Posts Tagged ‘samantha power’

Cameroun: un enfant tué par le convoi de l’ambassadrice américaine à l’ONU

avril 18, 2016

Washington – Un garçonnet camerounais a été tué accidentellement lundi dans son pays après avoir été percuté par une voiture du convoi de l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU Samantha Power, en tournée régionale pour la lutte contre Boko Haram, a annoncé la diplomatie américaine.

L’accident de la circulation avait d’abord été rapporté par des médias au Cameroun, avant que Mme Power elle-même le confirme lors d’une allocution devant la presse à Maroua dans le nord du pays.

La diplomate a expliqué qu’un véhicule de son convoi avait percuté un jeune garçon, qui malgré les soins médicaux prodigués immédiatement est mort peu de temps après.

La représentante américaine aux Nations unies a exprimé sa grande tristesse et s’est rendue auprès de la famille pour exprimer (sa) peine, le cœur brisé.

Mme Power est en tournée au Cameroun avec des responsables du Pentagone dans le cadre de la lutte régionale contre le groupe islamiste armé Boko Haram, basé au Nigeria voisin.

Cette organisation, née dans le nord-est du Nigeria en 2009, s’est fait mondialement connaître en avril 2014 par l’enlèvement de 276 lycéennes, dont seulement 57 ont réussi à s’échapper.

Depuis janvier, le Nigeria et ses voisins du Cameroun, du Tchad et du Niger se coordonnent pour se battre contre Boko Haram, avec l’aide notamment des Etats-Unis.

Le président nigérian Muhammadu Buhari avait déclaré en décembre que le groupe islamiste avait été techniquement vaincu. Il est responsable de la mort de quelque 20.000 personnes et du déplacement forcé de 2,6 millions d’autres.

Mme Power a réaffirmé que les Etats-Unis se tenaient aux côtés de ces pays africains qui luttent contre Boko Haram.

Mais elle a rappelé que le groupe armé ne sera pas vaincu uniquement grâce à l’usage de la force militaire mais aussi en le faisant d’une manière qui respecte la vie des civils.

Washington a longtemps mis en cause les agissements de certaines unités des forces armées nigérianes dans la lutte contre Boko Haram, les accusant de violations des droits de l’homme.

Romandie.com avec(©AFP / 19 avril 2016 02h27)

Une ambassadrice américaine parle des « mensonges éhontés » de Moscou

juin 11, 2015

L’ambassadrice américaine à l’ONU Samantha Power a dénoncé jeudi à Kiev les « mensonges éhontés » de la Russie destinés, selon elle, à dissimuler l’implication directe du Kremlin dans le conflit ukrainien. Elle a assuré les Ukrainiens du soutien des Etats-Unis.

La visite de Mme Power en Ukraine intervient à moment délicat. L’Est séparatiste prorusse connaît un regain des violences dans lesquelles cinq personnes ont péri en 24 heures. Par ailleurs, les pourparlers pour relancer le processus de paix sont dans l’impasse.

« L’accent mis sur l’Ukraine au Conseil de sécurité est important. Cela me permet au nom des Etats-Unis d’exposer les preuves de plus en plus nombreuses de l’agression russe, de son obscurcissement (de la situation) et de ses mensonges éhontés », a-t-elle déclaré devant plusieurs centaines d’Ukrainiens réunis dans le Palais d’octobre, en plein centre de Kiev.

« Sachez que vous n’êtes pas seuls (…), nous resterons à vos côtés maintenant que vous avez devant vous de nombreux obstacles et un long chemin à parcourir vers le changement », a-t-elle dit. Elle a cependant critiqué l’absence de réformes cruciales en Ukraine pour lutter contre la corruption et « en finir avec le monopole des oligarques ».

Occupation de la Crimée
La veille, Samantha Power s’était rendue sur le Maïdan, place centrale de Kiev et haut lieu de la contestation de l’ancien régime prorusse. Elle y a rendu hommage à la centaine de personnes mortes lors des violences de février 2014 qui ont conduit à la destitution du président Viktor Ianoukovitch.

Mme Power a rappelé l' »occupation de la Crimée par les troupes russes » qui a duré trois semaines avant son annexion en mars 2014, ce « que la Russie avait nié à l’époque mais qu’elle a depuis admis ». Le Kremlin « continue de nier » le fait que la Russie « forme, arme, finance » les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine et « combat à leurs côtés », a-t-elle insisté.

« Volontaires » russes
Kiev et les Occidentaux accusent le Kremlin d’armer les rebelles et d’avoir déployé des troupes régulières dans l’est de l’Ukraine – jusqu’à 10’000 soldats aux côtés de 33’000 rebelles selon le ministre ukrainien de la Défense.

De son côté, Moscou dément toute implication dans le conflit qui a fait plus de 6400 morts depuis avril 2014. La Russie admet toutefois la présence de « volontaires » russes partis de leur propre gré soutenir les combattants séparatistes.

Accords de Minsk
Une explication qui ne convainc pas les Occidentaux. Le président américain Barack Obama et six autres chefs d’Etat des pays du G7 ont unanimement lié lundi la question de la levée des sanctions contre la Russie à « la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk » de février sur un cessez-le-feu en Ukraine et au « respect de la souveraineté » de Kiev.

La prochaine réunion du Groupe de contact sur l’Ukraine avec les séparatistes prorusses, visant à faire avancer l’application des accords de paix, est prévue mardi à Minsk. Ce groupe réunit des représentants de la Russie, de l’Ukraine et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Nouvelles violences
Sur le terrain, la trêve instaurée dans le cadre des accords de Minsk est de plus en plus virtuelle. Trois civiles et deux soldats ont péri ces dernières 24 heures dans l’Est. Kiev et l’OSCE ont fait état de « violences sporadiques » sur toute la ligne du front.

Jeudi soir, les tirs d’armes lourdes d’une rare intensité provenant des deux côtés retentissaient à Donetsk, fief des séparatistes prorusses, selon une journaliste de l’AFP.

En visite à Marioupol, le président ukrainien Petro Porochenko a ordonné la construction de 300 postes fortifiés dans ce port stratégique sur la mer d’Azov. « Nous ne rendrons jamais Marioupol », a-t-il lancé.

Romandie.com

Le Venezuela met fin à son dialogue avec les Etats-Unis

juillet 20, 2013

CARACAS (Distrito Capital) – Le Venezuela a annoncé officiellement samedi qu’il mettait fin aux discussions qu’il avait entamées en juin avec les Etats-Unis pour tenter de normaliser les relations bilatérales, en raison de déclarations américaines jugées infâmes par Caracas.

Je confirme que je déclare terminées toutes les conversations entamées au Guatemala avec (le secrétaire d’Etat américain) John Kerry, a déclaré le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d’une cérémonie de promotions militaires dans l’ouest du Venezuela.

Le Venezuela et les Etats-Unis ont depuis des années des relations diplomatiques tendues. Ils n’ont plus d’ambassadeurs respectifs depuis 2010, mais ont des chargés d’affaires.

Début juin, le dialogue avait repris, avec une rencontre entre M. Kerry et le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua en marge d’un sommet de l’Organisation des Etats américains (OEA) au Guatemala. Nous nous sommes mis d’accord pour instaurer un dialogue permanent, avait alors déclaré M. Kerry.

Mais les conséquences de l’affaire Snowden et de récentes déclarations américaines ont décidé Caracas à mettre fin à ce processus.

Le ministère vénézuélien des Affaires étrangères l’a annoncé vendredi, et le président Maduro l’a confirmé samedi.

Je confirme ma politique de tolérance zéro devant les agressions des gringos contre le Venezuela. Je ne supporterai pas une agression de plus, qu’elle soit verbale, politique ou diplomatique. Ca suffit, a lancé M. Maduro.

En cause, des déclarations faites mercredi par Samantha Power, nommée par le président Barack Obama ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU. Mme Power a dit devant le Sénat américain que si sa nomination était confirmée, elle lutterait contre la répression au Venezuela.

Qualifiant ces propos d’infâmes, M. Maduro a réclamé à Washington une rectification immédiate, et le ministère des Affaires étrangères a envoyé une note de protestation à l’ambassade des Etats-Unis.

Mais le département d’Etat américain a approuvé les déclarations de Mme Power.

Ses opinions irrespectueuses ont été avalisées et soutenues par le département d’Etat, ce qui contredit le ton et le contenu de ce qui avait été exprimé par le secrétaire d’Etat John Kerry au Guatemala, a déploré le ministère vénézuélien pour expliquer la décision de mettre fin aux discussions.

Auparavant, les efforts de rapprochement ont déjà été refroidis par le soutien apporté par Caracas à l’informaticien américain Edward Snowden, recherché par les Etats-Unis pour espionnage après avoir fait de fracassantes révélations sur les opérations américaines de surveillance électronique à travers le monde.

Le Venezuela fait partie des pays qui ont proposé l’asile politique à M. Snowden, bloqué depuis près d’un mois dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo et qui a fait une demande d’asile temporaire à la Russie.

Washington a averti qu’il aurait de graves difficultés dans ses relations avec tout pays qui accueillerait l’ancien consultant de l’Agence nationale de sécurité (NSA) américaine.

A ce propos, M. Maduro a déclaré samedi que le chef de la diplomatie vénézuélienne avait reçu de nombreux appels de M. Kerry au sujet de l’affaire Snowden. Mais nous ne sommes pas sensibles aux pressions, a dit le président.

Le ministère vénézuélien des Affaires étrangères a qualifié de persécution lamentable l’attitude de Washington envers M. Snowden. L’informaticien fugitif est victime de la répression la plus féroce pour avoir dénoncé des pratiques des Etats-Unis qui violent entre autres le droit à la vie privée de toutes les personnes dans le monde, a déclaré le ministère.

Malgré ses relations difficiles avec Washington, le Venezuela continue d’exporter 900.000 barils de pétrole par jour vers les Etats-Unis, qui sont son premier partenaire commercial.

Romandie.com avec (©AFP / 20 juillet 2013 23h33)