Posts Tagged ‘sinai’

Égypte: l’armée intensifie les démolitions de maisons dans le Sinaï

mai 22, 2018

Beyrouth – L’armée égyptienne a intensifié les démolitions d’habitations, locaux commerciaux et fermes dans la région du Sinaï depuis le lancement en février d’une vaste campagne militaire contre des jihadistes armés, a affirmé mardi Human Rights Watch (HRW).

L’organisation internationale de défense des droits de l’Homme indique dans un communiqué que les destructions concernent des « centaines d’hectares de terres agricoles et au moins 3.000 immeubles résidentiels et commerciaux, ainsi que 600 bâtiments détruits en janvier ».

Mardi soir, un porte-parole de l’armée a réfuté les affirmations de l’ONG affirmant qu’elle se fondait sur des sources « non-documentées ».

Ces dernières destructions sont « les plus importantes depuis que l’armée a officiellement débuté sa politique d’expulsion en 2014 », assure l’organisation qui a mené une enquête en interrogeant des témoins à distance et en analysant « une série chronologique d’images satellite ».

HRW dénonce des démolitions « illégales » qui selon elle ont parfois eu lieu « dans le cadre de représailles contre des individus suspectés de terrorisme, ainsi que des dissidents politiques et leurs proches ».

Selon Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de l’ONG, citée par le communiqué, « l’armée égyptienne prétend protéger les gens contre les militants, mais il est absurde de penser que la démolition de logements et le déplacement des populations établies ici depuis toujours garantiraient leur sécurité ».

HRW précise qu’elle a adressé ce mois-ci des lettres au ministère égyptien de la Défense, au gouverneur du Nord-Sinaï et aux services de renseignement pour « enquêter sur les démolitions en cours ».

Selon HRW les premières destructions ont eu lieu en 2013, mais « en 2014, le gouvernement a annoncé un plan d’expulsion des habitants d’une zone tampon sécuritaire de 79 km2, comprenant toute la ville de Rafah », située à la frontière avec l’enclave palestinienne de Gaza contrôlée par le Hamas.

« A ce jour l’armée a presque entièrement démoli la ville », affirme l’ONG en soulignant qu’une nouvelle zone tampon est établie autour de l’aéroport d’Al-Arich, principale localité du Nord-Sinaï, et se traduit par des destructions de logements et fermes.

Les autorités ont pris cette décision après une attaque revendiquée par la branche locale du groupe Etat islamique (EI) visant les ministres de la Défense et de l’Intérieur dans la région. Ces derniers n’avaient pas été touchés.

Depuis la destitution par l’armée du président élu, l’islamiste Mohamed Morsi en 2013, l’Egypte est confrontée à des attaques de groupes extrémistes, tout particulièrement l’EI dans le nord de la péninsule du Sinaï.

Des centaines de soldats, de policiers et de civils sont morts dans ces attaques.

Romandie.com avec (©AFP / 22 mai 2018 17h17)                                                        

L’Égypte pleure les 305 morts dans l’attentat contre une mosquée

novembre 25, 2017

Des proches des victimes de l’attentat contre une mosquée qui a fait 235 morts et 109 blessés vendredi, attendent devant l’hôpital d’Ismaïlia le 25 novembre 2017 / © AFP / MOHAMED EL-SHAHED

Funérailles, prières, bandeaux noirs dans les médias: l’Egypte pleurait samedi les 305 personnes tuées la veille dans une mosquée, dont 27 enfants, l’attentat le plus sanglant dans l’histoire récente du pays.

Le Parquet égyptien a indiqué samedi qu’une trentaine d’hommes armés (EI) portant la bannière noire du groupe jihadiste Etat islamique (EI) avaient pris part au massacre des fidèles.

Toutes les victimes de l’attaque, l’une des plus meurtrières dans le monde depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, ont été inhumées samedi conformément à la tradition musulmane.

Quelques heures après la promesse du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de « venger les martyrs », l’armée a procédé dans la nuit à des frappes aériennes dans la zone de l’attaque, où les forces de sécurité combattent la branche égyptienne de l’EI.

Les avions ont visé « des véhicules utilisés dans l’attaque terroriste, tuant leurs occupants », a indiqué un porte-parole.

Encore non revendiqué, l’attentat survenu lors de la prière du vendredi dans la mosquée al-Rawda de Bir al-Abd, à 40km à l’ouest d’Al-Arich, capitale de la province du Nord-Sinaï, s’est soldé par au moins 305 tués et 128 blessés, selon un nouveau bilan fourni samedi par le Parquet égyptien.

Les assaillants, au nombre de 25 à 30, ont fait exploser une bombe avant de tirer à l’arme automatique sur les fidèles, a indiqué le Parquet. Cette attaque, rarissime dans une mosquée égyptienne, a laissé le pays en état de choc.

– ‘Terrorisme dans la maison de Dieu’ –

A l’aube, des milliers d’habitants de Mit Habib, un village voisin du lieu de l’attaque, ont assisté aux funérailles du directeur de l’école de Bir al-Abd, Al-Said Abou Eitta, et de son fils Ahmed, tous deux tués dans la mosquée.

Les corps portés sur les épaules, ils ont scandé en larmes: « Il n’y a de Dieu qu’Allah, le martyr est l’aimé de Dieu ». Des funérailles ont eu lieu dans toute la région.

A Ismaïlia, ville proche du canal de Suez dans le nord-est du pays, où les blessés ont été transportés pour être soignés, les proches se pressaient samedi aux abords de l’hôpital, attendant désespérément des nouvelles, a constaté une équipe de l’AFP.

« Le terrorisme dans la maison de Dieu », déploraient samedi les médias qui arboraient des bandeaux noirs en signe de deuil.

En fin de matinée, toutes les mosquées du pays ont dédié la prière aux « martyrs » de cet attentat et certaines devraient faire de même dans la soirée.

Le président Sissi a appelé les forces armées à édifier un mémorial en hommage aux victimes, rapportent les médias d’Etat.

Vendredi, des témoins ont déclaré que les assaillants avaient encerclé la mosquée avec des véhicules tout-terrain et qu’ils avaient ensuite posé une bombe à l’extérieur du bâtiment.

Après qu’elle a explosé, les hommes armés ont tiré sur les fidèles paniqués qui tentaient de fuir et mis le feu aux véhicules de ces derniers afin de bloquer les routes menant à la mosquée.

– Menaces –

Les hommes armés « sont entrés dans la mosquée, ils ont tué plus de personnes qu’ils n’en ont blessées », a raconté à l’AFP Magdy Rizk, blessé dans l’attaque.

« Ils portaient des masques et des uniformes militaires », a ajouté M. Rizk, précisant que les familles vivant dans cette zone majoritairement soufie avaient déjà subi des menaces de groupes extrémistes.

La mosquée al-Rawda est notamment fréquentée par des adeptes du soufisme, un courant mystique de l’islam honni par l’EI qui considère les soufis comme des hérétiques et polythéistes, le plus grand péché de l’islam.

L’attaque a été condamnée par de nombreux pays étrangers dont les Etats-Unis, la Russie, la France, la Grande-Bretagne, l’Iran ou l’Arabie saoudite.

Le grand imam d’Al-Azhar, principale institution de l’islam sunnite, le cheikh Ahmed el-Tayeb, lui-même d’obédience soufie, a condamné « l’attaque terroriste barbare », et le pape François s’est dit « profondément attristé par les pertes humaines ».

La branche égyptienne de l’EI mène régulièrement des attaques contre les forces de sécurité dans la péninsule du Sinaï, qui borde Israël et la bande de Gaza palestinienne, bien que la fréquence et l’ampleur de ces attaques contre les militaires aient diminué au cours de l’année écoulée.

Les jihadistes se sont tournés vers des cibles civiles, attaquant non seulement des chrétiens et des soufis mais aussi des habitants bédouins du Sinaï accusés de collaborer avec l’armée.

La précédente attaque la plus meurtrière en Egypte remonte à octobre 2015, lorsqu’un attentat à la bombe revendiqué par la branche égyptienne de l’EI avait coûté la vie aux 224 occupants d’un avion russe après son décollage de Charm el-Cheikh, station balnéaire du Sinaï.

Romandie.com avec(©AFP / 25 novembre 2017 14h07)

Égypte: 18 morts dans une attaque contre des forces de sécurité revendiquée par l’EI

septembre 11, 2017

Le Caire – Au moins 18 personnes sont mortes lundi dans le nord du Sinaï égyptien lors d’une attaque contre des forces de sécurité revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).

« Huit soldats égyptiens sont morts et quatre véhicules blindés ont été détruits », a indiqué l’organisation jihadiste via son agence de propagande Amaq alors que des sources médicales et sécuritaires ont fait état d’un bilan de 18 morts.

Selon le ministère de l’Intérieur égyptien, qui parle de plusieurs morts sans autre précision, une voiture a explosé au passage d’un convoi des forces de sécurité dans la ville de Bir al-Abed, dans le nord de la péninsule du Sinaï.

L’attaque s’est produite sur la route reliant Al-Qantara à Al-Arich alors que les forces de sécurité menaient une opération de ratissage de la zone. Un véhicule s’est alors introduit dans le convoi avant d’exploser, a indiqué le ministère.

Des tireurs embusqués ont ensuite ouvert le feu, faisant également des morts et des blessés, a-t-on ajouté.

Il n’était pas possible dans l’immédiat de déterminer la présence de victimes civiles.

Depuis la destitution du président Mohamed Morsi issu des Frères musulmans à l’été 2013, les forces de sécurité égyptiennes affrontent dans le Sinaï un groupe jihadiste qui a depuis prêté allégeance à l’EI.

Il est responsable de la mort de plusieurs centaines de soldats et de policiers.

Romandie.com avec(©AFP / 11 septembre 2017 17h10)

Egypte: 21 soldats tués dans l’attentat du Sinaï revendiqué par l’EI

juillet 8, 2017

Le Caire – L’attentat perpétré vendredi dans le Sinaï et revendiqué par la branche égyptienne du groupe Etat islamique (EI) a tué au moins 21 soldats, selon un nouveau bilan fourni samedi par des responsables.

Cette attaque est l’une des plus meurtrières pour l’armée depuis le début il y a quatre ans d’une vague d’attentats menés par des groupes extrémistes contre des militaires et des policiers, qui ont fait des centaines de morts.

Selon des membres de la police et des responsable provinciaux, les corps de 21 soldats ont été rapatriés samedi dans 11 provinces pour être inhumés.

La branche égyptienne de l’EI, le groupe « Province du Sinaï », avait revendiqué l’attaque dans la nuit de vendredi à samedi, affirmant que des « soldats du califat » avaient attaqué une position de l’armée au sud de la localité de Rafah, proche de la frontière avec la bande de Gaza.

L’armée avait déclaré avoir riposté à une attaque « terroriste » commise par des combattants extrémistes en tuant une quarantaine d’assaillants à plusieurs points de contrôle. Elle avait fait état de 26 soldats tués ou blessés, sans fournir de bilan plus précis.

Depuis que l’armée a destitué en 2013 le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, des groupes extrémistes –notamment « Province du Sinaï » qui a prêté allégeance à l’EI– ont multiplié les attentats visant les forces de l’ordre.

Par ailleurs, le groupe islamiste Hasam a revendiqué dans un communiqué le meurtre d’un officier de police vendredi.

Le ministère de l’Intérieur avait indiqué que deux hommes armés avaient abattu un membre des forces de police qui sortait de chez lui, au nord du Caire.

La police accuse l’organisation Hasam d’être affiliée aux Frères musulmans, un mouvement considéré comme « terroriste » par les autorités égyptiennes.

Ces derniers mois, Hasam a déjà revendiqué plusieurs assassinats et attentats au Caire et dans le delta du Nil, notamment contre la police.

Romandie.com avec(©AFP / 08 juillet 2017 15h22)                                            

Egypte: des Coptes fuient le Sinaï après une série d’attaques

février 24, 2017

Ismaïlia (Egypte) – Des dizaines d’Egyptiens chrétiens ont fui la péninsule du Sinaï après une série d’attaques ayant coûté la vie à trois Coptes dans cette région où sévit le groupe Etat islamique (EI), ont indiqué vendredi des responsables de l’Eglise.

Environ 250 chrétiens ont trouvé refuge dans l’église évangélique de la ville d’Ismaïlya près du canal de Suez (est), a indiqué à l’AFP le diacre et administrateur de l’église Nabil Choukrallah.

« Ils ont fui avec leurs enfants. C’est une situation très difficile, nous nous attendons à en recevoir encore 50 à 60 de plus », a-t-il ajouté.

Des familles entières sont rassemblées dans la cour de l’église avec leurs effets personnels et des couvertures. La peur se lit encore dans les regards de certains.

« Nous avons commencé à avoir peur de nos propres ombres. Nous craignions d’être suivis et abattus d’une balle dans le dos. Les chrétiens sont visés d’une manière atroce », confie un homme souhaitant garder l’anonymat.

« Certaines personnes sont même effrayées à l’idée d’ouvrir leur porte pour sortir acheter de la nourriture », poursuit-il.

Oum Mina, mère de cinq enfants, dit que le danger était tel que son mari a dû arrêter de travailler. « Ce n’est pas juste », lâche-t-elle, éclatant en sanglots.

Dans un communiqué sur sa page facebook, l’Eglise copte a condamné les récentes attaques.

« L’Eglise copte et à sa tête le pape Tawadros II condamne ces attaques terroristes visant des chrétiens égyptiens dans le Sinaï », selon le texte.

Très actif dans le Sinaï, le groupe EI a publié dimanche une vidéo dans laquelle il promet de prendre pour cible les membres de la communauté chrétienne.

Les Coptes, qui constituent 10% des 92 millions d’Egyptiens, avaient déjà par le passé été ciblés dans le Sinaï, région en proie à une insurrection jihadiste, mais ces attaques ont augmenté depuis la diffusion de la vidéo.

Les Coptes se disent aussi victimes de discriminations dans tout le pays de la part des autorités et de la majorité musulmane.

Jeudi, un chrétien égyptien a été tué et sa maison incendiée dans la ville d’Al-Arich dans le nord de la péninsule du Sinaï, ont indiqué des responsables de la sécurité et des urgences évoquant l’hypothèse d’une attaque jihadiste.

Mercredi, le corps criblé de balles d’un chrétien d’une soixantaine d’années et celui de son fils brûlé vif avaient été retrouvés derrière une école d’Al-Arich.

Depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013, le nord du Sinaï est le théâtre d’attentats meurtriers perpétrés par les jihadistes et visant principalement la police et les militaires.

En décembre, l’EI avait revendiqué un attentat suicide contre une église copte orthodoxe du Caire qui avait fait 29 morts.

Romandie.com avec(©AFP / 24 février 2017 20h20)             

Egypte: sept policiers et un passant tués lors d’une attaque dans le Sinaï

janvier 9, 2017

Le Caire – Sept policiers et un passant ont été tués lundi dans une attaque commise avec un véhicule piégé au niveau d’un barrage de sécurité dans la péninsule égyptienne du Sinaï (est), a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Selon le ministère égyptien, les assaillants ont essayé de conduire le véhicule jusqu’au barrage de sécurité, mais la police a ouvert le feu et l’explosion a eu lieu avant qu’il n’atteignent leur objectif.

Les assaillants ont également ouvert le feu avec des lance-grenades en direction du barrage installé près de la ville d’Al-Arish, dans le nord du Sinaï.

Le ministère précise qu’outre les sept policiers et le passant tués, cinq assaillants ont également trouvé la mort, touchés par les tirs des policiers.

Le quotidien d’Etat al-Ahram a également fait état dans sa version électronique de huit blessés dans l’attaque.

De très nombreuses attaques visant l’armée et la police ont été commises dans le passé à Al-Arish et ses environs et ont été régulièrement revendiqués par Province du Sinaï, la branche égyptienne du groupe extrémiste Etat islamique (EI).

Des centaines de policiers et soldats ont péri dans ces attentats, selon le gouvernement.

En novembre, une autre attaque à la voiture piégée a tué huit policiers à un point de contrôle dans le Sinaï.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a destitué, alors qu’il était chef de l’armée son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, mène une sanglante répression contre toute opposition en Egypte, islamiste ou laïque.

Romandie.com avec(©AFP / 09 janvier 2017 12h46)

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

octobre 14, 2016

Le Caire – Douze soldats égyptiens ont été tués vendredi dans l’attaque d’un poste de contrôle dans le nord de la péninsule du Sinaï, où les autorités luttent contre une branche locale du groupe jihadiste Etat islamique (EI), a annoncé l’armée.

Les soldats ont été pris pour cible par des tirs au mortier et des roquettes, ont précisé par ailleurs à l’AFP des responsables de la police et des secours.

Des éléments terroristes ont attaqué un poste de contrôle dans le nord du Sinaï. Les affrontements ont fait 12 morts et six blessés dans les rangs des forces armées, a indiqué le porte-parole de l’armée dans un communiqué, précisant que 15 terroristes ont été tués.

L’attaque s’est déroulée dans la région de Bir al-Abd, une zone relativement épargnée par les violences à l’ouest d’Al-Arich, chef-lieu du nord-Sinaï, ont précisé les responsables.

Des attentats jihadistes dans le nord du Sinaï visent quasi-quotidiennement les forces de sécurité depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Selon le gouvernement, des centaines de policiers et soldats ont péri dans les attentats perpétrés par les jihadistes, qui frappent aussi parfois la capitale égyptienne Le Caire et le Delta du Nil.

Début octobre, cinq policiers avaient ainsi été tués par des hommes armés ayant ouvert le feu sur leur véhicule, à Al-Arich.

En octobre 2015, l’EI avait revendiqué un attentat à la bombe contre un avion de touristes russes après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans l’est du pays, un drame qui avait fait 224 morts.

Romandie.com avec(©AFP / 14 octobre 2016 14h20)

Assaut de l’EI contre un hôtel du Sinaï égyptien, quatre morts

novembre 24, 2015

Le Caire – Des kamikazes du groupe Etat islamique (EI) ont tué mardi quatre personnes, dont un juge et deux policiers, dans un assaut contre un hôtel de la péninsule du Sinaï, dans l’est de l’Egypte.

L’hôtel Swiss Inn d’Al-Arich, chef-lieu de la région Nord-Sinaï, bastion des jihadistes, abritait au moment de l’attaque des magistrats chargés de superviser le scrutin des élections législatives en cours en Egypte.

Selon le ministère de l’Intérieur, un kamikaze a fait exploser à l’aube sa voiture bourrée d’explosifs alors que les policiers de faction tentaient de l’empêcher de franchir la barrière de sécurité de l’hôtel.

Un échange de tirs a suivi entre les policiers et un autre kamikaze qui tentait de pénétrer dans l’établissement et ce dernier a déclenché sa ceinture d’explosifs, a ajouté le ministère dans un communiqué.

Deux policiers, un juge et un civil ont péri dans l’assaut, alors que huit policiers, deux juges et deux civils ont été blessés, selon la même source. L’armée a fait état de militaires blessés.

La branche égyptienne de l’EI, qui se fait appeler Province du Sinaï, a revendiqué l’attaque dans un communiqué posté sur son compte Twitter, publiant les photos de deux hommes présentés comme les kamikazes. L’un d’eux a ouvert le feu dans l’établissement avant de déclencher ses explosifs, selon le groupe.

L’armée a néanmoins assuré que trois kamikazes avaient attaqué l’hôtel. Outre celui au volant de la voiture piégée, un deuxième a déclenché sa bombe dans les cuisines de l’établissement et un troisième, qui a réussi à atteindre les chambres, a tué un juge en ouvrant le feu sans discrimination, a-t-elle ajouté.

L’attentat est survenu au lendemain du premier tour du scrutin conduit dans la moitié des provinces du pays, l’une des nombreuses étapes d’un processus électoral de près de deux mois pour élire les 596 députés au Parlement.

La branche égyptienne de l’EI a multiplié les attaques spectaculaires visant policiers et soldats dans le Nord-Sinaï, théâtre d’une insurrection jihadiste depuis que l’armée a destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi en juillet 2013 et lancé une répression implacable et meurtrière contre ses partisans. Les attaques ont également touché le Caire.

L’EI a revendiqué la responsabilité du crash d’un avion de touristes russes dans le Sinaï qui a fait 224 morts le 31 octobre. Si l’Egypte assure attendre les résultats définitifs de l’enquête pour en annoncer la cause, la Russie a affirmé qu’une bombe avait explosé à bord de l’avion 24 minutes après son décollage de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh.

Romandie.com avec(©AFP / 24 novembre 2015 14h57)

L’EI exhibe les preuves de son attentat aérien dans le Sinaï

novembre 19, 2015

canette

Photo publiée dans le magazine de propagande en ligne « Dabiq » du groupe Etat islamique montrant une canette de soda à côté de ce qui pourrait être un détonateur. Uncredited / AP

Une canette de soda aurait contenu la bombe qui a détruit le charter russe Metrojet au-dessus du désert du Sinaï, le 31 octobre, entraînant la mort de 224 passagers et membres d’équipage. Dans sa revue de propagande Dabiq, diffusée en langue anglaise sur Internet mercredi 18 novembre, l’Etat islamique (EI) publie une image « exclusive » de l’engin introduit selon ses dires à bord de l’appareil, accompagnée de la photo du passeport d’un prétendu passager russe.

Dans un texte qui mêle le crash de l’A321 et les attaques coordonnées à Paris et à Saint-Denis du 13 novembre, l’EI affirme que l’opération en Egypte visait d’abord un avion de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre elle. Les plans auraient été changés après l’intervention militaire de la Russie, qui mène depuis le 30 septembre…

Lemonde.fr par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante)

Une bombe serait bien en cause dans le crash de l’avion russe

novembre 8, 2015

Les enquêteurs qui mènent les investigations sur l’accident d’un Airbus russe le 31 octobre dernier dans le Sinaï sont « sûrs à 90% » qu’un bruit enregistré par les boîtes noires de l’appareil correspond à l’explosion d’une bombe, selon le comité d’enquête.

Samedi lors d’une conférence de presse, le président du comité d’enquête Ayman al Moukaddam avait déclaré qu’un « bruit » pouvait être entendu dans la dernière seconde de l’enregistrement des conversations dans le cockpit.

Mais il avait estimé qu’il était trop tôt pour en tirer des conclusions. La thèse d’un attentat à la bombe est évoquée depuis plusieurs jours par les services secrets américains et britanniques pour expliquer la destruction de l’Airbus, à bord duquel ont péri 224 passagers et membres d’équipage, russes pour la plupart.

Revendication de l’EI
« Les analyses effectuées jusqu’ici sur le bruit sur la boîte noire indiquent qu’il s’agit d’une bombe », a déclaré ce membre du comité d’enquête égyptien, qui a souhaité garder l’anonymat. « Nous sommes sûrs à 90% qu’il s’agit d’une bombe. »

Prié d’expliquer quelle peut être l’hypothèse justifiant les 10% manquants, il a répondu: « Je ne peux pas en parler pour le moment.

La branche égyptienne de l’organisation Etat islamique a revendiqué la responsabilité de la destruction de l’appareil, en représailles des frappes de l’aviation russe sur le groupe djihadiste en Syrie.

Romandie.com