Posts Tagged ‘Remplacement’

France/Police: la clé d’«étranglement» conservée jusqu’à son remplacement

juin 15, 2020

 

Christophe Castaner avait annoncé son abandon la semaine dernière.

La technique controversée dite de «l’étranglement», dont l’abandon annoncé par Christophe Castaner a suscité la colère des policiers, «continuera d’être mise en oeuvre» jusqu’à ce qu’une nouvelle technique d’interpellation soit définie, a indiqué lundi le chef de la police nationale.

«Dans l’attente de la définition d’un nouveau cadre et dans la mesure où les circonstances l’exigent, la technique dite de l’étranglement continuera d’être mise en oeuvre avec mesure et discernement et sera remplacée au fur et à mesure de la formation individuelle dispensée (…)», écrit le directeur général de la police nationale (DGPN), dans une note de service consultée par l’AFP.

Le patron de la police nationale, Frédéric Veaux, précise qu’un groupe de travail sera installé mercredi prochain «pour définir une technique de substitution». Il rendra ses conclusions «avant le 1er septembre». Frédéric Veaux rappelle par ailleurs que «la ‘prise arrière’ pour immobiliser la personne debout ou l’entraîner au sol afin de la menotter est toujours enseignée et appliquée».

L’annonce de l’abandon de la clé d’«étranglement» par Christophe Castaner, le 8 juin, avait provoqué la colère des syndicats de police et des agents sur le terrain. «La méthode de la prise par le cou, dite de l’étranglement sera abandonnée et ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C’était une méthode qui comportait des dangers», avait affirmé Christophe Castaner, lors d’une conférence de presse.

Par Le Figaro avec AFP

France/Municipales à Paris : Agnès Buzyn remplace Griveaux pour LREM

février 16, 2020

La ministre de la Santé succède à l’ex-candidat à la mairie de Paris, qui s’est retiré après la diffusion d’images privées intimes. Elle s’apprête à quitter le gouvernement.

La ministre de la Santé et des solidarités annonce être candidate à la mairie de Paris pour LREM.
La ministre de la Santé et des solidarités annonce être candidate à la mairie de Paris pour LREM. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

L’urgence a eu raison de ses hésitations. La ministre de la Santé Agnès Buzyn remplace finalement Benjamin Griveaux dans la campagne municipale à Paris «pour devenir la candidate du rassemblement», a-t-elle annoncé dimanche à l’Agence France-Presse (AFP). A un mois des élections municipales, elle succède au candidat La République en marche (LREM) qui s’est retiré vendredi de la course, après la diffusion sur le web d’images intimes et privées.

«J’y vais pour gagner», «j’en ai envie», a déclaré à l’AFP la ministre. «J’aime Paris, je la connais, j’y suis née, j’y habite depuis toujours, et je pense avoir beaucoup à apporter à toutes celles et tous ceux qui, comme moi, y vivent au quotidien», écrit-elle dans une lettre d’intention, transmise à l’AFP.

Première candidature

Il y a quelques semaines, Agnès Buzyn avait décliné la proposition de mener la campagne municipale dans le 15e arrondissement de la capitale. Encore vendredi, interrogée sur un remplacement de Benjamin Griveaux, elle avait invoqué un agenda chargé, entre la crise au sein des hôpitaux et l’épidémie du coronavirus. En succédant au candidat, cette médecin de formation projetée en politique à son arrivée au gouvernement, en 2017, se lance à 57 ans dans sa première campagne électorale.

Le profil de cette pièce-maîtresse de l’exécutif satisfait les responsables de LREM qui, depuis le retrait de leur chef de file à Paris, plaidaient pour la candidature d’un «poids lourd». D’autres noms avaient aussi été cités : les députés Mounir Mahjoubi, Julien Bargeton et Sylvain Maillard, ou encore Delphine Bürkli, la maire sortante du 9e arrondissement (ex-LR), proche du premier ministre.

Vers un départ du gouvernement

Une fois cette candidature entérinée par LREM, la ministre quittera ses «fonctions ministérielles tant le surcroît d’activité intense, notamment liée à la gestion du coronavirus, demande une implication totale», écrit-elle dans sa lettre d’intention. «La continuité de l’action du ministère pourra compter sur la solidité et l’implication totale des équipes opérationnelles», assure-t-elle.

Selon des sources du parti présidentiel, elle devrait démissionner et être remplacée dans les prochaines heures au ministère de la Santé. Jusqu’au scrutin des 15 et 22 mars, elle bataillera notamment avec la maire socialiste sortante Anne Hidalgo, l’ancienne ministre Rachida Dati, candidate des Républicains, et le dissident LREM Cédric Villani.

Avec Le Figaro

Un nouveau chef de mission à la tête de la mission de l’Onuci en Côte d’Ivoire

juillet 28, 2011

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a nommé le Néerlandais Albert Gerard Koenders pour remplacer le Sud-Coréen Choi Young-jin à la tête de la mission de l`ONU en Côte d`Ivoire (ONUCI), a annoncé jeudi son porte-parole Martin Nesirky.

M. Choi terminera sa mission le 31 août. M. Ban « est reconnaissant pour les services de M. Choi et sa direction excellente de l`ONUCI » pendant les quatre dernières années, a-t-il dit.

M. Koenders apporte avec lui plus de 25 ans d`expérience dans les affaires internationales, la coopération et le développement. Il a été ministre néerlandais de la Coopération et du Développement de 2007 à 2010. Avant cela, il a été membre de la chambre des représentants néerlandaise de 1997 à 2007.

La Côte d`Ivoire sort à peine d`un conflit ayant fait près de 3.000 morts, déclenché suite au refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à l`élection présidentielle de novembre 2010 face à Alassane Ouattara, investi chef de l`Etat le 21 mai.

M. Choi a dirigé l`ONUCI pendant toute cette période extrêmement difficile pour l`ONU. Elle a protégé les civils dans la mesure de ses moyens de même que M. Ouattara qui avait établi son quartier général dans l`hôtel Golf à Abidjan.

AFP