Posts Tagged ‘restaurants’

Canada: Les Québécois pourront danser dans les bars à compter du 15 novembre

novembre 2, 2021

Québec a annoncé mardi une série d’assouplissements des restrictions sanitaires au Québec à compter du 15 novembre, notamment la fin de l’obligation de tenir des registres de clients dans les bars et restaurants et le retour très attendu de la danse et du karaoké dans ces établissements.

Le ministre Christian Dubé et le Dr Horacio Arruda en conférence de presse.

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada Le ministre Christian Dubé et le Dr Horacio Arruda en conférence de presse.

Les tenanciers et propriétaires devront toutefois continuer de s’assurer que leurs clients montrent leur passeport vaccinal à l’entrée.

Le port du masque sera aussi obligatoire partout dans les bars et restaurants sauf au moment de boire et manger», a précisé le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Pour les activités de karaoké, la personne qui chante devra porter un couvre-visage si elle ne peut se placer à une distance d’au moins deux mètres des musiciens, des autres chanteurs et des spectateurs ou derrière une barrière physique.

Les assouplissements concernant les bars et les restaurants s’appliqueront également aux casinos et aux maisons de jeux.

Depuis lundi, les bars et les restaurants du Québec peuvent fonctionner au maximum de leur capacité, plutôt qu’à 50 %, et les bars peuvent de nouveau être ouverts jusqu’à 3 h, comme c’était le cas avant la pandémie.

Fini le masque dans les classes au secondaire

Des milliers d’élèves du secondaire n’auront plus à porter un masque en classe à compter du 15 novembre, a aussi annoncé mardi le ministre Dubé, accompagné du directeur national de santé publique Horacio Arruda.

Cette décision s’expliquer notamment par le fait que 79,3 % des adolescents de 12 à 17 ans sont adéquatement vaccinés, selon des données comptabilisées le 31 octobre par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Seules 23 éclosions actives sont actuellement recensées dans des écoles secondaires.

Le port du masque demeurera toutefois obligatoire lors des déplacements dans l’école, dans les aires communes et dans le transport scolaire.

Les élèves du primaire, qui ne peuvent pas encore être vaccinés, ne seront pas touchés par cet allègement.

Le port du masque par les élèves et le personnel est actuellement obligatoire dans les écoles secondaires de Montréal, de Laval, de la Montérégie, de Lanaudière, des Laurentides, du Centre-du-Québec, de l’Outaouais, de l’Estrie et de la Mauricie et dans quelques municipalités régionales de comté de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent.

La consigne sur le télétravail levée

Toujours à compter du 15 novembre, le gouvernement mettra fin à sa consigne aux employeurs de privilégier le télétravail lorsque possible.

Pour les employeurs et les travailleurs concernés par cette mesure, le retour en présentiel sera possible, mais les formules mixtes permettant la poursuite du télétravail seront recommandées», a précisé le cabinet de Christian Dubé dans un communiqué.

Les propriétaires de stations de ski ne seront plus contraints de limiter leur capacité d’accueil en vue de la prochaine saison. Eux aussi devront cependant s’assurer que les skieurs présentent la preuve qu’ils sont adéquatement vaccinés.

Avec CBC/Radio-Canada 

Canada: La carte de vaccination est maintenant la seule preuve acceptée en C.-B.

septembre 27, 2021

VICTORIA — À compter de lundi, la seule preuve de vaccination acceptée en Colombie-Britannique pour manger dans des restaurants ou assister à des événements récréatifs intérieurs est la carte de vaccination de la province.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le gouvernement a indiqué que la période de transition permettant aux gens de présenter le document obtenu lors de leur rendez-vous de vaccination a expiré dimanche.

La carte de vaccination, sur ordre de la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry, est requise dans la plupart des restaurants et des événements intérieurs pour garantir que les entreprises peuvent rester ouvertes et que les gens peuvent se sentir en sécurité dans ces environnements.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a déclaré que plus de trois millions de personnes en Colombie-Britannique avaient déjà reçu leur carte de vaccination.

Il a précisé que les gens pouvaient obtenir leur carte en ligne sur le site web du gouvernement et en conserver une copie numérique sur leur appareil mobile ou en imprimer une copie papier pour la présenter lors d’événements ou au restaurant.

La Dre Henry a indiqué que la carte de vaccination aide les gens à soutenir les événements et les entreprises en toute confiance, sachant que les autres personnes autour d’eux sont également vaccinées.

Avec La Presse Canadienne

Canada: La réouverture des restaurants suscite craintes et espoir

juin 5, 2020

Resto

© /Radio-Canada Le chef propriétaire du restaurant La Cuisine, David Janelle, croit que les gens seront heureux de retourner manger dans les restaurants.

Les restaurateurs de Saguenay sont incertains quant à la possible réouverture de leur commerce, mais gardent espoir que la clientèle soit au rendez-vous.

Le respect des règles de distanciation sociale représente un risque économique pour les propriétaires de restaurants si la réouverture a bel et bien lieu. Pour certains d’entre eux, faire respecter le deux mètres de distance et la règle de dix personnes de trois ménages différents signifie de diminuer la clientèle d’environ 50 %.

L’un des propriétaires de la microbrasserie l’Hopera, Vladimir Antonov, se pose plusieurs questions. «Combien de personnes on va être capable d’accueillir? Est-ce qu’on va devoir respecter le deux mètres de distance? Est-ce que ça vaut le coup d’ouvrir tant que ça pour 50 % ou 60 % de moins de clientèle que d’habitude?»

Bierre

© /Radio-Canada L’un des propriétaire de la microbrasserie l’Hopera, Vladimir Antonov, est inquiet quant à l’avenir de son commerce en raison des précautions à prendre contre la COVID-19.

Espoir pour une clientèle présente

Malgré plusieurs inquiétudes, certains restaurateurs croient que leur clientèle sera au rendez-vous à partir du 15 juin, en supposant que l’ouverture ait lieu.

«On va s’assurer que les clients ne manquent absolument de rien au départ, mais oui, j’ai confiance que le client ou le consommateur se présente au départ et après ça, on va être à l’écoute du gouvernement» , affirme le président-directeur général de la Voie Maltée, Daniel Giguère.

Pour sa part, le chef propriétaire de La Cuisine, David Janelle, croit que la population sera heureuse de revenir dans les restaurants. «Pour beaucoup de gens, c’est ça leur plaisir. On travaille toute la semaine, on fait nos choses, souligne-t-il. Donc, de venir s’asseoir avec un couple d’amis, de prendre un bon repas avec une coupe de vin, ça va faire du bien.»

Plusieurs règles d’hygiène

Les règles d’hygiène sont un point qui reste à éclaircir, mais plusieurs précautions sont à prévoir pour les restaurateurs. Une station de désinfectant devra être installée à l’entrée de leurs commerces. Les toilettes seront accessibles pour une personne à la fois. Les serveurs pourraient aussi devoir porter un masque, des gants et une visière quand ils se présenteront aux tables des clients.

Avec CBC/Radio-Canada d’après les informations de Philippe L’Heureux

France: Une dizaine de terrasses fermées ce week-end à Paris pour avoir ouvert trop tôt

mai 31, 2020

 

La préfecture de police a contraint dix restaurateurs parisiens à ranger leurs tables. Ils ne pourront les ressortir que mardi prochain, date autorisée par le gouvernement.

Aussitôt sorties, aussitôt remises à l’intérieur. Malgré la date fatidique du 2 juin pour accueillir leurs clients en terrasse, plusieurs restaurateurs n’ont pas résisté à sortir leurs tables restées confinées pendant deux mois. Au grand bonheur des parisiens, en ce beau week-end ensoleillé de la Pentecôte.

Deux restaurants dans le XVIIIe arrondissement, une crêperie du VIIe et un bistrot du Xe ont été sanctionnés samedi 30 mai par la préfecture de police de Paris. Le lendemain, six autres établissements ont été contraints de fermer. Chaque propriétaire est reparti avec une amende pour ne pas avoir respecté cette mesure de déconfinement.

La veille, la maire de Paris a annoncé son projet pour permettre l’ouverture des restaurants et cafés parisiens en toute sécurité. Des chaises et des tables pourront être installées sur les trottoirs et des places de stationnements. Certaines rues pourront aussi être fermées à la circulation afin que les clients puissent s’attabler. Anne Hidalgo espère ainsi redonner le sourire aux professionnels de la restauration qui ont particulièrement souffert du coronavirus.

Avec Le Figaro par Michalik Marie-Liévine

Canada-Québec/Restaurants : des fermetures définitives à l’horizon

mai 14, 2020

 

L’impact de la COVID-19 sur le commerce au détail au Canada est catastrophique.
© Ivanoh Demers/Radio-Canada L’impact de la COVID-19 sur le commerce au détail au Canada est catastrophique.
L’industrie de la restauration est à la recherche de solutions pour tenter de survivre à la pandémie. Malheureusement, la crise risque d’être le coup de grâce pour plusieurs membres de cette industrie déjà fragile et très compétitive.
Un sondage de l’Association Restauration Québec (ARQ) publié ce matin indique que six restaurants sur dix ne pourront pas tenir le coup si le confinement dure encore six mois.
Ce sondage réalisé auprès de 1200 membres de l’ARQ révèle également que 40 % des restaurateurs pensent qu’il faudra rouvrir les salles à manger à 75 % de leur capacité pour atteindre un seuil minimum de rentabilité afin de tenir jusqu’à la fin de l’année.
Un restaurant sur deux obligé de fermer ses portes? Moi je trouve que c’est un scénario réaliste. C’est la durée de la crise qui va déterminer combien d’entreprises vont disparaître ou non, souligne M. Meunier.

Six restaurants sur dix ne pourront pas tenir le coup si le confinement dure encore six mois, dit le sondage de l'ARQ.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Six restaurants sur dix ne pourront pas tenir le coup si le confinement dure encore six mois, dit le sondage de l’ARQ.
Aucune date n’a encore été annoncée par les autorités publiques pour la reprise des activités de ce secteur. Encore moins sur la manière dont les restaurants vont pouvoir appliquer les règles de distanciation physique lorsqu’ils pourront rouvrir les salles à manger. Entre-temps, ceux qui survivent le font grâce aux commandes pour emporter et aux livraisons.
Toujours d’après le sondage, près de la moitié des restaurants seraient restés ouverts grâce à ces services qui représentent 30 % des revenus habituels.
Si certains restaurants avaient des difficultés avant la crise, je ne vois pas comment ils vont s’en tirer maintenant, affirme Jean Bédard, président du Groupe Sportscene qui détient les 45 Cages à travers le Québec.
Le Groupe qui allie restauration et événementiel a dû fermer 30 de ses Cages. C’est coûteux de rouvrir un restaurant, à cause de la formation et de l’inventaire qu’il faut refaire. Alors ceux qui n’étaient pas rentables avant la pandémie vont être directement touchés.
Les rôtisseries St-Hubert ont dû mettre à pied 4000 employés. Certains ont été rappelés pour venir prêter main-forte au service de livraison et d’épicerie qui assure 25 % des ventes pendant la crise.
La moitié de nos revenus provient de nos salles à manger, mais heureusement on offre aussi des services externes comme les livraisons, le service à l’auto et les produits de détail en épicerie. Quand nos salles à manger souffrent, les autres services performent mieux, donc 90 % de nos restaurants ont pu demeurer ouverts, dit Richard Scofield, président du Groupe St-Hubert.
 

La diversification pour tenir le coup?

Le Lawrence est un petit restaurant bien en vue du quartier Mile End à Montréal. Les quatre propriétaires gèrent le restaurant phare qui peut accueillir une cinquantaine de clients. Ils possèdent aussi un café, le Larry’s, et, quelques portes plus loin, une boucherie.

C’est grâce à cette combinaison d’offres de service – de diversification – qu’ils réussissent à passer à travers la crise. Menu pour emporter, livraison à domicile de plats chauds, mais aussi de vin d’importation privée tiré de leur cave, vente de paniers bio de la boucherie, ils doivent rivaliser d’imagination pour rester ouverts.

«Mais le plus grand défi reste le déconfinement. C’est triste pour le Larry’s qui est minuscule et toujours plein de monde. Ça va être à repenser. Le modèle d’affaires est complètement à revoir», dit Annika Krausz, l’une des propriétaires du Lawrence.

Entre-temps, pour les restaurants qui vont réussir à passer au travers, l’heure est à la créativité, mais aussi aux demandes d’assouplissement de la réglementation municipale et provinciale qui entoure les permis de vente de nourriture et d’alcool.

«On parle de déconfiner les terrasses, qu’elles puissent déborder sur le domaine public, qu’on crée des rues piétonnes… peut-être qu’on pourra récupérer la totalité de notre clientèle tout en respectant les règles de distanciation physique. Mais il va falloir que les autorités municipale et provinciale pensent autrement», dit François Meunier de l’ARQ.

L’Association Restauration Québec rappelle que c’est l’art de vivre qui constitue une bonne part de l’identité au Québec qui est en jeu.

Avec Radio-Canada par Danny Braun

Canada-Québec/COVID-19: les centres commerciaux et restaurants devront fermer

mars 22, 2020

© Jacques Boissinot
QUÉBEC — Le gouvernement québécois ordonne la fermeture de tous les centres commerciaux, des salles à manger des restaurants et des salons de coiffure et d’esthétique.

Ces mesures entreront en vigueur dès minuit, a précisé dimanche le premier ministre du Québec François Legault lors de sa conférence de presse quotidienne visant à faire le point sur l’évolution de la crise de la COVID-19 dans la province.

© Fournis par La Presse canadienne
«À ce stade-ci, il faut aller un peu plus loin, a expliqué le premier ministre. Il faut intensifier nos mesures.»

M. Legault a précisé que les magasins alimentaires, les pharmacies et les succursales de la SAQ se trouvant dans des centres commerciaux pourront demeurer ouverts.

La fermeture des centres commerciaux sera en vigueur jusqu’au premier mai. «Il y a trop de personnes encore dans les centres d’achats et on veut agir de ce côté-là.

En ce qui concerne les restaurants, seules les commandes pour emporter seront permises, et même encouragées. Jusqu’à présent, les restaurants devaient opérer à 50% de leur capacité.

La fermeture des salons de coiffure et d’esthétique s’explique parce qu’il est difficile de respecter la distance d’un à deux mètres visant à ralentir la propagation du virus.

Congé scolaire forcé

Le retour en classe, qui était prévu le 30 mars, a été repoussé au 1er mai, a également annoncé M. Legault.

Le ministère de l’Éducation transmettra des listes de travaux aux parents pour les aider à ce que les jeunes puissent continuer «certains apprentissages». Des capsules pourraient aussi être préparées avec Télé-Québec, a-t-il précisé.

«Je veux rassurer tout le monde. Peu importe le scénario, on pense que la grande majorité des enfants pourront passer au prochain niveau.»

De plus, il n’y aura pas non plus d’examens du ministère.

Par Michel Saba avec La Presse canadienne

Chine: Pékin ordonne le retrait de symboles musulmans de plusieurs restaurants halal

août 1, 2019

 

Les autorités chinoises ont demandé à des employés de onze restaurants halal pékinois de couvrir ou d’effacer les écritures arabes ou symboles musulmans présents dans le commerce. Une décision qui s’inscrit dans un contexte de «sinisation» et de contrôle des religions.

«Ils nous parlent toujours d’unité nationale, et que la Chine s’internationalise. Mais c’est de l’unité nationale, ça?». À Pékin, les autorités chinoises ont exigé auprès d’employés de onze restaurants de retirer de leurs échoppes toutes écritures et symboles qui s’apparentent à l’islam, rapporte Reuters ce 1er août. Sont ainsi visés les croissants de lune, mais aussi le mot «halal» écrit en arabe.

«Ils nous ont dit que c’était de la culture étrangère, et que nous devrions utiliser plus de culture chinoise», a affirmé auprès de l’agence de presse le directeur d’un restaurant de nouilles. Selon lui, il a dû retirer le mot «halal» devant les autorités, qui l’ont regardé faire. Certains magasins ont remplacé les caractères arabiques de leurs échoppes par les termes «qing zhen», qui signifient «halal» en chinois. Si la plupart des employés interrogés n’avaient pas de réticence à couvrir les écritures, l’un des intervenants a accusé les autorités chinoises de vouloir «effacer» la culture musulmane.

China has now banned Islam in Beijing!!

CCP has ordered halal restaurants and food stalls to remove Arabic script and symbols associated with Islam from their signs, part of an expanding national effort to « Sinicize » its Muslim population.

Contacté par Reuters, Zha Xi, membre de la Commission des affaires ethniques de la République Populaire de Chine, affirme que le pays protège et garantit les droits et intérêts de toutes les minorités ethniques. «Actuellement, notre régulation de la nourriture halal est gérée localement. Chaque province la régente selon les coutumes et habitudes de ses habitants», a-t-elle déclaré.

Cinq religions étroitement surveillées par la Chine

20 millions de musulmans sont présents en Chine. Et il existe environ 1000 restaurants halal à Pékin, indique The Independent . Cette nouvelle campagne s’inscrit dans un contexte de contrôle des religions. Comme le rapportait Le Figaro en 2018, la Chine a fait entrer en vigueur une législation qui limite les pratiques culturelles ne se conformant pas aux «réalités chinoises». La Chine veut ainsi «siniser» les croyances répandues sur le territoire.

Officiellement, le pays reconnaît cinq religions: le catholicisme, le protestantisme, le bouddhisme, le taoïsme et l’islam. Chacune d’entre elle est étroitement surveillée: par exemple, des églises indépendantes ont été fermées en 2018, et certaines croix ont été retirées du haut d’édifices religieux, parfois avec l’aide de grues, comme l’écrivait France 24 l’année dernière. Mais l’Islam demeure la religion qui est la plus scrutée par les autorités chinoises.

Le gouvernement est notamment préoccupé par la situation dans la province du Xinjiang, où vivent près de 10 millions d’Ouïghours, de confession musulmane. La région a connu de nombreuses violences ces dernières années, et les autorités estiment que certains séparatistes ont des liens avec des groupes djihadistes internationaux. La Chine a d’ailleurs interdit le port du voile intégral, mais surtout ouvert des «camps de déradicalisation».

Le Figaro fr par Steve Tenré avec agences Reuters

Niger: le gouvernement menace de fermer tous les restaurants et cités universitaires

avril 29, 2018

Le pont sur le fleuve Niger à Niamey. © Vincent Fournier/J.A.

Le gouvernement du Niger a menacé dimanche de fermer les cités et restaurants de toutes les universités du pays à partir de lundi 18h00 (heure locale), si la crise en cours depuis des mois à l’université de Niamey se poursuit.

« Les cours reprennent progressivement dans les lycées et collèges » mais « le gouvernement constate avec regret la persistance du boycott des activités académiques » à l’université de Niamey, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Assoumana Malam Issa, lisant un communiqué officiel à la télévision d’État.

« Le gouvernement appelle avec insistance les étudiants à la reprise des activités académiques au plus tard le lundi 30 avril 2018, faute de quoi les cités et restaurants universitaires de toutes les universités (du pays) seront fermés à partir de (lundi) 18h00 », a prévenu M. Malam Issa, également ministre de la Culture.
Ils resteront fermés « jusqu’à la reprise effective des activités académiques » mais les transports et les facultés « resteront ouverts », a-t-il précisé.

Le Niger compte huit universités (une par région) totalisant plus de 37.000 étudiants. Celle de Niamey est la plus importante avec 23.000 étudiants.

« Grève illimitée »

L’Union des scolaires nigériens (USN), qui recrute du primaire jusqu’à l’université, a lancé « une grève illimitée » le 20 avril pour exiger l’annulation de l’exclusion en mars de cinq étudiants, la réouverture du campus de Niamey, fermé depuis le 18 avril, et « l’abrogation » d’une décision du rectorat autorisant les forces de l’ordre à assurer la sécurité de l’université.

Les étudiants exigent également l’apurement de « plusieurs mois d’arriérés de bourses ».

L’université de Niamey avait été paralysée par une grève d’un mois des enseignants qui protestaient contre « l’agression » le 7 février d’un des leurs par des étudiants. Les enseignants avaient mis fin à leur mouvement le 17 mars, après avoir obtenu l’exclusion de cinq responsables syndicaux étudiants et le recours aux forces de l’ordre pour sécuriser le campus.

Évoquant une « altercation mineure » et non une agression, les étudiants avaient jugé ces exclusions « disproportionnées, illégales et arbitraires » et entamé un mouvement de grève.

Le campus de Niamey a été fermé le 18 avril après des heurts violents entre étudiants et forces de l’ordre faisant des blessés des deux côtés. De nombreux étudiants ont été arrêtés, selon l’USN.

Jeuneafrique.com

Chine: du rat et du renard pour de la viande de boeuf, 900 arrestations

mai 3, 2013

PEKIN – Plus de 900 personnes ont été arrêtées récemment en Chine pour des fraudes alimentaires, dont la vente de viande de rats ou de renards présentée comme du boeuf ou du mouton, a indiqué vendredi le ministère de la Sécurité publique.

L’annonce de l’opération, qui s’est déroulée au cours des trois derniers mois, intervient alors que le pays est encore sous le choc de précédents scandales alimentaires, tels celui de l’huile alimentaire recyclée ou du lait en poudre pour bébé volontairement contaminé avec des produits chimiques dangereux.

En tout, selon le site du ministère, 382 cas de viande coupée avec de l’eau, de faux mouton ou boeuf, de viande avariée et de produits contenant de la viande toxique et dangereuse ont été découverts.

904 suspects ont été arrêtés, plus de 20.000 tonnes de produits carnés frauduleux ou de qualité inférieure ont été saisis.

Dans la province du Jiangsu (est), des détaillants vendaient du mouton fait à partir de viande de rat et de renard, additionné de produits chimiques. D’autres, dans le Guizhou (sud), mélangeaient une solution à base de péroxyde d’hydrogène à des pattes de poulet, une gourmandise chinoise.

Sur l’internet, ce nouveau scandale a suscité nombre de commentaires: On est presque immunisé contre des centaines de poisons, devrions-nous remercier ces extraordinaires hommes d’affaires ?, s’interrogeait un internaute sur Weibo, le twitter chinois.

Le ministère de la Sécurité a souligné que l’opération s’inscrivait dans une enquête plus large sur la sécurité alimentaire, incluant la découverte en mars dernier de milliers de cochons morts flottant dans le fleuve de Shanghai ou la vente d’huile de cuisine recyclée.

Bien qu’interdite, cette dernière est disponible un peu partout dans le pays, tirée des huiles rejetées par les restaurants.

Le plus grand scandale alimentaire de ces dernières années a été provoqué par la découverte en 2008 de mélamine dans des laits en poudre pour bébé, provoquant la mort de six d’entre eux et des maladies chez 300.000 autres.

Récemment, le groupe américain KFC a été accusé de servir des poulets bourrés d’antibiotiques.

Romandie.com avec (©AFP / 03 mai 2013 10h54)