Posts Tagged ‘Save the Children’

GB: démission du président de l’ONG Save The Children

avril 19, 2018

Londres – Le président de l’ONG britannique Save The Children, Alan Parker, a annoncé jeudi sa démission, invoquant un « besoin de changement » pour l’organisation, deux mois après un scandale de comportements sexuels inappropriés qui a largement ébranlé le secteur humanitaire.

Déclenché par des révélations visant l’ONG Oxfam, ce scandale avait également touché l’organisation Save The Children: deux anciens membres, Brendan Cox et l’ex-directeur général Justin Forsyth, avaient fait l’objet d’accusations pour comportements déplacés envers des collègues féminines.

« Étant donnée la combinaison complexe de défis auxquels notre organisation et le secteur font face, je pense qu’un changement est nécessaire », a écrit Alan Parker dans sa lettre de démission publiée par l’ONG.

Le mandat d’Alan Parker, qui a passé dix ans au sein de l’organisation, devait se terminer en décembre prochain. Il a salué le travail effectué par l’ONG, qui, pendant cette période, « a aidé plus d’enfant qu’à n’importe quel autre moment de son histoire ».

Il a également mentionné les « comportements inacceptables » au sein de la branche britannique de l’ONG, citant les cas de Brendan Cox et de Justin Forsyth, « maintenant soumis à un examen approfondi » par la Commission caritative, l’institution britannique qui contrôle les organisations humanitaires.

« Il s’agit d’une enquête importante, et je travaillerai avec eux (les membres de la commission) pour les aider de tout mon possible », a-t-il souligné. « Il existe un besoin urgent de rétablir la confiance » dans le secteur.

Selon un rapport interne de l’ONG rédigé en 2015, la relation « très proche » entre Alan Parker et Justin Forsyth, qui avait quitté l’organisation en 2016, pourrait avoir eu une incidence sur la façon dont l’organisation à répondu aux plaintes.

Le 22 février, Justin Forsyth avait démissionné de son poste de numéro deux de l’Unicef suite aux accusations de comportement inapproprié formulées par trois employées de Save the Children.

Il avait expliqué sa démarche par la volonté de ne pas causer un « préjudice à l’Unicef comme à Save The Children », tout en estimant que les « erreurs commises » avaient été « traitées » plusieurs années auparavant.

Save The Children avait aussi été accusée d’avoir laissé partir sans sanction Brendan Cox – par ailleurs mari de la députée britannique assassinée en 2016 Jo Cox – alors qu’il lui était reproché un comportement sexuel déplacé.

La directrice général de l’ONG, Helle Thorning-Schmidt, a remercié Alan Parker pour son travail « sans relâche », qui a selon elle permis à l’ONG d’être présente dans « plus de 120 pays » et d’agir pour « 50 millions d’enfants chaque année ».

Romandie.com avec(©AFP / 19 avril 2018 20h20)                                            

Le Pakistan ordonne à Save the Children de quitter le pays, menace d’autres ONG

juin 12, 2015

Islamabad – Le Pakistan, qui a fermé de force jeudi soir les locaux de Save the Children à Islamabad, a menacé vendredi de s’en prendre à toute ONG étrangère agissant contre les intérêts du pays.

De nombreuses ONG agissent contre le Pakistan et nous nous concertons sur une saisie du Parlement à leur sujet, a déclaré le ministre de l’Intérieur Chaudhry Nisar Ali Khan.

Les organisations non gouvernementales qui travaillent contre l’intérêt national pakistanais ne seront pas autorisées à continuer à opérer au Pakistan, a-t-il ajouté, sans toutefois donner plus de précisions sur les ONG qui pourraient être visées.

Save the Children était particulièrement surveillée par Islamabad depuis 2012, lorsqu’un rapport des services de renseignement locaux avait fait un lien entre l’ONG et Shakeel Afridi, le médecin pakistanais qui a aidé la CIA dans sa traque d’Oussama Ben Laden, tué par un raid commando américain dans le nord du pays en mai 2011.

Washington a d’ailleurs rapidement condamné la décision de son allié pakistanais.

Le département d’Etat s’est déclaré préoccupé par la répression du Pakistan contre les organisations caritatives internationales. La diplomatie américaine a donné écho, dans un long communiqué, aux difficultés croissantes pour les ONG de travailler au Pakistan. Et cela a eu un effet négatif important sur les efforts des partenaires internationaux pour aider le Pakistan, a averti le département d’Etat.

Jeudi soir après l’heure de fermeture des bureaux, des représentants du gouvernement pakistanais et des policiers ont débarqué au siège de Save The Children et ont posé un cadenas sur le portail d’entrée du complexe et des scellés sur les locaux.

PUBLICITÉ

Nous ne connaissons pas les raisons de cette fermeture. Nous avons juste reçu un avis de trois lignes du ministère de l’Intérieur disant que les bureaux devaient être mis sous scellés et tous les expatriés retourner dans leurs pays sous 15 jours, a dit à l’AFP un responsable gouvernemental, Kamran Cheema.

Un responsable du ministère de l’Intérieur a affirmé à l’AFP sous couvert d’anonymat que l’ONG était impliquée dans des activités antipakistanaises.

Save The Children n’avait pas été notifié de cette décision. Nous nous opposons fortement à cette intervention et nous sommes en train d’exprimer nos graves préoccupations au plus haut niveau, a déclaré l’ONG dans un communiqué diffusé de son siège londonien.

L’ensemble de notre travail est conçu et effectué en collaboration étroite avec les ministères gouvernementaux et il vise à renforcer l’accès aux services publics en matière de santé, de nutrition, d’éducation et de bien-être pour l’enfant, ajoute l’ONG qui affirme que ses programmes ont bénéficié l’année dernière à 4 millions d’enfants pakistanais et à leurs familles.

Contactée par l’AFP, L’ONG a précisé travailler au Pakistan depuis plus de 35 ans et avoir 1.200 employés dans le pays, ajoutant qu’elle n’y comptait plus aucun expatrié.

Après la divulgation du rapport des services de renseignements pakistanais établissant un lien entre Save the Children et le Dr Afridi, donc la CIA, les expatriés de l’ONG avaient été obligés de quitter le pays.

L’ONG a toujours nié en bloc ces accusations de liens avec le Dr Afridi ou la CIA.

Depuis le raid clandestin de forces spéciales américaines qui a tué Ben Laden en mai 2011 à Abbottabad (nord), le Pakistan a durci ses procédures et limité la liberté de mouvements des ONG étrangères, que ses services de renseignement soupçonnent de travailler clandestinement pour des pays étrangers.

Romandie.aom(©AFP / 12 juin 2015 21h36)

Centrafrique: l’ONG Save the Children réclame la « transparence »

mai 1, 2015

L’ONG Save the Children s’est déclarée « vivement préoccupée » par les accusations d’abus sexuels sur des enfants par des soldats français en Centrafrique, demandant aux Nations Unies et à la France de faire « toute la lumière » sur cette affaire, selon un communiqué transmis vendredi à l’AFP.

« Si ces faits sont avérés, il importera de prendre les sanctions les plus fermes contre leurs auteurs », affirme l’ONG.

L’ONU doit « veiller à ce que les enfants victimes de ces abus soient protégés et bénéficient de tout le soutien psycho-social dont ils ont besoin », a déclaré Natasha Quist, directrice de Save the Children pour l?Afrique de l?Ouest et centrale, citée dans le document.

Elle « exhorte les Nations Unies et les autorités françaises à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire au plus vite toute la lumière sur cette affaire, en étant notamment transparent dans les enquêtes dont l?ouverture a été annoncée ».

« Des travailleurs humanitaires et des éléments des forces de maintien de la paix ont à plusieurs reprises été impliqués dans des cas de violation des droits des enfants, y compris le viol ou l?échange de nourriture contre des faveurs sexuelles », déplore Save the Children.

« Les soldats sont en première ligne dans les situations de conflit complexes et souvent les seuls qui peuvent assurer que les droits des enfants sont protégés », rappelle l’ONG.

Après des révélations du quotidien britannique The Guardian, le ministère français de la Défense a expliqué mercredi avoir été saisi « de témoignages d’enfants centrafricains accusant d’agressions sexuelles des militaires français de l’opération Sangaris ».

Le parquet de Paris a ouvert une enquête en juillet 2014.

Ces témoignages ont été recueillis par des personnels de l’ONU déployés en Centrafrique. Ils « retracent des faits qui auraient été commis sur une dizaine d’enfants, sur le site de l’aéroport de M’Poko (à Bangui), entre décembre 2013 et juin 2014 », précise le ministère, qui dit avoir « pris et prendra toutes les mesures nécessaires pour permettre la manifestation de la vérité ».

Jeuneafrique.com avec AFP