Posts Tagged ‘Secours’

Espagne: 532 migrants secourus en Méditerranée durant le week-end

mai 27, 2018

Des migrants débarquent d’un navire des gardes-côtes espagnols, à Malaga, le 26 avril 2018 / © AFP/Archives / JORGE GUERRERO

Les services espagnols de sauvetage en mer ont annoncé dimanche avoir secouru ce week-end 532 migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée à partir de l’Afrique du Nord.

Les bateaux de sauvetage ont recueilli dimanche 115 migrants qui essayaient de traverser le détroit de Gibraltar à bord de cinq petits bateaux. Samedi, ils en avaient secouru plus de 293 qui tentaient la traversée à bord de neuf embarcations.

Les services de sauvetage recherchent trois autres embarcations ayant à leur bord « un nombre important de migrants » dans la mer d’Alboran, à l’est du détroit de Gibraltar, a indiqué un porte-parole à l’AFP.

L’Espagne est la troisième porte d’entrée de l’immigration clandestine vers l’Europe, derrière l’Italie et la Grèce.

La route de l’Espagne, passant par le Maroc, est de plus en plus empruntée par les migrants qui évitent la Libye en proie au chaos.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 22.400 personnes sont arrivées en Espagne par voie maritime en 2017. 223 ont perdu la vie.

Romandie.com avec (©AFP / 27 mai 2018 14h49)                  

Plus de 250 migrants secourus au large de la Libye

mars 10, 2018

Des migrants secourus au large de la Libye débarquent sur la base navale de Tripoli, le 10 mars 2018 / © AFP / MAHMUD TURKIA

Au moins 252 migrants, qui tentaient de rejoindre l’Europe par la mer en profitant d’une météo calme, ont été secourus samedi par les garde-côtes libyens lors de deux opérations distinctes, a indiqué la marine libyenne.

Le capitaine Rami al-Hadi Ghomed a expliqué à l’AFP que 140 migrants, dont 14 femmes et quatre enfants, avaient été récupérés sur une embarcation « à 16 milles marins au nord de Zawia » (ville 45 km à l’ouest de Tripoli).

Selon cet officier de la marine, ils ont été ramenés à la base navale de Tripoli avant d’être transférés vers un centre de rétention.

La deuxième opération s’est déroulée à 30 milles marins de Garaboulli (60 km à l’est de Tripoli) où « 112 migrants, dont 30 femmes et trois enfants, à bord d’un pneumatique » ont pu être secourus, a indiqué à l’AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine libyenne.

« Les migrants, originaires de pays africains (…), ont bénéficié de soins médicaux avant d’être transférés au centre de rétention de Tajoura », localité située à une trentaine de kilomètres à l’est de Tripoli, a précisé le général Kacem.

Au temps du régime de Mouammar Kadhafi, des milliers de migrants africains traversaient déjà les frontières sud de la Libye pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l’Europe mais la situation a empiré après la chute du dictateur en 2011.

Depuis, la Libye, minée par les violences et l’insécurité, est en effet devenue une plaque tournante pour des centaines de milliers de migrants d’Afrique subsaharienne cherchant à rallier l’Italie, dont les côtes ne sont qu’à environ 300 km de celles de l’ouest libyen.

Certains migrants restent parfois en Libye et travaillent plusieurs années pour pouvoir mettre de côté le prix de leur passage par la mer.

C’est le cas de Sunday Adeleghe, un Nigérian de 42 ans, marié et père de quatre enfants, qui a été secouru samedi au large de Zawia.

« J’ai quitté mon pays en juin. (…) Je ne pouvais pas rentrer au Nigeria sans rien », a-t-il raconté à l’AFP. « Je me suis mis à laver des voiture pour économiser de l’argent pour ma famille ».

« Je suis désespéré (…) mais un homme ne peut mourir qu’une fois, pas deux », a-t-il ajouté.

« Si nos gouvernants étaient bons pour nous, les Nigérians ne quitteraient pas leur pays », a expliqué Sunday Adeleghe.

Romandie.com avec (©AFP / 10 mars 2018 18h55)                

Afrique du Sud: un millier de mineurs secourus après 30 heures sous terre

février 2, 2018

L’un des 955 mineurs piégés au fond d’une mine, près de la ville de Welkom, salue à sa sortie, le 2 février 2018 en Afrique du Sud / © AFP / GIANLUIGI GUERCIA

Un millier de mineurs piégés sous terre pendant une trentaine d’heures dans une mine d’or d’Afrique du Sud à la suite d’une coupure de courant sont remontés à la surface sains et sauf vendredi, accueillis par leurs familles soulagées.

« C’était stressant. Il n’y avait pas beaucoup de ventilation », a témoigné à l’AFP un mineur, Mike Khonto, sorti indemne à l’aube. « Heureusement, nos chefs nous ont fait parvenir de la nourriture et de l’eau », a-t-il raconté.

Les ouvriers de la compagnie Sibanye Gold de Beatrix, près de la ville de Welkom (centre), étaient prisonniers des galeries de la mine depuis un violent orage survenu mercredi soir, qui avait coupé l’électricité et bloqué les ascenseurs.

Les générateurs, censés prendre le relais, n’ont pas tous fonctionné, piégeant l’équipe de nuit.

Le courant a finalement été rétabli vendredi vers 02H00 du matin (00H00 GMT), permettant la remise en marche des monte-charge.

En l’espace de moins de deux heures, les 955 mineurs encore bloqués ont été ramenés à la surface, selon le porte-parole de la compagnie James Wellsted. Aucun mort ou blessé grave n’est à déplorer. Quelques employés souffrent de déshydratation et de forte pression artérielle mais « rien de grave », a-t-il assuré à l’AFP.

Au lever du soleil, les mineurs ont quitté en bus, dans leur tenue de travail et casque sur la tête, le puits numéro 3, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Vous voyez comment les patrons nous traitent », a lancé l’un d’eux depuis un autobus.

Une jeune femme, elle, retrouvait le sourire après des heures d’angoisse. « On est soulagés », a-t-elle reconnu après avoir passé la nuit dans sa voiture, devant la mine, dans l’attente de nouvelles de son oncle.

– ‘Expérience traumatique’ –

Dans la nuit, la mine avait acheminé, grâce à une capsule, des vivres aux mineurs piégés. Ils « ont vécu une expérience traumatique », a reconnu le porte-parole de la mine.

De retour à l’air libre, ils devaient subir un examen médical et recevoir un soutien psychologique, ainsi que leurs familles.

L’incident a immédiatement relancé la controverse sur la sécurité de l’industrie minière.

« On aurait pu éviter » cet accident, a assuré un employé de la mine sous couvert d’anonymat. « Ils auraient dû avoir des générateurs qui fonctionnaient. La sécurité est le dernier de leur souci. Ce qui compte, c’est la production », a-t-il affirmé furieux.

L’Association du syndicat des mineurs (AMCU) a dénoncé « le manque de plans de secours à la mine en terme de sources alternatives d’électricité ».

La principale centrale syndicale du pays, la Cosatu, a pour sa part demandé « une enquête » et exigé que la compagnie soit « tenue responsable pour négligence ».

« Les grands groupes multinationaux comme Sibanye-Stillwater font très peu pour empêcher les accidents alors qu’ils devraient être les premiers à développer une culture de la sécurité », a regretté le Syndicat national des mineurs (NUM).

La mine s’est défendue en affirmant qu’il s’agissait d’une situation « extrêmement inhabituelle », puisque des générateurs ont, selon Sibanye Gold, été endommagés par l’orage.

Les accidents miniers sont fréquents en Afrique du Sud, qui possède les mines les plus profondes au monde. En 2015, 77 personnes y sont mortes, selon la Chambre sud-africaine des mines.

En août dernier, 5 mineurs sont morts dans une mine d’or proche de Johannesburg, ensevelis par l’effondrement d’une galerie.

Pendant des décennies, l’extraction minière, particulièrement de l’or, a porté à bout de bras la croissance de l’économie sud-africaine. Sa production a toutefois récemment chuté à cause de l’épuisement de ses réserves.

Romandie.com avec(©AFP / 02 février 2018 11h41)                

Méditerranée: au moins 54 morts et 10.000 migrants secourus en 4 jours

mai 27, 2017

Rome – Environ 10.000 migrants ont été secourus de mercredi à samedi au large de la Libye tandis qu’au moins 54 autres sont morts en mer pendant ces quatre jours, selon les gardes-côtes italiens et libyens.

Samedi, l’armée tunisienne également secouru 126 migrants d’Afrique subsaharienne partis de Libye dans l’espoir de gagner l’Italie, à bord d’une embarcation en détresse au large de Ben Guerdane, près de la frontière libyenne.

Vendredi, plus de 1.230 personnes avaient été récupérées par des navires libyens et reconduits à Tripoli ou à Sawiya, tandis que les 2.200 autres l’ont été par des navires militaires ou commerciaux coordonnés par les gardes-côtes italiens et devaient être conduits en Italie.

Les gardes-côtes italiens ont aussi fait état de 10 personnes retrouvées mortes lors de ces opérations, sans préciser dans quelles circonstances.

Les jours précédents, les gardes-côtes italiens et libyens avaient fait état de 44 autres corps retrouvés sans vie, dont 35 après qu’une grosse vague a jeté des centaines de migrants à l’eau mercredi. Les secours redoutaient aussi des disparus dans plusieurs de ces incidents.

Si le flux des arrivées en Italie reste important, la vague de ces derniers jours n’a rien d’exceptionnel: fin mai 2016, plus de 13.000 personnes avaient été secourues en 5 jours, tandis que plus d’un millier d’autres avaient trouvé la mort.

Tous veulent à tout prix éviter de retourner en Libye, où beaucoup de migrants subissent extorsions, violences, viols, tortures et meurtres.

Dans les ports du sud de l’Italie, la journée a été chargée vendredi et les débarquements se sont poursuivis samedi.

Le Phoenix de l’ONG maltaise Moas est ainsi arrivé à Crotone (sud) avec à son bord près de 600 migrants et les corps de la plupart des victimes de mercredi.

Et tandis qu’un navire de la marine italienne avait vu une jeune Somalienne accoucher d’une petite fille vendredi matin, l’équipe médicale du Phoenix n’a pour sa part pas pu empêcher la fausse couche d’une femme enceinte de six mois qui venait de reconnaître son fils de 7 ans parmi les corps des petits noyés.

En raison du sommet du G7 à Taormina, en Sicile, les débarquements ont été interdits toute la semaine dans l’île, ce qui a rallongé de 24 heures le trajet des navires de secours vers l’Italie et retardé leur retour sur la zone des secours, où il a fallu faire appel à de nombreux navires commerciaux.

Or ces navires ne sont pas équipés pour les secours, et n’ont pas à bord les vivres, l’eau ou les sanitaires pour transporter des centaines de personnes pendant 48 heures.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mai 2017 19h40)                                            

Collision en mer Noire: le navire russe a coulé, le personnel secouru (gardes-côtes)

avril 27, 2017

Istanbul – Un navire espion de l’armée russe qui était entré en collision jeudi avec un autre vaisseau près des côtes turques en mer Noire a coulé et son équipage a été secouru, ont indiqué les gardes-côtes turcs.

« Le navire russe a coulé après la collision, l’ensemble du personnel à bord a été secouru », a indiqué un responsable des gardes-côtes à l’AFP sous couvert d’anonymat.

Les gardes-côtes ont mobilisé des vedettes pour se rendre sur le lieu du naufrage afin de porter secours au vaisseau, a précisé ce même responsable.

Selon les médias turcs, 78 personnes se trouvaient à bord du vaisseau russe qui est entré en collision avec un navire de transport de bétail au large de la ville côtière de Kilyos, à l’entrée du détroit du Bosphore.

La chaîne d’information turque NTV a rapporté que le navire transportant le bétail n’avait subi que des dégâts mineurs et qu’il pourrait reprendre sa route après des contrôles.

L’agence de presse turque Dogan a indiqué que la zone de la collision était plongée dans un épais brouillard au moment du choc, ce qui semble indiquer que l’incident est accidentel.

Le trajet du navire espion russe n’était pas connue dans l’immédiat.

Des dizaines de navires militaires russes empruntent chaque année le détroit du Bosphore en direction ou en provenance des côtes syriennes.

La convention de Montreux, signée en 1936, sanctuarise la libre circulation à travers le Bosphore et les Dardanelles des navires de tous les pays, sauf ceux qui sont en guerre avec la Turquie.

Romandie.com avec(©AFP / 27 avril 2017 14h32)

Tanzanie: 15 mineurs secourus après au moins deux jours sous terre

janvier 29, 2017

Dar es Salaam – Quinze mineurs coincés depuis au moins deux jours à 35 mètres de profondeur à la suite de l’effondrement d’un puits de mine d’or artisanale de la province de Geita, dans le nord-ouest de la Tanzanie, ont été secourus dimanche, ont annoncé un témoin et les médias locaux.

« Ils sont tous encore en vie, on ne déplore heureusement aucun mort dans cet accident, même si certains apparaissent très affaiblis », a déclaré à l’AFP Elias Makundi, un témoin joint par téléphone, disant avoir accompagné un proche des mineurs sur les lieux de l’accident.

Les médias locaux ont précisé que les 15 hommes – 14 Tanzaniens âgés de 19 à 33 ans et un Chinois – avaient été extraits dans la matinée de cette mine exploitée par une entreprise chinoise. Ils ont également publié des photos des rescapés, couverts de boue, aidés par des sauveteurs ou étendus sur le sol enroulés dans des couvertures.

Les quinze hommes, coincés à 35 mètres de profondeur sans boire ni manger pendant au moins deux jours – certains affirment que le puits s’est effondré jeudi, d’autres vendredi – ont été emmenés dans un hôpital.

« Nous continuons à les stabiliser et à suivre l’évolution de leur état, nous espérons qu’ils pourront commencer à quitter l’hôpital à partir de demain » (lundi), a notamment déclaré Joseph Kisala, un responsable médical de la région de Geita, cité par le journal d’Etat Daily News.

Quelques heures avant de sauver les mineurs, les sauveteurs avaient fait parvenir aux sinistrés du papier et un stylo grâce à un câble. Ces derniers avaient pu renvoyer un message dans lequel ils demandaient de l’eau et de la nourriture.

La Tanzanie est le quatrième producteur africain d’or et le métal précieux est l’une des principales sources de devises du pays. Les effondrements de puits de mines artisanaux y sont fréquents, les mineurs n’ayant souvent pas les outils et matériaux nécessaires pour les étayer convenablement.

En novembre 2015, cinq mineurs avaient été retrouvés vivants après être restés coincés 41 jours à 100 mètres sous terre à la suite de l’effondrement d’un puits de mine près de la ville de Shinyanga, dans le nord-ouest de la Tanzanie.

Romandie.com avec(©AFP / 29 janvier 2017 16h20)             

Des hélicoptères militaires américains au secours d’Haïti

octobre 5, 2016

Washington – Les Etats-Unis sont en train d’acheminer neuf hélicoptères militaires vers Haïti pour les opérations de secours après le passage de l’ouragan Matthew, un porte-avions et deux autres navires se tenant également prêts à intervenir, a indiqué mercredi l’armée américaine.

Les hélicoptères militaires doivent arriver à partir de jeudi matin à Haïti.

Ils seront chargés de faire des opérations de reconnaissance dans les zones les plus touchées, puis d’acheminer de l’aide d’urgence, a expliqué mercredi dans un point presse l’amiral Kurt Tidd, le chef des forces américaines pour la zone sud-américaine.

Les opérations de secours américaines seront commandées depuis l’île, par une cellule de commandement qui doit arriver dès mercredi soir à l’aéroport de Port-au-Prince, a-t-il ajouté.

Au total, de 150 à 200 militaires américains ont été mobilisés pour l’instant pour ces opérations, a-t-il indiqué.

Par ailleurs, trois navires américains, dont un navire hôpital et un porte-avions, l’USS George Washington, ont pris la mer et se dirigent vers la zone Caraïbes, selon la marine américaine.

Ils pourront ainsi intervenir rapidement si le gouvernement d’Haïti en faisait la demande.

Ils se dirigent vers le sud mais ils n’ont pas encore reçu d’ordre de se joindre aux opérations de secours, a indiqué un responsable de la marine sous couvert d’anonymat.

L’ouragan Matthew, le plus puissant dans les Caraïbes depuis une décennie, a frappé ces derniers jours la Colombie, la Jamaïque, Haïti, la République dominicaine, les Bahamas et Cuba.

Il est en train de remonter vers les Etats-Unis laissant derrière lui des régions ravagées et au moins dix morts.

Une bonne partie des zones frappées de plein fouet en Haïti étaient toujours coupées du monde après l’effondrement d’un pont mardi.

Elles ne devraient pas être accessibles avant samedi ou dimanche.

En 2010, la Marine américaine avait dépêché 17 navires et 10.000 marins à Haïti, après le tremblement de terre meurtrier qui avait fait plus de 200.000 morts.

Aux Etats-Unis même, l’armée américaine a pris une série de mesures préventives pour protéger ses navires et ses avions de la violence de l’ouragan.

Trois navires militaires américains ont quitté préventivement le port de Mayport en Floride et se dirigent vers le nord, fuyant la tempête.

En Virginie, sur la côte est, 44 avions, dont des chasseurs furtifs ultra-modernes F-22 ont quitté la base de Langley-Eustis pour se mettre à l’abri dans l’Ohio, bien à l’intérieur des terres.

La base aérienne de Charleston en Caroline du sud a également envoyé 29 appareils à l’abri, loin de l’ouragan.

Romandie.com avec(©AFP / 06 octobre 2016 01h13)

Près de 4700 migrants secourus mardi au large de l’Italie

octobre 5, 2016

Les gardes-côtes italiens ont annoncé mercredi avoir récupéré 4655 migrants et réfugiés en Méditerranée au cours de la journée de mardi. Ils ont également repêché 28 corps en mer.

Plus de 30 missions de secours ont été menées dans la journée.

Au cours de la journée de lundi, plus de 6000 migrants qui tentaient de gagner l’Europe à bord de 40 embarcations avaient été secourus. Les corps de 22 de personnes qui seraient mortes asphyxiées ont été découverts dans la cale d’un bateau de pêche bondé, selon un photographe de l’Agence France Presse cité par les médias italiens, ce qui porte le bilan pour les deux jours à 50 décès.

Parmi les rescapés, trois femmes enceintes ont accouché sur le bateau des gardes-côtes qui les conduisait en Sicile.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et la Guardia Costiera, 142’000 migrants ont atteint l’Italie depuis le début de l’année et 3100 ont trouvé la mort au cours de la traversée.

Romandie.com avec(ats / 05.10.2016 14h38)

Un éléphant en détresse secouru après avoir parcouru 1000 km

août 11, 2016

Un éléphant qui avait été séparé de son troupeau à cause des inondations en Inde a été secouru jeudi au Bangladesh après avoir parcouru un millier de kilomètres. Son sauvetage a été mené par des villageois intrépides.

Touché par une fléchette tranquillisante, l’animal de quatre tonnes, une femelle, est devenu furieux et a chargé vers une mare. Très fatigué, il a échappé de peu à la noyade grâce à l’aide de villageois qui ont sauté dans l’eau pour le sauver avant qu’il ne coule.

« Des centaines de villageois se sont portés à son secours quand ils ont vu que l’éléphant avait perdu conscience », a expliqué Sayed Hossain à l’AFP. « Des dizaines de personnes ont sauté dans la mare et nous ont aidés à attacher l’animal avec des cordes et des chaînes. Finalement (…), nous avons réussi à le tirer vers la terre ferme ».

L’animal avait été séparé de son troupeau après les importantes inondations qui ont frappé l’Etat d’Assam, au nord-est de l’Inde. Il était parti vers le Bangladesh où il devait se trouver depuis six semaines au moment où il a été secouru. Trois responsables de la faune indiens avaient fait le déplacement au Bangladesh en début de mois pour aider l’éléphant, en vain.

Selon un défenseur de l’environnement interrogé par l’AFP, Ashit Ranjan Paul, l’animal aurait parcouru environ 1000 km avant même d’y arriver. Une équipe de forestiers bangladais cherche maintenant à le conduire dans un parc animalier où il pourra être pris en charge. Mais cela ne devrait pas être chose facile, aucune route goudronnée ne desservant la zone.

« Quand il aura repris des forces, nous utiliserons des ‘mahouts’ (des dresseurs d’éléphants) et un éléphant domestiqué pour le guider vers une route goudronnée. Il sera ensuite transporté vers un parc animalier », a déclaré Tapan Kumar Dey, l’un des membres de l’équipe.

Romandie.com avec(ats / 11.08.2016 17h22)

Méditerranée: 1.800 migrants secourus lundi, plus de 8.300 en cinq jours

août 1, 2016

Rome – Plus de 1.800 migrants ont été secourus lundi au large de la Libye, ont annoncé les gardes-côtes italiens, ce qui porte le nombre de personnes secourues dans cette zone à plus de 8.000 en cinq jours.

Au total, les gardes-côtes ont coordonné les opérations pour secourir les passagers de 14 canots pneumatiques et deux petites barques de pêche.

Ces opérations ont été menées par des navires des gardes-côtes, de la marine italienne, de l’opération européenne anti-passeurs Sophia et d’organisations humanitaires.

Ces nouveaux sauvetages portent à plus de 8.300 le nombre de migrants secourus en Méditerranée en cinq jours.

Le total des arrivées depuis le début de l’année, désormais aux alentours de 94.000 personnes, pour la plupart originaires d’Afrique subsaharienne, est toujours le même que l’an dernier, a relevé sur Twitter Flavio di Giacomo, porte-parole en Italie de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

La traversée a coûté la vie à plus de 3.000 migrants depuis le début de l’année, essentiellement au large de la Libye, soit 50% de plus que sur la même période l’année dernière, selon les dernières estimations de l’OIM.

Dimanche, les navires de secours sont encore arrivés trop tard pour cinq migrants retrouvés morts, à bord de leur canot ou après avoir sauté à l’eau sous l’effet de la panique.

Romandie.com avec(©AFP / 01 août 2016 18h38)