Posts Tagged ‘siad barre’

Un journaliste tué en Somalie, le sixième depuis le début de l’année

mai 24, 2012

Un journaliste somalien d’une radio indépendante a été abattu par des inconnus jeudi à Mogadiscio, a annoncé la radio qui l’employait.

Ahmed Ado Anshur, qui travaillait pour l’une des radios les plus connues de Somalie, Radio Shabelle, est le sixième journaliste tué en Somalie depuis le début de l’année, selon un décompte de l’AFP.

Un présentateur de Radio Shabelle a annoncé la mort du journaliste sur les ondes de la station, avant de diffuser des versets du Coran en signe de condoléances.

« Notre journaliste Ahmed Ado Anshur a été abattu près de sa maison à Dharkinley », un quartier de la capitale somalienne, a-t-il annoncé.

Selon un autre collègue de la victime, Abdi Osmail, Ahmed Ado Anshur a été tué alors qu’il avait quitté la radio quelques heures plus tôt.

Début mai, un journaliste somalien avait été tué à Galkayo, région autoproclamée autonome du nord de la Somalie. Depuis le début de l’année, un autre journaliste avait été tué à Galkayo, un autre dans la ville de Beledweyne (centre) et encore deux autres à Mogadiscio.

Selon l’organisation de défense des médias Reporters sans frontières, la Somalie est le pays d’Afrique le plus meurtrier pour les journalistes. Mogadiscio est elle considérée comme l’une des capitales les plus dangereuses au monde.

La Somalie est sans gouvernement effectif depuis la chute du président Siad Barre en 1991. L’absence d’Etat a favorisé l’émergence de mouvements islamistes, de groupes de pirates, renforcé les rivalités claniques, et le pays est en état de guerre civile depuis plus de 20 ans.

Jeuneafrique.com avec AFP 

Kenya: menace d’attentat sur hôtels et bâtiments officiels à Nairobi

avril 23, 2012

L’ambassade des Etats-Unis à Nairobi a mis en garde lundi les ressortissants américains au Kenya contre une menace d’attentat sur des hôtels et bâtiments officiels de la capitale kényane.

L’ambassade « a reçu des informations crédibles sur un attentat possible contre des hôtels et des bâtiments gouvernementaux kényans d’importance », explique la représentation américaine dans un « message de sécurité ».

« Le moment de l’attentat n’est pas connu, néanmoins l’ambassade a des raisons de penser que l’attentat potentiel est dans les phases ultimes de préparatif », poursuit le message.

Le 23 octobre, l’ambassade américaine à Nairobi avait déjà mis en garde ses ressortissants contre le risque d’attaques contre des étrangers au Kenya, après le lancement d’une offensive militaire kényane contre les insurgés islamistes shebab dans le sud de la Somalie.

L’ambassade avait même conseillé de « reporter » les voyages au Kenya.

Le 4 novembre, elle avait mis en garde les ressortissants américains contre les déplacements au Kenya, après une série d’enlèvements contre des ressortissants européens dans le pays.

Les shebab, récemment intégrés au réseau Al-Qaïda, ont a plusieurs reprises menacé de frapper le Kenya en représailles à l’intervention militaire kényane en Somalie.

Le Kenya accueille sur son sol une forte population de Somaliens qui ont fui la famine et le chaos dans lequel est plongé leur pays, livré aux chefs de guerre, groupes criminels et milices islamistes depuis la chute du régime du président Siad Barre en 1991.

Par ailleurs, environ 1% des Kényans sont d’ethnie somali.

En 1998, 213 personnes avaient été tuées au coeur de Nairobi, frappé par un sanglant attentat visant l’ambassade américaine et perpétré par Al-Qaïda.

Jeuneafrique.com avec AFP