Posts Tagged ‘Saint-Siège’

Pédophile: arrestation au Vatican d’un prêtre ex-diplomate à Washington

avril 7, 2018

Cité du Vatican – Le Vatican a annoncé samedi l’arrestation, sur son territoire, de Carlo Alberto Capella, ex-conseiller de l’ambassade du Saint-Siège à Washington, soupçonné d’avoir consulté des images pédopornographiques.

Ce prêtre, en poste jusqu’à l’an dernier auprès de la nonciature (ambassade) du Vatican, avait été rappelé en septembre au Saint-Siège où une enquête avait alors été ouverte.

Les autorités judiciaires du petit Etat ont émis un mandat d’arrêt contre cet ecclésiastique, aussitôt mis en oeuvre par la gendarmerie vaticane, selon un communiqué du Saint-Siège. Mgr Capella a été incarcéré dans une cellule de la caserne de la gendarmerie du Vatican.

Le 21 août, le département d’Etat américain avait fait état, par voie diplomatique, d’une possible violation des lois sur les images pédopornographiques de la part d’un membre du corps diplomatique du Saint-Siège accrédité à Washington, avait indiqué en septembre le service de presse du Vatican.

Le Saint-Siège a par conséquent rappelé ce prêtre, sans donner suite à une demande de levée d’immunité diplomatique, avait alors indiqué une source du département d’Etat.

« Les Etats-Unis ont adressé une demande officielle à la nonciature pour que l’immunité diplomatique de cette personne soit levée, mais la nonciature a refusé de le faire », avait déclaré ce responsable sous couvert d’anonymat.

« Les Etats-Unis encouragent le Saint-Siège à faire en sorte que ses réformes et sa politique de protection des mineurs soient pleinement mises en oeuvre, et que justice soit rendue concernant ces accusations », avait ajouté cette source.

Les informations fournies par les Etats-Unis avaient été transmises au procureur du tribunal du Vatican, qui avait alors ouvert une enquête et entamé une collaboration internationale pour obtenir des éléments sur cette affaire.

Un mandat d’arrêt avait également été émis l’an dernier au Canada à l’encontre de Mgr Castella, un Italien âgé de plus de 50 ans, pour consultation, possession et distribution de pornographie juvénile.

Le prélat aurait effectué fin décembre 2016 des téléchargements de pornographie infantile depuis l’intérieur d’une église de la ville de Windsor (Ontario).

En 2013, le pape François a mis en vigueur une nouvelle législation concernant les abus sexuels sur mineurs et également la pornographie. Un prêtre reconnu coupable encourt 12 ans de prison.

Si un procès pour ces chefs d’accusation devait s’ouvrir au Vatican, ce serait le premier du genre, après le décès de Josef Wesolowski. Ce nonce polonais accusé de pédophilie avait été rappelé d’urgence de République dominicaine en 2013 par le Vatican, après des informations de presse qui l’accusaient d’avoir eu des relations sexuelles tarifées avec des mineurs.

Le Vatican avait refusé de l’extrader vers la Pologne. Il avait été jugé et sanctionné en juin 2014 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui l’avait réduit à l’état laïque, la peine maximale pour un prélat.

Le pape François avait également ordonné des poursuites pénales pour abus sexuels sur mineurs, une première historique au Vatican. Le prélat avait été arrêté et assigné à résidence, mais était décédé à 67 ans, en août 2015, à la veille de l’ouverture de son procès pénal.

Romandie.com avec(©AFP / 07 avril 2018 16h08)                                            

Le pape François ne recevra pas le dalaï lama à l’occasion du sommet des Nobel

décembre 11, 2014

Cité du Vatican – Le pape François ne recevra pas le dalaï lama, attendu pour trois jours à Rome à partir de vendredi pour un sommet de lauréats du prix Nobel de la paix, a déclaré jeudi un porte-parole du Vatican.

Le pape François a évidemment beaucoup d’estime pour le dalaï lama, mais ne recevra aucun des Nobel de la paix. Il devrait adresser un message vidéo aux participants au sommet, a déclaré le porte-parole adjoint du Vatican, Ciro Debenettini, sans autre explication.

Les efforts de rapprochement du Saint-Siège avec la Chine, l’extrême susceptibilité de Pékin sur ce sujet et le risque de rétorsions pour les libertés des catholiques en Chine sont à l’origine de la décision du Vatican de ne pas recevoir le dalaï lama, ont confirmé des sources diplomatiques.

Le pape accorde une grande importance au dialogue inter-religieux et le rapport avec le bouddhisme devrait être un des thèmes de sa prochaine visite au Sri Lanka du 12 au 14 janvier.

La dernière rencontre d’un pape avec le dalaï lama remonte à une audience privée accordée par le pape Benoît XVI en octobre 2006.

Prix Nobel de la paix il y a 25 ans, le dalaï lama est désormais éconduit par un nombre croissant de chancelleries soucieuses de ménager la Chine et apparaît de plus en plus isolé dans son exil indien.

Le Saint-Siège cherche à obtenir l’établissement de relations pleines et entières avec la Chine, mais réclame pour cela que les autorités chinoises accordent une réelle liberté de culte dans le pays, en particulier à la petite minorité catholique, et laissent le Vatican désigner les évêques.

Lors de son voyage en Corée du Sud en août, Jorge Bergoglio avait manifesté son intérêt pour une normalisation des relations avec Pékin, afin que le catholicisme puisse se développer en Chine.

Les sujets de friction ne manquent pas dans l’actualité récente. Ces derniers mois, le mouvement démocratique à Hong Kong a été très soutenu par les catholiques locaux et leurs cardinaux et évêques nommés par Rome.

Le statut de Hong Kong y permet en effet une grande liberté religieuse.

La Chine communiste de Mao avait coupé les ponts avec le Saint-Siège en 1951. Depuis la Révolution culturelle, période de fortes persécutions pour les chrétiens chinois, les rapport se sont cependant améliorés.

Selon des experts, la Chine compterait quelque 12 millions de catholiques, dont la moitié dépendent de congrégations obéissant à l’Association patriotique des catholiques chinois, sous contrôle officiel.

Les autres appartiennent aux Eglises dites clandestines, loyales au Vatican.

La principale pomme de discorde reste la consécration d’évêques sans l’agrément pontifical. Pour la Chine, y renoncer reviendrait à rogner publiquement sa souveraineté politique, d’autant que Pékin craint l’influence des idées importées d’Occident par les catholiques et les protestants.

Romandie.com avec(©AFP / 11 décembre 2014 12h49)

Le pape accepte la démission de l’évêque allemand dépensier

mars 26, 2014

CITE DU VATICAN (Saint-Siège) – Le pape a accepté la démission de l’évêque dépensier du Limbourg (Allemagne) Mgr Franz-Peter Tebartz-van Elst, et celui-ci recevra en temps utile une autre charge, a annoncé mercredi le Vatican dans un communiqué.

Le Saint-Siège a expliqué que la situation existant dans le diocèse du Limbourg empêche l’exercice fécond de son ministère. Le pape a en conséquence pris acte de la démission que le prélat avait présentée le 20 octobre 2013.

Le Saint-Père demande au clergé et aux fidèles du diocèse de Limbourg d’accueillir les décisions du Saint Siège avec docilité et de s’efforcer de retrouver un climat de charité et de réconciliation, a ajouté le Vatican dans son communiqué.

Il y a quelques mois, une vive polémique avait surgi au sujet du financement de la rénovation et de la transformation du centre diocésain de Limbourg. L’explosion des coûts à 31 millions d’euros, au lieu des 6 prévus, avait provoqué un énorme scandale médiatique en Allemagne.

Une commission d’enquête avait été chargée par l’Eglise allemande de présenter un rapport sur les dépenses faramineuses dans ce diocèse.

Cette commission s’était réunie à huit reprises, à partir d’octobre 2013, parfois pendant plusieurs jours d’affilée, et a entendu de nombreux témoins.

Le président de la Conférence épiscopale allemande, Mgr Robert Zollitsch, avait remis son rapport début mars au cardinal Marc Ouellet, chef de la Congrégation pour les évêques, au Vatican.

Après sa démission, l’évêque avait été invité par le pape François à se tenir à l’écart de son diocèse, administré en son absence par un vicaire général.

Mercredi, le Vatican a nommé pour le diriger Mgr Manfred Grohe, en tant qu’administrateur apostolique.

Selon la presse allemande, le rapport d’enquête a accablé celui qui a été surnommé par la presse allemande l’évêque bling-bling pour ses erreurs de gestion.

L’affaire a fait grand bruit en Allemagne à l’heure où le pape prône une Eglise plus dépouillée.

Dans ce pays, l’Eglise catholique (comme l’Eglise évangélique) profite d’un impôt du culte: elle emploie de nombreuses personnes, gère de nombreux biens et associations sociales, éducatives et sanitaires, y compris dans les pays en développement.

Romandie.com avec(©AFP / 26 mars 2014 12h48)