Posts Tagged ‘Régularisation’

Canada-Québec: Manifestation à Montréal pour la régularisation des personnes migrantes

juillet 26, 2020

Mani

© Valérian Mazataud photo Le Devoir

Des migrants sans papiers, des travailleurs agricoles temporaires, des demandeurs d’asile et des étudiants internationaux ont manifesté dimanche devant les bureaux d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, dans le Vieux-Montréal.

Plus d’une centaine de personnes ont manifesté à Montréal dimanche pour réclamer la régularisation de toutes les personnes migrantes, sans aucune exception, qui se sentent complètement délaissées depuis le début de la pandémie de coronavirus.

« Statut pour tous » ; « Solidarité avec les sans-papiers » ; « Nous sommes tous essentiels », ont scandé les manifestants en début d’après-midi, rassemblés à l’appel du réseau Solidarité sans frontières, devant les bureaux d’Immigration, réfugiés et citoyenneté Canada (IRCC), dans le Vieux-Montréal.

D’une seule et même voix, des migrants sans papiers, des travailleurs agricoles temporaires, des demandeurs d’asile et des étudiants internationaux ont interpellé Québec et Ottawa pour que chacun puisse obtenir un statut au Canada, où certains vivent depuis plusieurs années déjà.

« La pandémie est venue remettre les pendules à l’heure et montrer comment nous sommes tous dans le même bateau, peu importe notre statut et notre rang social. Notre combat est le combat de tous, celui de la dignité, l’égalité, la liberté et la justice », a lancé devant la foule Samira, une membre de Solidarité sans frontières et animatrice de l’événement de dimanche.

Elle a ensuite invité ceux qui le souhaitent à prendre la parole publiquement pour « briser le silence, briser la peur ».

Adi, un demandeur d’asile, s’est avancé pour raconter son histoire, soulignant à quel point le lieu choisi pour la manifestation était symbolique puisque c’est dans les bureaux d’IRCC que l’on donne rendez-vous aux migrants qui devront être déportés.

Originaire de Mauritanie, il est arrivé de manière irrégulière au Canada par le chemin Roxham, en Montérégie, il y a plusieurs années, mais n’a toujours pas été reconnu comme réfugié. Rappelons que les demandeurs d’asile risquent l’expulsion s’ils n’arrivent pas à prouver que leur sécurité est menacée dans leur pays d’origine.

« Je vous demande d’aller sur Google pour voir c’est quoi [la Mauritanie]. C’est un des derniers foyers d’esclavage et du racisme », dénonce-t-il.

De son côté, Hamida — d’origine algérienne — a pris la parole au nom de son fils de 20 ans, venu étudier au Québec il y a quatre ans. Son permis d’étude a expiré au mois d’avril, mais le gouvernement fédéral a refusé de lui en livrer un autre pour continuer son DEC. Son fils se retrouve maintenant sans statut. « Les sans-papiers ne sont pas des envahisseurs. Ils cherchent un meilleur monde, une vie meilleure », a-t-elle lancé.

« Ici, c’est devenu chez nous, on est des citoyens du Canada dans notre cœur, mais on ne nous donne pas la chance de le devenir sur papier », a renchéri Mohamed, également demandeur d’asile. Il a raconté les difficultés qu’il a rencontrées pour obtenir un permis de travail lors de son arrivée dans le pays il y a sept ans. Il a également été confronté à la complexité du système de santé en raison de son statut de sans-papiers. « J’ai vécu un accident de travail et j’ai été négligé à l’hôpital à cause de mon statut. J’ai perdu des orteils et sept ans plus tard, je suis encore sous traitement. Heureusement, ç’a été remboursé par la CNESST puisque c’était un accident de travail, mais ça aussi, ç’a a été un cauchemar pour y avoir droit », confie-t-il.

Solidarité sans frontières avait déjà organisé une marche à Montréal le 4 juillet pour défendre cette même cause. Une autre manifestation aura lieu le 8 août prochain dans la métropole, devant le bureau du premier ministre fédéral Justin Trudeau, sur Crémazie Est. L’organisme prévoit également organiser une grande marche de Montréal vers Ottawa plus tard dans l’été.

Avec Le Devoir par Annabelle Caillou

France: le « héros » malien Mamoudou Gassama a été régularisé

mai 29, 2018

Paris – Mamoudou Gassama, le jeune Malien sans-papiers devenu célèbre en sauvant la vie d’un enfant à Paris, a reçu mardi le récépissé régularisant sa situation, première étape avant d’obtenir la nationalité française promise par Emmanuel Macron, a constaté une journaliste de l’AFP.

Casquette et sweat noirs, jogging gris, le jeune homme de 22 ans, a également signé mardi un contrat de 10 mois pour effectuer un service civique au sein de la Brigade des Sapeurs pompiers de Paris, a indiqué Pierre-André Durand, le préfet de Seine-Saint-Denis, département au nord de la capitale.

Après avoir reçu le récépissé à la préfecture de Bobigny actant le dépôt de sa demande de titre de séjour, Mamoudou Gassama a quitté les lieux sans s’exprimer face aux nombreuses caméras, à bord d’une voiture de pompiers.

« Il était ému, c’est bien normal », a commenté le préfet, saluant une nouvelle fois le geste de ce jeune sans-papiers reçu lundi par Emmanuel Macron.

Mamoudou Gassama devrait recevoir d’ici un mois une carte de séjour de dix ans avant d’être naturalisé français, d’ici trois mois environ.

Arrivé en France en septembre au terme d’une migration périlleuse, le jeune Malien avait escaladé samedi un immeuble parisien pour sauver un enfant de 4 ans suspendu au 4ème étage.

Son geste spectaculaire a été visionné des millions de fois sur les réseaux sociaux. « J’ai pensé à le sauver et Dieu merci, je l’ai sauvé », a-t-il résumé lundi.

L’enfant s’était retrouvé seul sur le balcon en l’absence de son père qui sera jugé en septembre pour « soustraction des obligations parentales ».

Interrogée lundi par Antenne Réunion, la mère de l’enfant, qui se trouvait sur l’île de l’océan Indien quand l’incident s’est déroulé, a estimé qu’il « aurait pu arriver bien pire, donc je suis soulagée aujourd’hui ».

« Je ne justifie pas le geste de mon mari. Cela aurait pu arriver à d’autres personnes (…). Mon fils a eu de la chance », a-t-elle poursuivi, indiquant qu’elle dirait « merci » à M. Gassama.

Son acte de bravoure lui a valu d’être reçu par le président Macron qui lui a proposé d’être naturalisé français. « Vous êtes devenu un exemple, il est normal que la nation soit reconnaissante », a affirmé le chef de l’Etat.

Les associations d’aide aux migrants ont dénoncé l' »hypocrisie » et la « récupération politique éhontée » de cette naturalisation, qui masque mal selon elles « la dureté de la politique » migratoire du gouvernement.

Il y aurait en France quelque 300.000 personnes sans-papiers, selon le gouvernement, davantage selon les associations.

L’an dernier, 30.000 ont été régularisées.

Romandie.com avec(©AFP / 29 mai 2018 10h47)