Posts Tagged ‘Schengen’

La RDC n’accordera plus aux Français et aux Belges que des « visas humanitaires ou pour soins médicaux »

juillet 26, 2018

Joseph Kabila et l’ex Roi des Belge, Albert II en 2010 lors de l’unique visite d’Albert II en RDC. © Benoit Doppagne/AP/SIPA

Emmanuel Ilunga, ministre en charge des Congolais de l’étranger, a confirmé jeudi à Jeune Afrique la décision de Kinshasa de n’accorder aux ressortissants français et belges que des « visas humanitaires ou pour soins médicaux ».

La consigne était déjà donnée à l’oral, elle est désormais mise par écrit. Dans une note du ministère congolais des Affaires étrangères, datée du 24 juillet et authentifiée par Jeune Afrique, Emmanuel Ilunga, ministre délégué en charge des Congolais de l’étranger rappelle que, « de manière non équivoque (…) les ambassades de Belgique et de France n’accordent plus que des visas humanitaires ou pour soins médicaux aux ressortissants congolais depuis la fermeture de la Maison Schengen », fin janvier.

En conséquence, écrit le ministre, « il est demandé à toutes les représentations diplomatiques [congolaises] d’appliquer les mêmes dispositions à leurs ressortissants [des Français et des Belges, ndlr] par principe de réciprocité ».

Application de la Convention de Vienne

Contacté par Jeune Afrique, Emmanuel Ilunga confirme cette « restriction » et justifie la décision de son gouvernement par « l’application stricte de la Convention de Vienne » qui régit les rapports entre les États.

Depuis plusieurs mois, des officiels congolais se plaignent de ne pouvoir obtenir de visas pour l’espace Schengen. « La balle est dans le camp des autorités congolaises : si Kinshasa donne son feu vert, la Maison Schengen sera rouverte et la délivrance des visas reprendra normalement », nous confiait, il y a peu, un diplomate occidental basé dans la capitale congolaise.

La Maison Schengen de Kinshasa, gérée par Bruxelles pour le compte de 17 États membres de l’Union européenne plus la Norvège, a été fermée à la suite des tensions diplomatiques entre la RDC et la Belgique, sur décision des autorités congolaises. « Elle n’ouvrira pas ! » a récemment martelé le ministre Emmanuel Ilunga dans une interview à Jeune Afrique.

Jeuneafrrique.com par

 

Schengen: l’Autriche menace la Grèce d’une exclusion provisoire, Berlin proteste

janvier 23, 2016

Berlin – La ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, a menacé samedi la Grèce d’une exclusion provisoire de Schengen si Athènes ne renforce pas ses contrôles aux frontières face à l’afflux de migrants, hypothèse qualifiée de pseudo-solution par le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier.

Si le gouvernement d’Athènes n’entreprend pas enfin plus pour la sécurité des frontières extérieures de l’UE, alors nous devrons parler de façon ouverte d’une exclusion provisoire de la Grèce de l’espace (de libre circulation) Schengen, a déclaré Mme Mikl-Leitner à l’édition dominicale du journal Die Welt, selon des propos diffusés samedi.

Des pseudo-solutions comme l’exclusion d’Etats hors de l’espace Schengen ne font rien avancer, surtout, elles ne réduisent pas le flux des migrants et divisent l’Europe, a réagi le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, dans un entretien aux journaux du groupe de presse Funke-Mediengruppe.

Pour Mme Mikl-Leitner, lorsqu’un Etat (de l’espace) Schengen ne remplit pas durablement ses obligations et n’accepte l’aide qu’à reculons, alors il n’y a aucune interdiction d’y réfléchir. A ses yeux, l’idée que la frontière gréco-turque ne puisse pas être contrôlée est un mythe.

La patience de nombreux Européens a atteint ses limites (…) On a beaucoup parlé, maintenant, il faut agir. Il s’agit de protéger la stabilité, l’ordre et la sécurité en Europe, a encore insisté Mme Mikl-Leitner.

Il n’y aura pas de solution à la crise des réfugiés si la solidarité disparaît, a commenté M. Steinmeier.

Nous devons au contraire tirer dans le même sens et concentrer toutes nos forces pour lutter contre les causes qui poussent les réfugiés à fuir, pour renforcer les frontières extérieures de l’UE et parvenir à une répartition juste (des demandeurs d’asile) au sein de l’Europe, a-t-il ajouté.

La Grèce, qui fait face à une grave crise économique et doit se serrer la ceinture, est accusée depuis des mois de ne pas suffisamment protéger ses frontières qui sont également des frontières extérieures de l’Union européenne.

Des centaines de milliers de migrants sont arrivés sur les îles grecques en provenance des côtes turques. Ils tentent ensuite de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays européens, en particulier l’Allemagne.

La présidence du Conseil de l’UE avait écarté en décembre l’hypothèse d’une exclusion de la Grèce de l’espace Schengen.

Il n’est pas juridiquement possible d’exclure un Etat de la zone Schengen, avait assuré le ministre luxembourgeois de l’Immigration, Jean Asselborn, dont le pays assurait alors la présidence du Conseil.

Ce scénario d’une suspension ou d’une exclusion de la Grèce de cette zone de libre circulation avait été évoqué dans plusieurs médias.

La porte-parole du Premier ministre grec Alexis Tsipras avait toutefois démenti être menacée par l’UE d’une sortie de cet espace.

Romandie.com avec(©AFP / 23 janvier 2016 15h16)