Posts Tagged ‘Sadio Mané’

Sénégal : Sadio Mané de nouveau élu meilleur footballeur africain de l’année

juillet 22, 2022

Le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, a quant à lui remporté le prix d’entraîneur africain de l’année. Chez les femmes, la Nigériane Asisat Oshoala a été primée pour la cinquième fois.

L’attaquant sénégalais Sadio Mané, sous les couleurs de Liverpool, le 3 mai 2022. © Jose Breton/Pics Action/NurPhoto via AFP

Le Sénégalais Sadio Mané, attaquant du Bayern Munich, a été désigné meilleur joueur africain de l’année 2022 lors de la cérémonie des CAF Awards organisée par la Confédération africaine de football (CAF), jeudi 21 juillet à Rabat, au Maroc.

Mané avait déjà remporté ce prix en 2019 alors qu’il jouait à Liverpool. En raison de la pandémie de Covid-19, la distinction n’avait pas été attribuée en 2020 et en 2021. Sadio Mané, 30 ans, a été l’un des artisans du sacre du Sénégal lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), en février 2022. Il a notamment inscrit le tir au but décisif en finale face à l’Égypte.

Asisat Oshoala primée pour la cinquième fois

Transféré cet été au club bavarois, le Sénégalais était présent à la cérémonie de remise des prix, au lendemain d’un match amical remporté 6 à 2 par sa nouvelle équipe à Washington face à DC United et lors duquel il a inscrit un but sur penalty. Il a devancé son ex-partenaire d’attaque à Liverpool et finaliste de la CAN, l’Égyptien Mohamed Salah, et son compatriote Édouard Mendy, gardien de but de Chelsea.

Le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé, a quant à lui remporté le prix d’entraîneur africain de l’année. La Nigériane Asisat Oshoala, qui évolue en club à Barcelone, a de son côté été désignée, pour la cinquième fois, joueuse africaine de l’année.

Par Jeune Afrique avec AFP

Avenir de Sadio Mané : le triple cauchemar des supporters anglais

mai 30, 2022

À l’issue d’une finale de la Ligue des Champions perdue, des propos attribués au footballeur sénégalais Sadio Mané ont alimenté la rumeur de son départ du Liverpool FC pour le Bayern de Munich.

© Damien Glez

Les Liverpuldiens ont dû finir le week-end avec la bière mauvaise et les Beatles tristes. Et avec eux, tous les Britanniques qui espéraient voir le Liverpool FC ramener un septième trophée de Champions League dans un Royaume-Uni “brexité”. Et comme si le but fatal du Brésilien madrilène Vinícius José Paixão de Oliveira Júnior ne suffisait pas, deux autres dimensions de la soirée ont infusé le goût amer de la défaite comme un sachet de Five o’clock Tea…

Avec un mouvement de grève sur la ligne B du RER parisien desservant le Stade de France qui accueillait la finale, un double filtrage contre-productif des spectateurs, d’énormes files d’attente mal gérées par une sécurité dépassée, le passage en force de nombreuses resquilleurs et la grogne de détenteurs de billets ayant payé parfois 550 euros, le match a débuté avec 36 minutes de retard. La pagaille s’est installée aux portes d’entrée, avec son lot de gaz lacrymogènes rappelant les manifestations caricaturales de gilets jaunes. Message malvenu envoyé par une capitale française encore groggy par la défaite de son Paris Saint-Germain, en huitièmes de finale, et organisatrice des Jeux Olympiques de 2024…

Porte dérobée

Les larmes de la débâcle et des irritations lacrymogènes à peine séchées, une rumeur aux airs d’annonce est venue, le même soir, réactiver les glandes lacrymales… Après la rencontre au Stade de France, certains affirment que le Sénégalais Sadio Mané aurait confié à ses coéquipiers : « Je veux remercier les fans pour tout et l’entraîneur aussi. Je souhaite à cette équipe tout le meilleur du monde ». Des remerciements et des vœux qui, certes, ne valent pas officialisation d’un départ… Sauf que le Sénégalais répondait, la veille et en ces termes, à une question sur ses ambitions pour l’année prochaine : « Je suis entièrement concentré sur le match de samedi, c’est la réponse que je dois donner avant la finale. Mais revenez me voir samedi et je vous donnerai la réponse. »

Aux réseaux dominicaux enflammés par la presque-info, le conseiller en communication du champion d’Afrique, Bacary Cissé, a tenu à afficher un démenti, affirmant que Mané était « sorti du stade par une porte dérobée » pour éviter, justement, « d’être interpellé par les journalistes sur son avenir à Liverpool ». Dont acte. L’entraîneur des Reds, Jürgen Klopp a, lui, refusé de commenter les rumeurs du possible départ de son joueur.

Buzz et trompe-l’œil

Les amateurs du football contemporain savent que les transferts de stars du ballon rond sont devenus d’interminables feuilletons truffés de fuites et de fausses fuites, d’indices en trompe-l’œil et d’actes manqués préfabriqués destinés à alimenter les buzz, voire les enchères. Il reste que Sadio Mané est courtisé par plusieurs clubs européens de grande facture, que Liverpool aurait fixé le prix du transfert – un peu plus de 41 millions d’euros selon le Daily Mail, 58 selon The Sun – et que le nom du Bayern de Munich est le plus cité, devant le Real Madrid, le FC Barcelone, l’AC Milan ou le Paris Saint-Germain de l’époque Leonardo. Les Allemands auraient proposé un contrat de 3 ans au joueur et l’agent du Sénégalais aurait rencontré Hasan Salihamidžić, le directeur sportif du Bayern…

En attendant les conclusions officielles de ce dossier, les Britanniques déprimés par les montagnes russes émotionnelles du week-end se consoleront, du 2 au 5 juin, avec les célébrations du Jubilé de platine de leur reine Elizabeth II, le 70e anniversaire de son accession au trône. God save the queen and Sadio Mané ?

Damien Glez

Avec Jeune Afrique par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Sadio Mané, meilleur joueur de l’histoire du football sénégalais ?

février 7, 2022
Sadio Mané pose avec le trophée de la CAN, le 6 février 2022, au stade Olembe de Yaoundé © Ayman Aref/DPA/MAXPPP

Il a été le principal acteur du sacre du Sénégal, devenu champion d’Afrique en battant l’Égypte dimanche soir (0-0, 4-2 aux t.a.b). Et tout au long de la compétition, l’attaquant des Lions de la Teranga a tiré ses coéquipiers vers le haut.

On dit souvent que pour aller très loin dans une compétition majeure, et accessoirement la gagner, il faut que le meilleur joueur de l’équipe soit à son meilleur niveau. Ce fût le cas en 2019, quand Riyad Mahrez, avec ses trois buts, ses passes décisives et son influence dans le jeu collectif, contribua à réinstaller l’Algérie sur le toit du football africain, après une longue éclipse de vingt-neuf ans. Cette année, le Fennec n’a pas brillé, sa sélection a quitté le Cameroun au soir du premier tour, et c’est un finaliste de 2019 qui a pris sa revanche.

Sadio Mané et le Sénégal sont devenus champions d’Afrique, et l’attaquant de Liverpool, élu meilleur joueur du tournoi à 29 ans, a pris une part prépondérante dans la conquête de ce premier titre de l’histoire des Lions de la Teranga.

Décisif dès le premier match

Dès le premier match face au Zimbabwe (1-0), le 10 janvier à Bafoussam, Mané a montré son implication et sa détermination à accompagner son équipe le plus loin possible. « Ce jour-là, il a marqué un penalty lors du temps additionnel. Il a su prendre ses responsabilités, et sans cette victoire, le Sénégal ne se serait peut-être pas qualifié pour les huitièmes de finale », rappelle l’ancien défenseur international Omar Daf (54 sélections entre 1999 et 2012), sélectionneur-adjoint lors de la Coupe du Monde 2018 et désormais entraîneur du FC Sochaux.

Mané avait commencé la CAN en inscrivant un penalty décisif. Il l’a terminée en transformant le tir au but permettant aux Lions de terrasser les Pharaons, plus de deux heures après avoir manqué un penalty. « Sadio n’est pas une grande gueule, c’est un garçon plutôt réservé, qui parle peu mais qui a beaucoup de caractère et de tempérament. Cet échec dans les toutes premières minutes ne l’a pas fait sortir de son match, il a continué à tenir son rôle de leader technique, en se montrant appliqué, combattif et exemplaire », poursuit l’ex défenseur sénégalais, finaliste de la CAN en 2002.

Le patron de la sélection

S’il n’avait pas marqué lors des deux autres matches du premier tour face à la Guinée (0-0) et au Malawi (0-0), l’influence de Mané s’est révélée décisive lors des matchs à élimination directe. Buteur face au Cap Vert (2-0), passeur décisif contre la Guinée Équatoriale (3-1), le joueur formé à Génération Foot a livré une prestation majeure en demi-finale lors d’un Sénégal-Burkina Faso (3-1) de référence.

« Il avait déjà fait de très bons matches avec la sélection, mais je crois que celui-ci est un ton au-dessus des autres. Il a marqué, fait marquer, et ce match résume sans doute le mieux ce qu’il a fait lors de cette CAN au Cameroun. Sadio n’a cessé de donner l’exemple, par son investissement et cela a encore plus donné envie à ses coéquipiers de le suivre », ajoute Omar Daf. Au Cameroun, le buteur des Lions ne s’est pas contenté de faire ce qu’il fait de mieux, il s’est aussi impliqué sans rechigner dans le travail défensif, une tâche dont les attaquants ne raffolent guère.

S’IL N’AVAIT PAS RÉUSSI UN TOURNOI DE CE NIVEAU, LE SÉNÉGAL N’AURAIT PEUT-ÊTRE PAS GAGNÉ LA CAN

Depuis sa première sélection en mai 2012 lors d’un match amical face au Maroc, Sadio Mané, qui évoluait alors au FC Metz, en Ligue 2 française, n’a jamais cessé de clamer son attachement au maillot national. Avec ses 86 sélections et ses 29 buts, l’attaquant est aujourd’hui considéré par de nombreux observateurs comme le meilleur joueur de l’histoire du football sénégalais. « C’est également mon avis, et pas seulement parce qu’il a gagné la CAN. Nous avons eu de très grands joueurs au Sénégal, mais Mané est pour moi le meilleur. Il a réellement tiré le groupe vers le haut, et s’il n’avait pas réussi un tournoi de ce niveau, le Sénégal n’aurait peut-être pas gagné la CAN, même si il y a beaucoup de qualités dans l’effectif d’Aliou Cissé », conclut Daf.

Dans moins de deux mois, les retrouvailles entre l’Égypte et le Sénégal (24 et 29 mars), à l’occasion du barrage qualificatif pour la Coupe du Monde 2022 offriront à Mané une nouvelle occasion de montrer qui est le patron…

Avec Jeune Afrique par Alexis Billebault

Football : le Sénégalais Sadio Mané sacré meilleur joueur africain de l’année

janvier 8, 2020

L'international sénégalais Sadio Mané.

L’international sénégalais Sadio Mané. © Paul Harding/AP/SIPA

 

L’attaquant a reçu hier à Hurghada (Égypte) le titre de meilleur joueur africain de l’année 2019, devant son équipier égyptien Mohamed Salah et l’Algérien Riyad Mahrez.

Quatrième au classement du Ballon d’Or, remporté pour la 6e fois par l’Argentin Lionel Messi, Sadio Mané a connu une année faste tant avec Liverpool (victoires en Ligue des champions et au Mondial des clubs), qu’avec sa sélection, battue en finale de la CAN.

Il a terminé aussi co-meilleur buteur de la saison 2018-2019 de Premier League, avec 22 buts.

Premier titre

Au total, le virevoltant ailier de 27 ans a marqué 34 buts pendant l’année 2019 et réalisé 12 passes décisives en 61 matches.

Le joueur de Liverpool devance son équipier égyptien Mohamed Salah, qui avait remporté les deux précédentes éditions, et l’Algérien Riyad Mahrez, capitaine et l’un des principaux artisans de la victoire des Fennecs lors de la Coupe d’Afrique des nations.

C’est la première fois que Mané décroche cette récompense.

Le dernier Sénégalais sacré était El-Hadji Diouf en 2002, une année marquée également par une finale de la CAN, mais aussi par un quart de finale au Mondial au Japon et en Corée du Sud.

« Je suis vraiment content et fier de remporter ce trophée » a réagi sur le podium le Sénégalais, seul joueur présent parmi les trois nommés sur les bords de la mer Rouge.

Asisat Oshoala sacrée meilleure joueuse

Riyad Mahrez, 28 ans, pourra se consoler un peu avec le prix du plus beau but de l’année, pour son coup franc en lucarne qui a offert la qualification en finale de la CAN à l’Algérie dans les tous derniers instants du match contre le Nigeria.

Son pays a également été sacré meilleure équipe africaine de l’année, et son sélectionneur, Djamel Belmadi, a également été primé.

Le milieu offensif de Manchester City est pourtant le seul joueur algérien dans l’équipe type africaine de l’année, où figurent le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang, le Sénégalais du PSG Idrissa Gueye ou le défenseur du Cameroun et de Liverpool Joël Matip.

La Nigériane Asisat Oshoala a été sacrée meilleure joueuse africaine.

L’attaquante de Barcelone a atteint la finale de la Ligue des champions et a aidé le Nigeria à sortir des poules lors du Mondial-2019 en France, conclu par une élimination en huitièmes de finale.La seconde équipe africaine qui est sortie des poules, le Cameroun, a remporté le prix de la meilleure équipe de l’année.

Samuel Eto’o, quadruple vainqueur du trophée, a animé la cérémonie organisée par la Confédération africaine de football en présence également du président de la Fifa Gianni Infantino ou de l’entraîneur français Arsène Wenger.

 Par Jeune Afrique avec AFP