimation, soit 17 de plus que la veille, au plus haut depuis mai. Les nouvelles admissions en réanimation, l’un des autres indicateurs importants pour suivre l’évolution de l’épidémie, sont en revanche en baisse, avec 110 patients, soit 40 de moins que vendredi.

Au pic de l’épidémie, début avril, plus de 7000 malades étaient hospitalisés en réa. Ce nombre a ensuite fortement chuté jusqu’à fin juillet, puis a évolué dans une fourchette comprise entre 350 et 400 patients jusqu’à fin août, avant de reprendre une augmentation constante. La capacité nationale actuelle est d’environ 5000 lits de réanimation.

Le nombre total de malades hospitalisés, qui englobe également des formes moins graves de la maladie, poursuit son augmentation continue, à 7976 samedi, en hausse de 133 par rapport à la veille.

Par Le Figaro avec AFP

                                                  

Nombre de lits de réanimation et de respirateurs : où en est l’Afrique ?

avril 8, 2020

A l'entrée de l'hôpital Tygerberg, à Cape Town, en AFrique du Sud, le 6 avril 2020.

A l’entrée de l’hôpital Tygerberg, à Cape Town, en AFrique du Sud, le 6 avril 2020. © Nardus Engelbrecht/AP/SIPA

 

Nécessaires pour traiter les patients les plus sévèrement atteints par le Covid-19, les lits de réanimation et les respirateurs manquent en Afrique. Le point sur le matériel disponible et sur la réalité des besoins.

C’est la grande question que se posent tous les spécialistes de la pandémie de coronavirus, et elle est particulièrement d’actualité en Afrique où le nombre de malades est encore limité, mais où les systèmes de santé comptent parmi les plus fragiles. Combien chaque pays possède-t-il de lits de réanimation, combien de respirateurs ?

Les lits de réanimation, explique le Dr Moumouni Kinda, directeur des opérations de l’organisation non gouvernementale ALIMA, qui est notamment intervenue pour soigner des malades atteints de la fièvre Ebola, sont des unités « de soins spécialisés qui ont pour but de suppléer à une défaillance vitale d’un ou de plusieurs organes de l’organisme ».

Quant aux respirateurs, ils sont utilisés lorsque la défaillance évoquée est d’ordre respiratoire, « ce qui est en général le cas avec le Covid-19 », poursuit le médecin.

En théorie, il devrait être facile de savoir combien de ces matériels sont opérationnels pays par pays. En réalité – et la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Afrique, Matshidiso Moeti, l’a déploré publiquement la semaine dernière – , il est très difficile d’obtenir ces informations, même pour les grandes agences internationales.

Jeune Afrique a toutefois pu recueillir des données pour certains pays. Des informations qui sont cependant parfois parcellaires, et pas toujours confirmées officiellement.

Combien de lits de réanimation ?

Si l’on s’en tient aux nombre de lits de réanimation, voici les chiffres disponibles par pays :

– 15 au Burkina Faso (dont 8 pour le seul CHU de Tengandogo).
– 15 en Somalie.
– 20 en République du Congo.
– 22 au Gabon.
– 25 au Malawi.
– 40 au Mali.
– 50 en RDC.
– 55 en Ouganda.
– 130 au Kenya.
– 359 au Sénégal (dont 56 à Dakar).
– 450 à 500 en Tunisie.
– 1 000 en Afrique du Sud (dont une bonne partie au sein des établissements du groupe privé Netcare).
– 2 500 en Algérie (mais beaucoup jugent ce chiffre très optimiste et parlent de quelques centaines).
– 3 000 au Maroc.

Des chiffres pas toujours confirmées par les autorités ou, à l’inverse, annoncés officiellement mais probablement surévalués et ne prenant pas en compte le fait que certains de ces équipements, s’ils existent, ne sont pas forcément en état de fonctionner.

Combien de respirateurs ?

Pour ce qui est des respirateurs, un récent article paru dans le Financial Times assurait qu’il n’y en avait qu’un pour toute la Sierra Leone. Pour les autres pays, les chiffres sont les suivants :

– 3 en République centrafricaine.
– 4 au Togo (où 250 appareils sont en commande).
– 5 au Niger.
– 10 en République du Congo.
– 11 au Burkina Faso.
– 15 à 20 au Cameroun.
– 20 en Côte d’Ivoire (où 18 ont été commandés début avril).
– 28 au Sénégal.
– 56 au Mali (15 dans le privé, 41 dans les hôpitaux publics, et 60 autres en commande auprès du fournisseur chinois Mindray).
– 60 en Tanzanie.
– 400 à 500 appareils au Nigeria (mais les plus pessimistes en évoquent seulement 169).
– 2 500 en Algérie, selon les autorités, qui tentent actuellement de mettre sur pieds une filière de fabrication locale.
– 3 000 au Maroc, où les autorités sont est engagées dans la même démarche et annoncent 500 nouvelles unités produites dès la semaine prochaine.
– 6 000 en Afrique du Sud, dont 4000 dans les établissements privés.

Comment évaluer les besoins ?

Ces valeurs, toutefois, n’ont de sens que si on les compare à la taille de la population de chaque pays. Et bien entendu, ces matériels ne sont nécessaires que pour une faible proportion des malades atteints du coronavirus.

Traditionnellement, les médecins calculent que le nombre de lits de réanimations disponibles doit être égal à 19 % du total des personnes malades au plus fort de la pandémie. Ce qui correspond à la proportion moyenne de cas « sévères » pouvant nécessiter le placement en réanimation et/ou sous assistance respiratoire.

On en déduit la notion de « seuil critique », c’est-à-dire le nombre total de patients infectés au-delà duquel le système de santé sera submergé.

En se basant sur les nombres de lits annoncés ici, le seuil critique est de 79 au Burkina Faso, mais de 15 789 au Maroc.

Le Dr Kinda valide ce calcul, mais tient à le nuancer : « Nous ne savons pas vraiment quels vont être les chiffres en Afrique. S’il y a des hypothèses tablant sur moins de cas sévères du fait de la jeunesse de la population, il est tout aussi légitime de penser qu’il pourrait y avoir plus de cas que dans les pays développés du fait d’une vulnérabilité plus grande de la population dans les pays pauvres. »

Le nombre de personnes qualifiées compte autant que le matériel

De plus, le matériel n’est pas seul en cause, rappelle le médecin. Le problème tient aussi au personnel disponible et formé : « Il ne faut pas se baser uniquement sur le nombre de lits de réanimation. Le nombre de personnes qualifiées pour assurer de bons soins de réanimation compte tout autant, et en général il s’agit d’équipes pluridisciplinaires. Dans beaucoup de pays, les mêmes équipes sont parfois utilisées dans plusieurs structures de soins, ce qui est un facteur limitant si on augmente le nombre de lits sans renforcer les ressources humaines. »

Ces chiffres sont-ils inquiétants ?

L’Afrique est, globalement, sous-équipée, et effectivement il y a de quoi s’en inquiéter. Surtout dans un contexte où d’autres grands pays, États-Unis en tête, vont se lancer dans la surenchère pour obtenir le plus grand nombre de respirateurs possible sur les marchés internationaux.

Les pays avec des ressources limitées doivent prendre de l’avance

L’avantage du continent réside dans le fait que la pandémie de coronavirus n’y flambe pas encore et que comme le répètent les spécialistes, notamment ceux de l’OMS et des Nations unies, il est encore temps de prendre des mesures de prévention qui éviteront, demain, une explosion du nombre de malades et des mesures de restriction très dures.

« Il est vraiment utile pour les pays avec des ressources limitées de prendre de l’avance et d’éviter justement qu’il n’y ait énormément de cas qui aient besoin de soins lourds de réanimation, martèle donc le Dr Kinda. Le débat sur le nombre de lits de réanimation se justifie en raison du contexte de panique générale, mais plus largement, c’est de l’adéquation des ressources mobilisées pour chaque pays que nous devons parler. Très clairement nous avons vu l’ensemble du système de soins des pays développés être dépassés par cette pandémie. Donc je peux confirmer que la situation dans les pays africains est inquiétante car les ressources en générale sont insuffisantes, celles en réanimation en particulier. Cette crise est une occasion pour l’ensemble des pays de reconsidérer, certainement à la hausse, les ressources allouées à la santé. »

Plus que jamais, l’heure est donc aux tests, aux mesures barrière, au respect des distances, au port du masque et, surtout, à la prise en charge précoce de tous les cas identifiés. Leur nombre encore relativement réduit le permet encore, mais cela risque de ne pas durer.

Jeuneafrique par Olivier Marbot – avec Baudelaire Mieu à Abidjan, Manon Laplace à Dakar, Frida Dahmani à Tunis et Fahd Iraqi à Rabat

Coronavirus : 372 décès en France, 1122 personnes sont en réanimation

mars 19, 2020

La France compte désormais 4761 personnes hospitalisées. L’épidémie de Covid-19 a fait 3.405 victimes en Italie, soit près de 300 de plus qu’en Chine, lieu d’émergence du virus.

Les cinq informations à retenir ce soir

10.995 cas confirmés en France, 4761 hospitalisations, 372 décès

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé que la France comptait 10995 cas confirmés sur le territoire. Parmi eux, 4761 sont actuellement hospitalisés, dont 1122 sont en réanimation. 372 décès sont à déplorer (108 en 24 heures), dont 6% chez les moins de 60 ans.

L’Italie dépasse la Chine pour le nombre de morts

L’Italie a dépassé jeudi soir la Chine pour le nombre de morts du coronavirus, avec 427 décès en 24 heures pour atteindre un total de 3405, selon un décompte de l’AFP à partir de chiffres officiels. 10.995 cas confirmés en France, 4761 hospitalisations, 372 décès.

L’Europe dépasse la barre des 100.000 cas

L’Europe a dépassé la barre des 100.000 cas recensés de nouveau coronavirus, dont plus de 41.000 en Italie, selon un comptage réalisé par l’AFP ce soir. Avec au moins 100.470 cas, dont 4.752 décès, l’Europe est le continent le plus touché par la pandémie, devant l’Asie (94.253 cas dont 3.417 décès).


Un traitement antipaludéen approuvé par la Maison-Blanche

Les Etats-Unis ont « approuvé » le recours contre le nouveau coronavirus à la chloroquine, un traitement antipaludéen qui a « montré des résultats préliminaires très très encourageants », a annoncé Donald Trump, même si les autorités sanitaires ont semblé relativiser la rapidité du processus.

5 milliards d’euros en plus sur 10 ans pour la recherche, les Français trop nombreux à prendre à la légère le confinement, selon Macron


Le président a annoncé sur Twitter « augmenter de 5 milliards d’euros » sur 10 ans le budget de la recherche en France. Emmanuel Macron a également déploré que « trop » de Français continuaient à « prendre à la légère » les consignes de confinement prises pour lutter contre le coronavirus, qui « ne sont pas parfaitement respectées ».

Emmanuel Macron a par ailleurs exhorté aujourd’hui les entreprises et les salariés à poursuivre leur activité « dans le respect des règles de sécurité sanitaire », malgré les difficultés provoquées par la crise du coronavirus, selon l’Elysée.

15 ans de prison en Roumanie si on cause un décès en ne respectant pas les consignes
La Roumanie punit désormais de 15 ans de prison toute personne dont le comportement incivique en pleine pandémie de coronavirus aura causé la mort prouvée d’une tierce personne.

Bucarest appelle aussi sa diaspora à ne pas tenter de rentrer au pays, en raison des restrictions aux déplacements en Europe. Ceux qui se savent contaminés et ne respectent pas les mesures sanitaires officielles encourent 15 ans de privation de liberté, s’il est confirmé que leur comportement a provoqué un décès, a annoncé ce jeudi le gouvernement en présentant un nouveau décret à effet immédiat.
La France capable de produire 6 millions de masques par semaine
Jérôme Salomon a indiqué que la France pouvait produire 6 millions de masques par semaine. Il a également rappelé les consignes : « Il ne faut pas porter de masque si l’on est ni malade ni soignant. »
10.995 cas confirmés en France, 4761 hospitalisations, 372 décès
Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé que la France comptait 10995 cas confirmés sur le territoire. Parmi eux, 4761 sont actuellement hospitalisés, dont 1122 sont en réanimation. 372 décès sont à déplorer (108 en 24 heures), dont 6% chez les moins de 60 ans.

Par ailleurs, 1300 retours à domicile ont été observés depuis le début de l’épidémie, fin janvier, a précisé Jérôme Salomon, qui a également indiqué que le nombre de cas double désormais tous les quatre jours en France.

Prison d’Argentan : une quinzaine de détenus sur le toit, intervention en cours
Une quinzaine de détenus se trouvaient jeudi en début de soirée sur le toit d’un bâtiment de la prison d’Argentan (Orne), une situation conduisant à une intervention du corps d’intervention d’élite de l’administration pénitentiaire (Eris), a indiqué l’administration pénitentiaire régionale.

« Des détenus, qui étaient en promenade ont atteint le toit d’un bâtiment et vers 17h30 les Eris ont débuté une intervention. Ils tentent de les faire descendre », a indiqué à l’AFP la direction interrégionale des services pénitentiaires. Depuis l’annonce mardi de la suspension des parloirs, les tensions se multiplient dans les prisons françaises.

Netflix réduit son débit en Europe pour éviter les engorgements
Netflix a annoncé une réduction de 25% de ses débits en Europe pour préserver le bon fonctionnement d’Internet pendant la crise du coronavirus. Cette décision a été prise à l’issue d’entretiens entre Reed Hastings, PDG de Netflix, et Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur. Ce dernier avait prié la veille les plates-formes de vidéo à la demande de réduire la définition des vidéos pour éviter les engorgements.
Des médecins portent plainte contre Edouard Philippe et Agnès Buzyn
Trois médecins, représentants d’un collectif de soignants, ont porté plainte jeudi contre le Premier ministre Edouard Philippe et l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, les accusant de s’être « abstenus » de prendre à temps des mesures pour endiguer l’épidémie de Covid-19, a annoncé leur avocat.

Cette plainte, que l’AFP a pu consulter, a été envoyée dans la journée à la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR), seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions, selon Me Fabrice Di Vizio.