Posts Tagged ‘recherche scientifique’

Congo-Recherche : un appui sollicité en faveur des cités scientifiques

septembre 2, 2021

La ministre lors de l’échange avec les responsables d’Eni-Congo

Lors d’une entrevue, le 1er septembre dans la capitale économique, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, Edith Delphine Emmanuel, a lancé un appel à la société pétrolière Eni-Congo pour un appui aux cités scientifiques de Brazzaville et de Pointe-Noire qui contribuent au développement du pays à travers la recherche. Lesquelles cités abritent, en effet, des structures comme l’Institut national de recherche forestière, l’Institut de recherche agronomique, le Centre de recherche sur la conservation et la restauration des terres, l’Institut national de recherche en sciences exactes et naturelles, l’Unité de recherche microbienne et le laboratoire d’analyses chimiques des produits de pêche…

L’accompagnement sollicité porte notamment sur l’équipement, la formation dans les secteurs de l’environnement et des énergies renouvelables. Ce qui va renforcer le caractère transversal de l’apport des cités scientifiques dans le processus de développement. Ces secteurs d’appui ciblés s’expliquent sans nul doute par rapport au Centre d’excellence en énergies renouvelables d’Oyo, dans le département de la Cuvette. Son inauguration et sa mise en œuvre ont également été au cœur des échanges entre la ministre Delphine Edith Emmanuel et les responsables de la société Eni-Congo, initiatrice du projet.

Ce centre, dont le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, avait posé la première pierre le 13 mars 2018, a pour objectif de promouvoir l’accès à l’énergie fiable, durable et moderne ; favoriser une croissance économique soutenue et partagée ; établir des institutions de recherche et renforcer les capacités institutionnelles dans le secteur de l’énergie renouvelable. Pour rendre ce centre opérationnel, les étapes à franchir sont, entre autres, l’établissement de l’acte de création, la désignation des représentants des ministères impliqués et l’appui de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel.

Avec Adiac-Congo par Rominique Makaya

Congo/Lutte contre le coronavirus : l’apport des tradi-praticiens sollicité

avril 18, 2020

 

Le ministre de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique, Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, a invité, le 17 avril à Brazzaville, l’Union nationale des tradi-praticiens du Congo (Untc) de se mettre sur la ligne de bataille afin de contribuer à la recherche des médicaments contre le covid-19.

 

Dans le but d’accompagner le gouvernement dans la recherche efficace des médicaments contre cette pandémie, la participation de tous acteurs évoluant dans le secteur de la santé est nécessaire. C’est ainsi que les tradi-praticiens se sont engagés à apporter leur pierre à l’édifice. Pour ce faire, une antenne des tradi-thérapeutes sera installée à l’Institut de recherche en sciences de la santé (Irssa) pour leur permettre d’avoir une présence régulière. « Tout le monde devrait travailler d’arrache pieds afin de permettre au Congo de vaincre cette pandémie. Nul ne devrait être négligé et rien ne  doit être oublié ; car l’ennemi est invisible » a indiqué Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou.

Au cours de cette rencontre, les tradi-praticiens, pour leur part, se sont engagés et comptent exploiter plusieurs plantes du Congo qui présentent à la fois les effets immunostimulants, anti oxydant, antalgique, antipyrétique, antibactérien et qui pourraient  être mises à profit dans le traitement du covid-19.

 

Avec Adiac-Congo par Rude Ngoma

Côte d’Ivoire: Joyeux Anniversaire sur fond de couronnement académique !

août 20, 2013

Professeur Abiba Tidou

Professeur Abiba Tidou

Le professeur Abiba Tidou, femme de la galaxie universitaire ivoirienne, a, aujourd’hui, 58 ans. Née le 21 août 1959, elle célèbre cet anniversaire après sa titularisation à la chaire d’Hydrobiologie, Ecotoxicologie et de Laboratoire des Sciences de l’Environnement. Diplôme graduel obtenu cette année, en concourant brillamment au Cames, qui a reconnu valablement ses compétences dans le domaine de la recherche scientifique.

Le docteur Abiba Tidou de l’Université d’Abobo-Adjamé, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, au-delà de ses distinctions académiques, est une femme à la fibre consensuelle, méthodique et pratique.

Membre du comité scientifique, femme de vision nouvelle pour une société inscrite dans la prospective du développement. Elle croit qu’avec la volonté, la détermination et le travail, les objectifs que se sont fixés les gouvernants d’ici 2015 peuvent être atteints.

Présidente de l’Association des Femmes Chercheurs de Côte d’Ivoire(AFEMC-CI), elle participe a de nombreux forums sur la conscientisation d’une société juste et meilleure.

Motivée et organisée mais aussi efficace et sensible, le professeur Abiba Tidou a développé un bel esprit d ‘équipe. Elle a offert aussi son leadership à la résolution des conflits pour récoler les morceaux d’une société tendue, déchirée se voulant respectable et équitable.

Souriante et sympathique, son regard, parfois, habillé par des lunettes rectangulaires, dégage une joie permanente qui donne la pleine confiance et assurance à ses propos.

Détentrice de la Bourse Full Albright, elle a longtemps séjourné aux États-Unis pour approfondir et partager ses connaissances dans le domaine de ses compétences, car très soucieuse de donner à l’humanité un environnement sein et un mieux-être acceptable.

Maman comblée, elle sait partager sa vie professionnelle et de famille. Sa deuxième fille a obtenu, cette année, son baccalauréat A, série littéraire. Elle gère bien son temps de travail, axé sur la recherche sans pour autant causer des entorses à l’équilibre du foyer.

Pour cette heureuse occasion virtuelle, solennelle et temporelle, nous lui souhaitons un joyeux anniversaire pour sa 54e année d’existence, dans la pleine jouissance de ses facultés. Elle constitue une fierté nationale, un modèle incontesté d’une Afrique libre et indépendante qui doit accorder une attention vive et effective à la femme chercheur.

Pour cette circonstance si exceptionnelle, nous lui exprimons nos sincères félicitations et nos vœux de pleins succès pour sa titularisation.

Bernard NKOUNKOU