Posts Tagged ‘Secours’

Canada: Une quarantaine de pompiers québécois s’apprêtent à partir pour la Colombie-Britannique

juillet 5, 2021

 Cent soixante-quinze incendies de forêt continuent de faire rage en Colombie-Britannique, dont celui qui a ravagé la petite ville de Lytton (photo).© Darryl Dyck/La Presse canadienne 

Cent soixante-quinze incendies de forêt continuent de faire rage en Colombie-Britannique, dont celui qui a ravagé la petite ville de Lytton (photo).

Alors que 175 feux de forêt continuent de faire rage en Colombie-Britannique, une quarantaine de pompiers québécois décolleront de l’Aéroport international Jean-Lesage en milieu d’après-midi lundi pour aller prêter main-forte à leurs collègues de l’Ouest.

Le groupe, composé de 40 pompiers et de cinq ressources individuelles, connaîtra son affectation, une fois sur place.

Ça va dépendre des besoins exprimés par BC Wildfire Service, et c’est là qu’ils vont savoir. Mais on sait déjà qu’ils vont faire du travail semblable à ce qu’ils font au Québec, c’est-à-dire du combat au sol contre les incendies. On ne sait pas s’ils vont être affectés sur les grands feux ou sur les plus petits feux, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils vont prêter main-forte», a indiqué le coordonnateur de la Société de protection de la forêt contre le feu (SOPFEU), Stéphane Caron, au micro de Première heure, à Québec.

Les pompiers québécois concentreront donc leurs efforts sur le combat au sol, qui est la principale arme dans l’arsenal de la lutte contre les incendies de forêt.

L’avion-citerne sert principalement à contenir le feu.

© Daniel Coulombe/Radio-Canada L’avion-citerne sert principalement à contenir le feu.

La configuration géographique des lieux y est également pour beaucoup aussi dans le choix de la méthode d’attaque privilégiée par les pompiers.

On est habitués ici au Québec à voir les avions-citernes parce qu’on a beaucoup de lacs, on a beaucoup de points d’eau, donc ce sont des équipements très efficaces pour notre territoire, mais ça ne veut pas dire que c’est la même chose ailleurs. En Colombie-Britannique, il y a certains secteurs où il y a beaucoup moins de points d’eau, donc on va travailler avec des techniques différentes, même des techniques qui n’utilisent pas nécessairement l’eau», continue le porte-parole de la SOPFEU.

Selon Stéphane Caron, cela peut aller jusqu’à vouloir dire de littéralement combattre le feu par le feu, dans certains cas.

Stéphane Caron, coordonnateur à la prévention et aux communications de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

© /Radio-Canada Stéphane Caron, coordonnateur à la prévention et aux communications de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

[Ça veut dire] de tout brûler au sol, des parties de territoire, avant que le feu arrive, pour créer un coupe-feu et faire en sorte que le feu ne puisse plus progresser.»

Le nombre de pompiers québécois délégués en Colombie-Britannique a été déterminé en fonction des besoins en effectif à maintenir dans la province.

Quarante, c’est à peu près la moyenne pour le Québec en fonction du niveau d’effectif qu’on a. On a déjà eu des contingents de 60, ou même de 80, mais c’est pas mal la limite de ce qu’on peut envoyer. Ça dépend du moment de la saison. En ce moment, on a une accalmie au Québec qui nous permet d’envoyer des ressources à l’extérieur, mais on est quand même au début du mois de juillet et la saison est loin d’être finie au Québec.»

Un maximum de 14 jours

Les pompiers québécois demeureront en Colombie-Britannique pour un maximum de 14 jours, après quoi ils rentreront à la maison.

Il y a des normes canadiennes là-dessus, parce que les échanges de ressources, c’est très courant. C’est 14 jours consécutifs de travail, plus les journées de déplacements. Après ça, les pompiers reviennent au Québec, quoi qu’il arrive», conclut Stéphane Caron.

Avec La Presse canadienne par  Kathleen Lavoie

Côte d’Ivoire: 137 enfants « sauvés » de la traite lors d’une opération de police

janvier 13, 2020

 

© Fournis par Belga
 

137 enfants promis au travail dans les champs ou le commerce, voire à la prostitution, ont été « sauvés » lors d’une opération policière menée jeudi et vendredi dans l’est de la Côte d’Ivoire, selon le Comité national des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS)

« Nous avons pu secourir 137 enfants victimes de traite et d’exploitation. Les enfants sauvés sont de nationalité nigériane, nigérienne, béninoise, ghanéenne et togolaise », a déclaré le commissaire divisionnaire Kouadio Yeboué Marcellin, préfet adjoint de police d’Aboisso (sud-est, frontière du Ghana), dans le texte diffusé par le CNS.

Le CNS, qui a financé l’opération, est présidé par la première dame, Dominique Ouattara.

« 12 trafiquants » ont été arrêtés, selon le texte.

« Selon leur nationalité, ils (les enfants) étaient destinés à la prostitution pour les Nigérianes, le pneumatique (réparation de pneus sur le bord de la route) et le commerce pour les Togolais, les Béninois et les Nigériens (…). L’âge de ces enfants sauvés varie entre 6 et 17 ans. »

Les policiers ont contrôlé des bus, ciblant les enfants non accompagnés, mais ils sont aussi intervenus dans des villages: la « première journée a permis de secourir une quarantaine d’enfants découverts en situation d’exploitation et de traite dans les plantations ou exerçant un métier dangereux pour leur âge », assure le texte.

Des recherches sont menées pour retrouver les parents des enfants.

Avec Belga

Espagne: des «narcos» secourent en mer les policiers qui les pourchassaient

octobre 5, 2019

 

Des narcotrafiquants ont porté secours ce vendredi à des gardes civils espagnols tombés à la mer en les pourchassant, mais ça ne les a pas dispensés d’être arrêtés pour le transport de trois tonnes de haschich, ont annoncé les autorités.

Les faits se sont produits vendredi matin quand une embarcation de la Garde civile a pris en chasse «un bateau à moteur semi-rigide suspecté de transporter de la drogue avec quatre personnes à bord», au large de Mijas (Andalousie, extrême sud), a indiqué dans un communiqué la Garde civile, force de police à statut militaire.

En pleine poursuite sur l’eau, les deux embarcations sont entrées en collision, ce qui a fait chuter les trois gardes civils à la mer pendant que leur bateau «tournait sans contrôle» et représentait un danger pour eux, selon le texte. Un hélicoptère de la Garde civile a demandé, par mégaphone, aux présumés trafiquants de venir en aide aux agents, ce qu’ils ont fait.

Mais finalement, les quatre occupants du bateau «ont été arrêtés pour le délit de trafic de drogues et plus de 80 ballots de haschich qui étaient tombés à l’eau ont été saisis, pour un poids d’environ 3 tonnes», selon le communiqué. L’extrême sud de l’Espagne est miné par le trafic de haschich importé du Maroc tout proche.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Affaire Vincent Lambert : sa mère réclame le «secours» de l’ONU

juillet 1, 2019

SWITZERLAND-RIGHTS-DIPLOMACY-FRANCE-EUTHENASIA-UN

La mère de Vincent Lambert lors d’une table ronde organisée en marge de la 41e session du Conseil des droits de l’homme à Genève. FABRICE COFFRINI / AFP

 

La mère de Vincent Lambert, en état végétatif depuis onze ans, a affirmé que son fils n’est «pas en fin de vie, n’est pas un légume».

La mère du Français Vincent Lambert, en état végétatif depuis 2008, a réclamé ce lundi le «secours» de l’ONU, affirmant que l’on veut «assassiner» son fils, alors que la Cour de cassation française a ouvert la voie à un nouvel arrêt de son maintien en vie. Viviane Lambert s’exprimait lors d’une table ronde organisée en marge de la 41e session du Conseil des droits de l’homme à Genève, par une ONG basée à Strasbourg, le Centre européen pour le droit et la justice.

«Je crie tout haut que Vincent, on veut l’assassiner. C’est le vrai mot», a-t-elle dit avec des sanglots dans la voix, devant une quinzaine de personnes dont une poignée de journalistes. «Vincent n’est pas en fin de vie, Vincent n’est pas un légume», a-t-elle martelé, indiquant être venu à l’ONU pour y réclamer un «secours».

Au sein d’une famille déchirée par des années d’une tragique bataille judiciaire, l’épouse et six frères et sœurs de Vincent Lambert, tétraplégique depuis un accident de la route, demandent l’arrêt de son alimentation et de son hydratation. Les parents, soutenus par un frère et une sœur, s’y opposent. Dans cette affaire, qui ne cesse de rebondir devant la justice française, le comité de l’ONU sur les droits des personnes handicapées, saisi par les parents, a demandé le 4 mai à la France de suspendre toute décision d’arrêt des soins, le temps qu’il puisse examiner le dossier sur le fond.

«La France nous a dit trois jours plus tard « nous n’appliquerons pas ces mesures provisoires ». Et bien, il y a là quelque chose d’absolument scandaleux qui justifie notre présence aujourd’hui», a affirmé l’un des avocats des parents, Jean Paillot, présent à la table ronde. Ce comité de l’ONU n’a toutefois aucun pouvoir de contrainte sur les Etats membres. Selon la ministre française de la Santé Agnès Buzyn, la France n’est «pas tenue» de respecter cette demande.

Le 11 mai, le médecin traitant de Vincent Lambert avait annoncé à la famille l’interruption de son alimentation, qui avait débuté le 20 mai. Toutefois, le même jour, la cour d’appel de Paris avait ordonné le rétablissement de son traitement, jusqu’à ce que le comité de l’ONU se prononce sur le fond. Saisie, la Cour de cassation a cassé ce jugement le 28 juin et ouvert la voie à un nouvel arrêt de l’alimentation et de l’hydratation du patient âgé de 42 ans.

Les avocats des parents ont annoncé qu’ils porteraient plainte pour «meurtre avec préméditation» contre le médecin qui ordonnerait un arrêt du traitement. «Nous serions favorable à une médiation par l’intermédiaire d’une institution internationale pour discuter avec le gouvernement français pour qu’en l’état actuel les mesures provisoires soient effectives», a indiqué Me Paillot.

«Vincent n’est ni malade, ni en fin de vie. Son état est celui d’une personne handicapée», a-t-il insisté. Pour Jérôme Triomphe, autre avocat des parents, «nous sommes ici devant une situation gravissime de violation de ses engagements internationaux par la France et cela au détriment d’un homme handicapé».

Par Le Figaro.fr avec AFP

Inde: quatre alpinistes secourus, huit autres toujours portés disparus dans l’Himalaya

juin 2, 2019

 

Quatre alpinistes britanniques victimes d’une avalanche ont été secourus dans l’Himalaya côté indien, tandis que les recherches continuaient pour retrouver huit autres alpinistes portés disparus dans le même massif, selon les autorités indiennes. Des hélicoptères ont hélitreuillé le groupe après l’avoir repéré dimanche matin sur un camp de base proche de la deuxième plus haute montagne de l’Inde, le massif du Nanda Devi qui culmine à 7.826 mètres.

La seconde cordée – composée de quatre Britanniques, deux Américains, une Australienne et un Indien – avait prévu de gravir la semaine dernière un pic encore vierge dans le même massif, et de revenir à leur camp de base le 26 mai. Cette cordée, conduite par le Britannique Martin Moran, avait commencé à grimper le 13 mai à partir du camp de base de Munsiyari, dans l’Etat indien d’Uttarakhand. Les recherches, en particulier la surveillance aérienne, ont été ralenties par le mauvais temps qui sévit dans la région, avec de fortes pluies et des chutes de neige abondantes.

Les quatre Britanniques secourus ne faisaient pas partie de la cordée de huit alpinistes mais ils sont restés en contact avec eux jusqu’au 26 mai, la veille de l’avalanche. «Ils grimpaient séparément mais étaient en contact avec le groupe plus important. De fortes chutes de neige les ont bloqués au camp de base», a expliqué à l’AFP le chef de la police locale R.C. Rajguru. Il a indiqué ne pas avoir pour l’instant d’informations fiables sur la localisation ou le sort des huit alpinistes portés disparus.

Des centaines d’alpinistes viennent du monde entier en Inde chaque année pour tenter l’ascension de sommets qui font partie de la chaîne de l’Himalaya. L’Inde a sur son territoire dix sommets de plus de 7.000 mètres, dont le troisième plus haut du monde, le Kangchenjunga, coincé entre Inde et Népal. Quatre Indiens figuraient parmi les 11 alpinistes qui sont morts en tentant de vaincre l’Everest au cours de la saison écoulée, qui a pris fin cette semaine.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Espagne: 1.200 migrants secourus arrivés en deux jours, Madrid demande « une solution européenne »

juillet 28, 2018

Madrid – Le ministre espagnol de l’Intérieur a appelé samedi à offrir une « solution européenne (au) problème de l’immigation », les gardes-côtes espagnols ayant secouru en deux jours plus de 1.200 migrants en mer.

Les médias espagnols diffusaient aussi samedi soir les images frappantes de groupes de migrants africains ayant débarqué directement, ces derniers jours, sur des plages touristiques, sous le regard des estivants qui se baignaient ou prenaient le soleil.

« Nous sommes venus voir sur le terrain les problèmes qui existent, le problème de l’immigration qui est un problème de l’Europe, qui nécessite une solution européenne », a dit samedi après-midi devant la presse le ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska, du nouveau gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, en visite dans la province de Cadix (sud), selon un enregistrement transmis par la préfecture.

Il se déplaçait dans le sud du pays pour constater la façon dont les forces de l’ordre et la Croix-Rouge accueillent les migrants.

Le service public de sauvetage en mer avait annoncé samedi sur son compte Twitter avoir secouru dans la journée 334 personnes, à bord de 17 embarcations de fortune. Vendredi, les gardes-côtes avaient porté secours à 888 personnes en une seule journée.

L’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée des migrants clandestins en Europe, dépassant l’Italie.

« C’était à prévoir », a dit le nouveau ministre, reprochant au gouvernement antérieur du conservateur Mariano Rajoy « un manque de prévisions », les arrivées par la mer ayant bondi dès l’an dernier.

« Nous sommes en train d’ouvrir un centre » dans la baie d’Algésiras (Andalousie, sud), qui aura une capacité d’accueil de 600 personnes, a-t-il dit, évoquant un travail « contre la montre ».

Il a évoqué « une situation exceptionnelle » mais « absolument sous contrôle ».

Selon des reportages des télévisions espagnoles, des migrants devaient notamment dormir dans le port d’Algésiras à bord d’un bateau des services de sauvetage en mer, d’autres dans des gymnases.

Plus de 20.992 migrants sont arrivés en Espagne par la mer depuis le début de l’année et 304 sont morts en tentant la traversée, selon un comptage de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) effectué la semaine dernière, en date du 25 juillet.

L’Italie comptait à cette date 18.130 arrivées et plus de mille morts – 1.111 – tandis que la Grèce comptabilisait 15.528 arrivées et 89 morts.

Romandie.com avec(©AFP / 28 juillet 2018 19h44)                                                        

En Thaïlande, les enfants piégés dans une grotte retrouvés « sains et saufs »

juillet 2, 2018

Photo des jeunes footballeurs retrouvés par les sauveteurs dans la grotte de Tham Luang en Thaïlande, le 2 juillet 2018 / © AFP / LILLIAN SUWANRUMPHA

Les 12 enfants et leur entraîneur de foot pris au piège depuis neuf jours dans une grotte inondée en Thaïlande ont été retrouvés « sains et saufs » lundi soir, suscitant la liesse des secouristes et des familles.

« Nous les avons retrouvés tous les 13 sains et saufs », a annoncé le gouverneur de la province de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn, au milieu des cris d’enthousiasme des secouristes et des journalistes.

Mais l’évacuation ne sera pas immédiate, a précisé celui qui dirige aussi la cellule de secours. Des secouristes resteront dans la grotte avec eux jusqu’à ce qu’ils soient assez en forme pour parcourir les près de quatre kilomètres les séparant de la sortie, en partie inondés.

« Nous allons leur apporter de la nourriture, mais nous ne sommes pas sûrs qu’ils puissent se nourrir vu qu’ils n’ont pas mangé depuis longtemps », a-t-il ajouté.

Un médecin doit se rendre sur place, en plongeant, pour évaluer leur condition physique. Les personnes étant restées longtemps dans l’obscurité et le confinement d’une grotte peuvent présenter des troubles oculaires et pulmonaires.

Des plongeurs de la marine royale thaïlandaise inspectent un tunnel de la grotte de Tham Luang, où sont bloqués 12 enfants et leur entraîneur de football, le 1er juillet 2018 près de Chiang Rai / © ROYAL THAI NAVY/AFP / ROYAL THAI NAVY

Une vidéo poignante filmée par des sauveteurs montre un groupe d’enfants maigres, vêtus de maillots de football trop grands et maculés de boue. Ils sont réfugiés sur un promontoire étroit entouré d’eau.

« Merci », s’exclame l’un d’eux. Un autre répond « 13 » quand un des plongeurs à l’accent britannique demande combien ils sont.

Tout en éclairant le groupe avec sa torche, le plongeur cherche à rassurer les enfants: « beaucoup, beaucoup de gens sont en route » pour les secourir, affirme-t-il. « Vous êtes très résistants ».

Les plongeurs ont trouvé les jeunes un peu au-delà de « Pattaya Beach », la zone soupçonnée de leur tenir lieu d’abri. « Pattaya Beach était inondée mais nous les avons retrouvés 300 à 400 mètres plus loin », a précisé le gouverneur.

Bonheur des familles qui campaient à l’extérieur de la grotte de Tham Luang en Thaïlande après avoir appris que les 12 enfants et leur entraîneur qui y étaient piégés depuis neuf jours ont été retrouvés sains et saufs, le 2 juillet 2018nndes enfants piégés dans une grotte inondée en Thaïlandedans la grotte  / © AFP / Lillian SUWANRUMPHA

Lundi soir, la nouvelle s’est répandue à vitesse grand V sur les réseaux sociaux et les parents des enfants, qui dorment pour certains dans un gîte non loin de la grotte depuis des jours, ont exprimé leur joie, unissant leurs mains.

« Je suis si heureux… Je veux le voir, en bonne santé mentale et physique », a réagi Thinnakorn Boonpiem, père d’un des disparus. « Je suis soulagée », confie une mère, rassurée depuis que les secouristes lui ont dit que son fils avait survécu « en buvant de l’eau de pluie » ruisselant dans la grotte.

Les jeunes footballeurs âgés de 11 à 16 ans et leur entraîneur s’étaient aventurés le soir du 23 juin, après leur entraînement sportif, dans la grotte de Tham Luang, dans cette zone de forêt tropicale dense, à la frontière avec la Birmanie et le Laos.

Mais ils avaient été bloqués par les fortes pluies de mousson et aucun contact n’avait depuis pu être noué avec eux.

Thaïlande : la grotte de Tham Luang / © AFP / Laurence CHU

– Soulagement national –

Leur drame a été relayé en direct à la télévision thaïlandaise et les internautes ne parlaient que de cela depuis des jours.

Lundi, une cérémonie avait été organisée à l’école des enfants. « Laissez-le revenir et jouer au football avec nous, il me manque », avait imploré parmi les 200 enfants réunis pour l’occasion Tilek Jana, dont l’ami Prajak est parmi les disparus.

« Je prie toutes les nuits pour que ces 13 vies soient sauvées », avait ajouté Jakkrit Muenghong, un des professeurs de Prajak.

Thailande: images des enfants retrouvés dans une grotte / © Royal Thai Navy/AFP / –

Un chanteur célèbre en Thaïlande, Kong Huayrai, a même écrit une chanson en leur hommage: « Nous ne savons pas qui vous êtes, à quoi vous ressemblez, mais où êtes-vous? Avez-vous froid et faim? », dit la balade, diffusée à la télévision. « Le vent peut-il vous atteindre pour vous dire qu’il y a des gens qui vous attendent? », poursuit la chanson.

Lundi, des membres de l’ethnie montagnarde des Lisu se sont réunis non loin de la grotte pour sacrifier des poulets et des cochons, une offrande aux esprits de la rivière et de la forêt, pour les implorer de permettre le retour sains et saufs.

Des dizaines de plongeurs, y compris internationaux, ont été mobilisés pendant plus d’une semaine.

Des équipes de spécialistes étrangers venus d’Australie, de Grande-Bretagne, du Japon, de Chine, ainsi qu’une trentaine de soldats américains, ont prêté main forte au millier de secouristes thaïlandais mobilisés.

Le chef de la junte, le général Prayut Chan-O-Cha, qui s’était rendu sur place cette semaine, a lundi soir « remercié tous les sauveteurs pour leur mobilisation ».

Romandie.com avec(©AFP / 02 juillet 2018 23h34)

Enfants piégés dans une grotte en Thaïlande: les plongeurs réussissent à approcher

juin 30, 2018

Photo fournie le 30 juin 2018 par la marine royale thaïlandaise de plongeurs inspectant une galerie remplie d’eau dans la grotte de Tham Luang où sont piégés 12 enfants et leur entraîneur de foot / © ROYAL THAI NAVY SEAL/AFP / Handout

A la faveur d’une baisse des eaux, les sauveteurs mobilisés depuis sept jours pour sauver 12 enfants et leur entraîneur de foot piégés dans une grotte inondée en Thaïlande ont enfin réussi samedi à s’approcher de la zone où ils sont supposés s’être réfugiés.

Les plongeurs « sont à deux-trois kilomètres » de l’endroit où sont supposés être les enfants, « nous étions arrivés jusque là une fois mardi, mais le courant était trop fort », s’est réjoui le gouverneur de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn.

« La situation est meilleure aujourd’hui qu’hier et les jours précédents. L’eau a considérablement baissé », grâce aux pompes installées et à l’arrêt de la pluie, a-t-il ajouté.

Mais, si les secouristes se refusent pour l’heure à évoquer une issue autre qu’heureuse, aucun contact n’a encore pu être établi avec les jeunes footballeurs entrés samedi soir dans la grotte de Tham Luang, située près de la frontière avec la Birmanie et le Laos, après leur entraînement.

Des boîtes contenant de la nourriture mais aussi des téléphones portables ont été lancés la veille depuis un puits à la verticale de la grotte, non loin de l’endroit où les sauveteurs espèrent que les enfants se trouvent.

Des équipes de secours lors d’un exercice d’évacuation sur une route boueuse menant à la grotte de Tham Luang où sont piégés douze enfants et leur entraîneur de foot, le 30 juin 2018 à Chiang Rai, en Thaïlande / © AFP / Sippachai KUNNUWONG

Ils ont aussi répété samedi un exercice d’évacuation afin d’être prêt une fois le contact établi, tandis que des moines bouddhistes priaient en faveur d’un dénouement heureux.

« Il s’agit de mettre en place un protocole sur ce qu’on doit faire avant de les emmener à l’hôpital », a expliqué le gouverneur de Chiang Rai. Après une semaine dans l’obscurité de la grotte, les victimes souffriront de troubles oculaires et pulmonaires et leur évacuation doit être menée avec précaution.

« C’est un test, ne paniquez pas. Si nous sortons les garçons de là, nous saurons comment les envoyer à l’hôpital en hélicoptère », a-t-il ajouté, précisant que plusieurs hôpitaux de la région participaient à l’exercice profitant d’un temps plus clément après des pluies diluviennes.

Mais cette grotte est une des plus grandes de Thaïlande, avec un réseau de plus de dix kilomètres, en faisant un lieu apprécié par les spéléologues aguerris.

Photo fournie le 30 juin 2018 par la marine royale thaïlandaise de plongeurs inspectant une galerie remplie d’eau dans la grotte de Tham Luang où sont piégés 12 enfants et leur entraîneur de foot / © Royal Thai Navy/AFP / Handout

Plusieurs centaines de secouristes restaient mobilisés samedi, dont des soldats américains et des plongeurs britanniques. Ceux-ci luttaient depuis des jours avec une eau boueuse, sans visibilité, limitant fortement leur progression par l’entrée principale, inondée.

– Espoirs autour du puits –

D’où, en parallèle de l’envoi des plongeurs via l’entrée principale, les espoirs autour du puits à la verticale de la grotte: des rangers débroussaillaient samedi les alentours, pour permettre aux hélicoptères d’atterrir et d’évacuer les enfants par là.

Avec des trombes d’eau tombées toute cette semaine sur la province de Chiang Rai, l’eau n’a cessé de monter dans la cavité, où les enfants âgés de 11 à 16 ans et leur entraîneur de 25 ans sont pris au piège depuis samedi.

Enfants piégés en Thaïlande: les sauveteurs se rapprochent / © AFP / Jonathan Klein, Farid Addala

Si les enfants arrivent à boire de l’eau dans la grotte inondée, ils peuvent tenir plusieurs semaines sans nourriture, souligne Anmar Mirza, expert américain des opérations de sauvetages souterrains.

Des garçons athlétiques et en bonne santé peuvent « facilement tenir un mois », dit-il.

Mais « le principal problème est d’ordre psychologique, parce qu’ils ne savent pas quand les secours vont les retrouver », ajoute-t-il.

En 2014 en Allemagne, un homme a pu être secouru dans une grotte après 11 jours d’attente. En 2012, au Pérou, des mineurs avaient pu être sauvés après sept jours sous terre. En 2010, au Chili, des mineurs avaient tenu 17 jours.

Romandie.com avec(©AFP / 30 juin 2018 17h03)

Mamoudou Gassama, le sauveur de l’enfant suspendu à un balcon, va être naturalisé français

mai 28, 2018

Mamoudou Gassama, le jeune Malien de 22 ans qui a sauvé un enfant suspendu dans le vide, a été reçu à l’Élysée ce lundi. Emmanuel Macron a annoncé qu’il serait naturalisé français et qu’il allait intégrer les sapeurs pompiers.

Son acte spontané, filmé samedi, a été vu des millions de fois sur les réseaux sociaux. En quelques secondes, Mamoudou Gassama a escaladé la façade d’un immeuble parisien du XVIIIe arrondissement afin de sauver un enfant suspendu dans le vide au 4e étage. Le jeune homme de 22 ans a été reçu ce lundi par le président de la République à l’Élysée. À l’issue de cette rencontre, Emmanuel Macron a annoncé sa naturalisation et qu’il intégrerait les sapeurs pompiers. «Tous les papiers vont être régularisés», a assuré le chef de l’État lors de l’échange, diffusé sur sa page Facebook. Emmanuel Macron lui a également proposé d’entamer les démarches en vue d’une naturalisation, ce que Mamoudou Gassama a accepté.

Dès dimanche, plusieurs personnalités politiques s’étaient déclarées favorables à la naturalisation de Mamoudou Gassama. C’est notamment le cas de Benjamin Grivaux, le porte-parole du gouvernement, qui a écrit sur Twitter: «cet acte d’une immense bravoure, fidèle aux valeurs de solidarité de notre République, doit lui ouvrir les portes de notre communauté nationale».

 

L’association SOS Racisme avait également réagi dans un communiqué dimanche: «Mamoudou Gassama nous rappelle utilement que les personnes en situation irrégulière sont des êtres humains, avec l’immense courage dont beaucoup ont fait preuve dans leur périlleux voyage vers l’Europe. Un courage qu’ils continuent souvent à manifester ici». Dans ce communiqué, l’association demandait au ministre de l’Intérieur «de régulariser la situation de Monsieur Gassama, qui a su faire preuve d’un courage aussi rare qu’admirable».

«Dieu merci, je l’ai sauvé»

Il est environ 20 heures samedi lorsque les pompiers sont alertés par des passants ayant vu un enfant suspendu dans le vide au quatrième étage d’un immeuble du nord de la capitale. Sur place, ils découvrent qu’un jeune homme a porté secours à l’enfant, âgé de quatre ans. «Par chance, il y avait quelqu’un qui avait une bonne condition physique et qui a eu le courage d’aller chercher l’enfant», ont indiqué les pompiers. La scène, spectaculaire, a été filmée par des passants ébahis qui s’étaient regroupés en bas de l’immeuble. Sur la vidéo, on voit l’homme escalader à mains nues et en 30 secondes environ quatre balcons de la façade de l’immeuble, pour récupérer l’enfant qui se trouvait suspendu par une main, dans le vide, à l’extérieur du balcon, et le mettre en sécurité.

Diffusée sur les réseaux sociaux, la vidéo est rapidement devenue virale, avec déjà plus de quatre millions de vues dimanche en fin de journée. Retrouvé après son geste qualifié d’«héroïque», Mamoudou Gassama, a alors raconté alors son aventure. «J’ai vu beaucoup de monde en train de crier, et des voitures qui klaxonnaient», a-t-il expliqué. «Je suis monté comme ça et, Dieu merci, je l’ai sauvé». «J’ai eu peur quand j’ai sauvé l’enfant et puis on est allés dans le salon, je me suis mis à trembler, je n’arrivais plus à tenir sur mes pieds, j’ai dû m’asseoir», a-t-il ajouté. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’enfant s’est retrouvé seul sur le balcon en l’absence des parents à leur domicile.

L’enfant placé en centre d’accueil

Les réactions politiques louant le courage du jeune sauveteur n’ont pas tardé dimanche. «Un grand bravo à Mamoudou Gassama pour son acte de bravoure», a réagi sur Twitter la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, qui s’est entretenue avec lui au téléphone «afin de le remercier chaleureusement». «Il m’a expliqué être arrivé du Mali il y a quelques mois en rêvant de construire sa vie ici. Je lui ai répondu que son geste héroïque est un exemple pour tous les citoyens et que la Ville de Paris aura évidemment à coeur de le soutenir dans ses démarches pour s’établir en France», a-t-elle ajouté.

La présidente Les Républicains de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a également réagi sur Twitter: «Hommage et reconnaissance au sauveteur du jeune enfant qui n’a écouté que son courage». Une pétition avait d’ailleurs été créée en ligne pour demander la régularisation de Mamoudou Gassama. Lundi matin, elle comptait plus de 4000 signatures. Peu après les faits, le père de l’enfant, né en 1981 et sans antécédent judiciaire, a été placé en garde à vue pour avoir laissé son enfant sans surveillance, selon une source judiciaire. Il devait être déféré au tribunal de Paris dimanche dans la soirée en vue de poursuites judiciaires. L’enfant a été placé dans une structure d’accueil. Sa mère n’était pas à Paris au moment des faits

Lefigaro.fr par  

Espagne: 532 migrants secourus en Méditerranée durant le week-end

mai 27, 2018

Des migrants débarquent d’un navire des gardes-côtes espagnols, à Malaga, le 26 avril 2018 / © AFP/Archives / JORGE GUERRERO

Les services espagnols de sauvetage en mer ont annoncé dimanche avoir secouru ce week-end 532 migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée à partir de l’Afrique du Nord.

Les bateaux de sauvetage ont recueilli dimanche 115 migrants qui essayaient de traverser le détroit de Gibraltar à bord de cinq petits bateaux. Samedi, ils en avaient secouru plus de 293 qui tentaient la traversée à bord de neuf embarcations.

Les services de sauvetage recherchent trois autres embarcations ayant à leur bord « un nombre important de migrants » dans la mer d’Alboran, à l’est du détroit de Gibraltar, a indiqué un porte-parole à l’AFP.

L’Espagne est la troisième porte d’entrée de l’immigration clandestine vers l’Europe, derrière l’Italie et la Grèce.

La route de l’Espagne, passant par le Maroc, est de plus en plus empruntée par les migrants qui évitent la Libye en proie au chaos.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 22.400 personnes sont arrivées en Espagne par voie maritime en 2017. 223 ont perdu la vie.

Romandie.com avec (©AFP / 27 mai 2018 14h49)