Posts Tagged ‘Roumanie’

Roumanie: émoi après une caricature de Simona Halep dans Charlie Hebdo

juin 15, 2018

Une caricature de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo assimilant la numéro 1 du tennis mondial Simona Halep à une ferrailleuse après sa victoire en finale à Roland-Garros suscite une telle tempête en Roumanie que Paris a dû procéder vendredi à une mise au point.

Paru mercredi, le dessin surmonté de l’inscription « Une Roumaine remporte Roland-Garros » représente la joueuse brandissant la coupe conquise le 9 juin et s’exclamant « Ferraille! Ferraille! », dans une allusion aux ferrailleurs roms parcourant la France.

Cette caricature signée Félix « offense les Roms, les Roumains et Simona Halep », a relevé le commentateur Cristian Tudor Popescu sur la télévision privée Digi24, plusieurs journaux dénonçant de leur côté un contenu « raciste ».

Dans un pays lassé d’être réduit à sa minorité rom très pauvre et régulièrement associée à des faits de délinquance dans l’ouest de l’Europe, la vague d’indignation a submergé les réseaux sociaux, des centaines de Roumains n’hésitant pas à réagir sur la page Facebook de Charlie Hebdo.

« Vous n’avez le moindre respect pour une grande championne, notre Simona Halep, je n’aime pas voir comment mes concitoyens roumains sont traités par votre revue. JE SUIS SIMONA! », s’est ainsi indignée Roxana Anghel.

« Il y a peu, des milliers de Roumains étaient #JeSuisCharlie. Et voilà comment ils nous remercient », souligne Bogdan, un autre internaute, en référence au mouvement de solidarité internationale suscité par les attaques jihadistes qui avaient décimé la rédaction de l’hebdomadaire parisien le 7 janvier 2015.

Face à l’ampleur prise par le mouvement de mécontentement, l’ambassade de France à Bucarest a émis vendredi un communiqué de presse soulignant que « cette publication n’engage que son auteur et ne représente en rien le sentiment de l’opinion publique française ».

Toutefois, « la liberté d’expression et la liberté de la presse sont des principes fondamentaux de la République française », a rappelé l’ambassadrice Michèle Ramis.

Interrogée par des médias roumains, Simona Halep a refusé de s’exprimer au sujet de la caricature.

La joueuse de 26 ans avait été accueillie triomphalement par plus de 15.000 personnes au stade national de Bucarest lundi à son retour de France où elle avait décroché son premier titre en Grand Chelem face à l’Américaine Sloane Stephens (3-6, 6-4, 6-1).

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2018 14h03)                                                        

Prisons secrètes de la CIA: la Lituanie et la Roumanie condamnées

mai 31, 2018

/ © AFP / SAUL LOEB

Après la Pologne en 2015, la Lituanie et la Roumanie ont été condamnées jeudi par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour leur participation au programme de prisons secrètes de la CIA, épinglées pour complicité et de multiples violations.

La Cour avait été saisie par deux prisonniers de Guantanamo, Abd al-Rahim al-Nachiri (contre la Roumanie) et Abou Zoubaida (contre la Lituanie), qui affirmaient avoir été détenus au secret dans ces pays entre 2004 et 2006. Leurs requêtes avaient été examinées publiquement par la Cour en juin 2016.

Dans deux arrêts distincts, la Cour a condamné les autorités roumaines et lituaniennes, pour plusieurs violations des droits de l’Homme dans ces prisons de l’agence de renseignement américaine.

Parmi les droits violés: l’interdiction de la torture, le droit à la liberté et à la sûreté des requérants, celui au respect de la vie privée, et leur droit à un recours effectif.

« La participation de la Lituanie au programme de détentions secrètes de la CIA l’a amenée à commettre de multiples violations des droits de l’Homme », de même que « la Roumanie a commis plusieurs violations des droit de l’Homme en se rendant complice du programme de détentions secrètes de la CIA », peut-on lire dans les deux arrêts de la Cour.

Si jusqu’ici ni Bucarest ni Vilnius n’ont admis l’existence de prisons secrètes présumées de la CIA sur leurs territoires – le parquet général roumain et le parquet lituanien ont tous deux ouvert une enquête concernant l’existence présumée de ces centres-, pour la Cour il n’y a pas de doute.

« La Roumanie a accueilli de septembre 2005 à novembre 2005 » une prison secrète dont le nom de code était « Site black », de même que « la Lituanie a accueilli une prison secrète de la CIA de février 2005 à mars 2006 », conclut la Cour dans ses deux jugements.

Le requérant Abou Zoubaida y a été détenu et « les autorités internes (lituaniennes) savaient que la CIA le soumettrait à des traitements contraires à la Convention », note la Cour, jugeant que « le pays est responsable des violations des droits de l’intéressé ».

– « Informations cruciales » –

Pour arriver à de telles conclusions, la Cour européenne a indiqué avoir « dû établir les faits à partir de différentes sources d’informations ».

Elle a dit avoir notamment trouvé « des informations cruciales » dans un rapport de la Commission d’enquête du Sénat américain sur la pratique de la torture à la CIA. Le rapport avait été rendu public en décembre 2014.

Le gouvernement lituanien a immédiatement réagi jeudi, n’excluant pas de faire appel du jugement.

« Nous analysons la situation, l’arrêt est particulièrement important, plus de 300 pages. Nous devons l’étudier en détail. Nous avons la possibilité de faire appel de cette décision. Nous considérerons cette possibilité », a déclaré à l’AFP le ministre lituanien de la Justice, Elvinas Jankevicius.

Vilnius et Bucarest devront verser 100.000 euros de dommages moraux à chacun des requérants.

Al-Nachiri, un Saoudien, est soupçonné d’avoir perpétré l’attentat contre le navire USS Cole, qui avait tué 17 Américains dans le port yéménite d’Aden en octobre 2000. Il affirmait avoir été détenu au secret en Roumanie d’avril 2004 à septembre 2006 et disait y avoir subi de mauvais traitements alors qu’il se trouvait aux mains des autorités américaines.

Ce dernier est toujours détenu par les autorités américains dans des conditions restrictives, selon la Cour.

Le second, Abou Zoubaida, un Palestinien apatride, est considéré comme l’un des principaux membres d’Al-Qaïda par Washington au moment de son arrestation. Il se plaignait d’avoir été emprisonné en Lituanie pendant plus d’un an, de février 2005 à mars 2006.

« Ce jugement constitue un sévère camouflet face aux tentatives honteuses de la Roumanie de cacher la vérité concernant l’accueil d’une prison secrète de la CIA », a réagi Amrit Singh, une des avocats d’Abd al-Rahim Al-Nachiri, qui y voit un arrêt « essentiel pour mettre fin à l’impunité de la complicité européenne dans le programme de torture de la CIA ».

Les deux arrêts ne sont pas définitifs, les gouvernements roumain et lituanien ayant trois mois pour faire appel et demander un réexamen devant la Grande chambre de la CEDH.

En février 2015, la CEDH, déjà saisie d’une requête de Zoubaida, avait définitivement condamné la Pologne pour son rôle dans les prisons secrètes de la CIA.

Romandie.com avec (©AFP / 31 mai 2018 13h14)                

Roumanie: l’eurodéputée sociale-démocrate Viorica Dancila nommée Premier ministre

janvier 17, 2018

Bucarest – Le président roumain de centre droit Klaus Iohannis a nommé mercredi l’eurodéputée Viorica Dancila au poste de Premier ministre, sur proposition du Parti social-démocrate (PSD, au pouvoir), qui a récusé lundi son deuxième chef de gouvernement en sept mois.

« Après avoir pesé tous les arguments, j’ai décidé de donner une nouvelle chance aux sociaux-démocrates et de nommer la personne qu’ils ont proposée », a déclaré M. Iohannis à l’issue de consultations avec les partis politiques.

« J’espère que le nouveau gouvernement se mettra rapidement au travail pour régler les choses et non pour les embrouiller », a ajouté le chef de l’Etat, visiblement agacé par la valse des dirigeants depuis la victoire de la gauche aux législatives fin 2016.

Si elle obtient l’investiture du Parlement, en principe une formalité, Mme Dancila deviendra la première femme à diriger un gouvernement roumain, mais aussi le troisième Premier ministre en l’espace de sept mois, ses deux prédécesseurs ayant été éjectés par leur PSD après avoir manifesté trop d’indépendance vis-à-vis de l’homme fort de cette formation Liviu Dragnea.

Diplômée de l’Institut du pétrole et du gaz de Ploiesti (sud) et eurodéputée depuis 2009, Mme Dancila, 54 ans, est considérée comme une proche de Liviu Dragnea. Les deux sont originaires du département de Teleorman (sud).

M. Dragnea, qui ne peut pas briguer le poste en raison d’une condamnation à deux ans de prison avec sursis pour fraude électorale, avait fait nommer puis contraint à la démission les deux précédents Premiers ministres, Sorin Grindeanu et Mihai Tudose, ce dernier remercié lundi.

Alors qu’il n’avait pas caché hésiter à nommer à nouveau un candidat proposé par le PSD, « le président Iohannis a opté pour la stabilité, car provoquer une crise politique aurait été très grave pour la Roumanie », s’est félicité M. Dragnea.

Interrogé par des journalistes sur les qualités qui qualifiaient l’eurodéputée pour le poste de chef de gouvernement, le patron du PSD a relevé qu' »il s’agit d’une dame décente, agréable et très compétente ».

Selon M. Dragnea, le Parlement, où la coalition de gauche dispose d’une majorité solide, devrait être convoqué le 29 janvier pour le vote de confiance.

« Pour nous il est très important de mettre en oeuvre le programme (du PSD, ndlr) et de préparer la présidence tournante de l’UE », au premier semestre 2019, a souligné Mme Dancila.

Inconnue du grand public, la future dirigeante s’était fait remarquer en février en défendant devant le Parlement européen une tentative controversée du gouvernement roumain d’assouplir le code pénal qui aurait permis à certains responsables convaincus de corruption d’échapper à des poursuites.

Vivement critiqué par Bruxelles ce projet de loi avait été abandonné après avoir suscité une vague de contestation sans précédent depuis la chute du régime communiste fin 1989.

La majorité a toutefois fait passer en décembre une réforme controversée de la justice faisant craindre, selon ses détracteurs, une réduction de l’indépendance des magistrats et une restriction des prérogatives du Parquet anticorruption.

Selon M. Dragnea, Mme Dancila a assuré appuyer cette réforme, ce qui a constitué un « argument en sa faveur » lorsque les sociaux-démocrates l’ont désignée.

Mercredi, une autre controverse impliquant le nom de l’eurodéputée faisait la une des médias roumains, qui ont rappelé que l’une de ses assistantes locales, Adriana Botorogeanu, est au coeur d’un procès pour emplois fictifs dans lequel est jugé M. Dragnea.

Mme Botorogeanu a reconnu devant les juges avoir travaillé à l’antenne du PSD de Teleorman, dirigée à l’époque par M. Dragnea, alors qu’elle était officiellement employée de la Protection locale de l’enfance.

Romandie.com avec(©AFP / 17 janvier 2018 17h51)                                            

Roumanie: une enquête fait huit morts dans l’ouest du pays

septembre 17, 2017

Accident mortel suite à une tempête à Timisoara, en Roumanie, le 17 septembre 2017 / © AFP / CORNEL PUTAN

Une tempête a balayé l’ouest de la Roumanie dimanche faisant huit morts et soixante-sept blessés, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

L’épisode bref mais intense, avec des vents de près de 100km/h, a d’abord surpris les habitants de la région de Timisoara (ouest), près de la frontière hongroise, avant de progresser vers le nord et la frontière ukrainienne.

La plupart des victimes se trouvaient à l’extérieur. Un homme a été assommé par un arbre, un autre par un panneau publicitaire ; deux enfants ont été hospitalisés dans un état critique.

« Des arbres et des toits ont été arrachés. Des camions ont été retournés tandis que les réseaux d’eau courante et d’électricité ont été interrompus. Nous n’avons pas été avertis d’un tel phénomène. Les prévisions ne parlaient que de pluie », a déploré le maire de Timisoara, Nicolae Robu, sur la chaîne privée Digi 24.

Teodora Cumpănașu, de l’administration nationale de météorologie, a souligné sur la même chaîne que la tempête, « d’une intensité rare », était « inattendue ».

Elle a notamment mis en cause « une accumulation anormalement longue de plusieurs journées d’une masse d’air chaud qui a stagné dans l’atmosphère ». Les températures étaient supérieures à 30° dimanche en Roumanie.

Partie en milieu d’après-midi de Timisoara, région dans laquelle cinq victimes ont été recensées, la tempête a parcouru plus de 400 kilomètres en direction du nord du pays, frappant notamment les départements de Cluj et Bistrica.

« Tout s’est passé très vite », a reconnu la ministre de l’Intérieur Carmen Dan. Un comité pour les situations d’urgence a été mis en place en fin de journée.

Romandie.com avec(©AFP / 17 septembre 2017 22h40)                

Washington va vendre à la Roumanie des systèmes de défense Patriot (Pentagone)

juillet 11, 2017

Washington – Les Etats-Unis vont vendre à la Roumanie, un pays membre de l’Otan, pour près de quatre milliards de dollars de systèmes de défense antimissiles Patriot, ont indiqué mardi le Pentagone et le département d’Etat, une annonce qui vise implicitement la Russie.

Comme pour chaque contrat commercial de ventes d’armes par Washington, c’est le département d’Etat qui a approuvé la « vente possible » de toute une série d’équipements de défense Patriot pour une enveloppe évaluée à 3,9 milliards de dollars. Le ministère de la Défense en informe le Congrès qui peut, en théorie, s’y opposer sous 30 jours.

Outre le montant très élevé, l’annonce est significative car elle concerne un pays européen de l’ancien bloc soviétique que le président américain Donald Trump lui-même avait pris en exemple en juin pour ses efforts visant à porter ses dépenses de défense à 2% de son PIB.

L’administration Trump, comme l’avait fait l’administration Obama, exige des alliés européens de l’Otan qu’ils mettent davantage la main à la poche dans le cadre de l’Alliance atlantique.

Selon la formule consacrée en la matière, « cette proposition de vente renforce les politiques étrangère et de sécurité nationale des Etats-Unis en contribuant à l’amélioration de la sécurité d’un allié de l’Otan ».

« Cette proposition de vente des systèmes Patriot contribuera aux besoins de la Roumanie en termes d’autodéfense et répondra aux objectifs de l’Otan en matière de défense », soulignent le Pentagone et le département d’Etat dans leur communiqué.

Sans jamais mentionner Moscou, Washington estime que « la Roumanie utilisera le système de missiles Patriot pour renforcer la défense de son territoire et dissuader toute menace régionale ».

Cela permettra aussi à Bucarest d' »augmenter les capacités défensives des forces armées roumaines contre une agression et de protéger les alliés de l’Otan qui s’entraînent régulièrement à l’intérieur des frontières de la Roumanie ».

Les célébrissimes fabricants et titulaires de ce mégacontrat de Patriot sont les entreprises américaines Raytheon Corporation dans le Massachusetts (nord-est) et Lockheed-Martin au Texas (sud).

Romandie.com avec(©AFP / 11 juillet 2017 22h11)                                            

Qui est Aimé Léma, le premier (et le seul) entraîneur de football noir de Roumanie ?

mai 18, 2017

Destiné à une carrière dans la chimie, il fréquente plus les stades que les labos. © Nicolas Friess pour JA

Cet entraîneur congolais, réfugié politique en Roumanie, défend un football propre et tolérant.

A une heure d’un derby important, Aimé Léma prend le temps de dérouler son histoire à la buvette du stade. Survêtement bleu-jaune-rouge, casquette vissée sur la tête, téléphone à portée de main, il s’interrompt pour répondre. Sa sonnerie du moment est le refrain de Dragostea din tei, la chanson qui a fait connaître le groupe moldave O-Zone. Ses joueurs arrivent au compte-gouttes.

Parmi eux, des Roumains, dont certains issus de la minorité rom, un Congolais, un Camerounais et un gardien amputé d’un bras. Voilà l’équipe hétéroclite de Romprim, 4e division du championnat roumain, qu’il entraîne depuis l’hiver dernier.

Diversité, égalité des chances et tolérance sont les maîtres mots d’Aimé Léma. Pour lui qui est le premier et seul entraîneur de foot noir dans un pays peu habitué à l’immigration africaine, la non-discrimination prend tout son sens.

Son père choisit un pays sans distraction

Né à Kinshasa en 1969, venu à l’origine pour quatre années d’études, il n’aurait jamais pensé être toujours là vingt-six ans plus tard, à donner des consignes d’avant-match au bord d’un stade à Bucarest. « Dans ma famille, celui qui réussissait le bac pouvait partir à l’étranger. » Aimé Léma l’obtient en 1990. Trois destinations s’offrent à lui pour qu’il puisse étudier la chimie : l’Irak, la Belgique et la Roumanie.

« Papa a jugé que la Roumanie était le pays qui offrait le moins de distractions. Et il avait raison. » Pendant que son père, diplomate, part en poste en Égypte, lui s’envole pour la Roumanie. Tout ce qu’il connaissait du pays se résumait à ses cours de lycée et aux noms des grands sportifs : Gheorghe Hagi en foot et Nadia Comaneci en gymnastique. « Ma première vision de Bucarest, sous la neige, en janvier 1991, donnait vraiment envie de repartir en courant. »

Ma première vision de Bucarest, sous la neige, en janvier 1991, donnait vraiment envie de repartir en courant.

Il commence par apprendre le roumain pendant un an, « pour faire les choses comme il le faut ». Aujourd’hui, il trouve qu’il parle mieux roumain que français. Et puis le plan initial change. Lui qui pensait revenir travailler dans le pétrole à Luanda (Angola) est empêché de rentrer par les affrontements ethniques de 1995-1996 dans la région. « Papa nous a conseillé de rester à l’abri. » Son avenir se fera donc en Roumanie.

Il apprend le foot sur le tard

Il rencontre une Roumaine, qu’il épouse, et reçoit l’asile politique en 1999. Le voilà réfugié. En parallèle de ses cours de chimie, Aimé Léma frappe dans le ballon avec des étudiants africains, qui sont plusieurs milliers dans la Roumanie post-Ceausescu. « Les Congolais de Brazzaville étaient les plus nombreux. Nous, on était 2 000 Zaïrois. » Il monte une équipe avec des compatriotes et, après quelques matchs amicaux, intègre un club de 4e division. « J’ai appris sur le tard. Je suis mauvais en dribble, mais très rapide. Je jouais surtout pour le plaisir. »

C’était parfois difficile quand je jouais en province : les gens n’avaient jamais vu de Noir

À l’époque, les joueurs noirs dans le foot roumain se comptent sur les doigts d’une seule main. « C’était parfois difficile quand je jouais en province : les gens n’avaient jamais vu de Noir. » Il est régulièrement invectivé par les joueurs ou le public, qui le traitent de « singe ».

Mais Aimé Léma assure ne pas en avoir été affecté. « Comme j’ai vécu dans plusieurs pays pour suivre mon père, j’étais préparé à ça. Et, à force de voyager, j’ai vu que c’était largement pire ailleurs, en Allemagne par exemple. J’ai relativisé et je me suis adapté. »

Pendant plusieurs années, Aimé Léma enchaîne les contrats avec plus ou moins de bonheur, puis raccroche, fatigué des déplacements à travers le pays. En 2007, il se lance dans deux projets très éloignés du foot. Il construit pendant quatre années un couvent à la campagne, « pour laisser une trace derrière soi, comme disait papa ».

Un milieu miné par les « magouilles »

En parallèle, il crée une entreprise d’import-export de maroquinerie et d’accessoires africains qui lui assure des revenus. Il revient finalement au foot en tant qu’entraîneur bénévole, d’abord à l’A.S. Fratia (Fraternité), puis à Romprim. « Aimé Léma est un homme droit, juste, sévère quand il le faut, compréhensif et pédagogue, témoigne son défenseur Daniel Petrache. Et, si ce n’était pas le cas, je le dirais aussi. »

Mêmes compliments chez son gardien, Tudor Mihailescu, qui, bien que né avec un seul bras, officie avec succès dans les cages. « Aimé sait parler aux gens et réunir l’équipe autour de lui, et ce quel que soit le parcours de chacun. » L’entraîneur donne sa chance à tous mais peste contre la corruption, omniprésente dans le pays et dans le foot. « Les matchs arrangés, j’ai vécu ça en tant que joueur. Un jour, j’ai marqué un but, personne n’était content. On ne devait pas gagner ce match, mais personne ne m’avait prévenu car j’étais étranger. Je ne veux pas de ces magouilles. Le football roumain a été détruit par les petits arrangements, surtout dans le bas niveau. »

Quand il ne s’occupe pas de son commerce et n’entraîne pas son équipe, Aimé Léma dispute un match avec une équipe de seniors, pour le plaisir. Ou emmène ses enfants disputer les leurs, foot pour son fils, hand pour sa fille. Mais constate, impuissant, qu’eux aussi sont déjà confrontés aux « petits arrangements » à leur niveau.

Jeuneafrique.com par

Roumanie: démission du ministre de la Justice après une vague de manifestations

février 9, 2017

Bucarest – Le ministre roumain de la Justice Florin Iordache a annoncé sa démission jeudi, après une vague de contestation populaire sans précédent depuis la chute du communisme contre un décret du gouvernement allégeant la législation anticorruption.

« J’ai décidé de présenter ma démission », a déclaré M. Iordache, l’un des artisans du décret adopté le 31 janvier par le gouvernement, qui l’a finalement abrogé dimanche devant l’ampleur des manifestations.

Un demi-million de Roumains étaient descendus dans les rues des villes du pays dimanche pour protester contre la volonté du gouvernement social-démocrate, entré en fonctions le 4 janvier, de dépénaliser certaines formes d’abus de pouvoir pour les responsables politiques.

Le décret du gouvernement avait aussi été critiqué par l’Union européenne qui a instauré un mécanisme de surveillance de la lutte anticorruption en Roumanie, un des derniers pays à être entré dans l’UE, en 2007.

« Depuis que je suis arrivé au ministère de la Justice, j’ai effectué toutes les démarches nécessaires pour remédier à une série de problèmes sensibles. (…) Toutes mes initiatives ont été légales et constitutionnelles », s’est défendu M. Iordache lors d’une conférence de presse au siège du gouvernement jeudi.

« Mais malgré cela, cela n’a pas été suffisant pour l’opinion publique, c’est pour cela que j’ai décidé de présenter ma démission », a-t-il poursuivi.

Membre du Parti social-démocrate (PSD) vainqueur des législatives de décembre, Florin Iordache, 56 ans, était devenu ministre de la Justice après avoir été ingénieur dans une fabrique de meubles puis maire et député.

Le gouvernement n’a pas communiqué le nom de son successeur.

Un autre membre du gouvernement, le ministre des Milieux d’affaires Florin Jianu (sans étiquette), avait démissionné début février pour protester contre l’adoption du décret controversé. M. Iordache avait en revanche continué de défendre le bien-fondé de sa démarche.

Le mouvement anti-gouvernemental a perdu de l’ampleur depuis dimanche. Mercredi soir, seuls quelques milliers de personnes ont manifesté, à Bucarest et à Cluj-Napoca (est), après l’échec d’une motion de censure visant le gouvernement du Premier ministre Sorin Grindeanu (PSD).

Par ailleurs, la Cour constitutionnelle, saisie par le Défenseur des droits le 3 février, s’est jugée jeudi incompétente pour « analyser sur le fond » la constitutionnalité du décret, celui-ci ayant été abrogé depuis.

La Roumanie a intensifié depuis plusieurs années la lutte contre la corruption de haut niveau grâce entre autres à un parquet spécialisé, le DNA, créé au début des années 2000. Celui-ci a conduit à la condamnation à des peines de prison ferme de nombreux anciens responsables politiques, dont l’ex-chef de gouvernement Adrian Nastase, ainsi que des maires, des députés et des responsables policiers.

Rpmandie.com avec(©AFP / 09 février 2017 15h46)             

Roumanie: funérailles de la « dernière reine », Anne de Bourbon Parme

août 13, 2016

Un millier de personnes dont des représentants de plusieurs familles royales ont rendu hommage samedi à Bucarest à Anne de Roumanie, morte à l’âge de 92 ans. Une cérémonie dont le grand absent a été son époux, l’ex-roi Michel.

« Nous tournons une page de l’histoire, Anne a été la dernière reine de Roumanie, même si elle n’a jamais été couronnée », a déclaré Adriana Chiriac, médecin à la retraite et « monarchiste convaincue » qui a assisté aux funérailles.

Descendante du roi Louis XIV, née à Paris en 1923, Anne avait épousé Michel de Roumanie en 1948, un an après l’abdication de ce dernier sous la pression des communistes.

Décédée à Morges
Elle est morte le 1er août dans un hôpital de Morges (VD). Sa dépouille a été transportée en Roumanie, où plusieurs milliers de personnes lui ont rendu hommage ces derniers jours.

L’ancien souverain âgé de 94 ans, qui se trouve en Suisse, a annoncé « avec la plus grande tristesse » ne pas pouvoir participer aux funérailles en raison de sa santé défaillante.

Deuil national
Ce samedi a été décrété jour de deuil national en Roumanie, où l’ancienne famille royale jouit d’une forte popularité, même si une minorité seulement des Roumains se dit favorable à un retour de la monarchie.

« Quand je suis née, la Roumanie était encore un royaume, c’est dommage que ces 25 dernières années (depuis la chute de communisme) nous n’ayons pas eu Anne comme reine », déplore une retraitée, Zenaida Rosu, 80 ans.

Après un service religieux orthodoxe célébré dans la salle du trône de l’ancien palais royal et une messe catholique, sur la grande place attenante, le cercueil a été emmené vers Curtea de Arges (centre), où Anne devait être enterrée dans une cathédrale orthodoxe, au cours d’une cérémonie privée.

Roi contraint à l’exil
Contraint à l’exil après son abdication, Michel avait pu retourner pour la première fois dans son pays natal en 1992. Des centaines de milliers de Roumains étaient alors descendus dans la rue pour l’accueillir.

Le couple s’était installé à Bucarest en 2000, mais se rendait régulièrement en Suisse. Début mars, l’ex-roi a annoncé son retrait de la vie publique après que son médecin lui eut diagnostiqué un cancer et une leucémie.

Père de cinq filles, il a chargé son aînée, Margareta, de le représenter dans les actions publiques de la famille royale.

Romandie.com avec(ats / 13.08.2016 16h51)

Inondations: deux morts en Roumanie, un disparu en Belgique

juin 3, 2016

Deux hommes sont morts noyés en Roumanie à la suite des inondations ayant frappé l’est du pays. Plus de 200 personnes ont été évacuées, a annoncé vendredi le ministère de l’Intérieur. En Belgique, un homme qui « souhaitait protéger ses ruches » est porté disparu.

En Roumanie, un homme âgé de 49 ans est mort jeudi dans le village de Livezi après avoir été emporté par la crue avec le petit pont qu’il traversait, a précisé le porte-parole de l’inspectorat pour les situations d’urgence du département de Bacau.

Le même jour, dans le village de Ruginesti, un homme de 73 ans qui se déplaçait à vélo a été emporté par la crue et s’est noyé en tombant dans un égout, a-t-on appris auprès de l’inspectorat du département de Vrancea.

Au total, 89 localités de sept départements de l’est de la Roumanie ont été affectées par les pluies torrentielles. Plus de 4500 sapeurs-pompiers, gendarmes et policiers sont intervenus dans la nuit de jeudi à vendredi pour aider les habitants, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Les conditions météorologiques se sont améliorées vendredi.

Apiculteur porté disparu
Dans le sud de la Belgique, un homme qui « souhaitait protéger ses ruches » est porté disparu depuis jeudi soir, a annoncé vendredi le parquet local. Celui-ci craint que l’apiculteur n’ait été emporté par une rivière en crue en raison des fortes précipitations.

L’homme a disparu dans la localité de Harsin, sur la commune de Nassogne, à près de quatre kilomètres de la ville de Marche-en-Famenne, a précisé le porte-parole du parquet Neufchâteau, Etienne Donnay. Des recherches ont été lancées.

Les intempéries de ces derniers jours ont provoqué le débordement de plusieurs cours d’eau dans cette région de l’Ardenne, où des routes nationales ont été fermées à la circulation en raison de coulées de boue. Une trentaine d’habitants du village d’Hargimont ont par ailleurs été évacuées vers un centre d’hébergement temporaire installé dans une école.

La Belgique a été relativement épargnée par les inondations qui touchent depuis le début de la semaine plusieurs pays d’Europe. La Seine est attendue vendredi à ses plus hauts niveaux depuis plusieurs décennies à Paris, alors que le bilan des fortes crues qui ont fait au moins 10 morts en France et en Allemagne risque de s’alourdir.

Romandie.com

Roumanie: La somptueuse résidence de Nicolae Ceausescu ouverte au public

mars 12, 2016

L’ancienne résidence du dictateur roumain Nicolae Ceausescu à Bucarest a été ouverte pour la première fois au public samedi, 26 ans après la chute du régime communiste en Roumanie. Le Palais Primaverii (« Palais du Printemps ») abrite 80 chambres.

Plus de 300 personnes ont pu visiter samedi gratuitement cette résidence. Elle pourra être explorée de nouveau par les touristes à partir du 19 mars prochain pour le prix de 30 lei (7,15 francs).

Après la chute du dictateur, la villa a servi de logement pour les officiels étrangers. Elle dispose de 80 chambres décorées de miroirs en verre de Murano, de lustres et d’autres finissages de luxe et est dotée d’une piscine intérieure, d’une salle de cinéma, d’un bunker souterrain et d’un jardin où se promènent des paons.

Ce lieu « doit être connu du public, il doit être ouvert au peuple roumain, qui doit faire la paix avec son histoire et connaître son passé, avec toutes ses facettes », a déclaré la ministre pour les Consultations publiques et le dialogue civique, Violeta Alexandru, lors de la cérémonie d’ouverture. Situé dans l’ancien quartier de la nomenklatura communiste, le Palais du Printemps a été bâti entre 1964 et 1965 et décoré au goût du couple Nicolae et Elena Ceausescu.

Selon un communiqué des autorités roumaines, les deux époux et leurs enfants Zoe, Valentin et Nicu y ont résidé de 1965 à décembre 1989, quand le couple a fui la capitale à la suite des manifestations de rue réprimées dans le sang. Ils ont été arrêtés peu après et jugés lors d’un procès dans une caserne de Targoviste (sud), puis fusillés.

Romandie.com