Posts Tagged ‘Refus’

France: Primaire de la gauche : malgré les refus, Hidalgo persiste et signe

décembre 12, 2021

L’édile a proposé une primaire cette semaine. Jadot, Mélenchon, Roussel… Tous ont décliné. Mais la socialiste ne lâche rien, comme elle le dit au « JDD ».

Anne Hidalgo

« Unissez-vous, sinon on n’y arrivera pas. » C’est afin de répondre à cette inquiétude qu’Anne Hidalgo a lancé son idée, mercredi sur TF1, d’une primaire de la gauche. Le hic ? Depuis, elle n’a reçu aucune réponse positive de la part des autres grandes figures lancées dans la course à l’Élysée. L’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, l’écologiste Yannick Jadot, le communiste Fabien Roussel… Tous ont largement décliné cette idée d’une seule et même personnalité à gauche pour 2022. Seul Arnaud Montebourg avait déjà annoncé qu’il y était favorable. Mais cela ne semble pas décourager l’édile parisien. Dans les colonnes du Journal du dimanche du 12 décembre, elle tend une nouvelle fois la main… au candidat écologiste, surtout.

« La réaction de Yannick Jadot est un peu trop rapide. C’est davantage une réaction d’état-major », analyse-t-elle après le refus d’EELV. « Je l’invite à continuer d’y réfléchir, d’autant plus qu’il avait lui-même déclaré qu’il s’y inscrirait si le nombre de participants dépassait les 300 000 et si j’y étais favorable », ajoute-t-elle en référence à la primaire. Selon elle, toutes les conditions sont réunies pour que Yannick Jadot accepte sa proposition, d’autant qu’il y a « urgence » : « Un constat s’impose : la seule manière d’y parvenir aujourd’hui, c’est l’union. »

Une « hypocrisie totale », selon Jean-Luc Mélenchon

Anne Hidalgo reconnaît qu’elle avait, dans un premier temps, refusé de participer à la primaire populaire. Mais, après réflexion, son opinion a changé. Elle dit avoir « pris ses responsabilités » et juge que l’union est le seul moyen de parvenir à « mobiliser les électeurs de gauche ». « Les Français doivent être les seuls arbitres de ces différentes gauches (…) Et si la gauche veut être au second tour, il faut une primaire en amont du premier tour », insiste-t-elle. Toujours selon elle, la France est à « un moment critique pour la démocratie ». Ses craintes ne sont nullement voilées : « La gauche est menacée de disparition. »

Mais ses appels ne semblent pas recevoir d’écho à gauche. Invité de France Inter et de France Info, dimanche 12 décembre, Jean-Luc Mélenchon a une nouvelle fois rejeté l’idée d’une primaire de la gauche, évoquant des désaccords sur des « questions fondamentales ». Selon lui, « c’est aux électeurs de trancher ». « Tout cela est, à mes yeux, assez pitoyable. Je n’en pense pas beaucoup de bien, car je n’ai toujours pas compris qui devait s’allier avec qui (…) Je devrais renoncer à tout parce que, tout à coup, nous aurions la formule magique ? » a-t-il ajouté, non sans ironie. Dénonçant au passage une « hypocrisie totale ». « Ces gens-là ne cherchent pas l’union mais une sortie de secours », a-t-il également lancé.

Côté centre, on tance également la proposition d’Anne Hidalgo. Présent, dimanche, sur BFMTV, François Bayrou a lui aussi comparé l’idée d’une primaire à une « porte de sortie à une situation qui est une impasse absolue » pour la maire de Paris. « Ce sont trois gauches antagonistes et qui ne disent pas la même chose », estime-t-il par ailleurs. Et le centriste de poser un constat implacable sur le camp de la rose : « Quand on pense que c’est le Parti socialiste, cela donne une idée d’une espèce de dévitalisation que ce courant connaît. »

Un appel au sursaut, depuis Perpignan

La primaire populaire, entreprise par des militants indépendants afin de désigner un seul et unique candidat à gauche en vue du scrutin d’avril prochain, aura lieu le 27 janvier. Auprès du JDD, Anne Hidalgo confirme qu’elle y sera candidate et tend une longue perche à Yannick Jadot qui, selon elle, doit y participer. « Nous ne pouvons pas dire aux jeunes générations : nous avons vu les nuages menaçants s’amonceler et nous avons préféré rester dans notre zone de confort », justifie-t-elle. Le temps est venu, dit-elle, de se mettre en ordre de bataille, en dépit des critiques : « Le train est parti. La primaire populaire aura lieu et j’y participerai. »

En déplacement à Perpignan, dimanche, la candidate socialiste a une nouvelle fois appelé à l’union de la gauche. Lors de son meeting, elle a ainsi scandé : « Comment ne pas entendre les Français et les Françaises qui nous appellent à l’union ? Sans union, il n’y a pas de destin pour la gauche. » Anne Hidalgo a ainsi renouvelé son appel à une primaire de la gauche, avant le premier tour du scrutin présidentiel, « parce que la division c’est la résignation, c’est l’impuissance, c’est l’abstention ». Auprès des militants socialistes présents, comme aux autres candidats de gauche, l’édile a appelé au sursaut : « Réveillez-vous ! Mesurez le danger qui nous guette. »

Avec Le Point

Canada-Étudiants africains francophones refusés au Québec : « C’est un scandale! »

décembre 1, 2021

Depuis plusieurs années, les cégeps et les universités du Québec se heurtent à un problème commun et constant : les demandes de permis d’études provenant d’Afrique francophone sont massivement refusées par Ottawa.

Immigration Canada rejette massivement, depuis plusieurs années, les demandes de permis d'études provenant de certains pays d'Afrique francophone, au grand désarroi de nombreux établissements québécois.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Immigration Canada rejette massivement, depuis plusieurs années, les demandes de permis d’études provenant de certains pays d’Afrique francophone, au grand désarroi de nombreux établissements québécois.

«C’est un scandale!», s’emporte Sylvain Blais, le directeur général du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue.

L’an passé, les cégeps ont accueilli près de 5000 étudiants étrangers, dont plus de deux tiers de Français. Un nombre en hausse constante depuis une décennie.

Le nombre d’Africains est cependant famélique. On compte par exemple autant de Camerounais accueillis dans le réseau collégial public que de Chinois, soit environ 4 % des effectifs internationaux.

«Inacceptable», «discriminatoire», «un bourbier»

Au Québec, comme l’a expliqué Radio-Canada la semaine passée, le taux de refus de ces dossiers est nettement plus élevé que dans le reste du Canada.

En moyenne, tous pays confondus, 61 % des demandes de permis d’études visant un établissement québécois, qui avait déjà donné son accord à l’étudiant, ont été rejetées en 2020. Des chiffres bien différents de l’Ontario (47 %) et de la Colombie-Britannique (37 %), les deux autres provinces qui accueillent le plus d’étudiants étrangers au pays.

Ces données varient encore lorsqu’on se penche sur la citoyenneté de ces étudiants. L’immense majorité des demandes provenant du Sénégal, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Togo, de la Guinée, de l’Algérie ou de la République démocratique du Congo – des pays où la langue française est couramment utilisée – sont refusées par Immigration Canada.

Le ministre Fraser troublé

Selon l’entourage du nouveau ministre fédéral de l’Immigration, Sean Fraser, ce dernier aurait été troublé par ces récentes révélations. Il est au fait de l’enjeu, il se penche sur la question et a demandé des pistes de solution, car les chiffres semblent indiquer un problème», nous a-t-on glissé.

L’ensemble des universités et des cégeps contactés par Radio-Canada ignoraient jusqu’à maintenant ces données et l’ampleur de ces refus.

«C’est inacceptable et scandaleux», affirme, avec véhémence, le président de la Fédération des cégeps, Bernard Tremblay.

«Cette situation nuit à l’image des cégeps» qui tentent de recruter des étudiants à travers le monde «pour assurer la vitalité de nos programmes», reprend-il.

«On se bat, mais on fait face à une action bureaucratique indescriptible et un bourbier qui met vraiment à mal nos efforts», reprend Bernard Tremblay.

Le Cégep de Matane recrute désormais, en grande majorité, des étudiants français.

© Boris Firquet/Radio-Canada Le Cégep de Matane recrute désormais, en grande majorité, des étudiants français.

Face à cette problématique, des établissements ont confié à Radio-Canada avoir abandonné l’idée d’attirer des étudiants africains. C’est le cas par exemple du Cégep de Matane.

«On a consacré beaucoup d’efforts en Afrique du Nord, pour très peu de résultats. On a toujours été confrontés à la difficulté d’avoir ces permis», raconte Brigitte Lavoie, qui s’occupe du développement international de l’établissement.

Même constat dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’était 99 % d’énergie pour 1 % de rendement», se désole France Voisine, directeur adjoint des études du Cégep de Saint-Félicien.

«C’est une aberration totale, surtout au moment où il y a des besoins de main-d’œuvre», affirme Sylvain Blais.

«C’est incohérent», souligne pour sa part Sabrina Potvin, coordonnatrice au Cégep de Jonquière. Ce dernier a récemment haussé le ton pour déplorer le refus d’Immigration Canada visant des étudiants ghanéens, qui avaient pourtant obtenu une bourse d’excellence du Québec.

«C’est un non-sens et c’est préoccupant. On a besoin d’une explication. Est-ce qu’on recrute pour rien dans certains pays? On a besoin de savoir», lance-t-elle.

Un traitement différent pour l’Inde et la Chine

Face au nombre important de demandes de résidences temporaires provenant de l’Inde et de la Chine, Immigration Canada a lancé, dès 2018, un programme d’intelligence artificielle pour traiter les demandes de visas touristiques. Ce système, qui a pour objectif d’éliminer certains biais discriminatoires, a, depuis, été élargi à l’étude des demandes de permis d’études de ces deux pays, qui se comptent, annuellement, par dizaines de milliers.

Avant la pandémie, en 2019, le taux d’acceptation des demandes de permis d’études étaient de 64 % pour l’Inde et de 85 % pour la Chine.

Ce programme d’intelligence artificielle est différent de l’outil informatique utilisé par les agents d’immigration pour analyser les dossiers provenant d’autres pays. En 2018, pour accélérer le traitement de ces demandes, Immigration Canada a lancé Chinook. Il s’agit d’un système qui réunit différentes informations dans une feuille de calcul Excel, avant que l’agent ne prenne une décision finale.

Un plan» réclamé à Immigration Canada

Plusieurs universités tiennent un discours similaire. Ce phénomène n’est pas nouveau», regrette le chancelier de l’Université de Montréal, Frantz Saintellemy.

Ce dernier cite l’un des principaux motifs de refus avancés par Immigration Canada : la crainte, par les agents, que l’étudiant ne retourne pas dans son pays d’origine. Mais dans les faits, dit-il, c’est le genre d’immigrants qu’on veut. «Il aura développé des compétences, il se sera intégré. On veut qu’ils restent le plus longtemps possible.»

Pierre Cossette, qui est recteur de l'Université de Sherbrooke, préside le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI).

© /Radio-Canada Pierre Cossette, qui est recteur de l’Université de Sherbrooke, préside le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI).

Il y a un manque d’arrimage dans l’application des stratégies des gouvernements provinciaux et fédéral», constate Pierre Cossette, recteur de l’Université de Sherbrooke et président du Bureau de coopération interuniversitaire.

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un tel problème est soulevé. Au printemps, un rapport gouvernemental du Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration avait mis en exergue cet enjeu.

Différents témoins ont relaté des exemples identiques, et les membres de ce comité avaient recommandé à Immigration Canada d’examiner les taux d’acceptation des étudiants étrangers dont les demandes sont traitées en Afrique, plus particulièrement dans les pays d’Afrique francophone» et d’élaborer un plan pour augmenter les taux d’acceptation des étudiants de cette région».

Une telle recommandation a-t-elle été suivie? Immigration Canada n’a pas répondu à nos questions.

Avec Radio-Canada par Romain Schué

Angleterre – « On a l’âge que l’on ressent » : Elizabeth II refuse un prix pour personnes âgées

octobre 19, 2021

La reine d’Angleterre estime ne pas remplir les critères pour accepter le prix décerné chaque année par le magazine « The Oldie ».

La reine d'Angleterre, Elizabeth II.
La reine d’Angleterre, Elizabeth II. © Avalon.red / Avalon / MAXPPP / PHOTOSHOT/MAXPPP

« On a l’âge que l’on ressent. » La reine Elizabeth II, 95 ans, a refusé un prix réservé aux personnes âgées par un magazine britannique, car elle estime ne pas remplir les critères, a indiqué mardi 19 octobre 2021 la publication, The Oldie. Ce magazine, qui revendique une alternative « légère » à une presse « obsédée par la jeunesse et la célébrité », a révélé avoir proposé au palais de Buckingham de remettre son prix « The Oldie of the Year » (« l’ancien de l’année ») à la souveraine, sur le trône depuis près de sept décennies.

Le titre a publié mardi la lettre de refus envoyée le 21 août du château écossais de Balmoral, où la reine passe les fins d’été, et signée de son secrétaire privé adjoint Tom Laing-Baker. « Sa Majesté pense qu’on a l’âge que l’on ressent et, par conséquent, ne pense pas remplir les critères pour accepter », est-il indiqué.

Le prince Philip, « oldie » de l’année 2011

Après avoir passé les confinements successifs au château de Windsor près de Londres, et en dépit de spéculations sur une mise en retrait après la mort en avril de son époux Philip, Elizabeth II participe ces derniers temps à de nombreux engagements publics. La semaine dernière, elle a été vue marcher en public avec une canne, une première depuis 2004.

Philip, décédé en avril à 99 ans, avait reçu le prix du « Oldie » de l’année en 2011, pour son 90e anniversaire. « Il n’y a rien de tel pour le moral que de se voir rappeler que les années passent et que la vieille carcasse commence à tomber en morceaux », avait alors écrit le duc d’Édimbourg, réputé pour son humour parfois peu diplomate, dans sa lettre de remerciement. « Mais c’est déjà agréable qu’on se souvienne de nous. »

Par Le Point avec AFP

Canada-Ontario: Doug Ford refuse de s’excuser pour ses propos sur les immigrants

octobre 19, 2021

TORONTO — Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, refuse de s’excuser pour les commentaires qu’il a faits lundi au sujet des immigrants.

© Fournis par La Presse Canadienne

Après une annonce à Windsor, lundi, M. Ford a repris sa rhétorique familière au sujet du plus gros problème de l’Ontario: la pénurie de main-d’oeuvre, en particulier dans les métiers et la construction.

Il a déclaré que les personnes qui veulent venir trimer dur comme tous les autres nouveaux Canadiens devraient venir en Ontario, mais que ceux qui veulent «toucher l’allocation et s’asseoir» devraient aller ailleurs.

Lors de la période des questions à l’Assemblée législative, mardi, la néo-démocrate Doly Begum a déclaré que ces commentaires étaient offensants pour des familles comme la sienne, qui sont venues en Ontario pour bâtir un avenir meilleur, et elle a demandé des excuses au premier ministre.

M. Ford a assuré qu’il est pour l’immigration, d’où qu’elle vienne, et que sa base est composée de gens originaires du monde entier – mais il ne s’est pas excusé pour ses propos de lundi.

Le Conseil ontarien des agences au service des immigrants estime que M. Ford ne devrait pas utiliser des figures de rhétorique xénophobes en parlant des immigrants.

Avec La Presse Canadienne

Canada-Québec: Des travailleurs de la santé expliquent pourquoi ils refusent le vaccin

septembre 11, 2021

La vaccination obligatoire des travailleurs de la santé fait débat dans plusieurs provinces canadiennes.

© Michael Bell/La Presse canadienne La vaccination obligatoire des travailleurs de la santé fait débat dans plusieurs provinces canadiennes.

Piqués au vif par l’ultimatum lancé par François Legault, plusieurs employés non vaccinés du réseau de la santé sont prêts à quitter leur profession plutôt que de se faire inoculer. Trois d’entre eux ont accepté de nous expliquer leur décision.

Pour Lawrence Godbout, un infirmier auxiliaire en gérontopsychiatrie à l’Hôtel-Dieu de Lévis, la mesure du gouvernement québécois est une atteinte inacceptable à ses droits et libertés.

C’est du chantage : si t’es pas vacciné, t’es crissé dehors. Ça ne marche pas», tonne-t-il.

«Ce n'est pas dans mes valeurs de me faire vacciner», affirme Lawrence Godbout, infirmier auxiliaire à l'Hôtel-Dieu de Lévis.

© /Radio-Canada «Ce n’est pas dans mes valeurs de me faire vacciner», affirme Lawrence Godbout, infirmier auxiliaire à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Sa décision est prise : il préfère changer de métier plutôt que de recevoir le vaccin contre la COVID-19. Québec a donné jusqu’au 15 octobre aux employés du réseau de la santé pour être convenablement vaccinés, sans quoi ils seront suspendus sans salaire. Aux yeux de Lawrence Godbout, il s’agit d’une mesure draconienne.

Cédric Thivierge est lui aussi infirmier auxiliaire, à Thetford Mines. Il a déjà commencé à chercher un emploi dans un autre domaine. À son avis, recevoir le vaccin doit demeurer un choix et non une obligation.

Pour l’instant, je ne vois pas l’importance de l’avoir», dit celui qui a près de 10 ans d’expérience comme l’infirmier auxiliaire.

Cédric Thivierge, un infirmier auxiliaire, a refusé le vaccin contre la COVID-19. Il est peiné de devoir quitter ses collègues et son travail.

© /Radio-Canada Cédric Thivierge, un infirmier auxiliaire, a refusé le vaccin contre la COVID-19. Il est peiné de devoir quitter ses collègues et son travail.

Quant à Laurent (nom fictif), il est préposé aux bénéficiaires dans un CHSLD de la Beauce. Il a demandé à ne pas être identifié pour éviter d’attiser les tensions avec des membres de sa famille.

Ces trois travailleurs font partie des quelque 1000 employés du CISSS de Chaudière-Appalaches qui n’ont reçu aucune injection du vaccin. À ce jour, 89 % des employés du réseau public de la région sont adéquatement vaccinés.

Scepticisme

L’efficacité des vaccins contre la COVID-19 est remise en question par les trois travailleurs à qui nous avons parlé.

Même s’il admet que plusieurs études ont reconnu l’efficacité des vaccins approuvés par Santé Canada, Cédric Thivierge demeure sceptique quant à leur efficacité à long terme.

Je fais partie des gens qui aiment mieux voir le résultat du vaccin, voir s’il est vraiment concluant», dit-il.

Laurent, lui, affirme avoir eu des effets secondaires longs et désagréables après avoir été vacciné contre l’influenza, et ne souhaite pas revivre l’expérience.

Les vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech sont des vaccins à ARN messager.

© Robert Short/CBC Les vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech sont des vaccins à ARN messager.

Quant à Lawrence Godbout, il souligne que le vaccin n’est pas efficace à 100 %.

Qu’on soit vacciné ou pas, on peut l’attraper pareil [le virus].»

C’est vrai, admet Dr Mathieu Simon, chef de l’unité des soins intensifs à l’IUCPQ. Toutefois, le spécialiste rappelle que le vaccin diminue les risques de développer une réaction grave à la maladie.

[Le vaccin] va transformer une maladie potentiellement mortelle en des symptômes qui vont passer à peu près inaperçus à la maison sans compromettre sa santé ou la sécurité des gens autour de soi», précise-t-il.

Le Dr Mathieu Simon est pneumologue et chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

© /Radio-Canada Le Dr Mathieu Simon est pneumologue et chef des soins intensifs à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Dr Simon rappelle par ailleurs que les effets secondaires causés par les vaccins sont très rares. Il ajoute que les vaccins à ARN messager, comme ceux de Pfizer et de Moderna, sont particulièrement sécuritaires.

Les vaccins à ARN sont développés depuis 1989 pour toutes sortes de maladies. Ils représentent une amélioration de sécurité par rapport aux autres vaccins disponibles. L’ARN n’entre jamais dans le noyau cellulaire. Les chances que l’image génétique de l’être humain soit modifiée sont nulles.»

Manque d’information»

Laurent, qui travaille comme préposé aux bénéficiaires depuis deux ans à Saint-Georges, dit que les sources d’information sont nombreuses et qu’il ne sait plus à laquelle se fier.

Je devrais peut-être être plus informé sur certains sujets, mais on manque un peu d’information», dit-il, ajoutant que peu de renseignements ont été transmis directement aux employés.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches affirme de son côté que de nombreuses et fréquentes communications ont été acheminées aux employés au sujet de la COVID-19 et de la vaccination.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches affirme avoir envoyé plusieurs documents informatifs sur la vaccination à ses employés.

© CISSS de Chaudière-Appalaches Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches affirme avoir envoyé plusieurs documents informatifs sur la vaccination à ses employés.

L’information est diffusée et facilement disponible et chaque employé a le devoir de s’informer», note la porte-parole du CISSS Mireille Gaudreau.

Le fait de dire qu’on manque d’information, c’est une intellectualisation d’une peur plus viscérale qui est mal contrôlée», croit quant à lui le Dr Mathieu Simon.

Des départs inévitables

Les trois travailleurs risquent de quitter leurs fonctions à regret, à la mi-octobre. Ils pourraient d’ailleurs se tourner vers le domaine de la construction.

Dr Mathieu Simon s’attend lui aussi à voir des employés non vaccinés de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) quitter leurs fonctions au cours des prochaines semaines. Même si le réseau de la santé est sous tension et peut difficilement se passer de ses employés, il croit qu’il vaut mieux perdre une personne qui peut en infecter d’autres que de courir à nouveau le risque de provoquer des éclosions.

Je pense que la décision de prôner la vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé est une bonne décision, qui, comme toutes les décisions difficiles, a ses conséquences», résume-t-il.

La Presse canadienne par Camille Carpentier avec la collaboration de Colin Côté-Paulette

Canada-Refus de se faire vacciner: Québec ne doit pas imposer de sanctions, dit le PQ

août 31, 2021

QUÉBEC — L’opposition péquiste approuve l’idée de rendre la vaccination obligatoire pour le personnel de la santé, mais s’objecte à l’idée d’imposer des sanctions aux récalcitrants.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, avait convoqué les médias lundi pour afficher sa position, à la suite de la commission parlementaire de deux jours, tenue la semaine dernière, sur la vaccination obligatoire contre le virus de la COVID-19 décrétée par le gouvernement pour le personnel de la santé en contact avec les patients plus de 15 minutes.

Il a eu un certain mal à expliquer la logique de sa position, en appuyant la décision de contraindre les soignants à se faire vacciner, tout en rejetant la perspective de voir les récalcitrants se faire imposer un congé sans solde, soit le scénario envisagé par le gouvernement pour forcer la main aux employés du réseau.

Le chef péquiste croit que des sanctions trop lourdes pourraient être contre-productives, en éloignant des hôpitaux quantité de soignants, au moment où les pénuries de main-d’oeuvre sont déjà importantes.

Suspendre des employés réfractaires au vaccin pour une période indéterminée «risque d’amener plus de problèmes, plus de bris de services, plus de contestations et peut-être même un taux de vaccination moins élevé que si on continue dans l’approche actuelle», selon lui.

Il dit tourner le dos à une approche «qui mise sur la peur et la coercition», pour privilégier la persuasion et les tests de dépistage quotidiens pour augmenter la proportion de gens vaccinés dans le secteur de la santé.

«Nous croyons à l’éducation, la sensibilisation et la coopération», pour assurer la progression du processus de vaccination, a-t-il fait valoir, estimant que les travailleurs de la santé ayant des réticences envers la vaccination «ne sont pas nombreux».

Dans le secteur public seulement, Québec calcule qu’environ 30 000 employés ne sont pas vaccinés, risquant d’attraper le virus et de contaminer des malades. Le gouvernement a décrété que d’ici le 15 octobre les employés du réseau, du secteur public ou privé, devaient être pleinement vaccinés, ayant reçu deux doses, sous peine de devoir subir des sanctions.

Le PQ va aussi s’opposer à la possibilité d’étendre la vaccination obligatoire à d’autres catégories de travailleurs que ceux de la santé.

Avec Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

Canada-Québec: Des infirmières de l’Hôtel-Dieu de Lévis refusent les heures supplémentaires

août 23, 2021

 Jean-François Nadeau 

Des infirmières de nuit de l’Unité mère-enfant de l’Hôtel-Dieu de Lévis ont fait un sit-in lundi matin pour dénoncer, comme leurs collègues du CHUL, le recours aux heures supplémentaires obligatoires.

Des infirmières de l'Hôtel-Dieu de Lévis dénoncent le recours systématique aux heures supplémentaires obligatoires.

© Radio-Canada/Hadi Hassin Des infirmières de l’Hôtel-Dieu de Lévis dénoncent le recours systématique aux heures supplémentaires obligatoires.

L’équipe de nuit compte neuf infirmières. Elles affirment depuis des mois être en surcharge de travail et épuisées notamment en raison de la pénurie de personnel et du recours systématique aux heures supplémentaires obligatoires.

Manque de relève

Les infirmières ont décidé de manifester, lundi matin, en constatant qu’il manquait trois infirmières pour prendre la relève de jour.

«Quand j’ai annoncé ce matin à une infirmière qu’elle devait faire du temps supplémentaire obligatoire, elle était en sanglots. C’était son quatrième temps supplémentaire cette semaine. Les filles sont à bout. On n’a pas de pauses. On veut la santé et la sécurité des patientes», affirme l’assistante-cheffe infirmière, Jessica Fortin.

L'Hôtel Dieu de Lévis (archives).

© Raymond Routhier/Radio-Canada L’Hôtel Dieu de Lévis (archives).

Question de santé

Les infirmières du quart de nuit refuseront dorénavant de faire des heures supplémentaires, afin de préserver leur santé, une certaine qualité de vie et la santé de leurs patients.

«On a des infirmières qui sont restées quatre fois cette semaine, 32 heures de temps supplémentaire. C’est rendu invivable. C’est un mode de gestion. On est intervenu auprès de la direction des soins infirmiers qui ne fait rien. On a trouvé du personnel pour eux. Ils ne les embauchent pas», déplore le président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches, Laurier Ouellet.

«Les gens tombent en maladie. On a sept maladies pour cause de fatigue depuis le début de l’été. Les gestionnaires ne nous entendent pas. On a à coeur nos patients et nos collègues. On n’arrive pas à prendre soin des bébés correctement», ajoute une infirmière qui compte 18 ans d’ancienneté, Marie-Andrée Poirier.

Demandes répétées

Ce n’est pas la première fois que le personnel de l’unité mère-enfant de l’Hôtel-Dieu pose ce genre de geste. Les infirmières souhaitent être entendues, cette fois.

«On leur a mentionné à maintes reprises qu’on était fatiguées. On a même fait un sit-in il y a près d’un an pour dire comment on était épuisées. On a proposé des solutions et ils ont refusé. J’ai pas le goût de perdre un enfant parce que je n’ai pas été capable d’être à temps dans une salle d’accouchement. Je ne veux pas vivre ça», souligne Marie-Andrée Poirier.

Le personnel craint une surcharge de travail encore plus importante cet automne, avec la hausse des cas de COVID-19. La présence du variant Delta pourrait entraîner l’absence plus importante de personnel.

La direction du CISSS de Chaudière-Appalaches n’a pas encore réagi publiquement à la sortie des infirmières.

Avec Radio-Canada par la collaboration d’Hadi Hassin

Coronavirus en RDC : quand Félix Tshisekedi met du plomb dans l’aile de la campagne vaccinale

juillet 6, 2021
Kash

Les propos du président congolais, qui a assumé lors d’un entretien son refus de recourir pour lui-même au vaccin AstraZeneca, a provoqué la polémique, alors que le pays peine à atteindre les objectifs qu’il s’est fixé.

« J’ai bien fait de ne pas me faire vacciner à l’AstraZeneca. D’ailleurs je n’étais pas convaincu ». Cette petite phrase de Félix Tshisekedi, glissée au détour d’un entretien accordé le 1er juillet à la radio Top Congo FM et à la RTNC, la télévision nationale, n’a pas manqué de provoquer de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Dans le viseur du chef de l’État, les doutes quant à l’efficacité du vaccin AstraZeneca, qui ont conduit plusieurs pays, notamment en Europe, à suspendre son utilisation. « A partir du moment où ces pays ont pris les mesures de précaution vis-à-vis d’AstraZeneca, eux qui en connaissent les propriétés et qui l’ont fabriqué, nous aussi a fortiori, nous étions dans l’obligation de suspendre cela », a argué le président congolais.

Devant le tollé provoqué par ces propos, certains reprochant au président congolais d’entretenir la défiance d’une partie de l’opinion publique vis-à-vis des vaccins, la présidence a partiellement rétropédalé dans les jours qui ont suivi, insistant sur le fait que Félix Tshisekedi avait aussi, au cours de la même interview, promis de très bientôt se faire vacciner à son tour, mais avec un autre vaccin.

Le jour même de cette fameuse déclaration présidentielle, le ministre de la Santé, Jean-Jacques Mbungani, tenait un discours aux antipodes. Lors d’une visite dans une clinique de Kinshasa, où il s’est prêté au jeu de l’injection d’une dose d’AstraZeneca, il a rappelé l’objectif que les autorités se sont fixé : « Atteindre 25% de la population congolaise vaccinée pour atteindre l’immunité collective ». Pas sûr, cependant, que sa voix porte autant que celle du président.

Par  Kash

Caricaturiste, bédéiste et peintre congolais installé à Kinshasa.

Sénégal : Ousmane Sonko interdit de se rendre à Lomé pour débattre de l’avenir du franc CFA

mai 22, 2021
Ousmane Sonko, lors d’une conférence de presse à Dakar, le 8 mars 2021.

Invité par l’économiste Kako Nubukpo à participer aux « États généraux de l’Eco », qui se tiendront les 26, 27 et 28 mai dans la capitale togolaise, l’opposant sénégalais Ousmane Sonko ne pourra finalement pas se rendre à Lomé. La justice lui a refusé l’autorisation de sortie du territoire qu’il sollicitait.

« Au final, Lomé ne verra donc pas l’enfant prodige si attendu, pour le moment du moins. Pas de début de débat sur l’Eco pour Sonko. » Dans le communiqué annonçant la décision de la justice sénégalaise, Me Khoureyssi Ba, son avocat, juge que « rien ne justifie » le refus prononcé vendredi 21 mai par le juge Abdoulaye Assane Thioune.

L’opposant sénégalais, sous contrôle judiciaire depuis sa remise en liberté le 8 mars dernier, avait en effet été invité à participer aux « états généraux de l’Eco » à Lomé. Le leader du Pastef avait fait de la critique du franc CFA l’un de ses principaux axes de campagne lors de la présidentielle de 2019, à l’issue de laquelle il était arrivé en troisième position.

Des « États généraux de l’Eco » sans Sonko

L’évènement, organisé à l’initiative de l’économiste togolais Kako Nubukpo, commissaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) chargé du département Agriculture, ressources en eau et environnement, doit réunir de nombreux économistes de renom.

Outre la Cap-Verdienne Cristina Duarte, conseillère spéciale pour l’Afrique du secrétaire général des Nations unies, le Bissau-Guinéen Carlos Lopesle Béninois Lionel Zinsou, ou encore le chef des économistes pays de la Banque africaine de développement (BAD), Emmanuel Pinto Moreira, Ousmane Sonko devait y retrouver également le Franco-Béninois Wilfrid Lauriano Do Rego, président du Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA, d’Emmanuel Macron), ou encore l’historien camerounais Achille Mbembe.

Les raisons du refus

Ousmane Sonko, toujours poursuivis dans le cadre de l’enquête ouverte suite à une plainte pour viol le visant, avait déposé une demande de sortie de territoire le 17 mai dernier. Le procureur de la République avait, jeudi 20 mai, fait savoir son opposition à ce que la demande soit acceptée. La balle était alors dans le camps du juge d’instruction Abdoulaye Assane Thione, qui a donc tranché en suivant l’avis du procureur.

Selon une communiqué de la défense d’Ousmane Sonko, le juge a motivé son refus par « l’absence de mainlevée du contrôle judiciaire » et par le fait qu’« Ousmane Sonko n’a pas encore été entendu au fond pour s’expliquer sur les accusations formellement portées à son encontre par la partie civile ».

« L’audition au fond de M. Sonko n’a aucun rapport avec la mesure de contrôle judiciaire », a regretté Me Bamba Cissé, un autre avocat de Sonko, cité par l’Agence France-Presse.

Avec Jeune Afrique par Mathieu Millecamps

RDC : le Sénat refuse de lever l’immunité parlementaire de Matata Ponyo

mai 15, 2021
Augustin Matata Ponyo, l’ancien Premier ministre congolais (ici à Kinshasa, en 2014).

Le Sénat a voté vendredi contre la demande de levée d’immunité de l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo, mis en cause dans une gigantesque affaire de détournements de fonds publics.

Les sénateurs n’ont pas voté la levée de l’immunité du sénateur Augustin Matata Ponyo, estimant que la Cour constitutionnelle, qui avait introduit cette demande, n’était pas compétente pour juger un parlementaire, a déclaré un sénateur ayant pris part à la plénière tenue à huis clos pour cette affaire.

En RDC, la Cour constitutionnelle est le juge pénal du président de la République et du Premier ministre en fonction, en plus de sa mission de juger de la conformité des lois avec la Constitution et de trancher en dernier ressort les contentieux électoraux. Les sénateurs relèvent, en cas de procédure pénale, de la Cour de cassation.

Détournement

La demande de lever son immunité avait été introduite afin que l’ancien Premier ministre de Joseph Kabila puisse être entendu dans le cadre de la gestion des fonds dévolus au projet du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo, qui alimente depuis plusieurs années une intense polémique. Le dossier est revenu sur le devant de la scène à la faveur du rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) publié le 18 novembre 2020.

Dans ce rapport, l’IGF avait conclu que 205 millions de dollars sur 285 millions, décaissés par le Trésor public pour ce projet pilote à 250 km au sud-est de la capitale, avaient été détournés. L’ancien Premier ministre était nommément mis en cause et qualifié d’« auteur intellectuel » du détournement.

Matata Ponyo dénonce de son côté un rapport « truffé de mensonges » qui ne repose sur aucun fondement juridique. Son avocat, Me Safari Mulume, a annoncé vendredi avoir porté plainte contre le chef de l’IGF Jules Alingete et trois autres inspecteurs des finances pour dénonciations « calomnieuses ».

Par Jeune Afrique avec AFP