Posts Tagged ‘Scandale’

La famille de Kate Middleton dans la tourmente, David Matthews le beau-père de Pippa face à une 2nde plainte pour viol

avril 5, 2018

La tante de George et Char­lotte face au scan­dale

David Matthews, beau-père de Pippa Midd­le­ton, a été mis en examen pour viol sur mineure après qu’une plainte a été dépo­sée. Une deuxième victime s’est mani­fes­tée, selon des infor­ma­tions du Sun.

Scan­dale dans la famille Midd­le­ton. David Matthews, père de James et beau-père de Pippa, a été mis en examen pour « viol sur une mineure par une personne ayant auto­­­rité sur la victime ». L’aris­to­crate de 74 ans a été inter­­­­­pellé à l’aéro­port d’Orly près de Paris mardi 27 mars par la police française, puis placé en garde à vue. Il a été entendu par les enquê­­­teurs durant 48 heures et placé sous contrôle judi­­ciaire. Les faits remontent il y a près de vingt ans : le multi-million­naire aurait abusé d’une personne mineure à deux reprises, d’abord en 1998 sur l’île de Saint-Barth dans les Caraïbes, puis une seconde fois, l’année suivante, à Paris. Pour l’instant, l’accusé nie les faits.

On apprend désor­mais, selon des infor­ma­tions du Sun mercredi 4 avril, qu’une deuxième plainte pour viol a été dépo­sée contre David Matthews. Une Britan­nique accuse le magnat d’avoir abusé d’elle en Grande-Bretagne dans les années 1980.

Des révé­la­tions qui entachent l’image de la tante de George, Char­lotte et du troi­sième enfant à venir du prince William et de Kate Midd­le­ton. L’accou­che­ment de cette dernière est en effet immi­nent. Preuve en est : les balus­trades situées à l’exté­­­rieur de la zone où l’on devrait voir Kate Midd­­le­­ton et le prince William peu après la nais­sance ont déjà été repeintes pour l’occa­­­sion. Une nais­sance qui appor­tera de la joie au sein de la famille dans la tour­mente.

Gala.fr par Anne-Yasmine Machet

Maurice: la présidente, impliquée dans un scandale, va démissionner

mars 9, 2018

Port-Louis (Île Maurice) – La seule femme chef d’Etat d’Afrique, la présidente mauricienne Ameenah Gurib-Fakim, impliquée dans un scandale financier, va démissionner après les cérémonies du 50e anniversaire de l’indépendance du 12 mars, a annoncé vendredi à la presse le Premier ministre Pravind Jugnauth.

« La présidente de la République m’a confié qu’elle démissionnerait de ses fonctions. Nous sommes tombés d’accord sur la date de son départ, mais nous ne pouvons pas annoncer la date », a déclaré à la presse M. Jugnauth.

Ce départ interviendra toutefois « peu après les célébrations du 50e anniversaire de l’indépendance », le 12 mars, et avant la rentrée parlementaire, à la fin du mois, a-t-il ajouté, expliquant qu’à ses yeux « l’intérêt du pays passe avant tout ».

Seule femme chef d’État en Afrique à l’heure actuelle, Mme Gurib-Fakim, 58 ans, occupe son poste depuis juin 2015. Elle est la première femme à occuper cette fonction honorifique dans l’histoire de l’île Maurice.

Scientifique et biologiste de renommée internationale, elle était depuis plusieurs jours sous forte pression, car accusée d’avoir utilisé une carte bancaire fournie par une ONG pour effectuer des achats personnels.

Tout a commencé il y a dix jours quand le quotidien mauricien l’Express a publié des documents bancaires démontrant que la présidente avait utilisé à des fins personnelles une carte bancaire qui lui avait été remise par l’ONG Planet Earth Institute.

Basée à Londres, cette ONG est financée par le milliardaire angolais Alvaro Sobrinho. Homme d’affaires proche du pouvoir angolais, poursuivi au Portugal et en Suisse, celui-ci a détourné plus de 600 millions de dollars de la Banco Espirito Santo Angola lorsqu’il dirigeait la banque, avait révélé début mars le journal en ligne français Mediapart.

Selon l’Express, Mme Gurib-Fakim a utilisé cette carte pour faire des achats personnels à l’étranger pour un montant d’au moins 25.000 euros.

Cette association avec l’ONG et M. Sobrino avait été unanimement condamnée par la classe politique mauricienne. Mme Fakim a d’abord tenté de s’accrocher à son poste, avant de changer d’avis.

Romandie.com avec(©AFP / 09 mars 2018 13h32)                                            

Congo/Scandale de détournement de fonds à la CRF: le ministre Emile Ouosso auditionné par la Commission de lutte contre la fraude

janvier 18, 2018

Scandale de détournement de fonds à la CRF : Le ministre Emile Ouosso auditionné par la Commission de lutte contre la fraude
Le Congo embourbé dans une grave crise financière sonnera t-il la fin de l’impunité en 2018? L’audition mardi à Brazzaville, de l’actuel ministre congolais de l’Equipement, Emile Ouosso par la Commission de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude,  peut être une preuve aux yeux des congolais qui attendent de voir tous les « voleurs de la République » cloués au pilori.
Selon l’attaché à la communication du ministre, Philippe Ngangoye, cette audition a permis à Emile Ouosso de dire sa part de vérité dans cette affaire de malversation financière à la Caisse de retraite des fonctionnaires (CRF).

Philippe Ngangoye Ngomba a livré devant la presse un communiqué à la suite d’une plainte déposée contre le journal Le Soleil du Congo pour «diffamation ».

Dans le communiqué, le ministre dénonce des « fausses informations » et « basses manœuvres » orchestrées par leurs différents instigateurs dans l’ombre pour assouvir leurs ambitions politiciennes.

Le prétendu scandale de détournement de neuf milliards de FCFA destinés à la CRF remonte entre novembre et décembre 2016, pendant qu’Emile Ouosso dirigeait le Ministère du Travail et de la sécurité sociale.

Le ministre Émile Ouosso souligne que « les ordonnateurs de la CRF d’hier et d’aujourd’hui, les banquiers de la CRF sont à Brazzaville et pourront fournir plus d’informations pour clarifier et mieux élucider la situation afin de mettre un terme à cette vaste campagne d’instrumentalisation des pauvres pensionnés de la CRF. Et aux auteurs de ce complot de comprendre que les documents comptables aussi bien de la CRF, de ses banquiers, que du trésor public traduisent la situation réelle des comptes de la CRF, quiconque veut, peut s’en référer ».

Organe technique de l’État, la commission de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude a deux missions essentielles à savoir, le contrôle et l’enquête.

Quand les investigations de la commission mettent en évidence des faits susceptibles de constituer des infractions graves, celle-ci saisit les autorités judiciaires compétentes.

Le 31 juillet 2016, le président de la Commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude, Lamyr Nguelé, a accusé le Parquet de Brazzaville de ne pas engager les poursuites judiciaires contre les tierces sur certains dossiers avérés, notamment les actes d’extorsion de fonds.

A qui le tour demain ?

Les Echos du Congo Brazzaville par Edwige KISSINGER

Brésil/viande avariée: Temer va appeler son homologue chinois

mars 23, 2017

Brasilia – Le président brésilien Michel Temer a annoncé jeudi qu’il allait appeler son homologue chinois Xi Jinping pour fournir des « éclaircissements » sur le scandale de viande avariée, alors que le pays perd certains de ses principaux marchés.

Deuxième acheteur de viande bovine et de poulet en provenance du Brésil, la Chine a suspendu ses importations dès lundi.

 « Je vais appeler plus tard le président chinois pour fournir des éclaircissements et je demande à ce que les ambassadeurs de tous les pays soient convoqués », a affirmé le chef d’État lors d’un discours à Brasilia.

Au moment d’aborder le sujet de la viande avariée, M. Temer a d’abord parlé d’un « petit incident », avant de se reprendre. « Je ne peux pas dire petit, parce que c’est grave », a-t-il ajouté, avant de souligner que le scandale « n’aurait jamais dû atteindre une telle dimension ».

Le gouvernement brésilien n’a cessé ces derniers jours de relativiser l’ampleur du problème, rappelant notamment que le pays dispose de plus de 4.000 usines de transformation de viande et que seules 21 d’entre elles ont été incriminées.

« Cet incident nous a causé du tort parce qu’il a créé un problème international », avait souligné le président brésilien dans un entretien diffusé mercredi soir sur la chaîne Globonews. « Je suis allé moi-même plusieurs fois en Chine et nous avons réussi à y introduire notre viande peu à peu. Ce fut un combat de 20, 30 ans », avait-il rappelé.

En 2016, les exportations brésiliennes de volaille vers la Chine ont dépassé les 859 millions de dollars, tandis que celles de viande bovine ont atteint la même année 702,7 millions de dollars, selon le ministère brésilien du Commerce (MDIC).

Hong Kong, premier importateur de viande bovine pour plus d’un milliard de dollars l’an dernier, a aussi fermé temporairement son marché.

Le scandale a éclaté lorsque la police brésilienne a annoncé vendredi avoir découvert que des gros exportateurs de viandes avaient soudoyé les inspecteurs des services d’hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation.

Les exportations ont chuté drastiquement depuis. Selon le ministère des Affaires étrangères, les exportations de viande, qui atteignaient en moyenne 63 millions de dollars par jour avant le scandale, s’élevaient à seulement 74.000 dollars mardi.

Le géant brésilien de l’agro-alimentaire JBS, dont une des usines est visée par l’enquête, a annoncé jeudi qu’il suspendait pour trois jours la fabrication de viande bovine dans 33 de ses 36 unités de production, qui sera réduite à 35% de sa capacité la semaine prochaine.

« Ces mesures visent à ajuster la production jusqu’à ce qu’il y ait une définition au sujet des embargos imposés par les pays importateurs de viande brésilienne », a expliqué l’entreprise dans un communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 23 mars 2017 21h28)                   

France: Pour Henri Guaino, le maintien de François Fillon est « une folie pour la droite »

février 18, 2017

Le candidat à l’élection présidentielle estime qu’il n’est « pas raisonnable de persévérer dans une campagne qu’il est impossible de conduire ».

Henri Guaino a affirmé qu’en cas de second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron il s’abstiendrait.

Henri Guaino a affirmé qu’en cas de second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron il s’abstiendrait. LIONEL BONAVENTURE / AFP
Le député Les Républicains (LR) des Yvelines et candidat à l’élection présidentielle Henri Guaino a taclé François Fillon samedi 18 février sur Franceinfo :

« Ce n’est pas raisonnable de persévérer dans une campagne qu’il est impossible de conduire (…) C’est une folie pour la droite, un mauvais coup porté aux institutions, l’assurance que le rendez-vous de la présidentielle est manqué. »

Pour le député des Yvelines, « comment voulez-vous pouvoir défendre un programme qui demande des sacrifices aux Français dans cette situation ? Comment savoir comment un candidat va gouverner s’il n’y a aucune cohérence dans son parcours et dans ses idées ? »

François Fillon a assuré jeudi qu’il maintiendrait coûte que coûte sa candidature à la présidentielle, malgré les soupçons d’emplois fictifs de certains de ses proches. « Je m’en remets désormais au suffrage universel. Ma décision est claire : je suis candidat et j’irai jusqu’à la victoire », répète-t-il dans une interview publiée vendredi sur le site du Figaro. Il y a trois semaines, sur le plateau de TF1, le député de la Sarthe avait pourtant lié son éventuel retrait à une mise en examen.

Lire aussi :   Face à la justice, François Fillon opte pour le passage en force

« Un appel aux maires »

Samedi, Henri Guaino a lancé « un appel aux maires, aux élus qui peuvent parrainer », afin qu’ils permettent « une alternative, un vrai choix à l’immense majorité du corps électoral qui se trouve en déshérence depuis que la candidature de François Fillon apparaît désespérée et désespérante ».

Henri Guaino a également affirmé qu’en cas de second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, il « irait probablement à la pêche » et s’abstiendrait. La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait lancé dimanche un « signal » à « tous les patriotes », mentionnant en particulier Henri Guaino et Nicolas Dupont-Aignan (député de l’Essonne et président de Debout la France), candidats comme elle à la présidentielle, pour qu’ils la rejoignent.

Lemonde.fr avec AFP

Afrique du Sud: Zuma doit rembourser 500.000 USD dans le scandale de sa résidence

juin 27, 2016

Johannesburg – Le président sud-africain Jacob Zuma doit rembourser à l’Etat 500.000 dollars dans le scandale de sa résidence privée, a recommandé lundi le ministère des Finances, chargé par la justice de déterminer le montant de la somme due.

La somme que le président devrait payer personnellement (…) correspond à 7.814.555 rands, soit l’équivalent d’une partie des travaux effectués dans sa propriété avec de l’argent public, a indiqué le Trésor dans un document remis à la Cour constitutionnelle et obtenu par l’AFP.

Fin mars, la Cour constitutionnelle avait jugé que le chef de l’Etat avait violé la constitution en refusant de rembourser les frais de rénovation de sa propriété privée non liés à la sécurité. En cause: la piscine, un centre pour visiteurs, un enclos pour bétail, un poulailler et un amphithéâtre.

La justice, qui avait été saisie par l’opposition dans cette affaire d’abus de biens sociaux, avait demandé au Trésor de déterminer la somme à rembourser.

La Cour constitutionnelle doit désormais approuver ou non ce montant. Une fois qu’elle aura donné le feu vert, le président Zuma, qui accumule les déboires, aura 45 jours pour rembourser la somme déterminée.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juin 2016 15h51)

Le président du Congrès des députés écarté au Brésil

mai 5, 2016

Le tribunal suprême brésilien a écarté jeudi de ses fonctions le président du Congrès des députés, selon des source judiciaires. Eduardo Cunha fait l’objet d’accusations dans le cadre du scandale Petrobras. Il aurait dissimulé de l’argent sur des comptes en Suisse.

« Il n’existe pas le moindre doute que le suspect (M. Cunha) ne présente pas les conditions personnelles minimales pour exercer en ce moment, dans leur plénitude, les fonctions de président de la chambre des députés, ce qui le qualifie encore moins pour la substitution de la présidence de la République », écrit le juge du Tribunal suprême fédéral (STF) Teori Zavaski, dans sa décision dont l’AFP a obtenu copie.

Le très controversé Eduardo Cunha a tiré depuis décembre les ficelles de la procédure d’impeachment de la présidente de gauche Dilma Rousseff tout en freinant une procédure de destitution le concernant.

La décision du juge du STF fait droit à une demande du procureur général Rodrigo Janot qui reprochait à M. Cunha d’user de ses fonctions « dans son propre intérêt et de façon illicite pour empêcher que les investigations à son encontre n’arrivent à leur terme ».

Eduardo Cunha est actuellement accusé devant le STF de corruption pour avoir dissimulé sur des comptes en Suisse au moins cinq millions de dollars (4,8 millions de francs) provenant de fonds détournés du groupe pétrolier étatique Petrobras, selon les enquêteurs.

Il fait l’objet de plusieurs autres enquêtes pour des faits présumés de corruption liés au scandale Petrobras qui éclabousse un grand partie de l’élite politique, de l’ex-président Lula au chef de l’opposition Aecio Neves.

Parti centriste
M. Cunha est membre du grand parti centriste PMDB du vice-président Michel Temer, et le plus farouche adversaire de la présidente Dilma Rousseff.

Les sénateurs doivent se prononcer le 11 mai par un vote à la majorité simple sur l’ouverture formelle d’un procès en destitution de Mme Rousseff pour maquillages présumés des comptes publics. Elle serait alors écartée du pouvoir pendant au maximum six mois en attendant le jugement final des sénateurs.

L’issue de ce vote ne fait pratiquement plus aucun doute et le vice-président Temer se prépare déjà à former un nouveau gouvernement. S’il n’avait pas été écarté de ses fonctions, M. Cunha serait alors devenu second dans l’ordre de succession.

Romandie.com

Beyoncé au cœur d’un nouveau scandale de plagiat avec son clip Formation

février 10, 2016
beyonce

Beyoncé

 

A croire que les stars ne savent plus être créatives. En effet, il devient de plus en plus fréquent de voir ces dernières soient accusées de plagiat. Et la dernière accusation en date, est attribuée à Beyoncé ! Alors que la chanteuse avait déjà été accusée des mêmes faits pour Drunk in Love ainsi que pour son titre Xo, il semblerait que Beyoncé n’ait toujours pas compris la leçon.

En effet, ce samedi 6 février la diva américaine a dévoilé le clip de Formation, son dernier tube. Très engagé politiquement, Beyoncé met en image la catastrophe de l’ouragan Katrina et dénonce les problèmes des noirs américains lors de ce tragique épisode. Si les images ont pour but de faire réagir la population, ces dernières ne proviennent cependant pas de l’imagination de la chanteuse. En effet, Beyoncé et Melina Matsoukas la réalisatrice du clip, sont accusées d’avoir repris les images de That B.E.AT, un documentaire réalisé en 2012.

Beyoncé reine du plagiat ?

Alors que les deux réalisateurs de ce documentaire ont dénoncé ce plagiat, la polémique a enflé outre-Atlantique et ce juste avant le Super Bowl 2016. Afin de ne pas faire une mauvaise publicité à Beyoncé qui assurait le show durant la mi-temps de l’événement, le staff de la chanteuse a rapidement mis un terme à ce scandale en publiant un communiqué à The Fader. « Le film documentaire a été utilisé avec l’accord du propriétaire de la vidéo. Ils ont reçu une compensation adéquate. La vidéo nous a été fournie par la société de production du réalisateur. Ce dernier est listé dans les crédits pour la direction de la photographie additionnelle. Nous sommes reconnaissants d’avoir obtenu la permission d’utiliser les images. » Les réalisateurs de That B.E.A.T ont par la suite adressé un tweet de remerciement à Beyoncé ainsi qu’à la réalisatrice du clip, pour l’ajout du crédit des images à la fin du clip Formation.

Nos confrères de Metronews ont d’ailleurs pris des captures d’images du clip de Beyoncé et du fameux documentaire That B.E.A.T, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le plagiait y est flagrant !

Non-stop-people.com

Scandale de l’athlétisme: 87 000 euros saisis chez le médecin français impliqué

novembre 10, 2015
AFP/ FRANCK FIFE

AFP/ FRANCK FIFE

L’agence mondiale antidopage recommande la suspension à vie de Mariya Savinova et Ekaterina Poistogova dans le cadre de l’affaire de corruption au sein de l’IAAF. Elles avaient été médaillées lors des JO de Londres, sur 800m.

Garbiel Dollé est poursuivi dans le scandale de dopage et de corruption qui secoue le monde de l’athlétisme et a éclaté lundi en ciblant la Russie. Mais, d’autres pays pourraient être concernés.

Les policiers chargés d’enquêter sur l’affaire de corruption et de dopage au sein de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) ont recueilli beaucoup d’éléments sur Gabriel Dollé, le médecin français responsable de la lutte antidopage au sein de l’IAAF jusqu’à la fin de 2014. Selon nos informations, ils auraient saisi 87 000 euros en liquide lors d’une perquisition effectuée début novembre à son domicile, sur la Côte d’Azur.

Au total, Gabriel Dollé aurait perçu au moins 190 000 euros pour fermer les yeux sur certains cas de dopage scientifiquement établis. Le médecin a été mis en examen pour « corruption passive » dans ce dossier géré par trois juges d’instruction parisien, dont Renaud Van Ruymbeke, un grand spécialiste des affaires politico-financières.

Financement d’une campagne électorale

Gabriel Dollé, dont plusieurs personnalités du monde de l’athlétisme soulignent « l’intégrité » dans Le Parisien, semble être un acteur parmi d’autres d’une chaîne de corruption impliquant notamment l’ancien président de l’IAAF, le Sénégalais Lamine Diack, et l’un de ses fils. Une partie de l’argent détourné aurait pu servir au financement de campagnes électorales au Sénégal.

Selon certains éléments recueillis par les enquêteurs, d’autres pays que la Russie (soupçonnée d’avoir voulu protéger ses champions dopés) pourraient être concernés par cette affaire, en particulier l’Inde et la Turquie.

Lexpress.fr

Le maire de Rome impliqué dans un scandale de notes de frais démissionne

octobre 8, 2015

Rome – Le maire de Rome, Ignazio Marino, impliqué dans un scandale de note de frais et dans le collimateur de la presse italienne depuis des semaines, a présenté jeudi sa démission dans un message adressé aux Romains.

J’ai fait mon choix: je présente ma démission, déclare dans son message M. Marino, évoquant la perte du soutien de son Parti démocrate (PD) qui le poussait vers la sortie et ajoutant que les conditions politiques pour poursuivre étaient très minces, voire inexistantes.

Le maire de gauche a mis un minuscule bémol à sa démission, rappelant qu’aux termes de la loi il dispose de 20 jours pour changer d’avis.

M. Marino a précisé qu’il utiliserait ce délai pour voir s’il était possible de reconstruire les conditions politiques pour rester en place, mais l’entreprise semble extrêmement difficile, tous les principaux dirigeants du PD, y compris le chef du gouvernement Matteo Renzi, lui ayant tourné le dos.

Si la démission devient effective dans 20 jours, le préfet de Rome devra nommer un commissaire qui va gérer la ville jusqu’aux prochaines élections, vraisemblablement au printemps prochain.

Dans un communiqué mis en ligne sur sa page Facebook plus tôt dans la journée, le maire de la ville éternelle avait assuré que les 20.000 euros de note de frais visés par les médias concernaient des dîners ou déjeuners professionnels mais qu’il préférait rembourser pour mettre un terme à la polémique.

Une partie de la presse italienne, qui adore haïr M. Marino, avait en effet entrepris de décortiquer toutes ses additions, à la recherche de celle qui prouvera qu’il a dîné en tête-à-tête avec sa femme et non avec un ambassadeur ou un homme d’affaires.

Romandie.com avec(©AFP / 08 octobre 2015 20h12)