Posts Tagged ‘Ségolène Royal’

François Hollande de nouveau sous le charme de Ségolène Royal

octobre 24, 2012

« Vous avez vu comme elle est belle ? »

 
  • François Hollande de nouveau sous le charme de Ségolène Royal   François Hollande de nouveau sous le charme de Ségolène Royal

Ségolène Royal avait prévenu : Valérie Trierweiler ne pourra pas réussir à l’effacer. François Hollande semble du même avis.

On pensait que François Hollande et son ex-compagne Ségolène Royal étaient en froid, brouillés depuis leur rendez-vous manqué devant les caméras à New York. Ségolène, qui avait lancé un vibrant « Ça suffit François ! » semblait garder une rancœur tenace envers le président de la République, même si elle concédait hier dans les colonnes du Monde que « la page était tournée. »

De tièdes, les relations sont visiblement passées à (très) chaleureuses depuis le 16 octobre dernier selon Libération. Ce jour là, François Hollande organisait un « diner des anciens collaborateurs de l’Elysée sous Mitterrand. »

Selon plusieurs participants, alors que les convives dînaient dans le Jardin d’hiver, François Hollande « a entrainé Ségolène Royal dans la salle des fêtes du château » pour un « long tête à tête ».

Puis en fin de soirée, alors que la présidente de Poitou-Charentes prenait congé de son hôte, François Hollande l’a regardé s’éloigner en laissant échapper devant plusieurs invités, ce compliment : « Vous avez vu comme elle est belle, Ségolène… »

Un joli éloge qui a dû faire l’effet d’une épine dans le cœur de Valérie Trierw… mais oui, tiens, au fait, comment à réagi la compagne de François Hollande que l’on sait si jalouse ? Ah, tiens, elle était absente…

Voici.fr par P.S.B

Lagerfeld dément avoir traité Hollande d’«imbécile»

octobre 22, 2012


Crédits photo : PATRICK KOVARIK/AFP
 
Le créateur estime qu’il n’a pas à s’excuser car il «n’a pas dit» que le président français était un «imbécile». Au contraire, il le trouve «drôle, spirituel et très très intelligent».
Séance de rattrapage. Ce dimanche soir, au «20 heures» de France 2, Karl Lagerfeld a démenti avoir traité le président François Hollande d’«imbécile». «Évidemment je n’ai pas dit ça, d’ailleurs c’est pour ça que je n’ai pas à m’excuser puisque je ne l’ai pas dit». Il invoque un problème de traduction, alors que l’interview polémique a été réalisée par le magazine Marie Claire espagnol.«Je ne parle pas espagnol malheureusement, donc je ne sais pas très bien ce qu’ils ont dit», a-t-il éludé.De l’entretien, publié vendredi dernier, la France a surtout retenu le passage sur le président français: «C’est un imbécile, il sera aussi désastreux que Zapatero. Hollande déteste les riches. C’est un désastre. Il veut les punir, et bien sûr, ils s’en vont, personne n’investit. Les étrangers ne veulent plus investir en France, et ça ne peut pas marcher comme ça». Très vite, Ségolène Royal a qualifié ces propos d’«insultes parfaitement déplacées» et souhaité des excuses. Laurence Parisot, patronne des patrons français, a estimé, elle, que Karl Lagerfeld «a du talent», il «est aussi un provocateur qui peut être grossier». Et de conclure: «François Hollande n’est certainement pas un imbécile».

C’est visiblement ce que pense aussi Karl Lagerfeld. «Franchement c’est absurde», a-t-il lancé, lui qui, dans une émission de télévision, l’a même trouvé «drôle, spirituel et très très intelligent». Esquivant tout commentaire sur la politique fiscale menée par le nouveau gouvernement, il estime que plutôt que de parler de compétitivité, «il faut parler envies, il faut créer des envies», défendant le secteur du luxe «traité comme une chose honteuse». Certes, le luxe vend un «produit inutile dont on n’a pas besoin», mais «ce n’est pas ma faute si la France est connue pour les vins, la cuisine très luxueuse, la mode, les parfums et les bijoux».

Pour lui, celui qui a été insulté «en public de façon horrible», c’est Bernard Arnault, le patron de LVMH, lors de la polémique sur son départ en Belgique, et faisant allusion à la une de Libération «Casse-toi, riche con».

Lefigaro.fr

La vengeance de Nicolas Sarkozy, éconduit par Valérie Trierweiler

octobre 12, 2012

Ses rapports tourmentés avec Sarko

 
  • La vengeance de Nicolas Sarkozy, éconduit par Valérie TrierweilerLa vengeance de Nicolas Sarkozy, éconduit par Valérie TrierweilerLa vengeance de Nicolas Sarkozy, éconduit par Valérie Trierweiler
    Avant François Hollande, un autre homme politique avait lui aussi jeté son dévolu sur Valérie Trierweiler : il s’agit de Nicolas Sarkozy. Quand la journaliste a refusé ses avances, il se serait vengé.

Adolescente, Valérie Trierweiler était « très séduisante et consciente de l’être », révélait sa mère il y a peu. Avec les années, elle n’a pas changé. On aime ou pas cette beauté froide, mais Valérie attire, intrigue même. Les hommes politiques qui croisent sa route la remarquent, presque instantanément. On lui a prêté « une relation intime avec Patrick Devedjian qui aurait duré plusieurs années », mais la journaliste de Paris Match se serait également fait courtiser par Nicolas Sarkozy, racontent Christophe Jakubyszyn et Alix Bouilhaguet, les auteurs de La Frondeuse, dans les extraits révélés par L’Express.

 

>>> François Hollande a failli quitter Valérie Trierweiler pour Ségolène Royal

Nous sommes au début des années 2000, Nicolas Sarkozy est alors ministre de l’Intérieur sous la présidence de Jacques Chirac. Lors de la garden party du 14 juillet à l’Élysée, le ministre, tout en tenant la main de Cécilia, sa femme, aurait glissé à l’oreille de la journaliste : « Qu’est-ce que t’es belle ! » Depuis un petit moment déjà, il a Valérie Trierweiler dans le viseur. Lors d’un déjeuner au ministère, place Beauvau, il tente de se lier avec la trentenaire. Les auteurs du livre racontent : « Elle intrigue le ministre de l’Intérieur, qui la pousse dans ses retranchements. […] Profitant d’une remarque de Valérie Trierweiler, il répond en utilisant toujours le tutoiement : “Oui, mais toi tu es une petite-bourgeoise ! Tu habites dans le XVIème, donc tu ne peux pas comprendre ce qui se passe dans les quartiers. Comme tous les journalistes, tu as un avis sur tout.” » « Je ne vous permets pas. Et d’ailleurs je n’habite pas le XVIème arrondissement », lui a-t-elle répondu du tac au tac. Le ministre aime ces échanges et montre alors toute l’étendue de son pouvoir : « Ah bon, tu n’habites pas le XVIème ? Mais tu sais que je suis ministre de l’Intérieur. Si je veux savoir où tu habites, je demande et on me donne l’information dans les dix minutes. Tu veux voir ? » Pour toute réponse, elle se contentera de le fusiller du regard.

 

La relation conflictuelle entre Valérie Trierweiler et Nicolas Sarkozy est amorcée. « Mais pour qui se prend, celle-là ? Je ne suis pas assez bien pour elle ? », s’interroge Nicolas Sarkozy qui se demande même comment François Hollande « a fait pour séduire un canon pareil ? » En mars dernier, lors de l’affaire de Louis Sarkozy jetant des billes et des tomates sur une policière en faction devant le palais présidentiel, Nicolas Sarkozy cherche désespérément une information sur le couple HollandeTrierweiler. Et il trouve « un procès-verbal de police citant l’un des fils de Valérie Trierweiler interpellé dans la rue en possession d’un pétard, quelques semaines plus tôt ! » Le président toujours en exercice balance l’info à quelques journalistes mais la sauce ne prend pas. « Cette affaire est beaucoup plus grave que celle de mon fils ! Or personne n’en parle. L’histoire de mon fils a fait une dépêche AFP et, là, pas une ligne », s’énerve Sarko. Ce n’est plus la journaliste, ni la femme, mais la mère de famille qu’il a attaqué et Valérie ne le lui pardonnera jamais. Elle entend bien lui dire, entre quatre yeux, ce qu’elle pense de son attitude.

 

>>> Valérie Trierweiler très critiquée au sein de Paris Match

Voilà la raison personnelle qui aurait motivé l’actuelle première dame à accompagner François Hollande lors de l’hommage aux militaires tués à Montauban par Mohammed Merah. Lorsque Nicolas Sarkozy viendra saluer son adversaire pour la présidentielle, il croisera le regard noir de Valérie Trierweiler, installée un rang derrière. « Je voulais qu’il le voie, ce regard. J’aurais voulu même lui parler, trouver l’occasion de lui dire ce que je pensais de ce qu’il disait de mon fils dans les rédactions », a-t-elle expliqué à un ami, d’après les deux auteurs de La Frondeuse. « Après tout cela, je suis blindée, aurait-elle conclu. Ils ne me font plus peur. »

Voici.fr par M-A.K.

Valérie Trierweiler regrette son tweet anti Ségolène Royal

octobre 4, 2012

« J’ai été maladroite »

  • Valérie Trierweiler regrette son tweet anti Ségolène RoyalValérie Trierweiler regrette son tweet anti Ségolène Royal
Valérie Trierweiler revient sur tous les dossiers qui ont agité ses premiers mois de première dame et promet qu’elle a enfin pris la pleine mesure de son rôle.

Très discrète dans les médias depuis son tweet polémique de soutien à Olivier Falorni, adversaire de Ségolène Royal aux législatives à La Rochelle, Valérie Trierweiler n’avait pas pour autant déserté l’actualité. De son possible retour à la télévision, en passant par la rumeur d’une installation en Bretagne, Valérie Trierweiler a éprouvé le besoin de reprendre la parole aujourd’hui dans Ouest-France (le quotidien le plus lu de France, on ne fait pas les choses à moitié) afin de faire le point sur les questions qui l’entourent.

Le tweetgate

En moins de 140 signes sur Twitter, Valérie Trierweiler avait ruiné le concept bourgeonnant de présidence normale en soutenant le dissident socialiste que Ségolène Royal affrontait aux législatives. Rappelée à l’ordre par son compagnon, boudée par les enfants de celui-ci, montrée du doigt par une partie de la gauche, raillée par les Français, Valérie Trierweiler a traîné son tweet comme un boulet jusqu’à sa réapparition publique discrète le 14 juillet aux côtés de François Hollande. « C’était une erreur que je regrette, concède-t-elle à présent dans Ouest-France. J’ai été maladroite puisque cela a été mal interprété. Je n’avais pas encore réalisé que je n’étais plus seulement une simple citoyenne. Cela ne se reproduira pas. Quant à ce que, François et moi, nous nous sommes dit, cela relève “des affaires privées” et restera donc privé ! » Un mea culpa qu’elle modère toutefois en blâmant une soi disant surmédiatisation de l’affaire : « Le traitement m’a surtout semblé disproportionné, a-t-elle déploré. Certains journalistes reconnaissent aujourd’hui en avoir beaucoup trop fait. » Ces repentis ne l’ont pas dit publiquement en tout cas.

Son retour à la télévision

Il y a deux semaines, le come back de Valérie Trierweiler à la télévision était dans l’air. La direction de Canal +, propriétaire de D8 (anciennement Direct 8, chaîne sur laquelle Valérie Trierweiler travaillait avant de devenir première dame), reconnaissait être en discussion avec elle pour une émission culturelle. Une première dame peut-elle avoir son émission de télévision ? Certains, dont Bernadette Chirac, avaient répondu par la négative. Un message visiblement entendu par la compagne de François Hollande puisqu’elle ne donnera pas suite à la proposition de Canal +. « Après une période de réflexion, j’ai choisi de renoncer, assure-t-elle. Avec D8 où je travaillais depuis sept ans, nous avions évoqué des ébauches de projets, mais pas une émission régulière. Nous avions imaginé un ou deux documentaires à l’année sur des grandes causes comme l’éducation des petites filles dans le monde ou les problèmes démographiques. C’était un beau projet à vocation humanitaire, mais je comprends que, pour certains, être la compagne du Président et travailler pour une télévision puisse susciter des interrogations voire un trouble, c’est pour cette raison que je ne pas donne pas suite. Je n’oublie pas la chance dont j’ai bénéficié dans la vie. Il est temps pour moi de rendre, en me mettant au service des autres ; et des enfants en particulier. »

En revanche, les rumeurs de son départ prochain de Paris Match semblent infondées puisque Valérie Trierweiler laisse entendre qu’elle compte y poursuivre son activité. « Je suis journaliste à Paris Match depuis 22 ans, je tiens une chronique littéraire qui n’a rien à voir avec la politique. Mes enfants sont à ma charge et je ne vois pas comment faire sans salaire. La France détient le record de femmes actives : 85 %. J’en fais partie tout simplement. Conserver mon indépendance financière me semble également plus sain pour garder les pieds sur terre. » Elle en a plus que besoin depuis le tweet.

Son rôle de première dame

Fini le temps ou Valérie Trierweiler souhaitait réinventer la fonction de première dame, jusqu’à se baptiser la first girlfriend. Après plusieurs mois passés à tâtonner, elle suivra finalement les traces de Danielle Mitterrand. « Je n’avais sans doute pas pris toute la mesure des exigences de cette tâche. Etre aux côtés du Président m’oblige à considérer les choses autrement, à avoir des préoccupations moins personnelles. Je reçois de nombreuses demandes d’associations ; et d’autres individuelles : le plus souvent de femmes dans des situations précaires. Je considère que c’est mon devoir d’y répondre. » C’est pourquoi elle est devenue ambassadrice de la Fondation Danielle Mitterrand : « J’ai accepté bien volontiers la mission que m’a confiée son président Gilbert Mitterrand. Assurer la continuité de l’action de Danielle Mitterrand, grande femme de gauche, m’honore. France Libertés s’est battue aux côtés des peuples opprimés et pour les biens communs de l’humanité avec notamment l’accès à l’eau. Ce sont des sujets qui m’intéressent. J’effectuerai ce mois-ci le premier déplacement, en région parisienne, à Chambly le 18 octobre. »

Son installation en Bretagne

Valérie Trierweiler allait-elle se faire construire un pied-à-terre dans le Morbihan ? Un élu local avait vendu la mèche en révélant que la première dame avait déposé un permis de construire. Derrière cet innocent projet immobilier se cache pourtant une affaire plus grave : une usurpation d’identité. « J’adore la Bretagne mais je ne vais pas m’y installer !, a clamé Valérie Trierweiler. J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une rumeur, mais il semble que nous ayons affaire à une escroquerie ou une manipulation avec usurpation d’identité. » Elle va en conséquence déposer plainte contre X pour en apprendre plus.

Voici.fr par C.G.

Ségolène Royal furieuse contre François Hollande

septembre 28, 2012

« Ça suffit François ! »

Ségolène Royal furieuse contre François Hollande   

Elle en a jusque-là Ségolène. Snobée par François Hollande à New York, son ex-compagne exprime aujourd’hui son ras-le-bol.

Ségolène Royal a été fair-play tant qu’elle a pu, avalant les couleuvres les unes après les autres sans se départir d’une certaine retenue. La dernière humiliation aura été celle de trop.

Alors qu’elle se trouvait hier à quelques mètres de François Hollande dans le hall d’un bâtiment de l’ONU, celui-ci a préféré tourner ostensiblement les talons pour éviter de la saluer devant la presse.

Un geste d’autant plus blessant que quelques minutes auparavant, Ségolène Royal confirmait à la presse qu’elle comptait pour sa part aller saluer le président de la République.

Face à la goujaterie du père de ses quatre enfants, Ségolène Royal a décidé de ne plus se taire. « Ça suffit ! explique-t-elle aujourd’hui excédée au Figaro. Si cela avait été Martine Aubry ou Harlem Desir, il serait venu les saluer. »

Reprenant ironiquement à son compte une formule de François Hollande, elle conclut « À présidence normale, relations normales. » C’est mal parti…

Voici.fr par P.S.B

Ségolène Royal et François Hollande ensemble à New York

septembre 25, 2012

« François sait que je suis sur place » 

 
  • Ségolène Royal et François Hollande ensemble à New York

Mais quelle heureuse coïncidence ! Ségolène Royal et François Hollande vont se retrouver le même jour dans la même ville à l’autre bout du monde…

Vous avez remarqué ? Dans toute comédie new-yorkaise qui se respecte, les deux héros, perdus dans leurs pensées, se rentrent dedans totalement par hasard à un coin de rue, s’assoient dans un café et se racontent leurs vies.

C’est ce qui pourrait bien arriver le 26 septembre prochain à Ségolène Royal et François Hollande. Hasard de leurs calendriers respectifs, les deux ex amoureux vont se retrouver à New York le même jour et à quelques mètres seulement l’un de l’autre.

Ségolène Royal est vice-présidente de l’Internationale Socialiste, dont la réunion est organisée en parallèle à l’Assemblée générale de l’ONU à laquelle assiste son ancien compagnon.
« La réunion de l’IS et celle de l’ONU ne se déroulent pas très loin l’une de l’autre, confirme la présidente de la région Poitou-Charentes à l’AFP. Elles n’ont pas lieu dans la même enceinte et tout est très sécurisé mais on s’appellera sans doute. François sait que je suis sur place. »

Ségolène Royal qui n’ignore pas que François Hollande sera accompagné de Valérie Trierweiler, ajoute qu’elle compte avoir un contact « au moins par téléphone » avec le père de ses quatre enfants. « Au moins » ? ah, tiens, on en connaît une qui ne devrait pas tarder à tweeter.

Voici.fr P.S.B

Ségolène Royal a retrouvé François Hollande à l’Elysée

septembre 12, 2012

« Ça me fait plaisir » 

 
Ça me fait plaisir ! 
  • Ségolène Royal a retrouvé François Hollande à l’ElyséeSégolène Royal a retrouvé François Hollande à l’ElyséeSégolène Royal a retrouvé François Hollande à l’ElyséeSégolène Royal a retrouvé François Hollande à l’Elysée
Voilà un petit moment qu’ils ne s’étaient pas retrouvés ensemble, publiquement. Ségolène Royal a rejoint François Hollande à l’Elysée pour un déjeuner de travail.

François Hollande et Ségolène Royal ensemble, on n’avait pas vu ça depuis… le 6 mai 2012 et l’élection du candidat socialiste à la tête de l’Etat. Le président de la République a bien soutenu publiquement son ex dans la bataille des législatives – ce qui a déclenché l’ire de Valérie Trierweiler, sa compagne – mais les deux ne s’étaient pas publiquement recroisés. Valérie ayant fait savoir qu’elle ne souhaitait pas que Ségo assiste à la passation de pouvoir du père de ses quatre enfants.

>>> François Hollande a failli quitter Valérie Trierweiler pour Ségolène Royal

Ce midi, François Hollande a retrouvé Ségolène Royal à l’Elysée. Bon, on a connu plus intime comme déjeuner puisqu’il s’agissait surtout d’une réunion de travail où étaient aussi présents Jean-Marc Ayrault, les ministres et tous les autres présidents de région. Tout sourie, la patronne de Poitou-Charentes, très élégante dans une robe noire et veste orangée, a pris place en face de son ancien compagnon.

« Je n’ai quitté ni la scène nationale, ni mes responsabilités politiques à la tête de la région, a-t-elle déclaré à son arrivée à l’Elysée. Ça me fait plaisir parce que c’est aussi la reconnaissance d’un travail des territoires et des régions qui n’est pas souvent visible et qui, en même temps, est indispensable et crucial. » Bon, on vous laisse, on va surveiller le compte Twitter de Valérie Trierweiler

Voici.fr par M-A.K.

Traumatisée, Ségolène Royal ne reviendra pas à La Rochelle

juillet 25, 2012

Un échec qui ne passe pas

 
Chaque année, le PS s’installe à La Rochelle pour son université d’été. Après avoir été battue par Olivier Falorni dans cette circonscription, Ségolène Royal a préféré aller voir ailleurs.

Pour Ségolène Royal, assister à l’université d’été du Parti socialiste à La Rochelle, ce serait perdre une deuxième fois. L’ancienne candidate à la présidentielle ne figurera donc pas parmi les éléphants qui se réuniront fin août là-bas, révèle Le Figaro. Selon un proche, « elle a besoin de temps pour se reconstruire. Elle est comme un grand sportif qui a une triple fracture. La tête va bien mais la jambe est dans le plâtre. » La blessure lui avait été infligée le mois dernier, lorsque le dissident Olivier Falorni a remporté les élections législatives, avec le soutien de Valérie Trierweiler et de l’UMP. La Rochelle reste le symbole de l’échec de Ségolène Royal face à la nouvelle compagne de François Hollande.

Officiellement, la présidente de la région Poitou-Charentes a d’autres engagements. Vice-présidente de l’Internationale socialiste, elle se rendra au congrès annuel de cette organisation, qui aura lieu en Afrique du Sud. Mais cette excuse ne tient pas vraiment la route : le congrès commence le 30 août et l’université d’été du PS s’achèvera quelques jours plus tôt, le 26 août. À moins qu’elle tente de rejoindre Le Cap en rameur, elle aurait eu le temps de prendre un avion pour y être dans les temps. Olivier Falorni en profite déjà pour la narguer : « Moi en tout cas, j’y serai, à La Rochelle… », a-t-il indiqué. Ambiance

Voici.fr par J.M.

Valérie Trierweiler : les tweets qu’elle veut voir disparaître

juillet 24, 2012

Plongée dans sa corbeille

 
Ce week-end, Valérie Trierweiler a fait un grand ménage sur son compte Twitter en supprimant les messages qu’elle avait écrits depuis son inscription l’année dernière. Mais comme rien ne se perd sur le Net, rappelons-nous de ce dont elle ne veut plus entendre parler.

On efface tout et on recommence. Ce week-end, Valérie Trierweiler s’est offert un nouveau départ sur Twitter en supprimant la plupart des messages qu’elle a postés depuis sa découverte du site de micro-blogging en septembre 2011. Aujourd’hui ne subsistent que des retweets, des messages d’autres personnes redirigés par elle, et son tweet posté hier, le premier depuis le 12 juin dernier et le message dévastateur dirigé contre Ségolène Royal.

Sur le Lab d’Europe 1, l’entourage de la première dame indique qu’elle s’est livrée à ce grand ménage car « certaines personnes retweetaient ses messages sans dire qu’ils étaient anciens ». Autre motif : « C’est aussi une façon pour elle de dire “Passons à autre chose” .» Car depuis le 15 juillet, la première dame s’est fixé un nouveau credo : « Je tournerai sept fois mon pouce maintenant avant de tweeter. »

Cette quête de virginité numérique commencée ce week-end mérite toutefois d’être appréhendée à la lumière de ce que Valérie Triewrweiler a supprimé. Grâce à une sélection de quelques-uns de ses (feus) 176 tweets, essayons de comprendre ce que sera la nouvelle vie de Valérie sur son (ancien ?) réseau social préféré.

– On en est à peu prêt sûrs, Valérie Triewerweiler ne soutiendra plus un rival politique de l’ex-compagne de François Hollande : « Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d’années dans une engagement désintéressé » (12/06/12).

– On en est assez certains aussi, Valérie ne fera plus de compliments à Ségolène Royal : « Hommage à Ségolène Royal pour son ralliement sincère, désintéressé et sans ambiguïté » (12/10/11).

Reverra-t-on Valérie clasher sur Twitter comme elle savait si bien le faire. On l’espère, car elle avait un don : « “Je ne parle pas de ma vie privée” Marc-Olivier Fogiel. Alors merci de respecter celle des autres » (2/10/11). « Mes compliments à #raffy pour ses talents de romancier Ou l’art d’inventer quand on ne sait pas. #Hollande » (20/09/11). « Trop facile M. Melenchon de parler de piège quand on vous voit si consentant devant les caméras face à Mme Le Pen. Basse polémique. » (12/01/12)

Valérie continuera-t-elle à scruter le calendrier avec vigilance ? Si elle arrête, ça ne nous manquera pas : « Joyeux Noël à toutes et tous. Tout simplement. » (24/12/11). « Aujourd’hui, c’est ma fête. La vraie, celle inscrite sur le calendrier. Parce que pendant la campagne, j’ai cru que c’était tous les jours ! » (28/04/12). « Demain, c’est dimanche… » (8/10/11).

Valérie fera-t-elle encore des « big up » à ses confrères journalistes ? On en doute, tant elle n’a pas été épargnée par les médias après son le tweetgate : « Soutien à Audrey Pulvar. Elle, comme d’autres et moi sommes des journalistes à part entière. Pas de potiches ni des salopes Mr Seguela. » (29/03/12). « #FF Emmanuel Beretta pour le nouveau surnom qu’il m’a trouvée “twitterweiler” » (30/09/11).

Règlera-t-elle encore publiquement ses comptes avec son employeur ? Pas si Paris-Match l’associe à toutes ses décisions éditoriales à l’avenir : « Quel choc de se découvrir à la Une de son propre journal. Colère de découvrir l’utilisation de photos sans mon accord ni même être prévenue » (8/03/11).

Nous émouvra-t-elle encore avec des déclarations d’amours à son compagnon ? Elle n’en aura plus l’occasion si elle ne se conforme pas à sa résolution numérique : « Tout simplement fière d’accompagner le nouveau président de la République et toujours aussi heureuse de partager la vie de François » (6/05/12).

Postera-t-elle encore des avertissements cachés à François ? Mieux vaudrait pour elle qu’il ne lise pas aujourd’hui ce genre de citation. « “Je n’aurais jamais pu assumer les charges de ma fonction si je n’avais pas été heureux en couple” : Pompidou “l’amour au cœur du pouvoir” » (13/09/11).

– Enfin, c’est certain, Valérie ne pourra désormais plus jamais nous convaincre de ça : « Non je ne demande pas l’autorisation avant de twitter ! » (2/10/11). Ça, c’était avant.

Voici.fr par C.G.

Thomas Hollande amer après le tweet de Trierweiler

juillet 12, 2012

Thomas et François Hollande, en avril dernier.
Thomas et François Hollande, en avril dernier. Crédits photo : KENZO TRIBOUILLARD/AFP
 

Le fils du chef de l’État estime dans les colonnes du Point que le message de la première dame «a détruit l’image normale» de son père. Réagissant à la publication de cet article, le jeune homme assure que ses propos ont été «déformés».

À la demande de son père, il était resté silencieux, pour ne «pas alimenter le feuilleton». Mais Thomas Hollande, le fils aîné du chef de l’État, n’a toujours pas digéré le tweet de soutien de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni, adversaire de Ségolène Royal aux législatives à La Rochelle. Au Point, le jeune avocat de 27 ans confie son amertume, intacte: «Ce que je reproche au tweet, c’est d’avoir fait basculer la vie privée dans la vie publique». «Ça m’a fait de la peine pour mon père, il déteste tellement que l’on parle de sa vie privée. Ça a détruit l’image normale qu’il avait construite», ajoute-t-il.

Thomas Hollande décrit un François Hollande «ahuri» par l’initiative de sa compagne. «Je savais que quelque chose pouvait venir d’elle un jour, mais pas un si gros coup. C’est hallucinant», poursuit le fils du président, qui, comme son frère Julien et ses deux sœurs Clémence et Flora, ne veut plus voir la journaliste. «C’est logique, non? Et puis ce qui compte, c’est qu’on normalise les relations avec notre père», explique-t-il. Pour lui, les contours flous du rôle de Valérie Trierweiler constituent un «facteur d’instabilité». «Soit elle est journaliste, soit elle a un cabinet à l’Élysée…», juge-t-il.

Des «propos déformés» selon Thomas Hollande

Selon Le Point, François Hollande a promis à son fils de s’expliquer publiquement sur l’épisode du tweet et le statut de la première dame. François Hollande pourrait profiter de son interview du 14 Juillet pour le faire. Ce jour-là, Valérie Trierweiler fera sa première apparition médiatique aux côtés du chef de l’État depuis le début de la polémique. Le couple se rendra le lendemain au Festival d’Avignon.

Thomas Hollande souhaite par ailleurs un nouveau rôle pour sa mère Ségolène Royal, dont il est très proche. «Ministre, pourquoi pas, dans quelques mois: en politique, on n’est jamais mort», estime-t-il. Interrogée mardi sur RTL, la présidente de la région Poitou-Charentes assurait n’avoir «rien demandé» à qui que ce soit. Mais «le moment viendra où je serai utile dans la fonction qui me sera proposée», ajoutait-elle.

Thomas Hollande a réagi à la publication de l’article, assurant que ses propos «ont été déformés». «Je démens avoir accordé une interview au Point. Les propos rapportés, dont certains sont déformés ou sortis de leur contexte, ont été tenus lors d’une conversation informelle» avec une journaliste de l’hebdomadaire, a-t-il déclaré. «C’est un article, ce n’est pas une interview. Aucun propos n’a été déformé», s’est justifée sur Twitter la journaliste.

Lefigaro.fr par Jim Jarrassé