Posts Tagged ‘Résidence’

États-Unis: Le mari de Nancy Pelosi agressé à coups de marteau dans sa résidence de San Francisco

octobre 28, 2022

L’agresseur était à la recherche de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Paul Pelosi

Le mari de Nancy Pelosi, Paul Pelosi, a été victime d’une agression à son domicile vendredi matin. Photo: AP/Andrew Harnik

Paul Pelosi, le mari de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a été attaqué par un individu qui s’est introduit pendant la nuit dans la résidence du couple à San Francisco. Blessé lors de l’agression, Paul Pelosi a été transporté à l’hôpital.

Selon le chef de la police de San Francisco, William Scott, les policiers ont été appelés à la résidence des Pelosi vers 2 h 27 du matin.

À leur arrivée sur les lieux, les policiers ont aperçu un homme brandissant un marteau en train de s’en prendre physiquement à Paul Pelosi.

Le suspect, David DePape, 42 ans, a été aussitôt maîtrisé et arrêté par les agents.

Paul Pelosi ainsi que le suspect ont été rapidement transportés à l’hôpital.

Dans une déclaration publiée en matinée, le porte-parole de Nancy Pelosi, Drew Hammil, a assuré que Paul Pelosi recevait d’excellents soins médicaux et devrait se rétablir complètement.

Un périmètre policier érigé près de la résidence des Pelosi.

Les Pelosi habitent cette maison de brique rouge, quartier Pacific Heights, à San Francisco, depuis 1987. Photo: AP/Eric Risberg

David DePape, de son côté, devra faire face à de nombreuses accusations notamment de tentative de meurtre et d’agression armée, a déclaré le chef de police de San Francisco.

À la recherche de Nancy Pelosi

Selon la chaîne CNN, qui cite des sources policières, l’agresseur était à la recherche de la cheffe démocrate et aurait crié à plusieurs reprises où est Nancy, où est Nancy? lors de l’intrusion dans le domicile. Or, la présidente de la Chambre des représentants se trouvait à Washington au moment de l’agression.

Ces mêmes sources affirment que l’agresseur a ensuite tenté sans succès d’attacher Paul Pelosi jusqu’à ce que sa femme Nancy rentre à la maison. L’individu aurait également déclaré aux policiers sur les lieux de l’attaque qu’il attendait Nancy.

Le chef de police de San Francisco a déclaré en point de presse vendredi après-midi que les motifs de l’agresseur étaient toujours à déterminer sans donner davantage de détails sur la façon dont l’intrus a pu accéder à la résidence privée de la présidente de la Chambre des représentants.

En l’absence de Mme Pelosi, aucun dispositif de sécurité gouvernemental n’était maintenu à sa résidence, selon une source familière avec le protocole de sécurité, citée par CNN.

Nancy Pelosi en conférence de presse au Capitole le 29 juillet 2022.

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi (Archives). Photo: AP/J.Scott Applewhite

La police du Capitole a pour sa part déclaré que des agents spéciaux de son bureau de Californie sont rapidement arrivés sur les lieux de l’agression. Des enquêteurs de la section d’évaluation des menaces de la police du Capitole sur la côte Est ont aussi été dépêchés pour aider le FBI et la police de San Francisco dans leur enquête.

À Washington, la Maison-Blanche a aussitôt condamné cette agression, affirmant que le président Joe Biden avait eu un échange avec Nancy Pelosi dans la matinée.

Le président prie pour Paul Pelosi et toute la famille de la représentante Pelosi, a indiqué la secrétaire de presse Karine Jean-Pierre, dans un communiqué. La vice-présidente Kamala Harris a aussi exprimé sa consternation à la suite de l’attaque.

Le leader républicain au Sénat, Mitch McConnell, s’est pour sa part dit horrifié et dégoûté par cette agression.

Je suis heureux d’apprendre que Paul est sur la bonne voie pour se rétablir complètement et que les forces de l’ordre, y compris notre excellente police du Capitole, sont sur l’affaire, a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

Âgé de 82 ans, Paul Pelosi est un homme d’affaires qui possède la société de conseil et d’investissement immobilier Financial Leasing Service, dont le siège social est à San Francisco.

Mariés depuis 1963 et parents de cinq enfants, Nancy et Paul Pelosi habitent cette résidence du quartier Pacific Heights depuis 1987.

Élections de mi-mandat sous tension

Cette agression contre un proche de la cheffe de la majorité démocrate survient à moins de deux semaines des élections de mi-mandat aux États-Unis, où plusieurs élus américains ont sonné l’alarme dernièrement contre le regain de menaces dont ils sont l’objet.

Selon la police du Capitole, chargée de protéger les membres du Congrès, les menaces contre ces derniers ont plus que doublé depuis 2017, passant de 3939 à 9625 en 2021.

En janvier 2021, quatre jours avant l’assaut contre le Capitole du 6 janvier, la propriété des Pelosi avait été vandalisée. Une tête de porc et du faux sang avaient notamment été laissés sur le trottoir devant la maison.

Le même jour, la résidence du chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avait également été la cible de vandales.

Par Radio-Canada avec les informations de Agence France-Presse et CNN

Canada: Des enfants d’aînés morts de la COVID-19 en résidence poursuivent Québec au civil

septembre 22, 2022
La photo d'un homme est affichée sur une porte.

Le fils d’André Dumont estime que le gouvernement n’a pas suffisamment protégé son père lors de la première vague de la pandémie. Photo : Famille Dumont

Dans le cadre d’une poursuite civile, deux familles réclament au gouvernement du Québec neuf millions de dollars en dommages pour la maltraitance présumée de leurs parents hébergés en résidence pour aînés lors de la première vague de COVID-19.

Patrick Dumont, Emmanoel Makris et sa sœur, Vickie Vassiliki Makris, réclament chacun des dommages punitifs de trois millions de dollars en raison d’un laxisme des règles sanitaires pratiquées lors de la première vague de la pandémie au printemps 2020 et d’un manque flagrant de consignes entourant la sécurité des résidents et du personnel.

Selon le document déposé à la Cour supérieure du Québec le 9 septembre dernier, cette poursuite vise la Maison Wilfrid-Grignon, le Groupe Santé Arbec, le CHSLD Pavillon Philippe-Lapointe, le CISSS des Laurentides et le Procureur général du Québec (pour le gouvernement du Québec et pour le ministère de la Santé).

Selon l’avocat au dossier, Me George Samet, on réclame ces montants en dommages punitifs d’abord et avant tout pour que ça ne recommence plus.

Le système n’a pas bien fonctionné. Il faut qu’il y ait des conséquences. On a laissé des personnes mourir dans des conditions épouvantables. On n’a pas pris de précautions, même si on savait que [le virus] était contagieux et grave, dit Me Samet.

Pour moi, ce qui est important, c’est d’obtenir justice. Tout le monde le sait, nos aînés ont été sacrifiés, dit Patrick Dumont, qui espère qu’un jugement en leur faveur poussera le gouvernement à améliorer les soins aux aînés.

M. Makris croit qu’une poursuite est la seule façon de faire en sorte que le gouvernement fasse tout en son pouvoir pour qu’une telle tragédie ne se reproduise pas.

« Je me sens comme une victime du gouvernement du Québec pour ce qu’il a fait non seulement à ma famille mais aussi à beaucoup d’autres familles à travers la province. »— Une citation de  Emmanoel Makris

Cette poursuite s’ajoute ainsi au recours collectif de 500 millions de dollars autorisé par la Cour supérieure en octobre 2019 contre le gouvernement provincial pour le traitement honteux des résidents des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Lancé par le Conseil pour la protection des malades (CPM), ce recours vise le gouvernement du Québec ainsi que 22 CISSS et CIUSSS qui administrent des CHSLD.

Appelé à réagir à l’annonce de cette nouvelle poursuite, Paul G. Brunet, président-directeur général du CPM, estime qu’il n’y aura jamais assez de poursuites pour faire comprendre à l’État que ce qu’il n’offre pas aux personnes hébergées en termes de quantité et de qualité de soins et de services, il le paiera en compensations.

M. Brunet reconnaît que ce recours collectif risque de prendre plusieurs années avant d’aboutir. La grande majorité des personnes victimes de cette maltraitance seront décédées, déplore-t-il.

C’est d’ailleurs pourquoi MM. Makris et Dumont ont choisi l’avenue d’une poursuite au civil dans l’espoir qu’un jugement soit rendu plus rapidement.

Rappelons également qu’une entente de 5,5 millions de dollars a été conclue le 31 mars 2022 entre les résidents du CHSLD Herron, les membres de leurs familles et les propriétaires de cette résidence privée pour personnes âgées en perte d’autonomie.

Allégations de négligence

Une femme est assise dans un fauteuil roulant.

Despina Pafou est décédée le 17 mai 2020 des suites de la COVID-19, une infection qu’elle a contractée à la résidence Wilfrid-Gagnon. Photo : Emmanoel Markis

Le document présenté à la cour cite de nombreux reportages dans les médias qui décrivent la situation chaotique qui régnait dans de nombreux CHSLD ainsi que les témoignages de MM. Makris et Dumont.

Despina Pafou, la mère d’Emmanoel Makris, qui habitait la résidence intermédiaire Wilfrid-Gagnon, à Sainte-Adèle, a été infectée au début de mai 2020. Pourtant, dit M. Makris, la direction de cette résidence continuait de dire aux familles que tout était maîtrisé. J’ai su que la situation était affreuse quand j’ai lu des articles de journaux.

Son fils allègue que sa mère a été laissée à l’abandon lorsqu’elle a été placée en isolement dans une chambre. Les travailleurs n’avaient pas l’équipement ni le soutien nécessaires pour affronter la pandémie, déplore-t-il. Les gens avaient trop peur pour venir la voir.

M. Makris raconte qu’après plusieurs jours, sa mère, paniquée, a réussi à appeler la police. Elle leur a dit :  »J’ai froid, j’ai faim, j’ai soif, je suis enfermée dans une pièce et je ne peux pas sortir. » Selon M. Makris, les policiers auraient trouvé une résidence en plein chaos et Mme Pafou gisant par terre dans sa chambre.

Despina Pafou a été conduite à l’hôpital, où elle est décédée le 17 mai 2020. M. Makris a seulement pu constater son déclin et dire ses adieux par iPad. Elle est morte de la pire des manières que je puisse imaginer : isolée, seule, terrifiée, dit-il.

« Tout cela a ruiné ma vie et j’essaie encore de comprendre ce qui s’est passé. C’est une douleur que je ne peux pas décrire et une douleur qui est vécue par des milliers de familles. »— Une citation de  Emmanoel Makris

Mouvements de personnel infecté

Un homme est assis dans un fauteuil roulant en compagnie d'une femme qui porte un équipement de protection individuelle.

André Dumont était un usager et un résident du Pavillon Philippe-Lapointe, un CHSLD situé à Sainte-Agathe-des-Monts, depuis 2016. Photo : Famille Dumont

Le père de Patrick Dumont, André Dumont, a été infecté en avril 2020. C’est un travailleur d’une agence privée venu prêter main-forte qui a transmis le virus à plusieurs résidents.

M. Dumont raconte avoir lui aussi appris l’existence de l’éclosion en écoutant les nouvelles. Il dit que sa famille a subi énormément d’anxiété, ne sachant pas ce qui se passait. Tout était secret, c’était l’omerta. […] J’ai appelé, mais je n’ai jamais eu de retour d’appel. J’ai compris que le message était qu’il ne fallait pas en parler.

Tous les résidents du Pavillon Philippe-Lapointe ont fini par être infectés.

Le père de M. Dumont a survécu à sa première infection mais a été infecté à deux reprises avant sa mort, survenue en octobre 2021, des complications de la COVID-19.

« On leur fait confiance pour prendre soin de nos aînés. Ils n’étaient pas préparés à ça, ils manquaient d’équipement, de personnel, de formation. »— Une citation de  Patrick Dumont

Selon Me Samet, ces familles craignent par ailleurs que le rapport de la coroner Géhane Kamel sur les décès survenus en CHSLD soit relégué aux oubliettes. Dans son rapport d’enquête publique, la coroner a affirmé qu’il y a eu rupture du contrat moral et sociétal en laissant mourir des dizaines de patients en CHSLD dans des conditions épouvantables.

Le CISSS n’a pas souhaité commenter cette poursuite et Santé Arbec n’a pas répondu à nos courriels.

Demande d’excuses

Selon M. Dumont, le gouvernement, le CISSS et le système de santé ont échappé la gestion de la pandémie. Il dénonce aussi l’indifférence des autorités. Il y a eu zéro empathie, zéro compassion.

C’est d’ailleurs pourquoi M. Dumont souhaite que le premier ministre sortant François Legault présente des excuses formelles à toutes les familles d’aînés en résidence. S’il avait des couilles, ça se produirait, dit-il sans réserve.

M. Dumont s’explique mal pourquoi, pendant la campagne électorale actuelle, les partis n’osent pas parler de la situation catastrophique qui a régné dans les CHSLD à l’époque.

Je suis très étonné. On a la mémoire courte au Québec. Ils parlent du troisième lien, du tramway, de l’inflation. Ces choses sont importantes, mais on ne peut pas faire semblant que ça n’a pas existé.

Avec Radio-Canada par Mélanie Meloche-Holubowski

RDC-Kinshasa : de nouvelles résidences pour officiers supérieurs des Fardc

juillet 4, 2022

Les officiers supérieurs et généraux des Forces armées de la République démocratique du Congo (Fardc) ont désormais leur quartier, ou mieux une nouvelle cité de résidence, situé à une trentaine de kilomètres du centre-ville de Kinshasa, dans sa périphérie est.

Quelques villas pour hauts officiers de l’armée

Le président de la République, Félix-Antoine  Tshisekedi Tshilombo, a remis symboliquement, le 2 juillet, les  trente premières villas sorties de terre  et prêtes à accueillir les premiers occupants.

Il s’agit du « Pool Malebo » qui est un projet du gouvernement initié en 2016 mais dont les travaux s’étaient arrêtés en 2018, faute de financement. En janvier dernier, sur instruction du chef de l’Etat, le gouvernement, à travers le ministère de la Défense nationale, a relancé ce projet avec le même partenaire, à savoir Congo international investment group.

En l’espace de six mois, le partenaire a réussi à rendre viable une trentaine de villas sur les cent quatre-vingt-dix attendues. « Ce résultat ne constitue que les prémices du projet, lequel va s’étendre sur les cinq prochaines années », a précisé le ministre de la Défense nationale, Gilbert Kabanda Kurhenga, qui a ajouté qu’ « au-delà de la sphère des officiers généraux et supérieurs, le projet  couvrira également les besoins en logement de tous les officiers et sous-officiers de carrière ». Chaque occupant devrait consentir à hauteur de 35% du coût de chaque villa.

Avec Adiac-Congo par Alain Diasso

Diplomatie : l’ambassade du Brésil à Brazzaville officialise sa nouvelle résidence

février 22, 2022

L’ambassadeur de la République fédérative du Brésil auprès de la République du Congo, Renato Soares Menezes, a procédé le 22 février à la pose de la plaque et à la levée du drapeau officialisant l’occupation de sa nouvelle résidence installée au sixième niveau de l’immeuble Acacia.

Renato Soares Menezes et le personnel de l’ambassade devant la plaque / Adiac

Désormais, le drapeau brésilien flottera à côté de celui de l’ambassade de l’Afrique du Sud, qui occupe également l’immeuble situé à proximité de la Banque sino-congolaise pour l’Afrique. Quant à l’ambassade de la République fédérative du Brésil, elle se trouve dans l’une des tours jumelles de Brazzaville.

Au Brésil, la République du Congo dispose de deux représentations : une ambassade à Brasilia et un consulat à Fortaleza. Au Congo, l’ambassade du Brésil est l’une des soixante-six représentations étrangères, et l’une des cinquante représentations étrangères à Brazzaville.

Lors de la présentation de ses lettres de créance au chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, en février 2021, le diplomate brésilien, Renato S. Menezes s’était dit honoré de se retrouver à Brazzaville. « C’est avec un grand honneur que j’ai présenté, aujourd’hui, les lettres par lesquelles le président du Brésil m’accrédite auprès de son excellence Monsieur le président de la République du Congo », avait-il écrit dans le livre d’or.

La République du Congo et la République Fédérative du Brésil entretiennent d’excellentes relations dans plusieurs domaines (scolaire, sport, agricole, militaire, culturel, formation, etc.) 

Dans le domaine de l’enseignement supérieur, par exemple, rappelons que cette année, trente-neuf jeunes étudiants congolais ont bénéficié, le 20 janvier dernier, de la bourse du Brésil, et vont poursuivre leurs études dans les universités de ce pays dans différentes filières (médecine, information, comptabilité…)

Avec Adiac-Congo par Yvette Reine Nzaba

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz de nouveau assigné à résidence

janvier 10, 2022
Mohamed Ould Abdelaziz à Nouakchott, le 10 avril 2021. © BECHIR MALUM pour JA

Si l’ancien président doit demeurer en détention provisoire jusqu’en juin prochain, il n’est plus incarcéré à l’École de police de Nouakchott, depuis sa sortie de l’hôpital, dans la nuit du 8 au 9 janvier. Explications.

Depuis qu’il a quitté le Centre national de cardiologie, Mohamed Ould Abdelaziz est placé en résidence surveillée dans sa villa du quartier des Bourses (Soukouk), à Nouakchott. Cette décision a été prise le 7 janvier par le juge d’instruction, qui s’est basé sur le rapport médical établi à l’issue d’une période d’observation par les trois spécialistes qui suivent l’ancien président.

L’École de police de la capitale, où il était incarcéré depuis le 22 juin 2021, a été jugée inadaptée à son état de santé. Le contrôle judiciaire dont il est l’objet a donc été modifié. Chez lui, « Aziz » est soumis aux mêmes règles que celles qui prévalaient avant son arrestation, lorsqu’il était déjà assigné à résidence. Il ne peut se déplacer que pour recevoir des soins et se rendre à la mosquée. Il n’est désormais plus tenu de se présenter au commissariat spécial chargé des crimes économiques, mais il devra répondre aux éventuelles convocations judiciaires.

Évacuation sanitaire ?

Une différence toutefois, et de taille : ses visites sont filtrées. Il ne peut recevoir que ses enfants, ses avocats et ses médecins. Des éléments des forces de sécurité – la police antiterroriste, selon son entourage – sont chargés de surveiller les entrées donc, mais aussi ses allées et venues, le bracelet électronique n’étant pas utilisé en Mauritanie.

L’ex-chef de l’État a été hospitalisé en urgence dans la nuit du 28 au 29 décembre, après avoir été pris de malaise et de saignements. Le 31, il a été transféré au Centre national de cardiologie où il a subi, selon les médecins, un cathétérisme cardiaque. La question de son évacuation sanitaire s’était alors posée, sa famille demandant à ce qu’il soit transféré à l’étranger afin d’y recevoir des soins, sans toutefois préciser de destination. Aziz, qui continue de vouloir se faire soigner à l’extérieur, n’a pas émis de souhait particulier quant au pays dans lequel il souhaite se rendre.

En décembre 2021, sa détention provisoire, d’un an maximum, avait été prolongée de six mois supplémentaires. Il demeure inculpé pour, entre autres, corruption, blanchiment d’argent, enrichissement illicite, dilapidation de biens publics et octroi d’avantages indus. La date de son procès n’est pas encore connue.

Avec Jeune Afrique par Justine Spiegel

Canada-Québec: Le CIUSSS ordonne la fermeture d’une résidence pour aînés de Trois-Rivières

octobre 20, 2021

Les résidents de la résidence privée pour aînés (RPA) le Cénacle St-Pierre, dans le secteur Pointe-du-Lac, à Trois-Rivières, devront déménager. Les autorités de la santé ont retiré le certificat de ce lieu d’hébergement sans en expliquer les raisons aux résidents et à leur famille.

Le Cénacle St-Pierre est l'un des cinq établissements pour aînés du groupe Les résidences Chemin du Roy.

© Martin Chabot/Radio-Canada Le Cénacle St-Pierre est l’un des cinq établissements pour aînés du groupe Les résidences Chemin du Roy.

C’est un choc pour les 17 résidents qui n’ont qu’un mois et demi pour déménager. Le père de Marc Hélie, âgé de 94 ans, est du nombre. Il habite le Cénacle St-Pierre depuis environ huit ans. Marc Hélie a rapidement commencé à chercher un autre milieu de vie, mais il anticipe que ce sera difficile pour son père qui s’était fait une amie à la résidence.

Tous les résidents devront avoir trouvé un autre endroit pour vivre d’ici la date du 30 novembre prochain. Il s’agit de la quatrième résidence à voir son certificat révoqué par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) au cours de la dernière année.

Par voie de communiqué, le CIUSSS MCQ précise que la décision de retirer le certificat d’une RPA est une option de dernier recours, qui s’appuie sur plusieurs éléments pouvant mettre à risque la santé et la sécurité des résidents.

Marc Hélie déplore le manque de transparence du CIUSSS MCQ, qui n’a pas expliqué les circonstances exactes ayant mené au retrait de la certification du Cénacle St-Pierre. Pour sa part, il rapporte que son père y est bien traité, bien nourri.

Ce n’est pas la première fois qu’un établissement de l’entreprise Les résidences Chemin du Roy, qui opère cinq milieux de vie pour aînés dans la région, dont le Cénacle St-Pierre, attire l’attention des autorités de la santé. En juillet 2019, des allégations de maltraitance, de négligence et d’abus avaient été rapportées à la résidence Notre-Dame, qui fait aussi partie du groupe. La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, avait demandé une visite surprise de quatre inspecteurs du réseau de la santé.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Marc-Antoine Bélanger

RDC/Patrimoine : la résidence de Papa Wemba sera transformée en musée et en studio d’enregistrement

juin 18, 2020

 

Après avoir été informé de la mise en vente de la résidence du célèbre musicien Papa Wemba, le gouvernement de la RDC a décidé de la racheter. Cette annonce a été faite le samedi dernier par le ministère de la culture et des arts après le conseil des ministres présidé par vidéo conférence par le président Félix Antoine Tshisekendi.

 

Papa Wemba devant la résidence mise en vente (archives-DR)

Mise en vente par la famille du défunt pour la somme de 750.000 de dollars américains, la mythique villa, située dans le quartier chic de Ma Campagne dans la commune de Ngaliéma, sera transformée en musée et en studio d’enregistrement moderne. L’état congolais veut par ce geste conserver l’immense héritage culturel.

Le chanteur congolais est décédé en avril 2016 à 66 ans. Il a laissé derrière lui une carrière bien remplie qui lui a permis d’influencer bon nombre d’artistes africains. Papa Wemba a  largement contribué à l’internationalisation de la musique congolaise, après avoir signé au début des années 1990 sur le label de Peter Gabriel, Realworld. Grâce à ses tubes Maria Valencia  ou  Yolele, il est devenu l’un des emblèmes de la  world music.

Né le 14 juin 1949 à Lubefu, alors au Congo belge, Papa Wemba a commencé la musique vers l’âge de 20 ans. En 1977, il a fondé le label Viva la Musica, qui a formé de nombreuses stars de la musique congolaise et africaine. Souvent surnommé le « père » ou le « roi » de la rumba congolaise, il n’est pourtant pas le créateur du genre musical né dans les années 1950.

Papa Wemba est également l’un des pionniers du mouvement la Sape, la Société des ambianceurs et des personnes élégantes, mouvement à la fois dandy et exubérant qui s’est répandu dans le monde entier grâce à la diaspora congolaise des deux rives du Congo. Le musicien avait aussi fait quelques apparitions au cinéma. Il a joué dans « La vie est belle » en 1987 de Ngangura Dieudonné Mweze et Benoît Lamy, film dans lequel il interprétait le rôle de Kourou, un jeune paysan qui débarque en ville pour faire de la musique et se retrouve à embrasser toutes sortes de profession.

 

Avec Adiac-congo par Sarha Monguia

Canada: Trois cadavres découverts dans une résidence de Pointe-aux-Trembles

décembre 11, 2019

 

© Simon-Marc Charron
 

Les cadavres d’une femme et de deux enfants en bas âge ont été découverts mercredi dans une maison du quartier Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal. L’hypothèse d’un triple meurtre est retenue.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) indique que des agents se sont rendus à la résidence de la place des Pointeliers vers 8 h ce matin afin d’annoncer à une femme la mort de son conjoint survenue la veille, à l’hôpital de Joliette.

Publicité

Inquiétés par l’absence de réponse, les agents sont finalement entrés dans la résidence, où ils ont découvert les corps sans vie d’une femme de 42 ans et de ses deux garçons âgés respectivement de 4 et 2 ans.

Les enquêteurs privilégient l’hypothèse d’un triple meurtre dans cette affaire. Les services de l’identité judiciaire ont été dépêchés sur les lieux où un poste de commandement a également été érigé.

Selon des voisins, la famille qui habitait cette demeure était en proie à des difficultés conjugales.

D’ordinaire, les policiers n’entrent pas dans une résidence lorsqu’ils n’obtiennent pas de réponse à moins de détenir des informations qui justifient une vérification des lieux.

Selon Guy Ryan, inspecteur à la retraite du SPVM, lorsqu’ils se rendent à un domicile, les patrouilleurs ont l’historique des appels à la police concernant cet endroit, «ils savent habituellement à qui ils ont affaire». Ils peuvent donc pénétrer dans le logis sans mandat, s’ils estiment que la sécurité des habitants pourrait être menacée.

Antécédents

Quant au conjoint de la femme mort hier à l’hôpital de Joliette, l’institution n’a fait aucune corrélation entre l’événement et le drame survenu à Pointe-aux-Trembles, mais confirme qu’il y a eu un suicide mardi dans ses installations, mais que la personne n’était ni un membre du personnel ni un patient.

Selon une recherche au plumitif, le conjoint de la femme avait été récemment accusé de voies de fait armé et de voies de fait simple. Le dossier s’était réglé par une ordonnance de garder la paix et de ne pas entrer en contact avec le ou les plaignants.

La Sûreté du Québec qui traite l’affaire n’a fourni aucun détail supplémentaire pour le moment.

CBC/Radio-Canada

Congo: Encerclement de la résidence de Claudine Munari à Brazzaville

juin 8, 2017

La maison de Mme Claudine MUNARI, à Brazzaville, de nouveau encerclée par les miliciens de Denis Sassou Nguesso.

<< Nous avons fait ce matin une marche pacifique avec Mme Munari et tous les dirigeants de la Fédération FROCAD / ID/ CJ3M accompagnés de près de 500 jeunes en l’honneur des victimes civiles et militaires du #POOL

Après le dépôt de gerbe de fleurs, les forces de sécurité sont intervenues. Des jeunes ont été arrêtés, les banderoles retirées. Nous sommes actuellement une trentaine, réfugiés chez Madame Munari.

La résidence est encerclée par des forces de sécurité lourdement armées (7BJ de policiers)! Ces dernières nous empêchent de sortir pour tenir notre point de presse.

Nous ne céderons pas aux intimidations du Pouvoir! >> Charles ZACHARIE BOWAO

 

Avec Brazzanews.fr

États-Unis: Voici le futur manoir de la famille Obama

novembre 19, 2016

A l'adresse 2446 rue Belmont, à Washington, les nouveaux occupants s'appelleront Obama.

A l’adresse 2446 rue Belmont, à Washington, les nouveaux occupants s’appelleront Obama. MaxPPP/dpa/picture-alliance

Le 20 janvier 2017, Barack Obama, sa femme et ses deux filles quitteront la Maison Blanche pour s’installer dans un quartier résidentiel de Washington.

Le déménagement est proche pour les Obama. A compter de l’investiture de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, le 20 janvier 2017, l’ancien président Barack Obama, sa femme et ses deux filles devront faire leurs valises. Ils quitteront la Maison Blanche pour laisser la place au républicain et à sa famille, mais ils n’iront pas bien loin.

Comme le rapporte Business Insider, leur nouveau foyer se situe dans le quartier résidentiel de Kalorama à Washington. Il leur faudra environ 13 minutes en voiture pour rejoindre leur nouveau manoir depuis la Maison Blanche, selon l’itinéraire le plus rapide proposé par Google Maps.

 

La Maison Blanche est à seulement 13 minutes en voiture du futur manoir des Obama

La Maison Blanche est à seulement 13 minutes en voiture du futur manoir des Obama. Google Maps

Le couple Obama souhaitait en effet rester dans la capitale, le temps que leur fille cadette, Sasha, termine le lycée.

20 500 euros par mois

Construite en 1928, leur nouvelle maison de 2500 mètres carrés compte neuf chambres et autant de salles de bain. Une luxueuse cuisine, une grande salle à manger, un dressing, deux garages, une cour, un jardin… Ce n’est pas la Maison Blanche, mais ça devrait suffire.

La maison appartient à Joe Lockhart, ancien attaché de presse à la Maison Blanche de Bill Clinton, et sa femme Giovanna Gray. Ils l’avaient achetée en 2014 pour presque 5 millions d’euros. En mai 2016, Politicoavait déjà annoncé qu’elle deviendrait le nouveau foyer des Obama, qui devront s’acquitter d’un loyer mensuel de 20 500 euros.

Lexpress.fr