Posts Tagged ‘Sassou Nguesso’

Les congolais sont fatigués de la galère et de Sassou

juin 2, 2019



Le mot galère n’a jamais aussi bien été conjugué à Brazzaville, chacun veut à tous prix vendre quelque chose pour s’en sortir, même les étudiants veulent vendre quelque chose. Les études sont relégués au second plan.

Tous les trottoirs sont encombré par les vendeurs, on y trouve tout et n’importe quoi, de la tisane anti-constipation à l’électronique bon marché en passant des racines qui vous redonne la vigueur sexuelle (une sorte de viagra du pauvre), sauf personne n’achète.

Dans les marchés les vendeurs se plaignent, les rares acheteurs redoublent de vigueurs pour marchander, les négociations deviennent interminables, chacun convoque ses dieux ou ses ancêtres pour ne pas se faire rouler dans la farine.

Assis dans un bus à l’arrêt des coasters du marché Total, les voyageurs attendent stoïques que le chauffeurs veuillent bien les ramener. Ils ont fait des kilomètres, traversé toute la ville pour acheter à vil prix au marché réservé pour les grossistes.

Le chauffeur de bus ne démarrera pas tant qu’il n’aura pas fait le plein. alors tout le monde attend. Dieu merci les grandes chaleurs sont passé, nous sommes fin mai, début juin, les températures sont clémentes.

Le gros manioc de 500 Fcfa très prisé par les congolais n’est plus d’actualité, trop onéreux. Tout le monde se rabat sur les petits manioc de 100 Fcfa qui viennent de faire leur apparition sur les étables. Les congolais qui ne mangeaient pas déjà à leur faim sont en train d’expérimenter la mal-nutrition. tout le monde à faim, la question ne se pose même plus, la misère et les problèmes se voient au simple coup d’œil. Certains ne répondent même plus au téléphone pour ne pas gérer les difficultés des autres. La technique d’aller rendre visite au cousin aux heures de repas pour en définitive profiter de sa générosité, ne fonctionne plus. Certaines familles mangent dans la rue avec femmes et enfants car préparer un repas pour toute la famille devient de plus en plus onéreux.

Et pourtant chaque congolais a une solution pour sortir le pays de la faillite généralisée qui ne se cache plus. Tout le monde boit avec indifférence les mensonges des autorités qui ne cessent de calmer le jeu en faisant espérer une sortie prochaine d’une crise fabriquée par la mauvaise gouvernance de ces mêmes autorités. Des campagnes télévisées sont même lancées à travers tout le pays pour endiguer les velléités de violence de certains. A la moindre alerte on envoie un bataillon armé d’armes de guerre pour impressionner les téméraires.

Le Congo va mal, on ne compte plus le nombre de décès ou d’enterrements par jour, les cimetières sont pleins et on en ouvre d’autres (cimetières) régulièrement. La morgue est en train de devenir la seule entreprise rentable du pays, il faudra penser à la faire cotée en bourse même s’il n’y a pas de place financière dans la pays. Les rares billets de banque échangés dans les marchés et chez les commerçants sont fatigués, noircit d’être passé de main en main, certains billets ont une odeur indéfinissable, repoussante même. Même les distributeurs de banque vous donne des billets de banque d’un autre âge.

Les agents des sociétés étrangères ayant acquis des permis d’exploitation font tout à leur guise. Comme à Kakamoeka, où il est signalé qu’une société ne s’est pas empêchée d’aller creuser dans les cimetières pour y suivre un hypothétique filon d’or. Les cambriolages dans les quartiers se multiplient, avant les cambrioleurs cherchaient une faille dans la sécurité, maintenant ils n’hésitent plus à défoncer les murs, à tabasser les gardiens pour se servir, c’est la politique du désespoir.

On ne compte plus le nombre d’entreprises ou de sociétés qui mettent la clé sous le paillasson, Même la boulangerie qui était au pied de la Tour Nabemba (endroit le plus huppé de Brazzaville) a fermé. Idem pour la boulangerie flambant neuve située à côté de l’ambassade de France. Les restaurateurs vous servent des plats qu’on aurait servi à un enfant de 8 ans, ils ont des charges incompressibles, vous répondent-ils, ne pouvant plus baissé continuellement les prix des repas, ils ont fini par allégé le contenu de l’assiette Les commerçants sont à leur énième baisse de prix, rien ne marche, chaque commerce se retrouve avec des recettes minables qui ne couvrent même pas les charges. Les détenteurs de chambres froides croulent sous le poids des contrôles à force de conserver les aliments périmés. Même la bière est devenue hors délai de consommation.

Le Congo va mal, ce drôles de pays est en train de mourir comme une personne en phase terminale dont le respirateur poussif n’inspire plus confiance. Deux ans déjà qu’on négocie avec le FMI sans résultat probant. Le pays aurait même un PND sur cinq ans qu’on a pas encore mis en route depuis deux ans faute de financement. Peut on être fatigué de vivre ? Au Congo la réponse est oui.

Sacer-infos.com par Pascal Nguie

RDC: Arrivée de Maman Marthe, Sassou Nguesso, de Félix Tshisekedi et du cercueil d’Étienne Tshisekedi au Mausolée de la N’Sele

juin 1, 2019

 

Publiée le 1er juin 2019 par Ma Mission TV

Congo: comment JDO et Sassou ont mis en veille les ambitions présidentielles de son fils Kiki

août 29, 2018

Denis Christel Sassou Nguesso dit Kiki

Dans une interview accordée au média La Tribune Afrique, Denis Christel Sas sou Nguesso se rétractait dans son rêve de se présenter aux présidentielles de 2021 pour succéder à son père. Des fortes pressions venant du PCT, avec le feu vert de Denis Sassou Nguesso, ont eu raison pour le moment de l’acharnement de Kiki. Mais comment en est-on arriver là ?

La nouvelle est tombée comme une bombe dans les états majors des partis politiques, avec un effet boomerang sur la diaspora et la population : «  Kiki ne sera plus candidat en 2021 ». Est-ce Pierre Ngolo et la machine PCT qui ont eu raison de Kiki ?

Selon un cacique du PCT qui a requis l’anonymat, Pierre Ngolo ne pouvait s’affronter à Kiki sans l’aval de son père, Denis Sassou Nguesso. Sassou a vite compris la mauvaise tournure que prenait le rêve de Kiki et a décidé d’agir afin d’épargner à son fils des coups bas en préparation.

Lors d’une session de contrôle au parlement, le chef de l’opposition Pascal Tsaty Mabiala, pourtant boudé par les siens, s’était interrogé sur la provenance des fonds de Kiki, qui avait décidé de supplanter l’État en menant des actions philanthropiques hors de sa circonscription électorale, lui, qui n’est qu’un simple député.

Dans la population, ce discours de Tsaty Mabiala avait bien calé, et dans ses moments de crise économique, le fils du chef de l’État est pointé du doigt par tous comme l’un des principaux pillard des fonds publics.

Au PCT, les origines Kinoises de Kiki dérangent et personne ne rêve de le voir diriger le Congo. Par ailleurs, son rêve de lancer une OPA sur le PCT ne lui a créée que des ennemis.

Les mauvaises compagnies de Kiki lui ont aussi valu une mise en garde de son père. Kiki s’est entouré des flatteurs, incompétents et trop rêveurs, qui se sont mis à fuiter les informations sur leurs ambitions dont la plus importante serait la neutralisation du PCT et la mise à la retraite de tous ses caciques.

Une succession des faits qui ont poussé le très écouté et puissant JDO d’intervenir directement auprès de son oncle Denis Sas sou Nguesso afin de refroidir Kiki. Les ambitions divisant de plus en plus la famille en deux bandes ; d’un côté Edgar Nguesso et les Dirat et de l’autre Kiki et Claudia, ont facilité la tâche au père Sassou qui s’est servi des caciques du PCT contre son fils.

Mais un autre cacique du PCT voit en cette démarche de Sassou Nguesso, une occasion de donner un visage à ses ennemis internes. Ceux qui se sont opposés farouchement à l’idée d’une candidature de Kiki se sont d’une manière exposés, et pourraient en subir des conséquences dans le futur. « Il est fort probable que dans deux ans, on reparle encore de Kiki Sassou » conclut-il.

Sacer-infos.com par Stany Franck

JDO: Jean-Dominique Okemba

Denis Sassou Nguesso:  » Le Congo est bien loin de la banqueroute »

août 15, 2018

 

Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, en 2012. © Maxim Shipenkov/AP/SIPA

Alors que l’examen de la situation économique du pays par le FMI a été reporté sine die, début août, le président congolais s’est voulu rassurant dans son message à la nation, diffusé mardi 14 août à la veille de la fête nationale.

Le Congo-Brazzaville « est bien loin de la banqueroute » a déclaré son président Denis Sassou Nguesso à l’occasion de la fête nationale mercredi. « Nous négocions avec le Fonds monétaire international dans la confiance et l’observation stricte des procédures », a-t-il affirmé dans son message à la nation, diffusé mardi soir à la veille du 58e anniversaire de l’indépendance.

« Nous espérons parvenir à un accord qui contribuera sensiblement à améliorer la situation de nos finances publiques », a-t-il ajouté, affirmant que la République du Congo « tient ses engagements autant que ses ressources le lui permettent ».

Report de l’examen

Il y a un an, le FMI avait annoncé avoir découvert que Brazzaville avait caché une partie de sa dette. Celle-ci s’élève à 9,5 milliards de dollars. Le FMI et le Congo, qui peine à mobiliser les recettes publiques prévues par son Budget 2018, sont actuellement en discussion en vue d’un éventuel accord sur le modèle de celui signé il y a un an entre l’institution de Bretton Woods et le Gabon.

Mais l’examen de la situation économique du pays a été plusieurs repoussée par le Conseil d’administration du FMI. L’examen fixé au 3 août a été reporté à nouveau, sans qu’aucune date à venir ne soit fixée.

En avril dernier, la mission du FMI dépêchée à Brazzaville avait conclu un accord avec le gouvernement sur le contour d’un programme de réformes.

« Les autorités devront entreprendre des réformes audacieuses et immédiates dans le domaine de la gouvernance pour traduire en action la rupture avec les politiques et pratiques du passé proclamée par le gouvernement », précisait alors le FMI, en indiquant notamment qu’une « participation forte de la société civile sera cruciale pour le succès des réformes de gouvernance ».

Par ailleurs, dans son message à la nation, Denis Sassou Nguesso a salué l’accord de cessez-le-feu du 23 décembre entre l’armée et les rebelles dans le département du Pool au sud de Brazzaville : « Il nous faut à présent réussir la phase de désarmement, démobilisation et réintégration des ex-combattants ».

Par Jeune Afrique avec AFP

Congo: Denis Sassou Nguesso va amnistier les prisonniers politiques

août 10, 2018

 

Denis Sassou Nguesso décrètera-t-il une amnistie ?
Le président congolais, Denis Sassou Nguesso doit libérer, le 15 août prochain, à l’occasion de la célébration de la fête nationale, les prisonniers politiques  détenus à Brazzaville pour démontrer qu’il est véritablement engagé dans le processus de réforme, a-t-on appris auprès d’une source proche de la Présidence de la République. L’enjeu n’est plus ni moins chercher à apaiser la contestation postélectorale et garantir la liberté et la sécurité à tous les prisonniers politiques.

Pour certains membres du Parti congolais du travail (PCT, parti au pouvoir) interrogés, « c’est un geste fort. Une mesure spectaculaire » dans un Congo embourbé dans une crise financière sans précédent et qui a besoin de tous ses fils et de toutes ses filles pour surmonter cette épreuve dans la paix, la concorde et l’unité nationale.

Selon les mêmes membres du parti au pouvoir, cette amnistie qui marque la grandeur d’esprit du président de la République, va permettre aussi à ces prisonniers politiques, d’exercer leurs droits politiques et donner vie à la démocratie dans le pays.

Parmi ces prisonniers politiques, on cite notamment, Paulin Makaya, André Okombi Salissa… accusés d’atteinte, entre autres, à la sûreté de l’État et détention illégale d’armes de guerre.

Cette décision du président Denis Sassou Nguesso va aussi dans le droit fil de l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités signé le 23 décembre 2017 à Kinkala, dans le Pool, entre les représentants du pasteur Ntoumi et le gouvernement.

Les partis politiques légalisés, acteurs politiques de l’intérieur et de la diaspora, société civile et confessions religieuses avaient fait de l’amnistie une de ces principales conditions pour mieux négocier non seulement avec le FMI et sortir notre pays de la crise économique et financière, mais aussi pour attirer les investisseurs et maintenir la paix durable sur toute l’étendue du territoire national.

Le discours à la nation du président de la République est donc attendu avec impatience par tous les congolais de l’intérieur et de l’extérieur.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

Congo: quand la famille Sassou Nguesso se partage les logements sociaux de Brazzaville

juillet 19, 2018

 

Dans le langage des fanatiques du clan d’Oyo, les logements sociaux, construits ou en construction, sont cités pour justifier le travail du grand bâtisseur. Des logements qui devraient être destinés aux familles modestes, valent malheureusement trop chères pour elles, et ont été séquestrés en grande partie par les Sassou Nguesso et leur clan.

Ces premiers logements sous Sassou II, impulsés par la société de promotion de gestion immobilière ( Soprogi) ont vu le jour au début des années 2000 au quartier Bacongo. Chaque personne souhaitant en acquérir se devrait de débourser la somme de 60 millions de cfa, dans un pays où le salaire de base est de 90.000 frs.

Un coût qui a plutôt favorisé les nouveaux riches de la république qui se le sont appropriés enlevant de passage le caractère social sur lequel ils ont été construits.

L’immeuble dit des Italiens, aux encablures de l’ex boulevard des armées a été pris de force par Edgar Nguesso. Après des travaux de réhabilitation, ce sont les étrangers qui y vivent en grande majorité et paient le loyer directement à une société écran appartenant à ce neveu du chef de l’État.

Les logements sociaux du camp clairon et camp 15 août, ont été presque tous acquis par les membres du gouvernement, les enfants Sassou Nguesso et des généraux de l’armée. Nombreux y logent leurs maîtresses.

C’est aussi le cas avec les logements de Mpila, construits après les explosions qui ont causé de nombreuses victimes et rendues sans domicile des riverains. Depuis la fin des travaux, aucun ancien habitant de ce secteur n’y a été relogé pour la simple raison d’appartenir aux barons du pouvoir.

Mais malgré ces faits, quelques illuminés du pouvoir vocifèrent que Sassou est au service du peuple. La rumeur fait circuler que Claudia Sassou Nguesso, deputée de Talangai posséderait plus de 20 appartements aux logements sociaux de Mpila, Wamba 5, et kiki presqu’autant que sa sœur.

Jean Jacques Bouya posséderait une dizaine au camp clairon et 15 août, le ministre Silou, une dizaine aussi à Bacongo et camp clairon. Isidore Mvouba en aurait 5 et Ndenguet autant.

Pourtant à la base, le vœu du gouvernement était celui d’offrir des logements sociaux au plus grand nombre des congolais, mais comme toujours au Congo, il y a un desert entre les paroles des hommes politiques et les actes.

Sur les 200 appartements du Camp 15 août, 280 de Bacongo et les 964 de Mpila, aucun n’est occupé par un congolais moyen sans liens avec la politique.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Congo: Denis Sassou Nguesso, persona non grata en Espagne

juillet 16, 2018


L’infatigable dictateur congolais, Denis Sassou Nguesso serait-il en passe d’être déclaré persona non grata en Espagne ? C’est ce qui ressort de la rencontre entre l’activiste congolais Bernard Moanda et le nouveau ministre de l’intérieur Fernando Grande Marlaska, la semaine dernière à Marbella. L’activiste congolais qui est membre du parti socialiste espagnole lutte depuis des années pour la saisie des biens du dictateur en Espagne.

La motion de censure qui évincé la droite du pouvoir en Espagne a été bien accueillie par Bernard Moanda, un activiste qui milite dans plusieurs organisations contre la dictature. Son organisation avait réussi il y a des années, l’arrestation et incarcération de Vladimir Kokorev, prête nom du dictateur Obiang Nguema en Espagne. Des millions d’euros avaient pu être récupérés.

Avec l’aide d’un ex légionnaire congolais, Bernard Moanda avait remis à la justice espagnole des dossiers compromettants contre le pouvoir de Sassou. Des propriétés appartenant à Jean Jacques Bouya dans les pays basques sont dans le viseur des juges, ainsi que des avoirs financiers.

Cette rencontre avec le ministre de l’intérieur a permis à Bernard Moanda à présenter de nouvelles preuves sur la barbarie financière de Sassou Nguesso à Marbella. Fernando Grande Marlaska qui est juge a longtemps lutté contre la bande terroriste ETA dont plusieurs membres ont été détenus et emprisonnés grâce à ses décisions.

Bernard Moanda, se dit confiant de la suite des événements, qui aboutira à la saisie des biens immobiliers de Sassou à Marbella, et surtout l’interdiction formelle pour le dictateur de fouler le sol espagnole. L’activiste sera reçu le jeudi 19 juillet par le juge anti-corruption de Marbella.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Congo: Sassou et les Niboleks

juillet 8, 2018

 

Lumbu tia Domingo… :

 

La légende nous dit:  » les femmes du Niboland ont un coup de rein magique » mais de là à nous faire croire qu’il en est de même pour les hommes du Niboland laissez-moi en douter.

… Je veux savoir et comprendre.

… Dites à la communauté Facebook ce que TSATY MABIALA a fait ou a déjà fait pour le CONGO afin de bénéficier de tous les privilèges octroyés par le camarade SASSOU NGUESSO.

… Tenez, le nibolek TSATY en sa qualité de chef de l’opposition a un budget de 1 milliard par an pour le fonctionnement de son cabinet.

… Il a rang de ministre d’État avec un salaire de 15 millions par mois, il est député avec un salaire 7 Millions par mois, sans oublier tous les avantages en nature maison de fonction, véhicules de fonction même les femmes et Makangus de fonction. Dites-moi, de vous à moi , comment ce monsieur peut-il défendre les intérêts de l’opposition ?

… Clément MOUAMBA l’autre tocard du Niboland originaire de sibiti dans le département de la lekoumou, premier ministre de la République du Congo avec des résultats médiocres, il gagne 25 Millions par mois sans oublier le budget de fonctionnement de son cabinet et surtout celui de toute une nation, je vous fais grâce de tous les autres avantages en nature.

… Ce cancre nibolek a échoué sur toute la ligne.

…Arrivé au pouvoir en juin 2016 avec pour mission de rétablir les comptes de l’état, deux ans après il court toujours derrière le FMI, aucune réforme structurelle d’envergure engagée mais il est maintenu à ce poste parce qu’il originaire du Niboland.

… Rigobert Maboundou un autre nibolek, ancien Ministre de la pêche et de l’agriculture de SASSOU NGUESSO, actuel directeur de cabinet du premier ministre MOUAMBA avec rang de ministre d’État avec un salaire de 15 Millions par mois ,  inutile de vous rappeler que le premier ministre et son directeur de cabinet sont des Niboleks.

… Le sieur Maboundou Rigobert est mouillé dans un détournement de fonds publics à hauteur de 114 Milliards, mais il n’est pas inquiété,  bien au contraire renforcé à son poste par SASSOU et MOUAMBA le piètre premier ministre que le Congo n’ait jamais connu hormis l’autre cancre Yhombi Opango sous le règne d’un autre nibolek Pascal LISSOUBA.

… Thierry Moungala, l’autre nibolek de la Lekoumou ancien collaborateur du très célèbre premier ministre André Milongo mort dans les conditions douteuses dont les investigations susciteront l’apport oh combien précieux du grand pornographe des réseaux sociaux, ce dernier est ministre de SASSOU aux résultats inconnus et surtout après ses escapades sur Facebook, SASSOU lui réitère sa confiance dans un gouvernement des échoués.

… Doukaga, ministre de la jeunesse du gouvernement MOUAMBA, cette jeune femme aussi originaire du Niboland qui doit sa place dans le gouvernement pour soit disant une partie de jambes en l’air dans le clan dont les résultats dans son ministère traînent mais maintenue dans le gouvernement des cancres car originaire du Niboland.

… Au finish on a le droit de se poser des questions légitimes; autant les Mbochis ont ruinés ce pays, autant les NIBOLEKS n’ont rien apporté dans notre beau pays.

… LISSOUBA originaire du Niboland arrive au pouvoir en 1992 entouré de Marc Mapingou qui fut son directeur de campagne, entouré de MUNARI la très célèbre et sexy directrice de cabinet de LISSOUBA, entouré de TSATY MABIALA alors ministre de la défense, entouré de Koukebene alors ministre du pétrole congolais, entouré de Moungounga Nguila alors ministre de l’économie et des finances, entouré de MBERI Martin ministre de LISSOUBA, tous originaires du Niboland pour un résultat médiocre, ils n’ont pas réussi à dresser un seul mur d’école, au contraire c’est sous ce règne nous avions connu les événements honteux de 1993 contre les populations originaires du POOL, on oublie pas lorsque Yhombi alors Premier ministre de LISSOUBA dressa ses chars pour détruire les quartiers Sud de Brazzaville sous la direction du chef d’État-major Mabika lui aussi originaire du Niboland

… Plus tribal que les NIBOLEKS tu meurs.

… Les faits sont sous vos yeux.

… Et vous voulez que demain qu’on vous donne les rênes de ce pays?

… Cette vieille génération doit disparaître, nous avons besoin d’un souffle nouveau.

… Celui qui veut la bagarre, je suis au terrain à Aulnay sous-bois, venez seulement, j’ai des chats avec moi.

 

Congomfoa.com avec congonewsbzv.fr par Brice Landry Decaux 8 juillet 2018 à 12:58

Congo: le général Norbert Dabira a-t-il été libéré sur instruction ?

mai 28, 2018

 

Démenti : Norbert Dabira continue à séjourner à la Maison d’Arrêt de Brazzaville

 

Selon des informations recoupées, la nouvelle d’après laquelle, le général de 2ème section Norbert Dabira aurait été libéré de la Maison d’Arrêt, avant que Sassou Ngeusso ne parte en France pour participer au sommet sur la Libye n’est qu’une folle rumeur sans fondement aucun.

Dabira est bel et bien en prison avec au pilori sa condamnation de 5 ans de prison et souffre vraiment de sa hernie discale qui le ronge depuis un moment.

A en croire une source digne de foi, il met tout son espoir sur la prochaine grâce présidentielle ou amnistie (qui pourrait intervenir au courant du mois d’août), pour pouvoir recouvrer sa liberté.

 

Toutefois, il espère que son « frère » comme il ne cessait de l’appeler ne va pas l’abandonner dans les murs de la Maison d’arrêt loin de son opulence d’hommes d’affaires.

 

Photo de BrazzaNews.
Général Norbert Dabira
Avec Brazzanews.fr

Congo-France: l’agenda officiel de la semaine d’Emmanuel Macron

mai 28, 2018

 

 Lundi 28 mai :
– Entretien avec M. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur.
– Entretien avec le Premier ministre, Édouard Philippe.
– Déjeuner suivi d’une déclaration à la presse avec M. João LOURENÇO, Président de la République d’Angola.
– Entretien avec M. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances.

Mardi 29 mai :
– Conférence internationale sur la Libye, suivie d’une conférence de presse.
– Entretien avec M. Didier MIGAUD, Président de la Cour des comptes.
– Entretien avec M. Bechara RAHI, Patriarche maronite.
– Réception à l’occasion de la semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Mercredi 30 mai :
– Entretien avec le Premier ministre, Édouard Philippe.
– Conseil restreint de défense.
– Séminaire gouvernemental.
–  Ouverture de la session ministérielle présidée par la France, OCDE.
– Entretien avec M. Stéphane TRAVERT, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Jeudi 31 mai :
– Inauguration du château de Voltaire, après sa restauration, à l’occasion du 240ème anniversaire de la mort de Voltaire, Ferney-Voltaire (Ain).
– Réception en l’honneur des personnalités engagées pour le patrimoine.

Vendredi 1 juin :
– Remise de son rapport annuel par M. Jacques TOUBON, défenseur des droits.
– Entretien avec M. Gérald DARMANIN, ministre de l’Action et des Comptes publics.
– Entretien avec Mme Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

http://www.elysee.fr