Posts Tagged ‘Salah Abdeslam’

Procès Abdeslam à Bruxelles: 20 ans requis contre les deux prévenus

février 5, 2018

Croquis d’audience de Salah Abdeslam réalisé le 5 février 2018 lors de son procès devant un tribunal de Bruxelles / © AFP / Benoit PEYRUCQ

Une même peine de 20 ans de prison assortie d’une période de sûreté des deux tiers a été requise lundi à Bruxelles à l’encontre de Salah Abdeslam et du complice de sa fuite, Sofiane Ayari, accusé comme lui d’avoir tiré sur des policiers en mars 2016.

Il s’agit de la peine maximale prévue devant le tribunal correctionnel pour tentative d’assassinat de policiers, a précisé dans son réquisitoire la représentante du parquet fédéral Kathleen Grosjean. Des sources judiciaires avaient précédemment estimé que cette peine pouvait atteindre 40 ans.

Des enquêteurs français et belges avaient été surpris par des tirs pendant une perquisition de routine le 15 mars 2016 dans un appartement situé rue du Dries à Forest, une commune bruxelloise.

Trois policiers avaient été blessés, tandis qu’un jihadiste algérien de 35 ans, Mohamed Belkaïd, avait été tué dans l’échange de tirs, en protégeant la fuite de Salah Abdeslam et de Sofiane Ayari.

« C’est une véritable scène de guerre à laquelle les policiers ont été confrontés. (…) C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de morts » parmi eux, a lancé Mme Grosjean.

Et selon cette dernière, peu importe qui tenait les armes, les occupants de l’appartement, tous membres de la cellule jihadiste à l’origine des attentats de Paris et de Bruxelles, peuvent être considérés comme coauteurs des tirs sur les policiers.

« Attaquer les forces de l’ordre et la Belgique en général, c’est voulu et accepté par tous les trois. Ils sont entraînés, ce sont des combattants, ils baignent là dedans depuis des semaines », a souligné la magistrate.

Kathleen Grosjean a aussi estimé que l’intention de tuer reprochée au procès aux deux fuyards ne faisait aucun doute.

« En entendant +police+ à la porte pourquoi n’ont-ils pas fui ? Le fait qu’ils soient restés signifie bien que leur but était d’attaquer, de combattre l’ennemi, de tuer les policiers s’ils étaient découverts », a-t-elle affirmé.

Romandie.com avec(©AFP / 05 février 2018 16h13)                

Publicités

Attentats de Paris: les Etats-Unis lancent des sanctions contre Salah Abdeslam

avril 5, 2016

Washington – Les Etats-Unis ont qualifié mardi Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris, de terroriste international, ce qui entraîne des sanctions à son encontre selon la loi américaine.

Cette décision, annoncée par le département d’Etat, va permettre le gel des éventuels avoirs de Salah Abdeslam sous juridiction américaine, et il est dorénavant interdit à tout citoyen ou toute entité américaine de faire des affaires avec lui.

Le citoyen français né en Belgique Salah Abdeslam est un membre opérationnel du groupe Etat islamique en Irak et au Levant, a indiqué le département d’Etat.

Le département du Trésor et le bureau qui contrôle les avoirs étrangers ont également confirmé avoir ajouté le nom de Salah Abdeslam à leurs listes des ressortissants étrangers soumis à des sanctions.

Français de Belgique âgé de 26 ans, le jeune homme, petit caïd radicalisé qui a grandi dans la commune bruxelloise de Molenbeek, semble être au cœur du réseau du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui a semé la mort à Paris (130 morts, plusieurs centaines de blessés) en novembre dernier puis à Bruxelles où 32 personnes sont mortes le 22 mars.

Il a été arrêté le 18 mars à Bruxelles et devrait être prochainement extradé vers la France. Il est soupçonné d’être le dernier membre survivant des commandos jihadistes de Paris et Saint-Denis le 13 novembre.

Des témoins ont identifié Abdeslam comme étant le conducteur d’une voiture pleine d’hommes armés qui ont tué des clients dans plusieurs restaurants à Paris, reprend le communiqué des autorités américaines.

Les enquêteurs français de leur côté ne lui attribuent pas ce rôle de chauffeur des tireurs qui ont ouvert le feu sur les terrasses de bars et restaurants. Selon eux il a convoyé ce soir-là les kamikazes vers le Stade de France, en banlieue parisienne. Lui-même, dans ses premières déclarations après plus de quatre mois de cavale, a minimisé son rôle. Il a aussi raconté qu’il voulait se faire exploser au Stade de France avant de faire machine arrière, selon le procureur de Paris, François Molins.

Les enquêteurs ont retrouvé son ADN à la fois sur une ceinture d’explosifs inutilisée, et avec des traces d’explosifs dans son appartement bruxellois. Abdeslam a dit après son arrestation qu’il voulait se faire exploser devant le stade de football de Paris (le Stade de France à Saint-Denis, Ndlr), mais il a renoncé, ajoute le département d’Etat.

Quatre jours après son arrestation, Bruxelles a à son tour été touchée par des attentats à son aéroport et dans son métro. Les suspects de ces attentats auraient également des liens avec Salah Abdeslam et la cellule terroriste qui a perpétré les attentats de Paris.

Salah Abdeslam aurait nié toute implication dans les attaques du 22 mars à Bruxelles dont il a été mis au courant car il a la télé dans sa cellule.

Romandie.avec(©AFP / 05 avril 2016 17h52)

Belgique/Arrestation de Salah Abdeslam: ce mystérieux bout de papier qui a disparu

mars 21, 2016

Où est ce bout de papier qui s'est échappé du pantalon de Salah Abdeslam lors de son interpellation? Mystère. (capture écran)

Où est ce bout de papier qui s’est échappé du pantalon de Salah Abdeslam lors de son interpellation? Mystère. (capture écran)VTM Nieuws

Vendredi, une feuille blanche s’échappe du pantalon de Salah Abdeslam lors de son arrestation à Molenbeek, pour atterrir sur le trottoir. Un élément passé inaperçu aux yeux des enquêteurs, selon les déclarations de l’un d’entre eux.

La séquence est furtive. Vendredi, lors de son interpellation à la sortie d’un immeuble de Molenbeek, Salah Abdeslam fait tomber un papier, a priori dissimulé dans son pantalon. Un détail, relevé le lendemain par la télévision flamande VTM, qui a échappé au plus grand nombre dans un premier temps, y compris aux forces de l’ordre.

Pour l’observer, nos confrères ont analysé au ralenti les images de l’arrestation du logisticien présumé des attentats de Paris et effectué un zoom (vidéo ci-après). On distingue ainsi une mystérieuse feuille blanche glisser le long de la jambe du suspect, et finir sur le trottoir au moment où l’homme est embarqué dans une voiture noire par les policiers.

Pourquoi Salah Abdeslam a-t-il caché ce bout de papier et qui y avait-il inscrit dessus? L’a-t-il volontairement laissé sur place? Autant de questions qui resteront sans doute sans réponse. Une source policière explique en effet ce lundi à Het Nieuwsblad, que, dans le feu de l’action, cet élément n’a pas été repéré. « Lors de l’arrestation, nous avions autre chose en tête. On n’a pas vu le papier flottant. Dommage », assure cette source au quotidien néerlandophone, traduite par Le Soir.

« Nous ne l’avons pas trouvé »

Après avoir vu les images à la télévision, les enquêteurs seraient retournés sur place pour tenter de mettre la main sur l’indice. « Mais nous ne l’avons pas trouvé », affirme ce même interlocuteur.

Un mystère supplémentaire parmi ceux que l’enquête devra éclaircir alors que Salah Abdeslam, seul survivant des meurtriers des attentats de Paris, a commencé à parler, notamment sur son rôle supposé le 13 novembre. Des premières déclarations accueillies avec une grande prudence.

Lexpress.fr

Salah Abdeslam « était prêt à refaire quelque chose » à Bruxelles

mars 20, 2016

La prison de Bruges, où est détenu depuis samedi 19 mars Salah Abdeslam, soupçonné d'être un des principaux logisticiens des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis.

La prison de Bruges, où est détenu depuis samedi 19 mars Salah Abdeslam, soupçonné d’être un des principaux logisticiens des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. JOHN THYS / AFP
Salah Abdeslam « était prêt à refaire quelque chose » à Bruxelles après avoir participé aux attentats de Paris. C’est ce qu’a affirmé, dimanche 20 mars, le ministre belge des affaires étrangères, Didier Reynders.

« Les premiers commentaires venant de Salah Abdeslam hier étaient qu’il voulait aller au Stade de France et qu’il allait se faire exploser, mais il ne l’a pas fait. Et l’autre information est qu’il était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles. (…) Et c’est peut-être la réalité parce que nous avons trouvé beaucoup d’armes, des armes lourdes au cours des premières investigations, et nous avons trouvé un nouveau réseau autour de lui à Bruxelles. »

Salah Abdeslam, un Français de 26 ans vivant en Belgique, seul survivant du commando djihadiste à l’origine des attaques du 13 novembre, a été arrêté vendredi dans la commune bruxelloise de Molenbeek, où il a grandi, après quatre mois de cavale. Il a été inculpé le lendemain de « participation à des assassinats terroristes » et de « participation aux activités d’un groupe terroriste » par la justice belge, puis incarcéré dans la prison haute sécurité de Bruges.

Lors de son audition samedi, il a expliqué aux enquêteurs belges qu’il souhaitait « se faire exploser au Stade de France » et « avait fait machine arrière », d’après le procureur de la République de Paris, François Molins. Il apparaît, en outre, « comme ayant eu un rôle central dans la constitution des commandos du 13 novembre, dans la préparation logistique des attentats et enfin en étant lui-même présent à Paris le 13 novembre », selon M. Molins.

Pour son avocat Me Sven Mary, Salah Abdeslam « est d’une importance capitale pour cette enquête ». « Je dirais même qu’il vaut de l’or. Il collabore, il communique, il ne maintient pas son droit au silence », a-t-il dit à la RTBF.

Plainte de l’avocat d’Abdeslam contre Molins

La prochaine étape de la procédure conduira mercredi Salah Abdeslam devant la Chambre du conseil, une juridiction d’instruction belge, qui statuera sur son maintien en détention en Belgique – détention qui devrait être prolongée d’un mois selon son avocat.

En parallèle, la France réclame son transfèrement à Paris dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen, dans un délai de trois mois maximum. Son avocat a immédiatement annoncé qu’il contesterait sa remise à la France – « il y a d’abord un dossier en Belgique, qui est à gérer et où il doit s’expliquer », a-t-il fait valoir. Mais ce refus ne fait pas obstacle à la procédure.

Dimanche, ce ténor du barreau bruxellois a lancé sa bataille judiciaire contre les autorités françaises en annonçant son intention de porter plainte contre le procureur de Paris pour violation du secret de l’instruction. « La lecture d’une partie de l’audition de M. Abdeslam en conférence de presse constitue une violation », s’est-il indigné dans le quotidien belge Le Soir.

« Je ne vois pas pourquoi le procureur de Paris doit, dans le cadre d’une instruction belge, à ce stade-ci, communiquer. (…) Nous ne sommes pas tenus par ce qui se passe en France. Par contre, eux sont tenus par le secret de l’instruction en Belgique », a déploré l’avocat sur la télévision RTBF. Cette plainte a toutefois peu de chances d’aboutir, les codes de procédure pénale français et belge offrant des dérogations au secret de l’instruction.

Un logisticien clé des attentats

Salah Abdeslam est présenté comme un des principaux logisticiens des attentats du 13 novembre. Samedi, le procureur de Paris a précisé qu’il avait « participé à l’arrivée d’un certain nombre de terroristes en Europe », soulignant notamment qu’il avait« multiplié les déplacements au moyen de locations successives de véhicules » : en Italie, en Grèce, en Hongrie, en Autriche, en Allemagne, auxPays-Bas et en France entre l’été et l’automne 2015.

Il a acheté le matériel nécessaire à la confection des ceintures explosives et loué le véhicule utilisé par le commando du Bataclan, ainsi qu’un appartement en banlieue parisienne, selon le procureur français. Le 13 novembre, il avait abandonné une ceinture explosive à Montrouge, dans la banlieue sud de Paris, et s’était rendu dans le 18ème arrondissement « dès 22 heures, après avoir déposé le commando du Stade de France » avec une Clio noire. Or un communiqué du groupe Etat islamique, qui revendiquait les attentats immédiatement après, mentionnait la commission d’un attentat dans le XVIIIème arrondissement. Il avait ensuite appelé à la rescousse deux amis bruxellois et échappé à trois barrages policiers sur la route vers la capitale belge, où sa trace s’était perdue.

Depuis la mi-novembre, treize personnes, en comptant Salah Abdeslam et un complice, connu sous les faux noms de « Mounir Ahmed Alaaj » et « Amine Choukri », interpellé en même temps que lui, ont été arrêtées et inculpées en Belgique dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris. Dix d’entre elles sont toujours en détention provisoire. « Nous sommes sûrs pour l’instant d’avoir trouvé plus de trente personnes impliquées dans les attaques de Paris, mais nous sommes convaincus qu’il y en a d’autres », a assuré dimanche le ministre belge des affaires étrangères.

Lemonde.fr

L’avocat de Salah Abdeslam va porter plainte contre le procureur de Paris

mars 20, 2016

Bruxelles – Sven Mary, l’avocat du suspect-clé des attentats de Paris Salah Abdeslam, va porter plainte lundi contre le procureur de Paris François Molins pour violation du secret de l’instruction, affirme la presse dominicale belge.

Le procureur de Paris a annoncé samedi soir lors d’une conférence de presse qu’Abdeslam, arrêté vendredi à Bruxelles, a déclaré aux enquêteurs belges qu’il voulait se faire exploser au Stade de France le soir des attentats, avant de faire machine arrière.

La lecture d’une partie de l’audition de M. Abdeslam en conférence de presse constitue une violation, s’indigne l’avocat Sven Mary, cité par le quotidien belge francophone Le Soir.

Il a violé le secret de l’enquête. Jusqu’à présent, personne n’avait donné de détails sur l’enquête, seulement sur l’état médical de mon client et sur le déroulement de la procédure à venir, a-t-il par ailleurs déclaré au quotidien néerlandophone De Standaard.

L’avocat belge a aussi critiqué le modus operandi de François Molins.

Je ne vois pas pourquoi le procureur de Paris doit, dans le cadre d’une instruction belge, à ce stade-ci, communiquer. Il y a apparemment une différence de culture entre la Belgique et la France dans les communiqués de presse par les magistrats, a-t-il développé sur la chaîne de télévision publique RTBF.

Nous ne sommes pas tenus par ce qui se passe en France. Par contre, eux sont tenus par le secret de l’instruction en Belgique, a déploré ce ténor du barreau de Bruxelles.

Toutefois, les codes de procédure pénale français et belge permettent à un procureur de se soustraire au secret de l’instruction dans certaines conditions.

Afin d’éviter la propagation d’informations parcellaires ou inexactes ou pour mettre fin à un trouble à l’ordre public, le procureur de la République peut, d’office et à la demande de la juridiction d’instruction ou des parties, rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les personnes mises en cause, prévoit l’article 11 du code de procédure pénale français.

En Belgique, une autorisation (…) permet à un procureur de faire le point, devant la presse ou le public, sur un dossier, rappelle de son côté le professeur de droit à l’Université libre de Bruxelles, Pierre Chomé, cité par l’agence Belga.

Sven Mary avait par ailleurs affirmé samedi que son client s’opposait à son transfèrement à Paris, demandé par la France dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen.

Selon cette procédure, une décision définitive sur la remise de Salah Abdeslam doit intervenir dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation, ou 90 jours s’il devait exercer un recours devant une juridiction suprême, a expliqué samedi le ministère français de la Justice.

Pour Me Mary, Salah Abdeslam est d’une importance capitale pour cette enquête.

Je dirais même qu’il vaut de l’or. Il collabore, il communique, il ne maintient pas son droit au silence. Je pense qu’il serait intéressant de laisser maintenant le temps au temps, pour que je puisse en parler avec lui, pour que les enquêteurs puissent parler avec lui, a-t-il estimé sur la RTBF.

Les attentats de Paris et Saint-Denis ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés le 13 novembre.

Romandie.com avec(©AFP / 20 mars 2016 13h42)

Attentats de Paris: Salah Abdeslam a quitté l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles

mars 19, 2016

Bruxelles – Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris, et un de ses complices ont été emmenés samedi matin hors de l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles, où ils étaient soignés, a annoncé le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur sur son compte Twitter, sans préciser leur destination.

Les deux hommes avaient été légèrement blessés lors de leur arrestation vendredi. Ils devraient être rapidement entendus par la police et un juge d’instruction.

Les 2 présumés terroristes ont quitté le CHUStPierre @VilleBruxelles Bravo et merci à tout le personnel de l’hôpital et aux forces de police, a annoncé M. Mayeur dans un message posté sur son compte Twitter en début de matinée.

Salah Abdeslam était recherché depuis quatre mois pour son implication dans les sanglants attentats de Paris et Saint-Denis qui ont fait 130 morts le 13 novembre.

Le président français François Hollande a dit vendredi s’attendre à ce que la Belgique l’extrade le plus rapidement possible vers la France.

Côté belge, cette extradition ne semble pas faire de doute: C’est normal (…) que Salah soit extradé et que la justice française traite le cas, a déclaré le ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon.

Salah Abdeslam est soupçonné d’avoir eu au moins un rôle-clé de logisticien dans ces attaques, revendiquées par le groupe Etat islamique (EI).

Quelques jours avant les attentats, il avait loué des voitures et plusieurs logements en région parisienne pour le commando.

Après avoir sans doute convoyé le soir des tueries les kamikazes du Stade de France, il avait abandonné une ceinture explosive dans le sud de la capitale française, appelé à la rescousse deux amis bruxellois et échappé à trois barrages policiers sur la route du retour vers Bruxelles.

Le complice arrêté en même temps que lui est connu sous les identités de Amine Choukri et Monir Ahmed Alaaj.

Il avait été contrôlé en compagnie de Salah Abdeslam à Ulm en Allemagne le 3 octobre 2015. Ses empreintes, relevées lors de ce contrôle, ont ensuite été retrouvées dans une maison utilisée par le groupe terroriste à Auvelais, dans la région de Namur (sud), qui a servi pour préparer les attentats de Paris.

Romandie.com avec(©AFP / 19 mars 2016 09h27)

L’homme le plus recherché d’Europe Salah Abdeslam a été arrêté

mars 18, 2016

 

La cavale de Salah Abdeslam, le « logisticien » présumé des attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts, a duré plus de 4 mois.
Salah Abdeslam a été exfiltré vers la Belgique par deux complices, Mohammed Amri et Hamza Attou, qu’il a appelé à 0h30 dans la nuit après l’attaque. Sur le trajet Paris-Bruxelles, les trois hommes ont été contrôlés à plusieurs reprises par la police, sans être inquiétés : le nom d’Abdeslam n’ayant pas encore été mis en relation avec les attentats.

Le 14 novembre à 9h45, Salah Abdeslam est repéré dans une station-service à la frontière franco-belge. Il semble détendu, les mains dans les poches. Ce sont les seules images du fugitif en cavale.

© Fournis par Le Soir Sur les images, on aperçoit Mohammed Amri en train de faire le plein de sa Golf. Aux côtés de Salah Abdeslam se trouve Hamza Attou.

© Fournis par Le Soir
En fin de matinée, les trois hommes arrivent à Bruxelles. Ils le déposent place Emile Bockstael, à Laeken.Le 14 novembre toujours, Salah Abdeslam est véhiculé depuis la place Emile Bockstael jusqu’au Heysel. Lazez Abraimi, un Marocain résidant à Jette et surnommé « Le Brocanteur », est soupçonné d’avoir conduit la voiture.

Schaerbeek

Où est ensuite allé Salah Abdeslam  ? Dans sa déposition fournie aux enquêteurs, Hamza Attout, arrêté le 15 novembre, avait expliqué que Salah ne prévoyait pas de se cacher à Molenbeek. Une planque trop évidente, selon lui.

Photo DR

© Fournis par Le Soir Photo DR Photo DR

Des traces d’ADN de Salah Abdeslam sont retrouvées le 8 décembre 2015 dans un appartement de la rue Henri Berger à Schaerbeek. L’appartement aurait servi de planque au terroriste mais rien ne permet de dire si les traces ADN sont antérieures ou postérieures aux attentats de Paris. Trois ceintures d’explosifs cousues à la main et des traces d’explosif (TATP) ont été découvertes dans ce logement.

Forest

L’appartement perquisitionné mardi, rue du Dries à Forest. Photo Joakeem Carmans (st.).

© Fournis par Le Soir L’appartement perquisitionné mardi, rue du Dries à Forest. Photo Joakeem Carmans (st.). L’appartement perquisitionné mardi, rue du Dries à Forest. Photo Joakeem Carmans (st.).

La piste du fugitif passe aussi par Forest, où des empreintes et une trace ADN de Salah Abdeslam ont été retrouvées dans l’appartement perquisitionné ce mardi. Le parquet fédéral belge a confirmé l’information au Soir mais s’est refusé à tout autre commentaire « dans l’intérêt de l’enquête ».

Le 15 mars, quatre policiers belges et deux français, qui pensaient mener une perquisition « de routine », ont fait face à des tirs de riot-gun et de kalachnikov. Mohamed Belkaid, un algérien de 35 ans, est tué, arme en main, par un tireur d’élite. Dans l’appartement, les policiers ont retrouvé une kalachnikov, 11 chargeurs, un drapeau de Daesh et un livre sur le salafisme.

Photo Reuters

© Fournis par Le Soir Photo Reuters Photo Reuters

A la suite de cette opération, deux individus, qui ont pris la fuite après la fusillade, sont recherchés. En fouillant l’appartement, la police trouve des indices qui ont permis l’arrestation de Salah Abdeslam rue des Quatre Vents à Molenbeek.
Le suspect-clé des attentats de Paris Salah Abdeslam aurait été arrêté vivant à Molenbeek, ont affirmé vendredi des médias belges. Une opération policière d’envergure était en cours dans ce quartier de Bruxelles, a indiqué le parquet.

Salah Abdeslam était recherché depuis novembre 2015 pour son rôle dans les attentats de Paris. Il aurait été blessé lors de l’intervention des forces de sécurité, a affirmé La Dernière heure. Selon le quotidien belge, il était retranché dans une maison de Molenbeek.

De Bruxelles, le président français François Hollande a pour sa part indiqué ne pas avoir de confirmation de l’arrestation de Salah Abdeslam. « Nous n’en avons pour l’instant pas de confirmation et toute information qui serait prématurée serait contraire à l’intérêt même de ce que nous recherchons », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

« Il y a un lien avec les attentats de Paris mais pour le moment, il faut laisser la police belge faire son travail et conclure l’opération qui est en cours », a-t-il précisé.

Lesoir.be par Claude de Decker avec Romandie.com

Attentats de Paris : Salah Abdeslam se serait planqué 20 jours à Bruxelles

février 19, 2016

 

Salah Abdeslam.
Salah Abdeslam. AFP
L’homme le plus recherché depuis les attentats du 13 novembre à Paris serait resté caché près de trois semaines à Schaerbeek en Belgique. Selon le site de La Dernière heure, Salah Abdeslam ne s’est pas planqué à Molenbeek comme il a été cru.
 Il aurait en réalité été déposé dès le samedi 14 novembre à Schaerbeek, une autre commune de Bruxelles,  par Ali Oulkadi, le chauffeur qui a pris la relève des deux convoyeurs qui l’ont exfiltré de Paris.

Le terroriste clé des attentats meurtriers de Paris serait resté jusqu’au 4 décembre dans un appartement situé au 86 rue Henri Bergé. Il y séjournait avec des complices, avant de fuir précipitamment car des policiers des unités spéciales se trouvaient dans le quartier. Deux perquisitions ont en effet été menées 4 décembre à Schaerbeek, la première chez un trafiquant d’armes, l’autre chez un Tchétchène soupçonné d’appartenir à un groupe terroriste. Ces perquisitions n’ont donné lieu à aucune arrestation, mais auraient fait finalement fait fuir Abdeslam.

Quelques jours après ces perquisitions, les enquêteurs de l’antiterrorisme de la police judiciaire fédérale de Bruxelles ont découvert la planque. Sur place, ils ont notamment trouvé trois ceintures d’explosif cousues à la main. L’empreinte digitale de celui qui est l’un des responsables des fusillades des terrasses a également été retrouvée.

Cette information, si elle est confirmée, contredit ce qui a été jusqu’à présent expliqué par les enquêteurs belges. En décembre dernier, le ministre belge avait ainsi expliqué que Salah Abdeslam avait été localisé à Molenbeek dans la nuit du 15 au 16 novembre. Des médias belges avaient alors expliqué que le terroriste avait pu fuir grâce à des complices qui l’avaient caché dans un meuble.

Pour l’instant, si les enquêteurs ne nient pas la découverte de l’empreinte, ils assurent ne pas savoir combien de temps Salah Abdeslam est resté caché dans l’appartement de Schaerbeek.

Leparisien.fr

Attentats de Paris : Abdeslam a été contrôlé trois fois durant sa fuite

décembre 20, 2015

 

Exfiltré après les attentats du 13 novembre, Salah Abdeslam a pris, avec ses complices, les petites routes, mais s’est fait contrôler sans être inquiété.

salah-abdeslam-
Salah Abdeslam est toujours recherché. Image d’illustration. © AFP/ KENZO TRIBOUILLARD

Une voiture louée par Salah Abdeslam retrouvée à Paris

novembre 17, 2015

Paris – Une voiture, louée par Salah Abdeslam et qui pourrait avoir servi à la préparation des attentats de vendredi soir, a été retrouvée mardi matin à Paris, a appris l’AFP de sources policières.

Cette voiture a été louée par Salah Abdeslam, soupçonné d’être l’un des auteurs des attentats de Paris vendredi et visé par un mandat d’arrêt international, ont expliqué ces sources.

Une Clio noire, retrouvée place Albert-Kahn dans le 18e arrondissement (nord) de Paris, pourrait avoir servi à la préparation des attentats, ont expliqué des sources policières. Cette voiture a été aperçue sur l’autoroute A1 (desservant le nord de la France), dans le cadre de ce qui pourrait être des liaisons préparatoires entre Paris et la Belgique, a précisé l’une d’entre elles.

Toutefois, seule l’analyse de la voiture par la police scientifique pourra déterminer son implication, a nuancé une autre source policière.

Le véhicule, garé en partie sur un passage piéton dans un virage, est immatriculé en Belgique, a constaté une journaliste de l’AFP.

Les opérations de vérification de déminage, visant à déterminer si le véhicule était piégé, se sont terminées en milieu de matinée. La police scientifique a travaillé sur le véhicule qui a été enlevé à 11 heures (10H GMT).

Romandie.com avec(©AFP / 17 novembre 2015 13h20)