Posts Tagged ‘Russie’

Russie: une vidéo antigay pour appeler à voter Poutine

février 19, 2018

Arrestation d’une militante des droits des homosexuels à Moscou, le 25 septembre 2013 / © AFP/Archives / ALEXANDER NEMENOV

Une vidéo appelant les électeurs russe à voter pour Vladimir Poutine à l’élection présidentielle du 18 mars, sous peine d’affronter un « cauchemar » dans lequel ils devront héberger des gays chez eux, était devenue virale en Russie lundi.

Cette vidéo dont les auteurs sont inconnus, diffusée dès vendredi sur les réseaux sociaux, totalisait déjà plus de trois millions de vues lundi.

Affichant au casting une brochette d’acteurs connus, cette vidéo commence par montrer un père de famille qui, après avoir affirmé ne pas aller voter, se retrouve en rêve dans un monde sans Vladimir Poutine.

Il se voit alors obligé de partager son toit avec un homosexuel peu sympathique, installé dans sa cuisine en train de se faire les ongles, puis de manger une banane dans une pose très suggestive.

Ce passage fait référence à la candidate libérale Ksenia Sobtchak, qui s’est prononcée pour la légalisation du mariage homosexuel en Russie, une perspective peu probable dans ce pays très conservateur.

Lundi, Ksenia Sobtchak a condamné cette vidéo, ajoutant sur sa page Instagram que « présenter la communauté LGBT comme une menace n’est pas une plaisanterie ».

La vidéo, également accessible sur YouTube, a été particulièrement regardée sur la page Facebook d’un analyste politique soutenant le Kremlin, Alexandre Kazakov, qui se présente comme un conseiller des séparatistes prorusses installé à Donetsk (est de l’Ukraine).

Contacté par l’AFP, Alexandre Kazakov a dit « ignorer qui a commandé et qui a fabriqué » la vidéo en question.

Deux autres vidéos, visant à mobiliser l’électorat avant l’élection présidentielle sans surprise organisée le 18 mars, ont été simultanément diffusées.

Dans la première, qui porte le titre de « Sexe et vote : réservés aux adultes » et a été visionnée sur YouTube plus de 700.000 fois, une jeune fille fait la connaissance d’un jeune homme dans une boîte de nuit. Avant de l’embrasser, elle lui demande s’il a bien 18 ans et, après sa réponse affirmative, s’il a bien été voter à la présidentielle

Sa réponse étant cette fois négative, elle disparaît en lui lançant : « Et tu dis que tu es un adulte ? ».

La deuxième vidéo montre la course effrénée d’un chauffeur de taxi pressé par sa cliente enceinte, qui le fait s’arrêter devant un bureau de vote où elle peut voter à la dernière minute.

Le taux de participation est la principale préoccupation du Kremlin, l’opposant numéro 1 Alexeï Navalny ayant été écarté de la présidentielle et appelant à boycotter le scrutin.

Romandie.com

Publicités

Moscou « a réussi » à semer la discorde aux États-Unis, selon Trump

février 18, 2018

Donald Trump le 15 février 2018 à la Maison Blanche / © AFP/Archives / MANDEL NGAN

Dénonçant les commissions, enquêtes et « haine entre partis » provoqués par l’affaire russe, Donald Trump a affirmé dimanche que Moscou avait « réussi au-delà de ses rêves les plus fous » si son intention était bien de « semer la discorde, le désordre et le chaos aux Etats-Unis ».

« Ils sont morts de rire à Moscou. Réveille-toi l’Amérique! » a poursuivi le président américain au petit matin dans une nouvelle salve de tweets.

« Si le BUT de la Russie était de semer la discorde, le désordre et le chaos aux Etats-Unis, alors, avec toutes les auditions en commissions, enquêtes et haine entre partis, elle a réussi au-delà de ses rêves les plus fous », écrit Donald Trump.

Ce message ponctue une nouvelle avalanche de tweets postés par Donald Trump à partir de 06H30 du matin alors que le président passe ce long week-end, lundi étant férié aux Etats-Unis, dans sa demeure en Floride.

Tous sont centrés autour de l’enquête sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016. Aucun ne fait mention des 17 personnes tuées dans un lycée de Floride mercredi, alors que Donald Trump a été personnellement interpellé samedi par des élèves lors d’un rassemblement anti-armes.

Donald Trump a accusé samedi soir le FBI d’avoir raté les signes avant-coureurs qui pointaient vers le tueur, Nikolas Cruz, jugeant que la police fédérale américaine passait en revanche « trop de temps » sur l’enquête russe.

Washington a formellement accusé vendredi 13 Russes, dont un proche de Vladimir Poutine, d’avoir favorisé en 2016 la candidature de l’actuel locataire de la Maison Blanche.

« Je n’ai jamais dit que la Russie ne s’était pas mêlée de l’élection, j’ai dit +c’est peut-être la Russie, ou la Chine ou un autre pays ou groupe, ou ça peut être un génie de 180 kilos assis dans son lit et jouant avec son ordinateur.+ Le +mensonge+ russe, c’était que l’équipe de campagne de Trump avait été complice de la Russie – Elle ne l’a jamais été! », a encore martelé dimanche Donald Trump.

Romandie.com avec(©AFP / 18 février 2018 15h05)                

Russie: cinq morts dans une fusillade à la sortie d’une église au Daguestan

février 18, 2018

Moscou – Un homme a tué dimanche cinq femmes lors d’une fusillade « à la sortie d’une église » orthodoxe à Kizliar, dans le nord du Daguestan, république musulmane instable du Caucase russe, ont annoncé les autorités locales, affirmant avoir tué l’assaillant.

« Un inconnu a tiré avec un fusil de chasse à Kizliar, blessant mortellement quatre femmes », a indiqué dans un communiqué le ministère local des Affaires intérieures.

Une cinquième femme est décédée de ses blessures à l’hôpital, a déclaré à l’agence de presse TASS Zalina Mourtazalieva, porte-parole du ministère de la Santé.

Ce bilan a été confirmé par le Comité d’enquête russe, qui a indiqué dans un communiqué ouvrir une enquête pour « le meurtre de deux personnes ou plus » et « atteinte à la vie de policiers ».

L’assaillant, qui a également blessé deux membres des forces de l’ordre, a été « éliminé » lors d’un échange de tirs avec la police, a déclaré le ministère local des Affaires intérieures.

Il s’agit d’un habitant de Kizliar né en 1995, a déclaré à l’agence russe Interfax Rassoul Temirbekov, directeur-adjoint de l’antenne locale du Comité d’enquête.

La fusillade, qui a eu lieu un mois exactement avant l’élection présidentielle du 18 mars en Russie, s’est déroulée « à la sortie d’une église », a affirmé à l’AFP sous couvert d’anonymat une source au sein du ministère de la Santé.

Le quotidien russe RBK a publié le récit d’un prêtre affirmant que l’homme a visé ses fidèles sortant tout juste de la messe qu’il venait de donner à l’occasion du Dimanche gras marquant la veille du début du Carême orthodoxe.

« Aujourd’hui, vers 16 heures, nous avions terminé la messe, les gens commençaient à sortir. Un homme avec une barbe a couru vers l’église en criant +Allah Akbar+ et a blessé mortellement quatre personnes », a raconté à RBK le prêtre Pavel.

« Il avait un fusil et un couteau », a-t-il affirmé, précisant: « Quand nous avons entendu les tirs, nous avons vite fermé les portes pour qu’il n’entre pas ».

Des photos publiées par les médias locaux montraient le cadavre d’un homme présenté comme l’assaillant avec une barbe fournie et un treillis militaire. Elles montraient également deux corps sans vie sur le sol boueux, recouverts d’un drap blanc.

Voisin de la Tchétchénie, le Daguestan, dont la population est majoritairement musulmane, est l’une des régions les plus pauvres et instables de Russie.

Elle est la cible régulière d’attaques parfois revendiquées par le groupe Etat islamiste, à qui la rébellion armée islamiste dans le Caucase russe a prêté allégeance en juin 2015.

Romandie.com avec(©AFP / 18 février 2018 16h24)                                            

Russie: le site de l’opposant Navalny bloqué par les autorités

février 15, 2018

Moscou – L’accès au site de l’opposant numéro un au Kremlin, Alexeï Navalny, a été bloqué jeudi sur ordre de l’autorité russe de contrôle des médias, après la demande d’un milliardaire visé par une récente enquête de l’opposant.

« Roskomnadzor (autorité de contrôle des médias) a bloqué https://navalny.com/ à la demande de (l’oligarque russe Oleg) Deripaska », a annoncé l’opposant sur Twitter. « Le site reste encore accessible via quelques fournisseurs d’accès à internet, mais c’est temporaire », a-t-il ajouté.

Le blocage du blog d’Alexeï Navalny intervient moins d’une semaine après la publication d’une vidéo accusant l’influent vice-Premier ministre russe Sergueï Prikhodko de bénéficier des largesses du milliardaire Oleg Deripaska.

Celui-ci avait par la suite exigé que toutes les informations relatives à sa vie privée, notamment une vidéo le montrant avec un homme ressemblant à M. Prikhodko sur son yacht, soient retirées d’internet et des médias ayant couvert l’affaire.

Dans un e-mail envoyé à l’AFP, un porte-parole du milliardaire russe a précisé jeudi que « la demande de M. Deripaska vise à protéger son droit à la vie privée et n’a rien à voir avec un quelconque combat politique entre M. Navalny et ses opposants ».

« N’ayant pas été la source principale de la fuite d’informations privées, M. Navalny n’est pas partie prenante dans l’affaire actuelle. De plus, la plainte ne l’empêche pas de mener sa propre enquête, à condition de ne pas utiliser des informations personnelles de M. Deripaska », ajoute le porte-parole.

Alexeï Navalny, qui a fait de la lutte anticorruption son leitmotiv, écrit avoir reçu samedi un avertissement de Roskomnadzor l’invitant à « supprimer tout » le contenu de son blog, enregistré comme « site contenant des informations dont la diffusion en Russie est interdite ».

Roskomnadzor avait confirmé auprès des agences de presse russes qu’une « décision d’un tribunal russe l’obligeait à prendre des mesures pour bloquer l’accès à l’information diffusée » par le site d’Alexeï Navalny.

Deux vidéos qui constituent des éléments-clés de l’enquête de M. Navalny ont disparu dans la nuit de mercredi à jeudi du réseau social Instagram où elles avaient été postées à l’origine.

Selon une source proche du dossier, les autorités russes ont menacé Instagram de bloquer complètement l’accès au service pour lui faire retirer des publications.

Interrogé par l’AFP, le réseau social détenu par Facebook a simplement répondu qu’il lui arrivait, de façon générale, de se plier aux demandes de gouvernements.

« Lorsque les gouvernements estiment que quelque chose, sur internet, enfreint leurs lois, ils peuvent contacter des entreprises et nous demander de limiter l’accès à ce contenu. Nous examinons ces demandes avec attention, à la lumière de la législation locale, et lorsque cela se justifie, nous rendons (le contenu) inaccessible dans le pays ou le territoire concerné », a indiqué une porte-parole à l’AFP.

Oleg Deripaska avait qualifié les accusations de l’opposant d' »outrageantes et fausses » et promis de défendre « son honneur et sa dignité devant la justice ».

Le blocage du site d’Alexeï Navalny intervient près d’un mois avant l’élection présidentielle du 18 mars, de laquelle il a été écarté par la Commission électorale en raison d’une condamnation judiciaire, qu’il dénonce comme montée de toutes pièces. L’opposant a appelé à boycotter le scrutin.

Le 28 janvier, quelques milliers de Russes, dont plus de 4.000 à Moscou, ont répondu à son appel en descendant dans les rues pour manifester. Près de 300 personnes avaient été interpellées, dont M. Navalny, selon l’ONG russe OVD-Info.

L’appel à manifester avait surtout été diffusé via les réseaux sociaux, comme Facebook, Vkontakte (équivalent russe de Facebook), Telegram ou encore Twitter, dont l’opposant est féru.

Le site d’Alexeï Navalny avait déjà été bloqué en mars 2014, quelques jours après des manifestations à Moscou contre l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Romandie.com avec (©AFP / 16 février 2018 02h39)                                            

Les accidents d’avions les plus meurtriers en Russie depuis 2000

février 11, 2018

Des policiers près du lieu du crash d’un avion militaire russe dans la mer Noire près de Sotchi, dans le sud de la Russie, le 27 décembre 2016 / © AFP/Archives / VASILY MAXIMOV

Voici un rappel des accidents d’avion les plus meurtriers intervenus depuis 2000 en Russie, après qu’un avion de ligne russe transportant 71 personnes s’est écrasé dimanche peu après son décollage de l’aéroport Domodedovo de Moscou.

– 2016 –

Le 25 décembre, 92 morts dans la chute en mer Noire d’un avion militaire russe peu après son décollage d’Adler, au sud de la station balnéaire de Sotchi. Le Tupolev Tu-154 effectuait un vol de routine à destination de la base aérienne russe de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie. Parmi les victimes figuraient plus de 60 membres des choeurs de l’Armée Rouge.

Le 19 mars, 62 morts lors du crash à l’atterrissage d’un Boeing 737-800 de la compagnie émiratie flydubai à l’aéroport de Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie. L’avion en était à sa seconde tentative d’atterrissage dans de mauvaises conditions de visibilité quand il s’est écrasé.

– 2013 –

Le 17 novembre, 50 morts dans le crash d’un Boeing 737 de la compagnie russe Tatarstan, en provenance de Moscou, à l’aéroport de Kazan, dans la république russe du Tatarstan (Volga). L’avion était entré en service en 1990 et avait été exploité par sept compagnies au total, mais une erreur de pilotage est évoquée par les autorités russes.

– 2010 –

Le 10 avril, 96 morts dont le président polonais Lech Kaczynski et des hauts responsables politiques et militaires polonais se rendant aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de Katyn, lorsqu’un Tupolev-154 s’écrase en tentant d’atterrir près de Smolensk (ouest de la Russie). Le crash est attribué aux mauvaises conditions météorologiques ainsi qu’à des erreurs des pilotes polonais et des contrôleurs aériens russes.

– 2008 –

Le 14 septembre, 88 morts lorsqu’un Boeing-737-500 de la compagnie Aeroflot s’écrase dans l’Oural russe peu avant d’atterrir à Perm. L’agence fédérale russe du transport aérien annonce onze jours après l’accident la suspension de l’exploitation des Boeing de ce type en raison des difficultés de navigation rencontrées par les pilotes.

– 2006 –

Le 9 juillet, 125 morts dans l’accident à l’atterrissage d’un Airbus A310 de la compagnie aérienne russe Sibir à Irkoutsk (Sibérie). L’hypothèse d’une panne du système hydraulique de commande des freins de l’Airbus est évoquée.

Le 3 mai, 113 morts dans la chute en mer Noire d’un Airbus A320 de la compagnie arménienne Armavia peu avant l’atterrissage à l’aéroport de Sotchi (sud de la Russie) dans des conditions météorologiques mauvaises.

– 2001 –

Le 3 juillet, 145 morts lors de la chute d’un TU-154 de la compagnie VladivostokAvia près d’Irkoutsk (Sibérie orientale) à la suite d’une erreur de pilotage.

Romandie.com avec(©AFP / 11 février 2018 16h27)

Le crash d’un avion de ligne russe près de Moscou fait 71 morts

février 11, 2018

La police bloque les accès à la zone du crash d’un avion de ligne russe près de Moscou, le 11 février 2018n / © AFP / Vasily MAXIMOV

Un avion de ligne russe s’est écrasé près de Moscou dimanche peu après avoir décollé de l’aéroport de Domodedovo, causant la mort des 71 passagers et membres d’équipage à bord.

L’appareil, un Antonov An-148 de la compagnie Saratov Airlines, a disparu des écrans radar à 14H28 locales (11H28 GMT), quatre minutes après son décollage en direction d’Orsk, une ville de l’Oural.

Il s’est écrasé dans le district de Ramenski, à quelque 70 km au sud-est de Moscou, des témoins assurant aux agences de presse russes avoir vu l’appareil en flammes tomber près du village d’Argounovo.

« 65 passagers et six membres d’équipage se trouvaient à bord de l’appareil, tous sont morts », a annoncé dans un communiqué l’antenne du parquet spécialisée dans les transports.

La route menant au site du crash était bloquée dimanche soir après la nuit tombée, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place. Les environs étaient couverts d’une épaisse couche de neige, qui continuait de tomber.

Si les recherches des corps et des débris, dispersés sur une zone très étendue, sont compliquées par la neige, un responsable régional du ministère des Situations d’urgence cité par les agences de presse russes, Sergueï Polietykhine, a indiqué qu' »une boîte noire a été trouvée sur le site du crash ».

Dans un communiqué, le ministère des Situations d’urgence avait annoncé que « plus de 150 personnes et environ 20 véhicules de secours se sont rendus sur le lieu du crash », les images des télévisions russes montrant notamment plusieurs hélicoptères se posant dans les champs environnant le site du crash.

« Le président Poutine a ordonné au gouvernement de créer une commission spéciale sur cette catastrophe aérienne », a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences russes. Le président « présente ses condoléances à tous ceux qui ont perdu des proches dans cette catastrophe », a-t-il ajouté.

Vladimir Poutine a annulé un déplacement prévu lundi à Sotchi (sud) où il devait recevoir le président palestinien Mahmoud Abbas, a-t-il ajouté. Cet entretien devrait avoir lieu à Moscou.

– Chutes de neige –

Alors que la neige est encore tombée dimanche sur Moscou et sa région, les véhicules de secours ont eu du mal à accéder au lieu du crash, forçant les secouristes à poursuivre à pied.

Les premières images diffusées par les télévisions russes montrent des débris de l’appareil, aux couleurs oranges de Saratov Airlines, disséminées dans des champs enneigées.

Le ministre russe des Transports, Maxime Sokolov, s’est également rendu sur place, ont annoncé les médias russes, ajoutant qu’une enquête avait été ouverte. Si aucune piste n’a encore été avancée, l’hypothèse d’un acte terroriste n’est pas envisagée par les autorités russes.

Alors que plusieurs témoins déclaraient avoir vu l’avion entrer en collision avec un hélicoptère de la Poste russe, l’entreprise a démenti cette information et un responsable du ministère des Situations d’urgence, cité par les agences, a assuré « qu’aucun débris d’hélicoptère n’a été trouvé ».

Un centre de crise a été ouvert à l’aéroport Domodedovo, le second aéroport de la capitale russe en nombre de passagers.

A Orsk, une ville de l’Oural proche de la frontière avec le Kazakhstan, les proches des passagers commençaient aussi à affluer à l’aéroport, selon les médias locaux.

Basée à Saratov (Volga), Saratov Airlines exploite essentiellement des avions russes Antonov ou Yakovlev. Cette compagnie, qui n’a jamais été impliquée dans un accident mortel depuis la fin de l’URSS en 1991, dessert surtout des villes de province en Russie ainsi que les capitales du Caucase.

Avion biréacteur du constructeur ukrainien Antonov, l’An-148 a réalisé son premier vol en 2004. Ce court-courrier peut transporter jusqu’à 80 passagers sur une distance de 3.600 kilomètres.

Depuis son entrée en exploitation l’avion a connu au moins cinq incidents impliquant le train d’atterrissage, le système électrique et le système de guidage.

Le dernier accident mortel d’un avion sur le territoire russe remonte à décembre 2016, quand un avion de passagers de type Tupolev Tu-154 appartenant au ministère de la Défense s’était écrasé peu après son décollage d’Adler (sud) à destination de la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie. Parmi les victimes figuraient plus de 60 membres des choeurs de l’Armée Rouge.

En mars 2016, un Boeing 737 de la compagnie flydubai s’était écrasé à l’aéroport de Rostov-sur-le-Don, faisant 62 morts, alors qu’il essayait d’atterrir dans de mauvaises conditions.

Romandie.com avec (©AFP / 11 février 2018 17h32)                

Russie: une ONG s’alarme de la « criminalisation » de l’utilisation d’internet

février 5, 2018

Une ONG s’alarme de la criminalisation de l’utilisation d’internet en Russie / © AFP/Archives / SAUL LOEB

Quarante-trois personnes ont été condamnées à des peines de prison en 2017 en Russie pour des contenus postés sur internet, a accusé lundi une ONG de défense des droits de l’Homme qui s’inquiète de la « criminalisation rampante » de l’utilisation d’internet dans ce pays.

« En moyenne, 244 pages ont été bloquées sur l’internet russe chaque jour en 2017. Tous les six jours, un internaute a fait l’objet d’une attaque ou de menaces et tous les huit jours, un internaute a été condamné à une peine réelle de privation de liberté », a noté l’ONG Agora dans un rapport présenté lundi.

« Au cours de l’année passée, comme en 2016, nous avons enregistré une hausse significative des attaques et des cas de poursuites contre les internautes. Le nombre des menaces d’inculpation (411 contre 298 en 2016) et le nombre des condamnations à une privation réelle de liberté (43 contre 32 en 2016) ont considérablement augmenté », expliquent les auteurs du rapport.

Un meurtre et 66 cas de violence ou de menaces contre des blogueurs ou des journalistes, un record depuis qu’Agora publie ce rapport, ont été recensés en 2017 par cette organisation.

Mais « la grande majorité des atteintes à la liberté d’internet (exactement 115.706 en 2017) sont liées au blocage de contenu ou à l’interdiction d’informations pour différentes raisons », poursuit cette ONG qui regroupe des avocats spécialisés dans la défense des droits de l’Homme.

Le rapport cite le cas d’un blogueur de Perm (Oural) condamné à trois ans et onze mois de colonie pénitentiaire pour un canular téléphonique qu’il a mis en ligne et celui très médiatique de Rouslan Sokolovksi, un vidéo-blogueur condamné pour avoir chassé des Pokémons dans une église d’Ekaterinbourg (Oural) et en avoir tiré une vidéo diffusée sur internet.

Les auteurs du rapport s’inquiètent de la « criminalisation rampante » de l’utilisation d’internet en Russie, assurant qu’il n’y a « aucune raison de penser que cela puisse changer dans les années à venir ». Ils dénoncent aussi « le rôle grandissant du FSB (services secrets), qui devient de fait le régulateur de l’internet russe, à la fois technologiquement et en tant qu’organe de répression ».

Agora, qui surveille depuis dix ans l’internet en Russie, dit avoir observé au cours de cette décennie « 214 cas de violences contre des militants, blogueurs ou journalistes, dont cinq meurtres et plusieurs tentatives de meurtre ».

Romandie.com avec(©AFP / 05 février 2018 16h11)                

Centrafrique: arrivée d’une première livraison d’armes russes à Bangui

janvier 28, 2018

 

Des rebelles de la Séléka à Bria, dans le nord-est de la Centrafrique, en 2013. © Jacob Zocherman/AP/SIPA

Une première cargaison d’armes russes, destinées à l’équipement des forces armées centrafricaines, est arrivée dans la nuit de vendredi à samedi à Bangui, a appris l’AFP de sources onusiennes concordantes.

L’avion, un IL76 opéré par l’armée russe, est arrivé à l’aéroport de Bangui depuis Khartoum le 26 au soir, et est reparti pour Khartoum dans la nuit.

« Il y avait des agents russes pour les accueillir », a indiqué à l’AFP une source de l’ONU.

Mi-décembre, après de longues négociations avec le Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie avait été autorisée à donner un stock d’armement conséquent à la RCA, destiné à l’armée centrafricaine en reconstruction, en vertu d’une exemption accordée par l’ONU à Moscou à l’embargo sur les armes décrété à l’égard de ce pays.

Washington, Paris et Londres avaient notamment demandé à leur partenaire russe des mesures renforcées de stockage de ces armes et de les identifier précisément avec des numéros de série, selon des sources diplomatiques.

Moscou doit équiper deux bataillons, soit 1.300 hommes, avec des armes légères (pistolets, fusils d’assaut, de précision et mitrailleuses, mais également lance-roquettes RPGs et armes anti-aériennes).

La Russie va former des militaires centrafricains

La Russie a également reçu l’autorisation de l’ONU d’entraîner les militaires centrafricains à l’utilisation de ces armes.

Des instructeurs militaires russes sont déjà arrivés à Bangui, a appris l’AFP de sources onusiennes et diplomatiques concordantes. Un camp d’entraînement militaire est en cours de réhabilitation à Bérengo, dans le sud-ouest du pays, a appris l’AFP de ces mêmes sources.

La Centrafrique, où de nombreux groupes armés continuent de sévir, est visée par un embargo sur les armes depuis 2013. Les dirigeants centrafricains avaient demandé il y a quelques mois à la Russie de lui fournir des armes pour des unités en cours de formation par l’Union européenne.

Début janvier, les Etats-Unis ont annoncé un don de 12,7 millions de dollars pour des programmes de formation de l’armée centrafricaine.

A terme, la force de paix de l’ONU en Centrafrique, qui vient d’être prolongée pour un an, doit être remplacée sur le terrain par les Forces armées centrafricaines (FACA).

La Centrafrique est embourbée dans un conflit depuis le renversement en 2013 du président François Bozizé par une coalition pro-musulmane (l’ex-Séléka), qui a entraîné une contre-offensive de milices pro-chrétiennes autoproclamées d’ »autodéfense » (anti-balaka, ou anti-machettes). Si la capitale Bangui est désormais épargnée par les violences, ces groupes armés continuent de s’affronter sur une large partie du territoire pour le contrôle des ressources dans ce pays de 4,5 millions d’habitants, l’un des plus pauvres au monde.

Jeuneafrique.com

GB: le chef de l’état-major met en garde contre la menace russe

janvier 22, 2018

Londres – Le chef de l’armée britannique a mis en garde lundi le Royaume-Uni contre la menace posée par la Russie, la « plus complexe et réelle » depuis la fin de la Guerre froide, et réclamé plus d’investissements.

Le chef de l’état-major interarmes britannique, le général Nick Carter, a déclaré que la Russie développait une stratégie armée de plus en plus agressive et qu’elle avait par ailleurs démontré en Syrie sa capacité à utiliser des missiles à longue portée de haute technologie.

La Russie représente « le défi sécuritaire le plus complexe et réel que nous ayons à affronter depuis la Guerre froide », a-t-il déclaré dans un rare discours public, durant lequel il a longuement détaillé les capacités militaires russes, vidéo en langue russe à l’appui.

« Nous devons prendre garde à ne pas tomber dans la complaisance, les parallèles avec 1914 sont forts », a-t-il poursuivi devant le Royal United Services Institute (RUSI), un centre d’analyses britannique spécialisé dans les questions de défense et de sécurité et basé à Londres.

« Notre génération s’est habituée à choisir ses guerres depuis la fin de la Guerre froide. Mais nous pourrions ne pas avoir le choix d’être en conflit avec la Russie », a-t-il ajouté.

Le général Carter a affirmé que des manoeuvres militaires effectuées en 2017 par la Russie étaient des attaques simulées contre l’Europe du Nord, de Kaliningrad à la Lituanie.

– Réagir ‘maintenant

« Il faut réagir à ces menaces maintenant, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre sans rien faire », a-t-il insisté.

Sans mentionner explicitement la Russie, le chef des armées a également mis en garde contre la guerre menée sur internet avec un « recours sophistiqué à des campagnes de dénigrement et des fausses informations », citant notamment les interférences dans la campagne présidentielle américaine.

Le général Carter a prévenu que le Royaume-Uni risquait d’avoir du mal à faire face aux capacités militaires de la Russie et d’autres pays s’il n’investissait pas davantage dans ses forces armées, éprouvées par des années d’austérité budgétaire.

Selon des informations de presse, le ministre de la Défense Gavin Williamson appelle à un accroissement du budget des forces armées. Les déclarations très directes du militaire haut gradé lundi devraient renforcer la pression sur le ministre des Finances Philip Hammond.

« Notre capacité à préempter les menaces ou à y réagir sera diminuée si nous ne nous maintenons pas au niveau de nos adversaires », a plaidé le chef d’état-major interarmes.

Un porte-parole de la Première ministre Theresa May a assuré lundi devant la presse que les « menaces » évoquées par Nick Carter avaient été intégrées dans une réflexion en cours sur la politique de défense.

Le Royaume-Uni, a-t-il ajouté, est « en position de force, avec un budget de défense de 36 milliards de livres (environ 41 milliards d’euros, ndlr), qui atteindra près de 40 milliards d’ici 2020-2021. C’est le plus important budget de défense de l’Europe, le deuxième de l’OTAN et le cinquième du monde ».

Les efforts budgétaires permettront « de financer de nouvelles capacités », a-t-il renchéri, citant de « nouveaux porte-avions, sous-marins, véhicules blindés et avions ».

Romandie.com avec(©AFP / 22 janvier 2018 20h10)                                            

Russie: rejet de la candidature de l’opposant Navalny à la présidentielle

décembre 25, 2017

L’opposant russe Alexeï Navalny s’adresse à la presse devant les bureaux de la Commission électorale russe à Moscou, le 25 décembre 2017 / © AFP / Dmitry Serebryakov

La Commission électorale russe a rejeté lundi la candidature à la présidentielle du 18 mars prochain de l’opposant Alexeï Navalny, qui a aussitôt appelé ses partisans à boycotter le scrutin.

Invoquant une condamnation judiciaire dénoncée comme « fabriquée » par l’opposant, la Commission a voté à l’unanimité, lors d’une réunion publique, pour refuser le dossier présenté la veille au soir par le juriste de 41 ans à l’issue d’une journée de mobilisation de ses partisans.

« Nous allons appeler tout le monde à boycotter ces élections, nous ne reconnaîtrons pas les résultats », a aussitôt annoncé Alexeï Navalny à la presse.

Cette décision est loin de constituer une surprise car cette instance avait à plusieurs reprises averti que l’opposant ne pourrait se présenter avant 2028 en raison d’une condamnation en février dernier à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds dans une affaire remontant à 2009.

La présidente de la Commission Ella Pamfilova a assuré n’avoir « aucune observation » à faire quant aux documents apportés par Alexeï Navalny, répétant qu’il s’agissait de faire respecter la loi.

« Il est évident que ces affaires ont été fabriquées pour ne pas me laisser me présenter », a dénoncé M. Navalny lors des débats publics précédant la décision, s’appuyant sur une décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

Romandie.com avec(©AFP / 25 décembre 2017 16h36)