Posts Tagged ‘Sensations’

Centrafrique : Michel Djotodia, du maquis aux lambris

avril 8, 2013
Michel Djotodia (au centre), le 24 mars. Michel Djotodia (au centre), le 24 mars. © Sia Kambou/AFP

Il est le nouvel homme fort de la Centrafrique. Le rebelle dont Bozizé se méfiait le moins. Aussi rusé que mystérieux, le chef de la Séléka, Michel Djotodia, aura jusqu’au bout caché son jeu.

Dimanche 17 mars, une semaine avant la chute de François Bozizé. Alors que les rebelles de la Séléka lui ont lancé un ultimatum, le président envoie une délégation à Sibut pour essayer de les calmer. À sa tête, Michel Am Nondokro Djotodia, vice-Premier ministre et ministre de la Défense. Mauvais choix. Le chef de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) ne va rien négocier du tout. Bien au contraire, sous prétexte d’être « retenu » par ses frères de Sibut, il va organiser l’assaut final sur Bangui. « Pour Bozizé, c’était le plus modéré des rebelles. Mais Djotodia a bien caché son jeu, remarque un proche du président déchu. En fait, Djotodia est comme Bozizé. Un faux débonnaire. »

Michel Djotodia, 63 ans, est un homme mystérieux. Pourquoi ce goût du secret ? Sans doute à cause des épreuves de la vie. Son enfance, il la passe dans la Vakaga, l’une des provinces les plus reculées, dans l’extrême nord-est du pays, là où personne ne s’aventure, sauf des touristes en mal de sensations fortes et des commerçants soudanais à la recherche de diamants, de café et de bois. Sa chance, c’est que son père, un ancien combattant de l’armée française, ait pu quitter son village de Gordil pour vivre à Birao, le chef-lieu de la Vakaga, où il touchait les indemnités de la France.

École primaire à Birao, collège à Bambari… Le petit Djotodia fait de bonnes études. Première fêlure : le jeune musulman doit adopter un prénom chrétien, Michel. « En famille, on l’appelait Déya, du nom de son père, mais un enseignant chrétien a décidé qu’il s’appellerait Michel, raconte un de ses camarades de classe. Il est vrai qu’à l’époque tous les chefs de bureau à Bangui étaient chrétiens et que, sans ce prénom, il n’aurait sans doute pas pu décrocher une bourse pour aller à l’étranger. » Après la terminale, le jeune homme s’envole pour l’Union soviétique – la Russie d’aujourd’hui -, où il va vivre quelque quatorze années.

Déclic

À son retour, Djotodia partage sa vie entre la Vakaga, où il a fondé une famille et créé un commerce, et Bangui, où il occupe divers postes aux Finances et au Plan. Mais la politique s’empare de sa vie. « Chez nous, les Goulas, même si on n’a pas envie de faire de la politique, on y est forcé. Sinon, les gens de Bangui ne nous écoutent pas », explique l’un de ses cousins, qui dénonce le manque d’écoles et d’hôpitaux dans toute la moitié est du pays.

Seconde fêlure : aux législatives de 1998, Djotodia se présente à Birao 2 sous l’étiquette du Mouvement pour la démocratie et le développement (MDD), de l’ancien président David Dacko. Il réussit à mettre en ballottage le candidat du président Patassé mais est finalement battu.

Le déclic aura lieu à Nyala. Fonctionnaire polyglotte (anglais, arabe, français, russe), Djotodia demande à être nommé consul de Centrafrique dans ce chef-lieu du Sud-Darfour, au Soudan. A priori, le poste est insignifiant. Mais Nyala, c’est la porte du Darfour, des rebelles tchadiens et des diamantaires soudanais qui achètent les pierres de Centrafrique. Sous le régime Patassé, le poste lui échappe in extremis. Après l’arrivée au pouvoir de François Bozizé, en 2003, Djotodia se rapproche du nouveau régime par l’entremise de Lévy Yakité et de Jean Francis Bozizé, le fils du chef de l’État. Avant la présidentielle de 2005, il entre dans la Coordination des cadres pour le soutien à François Bozizé. Quelques semaines plus tard, il est nommé à Nyala.

Trou d’air

Est-il victime d’une note mensongère des services de renseignements centrafricains ? Ou commence-t-il vraiment à conspirer contre le régime ? En 2006, Djotodia apprend par ses amis soudanais que le président Bozizé réclame son retour manu militari à Bangui. Khartoum lui paye un billet d’avion pour Cotonou, au Bénin. C’est à ce moment-là que l’ex-consul crée l’UFDR, qui lance une première offensive fulgurante sur Birao. Après les frappes de l’armée française, c’est le trou d’air. En décembre 2006, il est arrêté au Bénin à la demande de la justice centrafricaine. Pendant dix-huit mois, le chef rebelle est incarcéré à la prison civile de Cotonou. Après sa libération, en juin 2008, rien ne semble s’arranger. Tandis qu’Abakar Sabone, son ex-compagnon de cellule, rentre à Bangui et rallie le régime, il végète quatre ans à Cotonou, où il fonde une nouvelle famille.

Mais son intransigeance finit par payer. En août 2012, à l’appel des « généraux » Noureddine Adam et Mohamed Dhaffane, il rejoint le maquis pour fonder la Séléka. Dans les unités rebelles, on respecte l’homme qui a refusé l’argent de Bangui. La preuve : le 17 mars dernier, près de Sibut, quand il passe en revue les troupes de la Séléka avant de lancer l’offensive finale sur Bangui, il pose sa main droite sur l’épaule de Zakaria Damane – signe, chez les rebelles, que son vieux compagnon de l’UFDR lui fait allégeance. Pour l’instant, dans les rangs de la Séléka, nul ne semble contester son autorité.

Que fera le nouvel homme fort de la Centrafrique lors de la présidentielle de 2016 ? « Vu son caractère, je doute qu’il s’efface, confie l’un de ses frères d’armes. Il n’aime pas beaucoup être contredit. Après une discussion un peu vive, il peut rester trois semaines sans vous adresser la parole. » Le 24 mars, au soir de sa victoire, quand un reporter de RFI lui a demandé combien de temps il comptait rester au pouvoir, sa réponse est partie dans un rire : « Nous venons seulement de commencer et vous me demandez combien de temps je vais rester ! »

Jeuneafrique.com par Christophe Boisbouvier

Nabila et Thomas sur la plage de Miami

mars 3, 2013

En mission de tournage pour la série de la saison Télé-réalité5 qui démarre ce lundi 4 mars, Nabila et Thomas font leur apprentissage sentimental.

Nabila et Thomas, assis sur la plage

Nabila et Thomas, assis sur la plage

 Assis sur la plage, l’air serein et détendu, Nabila et Thomas s’admirent et s’échangent des paroles agissantes pour voir si l’un des partenaires peut mordre à l’appât de l’hameçon de l’autre. Nabila a une préférence de ce genre. Et Thomas est à son goût. Ce dernier aussi un peu timide devant la beauté appétissante de la dulcinée, se lance dans la conquête de ce doux cœur tendre, une fois servi, il pourra en savourer le fruit avec délectation. Réussira-t-il? Il injecte à petite dose son baratin, tout en prenant conscience de sa propre nature, si la belle créature fera son bonheur. 

En bon coq courageux, il déploie lui aussi, les ailes de son charme et commence à débiter son éloquence qui change la fréquence d’écoute de Nabila. La mélodie de la conversation étant trop harmonieuse laisse succomber la belle tourterelle.

Debout, marchant côte à côte, sur la plage, en maillot de bain, le regard fondant dans celui de l’autre, avec un zeste d’affection, Nabila, sexy, belle comme une rose, à l’aube de l’éclosion, les pétales des lèvres chargés de sourire, trouve une réelle satisfaction dans la compagnie de Thomas: un beau gentleman !

Le nouveau couple Nabila et Thomas de la Télé-réalité 5 vous réserve des sensations inédites où Thomas dégagera une chaleur de braise et Nabila présentera un bon goût de fraise à déguster et à sentir comme une fragrance de bon parfum de spectacle.

Bernard NKOUNKOU

Ce que les femmes utilisent pour se masturber

juin 17, 2012

Voici une liste de 10 objets utilisés par les femmes pour se masturber.

1. Leurs doigts, leurs mains. C’est la manière employée par plus des trois-quarts d’entre elles. Caresses du clitoris et des lèvres, introduction d’un petit doigt dans le sexe…

2. Un foulard. Le foulard ou tout autre pièce de tissu est utilisé pour frotter la vulve.

3. Un oreiller. Un oreiller, bien coincé entre les cuisses, jouera le même rôle.

4. Le pommeau de douche. Le jet d’eau tiède de la douche, dirigé vers le clitoris, procure de délicieuses sensations.

5. Un jet d’eau en provenance d’un robinet. Le jet d’eau. tombant à la verticale d’un robinet est lui aussi apprécié.

6. Des bougies et autres objets cylindriques. Les simulacres de pénis ne sont utilisés que par les femmes associant la pénétration à la masturbation.

7. Leurs propres cuisses. Se frotter les cuisses l’une contre l’autre est une méthode de masturbation à part entière.

8. L’accoudoir. L’accoudoir d’un fauteuil, la bordure d’un meuble, le frottement de la zone vulvaire sur un objet dur.

9. Le rebord de baignoire ou de lavabo tandis que le bord en faïence d’une baignoire ou d’un lavabo ajoute l’impression de fraîcheur ou d’humidité à cette sensation.

10. Des sextoys. Ils sont si nombreux, de formes si variées…

Manaudou ira aux J.O !

mars 21, 2012

Sacrée championne de France du 100m dos mardi à Dunkerque, Laure Manaudou en a profité pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres. Revenue à la compétition l’été dernier, la nageuse préférée des Français a donc réussi son incroyable pari !

Avec Cédric Voisard, à Dunkerque

Laure Manaudou a réussi son pari. Revenue à la compétition en juillet dernier après un break de deux ans et demi qui lui a notamment permis de devenir maman, la championne olympique 2004 ira bien à Londres ! Déjà apparue en forme lundi en séries (1’00 »42) et en demi-finales (1’00 »58), la compagne de Frédérick Bousquet a confirmé son grand retour sur le devant de la scène mardi en redevenant championne de France du 100m dos devant Alexianne Castel (1’00 »56) et Cloé Credeville (1’00 »95). En tête d’un bout à l’autre de la course, Manaudou a touché le mur final en 1’00 »16, soit près de sept dixièmes en dessous des minima requis pour traverser la Manche (1’00 »82). Un temps qui la place également au 6e rang mondial cette saison. De quoi espérer faire plus que de la figuration cet été…

«Ça vaut l’or olympique» «Je ne vais pas dire que ça vaut l’or olympique, mais c’est un soulagement. Le mur a été long à venir, j’ai eu mal à la fin (…) Mais une fois que j’ai vu mon temps j’étais super contente. J’ai pensé à Manon (sa fille), à mes proches car je voulais qu’ils soient fiers de moi, et à tous les nageurs de Marseille qui sont venus m’encourager alors qu’ils ont le 100 m demain (mercredi), s’est félicitée l’ancienne élève de Philippe Lucas, désormais licenciée au CNM, à sa sortie du bassin. Cette finale, c’est beaucoup de plaisir avant, beaucoup de plaisir après, et un petit peu de douleur entre les deux. C’est difficile une fois qu’on a arrêté de retrouver les mêmes sensations, c’est aussi pour ça que j’ai repris. Je voulais me prouver à moi-même que je pouvais prendre une décision, la bonne décision, et ne pas lâcher quoiqu’il arrive. Il y eu des moments difficiles, mais mon entourage a été là. Les Jeux, pour moi, c’est peut-être du bonus, mais ce n’est pas un petit bonus, il faut vraiment se concentrer et donner le meilleur de nous-mêmes.» Si elle avait préféré faire l’impasse sur le 200m nage libre dans la matinée, Manaudou n’en a pas pour autant terminé ses Championnats. La nageuse préférée des Français tentera en effet de décrocher un autre billet olympique individuel sur 200m dos vendredi et samedi.

Si tous les yeux étaient braqués sur la native de Villeurbanne, la journée de mardi a aussi été marquée par la nouvelle grosse performance de Camille Muffat. La Niçoise, qui avait effacé des tablettes le record de France de Manaudou sur 400m nage libre lundi, a remis ça à l’occasion des demi-finales du 200m nage libre (1’55 »40 contre 1’55 »52). Record de France également pour Yannick Agnel, toujours sur 200m nage libre (1’44 »42). Qualifié pour Londres, le nouveau meilleur performeur mondial de l’année y sera accompagné par Amaury Leveaux (2e en 1’46 »72). Grégory Mallet (3e en 1’46 »77) et Clément Lefert (4e en 1’46 »90), eux, devront se contenter d’une place pour le relais 4x200m des JO. Enfin, Camille Lacourt s’est lui aussi offert la MPM de l’année sur 100m dos (52 »75). Grosse déception en revanche pour Jérémy Stravius, qui avait partagé le titre mondial avec Lacourt l’été dernier, mais qui a été devancé par son partenaire d’entraînement Benjamin Stasiulis (53 »98 contre 54 »04) dans la course au deuxième ticket olympique sur la distance.

Lefigaro.fr par Aurélien Billot(Sport24.com)

Aliments – Du jambon de marque Compliments retiré des tablettes

septembre 28, 2011

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et Les Cuisines Gaspésiennes de Matane Ltée avisent la population de ne pas consommer le Jambon fumé d’autrefois Sensations de la marque Compliments, car ce produit pourrait être contaminé par la bactérie Listeria monocytogenes.

Le produit visé est vendu en emballage de 175 g portant la mention « meilleur avant » le 13 novembre 2011.

Ce produit a été distribué en Ontario, au Québec, et dans les provinces de l’Atlantique.

Aucun cas de maladie associé à la consommation de ce produit n’a été signalé jusqu’à présent.

Les aliments contaminés par la bactérie Listeria monocytogenes ne présentent pas nécessairement d’altération visible ni d’odeur suspecte. Cependant, leur consommation peut causer la listériose, une maladie d’origine alimentaire qui peut entraîner une forte fièvre, des maux de tête violents, une raideur de la nuque et des nausées.

Les femmes enceintes, les gens âgés et les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont particulièrement vulnérables.

Le fabricant, Les Cuisines Gaspésiennes de Matane Ltée, situé à Matane, retire volontairement du marché le produit visé. L’ACIA surveille l’efficacité du rappel.

Les consommateurs et les gens de l’industrie peuvent se renseigner auprès de l’ACIA pour de plus amples renseignements au 1-800-442-2342/ATS 1-800-465-7735.

Par ailleurs, une épidémie de listériose, liée à la présence de la bactérie dans des melons cantaloups, a tué 13 personnes et en a infecté 72 aux États-Unis, ont annoncé mardi les autorités américaines de la santé. Le producteur du Colorado a rappelé le 14 septembre ses melons, vendus aux États-Unis. Il n’y a pas de lien entre l’épidémie américaine et le rappel du jambon au Canada.

Radio-Canada.ca avec PC et Reuters