Posts Tagged ‘Récupération’

Le Liban paie des arriérés à l’Onu et récupère son droit de vote

janvier 13, 2020

Après avoir payé des arriérés à l’Onu, le Liban a récupéré lundi son droit de vote à l’Assemblée générale des Nations unies qu’il avait, pour la première fois de son histoire, perdu la semaine dernière en raison d’une dette excessive. «Le Liban vient juste de faire un versement. Avec ce versement, les droits de vote du Liban ont été pleinement récupérés» par ce pays, a annoncé le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric lors de son point-presse quotidien.

Selon une source diplomatique, le Liban a versé 1.310.466 dollars à l’Onu pour se sortir de sa suspension de vote. Dans une lettre du secrétaire général Antonio Guterres envoyée la semaine dernière au président de l’Assemblée générale, le chef de l’Onu indiquait que le Liban devait verser 459.008 dollars pour récupérer son droit de vote. Dans un tweet, l’ambassadrice du Liban aux Nations unies, Amal Moudallali avait annoncé au préalable lundi, sans donner de chiffre, que «le Liban avait payé ce qui était dû» et que «tout était de retour à la normale». Elle a expliqué que le paiement avait été retardé de quelques jours en raison de «la situation actuelle au Liban».

L’article 19 de la Charte des Nations unies prévoit une suspension de vote à l’Assemblée générale pour les pays dont le montant des arriérés est égal ou supérieur à la contribution due par lui pour les deux années complètes écoulées. Vendredi, l’ONU avait annoncé que dix pays dont le Liban étaient suspendus de leur droit de vote à l’Assemblée générale. Trois pays (Comores, Sao Tome et Principe et Somalie) sur ces dix Etats échappent toutefois à la suspension, leurs manquements étant dus à des circonstances indépendantes de leur volonté, comme le prévoit l’article 19.

Le budget de fonctionnement de l’ONU est d’environ 3 milliards de dollars. Celui des opérations de paix atteint quelque 6 milliards de dollars. Fin 2019, l’Organisation, confrontée à un grave problème de trésorerie, a décidé une série de mesures d’économies dont plusieurs sont toujours en vigueur aujourd’hui.

L’annonce de la suspension du droit de vote du Liban à l’ONU avait suscité une vague d’indignation dans le pays, fondateur de l’ONU, de nombreux internautes imputant sur les réseaux sociaux cette décision à la mauvaise gestion des affaires publiques et aux divisions internes dans le pays. Le ministère des Affaires étrangères libanais avait affirmé samedi «regretter» cette suspension en promettant de résoudre le problème «le plus rapidement possible».

Le Liban est secoué depuis le 17 octobre par un mouvement de contestation sans précédent contre la classe dirigeante, accusée de corruption et d’incompétence. Le Liban fait face à sa pire crise économique et politique depuis la guerre civile de 1975-1990. Le pays peine à former un nouveau gouvernement depuis la démission fin octobre, sous la pression de la rue, de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, tandis que le Parlement n’a tenu aucune session depuis le début de la contestation. La Banque mondiale a averti en novembre que la moitié de la population pourrait sombrer dans la pauvreté. Le pays croule sous une dette avoisinant les 90 milliards de dollars, soit plus de 150% du PIB.

Par Le Figaro avec AFP

 

Angola : le gouvernement récupère plus de cinq milliards de dollars détournés

décembre 18, 2019

Le gouvernement angolais retrouve enfin son trésor pillé ou perdu. Depuis le début de cette année, plus de cinq milliards de dollars reposent désormais dans les caisses de l‘État.

« I want my money back » (je veux qu’on me rende mon argent), lança en 1979, Margaret Thatcher. Si le contexte de la formule de l’ancienne Première ministre britannique est différent, la comparaison ne saurait être anodine pour le gouvernement angolais. Lequel vient de réaliser un exploit s’agissant du processus de récupération des fonds détournés.

« Nous avons récupéré cette année plus de 5 milliards de dollars volés dans les coffres de l‘État », a expliqué lundi Francisco Queiroz, ministre de la Justice lors d’une conférence à Abou Dhabi.

Si M. Queiroz n’a pas fourni de détails sur la manière dont ces fonds ont été détournés et recouvrés, ce recouvrement s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la corruption promise et entamée par Joao Lourenço lors de son accession au pouvoir en septembre 2017.

Et depuis lors, les enfants de l’ancien président José Eduardo dos Santos sont dans le collimateur de cette campagne anti-corruption. Évincé de la direction générale du Fonds d’investissement souverain, Jose Filomeno dos Santos, le fils, est accusé de détournement des fonds publics.

Il a comparu la semaine dernière avec le chef de la Banque centrale pour se défendre d’avoir transféré 500 millions de dollars de fonds publics sur un compte londonien.

Sa sœur Isabel n’est pas en reste. Elle a été démise en novembre 2017 du poste de PDG de la compagnie pétrolière nationale, la Sonangol. Présentée comme la femme la plus riche d’Afrique, elle fait elle aussi l’objet d’une enquête pour détournement de fonds.

Des accusations que les proches de celui qui a régné pendant 40 ans sur l’Angola (1979-2017) ont toujours rejetées évoquant une entreprise de persécution menée par Luanda à leur égard.

Sacer-infos.com par Stany Franck

L’Inde va récupérer les restes de deux soldats tués en France pendant la guerre de 14-18

octobre 28, 2017

Un soldat indien près de la tombe du Soldat inconnu à New Delhi le 4 août 2014 / © AFP/Archives / PRAKASH SINGH

Des représentants de l’armée indienne vont se rendre en France en novembre pour identifier et rapporter dans leur pays les restes de deux soldats indiens tués il y a un siècle durant la Première guerre mondiale, a annoncé samedi un responsable militaire.

Les restes de deux soldats des Garhwal Rifles, non identifiés mais portant les insignes de ce régiment, à l’époque intégré à l’Armée britannique des Indes, ont été découverts en septembre 2016 dans un champ près de la commune de Laventie, dans le nord de la France, à environ 70 kilomètres de Dunkerque.

Les restes d’un soldat britannique et d’un allemand ont aussi été retrouvés sur les lieux lors d’un chantier des autorités locales.

La France a informé l’Inde de cette découverte et Delhi a décidé d’envoyer un groupe de quatre émissaires, y compris un général appartenant au même régiment, pour identifier les soldats et récupérer leurs restes.

« Différents accessoires, y compris des insignes de régiment, ont été découverts. Nous ferons de notre mieux pour les identifier, bien que cela s’annonce difficile », a expliqué le colonel Ritesh Roy, des Garhwal Rifles.

Ce régiment, portant le nom de la région himalayenne de Garhwal, a été créé en 1887 dans le cadre de l’Armée du Bengale, avant d’être incorporé à l’Armée britannique des Indes. Il fait toujours partie de l’armée indienne.

Les Garhwal Rifles ont été engagés dans les deux Guerres mondiales, alors que la Grande-Bretagne était la puissance coloniale. Ils ont perdu près de 700 soldats durant la première guerre (1914-18) et 350 durant la seconde (1939-45).

Deux de ses soldats ont été décorés de la Victoria Cross, la plus haute distinction pour acte de bravoure au Royaume-Uni et dans le Commonwealth, pour leur courage durant la Première Guerre mondiale.

Plus d’un million de soldats du sous-continent indien ont servi dans les forces alliées durant la guerre de 14-18, dont près de 70.000 ont été tués. 2,5 millions de soldats indiens ont participé à la Seconde Guerre mondiale.

Romandie.com avec(©AFP / 28 octobre 2017 15h22)

Gambie : déchu, Yahya Jammeh récupère ses Rolls-Royce

février 6, 2017

Yahya Jammeh salue ses derniers supporteurs avant de prendre l’avion pour Malabo en Guinée, le 21 janvier 2017. © Jerome Delay/AP/SIPA

L’ex-président gambien a tenu à rapatrier en Guinée ses voitures restées à Banjul, mais toutes ne sont pas arrivées à bon port…

Dans la nuit du 21 au 22 janvier, quelques heures après le départ de Yahya Jammeh pour la Guinée équatoriale, un avion-cargo de l’armée de l’air tchadienne se posait à 00h26 à Banjul pour embarquer deux Rolls-Royce et une Mercedes-Benz appartenant à l’ex-autocrate gambien.

Destination de cette luxueuse cargaison : Malabo, où Jammeh vit désormais en exil.

Cet avion était censé transporter dix autres de ses voitures – dont des Range Rover et d’autres Mercedes –, mais il n’est jamais revenu à Banjul. Selon des sources diplomatiques, les nouvelles autorités gambiennes se seraient opposées à l’exfiltration des véhicules restants, désormais garés à la présidence.

Jeuneafrique.com

Corruption au Nigeria: le parti au pouvoir veut récupérer les fonds publics volés

août 16, 2015

Abuja – Le Congrès progressiste (APC), au pouvoir au Nigeria, a dénoncé dimanche le pillage ahurissant des fonds publics et appelé l’opinion à soutenir les efforts du président Muhammadu Buhari pour les récupérer.

Dans un communiqué, le parti vainqueur des dernières élections décrit comme glaçant et ahurissant le pillage massif des ressources nationales par des représentants de l’État, déclarant que seul le recouvrement complet des fonds sera une solution acceptable pour les patriotes nigérians.

Investi le 29 mai, le chef de l’État nigérian Muhammadu Buhari s’est engagé à lutter farouchement contre le démon de la corruption et à traduire en justice les responsables. Il a ainsi limogé le conseil d’administration de la compagnie pétrolière nationale, la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), considérée comme minée par la corruption.

Le pillage qui a eu lieu […] a atteint des niveaux qui dépassent l’entendement, s’indigne l’APC dans son communiqué, réclamant que les milliards de dollars volés dans le secteur pétrolier comme dans les autres soient récupérés.

L’APC appelle en outre tous les Nigérians à soutenir l’administration Buhari pour que les coupables soient traduits en justice et que des mesures soient mises en place pour empêcher les vols à l’avenir.

Entre autres scandales, le parti note, pêle-mêle, que 18 milliards d’euros, soit la moitié des revenus de la vente de pétrole brut entre 2012 et 2015, ont été prélevés par la NNPC, que six milliards de dollars auraient été détournés du budget par d’anciens ministres ou encore que 13 milliards de dollars de dividendes provenant des exportations de gaz liquéfié demeurent introuvables.

Quiconque tente, par les mots ou par les actes, de saboter les efforts pour récupérer les fonds n’est pas patriote et ne mérite que l’opprobre, avertit le Congrès progressiste. Fermer les yeux et permettre à ceux qui se sont approprié les biens communs de s’en sortir reviendrait à les féliciter, ajoute-t-il.

M. Buhari a accusé l’administration précédente de Jonathan Goodluck d’avoir vidé les caisses de l’État.

Un grand nettoyage est d’ores et déjà annoncé au sein de la NNPC, dont le nouveau directeur général, Emmanuel Kachikwu, formé aux Etats-Unis, a promis jeudi un audit complet des comptes et du personnel.

Les vols et détournements de pétrole brut constituent un problème majeur au Nigeria, première puissance économique et premier producteur de pétrole du continent africain, et représentent, selon les estimations, des pertes de 6 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) par an.

Romandie.com avec(©AFP / 16 août 2015 17h37)