Posts Tagged ‘Sicile’

Chaleur catastrophique : cette région est en train de cuire

août 11, 2021

L’Europe subit une vague de chaleur sans précédent depuis plusieurs jours. Des incendies prennent naissance un peu partout. Un record absolu a été battu en Sicile, ce 11 août.

Dôme de chaleur

L’Europe est aux prises avec un dôme de chaleur qui emprisonne l’air torride en provenance du continent africain jusqu’en altitude. La Grèce, l’Italie, la Tunisie et la plupart des pays méditerranéens subissent une intense canicule depuis plusieurs jours. Ces conditions extrêmes menacent ces régions alors que des feux de forêt dévastateurs sévissent un peu partout, en particulier dans les îles grecques.

© Fournis par MétéoMédia

Record absolu

Ce 11 août, un record absolu a été battu en Europe. L’ancienne marque de 48 °C est tombée alors que Syracuse, en Sicile, a enregistré un maximum de 48,8 °C.

© Fournis par MétéoMédia

La chaleur se déplace

Ce week-end, le sud de l’Espace et le Maroc auront droit à une poussée de chaleur aussi intense que celle qui sévit plus à l’est du continent. Des maximums de 47 °C sont prévus dans ces régions.

© Fournis par MétéoMédia

Pire au Canada

Le record européen impressionne, mais le point chaud enregistré en Colombie-Britannique retient encore plus l’attention. La petite municipalité de Lytton a enregistré un record national de chaleur avec 49,6 °C, le 29 juin dernier. Rappelons que l’ancien record était de 45 °C.

Par MétéoMédia

Inondations en Sicile: douze morts, dont une famille de neuf Italiens

novembre 4, 2018

Un véhicule a versé sur le bord de la route près de l’endroit où neuf personnes de la même famille ont péri dans une maison envahie par les eaux. Casteldaccia, près de Palerme, le 4 novembre 2018. / © AFP / Alessandro FUCARINI

Douze personnes, dont une famille de neuf personnes surprise dans une maison par la brusque montée des eaux d’une rivière sortie de son lit, ont trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche dans la région de Palerme en Sicile.

Selon les médias italiens, le bilan des morts s’est alourdi dimanche matin avec la découverte de deux personnes d’origine sicilienne vivant en Allemagne – un homme et une femme- bloquées à l’intérieur de leur véhicule dans un torrent de la région d’Agrigente, un peu plus au sud.

Les corps des neuf membres de la même famille, dont des enfants âgés de 1 an, 3 ans et 15 ans, ont été retrouvés dans la localité de Casteldaccia, une commune côtière à l’est de Palerme, ont annoncé les pompiers. Les six autres victimes sont âgées de 32 ans à 65 ans.

La maison de campagne où ces Palermitains passaient la fin de semaine a été submergée par les eaux et la boue après le débordement d’une petite rivière, la Milicia, sortie de son lit après les fortes pluies tombées samedi. « C’est une immense tragédie », a commenté dimanche le maire de la commune.

Trois autres personnes de la même famille, dont l’une a grimpé dans un arbre pour se mettre à l’abri, ont réussi à échapper au drame, rapportent les médias italiens.

Un gérant de station-service de 44 ans a également trouvé la mort tard samedi soir dans la région à Vicari en essayant de rejoindre à bord d’une jeep son lieu de travail où un employé était bloqué, précise notamment l’agence italienne Agi. Un passager de 20 ans n’a pas encore été retrouvé.

La maison où neuf personnes de la même famille ont péri lors de la crue d’une petite rivière. Casteldaccia, près de Palerme, le 4 novembre 2018. / © AFP / Alessandro FUCARINI

Les secouristes sont aussi à la recherche d’un médecin de 40 ans qui tentait d’aller travailler à l’hôpital de Corleone et a dû abandonner sa voiture sur une route en raison des intempéries.

– Hécatombe d’arbres dans le Nord-est –

L’armée a été déployée pour vérifier les conditions des principales routes de la région, coupées à de nombreux endroits à la circulation.

Des vents violents et de très fortes pluies avaient déjà fait vingt morts cette semaine dans d’autres régions d’Italie, selon un décompte de la protection civile. Vendredi, deux personnes avaient trouvé la mort, dont une femme âgée de 87 ans et une touriste allemande âgée de 62 ans frappée par la foudre en Sardaigne.

Le patrimoine naturel du nord-est du pays a été particulièrement ravagé cette semaine, avec des millions d’arbres déracinés.

Dévastations après les inondations en Sicile, près de la demeure où neuf personnes de la même famille ont péri. Casteldaccia, près de Palerme, le 4 novembre 2018. / © AFP / Alessandro FUCARINI

En Vénétie, des forêts sur les versants des montagnes des Dolomites ont été anéanties, après des vents très violents qui ont soufflé jeudi. Des images aériennes fournies en fin de semaine par les pompiers ont mis en évidence un spectacle de désolation, tandis que le gouverneur de la région a comparé l’hécatombe à un « tremblement de terre ».

Le ministère italien de l’Intérieur Matteo Salvini s’est rendu sur place dimanche, survolant les environs de la ville alpine de Belluno, constatant aussi via son compte Twitter « des forêts détruites et un territoire dévasté ».

Le niveau d’alerte restait élevé dimanche dans six régions italiennes.

La protection civile italienne a qualifié cette vague de mauvais temps de « l’une des situations météorologiques les plus complexes de ces 60 dernières années ». Venise avait ainsi subi lundi dernier l’une des pires montées des eaux de son histoire récente avec des rafales de vents atteignant les 180 km/h.

Romandie.com avec(©AFP / (04 novembre 2018 11h46)

Médias : le journaliste Jean-Karim Fall est décédé

mai 27, 2017

Jean-Karim Fall, lors d’une interview avec un chef d’Etat africain, en avril 2013, à Paris. © Vincent Fournier/JA

Le journaliste franco-sénégalais de France 24 est décédé brutalement le 26 mai, en Sicile, alors qu’il couvrait le G7. Il avait 59 ans.

« C’était un grand », disent tous les journalistes africains et européens qui l’ont connu. Jean-Karim Fall, journaliste et rédacteur en chef à France 24, était un reporter exceptionnel et il est mort en reportage. Il est décédé brutalement dans sa chambre d’hôtel, le 26 mai, lors du sommet du G7 à Taormina en Sicile.

 

Né en mars 1958 d’un père sénégalais et d’une mère française, « JKF », comme l’appelaient ses collègues, est un diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, qui a tout de suite choisi de suivre l’actualité africaine.

Grand reporter à Radio France Internationale (RFI), il a couvert aussi bien la visite mouvementée de François Mitterrand chez Thomas Sankara, en novembre 1986, que la mise à sac de Kinshasa par la soldatesque de Mobutu, en septembre 1991, ou la guerre civile au Liberia dans les années 1990.

Très fin connaisseur de l’Afrique et de ses décideurs

Le 7 décembre 1993, alors qu’il est correspondant de RFI à Abidjan, il est le premier à annoncer au monde la mort de Félix Houphouët-Boigny. Reporter tout terrain, Jean-Karim Fall n’était pas une tête brûlée. De par son père, l’ancien ministre et ambassadeur sénégalais Abdel Kader Pierre Fall, il avait appris l’art de la diplomatie et de la « palabre » avec les soldats ou les rebelles de tous poils et réussissait ainsi à se sortir des situations les plus difficiles.

Chef du service Afrique de RFI à partir de 1996, Jean-Karim Fall, par son professionnalisme, a beaucoup contribué au développement de la « radio mondiale » sur le continent africain. Depuis 2012, il était passé à France 24, où il était à la fois rédacteur en chef, interviewer et chroniqueur. Toujours affable avec ses interlocuteurs, il savait les mettre en confiance.

Ainsi en avril dernier à Paris, le chef de l’Etat guinéen, Alpha Condé, lui avait confié sur France 24 qu’il avait gentiment reproché à Idriss Déby Itno d’avoir accueilli Marine Le Pen à N’Djamena. Parce qu’il était autant sénégalais que français, il acceptait de commenter l’actualité de tous les pays… sauf celle de son Sénégal bien aimé. Un grand est parti.

A sa famille et à ses proches, la rédaction de Jeune Afrique – et plus particulièrement ceux d’entre nous qui ont pu apprécier sa confraternité et sa courtoisie – présente ses condoléances attristées.

Jeuneafrique.com

Naufrage en Méditerranée: les survivants arrivent à Palerme

août 6, 2015

Plus de 360 rescapés sont arrivés jeudi à Palerme, en Sicile. Les recherches se poursuivaient par ailleurs au large de la Libye pour tenter de retrouver d’autres survivants ou des corps après le naufrage dans lequel 200 migrants ont disparu mercredi.

Le navire militaire irlandais « Niamh » a récupéré la quasi-totalité des survivants du naufrage de mercredi, ainsi que les 25 corps repêchés après le drame. Le navire irlandais est entré peu avant 16h00 dans le port de Palerme.

Des dizaines de migrants, essentiellement des hommes, étaient debout sur le pont du bateau, à observer les manoeuvres des hommes d’équipage tous vêtus de combinaisons blanches de protection. Leur nationalité n’a pas été précisée. Sur un quai excentré du port, des petites tentes avaient été montées pour la Croix-Rouge à l’ombre d’une immense grue, avec des réserves d’eau fraîche et de couches, en vue du premier accueil et du contrôle sanitaire.

« Les survivants seront transférés en bus ce soir dans des centres en Campanie, en Vénétie, en Emilie-Romagne et en Lombardie. Les parents et proches des victimes seront hébergés par la Caritas. Quant aux corps, ils resteront à Palerme », a expliqué à l’AFP Francesca Canizzo, préfète de Palerme.

Six autres rescapés ayant besoin de soins médicaux urgents avaient été transportés mercredi soir par hélicoptère à Lampedusa, l’île italienne la plus proche des côtes africaines.

Romandie.com

Italie: plus de 1.300 migrants ont débarqué en Sicile

juillet 25, 2015

Rome – Plus de 1.300 migrants, venus essentiellement d’Afrique sub-saharienne et de Syrie, ont débarqué samedi en Sicile après avoir été récupérés en Méditerranée par deux navires, un norvégien et un irlandais, ont annoncé les garde-côtes italiens.

Quelque 785 migrants ont débarqué à Palerme, dont 133 femmes et 27 enfants, après avoir été récupérés à la suite de plusieurs opérations de sauvetage au large des côtes libyennes par le navire norvégien Siem Pilot, dans le cadre de l’opération Triton.

A Pozzallo, dans le sud-est de l’île, on a dénombré 468 migrants, dont sept femmes enceintes, arrivés samedi matin à bord du Le Niamh, un navire de la Marine irlandaise.

Enfin, 102 autres, dont deux femmes enceintes, sont arrivées au port de Trapani (ouest de la Sicile). Cinq hommes ont dû être transportés à l’hôpital de Trapani en raisons de blessures non précisées, selon ces sources.

Selon les estimations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en date du 10 juillet, plus de 150.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le début de l’année, pour moitié en Italie, où les arrivées sont encore supérieures aux records enregistrés en 2014, et pour moitié en Grèce, où elles connaissent une croissance exponentielle.

Au large de la Libye, la traversée a coûté la vie à plus de 1.900 personnes cette année.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juillet 2015 20h23)

Une embarcation de migrants fait naufrage à Lampedusa, plus de 300 morts

octobre 3, 2013

lampedusa

Des corps des victimes du naufrage, alignés sur le port de Lampedusa, le 3 octobre. © AFP

Une embarcation transportant environ 500 migrants originaires de la Corne de l’Afrique a fait naufrage au large de la petite île de Lampedusa (Sicile). Au moins 300 personnes ont péri y compris les disparus.

Le bilan du naufrage s’est alourdi. Selon les déclarations d’un porte-parole des garde-côtes, le bilan provisoire de la catastrophe est passé à 130 morts, 200 disparus et 151 rescapés. « Mais ils étaient plus nombreux que ça sur le navire. Les recherches sont encore en cours, pour retrouver des rescapés », a-t-il déclaré alors que l’espoir de retrouver des survivants s’amenuisait, les passagers ayant passé plus de six heures dans l’eau.

C’est un nouveau drame de l’immigration qui se joue aux porte de l’Europe. Une embarcation transportant quelque 500 immigrés a fait naufrage au large de l’île de Lampedusa. Ces derniers, cités par des médias, ont indiqué qu’ils avaient pu récupérer vivants plus de 150 passagers sur les quelque 450 à 500 sur l’embarcation.

Dans la matinée, sur la chaîne en continu Sky TG24, le maire de l’île Giusi Nicolini a précisé que plusieurs « enfants en bas âge » et des femmes figuraient parmi les victimes. « Il faut que les caméras de télévision viennent ici, montrent les cadavres, sinon c’est comme si ces tragédies n’existaient pas », a réclamé la maire de l’île, très affectée par ce nouveau drame.

Le pape Fraçois parle de « honte »

À la fin d’un discours dans lequel il évoquait l’encyclique Pacem in Terris (1963) du pape Jean XXIII et les défis de la paix d’aujourd’hui, le pape a ajouté : « je ne peux pas ne pas évoquer les nombreuses victimes de cet énième naufrage. La parole qui me vient en tête est la honte. C’est une honte », a-t-il lancé, interrompu par les applaudissements des membres du Conseil pontifical Justice et paix, réunis avec leur cardinal ghanéen Peter Turkson.

« Prions Dieu pour qui a perdu la vie, des hommes, des femmes, des enfants ! Prions Dieu pour leurs familles et tous les réfugiés (…) Seule une collaboration déterminée peut permettre d’éviter de telles tragédies », a-t-il ajouté. Quelques heures après le drame, le pape a aussi tweeté en neuf langues à ses neuf millions de « followers » : « Prions Dieu pour les victimes du tragique naufrage au large de Lampedusa ».

À lire : À Lampedusa, le pape François fustige « l’indifférence » du monde face au sort des migrants

Les passagers du navire qui « transportait environ 500 migrants » ont allumé des feux de détresse pour signaler leur présence à des navires marchands, a expliqué Giusi Nicolini. Le navire, en raison de la présence de fioul, a pris feu et a coulé. « Ils sont dans l’eau depuis l’aube ce matin », a expliqué la même source.

Les migrants naufragés seraient pour la plupart originaires de Somalie, selon le responsable de l’assistance sanitaire à Lampedusa, Antonio Candela. Ils ont d’abord été secourus par des bateaux de tourisme « alertés par les cris » des migrants. Selon les enquêteurs, le bateau serait parti de Libye.

Drames réguliers

Des dizaines voire des centaines d’immigrés se trouveraient encore dans l’eau, devant l’île de Lampedusa qui est plus proche des côtes nord africaines que du reste de la Sicile.

Alertés par des bateaux de pêche qui se trouvaient dans la zone, les autorités ont déployé deux vedettes, l’une des garde-côtes et l’autre de la police douanière, pour venir en aide aux immigrés. Des hélicoptères et d’autres moyens aériens sont également mobilisés.

Ce nouveau drame arrive après que trois immigrés, pour la plupart Erythréens, se sont noyés lundi en tentant de rejoindre la côte près de Raguse (sud-est de l’île principale de Sicile). Ils auraient sauté ou été jetés par des passeurs d’une embarcation transportant environ 200 migrants et réfugiés.

Dans la nuit de mercredi à jeudi un bateau transportant 463 migrants, provenant apparemment de Syrie, a également débarqué, a indiqué M. Candela. Début août, un drame semblable s’était produit sur une plage de Catane (est de la Sicile) quand six Égyptiens s’étaient noyés en pensant être arrivés à terre, quand leur embarcation s’était ensablée non loin du rivage.

Plus de 22 000 migrants ont été débarqués en 2013 sur les côtes du sud du pays (Sicile et Calabre surtout), soit près de trois fois plus que sur l’ensemble de 2012.

Jeuneafrique avec AFP