Posts Tagged ‘seoul’

Huit heures d’audience pour le patron de Samsung à Séoul

février 16, 2017

SEOUL (Reuters) – Le numéro un du conglomérat sud-coréen Samsung Group, Jay Y. Lee, a été entendu à huis clos pendant plus de huit heures jeudi par un tribunal de Séoul et attend désormais la décision de la justice sur son rôle présumé dans le scandale de corruption à l’origine de la suspension de la présidente Park Geun-hye.

Jay Y. Lee, 48 ans, a gardé la tête baissée et n’a pas répondu aux questions des journalistes qui l’attendaient devant le tribunal, qu’il a quitté pour se rendre dans un centre de détention en attendant la décision du juge en charge du dossier.

Celle-ci pourrait intervenir dans la soirée ou vendredi. Le mois dernier, le même tribunal avait rejeté une première demande de mandat d’arrêt déposée par le procureur spécial en charge du dossier.

« La simple exposition des faits et la structure de l’argumentaire n’étaient pas très différentes de celles de la précédente demande », a déclaré l’un des avocats de Lee, Song Wu-cheol, aux journalistes devant le tribunal. « Je crois que la cour rendra une décision sage. »

Selon un porte-parole du procureur, les chefs d’accusation contre Lee ont été élargis et incluent désormais ceux de dissimulation du produit d’actes criminels, de corruption, détournement de fonds, dissimulation d’actifs à l’étranger et parjure.

Lee est soupçonné d’avoir promis 43 milliards de wons (35 millions d’euros) à une entreprise et des fondations créées par Choi Soon-sil, amie et confidente de Park Geun-hye, en échange de l’appui de la caisse publique des retraites à un projet de fusion de deux filiales de Samsung en 2015.

 

SAMSUNG CONTINUE DE REJETER TOUTES LES ACCUSATIONS

Samsung aurait notamment financé la carrière dans l’équitation de la fille de Choi Soon-sil, qui a été arrêtée au Danemark à la demande de Séoul.

Jay Y. Lee rejette ces accusations.

Le Parlement sud-coréen a voté début décembre à une écrasante majorité la destitution de Park Geun-hye, qui est suspendue et privée de ses prérogatives en attendant la décision de la Cour constitutionnelle.

Cette dernière a précisé jeudi qu’elle achèverait le 24 février ses auditions sur le dossier.

Les services du procureur spécial ont également demandé la délivrance d’un mandat d’arrêt contre le président de Samsung Electronics, Park Sang-jin, qui préside aussi la fédération équestre de Corée et a comparu jeudi au côté de Lee.

Mercredi, Samsung Group a de nouveau rejeté les accusations le visant, déclarant sur Twitter: « Samsung n’a absolument jamais corrompu la présidente dans le but d’obtenir quelque chose en échange, ni sollicité des faveurs illicites. »

« Nous ferons de notre mieux pour que la vérité soit révélée à l’audience », a ajouté l’entreprise.

Une éventuelle arrestation de Lee nuirait évidemment à la réputation de Samsung, premier producteur mondial de smartphones, de mémoires électroniques et de téléviseurs à écran plat, et elle pourrait handicaper les prises de décision du groupe en matière d’investissements ou d’acquisitions éventuelles.

 

 

Reuters.com (avec Cynthia Kim, Ju-min Park et Jeongeun Lee; Julie Carriat et Marc Angrand pour le service français)

Corée du sud: Nouvelle manifestation à Séoul pour le départ de la présidente

décembre 17, 2016

Séoul – Des dizaines de milliers de Coréens ont manifesté samedi à Séoul pour la huitième semaine consécutive afin d’obtenir le départ rapide de la présidente Park Geun-Hye, après le vote de sa destitution en raison d’un vaste scandale de corruption.

Les organisateurs ont affirmé avoir réuni 600.000 manifestants dans le centre de Séoul. La police a de son côté estimé leur nombre à 60.000.

Ils réclamaient le départ de la présidente, après l’adoption par les députés d’une motion de destitution la semaine dernière.

La manifestation s’est scindée en trois colonnes, l’un se dirigeant vers la Maison bleue, la résidence présidentielle, une autre vers les bureaux du Premier ministre, et la troisième vers la Cour constitutionnelle.

Celle-ci a 180 jours pour valider la motion de destitution, mais les manifestants réclament une décision rapide et des poursuites contre Mme Park.

Celle-ci a d’ores et déjà été privée de l’essentiel de ses pouvoirs, mais reste autorisée à résider à la Maison Bleue et à porter le titre de présidente.

Ses avocats ont rejeté vendredi, dans un document de 24 pages, les accusations de complicité de corruption, affirmant qu’elles n’avaient aucun fondement juridique.

Les partisans de Mme Park, au nombre de 30.000 selon la police, avaient auparavant manifesté samedi près du palais de justice, réclamant à l’inverse l’annulation de la motion de destitution.

Brandissant des drapeaux sud-coréens et des roses rouges, les partisans de Mme Park, pour la plupart admirateurs de son père le dictateur défunt Park Chung-Hee, ont dénoncé un complot fomenté par des gauchistes.

La présidente est accusée d’être mêlée à un scandale de corruption avec sa confidente Choi Soon-Sil, elle même poursuivie pour avoir extorqué des millions de dollars à des conglomérats sud-coréens. Mme Park est visée par des accusations de violations de la Constitution et de délits pénaux (complicité de corruption, abus de pouvoir).

Le Coréen Ban Ki-moon, qui doit quitter à la fin de l’année le poste de secrétaire général de l’ONU, a laissé la porte ouverte vendredi à une éventuelle candidature à la présidentielle coréenne.

Je vais vraiment réfléchir sérieusement à la manière dont je pourrais être le plus utile à mon pays, a-t-il déclaré lors de sa dernière conférence de presse au siège des Nations unies, vendredi à New York.

Romandie.com avec(©AFP / 17 décembre 2016 14h40)

Un pêcheur chinois tué lors de heurts avec des gardes-côtes sud-coréens

octobre 10, 2014

Séoul – Un pêcheur chinois a été tué par arme à feu vendredi lors de heurts survenus lorsque des patrouilles sud-coréennes sont montées à bord de bateaux chinois soupçonnés de pêche illégale, a-t-on appris de sources officielles.

Un incident s’est produit lors d’une intervention contre des bateaux de pêche chinois qui pêchaient illégalement à environ 130 km au large de l’île occidentale de Wangdeung, en mer Jaune, a dit un porte-parole des gardes-côtes sud-coréens.

Il a confirmé le décès d’un pêcheur chinois sans vouloir en préciser la cause. Il a cependant déclaré que des balles réelles avaient été tirées.

D’après l’agence sud-coréenne Yonhap, la victime, âgée de 45 ans, a été transportée à l’hôpital qui a constaté son décès.

Un urgentiste a expliqué à l’AFP que le pêcheur avait une balle logée dans la poitrine.

Des pêcheurs chinois font souvent des incursions illégales dans les eaux territoriales sud-coréennes. Des dizaines de bateaux sont saisis chaque année.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a informé l’ambassade de Chine de l’incident et présenté les condoléances de Séoul à la famille de la victime, selon le ministère.

Pékin s’est dit profondément choqué. Les autorités appellent Séoul à enquêter immédiatement sur cette affaire, traduire les responsables en justice et informer la Chine sans attendre du résultat des investigations, selon Hong Lei, porte-parole de la diplomatie chinoise.

Le ministère des Affaires étrangères sud-coréen a transmis ses condoléances aux proches du défunt, mais a affirmé que l’incident était dû à l’origine à la pratique de la pêche illégale par les bateaux chinois.

Nous aimerions bien faire comprendre que… l’accident a eu lieu… alors que des pêcheurs chinois ont réagi avec violence à l’intervention de nos gardes-côtes, qui appliquaient la loi sur la pêche illégale de façon légitime, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 10 octobre 2014 14h31)

La Corée du Nord tire des obus près d’un navire de guerre sud-coréen

mai 22, 2014

Séoul – La Corée du Nord a tiré des obus jeudi à proximité d’un navire de guerre sud-coréen qui patrouillait au sud de la frontière maritime qui sépare les deux pays, contestée par Pyongyang, en mer Jaune, a annoncé Séoul.

Les obus sont tombés près de notre navire, qui était en patrouille régulière dans notre territoire, mais aucun dégât n’a été noté sur le bateau, a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère.

L’incident s’est déroulé près de l’île de Yeonpyeong, bombardée en novembre 2010 par l’armée nord-coréenne, ce qui avait provoqué une crise internationale et amené la péninsule au bord du conflit.

Fin mars, le Nord avait tiré quelque 500 obus lors d’un exercice le long de sa frontière maritime avec le Sud, dont une centaine sont tombés côté sud-coréen. Des bateaux militaires sud-coréens avaient alors répliqué.

La frontière maritime entre les deux pays a été à plusieurs reprises par le passé le théâtre d’échauffourées meurtrières.

Baptisée ligne de limite du Nord, la frontière a été tracée par les forces des Nations unies et des États-Unis en 1953, à la fin de la guerre de Corée. Pyongyang la conteste et refuse de la reconnaître.

Romandie.com avec(©AFP / 22 mai 2014 12h37)

Obama est arrivé en Corée du Sud, menace d’un test nucléaire au Nord

avril 24, 2014

Séoul – Le président des Etats-Unis Barack Obama a atterri vendredi matin en Corée du Sud pour une visite de deux jours, dominée par les menaces d’un quatrième test nucléaire conduit par la Corée du Nord.

Le président, qui s’est posé sur la base aérienne américaine d’Osan, au sud de Séoul, arrive aussi dans un pays en deuil, après le naufrage d’un ferry qui a fait plus de 300 morts ou disparus, dont 280 lycéens.

Cette semaine, le gouvernement sud-coréen a signalé un regain d’activités sur le site de Punggye-ri, en Corée du Nord, qui pourrait signifier que des préparatifs sont en cours pour un 4e essai nucléaire.

Vendredi, l’Institut américano-coréen, un centre d’études respecté sur la Corée du Nord, situé aux Etats-Unis, a révélé que l’analyse d’images satellite récentes (deux jours) suggérait un surcroît d’activités.

Les analystes estiment possible que Pyonguang veuille perturber la visite du président des Etats-Unis au Sud, voisin et ennemi du Nord, en procédant à un nouvel essai nucléaire.

Mais d’autres avancent que Pyongyang ne se risquera pas à provoquer la colère de la Chine, son puissant allié et seul soutien économique de poids.

Selon Séoul, il pourrait aussi s’agir de simples manoeuvres destinées à faire croire à un prochain test nucléaire.

La Corée du Nord a procédé à trois essais nucléaires: en octobre 2006, mai 2009 et février 2013, des tests interdits par l’ONU et qui conduisent chaque fois à un alourdissement des sanctions internationales.

Séoul est la deuxième étape, après Tokyo, de la visite d’Obama en Asie, avant un départ pour la Malaisie samedi.

Le séjour du président américain en Corée sera assombri par la mort de centaines d’adolescents, piégés dans un ferry qui a fait naufrage il y dix jours au large de la côte méridionale du pays.

Colère et douleur ont créé une atmosphère électrique dans le pays, où la population exprime sa défiance envers les dirigeants, politiques ou autres.

Romandie.com avec(©AFP / 25 avril 2014 06h05)

La Corée du Nord : Pak Pong-Ju devient Premier ministre

avril 1, 2013

 

SEOUL – La Corée du Nord a annoncé lundi la nomination de Pak Pong-Ju aux fonctions de Premier ministre, un poste qu’il avait déjà occupé avant d’en être évincé, en 2007, pour apparemment empêcher la poursuite des réformes économiques qu’il avait entreprises.

Pak Pong-Ju, un expert économique âgé de 74 ans, a été investi dans ses nouvelles fonctions au cours de la session annuelle du Parlement, et remplace Choe Yong-Rim, selon l’agence de presse officielle KCNA.

M. Pak avait déjà été Premier ministre de 2003 à 2007 : il avait alors été le fer de lance de timides réformes économiques destinées à accorder davantage d’autonomie aux entreprises d’Etat et à graduellement réduire le rationnement des produits alimentaires et des autres biens de première nécessité.

Mais, à la suite, semble-t-il, d’une vive réaction du parti unique et de l’armée, il avait été suspendu de ses fonctions en juin 2006 et limogé l’année suivante.

Une ordonnance spéciale officialisant le statut de puissance nucléaire de la Corée du Nord a en outre été entérinée lundi par le Parlement.

Ce document sur la consolidation de la position d’Etat disposant d’armes nucléaires pour l’autodéfense a été adopté à l’unanimité, de même que deux lois, respectivement sur le développement dans le domaine spatial et sur la mise en place d’un bureau d’Etat chargé de ce développement, toujours selon KCNA.

Romandie.com avec (©AFP / 01 avril 2013 14h34)