Posts Tagged ‘Rebelles’

Ethiopie: Abiy Ahmed à la tête de la « contre-offensive » contre les rebelles, selon un média d’Etat

novembre 24, 2021
Ethiopie: Abiy Ahmed a la tete de la "contre-offensive" contre les rebelles, selon un media d'Etat
Ethiopie: Abiy Ahmed à la tête de la « contre-offensive » contre les rebelles, selon un média d’Etat© AFP/Amanuel Sileshi

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed s’est rendu mercredi au front où il dirige la « contre-offensive » contre les rebelles venus de la région du Tigré, selon un média d’Etat, suscitant des appels internationaux à un cessez-le-feu dans cette guerre qui s’intensifie.

« Il n’y a pas de solution militaire au conflit en Ethiopie« , a martelé mercredi soir un porte-parole du département d’Etat américain, exhortant les parties « à s’abstenir de toute rhétorique incendiaire et belliqueuse » et « à faire preuve de retenue ».

Le secrétaire général de l’ONUAntonio Guterres, en visite en Colombie, a lui lancé un « appel urgent » à un « cessez-le-feu immédiat et inconditionnel afin de sauver » le pays, après plus d’un an d’un conflit marqué par le spectre de la famine.

M. Abiy, prix Nobel de la paix 2019, « mène maintenant la contre-offensive » et « dirige le champ de bataille depuis hier », a rapporté Fana Broadcasting Corporate, affirmant qu’à Addis Abeba le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen gère désormais les « affaires courantes ».

Il n’était pas possible de savoir exactement où se trouvait M. Abiy, un ancien opérateur radio de l’armée devenu lieutenant-colonel. Fana n’a pas diffusé d’images de lui sur le terrain.

De retour d’une nouvelle mission à Addis Abeba, l’émissaire américain pour la Corne de l’Afrique, Jeffrey Feltman, avait fait état mardi de « progrès naissants » en vue d’un règlement diplomatique du conflit. Mais il a prévenu que « l’escalade » militaire risquait de les rendre vains.

La guerre a démarré au Tigré en novembre 2020 lorsque M. Abiy y a envoyé l’armée fédérale afin d’en destituer les autorités, issues du Front de libération du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires.

M. Abiy avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais, en juin, le TPLF a repris l’essentiel du Tigré et poursuivi son offensive dans les régions voisines de l’Amhara et de l’Afar.

Cette semaine, le TPLF a affirmé contrôler Shewa Robit, à 220 km au nord-est d’Addis Abeba.

Un médaillé olympique comme recrue

Mercredi, des centaines de nouvelles recrues de l’armée, incitées par M. Abiy à « rejoindre la campagne de survie » selon Fana, ont participé à une cérémonie à Addis Abeba.

« J’ai été ébahi quand j’ai entendu » que le Premier ministre voulait rejoindre les soldats sur le terrain, a dit à l’AFP Tesfaye Sherefa, un chauffeur de 42 ans qui faisait partie des conscrits. « Quand un dirigeant quitte (…) son trône c’est pour sauver son pays. Son objectif n’est pas de vivre mais de sauver son pays, et j’ai pleuré quand il a dit +suivez-moi+ et est allé sur la ligne de front. »

Parmi ceux qui ont promis de se battre figure le marathonien et médaillé olympique Feyisa Lilesa, qui a déclaré que l’avancée des rebelles représentait une « grande opportunité » de défendre le pays.

« Quand un pays est profané, c’est impossible pour moi de ne pas bouger et de juste regarder », a-t-il dit à un autre média officiel, Ethiopian BC.

Aux Jeux de Rio en 2016, M. Feyisa avait fait la Une en franchissant la ligne d’arrivée du marathon les bras levés et en croix – un geste de solidarité avec son peuple oromo, dont les manifestations contre le pouvoir, alors de longue date aux mains du TPLF, subissaient une forte répression.

Exodes

Le gouvernement continue d’affirmer que la progression du TPLF est exagérée, dénonçant une couverture médiatique sensationnaliste et des recommandations sécuritaires d’ambassades jugées alarmistes.

L’ONU a exprimé mercredi son inquiétude après des informations faisant état de déplacements de populations de grande ampleur dans l’ouest du Tigré, où Washington a déjà mis en garde contre un nettoyage ethnique.

Ces déplacements se feraient depuis une zone frontalière du Soudan et de l’Erythrée, a indiqué le Haut Commissariat aux réfugiés. Les autorités zonales du Tigré ont fait état de 8.000 nouvelles arrivées, pouvant même aller jusqu’à 20.000, mais ces chiffres n’ont pu être confirmés dans l’immédiat.

Londres a appelé mercredi ses ressortissants à quitter « immédiatement » l’Ethiopie, faisant état d’une « détérioration » rapide de la situation.

La France, l’Italie, l’Allemagne, l’Irlande et les Etats-Unis ont émis des appels similaires. Washington, Londres et l’Union européenne ont également retiré leur personnel non-essentiel tandis que l’ONU va évacuer d’ici à jeudi les familles de ses employés internationaux.

Par Le Point avec AFP

Yémen: plus de 6.000 déplacés après l’avancée des rebelles autour de Hodeida

novembre 15, 2021
Yemen: plus de 6.000 deplaces apres l'avancee des rebelles autour de Hodeida
Yémen: plus de 6.000 déplacés après l’avancée des rebelles autour de Hodeida© AFP/Archives/Khaled Ziad

Plus de 6.000 nouvelles personnes ont été déplacées dans l’ouest du Yémen en guerre, après la récente avancée des rebelles Houthis autour de Hodeida, une ville portuaire essentielle pour l’acheminement de l’aide humanitaire, dont dépend la majorité de la population, selon l’ONU.

Les rebelles Houthis ont pris le contrôle d’une vaste zone au sud de Hodeida, objet d’un cessez-le-feu en 2018, après que les forces du gouvernement ont abandonné des positions au sud de la ville, avaient indiqué vendredi des sources loyalistes sans donner de raison à ce retrait.

« A la suite de ces événements, quelque 700 familles (environ 4.900 personnes) ont été déplacées vers la ville de Khokha, tandis que 184 autres familles (environ 1.300 personnes) ont été déplacées plus au sud vers le district de Mokha », a indiqué dimanche soir le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l’ONU, citant des sources gouvernementales yéménites.

« A ce jour, aucun déplacement n’a été signalé dans les zones qui sont passées sous le contrôle des autorités de facto (les Houthis) », est-il précisé dans un communiqué.

Citant des humanitaires sur le terrain, l’Ocha a annoncé qu’un nouveau site pour les personnes déplacées, comprenant 300 tentes, a été établi à Al-Khokha, où les autorités cherchent à ériger un autre camp.

L’avancée des Houthis devrait néanmoins « permettre d’améliorer les déplacements des civils entre les provinces de Hodeida et de Sanaa et à l’intérieur de Hodeida », selon l’Ocha. La capitale Sanaa est également sous contrôle des rebelles depuis 2014, date à laquelle la guerre a éclaté avec les forces du gouvernement.

Selon la Mission des Nations unies en l’appui à l’Accord de Hodeida (MINUAAH), qui appelle les parties à « discuter », le retrait des forces du gouvernement représente un « changement majeur des lignes de front » dans cette province.

« Protéger les civils »

Dans un communiqué, la mission a exhorté les belligérants à « respecter leur obligation de protéger les civils, en particulier les personnes déplacées, dans toute la province de Hodeida et notamment dans le sud, où des affrontements sont signalés ».

Après l’avancée des rebelles, l’ONU avait appelé les belligérants à « assurer la sécurité des civils à l’intérieur et autour des zones où les lignes de front changent ».

En sept ans de guerre, les Houthis proches de l’Iran, ont réussi à s’emparer de pans entiers du pays, en particulier dans le nord qu’ils contrôlent largement.

En dépit de l’appui au gouvernement d’une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, rivale de la République islamique, les rebelles avancent également à Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord.

La coalition a assuré lundi avoir tué plus de 140 insurgés au cours des dernières 24 heures dans des raids menés dans les provinces de Marib et Al-Bayda, au sud de Marib, selon l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

Depuis octobre, la coalition a annoncé environ 3.500 morts côté rebelles dans des frappes quasi-quotidiennes pour repousser leur offensive sur la ville de Marib, chef-lieu éponyme de la province stratégique riche en pétrole.

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et les Houthis communiquent rarement sur leurs pertes.

La guerre a plongé le Yémen dans l’une des pires catastrophes humanitaires au monde selon l’ONU, avec plus des deux tiers de la population dépendant de l’aide internationale. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées selon des organisations internationales.

Par Le Point avec AFP

Ethiopie: le gouvernement affirme mener une « guerre existentielle » face aux rebelles tigréens

novembre 4, 2021
Ethiopie: le gouvernement affirme mener une "guerre existentielle" face aux rebelles tigreens
Ethiopie: le gouvernement affirme mener une « guerre existentielle » face aux rebelles tigréens© AFP/EDUARDO SOTERAS

Le gouvernement éthiopien a affirmé jeudi qu’il ne reculera pas dans la « guerre existentielle » face aux rebelles tigréens, qui ont affirmé ces derniers jours s’être emparés de plusieurs villes stratégiques et menacé de marcher sur la capitale Addis Abeba.

Un an jour pour jour après l’envoi de l’armée fédérale au Tigré, la région la plus septentrionale de l’Ethiopie, les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) affirment avoir progressé jusqu’à quelques centaines de kilomètres d’Addis Abeba.

Ce week-end, ils ont revendiqué la prise de deux villes stratégiques dans la région de l’Amhara, où ils ont avancé après avoir repris l’essentiel du Tigré en juin.

Mercredi, ils ont annoncé être entrés dans Kemissie, à 325 kilomètres au nord de la capitale, où ils ont rejoint des combattants de l’Armée de libération oromo (OLA), groupe armé de l’ethnie oromo avec lequel ils ont fait alliance.

Cette organisation nationaliste est implantée en Oromia, la plus grande région d’Ethiopie qui entoure Addis Abeba. Un porte-parole de l’OLA a affirmé mercredi à l’AFP que la capitale pourrait tomber en quelques semaines.

« Le TPLF et ses marionnettes sont en train d’être encerclés » par les forces gouvernementales, a démenti le gouvernement dans un communiqué au ton belliqueux, dénonçant une « propagande étrangère » favorable aux rebelles.

« Nous menons une guerre existentielle ! », a-t-il lancé, en écho aux déclarations du Premier ministre Abiy Ahmed accusant ces derniers jours les « terroristes » de vouloir « détruire » le pays.

« Nous devons tous nous unir (…) pour faire taire nos ennemis ivres de victoires temporaires », poursuit le texte.

Deuxième pays le plus peuplé d’Afrique (plus de 110 millions de d’habitants), l’Ethiopie est une mosaïque de peuples réunis dans un système dit de « fédéralisme ethnique ».

Obstruction « flagrante »

Jeudi, le Parlement a approuvé l’état d’urgence décrété deux jours plus tôt par le gouvernement sur l’ensemble du territoire, tandis que les autorités de la capitale demandaient aux habitants de s’organiser pour défendre la ville.

« Après un an de guerre, le conflit éthiopien en est à un stade incroyablement dangereux, où aucune partie ne montre de signes de recul », estime William Davison, analyste à l’International Crisis Group.

Débuté le 4 novembre 2020, le conflit au Tigré, qui visait pour l’armée fédérale à destituer les autorités régionales dissidentes issues du TPLF, connaît un spectaculaire revirement ces derniers mois.

Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, avait proclamé la victoire le 28 novembre 2020. Mais en juin, les combattants pro-TPLF ont repris l’essentiel de la région, puis poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l’Afar et de l’Amhara.

La progression rebelle inquiète la communauté internationale.

Un haut responsable de l’agence humanitaire gouvernementale américaine (USAID) a prévenu jeudi qu’une marche des rebelles sur la capitale viendrait aggraver la situation humanitaire déjà désastreuse dans le nord du pays.

Plus de 400.000 personnes sont au bord de la famine au Tigré, soumis à un blocus « de facto » selon l’ONU.

Le gouvernement et le TPLF s’accusent mutuellement d’entraver l’acheminement de l’aide et d’affamer la population.

Mais le responsable de l’USAID a pointé jeudi la responsabilité du gouvernement qui mène contre le Tigré « peut-être l’obstruction humanitaire la plus flagrante au monde ».

« Pratiquement aucun carburant, argent liquide, médicament ou fourniture médicale n’est entré depuis des mois, obligeant les (organisations) humanitaires à réduire ou arrêter complètement leurs programmes », a-t-il indiqué.

Ces deux dernières semaines, aucune aide n’a pu atteindre le Tigré, a-t-il affirmé, soulignant également les besoins croissants en régions Afar et Amhara, où des centaines de milliers de civils fuient les combats.

Risque de « fragmentation »

L’émissaire américain pour la Corne de l’Afrique, Jeffrey Feltman, est arrivé jeudi à Addis Abeba pour promouvoir une solution pacifique au conflit.

L’ambassade américaine a annoncé qu’elle autorisait le départ volontaire de la plupart de son personnel et déconseillé les voyages en Ethiopie.

L’ambassade britannique a, elle, conseillé à ses citoyens « d’envisager de partir » sur les vols commerciaux disponibles.

L’UE a renouvelé ses appels à un cessez-le feu et à des négociations, estimant que « la récente escalade (…) risque d’entraîner un peu plus le pays dans la fragmentation et les conflits armés généralisés, et d’aggraver la situation de la population ».

Par Le Point avec AFP

Ethiopie: combats entre armée et rebelles tigréens autour d’un carrefour stratégique

novembre 1, 2021
Ethiopie: combats entre armee et rebelles tigreens autour d'un carrefour strategique
Ethiopie: combats entre armée et rebelles tigréens autour d’un carrefour stratégique© AFP/Archives/Amanuel Sileshi

Les combats font rage entre forces éthiopiennes et rebelles tigréens autour de la ville de Kombolcha, ont raconté lundi des habitants, au lendemain de l’annonce par les rebelles de la prise de ce carrefour stratégique du nord de l’Ethiopie.

Les combattants du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont affirmé dimanche s’être emparés de Kombolcha après avoir revendiqué la veille la prise de la ville voisine de Dessie, deux affirmations démenties par le gouvernement.

Ces villes de la région de l’Amhara, au sud du Tigré, sont situées à un carrefour routier stratégique à environ 400 kilomètres au nord de la capitale éthiopienne Addis Abeba.

Si leur prise se confirmait, elle marquerait une nouvelle étape majeure dans ce conflit qui dure depuis un an.

Les communications sont coupées dans une grande partie du nord de l’Ethiopie et l’accès des journalistes est restreint, rendant difficile toute vérification indépendante des informations données par les deux parties.

Lundi, des habitants de Kombolcha joints par l’AFP ont raconté avoir entendu des coups de feu sans interruption jusqu’au petit matin, certains évoquant également une frappe aérienne.

« La nuit a été marquée par de nombreux coups de feu », a déclaré Mohammed qui a refusé de donner son nom de famille pour des raisons de sécurité. « J’ai entendu une frappe aérienne après minuit à l’extérieur de Kombolcha », a-t-il ajouté.

Hamdiu, un commerçant, a lui aussi déclaré avoir entendu ce qui ressemblait à une frappe aérienne vers minuit, en plus « d’énormes coups de feu (…) jusqu’à ce matin ».

Une porte-parole du gouvernement a démenti, assurant à l’AFP qu' »il n’y a pas eu de frappe aérienne sur Kombolcha durant la nuit ».

Les autorités éthiopiennes ont accusé le TPLF d’avoir « exécuté sommairement plus de 100 jeunes habitants de Kombolcha », sans fournir de détail. Le TPLF n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP.

Les Etats-Unis « alarmés »

L’AFP n’a pu joindre des habitants de Dessie, où des combats ont été rapportés dimanche.

Le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken s’est dit « alarmé » par la situation, appelant sur Twitter à un arrêt des combats et à « des négociations de cessez-le-feu sans conditions préalables ».

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a également exhorté les belligérants à cesser les combats, « à lever le blocus de l’aide humanitaire et s’abstenir de tout discours de haine ». Il a dit souhaiter des négociations sous l’égide du Haut représentant de l’Union africaine pour la Corne de l’Afrique, Olusegun Obasanjo.

Débuté en novembre 2020, le conflit au Tigré connaît un spectaculaire revirement de situation ces derniers mois.

Le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, avait proclamé la victoire le 28 novembre, après avoir envoyé l’armée au Tigré pour destituer les autorités régionales dissidentes, issues du TPLF.

Mais les rebelles ont repris l’essentiel de la région en juin, forçant les troupes gouvernementales à se retirer largement. Ils ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l’Amhara et de l’Afar.

Le porte-parole du TPLF Getachew Reda – qui a menacé en juillet de « marcher sur Addis Abeba (…) pour défendre le Tigré » – a déclaré que le TPLF n’avait « d’autre motivation que de briser le siège meurtrier » sur la région, en proie à une grave crise humanitaire.

Le conflit a poussé 400.000 personnes au bord de la famine au Tigré, selon l’ONU.

La propagation des combats en Afar et Amhara a également déplacé des centaines de milliers de personnes. En septembre, les autorités amhara estimaient qu’au moins 233.000 civils avaient trouvé refuge à Dessie et Kombolcha.

« Mourir pour l’Ethiopie »

Abiy Ahmed a exhorté dimanche les Éthiopiens à utiliser « n »importe quelle arme (…) pour bloquer le TPLF destructeur, le renverser et l’enterrer ».

« Mourir pour l’Éthiopie est un devoir pour nous tous », a-t-il déclaré sur Facebook.

L’administration amhara a, elle, publié un décret ordonnant à toutes les institutions de suspendre leurs services réguliers et de consacrer leurs budgets et leur énergie à « la campagne de survie ».

L’Armée de libération oromo (OLA), groupe rebelle de l’ethnie oromo avec qui le TPLF a fait alliance en août, a dans le même temps annoncé que ses combattants étaient entrés à Kemise et Senbete, villes situées au sud de Kombolcha sur l’autoroute A2 menant à Addis Abeba. Senbete est située à 260 kilomètres d’Addis.

Avec Le Point avec AFP

Éthiopie : les rebelles du Tigré accusent l’UA de « partialité »

août 29, 2021
Des soldats tigréens à Mekele au lendemain de la reprise de la capitale du Tigré, le 29 juin 2021.

Les rebelles tigréens ont accusé dimanche l’Union africaine (UA) de « partialité » à la suite de la désignation par l’organisation panafricaine d’un médiateur dans ce conflit qui déchire le nord de l’Éthiopie depuis près d’un an.

« Il serait naïf de penser que cette mission puisse marcher », a affirmé sur Twitter le porte-parole des rebelles Getachew Reda, trois jours après la nomination de l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo comme représentant de l’UA dans la Corne de l’Afrique avec pour mission de « promouvoir la paix, la sécurité, la stabilité et le dialogue politique ».

« Résoudre une crise requiert au moins la reconnaissance de l’existence, sinon de l’importance, d’un problème, écrit le porte-parole des rebelles tigréens. Nous avons du mal à comprendre comment on peut attendre un rôle constructif de la part d’une organisation qui a donné tout son sens au mot partialité. »

Conflit dévastateur

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a pour sa part rejeté à plusieurs reprises toute proposition de médiation avec les leaders tigréens, affirmant qu’il ne s’agissait que d’une « opération limitée de maintien de l’ordre ». Abiy Ahmed avait envoyé l’armée au Tigré, région la plus septentrionale du pays, en novembre 2020 pour renverser les autorités dissidentes issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Selon le prix Nobel de la paix 2019, cette opération répondait à des attaques contre des camps de l’armée fédérale ordonnées par le TPLF. La victoire devait être rapide, mais la région s’est enfoncée dans un conflit dévastateur, marqué par de nombreuses exactions contre les civils.

L’UA dans une position délicate ?

Fin juin, les forces pro-TPLF ont repris la capitale régionale Mekele, puis l’essentiel du Tigré et poussé dans les régions limitrophes de l’Amhara et de l’Afar pour mettre fin à ce qu’elles décrivent comme un blocus humanitaire du Tigré et pour empêcher les forces pro-gouvernementales de se regrouper.

LES ALLIÉS DE L’ÉTHIOPIE ONT EMPÊCHÉ TOUTE DISCUSSION SUR LE SUJET AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES

Le conflit s’est avéré un sujet délicat pour l’Union africaine, basée à Addis Abeba, et les alliés de l’Éthiopie ont empêché toute discussion sur le sujet au Conseil de sécurité des Nations unies. Selon l’ONU, le conflit a déjà placé quelque 400 000 personnes dans une situation proche de la famine.

Olusegun Obasanjo avait déjà mené en juin au titre de l’UA une mission d’observation des élections générales qui ont débouché sur une large victoire des partisans d’Abiy Ahmed, malgré l’absence de scrutin pour raisons de sécurité dans un quart du pays, dont le Tigré.

Par Jeune Afrique avec AFP

Centrafrique : «accord tacite;» entre Somdiaa et des rebelles ?

août 19, 2021
Ali Darassa (au centre), leader du groupe rebelle UPC, à Bokolobo, près de Bambari, le 16 mars 2019.

Selon l’ONG The Sentry, le sucrier Sucaf, filiale de Somdiaa, a aidé financièrement l’UPC, un groupe armé centrafricain, en échange de sa protection. Les intéressés démentent.

Selon un rapport de l’ONG américaine The Sentry, rendu public le 18 août, la Sucrerie africaine de Centrafrique (Sucaf RCA) a conclu avec plusieurs groupes armés de ce pays un accord visant à « sécuriser son usine et ses champs de canne à sucre » ainsi qu’à « protéger son monopole ».

La Sucaf RCA est l’une des filiales de la Société d’organisation, de management et de développement des industries alimentaires et agricoles (Somdiaa), qui appartient à 87% au groupe français Castel, deuxième brasseur en Afrique et numéro trois mondial du vin.

ENTRETIEN DE VÉHICULES, LIVRAISON DE CARBURANT… »

En échange de la protection de ces groupes armés, la Sucaf RCA aurait mis en place un « système sophistiqué et informel pour les financer », par des paiements directs et indirects en espèces. Elle leur a aussi fourni « une aide en nature, sous la forme d’entretien de véhicules et de livraison de carburant », explique l’ONG.

De son côté, Alexandre Vilgrain, président du Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian) et PDG de Somdiaa, affirme qu’à sa connaissance la direction de la Sucaf n’a conclu « aucun arrangement » et n’a fourni aucun soutien à ces mouvements rebelles.

Plantations de canne à sucre

Deuxième pays le moins développé au monde selon l’ONU, la Centrafrique est, depuis 2013, le théâtre d’une crise politique et militaire majeure. La guerre civile a permis à des groupes rebelles de prendre le contrôle de nombreux territoires ainsi que leurs ressources.

C’est le cas pour les quelque 5 137 hectares de plantations de canne à sucre et pour la raffinerie de la Sucaf RCA, à Ngakobo, à 400 km à l’est de Bangui, dans la préfecture de Ouaka. Depuis la fin de 2014, ce territoire est passé sous le contrôle de l’Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), l’un des principaux groupes armés du pays.

LES CHEFS REBELLES DARASSA ET BOUBA AURAIENT PERÇU DES MILLIERS D’EUROS DEPUIS 2014.

Les premiers bénéficiaires de l’accord tacite passé avec la Sucaf et que dénonce The Sentry, seraient Ali Darassa, le leader de l’UPC, et Hassan Bouba, son ancien numéro deux, radié du groupe le 26 janvier 2021. Tous deux sont responsables de l’attaque perpétrée dans un camp de déplacés à Alindao, en novembre 2018, qui avait causé la mort d’au moins 112 personnes, dont 19 enfants.

Plus grave, des rapports de sécurité internes, recueillis par l’ONG américaine et que l’AFP a pu consulter, indiquent que la direction de Somdiaa, à Paris, était informée des exactions commises par les groupes armés dans la préfecture de la Ouaka.

Barrages routiers

Selon The Sentry, Darassa et Bouba auraient perçu des milliers d’euros chaque année entre 2014 et 2021. Des entretiens avec des membres de leur groupe rebelle en faction sur le site de l’usine auraient révélé que ces derniers étaient directement rémunérés par la Sucaf RCA.

Autre source importante de revenus pour l’UPC : la mise en place de barrages routiers entre Bangui et Ngakobo, obligeant les camions de la Sucaf à payer des taxes de passage.

Pour protéger son monopole, le groupe sucrier a, selon l’ONG, obtenu le soutien de l’UPC, qui procédait à « la saisie forcée de sucre de contrebande » en provenance du Soudan voisin. Le groupe armé recevait des commissions sur chaque saisie.

Grossistes

Toujours dans son rapport, l’ONG explique que « le sucre saisi était discrètement déchargé la nuit avant d’être reconditionné en sacs de sucre de la Sucaf RCA pour être ensuite vendu à des grossistes ». « Il n’y a eu aucun accord, aucun financement mensuel mis à notre disposition », assure pour sa part Hassan Bouba, devenu ministre de l’Élevage en février 2019.

Comme le conclut l’enquête de The Sentry, l’entente entre la Sucaf RCA et l’UPC « s’est poursuivie jusqu’en mars 2021 », lorsque les membres du groupe rebelle ont été chassés de la zone par une contre-offensive des forces armées centrafricaines et des paramilitaires russes.

Par Jeune Afrique avec AFP

En Ethiopie, la jeunesse est appelée à prendre les armes pour freiner l’avancée des rebelles du Tigré

juillet 31, 2021

Cette campagne d’enrôlement express vise à renforcer une armée fédérale aux abois après des mois de guérilla dans la province du nord.

Henok Ashenafi se dit prêt à tout sacrifier. Ce jeune homme de 27 ans, légèrement bedonnant, vient d’abandonner l’épicerie qu’il tient à Addis-Abeba, la capitale de l’Ethiopie, et laisse sa femme derrière lui. Lui qui n’a jamais manipulé un fusil de sa vie part aujourd’hui à la guerre. « Un entraînement rapide me suffira pour être en forme et capable de combattre le Front de libération du peuple du Tigré [FLPT] », claironne-t-il, quelques heures avant son départ.

Ce jour de la fin juillet, à Addis-Abeba, ils sont plus de 3 000 à avoir répondu à l’appel du gouvernement. Alors que les troupes fédérales éthiopiennes sont engagées depuis neuf mois dans une opération militaire sans issue contre les forces rebelles de la province septentrionale du Tigré, les autorités appellent la jeunesse à prendre les armes.

Sur la grande place Meskel, en plein centre de la capitale, les nouvelles recrues sont exhibées par la mairie d’Addis-Abeba, face à un public majoritairement composé de fonctionnaires de la capitale éthiopienne. Sur l’estrade où se produit la fanfare de l’armée nationale, un slogan proclame en grosses lettres : « Tant que nous serons là, l’Ethiopie ne sera pas vaincue par une guerre par procuration. » La municipalité a convoqué ses associations pour participer au spectacle : un groupe de supporteurs d’un club de football de la capitale, des vétérans de l’armée éthiopienne et même l’équipe de taekwondo de la ville. Autour, pourtant, la vie suit son cours. L’événement n’attire que peu de curieux.

« En finir avec ce cancer »

Henok Ashenafi et ses comparses arborent tous un tee-shirt aux couleurs de l’armée éthiopienne et une casquette kaki marquée de l’inscription « L’Ethiopie nous appelle ». Mais sous leurs attirails militaires, les nouveaux appelés cachent des motivations diverses. « Le FLPT m’a terrorisé depuis ma naissance », lâche Temesgen Hailu, un maçon de 26 ans, accusant le parti tigréen d’avoir depuis toujours attisé les divisions ethniques dans le pays. « Je m’engage pour en finir une bonne fois pour toutes avec ce cancer », insiste-t-il, reprenant l’expression utilisée par le premier ministre Abiy Ahmed pour qualifier le FLPT.

Girma Takele, 18 ans, originaire de la région Oromia, la plus vaste du pays, explique quant à lui que rejoindre l’armée est le moyen « d’avoir enfin un travail », lui qui peinait à trouver comment gagner sa vie.

Ces derniers jours, l’enrôlement massif de la jeunesse éthiopienne se déroule dans la précipitation. Les rebelles tigréens progressent dans les régions Amhara et Afar, voisines du Tigré, menaçant de couper la route qui relie Addis-Abeba à Djibouti, un axe d’approvisionnement vital pour la capitale éthiopienne.

Des troupes fédérales émaciées

La guerre du Tigré, débutée en novembre 2020, a longtemps été confinée à la province du nord. Les troupes éthiopiennes, épaulées par l’armée érythréenne et les forces spéciales de la région Amhara, ont repoussé des mois durant les soldats du FLPT dans le maquis. Fin juin, lors d’une spectaculaire contre-offensive, les rebelles ont repris le contrôle de la quasi-totalité de la province, forçant l’armée nationale à une humiliante retraite.

Déterminé à récupérer un territoire de l’ouest du Tigré (le Wolkait) aujourd’hui contrôlé et revendiqué par les nationalistes amhara, le FLPT continue de se battre. En guise de riposte, la région Amhara a décidé de conscrire tous les hommes de plus de 18 ans possédant une arme. La levée massive de ces miliciens ainsi que la diffusion d’un discours identitaire font craindre un basculement dans la guerre civile.

Le pouvoir éthiopien tente de rester dans le jeu malgré l’effondrement de son armée nationale. Privées des nombreux généraux tigréens dès le début de la guerre, les troupes fédérales sortent émaciées de sept mois de guérilla dans les montagnes du Tigré. Au moins 6 000 soldats ont été faits prisonniers. Des milliers d’autres ont péri. De nombreuses armes lourdes ont été détruites ou récupérées par les rebelles.

« La soudaine vague de recrutement s’explique par une urgence militaire », confirme un humanitaire qui souhaite garder l’anonymat. « Sans réelle capacité opérationnelle, l’armée mise maintenant sur l’effet de nombre », ajoute-t-il.

« Ramassés de force dans la rue »

Questionnée sur l’ampleur des recrutements, Billene Seyoum, la porte-parole du premier ministre, n’a pas souhaité avancer de chiffre. Au moins cinq des dix régions éthiopiennes sont concernées par ces opérations de mobilisation, précise la porte-parole. « Ces individus veulent donner leur vie pour l’Ethiopie, assure-t-elle. Ils montrent leur solidarité en s’engageant dans l’armée. »

Pourtant, plusieurs partis d’opposition de la région Oromia interrogés par « Le Monde Afrique » affirment que ces jeunes hommes et femmes sont loin d’être toujours volontaires. « Certains s’inscrivent parce qu’ils n’ont pas de travail ou de famille. Mais la plupart ont été ramassés de force dans la rue », rapporte un membre du Congrès fédéraliste oromo (OFC).

Ce propos, même s’il émane d’un parti d’opposition, jette le doute sur les prétentions d’Abiy Ahmed qui revendiquait, le 6 juillet, sa capacité à lever une force nationale en quelques jours seulement. « En une, deux ou trois semaines, 100 000 forces spéciales entraînées, armées et organisées peuvent être mobilisées. Si la force spéciale n’est pas suffisante, si une milice est nécessaire, en un ou deux mois, un demi-million de miliciens peuvent être mobilisés », affirmait-il.

Depuis les revers subis par son armée, le premier ministre, lui-même ancien lieutenant-colonel, multiplie les discours emphatiques pour appeler à la mobilisation. « Il n’y a pas d’engagement plus courageux que celui de servir son pays sans repos, de donner son amour sans hésitation et de se sacrifier pour ces principes », clamait-il sur son compte Twitter le 26 juillet.

La population incitée à mettre la main à la poche

Mais la guerre coûte cher. L’économie sort exsangue du conflit tigréen. L’Etat y a déjà consacré quelque 2,3 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros), soit la moitié du coût du grand barrage de la Renaissance sur le Nil, en construction depuis 2011. Outre la recherche de nouvelles recrues pour partir au front, le gouvernement éthiopien appelle donc la population à mettre la main à la poche. La région Amhara et la ville d’Addis-Abeba relaient quotidiennement des dizaines de numéros de comptes bancaires sur les réseaux sociaux, espérant voir affluer les dons de la population.

« Difficile de dire aujourd’hui combien d’argent nous est parvenu par ce canal, reconnaît Abdi Tsegaye, porte-parole de la mairie de la capitale. Mais les commerçants ont participé en nombre. » Près de 24 millions de dollars ont été récoltés dans les rues d’Addis-Abeba, selon la municipalité. Certains commerçants, notamment des bijoutiers, affirment pourtant que les autorités ne leur ont pas laissé le choix, les menaçant de difficultés administratives s’ils ne contribuaient pas.

Passée l’euphorie patriotique, Henok, Girma, Temesgen et les autres se retrouveront rapidement sur le champ de bataille. Ils n’ont pourtant aucune expérience militaire, et ne savent pas très bien ce qui les attend avant d’aller combattre.

L’armée éthiopienne, la mairie d’Addis-Abeba et le bureau du premier ministre n’ont pas souhaité préciser la nature des entraînements qui doivent leur être proposés. Une source gouvernementale dans la capitale éthiopienne glisse que ces jeunes sont envoyés directement en région Afar, sans formation préalable et parfois même sans armes.

Par Le Monde avec Noé Hochet-Bodin (Addis-Abeba, correspondance)

Mozambique: un nombre «important» de rebelles abattus à Palma

avril 4, 2021

Un nombre «important» de rebelles ont été abattus par les forces mozambicaines dans les opérations visant à reprendre la ville de Palma (nord-est), tombée aux mains de groupes djihadistes après une sanglante attaque le 24 mars, ont déclaré dimanche les militaires sur place. «Ce n’est pas encore terminé (…) mais un nombre important de terroristes ont été abattus», a déclaré devant les caméras de journalistes embarqués le commandant des opérations à Palma, Chongo Vidigal.

Il y a onze jours, des groupes armés ont attaqué la ville portuaire stratégique dans un raid soigneusement préparé, lancé à seulement quelques kilomètres d’un méga projet gazier de plusieurs milliards d’euros piloté par le groupe français Total. L’attaque, revendiquée par le groupe État islamique (EI) a tué officiellement des dizaines de civils, policiers et militaires. Le nombre réel de victimes n’est pas encore connu. Le groupe français Total a évacué le personnel de son site gazier sur la péninsule d’Afungi et le projet de plusieurs milliards d’euros est à l’arrêt complet.

Dans la ville ravagée de 75.000 habitants, dont les premières images depuis l’attaque ont été diffusées à la télévision locale, le responsable militaire a ajouté pouvoir sentir «l’odeur des cadavres des terroristes». Les images ont montré quelques corps gisant encore dans les rues, des maisons en ruines et des véhicules en cendres. Quelques civils aussi, récupérant de la nourriture.

Depuis plusieurs jours, les militaires tentent de reprendre Palma, tombée aux mains des rebelles dans la nuit du 26 au 27 mars après une attaque considérée comme la plus grande escalade depuis le début des violences il y a plus de trois ans. Des milliers de soldats ont été déployés mais depuis les premières attaques en 2017, les forces gouvernementales se sont montrées incapables de combattre efficacement les rebelles qui terrorisent la province pauvre du Cabo Delgado, frontalière de la Tanzanie. Désignés localement sous le nom d’Al-Shabab («les jeunes», en arabe), ils ont prêté allégeance au groupe EI.

Environ 11.000 personnes ont été déplacées par la dernière attaque, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Plus de 670.000 personnes avaient déjà été forcées à quitter leur foyer à cause des violences dans la région, selon l’Onu. L’ONG Acled recensait déjà 2.600 morts avant l’attaque de Palma, dont la moitié de civils.

Par Le Figaro avec AFP

Birmanie : ulcérées par le bain de sang, les factions rebelles tentées de reprendre les armes contre la junte

avril 3, 2021

Dix factions ont entamé samedi une réunion de deux jours pour «réexaminer» leur position sur l’accord de cessez-le-feu signé en 2015.

Dix des principales factions rebelles de Birmanie vont «réexaminer» l’accord de cessez-le-feu signé à partir de 2015 avec l’armée, ulcérées par la répression sanglante du nouveau régime militaire à l’égard des civils. Plus de 12.000 déplacés ont fui ces derniers jours des raids aériens menés par les généraux birmans, d’après un de ces groupes, la puissante Union nationale Karen (KNU), qui appelle la multitude de minorités ethniques du pays à s’unir contre la junte.

Depuis l’indépendance de la Birmanie en 1948, de nombreuses factions ethniques armées sont en conflit avec le gouvernement central pour obtenir plus d’autonomie, l’accès aux nombreuses richesses naturelles ou une part du lucratif trafic de drogue. À partir de 2015, l’armée avait conclu un accord national de cessez-le-feu (ANC) avec dix d’entre elles, dont la KNU.

Peu après le coup d’Etat, elles avaient indiqué continuer à appliquer cet accord, malgré le passage en force des généraux. Mais, depuis, «des centaines de civils, des enfants, des adolescents et des femmes, ont été tués» par les forces de sécurité, a écrit samedi Yawd Serk, chef du Conseil de restauration de l’État Shan, un de ces groupes rebelles. Face à cela, les dix factions, qui ont entamé ce samedi une réunion de deux jours, vont «réexaminer» leur position sur l’ANC, a-t-il ajouté.

La KNU est particulièrement virulente contre la junte. Ripostant au bain de sang des forces de sécurité contre les opposants au coup d’État du 1er février, elle s’était déjà emparée la semaine dernière d’une base militaire dans l’État Karen dans le sud-est du pays, tuant dix soldats. L’armée avait alors répliqué en menant des raids aériens contre des places fortes de la faction, une première depuis une vingtaine d’années dans cette région. «Beaucoup de civils sont morts, dont des mineurs et des étudiants. Des écoles, des maisons et des villages ont aussi été détruits» au cours de ces frappes, a relevé la KNU. «Nous exhortons toutes les minorités ethniques du pays (qui en compte plus de 130, ndlr) à engager des actions fortes et à prendre des sanctions» contre les responsables. Le porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, a déclaré de son côté «espérer que la majorité des membres de la KNU respectent le cessez-le-feu».

D’autres groupes armés ont déjà apporté leur soutien à la mobilisation démocratique et menacé de reprendre les armes contre l’armée. Et l’émissaire de l’ONU pour la Birmanie, Christine Schraner Burgener, a mis en garde cette semaine contre un risque «sans précédent» de «guerre civile». En attendant, les généraux poursuivent leur répression meurtrière.

Plus de 550 civils sont tombés sous les balles des forces de sécurité ces deux derniers mois, d’après l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Mais le bilan pourrait être beaucoup plus lourd: quelque 2700 personnes ont été arrêtées. Détenues au secret, sans accès à leur proche ou à un avocat, beaucoup sont portées disparues.

Par Le Figaro avec AFP

Centrafrique: premières attaques des rebelles contre Bangui

janvier 13, 2021

Les rebelles centrafricains à l’offensive contre le régime du président Faustin Archange Touadéra fraîchement réélu ont mené pour la première fois mercredi deux attaques aux portes de Bangui contre l’armée et les Casques bleus mais ont rapidement été repoussés selon le gouvernement.

Il s’agit des premiers affrontements aux portes de Bangui depuis que six des principaux groupes armés, qui occupent deux tiers de la Centrafrique depuis le début de la guerre civile il y a huit ans, ont annoncé la formation mi-décembre de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) et lancé une offensive pour empêcher la réélection de M. Touadéra. 

Ils menaient, jusqu’alors, des attaques sporadiques généralement repoussées par les quelque 12.000 Casques bleus de la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), appuyés par d’importants contingents lourdement armés de militaires rwandais et de paramilitaires russes fraîchement débarqués à la rescousse du gouvernement et de son armée.

© FLORENT VERGNES Des soldats d’une brigade d’intervention centrafricaine à Boali, le 10 janvier 2021

A respectivement 9 et 12 km du centre de la capitale, à l’aube, des brigades de l’armée « ont été attaquées simultanément mais, grâce à la bravoure de nos forces et les appuis bilatéraux, nous avons pu repousser les assaillants qui sont en débandade actuellement », a assuré le ministre de l’Intérieur Henri Wanzet Linguissara.

– « Riposte immédiate » –

« Ce matin vers 6H00 à Bangui, la position de la Minusca au point kilométrique 12 (PK 12) a été attaquée par des éléments armés » et les forces de l’ONU ont déclenché « une riposte immédiate, avant l’envoi de renforts sur place, aucun blessé n’est à déplorer côté Minusca », a expliqué le lieutenant-colonel Abdoulaziz Fall, porte-parole des Casques bleus dans le pays. « Les échanges de tirs ont baissé mais la situation reste tendue », a-t-il ajouté deux heures après le déclenchement de l’attaque.


©FLORENT VERGNES Un hélicoptère MI-17 de fabrication russe en soutien aux forces centrafricaines au-dessus de Boali, porte d’entrée de Bangui, le 10 janvier 2021

Trois membres des forces armées de Centrafrique (FACA) ont été blessés lors des attaques, a déclaré un gradé de la Minusca, qui a requis l’anonymat. Au moins deux rebelles ont été tués, a constaté un journaliste de l’AFP. 

« J’ai peur, je ne sais même pas où est ma famille », s’inquiète Laïs, un habitant du PK 12, interrogé par l’AFP. « Nous voulons seulement la paix », implore-t-il. 

De nombreux civils fuyaient la zone des combats, bagages sous les bras, pour rejoindre le centre-ville. Au loin, des tirs sporadiques se faisaient toujours entendre, selon un journaliste de l’AFP.

Les rues du centre-ville étaient cependant encore désertes en milieu de matinée et une forte présence militaire était déployée partout dans la ville.

Cette attaque des groupes armés intervient le jour où le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir, à la demande de la France, sur la Centrafrique avec à l’ordre du jour la présence de troupes étrangères et de mercenaires dans ce pays et l’embargo sur les armes, en vigueur depuis le début de la guerre civile. 

Pour la présidentielle du 27 décembre, l’ONU avait pris la décision plutôt rare de renforcer pour deux mois sa force de paix avec 300 Casques bleus rwandais prélevés sur son contingent déployé au Soudan du Sud. Le Conseil de sécurité devra à court terme décider de leur avenir, entre retrait ou maintien prolongé.

– Attaques successives –

Cette réunion survient après deux nouvelles attaques menées durant le week-end contre des villes éloignées de Bangui et qui ont donné lieu à de violents combats. 

A Bouar, cinquième ville du pays avec 40.000 habitants, à 340 km au nord-ouest de la capitale mais sur un axe routier crucial pour son ravitaillement, les Casques bleus, « en appui aux forces armées centrafricaines (FACA), ont repoussé les combattants (…) lors de violents combats survenus samedi », a déclaré dans un communiqué Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca. 

A Grimari, à 300 km au nord-est de Bangui, les groupes armés ont tenté dimanche « une entrée en force et ont tiré des roquettes sur le camp de la Minusca », a expliqué le colonel Abdoulaziz Fall.

Une deuxième session du Conseil de sécurité, qui doit se tenir le 19 ou le 21 janvier, a été demandée par la Centrafrique « en urgence » pour évoquer la situation sécuritaire dans une lettre datée du 5 janvier à laquelle l’AFP a eu accès.

Avec AFP par clt-dyg-amt/blb