Posts Tagged ‘réunion’

Climat: réunion sur l’avenir de l’accord de Paris à Montréal…sans les Américains

septembre 16, 2017

Réunion de ministres de l’Environnement d’une trentaine de pays, le 16 septembre 2017, à Montréal / © AFP / Alice CHICHE

Les ministres de l’Environnement d’une trentaine de pays se réunissaient samedi à Montréal pour fixer des règles afin d’atteindre les objectifs de réduction des émissions convenus dans l’accord de Paris, une réunion sans les Etats-Unis de Donald Trump, sortis de l’accord.

A l’initiative du Canada, de l’Union européenne et de la Chine, cette conférence se tient 30 ans jour pour jour après la signature du Protocole de Montréal pour la protection de la couche d’ozone, « un accord international historique », selon la ministre canadienne du Changement climatique Catherine McKenna.

Le Protocole de Montréal est l’exemple de ce « que le monde doit continuer à faire pour affronter la menace des changements climatiques », a-t-elle dit.

« Nous sommes ici ensemble et nous devons agir ensemble », a déclaré Mme McKenna en guise de bienvenue aux ministres ou représentants de plus de 30 pays en leur rappelant les récents épisodes météorologiques (typhon, inondations, ouragans…).

« Les phénomènes météorologiques extrêmes sont plus fréquents, plus puissants et plus destructeurs » avec les changements climatiques. Et la ministre canadienne de prendre l’exemple « des enfants à Barbuda qui n’ont même plus d’école » après le passage de l’ouragan Irma qui a dévasté l’île des Caraïbes il y a une semaine.

Afin de respecter un calendrier ébranlé par le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat (COP21) –décidé en juin par le président Donald Trump–, l’Union européenne, la Chine et le Canada ont pris les rênes et affiché leur volonté d’aller de l’avant.

« Ce n’est pas une discussion bureaucratique, c’est une discussion politique avec des gens qui ont en tête l’objectif de l’accord (de Paris) avec d’importantes étapes face à eux pour arriver à une transition vers des énergies propres pour arrêter le réchauffement », a souligné avant la réunion Miguel Arias Cañete, commissaire européen à l’Action pour le climat.

– ‘Recueil de règles’ –

Le temps presse, a-t-il assuré, et les partenaires doivent « réduire leurs différences et avoir une bonne compréhension de la meilleure façon de mettre en oeuvre ce très ambitieux accord » conclu en décembre 2015.

Pour cela, « nous avons besoin d’un recueil de règles pour nous permettre de suivre, de vérifier et de comparer » le niveau des émissions par pays, a-t-il confié à l’AFP.

Cela permettra, selon lui, de mesurer le chemin qu’il reste à accomplir pour atteindre l’objectif de la COP21 de limiter dans l’idéal la hausse de la température moyenne de la planète à +1,5 degré Celsius en 2050 par rapport à son niveau de l’ère pré-industrielle.

Le calendrier, a souligné M. Arias Cañete, est d’avoir ce « recueil de règles (…) avant la COP24 de Katowice (Pologne) fin 2018 ». D’ici là, la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP23) se déroulera à Bonn sous la présidence des Fidji en novembre.

L’Union européenne doit sous peu faire des propositions à ses Etats membre pour réduire ses émissions de carbone dans le secteur des transports, avait indiqué plus tôt cette semaine son président Jean-Claude Juncker.

Autre gros émetteur de CO2, la Chine a fait part de son intention d’interdire la vente d’automobiles propulsées par des moteurs à carburants fossiles, un objectif ambitieux pour le premier marché automobile au monde.

Le Royaume-Uni a également dit vouloir aller dans ce sens, comme la France dont le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a affiché sa volonté d’interdire dès 2040 la vente de voitures diesel et essence.

L’objectif de protéger la couche d’ozone avec l’élimination progressive des hydrofluorocarbones (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat utilisé dans les réfrigérateurs et climatiseurs, « a été plutôt réussi », a estimé Xie Zhenhua, négociateur chinois pour le climat.

Sur cet élan, « nous devons prendre des mesures » dès maintenant pour « nous assurer que nous pouvons réaliser les objectifs » fixés par l’accord de Paris, a-t-il ajouté.

Reste à savoir, « comment nous devrions allier les actions sur le climat avec la croissance économique, la protection des populations et la création d’emplois ».

« Si nous pouvons combiner tous ces sujets, nous ferons de l’accord de Paris un grand succès », a-t-il assuré.

Romandie.com avec(©AFP / 16 septembre 2017 18h25)                

Les ouragans inquiètent le monde de la réassurance réuni à Monaco

septembre 11, 2017

Les ouragans inquiètent le monde de la réassurance / © NASA/GOES Project/AFP/Archives / HO

Les grands réassureurs mondiaux, réunis à Monaco en congrès, commencent à se préoccuper de la facture que laisseront les ouragans Harvey et Irma, au moment où le secteur est déjà secoué par une érosion des prix et des taux.

« Harvey et Irma sont des événement significatifs pour l’industrie, (…) ils vont dominer les discussions ici à Monte-Carlo », a déclaré Torsten Jeworrek, l’un des dirigeants du réassureur allemand Munich Re, lors des Rendez-vous de septembre, la grand-messe annuelle du secteur qui s’est ouverte dimanche dans les palaces des hauteurs monégasques.

Après avoir ravagé plusieurs zones des Antilles, Irma a frappé dimanche un chapelet d’îles très touristiques en Floride et remontait lundi la côte ouest de l’Etat américain. Quelques semaines plus tôt, l’ouragan Harvey a provoqué de très importants dégâts au Texas et en Louisiane.

Rien qu’aux Etats-Unis, ces catastrophes ont provoqué pour 300 milliards de dollars de dégâts, a estimé le service de météorologie privé Accuweather.

Trop tôt toutefois pour évaluer précisément la facture totale dont devront s’acquitter assureurs et réassureurs, s’accordaient à dire la plupart des professionnels présents à Monaco.

– Rentabilité sous pression –

Seule une partie des coûts sera couverte, mais l’ampleur de ces ouragans risque de mettre sous pression un certain nombre de compagnies, déjà secouées par un contexte économique difficile.

A lui seul, l’ouragan Harvey devrait se solder par une charge d’environ 30 milliards de dollars pour les assureurs, a précisé dimanche Munich Re.

Le secteur bénéficie certes d’une assise financière encore solide et de réserves de capital bien garnies. Mais certains acteurs risquent de « beaucoup souffrir, ce qui va les conduire à revoir leur modèle d’activité ou pour certains à faire appel aux marchés car ils auront besoin de plus de soutien », a prévenu Denis Kessler, le patron du réassureur français Scor.

Ayant drastiquement réduit son exposition en Floride, Scor devrait n’être que modérément mis à contribution pour couvrir les pertes causées par Irma, tout comme d’ailleurs son compétiteur allemand Munich Re, ont dit leurs représentants respectifs à Monaco.

« La rentabilité au sein du secteur n’est plus ce qu’elle a été », a reconnu néanmoins M. Kessler.

Le marché de la réassurance souffre depuis plusieurs années d’un environnement de taux bas qui complique la tâche pour les compagnies de faire fructifier les primes qu’elles encaissent en échange de leur couverture, tandis que l’intense compétition au sein du secteur tire les tarifs vers le bas.

– Risques non couverts –

Dans ce contexte, « il devient évident que les résultats du secteur sont plus vulnérables à de fortes dépenses pour couvrir des pertes », a expliqué le réassureur allemand Hannover Re, plaidant pour limiter autant que possible la baisse des prix.

Le rassemblement de Monaco marque en effet traditionnellement le coup d’envoi des négociations tarifaires pour le renouvellements des contrats de couverture au 1er janvier de l’année suivante.

D’un côté, « les catastrophes naturelles récentes vont doper la demande aux Etats-Unis, nous le voyons déjà, et faire remonter les tarifs de la réassurance » dans la région, mais « il est encore tôt pour dire si le marché mondial va suivre », a prévenu Munich Re.

L’agence de notation Standard and Poor’s s’attend pour sa part à un nouveau recul des prix en 2018, de l’ordre de 0 et 5%.

Plus généralement, « l’assurance et la réassurance ne sont pas un secteur en croissance, or nous avons besoin de plus de croissance. Il y a beaucoup de risques pour lesquels nous n’avons pas développé suffisamment de solutions », a concédé Torsten Jeworrek, de Munich Re.

De nombreux dégâts et de nombreuses régions du monde ne sont toujours pas couverts par les assurances, signe que d’importantes opportunités – inexploitées à ce jour – s’ouvrent au secteur. De nouveaux risques aussi, avec la montée en puissance ces prochaines années du marché de la cyberassurance.

Par ailleurs, « nous sommes optimistes quant au fait que les politiques d’argent très bon marché mises en oeuvre par les banques centrales vont prendre fin », a pointé Denis Kessler, soulignant qu’un relèvement des taux d’intérêt aux Etats-Unis et en Europe « pourrait ouvrir la voie à une amélioration de la rentabilité du secteur ».

Romandie.com avec(©AFP / 11 septembre 2017 13h12)                

Maroc – RASD : une réunion de la Ticad au Mozambique tourne à la foire d’empoigne

août 25, 2017

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, devant la salle de réunion de la TICAD le 23 août 2017 à Maputo. © DR

Le Maroc a tenté de s’opposer à la présence d’une délégation officielle sahraouie, jeudi, lors de ce sommet onusien, parrainé par le Japon. La suite : bagarre et bousculades. Ambiance…

Journée mouvementée jeudi 24 août lors d’une réunion ministérielle de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD). La délégation marocaine, présidée par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a été empêchée d’accéder à la salle de réunion après avoir protesté contre la présence de représentants de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), invités par le Mozambique, pays hôte de cet événement.

« Nous avons demandé leur retrait de cette réunion placée sous l’égide de l’ONU qui ne reconnaît pas la RASD. Le Japon était du même avis et a refusé leur présence. Mais la partie mozambicaine a voulu les faire rentrer de force en nous empêchant d’accéder à la salle », raconte un membre de la délégation marocaine joint par Jeune Afrique.

S’en est suivi, une grande bousculade devant la salle de réunion. Des vigiles mozambicains ont empêché le ministre Bourita et certains de ses collaborateurs de rentrer alors qu’ils avaient tous leurs accréditations.

Bagarre entre diplomates

Ce qui était supposée être une réunion entre diplomates s’est alors transformée en une foire d’empoigne. Dans une vidéo diffusée par le magazine Tel Quel, on y voit des vigiles bloquer la porte d’entrée pour empêcher Bourita et son équipe d’accéder à la salle. La scène, surréaliste, se déroule au milieu des cris et des protestations.

Finalement, les Marocains ont pu rentrer et rejoindre leurs sièges. Voyant qu’ils n’entendaient pas accepter la présence du Polisario, le ministre des Affaires étrangères du Mozambique, Oldemiro Balói, a introduit les représentants sahraouis dans sa propre délégation et leur a offert des sièges réservés au Mozambique. Ces derniers étaient donc bel et bien présents, mais sans étiquette officielle. Ce qui a permis à la réunion de se poursuivre.

Face à ce qui s’est passé, les autorités japonaises, qui parrainent la TICAD, envisagent sérieusement l’hypothèse de tenir tous les sommets au Japon.

Depuis son retour au sein de l’Union africaine (UA), le Maroc est dans une démarche très offensive pour délégitimer le Polisario sur la scène internationale. Le 18 août 2016, il a dénoncé l’agression physique de l’un de ses diplomates par un responsable algérien lors d’une réunion d’un comité onusien dans les Caraïbes. En novembre de la même année, il s’est retiré d’un sommet arabo-africain à Malabo, exhortant ses alliés dans les pays du Golfe à faire de même, afin de protester contre la présence de son ennemi juré.

L’offensive s’est poursuivie lors du sommet de l’UA de juillet dernier où les diplomates marocains n’ont pas hésité pas à croiser le fer avec les alliés du Polisario.

Jeuneafrique.com par

Congo: La crise libyenne au menu d’une réunion de chefs d’État à Brazzaville

janvier 26, 2017

Denis Sassou Nguesso, le président du Congo-Brazzaville. © Pier Paolo Cito/AP/SIPA

Le Congo-Brazzaville accueille ce vendredi un mini-sommet sur la crise libyenne présidé par Denis Sassou Nguesso. Plusieurs chefs d’État, comme Idriss Déby Itno et Mahamadou Issoufou, y sont attendus.

Alors que le sommet des chefs d’État de l’Union africaine (UA) s’ouvre lundi 30 janvier à Addis-Abeba, c’est à Brazzaville que Denis Sassou Nguesso a décidé de convoquer, ce vendredi 27 janvier, un mini-sommet sur la situation libyenne, en sa qualité de président du comité de haut niveau de l’UA sur la Libye.

Selon nos informations, les présidents Idriss Déby Itno (Tchad), Mahamadou Issoufou (Niger) mais aussi le Premier ministre libyen, Fayez-al-Sarraj, et le représentant des Nations unies en Libye, Martin Kobler, ainsi que le ministre algérien des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messahel, sont déjà arrivés à Brazzaville.

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, et le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, ainsi que le commissaire Paix et Sécurité de l’UA, Smaïl Chergui, étaient également attendus. En revanche, la présence du président Abdel Fattah al-Sissi n’est pas acquise. Si Sissi ne vient pas, l’Égypte sera tout de même représentée », précise un diplomate algérien.

Prochaine rencontre Sarraj – Haftar

« Nous voulons rassembler tous les protagonistes libyens importants », a de son côté expliqué Smaïl Chergui, en marge du sommet de l’UA à Addis Abeba. Reconnu par la communauté internationale mais éprouvant toutes les peines du monde à asseoir son autorité en Libye, le chef du gouvernement d’union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, se rendra à Brazzaville.

Espérée un moment par les organisateurs, la venue de son rival le maréchal Khalifa Haftar ne devrait cependant pas être au programme. Sarraj a confirmé mercredi qu’il devrait bientôt s’entretenir avec Haftar mais que cela se ferait « entre quatre yeux, directement, sans médiateur ». Et un diplomate congolais a précisé jeudi à Jeune Afrique que la rencontre entre les deux hommes aurait lieu « plus tard ».

Un plan pour la paix depuis 2011

« Ce mini-sommet est un événement important pour montrer que l’Afrique doit avoir une voix forte sur ce dossier, car c’est un problème africain, explique Smaïl Chergui. Vous avez en mémoire qu’au début de la crise libyenne, en 2011, un comité identique voulait jouer un rôle, et qu’il en avait été empêché alors qu’il avait un plan pour la paix qui aurait pu empêcher toutes les complications que nous connaissons aujourd’hui. Le président Sassou en faisait partie avec ses homologues de la Mauritanie, du Mali, de l’Ouganda et de l’Afrique du Sud. »

À la suite de cette réunion, DSN se rendra au sommet de l’UA pour remettre un rapport. Il devrait notamment être décidé d’inclure les pays limitrophes de la Libye dans le comité de haut niveau de l’UA pour unifier les discussions africaines sur cette crise. Réunis au Caire le 21 janvier en compagnie de Martin Kobler, envoyé spécial de l’ONU, Ahmed Aboul Gheit, secrétaire général de la Ligue arabe et Jakaya Kikwete, envoyé spécial de l’UA en Libye, les ministres des Affaires étrangères de la Libye, de la Tunisie, de l’Égypte, du Soudan, du Tchad et du Niger avaient déjà milité pour une approche régionale de la résolution de la crise.

 

Jeuneafrique.com par Michael PauronV et incent Duhem envoyés spéciaux à Addis-Abeba

Première réunion de l’Eglise chinoise en 6 ans

décembre 26, 2016

L’Eglise catholique officielle de Chine organise cette semaine sa première réunion depuis six ans, une assemblée scrutée de très près par le Saint-Siège en plein processus de rapprochement avec la Chine, a annoncé Pékin aujourd’hui.

La IXe Assemblée des représentants catholiques se déroulera de mardi à jeudi à Pékin, a déclaré lors d’un point de presse la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying. « Nous pensons que cette assemblée peut faire avancer l’intégration des activités catholiques au sein de la société et de la culture chinoises », a commenté la porte-parole.

Le Vatican et la Chine, qui n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1951, négocient actuellement un rapprochement historique. La douzaine de millions de catholiques chinois est divisée entre une « Association patriotique », dont le clergé est choisi par le Parti communiste, et une Eglise non officielle, dont les évêques nommés par Rome sont tolérés mais pas reconnus par Pékin.

Aux termes d’un accord en préparation, le pape reconnaîtrait quatre évêques de l’Association patriotique sur les huit qu’il refusait de consacrer jusqu’à présent. Le rapprochement ne devrait pas s’accompagner d’un rétablissement des relations diplomatiques, même si le pape François rêve de se rendre un jour en Chine.

« Il est certain que tous les catholiques en Chine attendent avec impatience des signaux positifs, qui puissent les aider à avoir confiance dans le dialogue entre les autorités civiles et le Saint-Siège et à espérer en un avenir d’unité et d’harmonie », a-t-il ajouté.

Election Trump : réunion spéciale dimanche des chefs de la diplomatie de l’UE

novembre 9, 2016

Berlin – Le ministère allemand des Affaires étrangères a indiqué mercredi qu’une réunion spéciale des chefs de la diplomatie de l’Union européenne se tiendrait dimanche à la suite de la victoire surprise de Donald Trump à la présidentielle américaine.

Le ministre des Affaires étrangères (Frank-Walter) Steinmeier salue la tenue à venir dimanche d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à la suite du scrutin, a indiqué le ministère à l’AFP.

Cette rencontre, à la veille d’un conseil ordinaire des chefs de la diplomatie à Bruxelles, doit aussi avoir lieu dans la capitale belge, selon l’agence allemande dpa.

Précédemment, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini avait indiqué que l’Union européenne allait continuer à travailler avec les Etats-Unis après la victoire du républicain populiste Donald Trump.

L’Allemagne, par la voix de sa chancelière Angela Merkel, a pour sa part averti mercredi M. Trump qu’une future coopération étroite entre leurs deux pays devrait se fonder sur les valeurs communes démocratiques et rappelé au président élu sa responsabilité au niveau mondial.

M. Steinmeier a lui dit s’attendre à des temps plus difficiles sur le plan international avec l’arrivée à la Maison Blanche du milliardaire américain.

Romandie.com avec(©AFP / 09 novembre 2016 14h32)

La Réunion : un homme attaqué par un requin, son pronostic vital engagé

août 27, 2016

ILLUSTRATION. Un jeune homme a été attaqué par un requin au large de la plage de Boucan Canot (côte ouest de la Réunion) samedi en fin d’après-midi, lui sectionnant le bras droit et le mordant sévèrement à la cheville doite
(LP / Arnaud Dumontier.)

Un homme âgé d’une vingtaine d’années a été attaqué par un requin au large de la plage de Boucan Canot, sur la côte ouest de la Réunion, ce samedi en fin d’après-midi. La bête lui a sectionné le bras droit et lui a mordu sévèrement la cheville droite, indique la préfecture.

La victime se trouvait alors au milieu d’un groupe d’une dizaine de surfeurs au moment où elle a été attaquée. Sans réfléchir, un maître nageur sauveteur (MNS) de 43 ans a grimpé sur un jet ski pour lui porter secours et le ramener sur la plage. Il s’est d’ailleurs blessé en tentant de lui sauvant la vie. Le surfeur a été médicalisé sur place pendant plus d’une heure avant d’être évacué en hélicoptère au centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Denis, sur l’île.

La 19e attaque de squale depuis 2011 sur l’île

Une attaque qui a eu lieu dans une zone protégée par des filets anti requins, «mais alors que la flamme rouge interdisant la baignade et les activités nautiques était hissée», a précisé un porte parole de la mairie de Saint-Paul, la commune dont dépend la plage de Boucan Canot. Ajoutant que «les MNS ont pris la décision de hisser le drapeau rouge pour interdire la baignade et toutes les activités nautiques» après avoir constaté samedi matin que la houle avait provoqué un trou de trois mètres dans les filets.

View image on Twitter

Après une attaque de requins, la procédure prévue dans le dispositif réunionnais de gestion du risque a été activée par le préfet de l’île, Dominique Sorain. Il prévoit la «réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque». La Réunion est en plein hiver austral, qui est la période au cours de laquelle les squales se reproduisent, les rendant particulièrement agressifs.

L’attaque de requin dont a été la victime ce jeune homme ce samedi est la 19ème depuis 2011. Sept de ces attaques ont été mortelles. Plus de la moitié concernent des surfeurs ou des bodyboardeurs.

 

 –

 

Leparisien.fr

Première réunion entre Donald Trump et les services de renseignement

août 17, 2016

Washington – Donald Trump a participé mercredi à une réunion d’informations confidentielle avec des représentants des services de renseignement américains, un privilège réservé aux deux candidats rivalisant pour succéder à Barack Obama à la Maison Blanche afin de les préparer aux responsabilités.

Le candidat républicain à la Maison Blanche s’est rendu dans les locaux du FBI à New York pour y participer à cette réunion d’informations, selon la chaîne ABC, car l’immeuble dispose de salles sécurisées.

Ces séances sont organisées par le bureau du directeur du renseignement américain. La démocrate Hillary Clinton peut également en bénéficier séparément.

Elles visent à préparer les candidats à la fonction suprême, en cas de victoire à l’élection de novembre, en leur donnant des informations sur l’état des menaces mondiales contre les Etats-Unis. Mais selon la chaîne NBC, aucune information sur des opérations de renseignement ou d’espionnage ne sera transmise à Donald Trump.

Deux de ses proches, le gouverneur du New Jersey Chris Christie et le général à la retraite Michael Flynn, devaient également participer à la réunion.

Donald Trump a minimisé l’importance de la rencontre. Interrogé par la chaîne Fox sur le fait de savoir s’il avait confiance dans les informations transmises par le renseignement américain, il a répondu: Pas vraiment, de la part des personnes qui ont fait ça pour notre pays. Regardez ce qui c’est passé ces dix dernières années. Regardez ce qui s’est passé durant ces années. Ce fut catastrophique.

Je ne vais pas utiliser certaines personnes qui sont en quelque sorte vos standards (…) je ne vais pas les utiliser car elles ont pris de si mauvaises décisions, a ajouté le candidat.

Des démocrates s’étaient inquiétés de l’accès qu’aurait Donald Trump à des informations sensibles. Et le président Obama lui-même avait adressé un avertissement à peine voilé, lors d’une conférence de presse le 4 août.

S’ils veulent devenir président, il faut qu’ils se comportent comme des présidents, avait-il déclaré. Et cela signifie pouvoir assister à ces briefings sans en révéler le contenu.

Romandie.com avec(©AFP / 18 août 2016 03h31)

Attentats de Bruxelles: réunion extraordinaire jeudi des ministres Intérieur et Justice de l’UE

mars 23, 2016

Bruxelles – Une réunion extraordinaire des ministres de l’Intérieur et de la Justice des pays de l’UE est convoquée jeudi à Bruxelles pour apporter une réponse européenne après les attentats qui ont frappé Bruxelles mardi.

La présidence néerlandaise de l’UE a annoncé mercredi sur son compte Twitter cette réunion non prévue, qui aura lieu le 24 mars à 16 heures à Bruxelles (15H00 GMT). Des représentants de institutions de l’UE y participeront également.

La réunion sera l’occasion pour les autres États membres d’afficher leur solidarité avec la Belgique.

Elle permettra aussi de dresser un état des lieux européen de la lutte anti-terroriste et de l’application de la législation européenne dans des domaines liés au terrorisme.

La Commission européenne a notamment lancé en novembre dernier une série de propositions législatives pour renforcer le contrôle des armes à feu.

La mise en place du PNR, un registre européen des données des passagers aériens présenté comme un nouvel outil anti-terroriste, est encore suspendue à un vote du Parlement européen. Celui-ci pourrait avoir lieu lors de sa session plénière d’avril.

Romandie.com avec(©AFP / 23 mars 2016 17h44)

France-Congo: Avis de réunion publique des forces politiques et de la société civile du Congo à Paris

octobre 30, 2015

LE CONGO EST EN DANGER. SEULE NOTRE DÉTERMINATION A TOUS PEUT FAIRE RECULER LE TYRAN DE BRAZZAVILLE

Cher(e)s compatriotes et ami(e)s du Congo,

Les Forces politiques et de la Société civile Congolaises de l’étranger se réunissent à Paris.

DATE : SAMEDI 31 OCTOBRE 2015

Heure : 13H30-18H00,

Lieu : Centre International de séjour Maurice Ravel

Adresse : 6 avenue Maurice RAVEL 75012 Paris.

Métro : Porte de Vincennes (ligne1)

Tramway : T3a, Station Montempoivre

La présence de tous les Congolais de l’extérieur est vivement recommandée. Les détails pratiques seront communiqués sur place.

CHRONOGRAMME HEBDOMADAIRE

ACTIVITÉS ET MANIFESTATIONS POLITIQUES A PARIS

SAMEDI 31 OCTOBRE 2015

Réunion urgente des Forces politiques et de la Société civile Congolaises de France à Paris.

DIMANCHE 1er NOVEMBRE 2015

Sit ing : Place du VENEZUELA à 14H

FAITES MASSIVEMENT CIRCULER L’INFORMATION

Les Forces Politiques et de la Société Civile congolaises à Paris.