Posts Tagged ‘saint denis’

Congo-Diaspora: Décès de Dave Mapingou

juin 8, 2018
Les Familles MAPINGOU, MOCKASSA et NZAOU informent les proches et amis sur le décès de leur fils, Dave MAPINGOU, survenu le 5 Juin 2018, à Paris.Une veillée sera organisée le Samedi 9 Juin 2018 au 34-46 Avenue du vieux chemin de Saint-Denis 92390 Villeneuve – La – Garenne à partir de 20h.

COMMUNIQUÉ DE LA FAMILLE

« Bonjour à tous,

Suite au décès de leur fils, Dave MAPINGOU, survenu le 5 juin au Centre Jeanne Garnier de Paris (France), les familles: Mapingou, Mockassa et Nzaou, organisent une veillée de recueillement ce samedi 9 juin 2018 à partir de 20h.
Lieu de la veillée:
34-46, Avenue du vieux chemin de Saint-Denis. 92390 Villeneuve- La- Garenne.

Accès: tramway 1 Saint-Denis; RER D Les Courtilles. Arrêt la Noue.
Bus 137 ou 177 arrêt lycée Charles Petiet.

Contacts:
Igor: 06 51 68 29 70
Nicole: 06 27 75 65 74
Marceline: 06 19 25 90 97
Édith: 07 61 08 66 69

« Merci d’avance à tous ceux qui nous assisteront de près ou de loin »

 

Photo de BrazzaNews.
Dave Mapingou

Avec Brazzanews.fr

Blessé par balle lors de l’assaut de Saint-Denis, Ahmed l’Égyptien restera en France

novembre 25, 2015

 

La préfecture des Hauts-de-Seine « a procédé au retrait des arrêtés » concernant Ahmed, sans-papiers menacé d’expulsion, blessé par balle pendant l’assaut du Raid.

ahmed

Ahmed a été blessé lors des attentats du 13 novembre 2015. © DOMINIQUE FAGET

France: Ahmed, blessé dans l’assaut de Saint-Denis, sommé de quitter le territoire

novembre 23, 2015

saint

Vue extérieure de l’immeuble où logeait Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats, le 18 novembre 2015 à Saint-Denis.afp.com/ERIC FEFERBERG

Cet Égyptien de 63 ans, voisin des terroristes, a tout perdu lors de l’assaut du Raid à Saint-Denis. Sans papiers, il s’est vu remettre une obligation de quitter le territoire français à l’issue de son audition par la police.

Le sort s’acharne sur Ahmed. Voisin de palier des terroristes de Saint-Denis, cet Égyptien de 63 ans a déjà vécu l’enfer mercredi 18 novembre, lors de l’assaut des forces de l’ordre, rapporte Le Parisien. « Il était environ 4h30 du matin. Il y a eu une explosion (…) J’ai cru que l’immeuble était en train de s’écrouler! J’ai voulu sortir. Des policiers avec des lampes torches m’ont dit de rentrer dans mon logement (…) Moi, je me suis tout de suite dit: Je vais mourir… », raconte-t-il au journal quotidien.

 Pendant tout l’assaut, il se recroqueville sur son lit, puis tente de se protéger des nombreuses balles tirées –plus de 5000 rien que par les hommes du Raid. « Des balles ont touché le lavabo, la télé et le frigo », confie-t-il, « Les tirs provenaient de partout ». Vers la fin de l’assaut, alors que les policiers lui demandent de sortir « les bras en l’air », il reçoit une balle -probablement de la police, estime le sexagénaire- dans le bras.
Évacué à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans le XIIIe arrondissement de Paris, l’histoire aurait pu s’arrêter là pour ce peintre en bâtiment qui réside en France depuis 9 ans. Sauf qu’Ahmed est sans papiers. À l’issue de son audition par la police, il reçoit une obligation de quitter le territoire français.

« Y avait-il urgence à lui notifier de quitter le territoire sans qu’il ait pu faire valoir ses droits en tant que victime ? », a dénoncé son avocat, Me Karim Morand-Lahouazi qui annonce qu’il va introduire un référé-suspension contre cette mesure. L’avocat rappelle que son client a tout perdu dans l’assaut et qu’il ne peut même plus s’habiller, sans parler de se loger.

Lexpress.fr

France: Abaaoud, le cerveau présumé des attentats de Paris, est mort

novembre 19, 2015

-abdelhamid-abaaoud

Une photo non datée, prise du magazine en ligne en anglais du groupe EI Dabiq, montrant probablement Abdelhamid Abaaoud afp.com/-

Le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, est mort dans l’assaut de Saint-Denis mercredi, a annoncé le parquet de Paris.

Il vient d’être formellement identifié grâce à ses empreintes digitales. Le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, est mort dans l’assaut de Saint-Denis, a annoncé ce jeudi le parquet de Paris. « Il s’agit du corps découvert dans l’immeuble, criblé d’impacts. » Mais les circonstances de sa mort ne sont pas encore établies avec précision, il s’agit notamment de savoir s’il s’est fait, ou non, exploser, précise le parquet.

 C’est un « témoignage faisant état de sa présence sur le territoire français » qui avait permis aux enquêteurs de remonter jusqu’à un « possible lieu de retranchement d’Abaaoud », en plein centre de Saint-Denis, selon François Molins, procureur de Paris.

Comment est-il rentré de Syrie?

Sa présence ou non dans l’appartement de la rue Corbillon était la principale question en suspens depuis l’intervention antiterroriste qui a coûté la vie d’au moins deux terroristes mercredi à Saint-Denis. Car celui qui se faisait appeler Abou Omar al-Baljiki (« le Belge ») était censé se trouver en Syrie, à Raqqa, fief de l’organisation Etat islamique.

Le retour en Europe de cet homme, figure de premier plan parmi les djihadistes francophones partis en Syrie, pose des questions sur les failles dans le dispositif mis en place par les services antiterroristes européens. Ce n’est sans doute pas la première fois qu’Abaaoud est revenu clandestinement en Europe depuis la Syrie.

Condamné à une lourde peine en Belgique, connu des services, ce terroriste de 27 ans a été décrit par le procureur de Paris, François Molins, comme l' »inspirateur de très nombreux projets d’attentats ou attentats terroristes en Europe ». C’est un proche de Salah Abdeslam, terroriste toujours en fuite. Selon un proche de l’enquête, un téléphone qu’il utilisait a été repéré en Grèce en janvier, au moment des attentats déjoués de la cellule de Verviers en Belgique. Dans l’édition de février de Dabiq, le magazine de l’organisation Etat islamique, il a donné un entretien qui accréditait la thèse d’un tel voyage.

Les enquêteurs s’attachent désormais à identifier les restes d’une deuxième personne morte dans l’appartement de Saint-Denis. Les policiers qui sont intervenus pensent qu’il s’agit d’une femme qui a déclenché son gilet d’explosifs. Cela doit être confirmé par les analyses scientifiques. Il pourrait s’agir d’une membre de la famille d’Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Ait Boulahcen.

Lexpress.fr par

France: le commando neutralisé mercredi pouvait passer à l’acte, les personnes tuées ou arrêtées non identifiées

novembre 18, 2015

Paris – Tout laisse à penser que les personnes arrêtées ou tuées mercredi matin lors de l’assaut d’un appartement à Saint-Denis, au nord de Paris, pouvaient passer à l’acte pour un nouvel attentat, a déclaré le procureur François Molins.

Le cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud (129 morts), ne figure pas parmi les huit personnes interpellées, et on ignore s’il figure parmi les personnes décédées, a ajouté mercredi soir le procureur François Molins, en charge de l’enquête, lors d’une déclaration à la presse.

Des corps ont été retrouvés dans les décombres de l’appartement, mais le procureur a dit n’être pas en mesure de communiquer leur nombre, ni les identités. Les autorités avaient annoncé auparavant qu’au moins deux personnes avaient été tuées lors de l’assaut.

Les trois personnes interpellées dans l’appartement n’ont pas non plus été encore identifiés, leur identité étant en cours de vérification, a indiqué le procureur. Il a précisé que ni Abaaoud ni Salah Abdeslam, soupçonné d’avoir fait partie d’une des trois équipes de tueurs vendredi, ne figurent parmi les personnes arrêtées.

L’opération policière a été lancée sur la foi d’un témoignage lundi sur la présence en France d’Abaaoud, a ajouté M. Molins.

Le procureur a présenté Abaaoud comme un individu suspecté d’être l’inspirateur de nombreux projets d’attentats ou attentats terroristes en Europe pour le compte de l’organisation terroriste Etat islamique.

Le procureur a encore affirmé qu’un SMS indiquant on est parti, on commence a été envoyé le soir des attaques de vendredi à partir d’un téléphone portable qui a ensuite été découvert dans une poubelle à l’extérieur de la salle de concert du Bataclan. Les investigations s’attachent bien évidemment à déterminer quel est le destinataire de ce message, envoyé à 21H42, peu avant l’attaque, a-t-il ajouté.

Romandie.com avec(©AFP / 18 novembre 2015 20h14)

France: Fin de l’assaut à Saint-Denis: deux morts, sept interpellations

novembre 18, 2015

L’assaut lancé mercredi par les forces de sécurité contre un immeuble du centre de Saint-Denis, près de Paris, est terminé, a-t-on appris de source policière. Mais les opérations de sécurisation se poursuivaient à la recherche d’éventuels autres suspects.

« L’assaut vient d’être terminé. Les forces de l’ordre restent sur place pour sécuriser l’environnement, notamment les riverains », a-t-on précisé.

L’opération, en lien avec l’enquête sur les attentats du 13 novembre, a fait deux morts dans les rangs de djihadistes présumés – une femme qui s’est fait exploser et un suspect dont l’identité reste à déterminer – et cinq blessés chez les policiers.

Les forces de l’ordre ont procédé à sept interpellations: trois « extraites » par la police de l’appartement visé, deux dans des appartements voisins, et deux autres à proximité.

Cerveau des attentats visé
Les enquêteurs ciblaient Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats de Paris, a-t-on appris de source proche de l’enquête. Sa présence dans l’immeuble situé près du Stade de France n’était toutefois pas certaine, selon une source judiciaire qui parle d' »hypothèse de départ ».

Une autre source a indiqué que « les forces de l’ordre recherchaient des terroristes qui préparaient un acte prochain sur la base d’informations de la SDAT (les services antiterroristes, ndlr) et de l’étranger ». Selon elle, il s’agissait d' »une nouvelle équipe qui projetait un attentat à La Défense. »

Romandie.com

 

Thierry Roland : son nom bientôt donné à une tribune du Stade de France

novembre 6, 2012

Une partie de stade en hommage

La tribune de presse du Stade de France sera baptisée Thierry Roland en mémoire du commentateur décédé en juin dernier.

C’est dans cette partie du Stade de France que Thierry Roland a vécu la plus grande émotion de sa carrière. Le 12 juillet 1998, l’équipe de France battait le Brésil en finale de la Coupe du monde de football faisant ainsi basculer le commentateur sportif et tout le pays dans une inoubliable euphorie. En souvenir de ce moment et en hommage à Thierry Roland, son nom sera donné à la tribune de presse du Stade de France.

D’après le blog d’un journaliste du Parisien, l’initiative revient à Philippe Auroy, le directeur général délégué de l’enceinte située à Saint-Denis. Le baptême de la tribune devrait se dérouler le 6 février prochain en marge du match qui opposera les Bleus à l’Allemagne au Stade de France.

Thierry Roland s’était éteint le 16 juin dernier des suites d’un accident vasculaire cérébral. Quelques semaines plus tôt, il avait été contraint de renoncer à commenter les matchs de l’Euro de football en raison d’une intervention chirurgicale. Une compétition qui aurait dû marquer ses retrouvailles au micro avec Jean-Michel Larqué, son compère de (presque) toujours.

Voici.fr par C.G

Eric Raoult : l’ancien ministre en garde à vue pour violences conjugales

octobre 11, 2012

Humiliant et violent selon sa femme

Eric Raoult : l’ancien ministre en garde à vue pour violences conjugales

Eric Raoult est depuis ce matin en garde à vue après une plainte déposée par son épouse.

Il n’est pas plus perturbé que ça Eric Raoult, l’ancien ministre UMP et actuel maire du Raincy (Seine-Saint-Denis).

Placé en garde à vue ce matin, il a tenu à relativiser les choses. « Je suis à l’hôtel de police, pour l’instant j’ai juste été entendu », a-t-il confié à 20 minutes.

Les faits qui lui sont reprochés dans la plainte déposée contre lui le 22 juin sont pourtant graves : sa femme Corinne l’accuse de violences conjugales selon les informations d’ Europe 1.

Le lendemain de cette plainte, l’ancien député faisait un grave malaise et été hospitalisé dans un état « semi comateux ». Il a cependant déclaré à 20 Minutes qu’il ne fallait pas faire de lien entre les deux évènements et que son pépin de santé était plutôt à mettre sur le compte « des résultats électoraux du mois de juin. »

Sa femme avait déclaré dans les colonnes du Parisien, au lendemain, de ce malaise que son mari « (l)’avait humiliée, qu’(il) avait été très violent ». Elle le soupçonnait également d’avoir feint sa perte de connaissance afin « d’échapper aux plaintes. » L’heure est venue de rendre des comptes.

Voici.fr par P.S.B

Après le coup d’État, les Maliens de France mobilisés pour leur pays

avril 3, 2012

Ils sont une centaine d’hommes, le visage grave, assis sur les chaises d’une salle polyvalente de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Ce mardi soir, dans un silence total, ils écoutent les discours des responsables associatifs maliens qui les ont rassemblés.

La situation dans le pays est préoccupante. Ils sont inquiets pour leurs proches. Ramata Coulibaly, originaire de la ville de Gao, prend la parole. Elle raconte l’échange téléphonique qu’elle a eu avec une cousine, quelques heures plus tôt. «Ils ont cassé l’hôpital, ils ont cassé les pharmacies, ils ont pillé les stocks de nourriture pour les écoles», raconte-t-elle à une salle tendue.  «Les enfants sont affamés, les femmes sont affamées, tout le monde a peur.»

A côté d’elle, Issa Maïga se lève. D’une voix convaincue, il martèle: «Si on croise les bras, si on ne fait rien, c’est fini.» Tous acquièscent. Samedi, à 14h, ils se rassembleront à Paris pour crier leur désarroi.

20minutes.fr