Posts Tagged ‘Sacrifice’

Congo: Dieudonné Moyongo chassé du gouvernement à cause de son refus de sacrifier son fils

septembre 28, 2022
 Dieudonné  Moyongo chassé du gouvernement à cause de son refus de sacrifier son fils

Alors qu’il a été envoyé dans son département de la Likouala pour superviser l’élection du conseil départemental, Dieudonné Moyongo qui occupait jusque-là le ministère de la culture a été débarqué du gouvernement à la surprise publique bien que lui-même s’y attendait depuis son refus catégorique de sacrifier pour le compte de la Grande Loge du Congo son fils depuis 2018. Les Mbochis n’aiment pas ceux qui profitent de leur pouvoir sans contribuer.

Au mois de février 2018, Jean Dominique Okemba piquait une grosse colère suite au refus réitéré d’alors ministre de la culture Dieudonné Moyongo de participer à la contribution humaine par le sacrifice de son fils.

Dieudonné Moyongo était désemparé des rappels de JDO qui ne lui laissait plus respirer en le signifiant chaque fois qu’il profitait déjà de leur pouvoir sans rien apporté en retour. Avant sa nomination au gouvernement, Moyongo aurait accepté toutes les conditions dont les sacrifices humains des membres de sa famille.

Le ministre de la culture avait demandé un temps de réflexion à Jean Dominique Okemba avant de sacrifier une fille avec qui était sa maîtresse. On lui a rappelé qu’avant lui, Léonidas Mottom a bien sacrifié l’ancien humoriste Cœur à Cœur à défaut de ses enfants.

Mais son calvaire n’a jamais trouvé une fin avec l’insistance de la Grande Loge du Congo d’un sacrifice des membres de sa famille. N’ayant pas respecté les accords signés avec les francs-maçons pour son entrée au gouvernement sur le sacrifice de son fils, Dieudonné Moyongo vient d’en faire les frais. Il n’a pas été reconduit au gouvernement bien qu’il a épargné la vie de son fils.

Avec Le Congolais.fr

Congo: Fils d’un franc-maçon, il fuit le jour de son mariage pour ne pas sacrifier sa femme

septembre 18, 2022
 Fils d’un franc-maçon, il fuit le jour de son mariage pour ne pas sacrifier sa femme

Il s’appelle yotchi Tchibinda, environ 35 ans, fils du chargé de mission du Président de la République répondant au nom de Jean Louis Tchibinda. Il s’apprêtait à épouser sa fiancée Marie Pascale à la mairie centrale de Pointe-Noire. Seulement le jour J, il ne s’est pas présenté à la mairie. On l’aurait vu à Brazzaville. Pour quelles raisons? Vous allez le savoir.

Le père de Yotchi et François Ndouna appartiennent à la même loge maçonnique. La dot s’étant déroulée quelques jours avant la date de la cérémonie officielle, déjà Yotchi disparaissait le soir de la dot. Il avait été convié par son père (qui a financé le mariage à hauteur de 16 millions) à une cérémonie maçonnique où François Ndouna aurait également été présent. Là-bas il lui a été dit qu’après le mariage il devait « faire passer » Marie Pascale mystiquement. Yotchi, amoureux de sa femme, a refusé de l’offrir en sacrifice. L’unique moyen pour lui de ne pas livrer sa future épouse était donc de renoncer à ce mariage. D’où sa disparition pour protéger sa chérie.

Pour donner une explication à cette disparition la famille a laissé courir la rumeur selon laquelle Yotchi avait consulté un pasteur qui lui a dit qu’il ne devait pas se marier sinon il leur arriverait un malheur. Cette version est naturellement fausse. La vérité est que Yotchi a agi en homme responsable en protégeant sa femme des appétits meurtriers et sataniques de la loge.

Avec Le Congolais.fr

Congo: Un colonel franc-maçon de la DGSP tapé par les amis judoka de son fils qu’il a voulu sacrifier

mars 29, 2022

Le Colonel Oko de la sécurité présidentielle vient de faire les frais de son appartenance à la Grande Loge maçonnique du Congo qui lui a exigé en sacrifice son propre fils. Mais il a oublié un petit détail, celui du sport pratiqué par son fils qui est basé sur la solidarité et l’entraide. Une fois que les hommes de Dieu ont détecté la provenance des menaces mystiques pesant sur le fils du colonel Oko, ses amis Judoka n’ont pas hésité à se faire justice en assurant une bastonnade très punitive au franc-maçon qui a renoncé finalement au sacrifice.

Un club amateur de Judo par le biais de ses membres a sauvé de justesse la vie d’un des leurs en appliquant la violence. Le Judoka Aimé Oko, très apprécié par ses collègues a été victime d’une tentative de sacrifice par son propre père qui est colonel au sein de la Direction générale de la sécurité présidentielle.

Ayant adhéré à la Grande Loge du Congo que dirige JDO et Sassou dans l’unique but de bénéficier des promotions professionnelles, le colonel Oko à l’instar de tous les membres de cette secte a l’obligation de faire des sacrifices humains. Et cette fois-ci, le gibier a livré n’était entre autre que son propre fils Aimé.

Quand son fils a commencé à sentir des menaces mystiques, sa mère, séparée de son père et qui est une fervente chrétienne s’est vite dirigée vers les hommes de Dieu pour sauver son fils. Tous les serviteurs de Dieu ont mis en cause une seule personne, à savoir son propre père.

Excédés par ce comportement irresponsable et inhumain du colonel Oko, les amis Judoka de son fils Aimé se sont rendu à son domicile à Nkombo pour se faire justice préventive qui s’est avérée très salutaire. Au nombre de six, ils ont passé à tabac le colonel qui n’a eu la vie sauve grâce à sa promesse de ne plus sacrifier son fils et surtout de renoncer à toutes représailles.

Depuis lors, Aimé son fils a quitté le domicile de son père au profit de celui de sa mère à Ouenzé où il tente de renouer avec sa vie de toujours. A Nkombo, le colonel Oko dont tous les voisins connaissent les visées maçonniques sort désormais très tôt et rentre tard de peur d’être l’objet du songui songui.

Avec Sacer-infos.com

France: un parisien devient fou pour avoir tenté de sacrifier son oncle au Congo

mars 6, 2018

Un Congolais vivant dans la région parisienne a été admis au service psychiatrique de la maison de santé d’Epinay-sur-Seine dans le 93 après avoir présenté des signes de folie. Son épouse affirme qu’il avait tenté de sacrifier son oncle sorcier au pays accusé d’être responsable de la mort de sa nièce.

Un costume « travaillé » envoyé à son oncle à Mpaka à Pointe-Noire a été la cause principale de l’affolement de Jean Christ L, un Congolais vivant dans la région parisienne depuis plus de 10 ans.

Ses proches soutiennent que l’oncle qui est un grand sorcier s’est sans doute rendu compte du piège qui lui a été tendu à travers ce costume, et a fait un retour à l’envoyeur. Vu que Jean Christ L n’était pas protégé mystiquement, il a été foudroyé et se retrouve aujourd’hui dans ce que les Congolais appellent «  Kabano ». Quelques semaines plus tôt,la famille a été attristée par la mort inattendue d’une des nièces de Jean Christ L à Pointe-Noire. Toutes les consultations faites par la famille auprès des hommes de Dieu et de Satan conduisaient vers un seul homme. Le fameux oncle qui vit à Mpaka, un quartier de la ville de Pointe-Noire.

Et toutes les représailles contre cet oncle jugé sorcier se sont avérées inefficaces grâce selon la famille à la puissance de sa sorcellerie.

C’est lors d’une rencontre fortuite dans un RER avec un ami de la RDC au retour du travail que Jean Christ L a pris la décision de se venger de son oncle, après que le Kinois le lui ai suggéré par la méthode du costume « travaillé ».

Un grand maître Indou installé à Clignancourt selon le Kinois aurait opéré des miracles et neutralisé plusieurs sorciers à Kinshasa par la même méthode.

Jean Christ L s’y est rendu avec le costume acheté pour son oncle à Magenta. Une fois « travaillé », le costume a été envoyé à Pointe-Noire comme cadeau à travers la petite sœur de sa femme qui y allait en vacances.

Jean Christ L avait sous-estimé la force de la sorcellerie de son oncle, lequel dès réception du colis a senti le danger et pris des précautions et a contre attaqué. Résultat : Jean Christ L est devenu fou.

Sacer-infos.com par Stany Franck

 

Congo: Mission ratée: Jean-Jacques Bouya a voulu sacrifier son neveu

février 2, 2018

 

C’est la joie et le réconfort dans la famille du neveu du ministre « Grands travaux » après que la puissance de Dieu par des prières intenses chez un prêtre catholique ait empêché que leur fils laisse de façon mystique la terre des hommes. Cette famille a juré de couper définitivement les ponts avec Bouya.

« Comment Jean jacques pouvait nous faire ça ? » s’est interrogée et continue à le faire cette famille dont le fils et neveu du ministre était sur le point d’être sacrifié dans ce qu’on appelle à Brazzaville crime maçonnique.

Nul n’ignore que ces derniers temps Jean Jacques Bouya est devenu la cible de tous les Congolais lesquels à cause de la crise semblent retrouver la mémoire et courage de pointer du doigt les voleurs de la république. Presque tout le monde demande la tête de Jean Jacques Bouya.

Sans doute pour se protéger et faire passer ce mauvais vent en influençant les décisions du chef de l’État, le seul habilité à le sacrifier, Jean Jacques Bouya aurait été instruis par le grand maître de lui offrir du sang humain familial. Et le malchanceux était son neveu.

Comme tout bon stratège, Bouya a mis en avant sa fortune et son esprit philanthropique pour attirer son neveu. Assoiffé d’argent, le Congolais n’hésite jamais à prendre même celui du diable.

A la surprise de la famille, Jean Jacques Bouya qui partage rarement sa vraie famille, aurait remis selon les témoignages proches de la victime une somme assez considérable et des vêtements fraîchement ramenés d’Europe à son neveu, un brillant étudiant.

Quelques semaines après, le calvaire du neveu a commencé par des crises d’épilepsie, perte de vue et mémoire avant une paralysie partielle de ses membres. La médecine n’ayant rien apporté de positif, c’est vers un prêtre catholique vivant à Mayanga après le pont du Djoué et réputé que la famille s’est confiée.

Après une semaine de jeûne et prières, le prêtre a révélé à la famille la dure vérité, et sauvé leur fils. Les parents ont décidé de prendre leurs distances avec Jean Jacques Bouya et s’est réfugiée dans la prière.

Sacer-infos.com par Stany Franck

 

Mali : un soldat français tué à 100 km de Gao

mars 6, 2013

Des soldats français patrouillent près de Gao. Des soldats français patrouillent près de Gao. © AFP

Un quatrième soldat français a été tué, mercredi 6 mars, au Mali. Il participait à une opération dans l’est du pays, à 100 km de Gao. Son décès a été annoncé par l’Élysée dans un communiqué.

Le décès du quatrième soldat français tué au Mali a été annoncé par l’Élysée dans un communiqué. Ce brigadier-chef du 68e régiment d’artillerie d’Afrique de La Valbonne de Clermont-Ferrand est mort dans la matinée du mercredi 6 mars, alors qu’il participait à une mission à une centaine de kilomètre de Gao.

Dans le communiqué, François Hollande « rend hommage au sacrifice de ce militaire qui a accompli avec courage et dévouement sa mission pour libérer le Mali des groupes  terroristes ». Le chef de l’État « adresse à sa famille et ses proches ses très sincères condoléances et les assure de la pleine solidarité de la nation ».

Jeuneafrique.com

Victime de ma condition humaine d’étranger

juin 3, 2011

Dans le beau pays de mon service
J’ai terminé ma vie en sacrifice
Après un long séjour dans l’eau
Comme le chien du dernier sot

Je pouvais me mettre à l’abri
J’ai fait confiance à l’esprit
Qui n’éprouvait aucune crainte
De cette guerre ivre et méchante

Des gens pourtant fuyaient à pieds
Mon coeur alangui transit de pitié
Regardait leurs talons sur le trottoir
Jusqu’aux dernières minutes du soir

La vie augurait maintenant la peur
J’avais le préssentiment du malheur
Pouvant arriver sans merci à tout temps
Comme une balle perdue dans le vent

L’imprudence du signal de la conscience
N’allumait pas son phare de la méfiance
Quand les canons éclataient de partout
Je ne pouvais plus me tenir debout

Les discours de garantie de protection
De ma belle condition humaine d’étranger
Étaient une pure tromperie de mon attention
Au dernier crépuscule vital du vent léger.

Bernard NKOUNKOU

Le parfum de l’immolation

février 1, 2011

Mon courage de l’immolation
Victoire majeure de la révolution
D’un acte du prix de la liberté
Est une clé vitale de la cherté

La fumée de mon corps brûlant
A traversé la frontière au vent
Comme un jasmin de contagion
Dans la peau de chaque nation

Fier de mon sacrifice humain
Baume du droit d’exister demain
Pour tous les enfants du pays
Savourant la liberté et la joie

Peuple de nos chers continents
Ma mort est un fort et bel exemple
Pour les dictatures de chiendent
Qui rongent la mie du peuple

Bernard NKOUNKOU