Posts Tagged ‘Réforme constitutionnelle’

Rwanda : le Parlement approuve la réforme constitutionnelle ouvrant la voie à un troisième mandat de Kagamé

août 11, 2015
Paul Kagame, président du Rwanda, janvier 2015. © Jean-Christophe Bott/AP/SIPA

Paul Kagame, président du Rwanda, janvier 2015. © Jean-Christophe Bott/AP/SIPA

Le Parlement rwandais a donné mardi 11 août son feu vert pour une réforme constitutionnelle qui ouvrirait la possibilité au président Paul Kagamé de briguer un troisième mandat en 2017.

Le parlement rwandais a approuvé une réforme constitutionnelle qui permet d’amender l’article 101 de la Constitution, celui même qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels successifs. Une fois cet article amendé, Paul Kagamé élu en 2003 et 2010 pourrait alors se porter candidat pour un troisième mandat en 2017.

Le 14 juillet, le Parlement rwandais s’était déjà prononcé en faveur de cette réforme et l’issue de la consultation parlementaire ne faisait aucun doute. D’ailleurs, plus de 3,7 millions de Rwandais, sur un corps électoral de quelque 6 millions, avaient signé ces derniers mois les pétitions qui réclamaient le maintien du président Kagamé au pouvoir.

« Le président Kagame n’a pas seulement réunifié le pays et effacer l’ethnie des cartes d’identité. Il a ramené la paix, avec une sécurité maximale. Il a permis le retour et la réinstallation des réfugiés », a énuméré la vice-présidente de l’Assemblée, Jeanne d’Arc Uwimanimpaye.

Kagamé affirme qu’il ne se présentera à un troisième mandat que s’il est plébiscité

Les conclusions des consultations parlementaires ont été présentées aux deux chambres réunies en séance plénière et en session extraordinaire, indique le site internet du parlement, qui ne précise cependant pas si députés et sénateurs ont procédé à un vote pour les approuver.

L’amendement doit désormais être rédigé par une commission parlementaire avant d’être votée. Paul Kagamé quant à lui, affirme qu’il ne se présentera à un troisième mandat que s’il est plébiscité par son peuple.

Jeuneafrique.com

Maroc : le Mouvement du 20 février mobilise des milliers de jeunes à Casablanca

juin 13, 2011

Le Mouvement du 20 février a rassemblé à Casablanca quelque 7000 jeunes lors d’une manifestation pacifique. Pour ces derniers, le projet de réforme constitutionnelle rendu au roi Mohammed VI samedi dernier ne va vraisemblablement pas assez loin.

Au lendemain de la remise au roi Mohammed VI du projet de révision constitutionnelle, ils étaient quelque 7000 jeunes marocains à manifester pacifiquement dans les rues de Casablanca, dimanche. Répondant à l’appel du Mouvement du 20 février, qui demande des réformes démocratiques profondes au Maroc, les manifestants ont défilé en scandant des slogans tels que « Non aux constitutions octroyées », ou encore « Non au cumul du pouvoir et de la fortune ».

Près de la moitié des jeunes appartenaient au mouvement islamiste Justice et bienfaisance, l’un des plus importants au Maroc. Mais les objectifs des manifestants ont trouvé de l’écho dans des milieux bien différents. « Je ne suis pas islamiste et je n’appartiens pas au Mouvement du 20 février, mais j’ai décidé aujourd’hui de manifester parce que leurs slogans me parlent », argumente Hafed Bensouaïd, un jeune marocain de 30 ans.

Limitation des pouvoirs du roi

Même si le projet de réforme constitutionnelle, qui a été rendu au roi et doit être soumis à référendum en juillet, semble selon des sources concordantes limiter les pouvoirs de Mohammed VI au profit du Premier ministre, ce n’est apparemment pas suffisant pour satisfaire les exigences du Mouvement du 20 février, dont la principale revendication est l’instauration d’une monarchie parlementaire.

Un gouvernement issu de la majorité politique et responsable devant le Parlement, l’indépendance de la justice conformément au principe de séparation des pouvoirs, la liberté de la presse, la libération de tous les détenus « politiques » et le jugement des responsables de dilapidation des biens publics, sont les principales requêtes exprimées par le mouvement.

« En manifestant aujourd’hui, nous voulons dire qu’on tient à la démocratie dans le cadre d’une monarchie parlementaire et à la justice sociale », dit encore Hafed Bensouaïd. Des rassemblements pacifiques ont eu lieu également à Salé, près de Rabat, où plus d’un millier de personnes ont manifesté.

Jeuneafrique.com avec Afp