Posts Tagged ‘reuters’

Un caméraman de Reuters arrêté par la police éthiopienne

décembre 28, 2020

UN CAMERAMAN DE REUTERS ARRÊTÉ PAR LA POLICE ÉTHIOPIENNE

© Reuters/FAMILY ALBUM

NAIROBI (Reuters) – Un caméraman de Reuters, Kumerra Gemechu, a été arrêté mardi dernier à Addis Abeba, la capitale éthiopienne et a été placé en détention provisoire pendant au moins deux semaines, a-t-on appris auprès de sa famille.

Aucune raison expliquant l’arrestation n’a été donnée à sa famille et la police n’a pas répondu aux sollicitations de Reuters. Kumerra Gemechu n’a pas été inculpé.

Kumerra Gemechu, âgé de 38 ans, collabore en tant que caméraman indépendant avec Reuters depuis une dizaine d’années.

Vendredi, lors d’une audience à laquelle aucun avocat n’était présent, un juge a ordonné sa mise en détention pour une durée de 14 jours afin de donner à la police le temps de mener son enquête, a déclaré sa famille.

Dans un communiqué publié lundi, l’agence de presse Reuters a fermement condamné la mise en détention du caméraman. Cette arrestation intervient après qu’un photographe de Reuters, Tiksa Negeri, a été agressé par deux policiers éthiopiens le 16 décembre dernier.

« Les journalistes doivent pouvoir faire leur travail de collecte de l’information dans l’intérêt du public sans crainte de harcèlement ou de subir des préjudices, où qu’ils soient. Nous ne connaîtrons pas de repos tant que Kumerra ne sera pas libéré », a déclaré Stephen Adler, directeur des rédactions de Reuters.

La police a confisqué le téléphone, l’ordinateur, les clés USB ainsi que des papiers appartenant à Kumerra Gemechu, ajoute sa famille.

ARRESTATIONS DE JOURNALISTES

L’arrestation de Kumerra Gemechu intervient alors que le gouvernement fait pression sur les journalistes d’agences de presse internationales couvrant le conflit dans la région du Tigré, dans le nord de l’Ethiopie.

Kumerra Gemechu couvrait le conflit du Tigré mais Reuters n’a pu déterminer si son arrestation était liée à son travail. Aucun représentant du gouvernement n’a répondu aux questions de Reuters relatives à ce sujet.

Le Comité de protection des journalistes (CPJ) a déclaré que la détention de Kumerra Gemechu était « le dernier exemple en date montrant la vitesse à laquelle la liberté de la presse disparaît sous l’égide du Premier ministre Abiy Ahmed. »

Selon le rapport du CPJ publié début décembre sur le nombre de journalistes emprisonnés dans le monde, au moins sept journalistes étaient maintenus en détention provisoire en Ethiopie pour des raisons en lien avec leur travail.

Cinq de ces arrestations ont été faites après le déclenchement le 4 novembre de l’offensive des autorités éthiopiennes contre les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Rectifie l’âge de Kumerra Gemechu au troisième paragraphe.

Par Reuters avec (Bureau de Nairobi; version française Camille Raynaud, édité par Blandine Hénault)

Birmanie: deux journalistes de Reuters condamnés à sept ans de prison

septembre 3, 2018

/ © AFP / Ye Aung THU

Deux reporters de Reuters accusés d’ »atteinte au secret d’Etat » pour avoir enquêté sur un massacre de musulmans rohingyas par l’armée en Birmanie ont été condamnés lundi à sept ans de prison, au terme d’un procès qui a entaché un peu plus l’image de la prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi.

« Ayant tous deux porté atteinte au secret d’Etat, ils sont condamnés à sept ans de prison chacun », a déclaré le juge Ye Lwin, devant une salle d’audience pleine à craquer de journalistes et diplomates.

« Nous continuons à demander leur libération », a réagi Knut Ostby, le représentant de l’ONU en Birmanie, peu après l’énoncé du verdict.

L’Union européenne a aussi appelé à leur « libération immédiate et inconditionnelle ».

« Nous demandons la libération immédiate des journalistes », a déclaré Mark Field, le secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères, chargé de l’Asie. « C’est un jour sombre pour la Birmanie », a-t-il estimé.

La France a « déploré » cette condamnation, la qualifiant de « sérieuse atteinte à la liberté de la presse et à l’État de droit » en Birmanie.

Le journaliste birman Wa Lone (c) escorté par des policiers après son procès à Rangoun, le 4 avril 2018 / © AFP/Archives / SAI AUNG MAIN

Wa Lone, 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, en détention préventive depuis décembre 2017, risquaient une peine de 14 ans de prison au terme de ce procès très controversé, dans un pays où l’indépendance de la justice est sujette à caution.

« Le gouvernement peut bien nous emprisonner… mais ne fermez pas les yeux et les oreilles du peuple », a lancé Kyaw Soe Oo à la foule de journalistes présents devant le tribunal, avant d’être poussé à bord d’un fourgon, en direction de la prison. Sa femme s’était effondrée en larmes à l’énoncé du verdict.

Cette condamnation est un coup dur pour la liberté de la presse, malmenée en Birmanie malgré les espoirs suscités par l’arrivée au pouvoir d’Aung san Suu Kyi en 2016.

Outre celles de l’ONU, de l’UE et de Londres et Paris, les réactions internationales ne se sont pas fait attendre.

L’organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) « condamne avec la plus grande fermeté cette décision qui vient clore une instruction fantoche » en Birmanie, classée 137ème sur 180 pays dans le classement mondial de RSF.

Le journaliste birman Kyaw Soe Oo au tribunal de Rangoun, le 9 juillet 2018 / © AFP / STR

« Ce verdict est clairement destiné à intimider d’autres journalistes birmans. C’est une façon pour les militaires et le gouvernement de dire que si vous enquêtez sur certaines choses qui sont sensibles dans notre pays, nous allons vous poursuivre », a réagi Phil Robertson, de l’ONG Human Rights Watch, interrogé par l’AFP à Bangkok.

Les deux reporters birmans de l’agence de presse sont accusés de s’être procuré des documents relatifs aux opérations des forces de sécurité birmanes dans l’Etat Rakhine, région du nord-ouest de la Birmanie, théâtre du drame rohingya.

Ils enquêtaient sur un massacre de membres de la minorité musulmane dans le village de Inn Dinn. Quelques jours après leur arrestation, l’armée a reconnu que des soldats et des villageois bouddhistes avaient tué de sang-froid des captifs rohingya le 2 septembre 2017, et sept militaires ont été condamnés à dix ans de prison pour ce massacre.

– Contexte de grande tension –

Ce verdict intervient dans un contexte de grande tension entre la Birmanie et la communauté internationale: lundi dernier, des enquêteurs de l’ONU ont publié un rapport évoquant un « génocide » des Rohingyas et accusant directement l’armée, mais aussi le silence d’Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil depuis 2016.

Birmanie: « Nous n’avons commis aucun crime », assure un reporter / © REUTERS/AFP / –

Et mardi, la question de la poursuite des militaires birmans devant la justice internationale a été débattue au Conseil de sécurité de l’ONU.

Samedi, à Rangoun, une centaine de manifestants ont réclamé la libération des deux reporters, au nom de la liberté de la presse.

En 2017, plus de 700.000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh, face aux violences commises par les forces armées birmanes et des milices bouddhistes, une répression qualifiée par l’ONU de « nettoyage ethnique », et même désormais de « génocide ».

Le verdict était suivi de près par la communauté internationale, qui avait multiplié les appels à libérer les deux reporters, de Bruxelles à Washington.

En dépit des pressions, la justice a toujours maintenu les poursuites. Si les documents que détenaient les journalistes « s’étaient retrouvés entre les mains de terroristes, ces derniers auraient pu fomenter plus facilement de nouvelles attaques », avait assuré le 20 août le procureur Kyaw Min Aung dans ses réquisitions.

Romandie.com avec(©AFP / (03 septembre 2018 15h11)

Les Brangelina ne se marieront pas ce week-end, d’après le maire de Correns

août 16, 2012

« C’est des conneries tout ça »

 
  • Les Brangelina ne se marieront pas ce week-end, d’après le maire de Correns
La dernière rumeur en date voulait qu’Angelina Jolie et Brad Pitt se marient ce week-end, samedi 18 août, dans le Var. Le maire du village de Correns, Michaël Latz, a démenti officiellement hier ces « conneries ».

Le sud a beau bouillonner, le mariage d’Angelina Jolie et Brad Pitt n’aura pas lieu de week-end. Une première rumeur, vite étouffée par Var Matin, voulait que le couple s’unisse dans leur château de Correns le week-end dernier. Ensuite, c’était au tour du Sun et de Hello Magazine de placer la date du mariage ce samedi 18 août. Finalement, il faudra encore attendre : Michaël Latz, le maire du village, a fermement démenti toutes ces rumeurs dans un entretien téléphonique avec l’agence de presse Reuters.

Hello Magazine ferait mieux de mettre son service juridique sur le coup, car le maire de Correns n’est pas content du tout : « Je vais les attaquer pour propos mensongers, voilà ma réponse » a-t-il déclaré. Le magazine avait écrit qu’il leur avait donné certaines informations. Un tissu de mensonges pour Michaël Latz : « J’ai jamais parlé et il n’est absolument pas question de mariage, etc. C’est des conneries tout ça ».

Très demandé en cette période de flou autour de la date et du lieu de mariage des Brangelina, M. le Maire avoue également en avoir assez des sollicitations : « J’ai reçu 50 coups de fils, j’envoie promener tout le monde parce que ça m’énerve, ça me fatigue » avouait-il à Reuters. Pour un village aussi tranquille que Correns, l’agitation autour des habitants du château de Miraval doit commencer à devenir usante.

Voici.fr

L’auteur des tueries en France, Mohamed Merah est mort

mars 22, 2012

PARIS (Reuters) – L’auteur présumé des tueries de Montauban et Toulouse, Mohamed Merah, est mort lors d’un assaut donné par les policiers à l’immeuble où il se retranchait, a annoncé jeudi le ministre de l’Intérieur.

Il a été retrouvé mort sur le sol après s’être jeté armé par la fenêtre de l’appartement toulousain dans lequel il était assiégé depuis plus de 30 heures, a précisé Claude Guéant.

Les policiers du Raid sont intervenus en fin de matinée et des échanges de coups de feu nourris ont été entendus ainsi que plusieurs détonations. L’assaut a été d’une rare violence, a dit Claude Guéant.

« Mohamed Merah a sauté par la fenêtre avec une arme à la main en continuant à tirer », a-t-il dit, non loin de l’appartement. « Il a été retrouvé mort au sol ».

Le suspect a été tué par balles, a-t-on appris de source policière.

Deux policiers ont été blessés au cours de l’opération, a dit le ministre de l’Intérieur.

Mohamed Merah a revendiqué le meurtre d’un rabbin et de trois enfants dans une école juive de Toulouse lundi dernier ainsi que ceux de trois militaires la semaine précédente.

Les tueries ont provoqué une vive émotion en France et mis la campagne pour l’élection présidentielle entre parenthèses.

Reuters

Poutine élu à la présidence russe avec 58-59% des voix-sondages.

mars 4, 2012

MOSCOU (Reuters) – Vladimir Poutine a remporté dimanche l’élection présidentielle russe dès le premier tour avec 58,3% à 59,3% des voix, selon deux sondages de sortie des urnes.

L’actuel chef du gouvernement russe, déjà président de 2000 à 2008, est élu pour un mandat de six ans.

Les résultats officiels du scrutin seront diffusés lundi.

Reuters